Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Invité le Mar 25 Aoû 2015, 00:45

Anna était habillée comme une servante, et était assise aux pieds de Hans, et elle portait un plateau de fruits dans lequel il plongeait parfois la main avec délectation. Anna semblait avoir versé toutes les larmes de son corps, mais elle ne paraissait pas avoir souffert.

Dis moi tu venais pas de regarder Aladdin quand tu as écris ton chapitre toi??? Razz
Bon et pour les gonds à demi cylindres...t'aurais pas regardé POTC par hasard???


Je me rends compte en te racontant cela que je parle désormais de tuer des hommes comme d’une chose banale. Après tout, le pire, c’est la première fois. Après, cela va tout seul. Tu peux bien me traiter de monstre, mais qui ne ferait pas pareil s’il devait le faire pour sauver des gens qu’il adore ?

Encore une fois s'adresser au lecteur je n'aime pas...mais cette reflexion est très pertinente car en te lisant c'est aussi ce que je relevais, le meurtre devenait banale, et par cette seule phrase tu le remets dans ce qu'il est, une chose abominable et tu invites le lecteur à la reflexion...ayant tué une fois, ne persons nous pas ce qui fait notre humanité pour nous transformer...en monstre?
Tu te dédouanes dans ce passage avec la justification "c'est pour sauver X"...Mais même pour sauver X, la question reste pertinente.
De fait par cette réflexion tu démystifies le héros...tu le rends plus humain paradoxalement en relevant son côté...inhumain, à tuer ainsi comme étant un acte "normal"
On trouve ainsi un héros qui n'est pas un modèle, le sang sur les mains ne sèche jamais et transforme l'auteur. Yohan n'est plus le même, du petit gars lambda il est passé au rôle certes de héros mais aussi de meurtrier qui...si par cette reflexion éprouve du remord et peut présenter certains comme de la légitime défense a parfois pris plaisir ou tout au moins...a eu la volonté de tuer...et être un héros mais aussi un monstre.

Bien je me suis arrêté sur ces deux détails mais c'est pour le coup ton meilleur chapitre.
Sur le message précédent j'ai déploré la rapidité de la narration avec la perte de ton originalité...Celle ci est toute retrouvée ici. Tu nous gratifies de scènes vraiment poignantes, magnifiquement amenées et décrites. Jamais on ne s'ennuie, on a envie de savoir, on a cette angoisse en nous en lisant chaque ligne jusqu'au dénouement
Je l'ai dit tu as cassé les codes du héros...D'ailleurs le vocabulaire de Yohan devient parois vraiment outrancier, il n'est même plus sympathique, aveuglé de colère, de haine, il n'hésite pas à tuer...à se déshumaniser dans son rôle de héros le rendant de fait et paradoxalement...humain en même temps que monstre.

Bon en revanche cette ficelle scénaristique à la fin fait un peu tache au milieu du bijou.
Tu as pris ton temps tu as fait monter l'angoisse...Yohan avait encore le temps d'être aculé
Tu coupes à l'arrivée de guimauve pour laisser une inconnu...mais pour rester sur cette tension tout en gardant ce "WTF"
...Pourquoi ne pas avoir mis pour équilibrer en guise de dernière phrase quelque chose du genre: "je ne terminai pas ma remarque envers Guimauve, entendant un petit rire puis voyant horrifié Hans, tenant Anna captive, une épée sous la gorge..."
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par sapin le Mar 25 Aoû 2015, 01:12

na mais attends Hans quand tu vois le gros nounous de neige crié maman danger ? il fait direct dans son croque le pote, parce que lui y va pas posé de question, maman il la prends la met sur le dos et hop chope Anna pour faire bonne mesure et paf dans le tas et que ça bouge. NON DE DIEU
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par sapin le Mar 25 Aoû 2015, 01:26

@sapin a écrit:na mais attends Hans quand tu vois le gros nounous de neige crié maman danger ? il fait direct dans son froque le pote, parce guimauve lui y va pas posé de question, maman il la prends la met sur le dos et hop chope Anna pour faire bonne mesure et paf dans le tas et que ça bouge. NON DE DIEU
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par sanh le Mer 26 Aoû 2015, 20:40

Sincèrement j'adore , j'ai tout lu et j'attends avec impatience la suite.

je trouve que les personnages principaux ont été assez bien retranscrits tout au long de l'histoire,sven était un peu absent je trouve (mais bon on s'en fout  Razz )

J'ai beaucoup aimé les personnages que tu as introduit dans cet univers et le fait que tu nous ais montré le coté sombre et hyper réaliste qu'il y'a en réalité derrière le film

_________________
~on ne peut à la fois être tout puissant et tout bienfaisant~ 

~le pouvoir corrempt et le pouvoir absolu corrempt absolument ~
avatar
sanh

Masculin Messages : 108
Date d'inscription : 14/08/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Miss Olaf le Mer 21 Oct 2015, 00:12

Je rattrape mon gros retard peu à peu.

Chapitre 17
J'aime beaucoup quand Yohan prend une altitude d'alcoolique abusé ( verre de vin, " vous allez me jeter dehors maintenant ? " ). Elsa et Yohan lié ? effectivement on fait un retour aux premiers chapitre, mais j'ai l'impression que Yohan est un poil trop optimiste ( il s'attend à avoir une histoire d'amour ou ? ).

Chapitre 18
J'aime beaucoup comment tu rend Elsa super classe et aussi les sautes d'humeur de Yohan ( bien que légitime ! ). Elsa reperd ses pouvoirs, je suppose qu'on va avoir une explication plus tard, aurais-ce un rapport avec la venu de Hans ? Mais alors de quelle façon ?
Yeah Anders come back !!!!

Chapitre 19
Je suis un peu déçu du rôle d'Anders qui aura été du début à la fin un connard fini ( En gros si Anton est mort c'est de sa faute à ce salopard ). En tout cas l'altercation entre lui et Yohan est très bien décrite, je ne suis pas trop description à la base, mais les didascalie apporte du croustillant au récit.
Le coup de Guimauve qui obéit au doigt et à l'oeil de Anders, c'est un peu facile, et puis Elsa est à côté elle peut lui demander d'arrêter, c'est sa créatrice après tout.

Chapitre 20
Un chapitre super long que tu aurai pu scinder en deux, c'est à dire une partie au palais de glace et une partie au château.
Palais de glace: Elsa est super badass quand elle prend les épées. Je trouve ton interprétation de Guimauve super réductrice, dans le sens où il est assez stupide pour obéir à quelqu'un pour avoir son trésor alors qu'il peut se contenter de l'écraser comme un crèpe.
Château: Effectivement ça n'a plus rien de Disneyen, le ton est 2 à 3 fois plus sombre que le chapitre sur la bataille d'Arendelle de Weselton. Tu décris vraiment bien, j'arrive vraiment à m'imaginer comment se déroule chaque plan comme si un film passait devant moi alors que je lis. La fin est superbe ! Le peuple restant d'Arendelle faisant face au méchant totalement ahurie bravo.


Dernière édition par Miss Olaf le Mer 21 Oct 2015, 00:52, édité 1 fois

_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 24
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par sapin le Mer 21 Oct 2015, 00:15

oui est demain est un autre jour.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Miss Olaf le Mer 21 Oct 2015, 00:53

@sapin a écrit:oui est demain est un autre jour.

Ahahahaah finalement j'ai continué la lecture, j'avais trop envie de savoir la suite X)

-> Je m'étais à la base arrêtée au chapitre 18 pour dire que je ferai la suite demain, puis j'ai édité.

_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 24
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Yokill2B le Ven 08 Jan 2016, 14:25

Et que voilà bien longtemps que je n'ai pas alimenté cette fiction !!! 6 mois, Diantre, on peut dire que sur ce coup-là, je vous ai fait une "Antoine Daniel" !!!

Mais rassurez-vous, voici l'ultime chapitre de ce "Do You Wanna Build a New Man" que j'achève en ce début d'année 2016 !
J'ignore si vous l'attendiez, si vous allez être déçus ou enthousiasmés par ce dernier chapitre, en attendant, tous les commentaires, reviews et autres sont toujours les bienvenus !

Alors appréciez ce dernier chapitre, pensez à me dire votre avis sur celui-ci (et pourquoi pas sur la fic en général ?), et on se retrouve très bientôt pour l'épilogue !







Chapitre 21








La colère de Guimauve fut terrible.

La fin de ma phrase fut suivi de quelques secondes de flottement qui s’achevèrent par un hurlement de rage de l’énorme bonhomme de neige, qui se jeta sur Hans sans sommation. Celui-ci reprit ses esprits après l’immense surprise qu’il venait d’avoir, puis brandit son épée et cria:


-GARDES !!! TUEZ-LES !!! TUEZ-LES TOUS !!!!


Puis ce fut la débande.

Kristoff sauta du dos de Guimauve, pour retrouver celui de Sven, dont Jakob descendit pour aller se placer parmi les résistants encore debout d’Arendelle. Les hommes de Hans se mirent à arriver de tous les coins de la pièce, les armes à la main et la bave aux lèvres. Je me demandais vraiment ce qui pouvait bien tous les pousser à vouloir à ce point renverser Elsa. La détestaient-ils véritablement tant que ça ?! Ils ne la connaissaient même pas ! Ou peut-être étaient-ils juste cons ? Peu importait finalement, car à cet instant, j’étais prêt à réduire en miettes n’importe qui qui se mettrait en tête de lui faire du mal, à elle, à sa soeur ou à Arendelle !
Et tandis que les deux camps, Arendelliens et partisans de Hans se jetaient les uns sur les autres, je profitai de la distraction générale pour me précipiter sur Anna et lui retirer ses chaînes. Puis je la pris par la main, et l’amenai auprès d’Elsa:


-Ok, alors vous allez toutes les deux aller vous cacher, et prenez Olaf avec vous. On s’occupe de Hans !


-Pas question !, protesta Anna, on reste ici avec vous !


Elsa ouvrit la bouche pour parler, mais avant qu’elle n’ait pu dire quoi que ce soit, je l’aidai à se relever, et répondit:


-Ne sois pas ridicule Anna, regarde dans quel état vous êtes ! Vous tenez à peine debout ! Allez, filez vite ! Elsa, s’il te plaît.


Anna voulut protester, mais Elsa la prit doucement par la main, et la regarda en hochant la tête. Anna se releva en me regardant d’un air de défi, puis elle quitta la salle avec sa soeur et Olaf, soutenant Elsa tandis qu’elle marchait faiblement.
Et alors que je les regardai s’éloigner, je vis soudain un des hommes de Hans se jeter sur elles, un énorme gourdin à la main, en hurlant:


-POUR LE ROI HANS !


Et alors que son arme allait s’abattre sur les deux soeurs, et que je restai impuissant, beaucoup trop loin pour intervenir rapidement, je vis un carreau fendre l’air et aller se ficher directement dans le cou de l’homme, qui s’effondra dans un flot de sang. Je me retournai, et vit Jakob, une arbalète à la main, me souriant. Je lui adressai un pouce en l’air, et tirant les Lames d’Arendelle, me jetai dans la Bataille.
Hans se débattait comme il pouvait face à Guimauve, tournoyant autour de lui son épée à la main, et tentant d’esquiver les coups du monstre, rendu fou furieux par l’atmosphère brutale qui régnait autour de lui.
Le combat était total. Partout où l’on se tournait, on ne voyait plus que violence, duels, coups d’épée, de gourdin, de lance. Kristoff frappait furieusement, armé d’une énorme épée que j’aurais eu bien du mal à soulever. Kristian, lui, était plus déchaîné que jamais, et chacun de ses coups millimétrés semblait égal à un mort. Je pouvais également voir Nora se battre avec agilité aux côtés de Jakob, qui n’avait plus rien du partisan de Hans craintif que j’avais rencontré la première fois. J’ignorais si c’était à cause de sa double dette envers moi, ou s’il avait vraiment changé d’allégeance au profit d’Elsa, mais je m’en fichais: toute aide était la bienvenue, et j’étais soulagé de le voir se battre avec acharnement contre des ennemis d’Elsa.
Pour ma part, je taillai avec rage chaque homme dépenaillé ou arborant les couleurs de Hans que je trouvai. Les Lames d’Arendelle ne firent jamais autant de morts que ce jour-là. Je m’étonne d’ailleurs qu’elle brillent encore aujourd’hui de leur éclat de glace, qu’elles n’aient pas même pris une légère nuance pourpre devant tout le sang qu’elles ont versé.
Je les utilisai pour trancher net la gorge d’un homme qui voulut m’attaquer de front, et me fis volte-face pour les planter dans le ventre d’un autre derrière moi. Lorsque l’homme tomba, j’aperçus devant moi quatre autres gardes qui me regardaient, leurs armes à la main:


-Toi !, siffla l’un d’eux, on va te faire la peau pour le Roi Hans ! T’as aucune chance, on est plus nombreux que toi !


Il se trompait. J’eus le temps de voir Kristoff arriver sur leur côté, mais je fus plus rapide que lui, et me jetai sur le garde qui venait de s’adresser à moi. Celui-ci n’eut pas l’occasion de réagir, ne se doutant pas que son adversaire ferait preuve de tant d’audace dans une telle situation. Je fis décrire un large cercle à mon épée, et la lame siffla en fendant l’air. Le garde tenta vainement de lever la sienne pour parer l’assaut, mais mon mouvement avait été trop rapide. Je touchai ma cible avec une absolue précision, lui tranchant la gorge, une gerbe de sang jaillissant peu après l’impact. Les trois autres gardes restèrent figés, stupéfaits par la rapidité de l’attaque. Ce mouvement d’hésitation allait leur être fatal. À peine eus-je achevé de faire décrire à mon arme un premier arc de cercle que je levai la main gauche, et saisissant Flamme à ma ceinture, la jetai à la tête du second garde. Elle le transperça entre les deux yeux avant même qu’il ait eu le temps de bander le moindre muscle pour se mettre en garde.
Pendant ce temps, Kristoff, sans attirer l’attention, avait réalisé deux pas de côté, refermant l’angle d’attaque sur les deux gardes restants, entièrement concentrés sur l’épouvantable démonstration de violence qui se déroulait sous leurs yeux. Encore deux pas, et Kristoff fut sur eux. Il glissa sa lame sous la cuirasse la plus proche, la lui enfonçant insidieusement dans le torse. Le visage du garde se tordit de douleur. Il n’en restait plus qu’un. Horrifié, il se retourna pour fuir, mais trop tard. Ma lame lui entailla le flanc tandis que celle de Kristoff s’enfonçait dans sa cuisse. L’homme se laissa tomber à genoux en poussant un grognement, et Kristoff le poussa du pied, avant de se tourner vers moi:


-Bien joué, dit-il


-Merci.


Je fis volte-face pour replonger dans la Bataille, puis vit Hans qui retirait son épée du corps d’un homme qu’il venait de tuer. Levant la tête, il croisa mon regard, et se retourna pour s’enfuir.


-Oh non n’y pense même pas !, criai-je


Je cherchai Guimauve du regard. Où était-il ? Pourquoi ne l’avait-il pas massacré ? Je tournai la tête, et le vis aux prises avec cinq hommes en même temps. Il saisit un des leurs qui tentait de l’escalader, puis l’abattit avec force sur un de ses collègues, leur fracassant tous deux le crâne, puis il découpa littéralement le troisième en deux avec l’une de ses longues griffes de glace. Enfin, il écrasa sans ménagement l’avant dernier avant de saisir le dernier restant, et de le jeter violemment à travers la pièce. Je sifflai, puis criai:


-Hé Guimauve ! Par ici !!!


Tournant la tête, l’énorme bonhomme de neige me vit, et s’avança vers moi. J’eus soudain peur qu’il m’attaque dans sa colère, mais heureusement pour moi, il sembla me reconnaitre, et s’arrêta.


-Tu viens avec moi ! lui dis-je, on doit rattraper Hans !


Je montai alors sur son dos, puis il démarra au quart de tour dans la direction qu’avait prit Hans, pour sortir du château. Guimauve ne fit pas de chichis, et traversa directement un mur en le réduisant en miettes. Autant dire que nous fûmes vite dehors.

La Bataille s’était étendue dans la ville.

De tous côtés, la guerre, la vraie, se répandait. La guerre pour Arendelle. Pour sa liberté et sa souveraineté. Moi qui n’avais participé qu’en coulisses à la Bataille de Weselton, je voyais à présent la réalité du champ de bataille, les lames qui s’entrechoquent, le sang qui coule, la rage de vaincre et l’envie de terrasser celui que l’on a en face de lui.
Et cette rage était partout. Certains, ayant perdu leurs armes, n’avaient pas hésité à se défendre avec tout ce qui leur tombait sous la main. Je vis ainsi un colosse d’Arendelle embrocher trois hommes de Hans sur une poutre brisée et calcinée, qui jadis avait sans doute servie aux fondations d’une maison désormais abattue. Et alors que je voyais se battre tous ces gens, je ne pouvais imaginer qu’ils se soient si facilement laissés avoir par Hans et ses hommes lors de leur arrivée. La surprise de l’attaque avait du être vraiment grande.
Mais je n’avais pas le temps de m’interroger. Guimauve avançait rageusement, envoyant voltiger d’un revers de son énorme main chaque homme qui avait le malheur de se mettre sur son chemin. Il saisit à un moment l’un d’eux dans sa main, et le broya au creux des épines qui lui servaient de doigts. Le sang du malheureux jaillit, et vint m’éclabousser le visage. Je n’avais pas la phobie du sang, mais je dois bien reconnaître que c’était répugnant.
Je m’épongeai les yeux avec ma manche pour essuyer le sang, puis vit Hans devant moi, qui courait à travers la ville afin d’échapper à Guimauve. Et il était hors de question que je le laisse faire.


-Plus vite Guimauve !, criai-je, r attrape-le !


Le bonhomme de neige redoubla de vitesse alors que le bruit d’un boulet de canon retentit à mes oreilles. Je me retournai pour regarder derrière moi. Je vis alors Anton, salement amoché mais en vie, perché sur un canon, que Nora et Ida chargeaient à toute vitesse en tirant:


-ALLEZ !!!!, hurlait le tavernier, V’NEZ-Y LÀ BANDE DE PÉQUENOTS !!!! GOÛTEZ À LA SPÉCIALITÉ D’ARENDELLE !!!!!


J’ignorais où il avait trouvé le canon, mais les boulets qui s’abattaient sur la ville étaient plutôt efficaces. De tous côtés on pouvait voir des hommes voler sous l’impact des tirs de canon. Aussi bien des hommes de Hans que d’Arendelle. Guimauve, lui, continuait inlassablement à poursuivre Hans, indifférent au carnage qui se déroulait autour de lui et à la pluie de boulets de canon. Mais il devait faire attention, sinon…
Je fut coupé dans ma pensée par un boulet de canon qui vint frapper juste à côté de la jambe de neige de Guimauve, qui explosa sous l’impact. Le bonhomme de neige poussa un hurlement, et s’effondra en plein milieu de la rue à moitié détruite. Je sautai de son dos pour atterrir en douceur sur le sol, et manquai de me faire écraser par la masse du bonhomme de neige, qui faillit bien s’écrouler sur moi. Je me relevai, sentant une vive douleur à mon épaule, reprenant mes ésprits. Je voyais trouble, au milieu du feu, du sang et du bruit, mais je pouvais bien distinguer Guimauve, allongé sur le sol, en train de pousser un gémissement de rage et de douleur.
Mais je n’avais pas le temps de m’occuper de lui. Il fallait que je rattrape Hans avant qu’il ne s’échappe. Je pris néanmoins le temps de m’agenouiller devant l’immense bonhomme de neige:


-Merci mon pote. T’inquiètes pas, je vais arrêter tout ça !


Puis je fis volte-face, et commençai à avancer dans les rues, sous les flèches, les carreaux d’arbalète et les boulets de canon, pour trouver Hans. Je n’étais pas surpris de le voir fuir. Il n’était qu’un lâche, et il sentait bien que le vent était en train de tourner. Son coup d’état était terminé. Arendelle s’était réveillée, et ne s’était pas laissée dominer. La bataille faisait rage partout, et désormais il ne pourrait y avoir qu’un seul vainqueur. Et je n’aurais jamais permis que ce fut Hans.
Je m’arrêtai net lorsque je le vis soudain devant moi. Il semblait blessé. Il tenait son bras gauche, tenant son épée dans sa main droite, et marchait désormais lentement. M’était avis que sa progression avait du se faire de plus en plus difficile entre les rues. Lorsqu’il me vit, il sembla oublier ses blessures et redoubla d’effort pour s’enfuir. Je me jetai à sa poursuite:


-Allez, à nous deux espèce de…


Je fus coupé dans ma phrase par un bruit de sifflement strident, à mi-chemin entre le bruit d’éjection d’un sabre laser et un feu d’artifice. Je me retournai. Cela venait du château. Je vis une longue traînée bleue jaillir de la tour principale du château, et se diriger tout droit vers le ciel, où elle sembla exploser dans une gerbe d’étincelles bleutées !
Je sentis alors la température descendre, et descendre encore, et quelque chose me piqua la main. Je regardai: c’était le froid que j’avais senti sur ma main. Le froid d’un flocon de neige, comme tous ceux qui commencèrent à tomber dans la rue. Un large sourire étira mon visage. Je ne me faisais pas d’illusions. Nous étions pratiquement en été, et un tel temps hivernal, cela ne tombait pas comme ça. Il ne pouvait donc y avoir qu’une seule explication.

Elsa.

Elle avait récupéré ses pouvoirs ! Mais je n’eus pas le temps de me réjouir pour elle, je devais retrouver Hans au plus vite, surtout à présent que la neige avait commencé à tomber, et vu la puissance d’Elsa quand elle faisait ça, on n’y verrait probablement bientôt plus grand chose. Je courus à travers les rues pour rattraper Hans. Il avait été surpris par la neige lui aussi. Je pouvais le voir devant moi courir pour m’échapper. Je tentai tant bien que mal de le suivre, ne pouvant pas me permettre d’escalader les bâtiments autour de moi comme je l’avais fais quand j’avais poursuivi ce voleur dans les rues, c’était trop dangereux avec tous les débris et les pointes de bois que le feu avait durci. Mais je semblais aller mieux que Hans, puisque je parvins à me retrouver en quelques instants sur ses talons. Je le vis entrer à l’intérieur d’une maison tenant encore à peu près debout, et m’y engouffrai à sa suite.


-HANS !, criai-je, Vous ne vous échapperez pas cette fois-ci !!!


-Ah oui ?!, l’entendis-je crier devant moi, et qui es-tu donc, toi, pour me le dire ?! Tu n’es rien ici !!!! Tu t’es abrogé le droit de venir en ce lieu, et d’en faire le tien, dans un monde auquel tu n’appartiens même pas !


-De ta part, je prends ça comme un compliment !, répondis-je


Mais malgré ses railleries, ce lâche continuait de courir. Décidément, elle me paraissait bien grande cette maison ! Mais au moment où je me fit la réflexion, je vis Hans pousser une porte menant à une terrasse, et s’arrêter net !
Je déboulai sur la terrasse, les Lames d’Arendelle à la main, et les pointai sur Hans. Mais je devais néanmoins faire attention. Si Hans s’était arrêté, c’était parce qu’il n’avait plus nul part où aller: de toutes les maisons dans lesquelles il aurait pu rentrer, il en avait choisi une à flanc de falaise, qui s’était déjà à moitié effondrée, et la terrasse penchait dangereusement au dessus du lac, dont l’eau ne devait à présent pas être très chaude, vu la neige qui s’était mis à tomber, et le vent froid qui avait commencé à souffler !


-C’est fini connard, pour de bon !


Hans se mit à rire.


-Oh non, répondit-il, ça ne fait que commencer. Pense un peu à tous ceux qui sont morts aujourd’hui. Ils le sont par ta faute ! C’est toi qui a amené tous ces ennuis à ta chère Reine Elsa ! Et même sans ça, j’aurais de toutes façons fini par prendre le pouvoir. Même si je dois bien reconnaître que tu m’y as bien aidé !


-Oui et maintenant je t’ai rejeté du château, et tu vas payer pour tous les morts que tu as fais !


Nous chancelâmes tous deux lorsque la terrasse tangua dangereusement, et se rapprocha un peu plus du lac.


-Oh, inutile de les pleurer, dis Hans d’un air enragé, tu vas bientôt les rejoindre !


La terrasse se déplaça à nouveau, et je m’accrochai d’une main à une rambarde:


-Oh allez Hans, tu vois pas ? C’est en train de s’effondrer ! Tu peux encore te rendre, il est pas trop tard !


-C’est toi qui est aveugle Yohan !, dit-il en me montrant son épée, tu vois ça ? C’est tout ce qu’il reste de mon armée ! Sais-tu ce qu’est un Roi sans son armée ?


Je le regardai avec un sourire en coin. Celle-là il fallait que je la fasse:


-Euh, je sais pas, un chômeur ?


Hans me regarda furieusement, un véritable éclat de haine au fond de l’oeil.


-Moi, j’ai encore un but: je vais mourir ici, en pleine gloire après avoir conquis Arendelle. Et toi, tu vas me rejoindre !


Et alors qu’il voulut se jeter sur moi, son épée à la main, ce fut le moment que choisit la maison pour s’effondrer définitivement.
La terrasse tomba dans le lac, et je lâchai la rambarde sous le choc. Je vis Hans déraper et tomber. Je cherchai à m’accrocher à quelque chose, mais rien. Je me sentis tomber dans le lac, et m’attendais à plonger dans l’eau glacée.

Je retins mon souffle…

…et atterris durement sur le lac…gelé ! Je restait allongé là, un sourire au lèvre. Coup de bol ! Un plongeon dans l’eau glacé dans mon état m’aurait sans doute été fatal ! Merci Elsa ! Sa neige s’était faite tellement puissante que le lac en avait gelé en quelques minutes !
Je me relevai péniblement. Mon épaule me faisait très mal. Entre la chute de Guimauve et celle que je venais de faire à l’instant, elle avait été malmenée et je la sentais m’élancer à chaque mouvement. Je cherchai des yeux les Lames d’Arendelle, et vis soudain Hans devant moi, l’une d’elles à la main ! Je ramassai l’autre sur le sol, et me plantai devant lui:


-Lâche cette épée Hans !


-Vient la prendre, me répondit-il, un sourire carnassier aux lèvres


Sans attendre, je me jetai sur lui, mon épée à la main. Poussant un cri de rage, il fit décrire un arc de cercle à son arme, et me l’abattis sur la tête. Je parai le coup sans difficulté, et le repoussai une première fois. Je frappai de côté, mais Hans fut plus rapide, esquiva mon coup, et me mit un grand coup de poing qui me fit chanceler. Je repris mes esprits, et me baissai alors que sa lame sifflait au dessus de ma tête. Je voulus le frapper d’estoc au ventre, mais il dévia mon coup avec son épée, et me mit au sol sous la force de sa riposte. Je sentis mon épaule me lancer, puis je vis Hans s’avancer vers moi, la Lame d’Arendelle à la main:


-Croyais-tu vraiment qu’un avorton tel que toi pourrait faire quoi que ce soit contre moi, le Roi Hans ?! Tu n’es pas ta chère Elsa, tu n’es rien ici, rien dans ce monde, et tu oses venir et essayer de te mesurer à moi ?! Tu n’es qu’une pitoyable erreur, un nuisible !


Je voulus attraper mon épée, qui m’avait échappé des mains, mais trop tard, Hans était déjà sur moi. Je m’apprêtai à rouler sur le côté au moment où il levait son épée, puis j’entendis un bruit étrange. Un bruit à la fois métallique et sifflant, suivi d’un coup sourd que j’entendis se répandre sur la surface du lac gelé. Puis j’entendis Hans demander:


-Vous ?!


Je levai la tête. Devant moi, sur le lac, se tenait Elsa, aux côtés de l’ampli dimensionnel ! Elle était seule, dans sa robe de glace, et regardait Hans d’un air féroce. J’étais stupéfait. Elle était venue là avec l’ampli ?! Elle avait trouvé comment le faire fonctionner ?!
Elsa regarda Hans, le regard plus froid que tous les sorts qu’elle pourrait jamais jeter:


-Moi, dit-elle, vous êtes ici depuis trop longtemps Hans. Votre armée est vaincue, Arendelle est libre, et en tant que Reine, je vous somme de vous rendre sur le champ !


-Que Reine ?, demanda Hans avec un rire mauvais, mais quelle Reine êtes-vous donc ?! Une sale sorcière qui terrifie ses propres sujets, et qui les méprise au profit des étrangers et de sa chère petite soeur ? Si vous êtes une si grande Reine, alors pourquoi n’aurez-vous pas pu empêcher ça ?!


J’aurais du me préparer. J’aurais du le savoir. J’aurais du m’y attendre. Mais j’étais tellement stupéfait par l’apparition d’Elsa que je ne vis même pas Hans se tourner vers moi. Je vis Elsa ouvrir la bouche d’un air horrifié, et le temps que je comprenne, je me sentis transpercé par le froid de la Lame d’Arendelle que tenait Hans !
Oh, je me souviens encore…le pire ne fut pas la douleur, mais l’impuissance. Le dégoût de ne servir à rien, l’impression affreuse de ne pouvoir rien faire, alors que Hans venait de me tuer avec ma propre épée, sous les yeux terrifiés d’Elsa. Le froid, la douleur…tout ça n’était rien comparé à la détresse que je pouvais lire dans les yeux de la Reine d’Arendelle. Je poussai un cri de douleur lorsque la lame me transperça, et reposai ma tête sur la surface glacée du lac.
Ainsi c’était comme ça que j’allais mourir. Sur la surface d’un lac gelé, dans le froid et le sang, loin, très loin de chez moi, de ma famille, sur les ruines d’un royaume que j’avais à la fois contribué à faire tomber et à sauver. Anna, Kristoff et les autres ne seraient même pas là. Juste le sourire carnassier et satisfait de Hans, et la détresse d’Elsa. Tout ce que j’avais fais, c’était pour elle. Parce qu’elle avait besoin d’aide. Elle ne pourrait pas toujours compter sur Anna, et elle aurait besoin de quelqu’un pour la surveiller et la protéger. Et ce ne serait pas moi. J’étais là, en train de mourir sur le lac, et c’était comme ça que ça allait finir.


-NON !!!!! cria Elsa


Au moins aurais-je eu une belle mort. Mourir en contemplant le merveilleux visage de la Reine des Neiges, il y avait pire comme mort non. Même si ce visage était consumé par les larmes et…la rage ?

Non, ce n’était pas cela. C’était une autre expression qu’il y avait dans les yeux d’Elsa. Une expression que je ne lui avait encore jamais vue. Et je voyais brûler au fond de ses yeux une lueur qui aurait découragé même le plus courageux des hommes de s’en faire une ennemie. Mais Hans n’était pas courageux. Il était stupide.


-Alors ?! railla-t-il, que vous reste-t-il maintenant « Majesté » ? Que vous reste-t-il à présent que votre cher voyageur du futur est en train de mourir ? Combien de temps se passera-t-il avant que je ne revienne pour vous tuer, vous et votre soeur ? Hein ?! Jamais vous ne m’arrêterez ! Vous m’avez par deux fois empêché d’être Roi, y arriverez vous la prochaine fois ?!


Elsa resta droite comme un i devant Hans, et répondit, les dents serrées:


-Il n’y en aura pas d’autres.


Hans éclata de rire.


-Tiens donc ! Et comment comptez-vous…


Il se coupa net lorsque le pic de glace vint se ficher dans son épaule. À travers ma vision trouble, je pus distinguer la silhouette d’Elsa debout, la main en avant, et voir Hans tomber à genoux, tenant son épaule douloureuse. Sans dire un mot, Elsa renvoya un autre pic de glace, qui alla cette fois-ci frapper Hans à la hanche. Celui-ci hurla, et tenta de ramasser la Lame d’Arendelle, mais un énième pic de glace l’en empêcha, en allant se planter dans sa main.
À genoux, ruisselant de sang, les lèvres écumantes de rage, il se redressa faiblement devant Elsa, et hurla:


-Vous…vous…QUI ÊTES VOUS POUR VOUS OPPOSER AINSI À MOI ?!!!!!!


Elsa resta raide et froide, et ramassant la Lame d’Arendelle sur la glace, elle regarda Hans, les bras le long du corps, et, immobile, grande et plus majestueuse que jamais, elle répondit d’une voix glaciale:


-Je suis Elsa d’Arendelle, et je suis la Reine des Neiges.


Et saisissant la Lame d’Arendelle, elle transperça Hans comme ce dernier l’avait fait avec moi. La lame ressortit dans son dos, et il cracha un flot de sang sur la glace, avant que ses yeux ne se figent, et qu’il ne bascule sur la glace, mort.
Quant à moi, je pouvais sentir mes doigts devenir humides sur mes vêtements, et mon corps devenir de plus en plus froid. Je regardai ma main. Elle était entièrement rouge.


-C’est…c’est mon sang, murmurai-je, c’est plein de mon sang.


Puis je vis Elsa tourner la tête, et se précipiter à genoux sur moi:


-Yohan !!! Yohan ça va ! Ça va aller ! Reste avec moi ! C’est fini ! Tout est fini, tu as sauvé Arendelle !


Je saisis la robe d’Elsa, la tâchant de sang.

-Non, non Elsa c’est toi. C’est toi qui l’a tué. Tu as sauvé ton royaume. Tu…tu l’as fais cette fois-ci.


Elsa voulut me relever, mais la douleur me fit hurler, et je crus défaillir. Et je ne le devais pas. Je savais que la prochaine fois que je fermerais les yeux serait la dernière. Elsa me reposa doucement sur la glace, et cria:


-Mais tu ne peux pas mourir ! Pas maintenant ! Pas après tout ce que tu as fais ! J’ai déjà failli perdre mon royaume, perdre Anna, je ne veux pas te perdre toi aussi !


Je lui répondis faiblement. Il ne me restait plus beaucoup de temps.


-J’ai fais ce que je voulais. Je me suis assuré qu’il y avait une place pour moi dans ce monde. Dommage que je ne puisse pas en profiter plus longtemps. Elsa…


-Non, pleura-t-elle


-Elsa écoute moi. Prends soin d’Anna d’accord. Prends soin de ta soeur, de ta famille et de ton royaume. Et mets l’ampli en lieu sûr. Il est puissant, très puissant, et tu as vu ce qu’il peut faire entre de mauvaises mains. Et surtout…Elsa…


-S’il te plaît, dit-elle doucement en baissant la tête, ses larmes se mêlant à mon sang, s’il te plaît ne meurs pas.


-Surtout ne pleure pas. Ne me pleure pas. Pense à Olaf. À Guimauve. Ton don est extraordinaire Elsa. Ne pleure pas la vie qui s’en va, lorsque tu peux la créer.


Je voulus dire autre chose, mais je sentis comme une ultime vague de froid dans mon corps, et je sentis la vie me quitter. Ma vision se troubla et s’obscurcit tandis que je pouvais sentir les mains d’Elsa se poser sur moi. Je n’entendais même plus ses pleurs et ses supplications. Je sentais juste ce froid incessant et ininterrompu.


Et puis tout devint noir.










À très bientôt pour l'épilogue, et le fin mot de cette histoire !

_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 777
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 23
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par sapin le Ven 08 Jan 2016, 15:28

magnifique. splendide, épique, extraordinaire.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Lhysender le Ven 08 Jan 2016, 20:49

...NOM DE DIEU ! affraid

Non ça pas se finir comme ça !!!!!! Shocked

Bon c'est un commentaire un peu à chaud, je m'en excuse d'avance, mais en tout cas ça valait le coup d'attendre ! Quel chapitre ! Very Happy 

La bataille est parfaitement retranscrite (et d'une de ces violences faut bien avouer bravo), mais alors cette fin !

Bon déjà: Hans est mort !!! Champagne !!!!!! :chapeaumelon:

Mais par contre...non c'est pas possible, Yohan peut pas mourir comme ça, y vont trouver une solution, un petit deus ex machina avec je sais pas moi, les trolls qui vont le sauver, ou n'importe qui, mais bon sang je ne peux pas croire que ça se termine comme ça !   Sad

Surtout que y'a tellement de choses en suspend: si Yohan meurt, qu'adviendra-t-il de l'ampli ? Et puis pourquoi Elsa perd et retrouve ses pouvoirs comme ça ?  scratch

Ah trop de questions ! Même si d'un côté, je suis impatient de pouvoir lire l’épilogue pour savoir de quoi il en retourne...bah d'un autre côté c'est un peu triste, car cela veut dire la fin de cette fic, qui fut du début à la fin excellente en tout point !  Very Happy

Je n'ai donc qu'une chose à dire en conclusion: vivement l’épilogue !
avatar
Lhysender

Masculin Messages : 685
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 20
Localisation : Dans une boîte bleu plus grande à l'intérieur qu'à l'extérieur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par sapin le Ven 08 Jan 2016, 20:50

je me pose autant de question que toi, vois-tu.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par M.Baggins le Dim 10 Jan 2016, 11:56

YOKILL, Le retour! bravo
Non sérieusement, ça fait vraiment plaisir de te revoir.^^
Alors, ce dernier chapitre de cette fiction qui existe depuis longtemps et que nous avons tous pris plaisir à suivre depuis tout ce temps....
Wouah! C'est sûr que ça envoie du lourd! cheers
Toute la bataille rend vraiment très bien, et est magnifiquement décrite: quand Guimauve prend des soldats et les écrase avec le sang qui gicle et tout... C'était un peu exagéré je trouvais, mais du coup ça rendait bien l'aspect irréaliste que peut prendre la violence démesurée lors d'une guerre. Smile
Vraiment, chaque détail comptait, avait son importance et c'était vraiment super cool: je m'imaginais parfaitement la bataille dans la ville, le coup d'Anton sur le canon avec Nora et Ida était super bien trouvé et placé... Bref, rien à redire là dessus.^^
Ben, sur le reste non plus en fait. Razz
Toute la scène sur le lac gelé est pour ma part la meilleure de ce chapitre: le climax est tellement tendu! Elsa qui sauve les meubles avec l'ampli: oh mon dieu, que c'est classe! :jesaispasquoimettre Mais en fait non parce que Yoann se fait tuer: aaaaah, c'est horrible et c'est tellement soudain, tellement inattendu que ça m'a presque fait sursauter. Sad Et puis la façon dont elle tue Hans: mode badass en lui plantant l'épée...
Et la fin... Ouais, moi aussi j'ai du mal à imaginer que ça se finisse comme ça. affraid
Et puis je me demande aussi comment Elsa a-t-elle soudainement retrouvé ses pouvoirs. scratch
Bref, un excellent chapitre donc! cheers Mais ça fait bizarre de se dire que c'est le dernier car il reste encore des questions sans réponse... Donc VIVEMENT l'épilogue! bravo

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1279
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Yokill2B le Dim 17 Jan 2016, 17:44

ET VOICI L'ÉPILOGUE !

Une première histoire qui s'achève. Je suis particulièrement content d'en voir le bout, car partager cette histoire avec vous tous a été vraiment un réel plaisir !
Je fais donc une spéciale dédicace et un grand grand merci à tous ceux ayant suivi cette histoire à un moment ou à un autre (Gelwarin, Lhysender, Mr Baggins, Minka, la Ansa&Frantzoze'stories, et plein d'autres que j'oublie !), en espérant que vous aimerez cet épilogue, et ce point final à mon histoire.






Épilogue





Je m’éveillai avec difficulté.


Du blanc. Du blanc partout. Ma vision était encore troublée, et je ne parvenais pas à voir autre chose que tout ce blanc devant mes yeux. Étais-je bel et bien mort ? Était-ce donc cela qu’il y avait après la vie ?
Je pouvais entendre certains bruits qui résonnaient dans ma tête. Ils paraissaient lointains, indistincts, inintelligibles. Mais je les entendais. Je les entendais qui se rapprochaient de moi. J’essayai de bouger.

Je sentis alors mes jambes. Je les sentis frotter contre la soie des draps.

Je n’étais donc pas mort. Ou alors était-ce le paradis, qui ressemblait peut-être à ça: une éternelle grasse matinée, sans aucun autre besoin que de rester allongé ? Et tandis que je me posais ces questions, les bruits au loin se rapprochaient, et ils se faisaient de plus en plus clairs.


-Yohan ? Yohan, tu vas bien ?


Et alors, je sentis un élan me pousser. Un élan qui me poussa vers la vie, qui me donna envie de vivre, plus que jamais, de sortir de ce flou dont je ne comprenais même pas le sens. Je sentais que tout n’était pas fini pour moi.

Puis j’ouvris les yeux.

J’étais allongé dans un des lits du château, dans une chambre que je reconnus comme étant la mienne. J’étais alité, et devant moi se tenait Elsa, un sourire radieux sur le visage, plus belle que jamais. Anna était à côté d’elle, et semblait partagée entre l’excitation et le soulagement, Olaf à ses pieds, qui paraissait lui aussi au comble de la félicité. Dans un coin de la chambre, Grand Pabby se tenait debout, d’un air serein, et jetant sur moi un regard empli de contentement et de bienveillance.


-Yohan ! cria Anna ! Oh mon Dieu ça va ? Tu vas bien ? Oh Elsa, il est vivant !


Je me redressai péniblement dans le lit. Je me sentais faible. J’avais l’impression que tout mon corps était en guimauve et que ma tête était emplie de soupe de cerveau.


-Du calme Anna, du calme, dis-je doucement. Qu’est-ce qui se passe, où on est ?


Elsa s’assit au bord du lit, les yeux brillants.


-Yohan, dit-elle, je…je n’arrive pas à y croire. Comment tu te sens ?


-Ma foi, j’ai l’impression d’être une loque, mais à part ça ça va.


Elsa ne put se retenir plus longtemps, et se mit à pleurer en plongeant la tête dans ses mains, tandis qu’Anna, au bord des larmes elle aussi, vint la réconforter. Grand Pabby, lui, regarda d’un air tendre Olaf venir faire un câlin aux deux soeurs, qu’il regardait d’un air qui voulait clairement dire « je vous l’avais bien dit ».

Quant à moi, j’était perdu.


-Hé, Elsa, qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi tout le monde pleure ? Et puis comment je peux être là, je me souviens très bien que les derniers souvenirs que j’ai, c’est moi en train d’agoniser sur la glace. Comment je peux être en vie ?


-N’est-ce pas évident ?, demanda Grand Pabby, en prenant enfin la parole et s’avançant vers le lit, vous avez été sauvé Yohan.


Je le regardai d’un air surpris.


-Tiens donc ! Et à qui dois-je d’être encore en vie ?


Grand Pabby jeta un oeil à Elsa, puis son regard revint sur moi.


-À la Reine Elsa tout d’abord, répondit-il, et puis aussi à vous même.


Je ne comprenais pas. Elsa m’avait donc sauvé ? Mais comment ? Et quel rôle avais-je bien pu jouer dans mon propre sauvetage alors que je me pensais moi-même condamné ?
Grand Pabby continua:


-Parmi toutes les choses que vous aurez faites en Arendelle pour rester en vie, vous avez fait celle qui vous a sauvé: vous avez inventé ceci.


Puis il me montra, dans un coin de la pièce, l’ampli dimensionnel. Je l’avais complètement oublié ! Et s’il était là, cela voulait dire qu’il avait été transporté, voire utilisé. Ce qui me rappela que…


-Elsa, demandais-je, tu as utilisé l’ampli ?


Elsa se tourna vers moi en tenant la main de sa soeur, et me répondit, comme si elle s’excusait:


-Oui je…c’était le seul moyen pour te sauver assez vite.


Je ne comprenais plus rien. Elsa avait su faire marcher l’ampli, j’avais été sauvé je ne savais comment…j’avais besoin d’explication. Je voulus me redresser, mais je fus agité de tremblements, et je retombai sur mes oreillers, flasque comme un blobfish. Elsa se précipita sur moi:


-Non, non Yohan, ne bouge pas trop, je crois que tu n’es pas encore habitué !


-Hein ? Mais…habitué à quoi ?! Et comment as-tu pu faire marcher l’ampli ? Et comment est-ce que je suis encore en vie ? Je comprends plus rien Elsa !


-On va tout t’expliquer, dit doucement Anna, mais avant, il faut que tu te calmes.


Je reposai donc ma tête sur l’oreiller, inspirai un grand coup, et répondit:


-Okk. Je vous écoute.


Elsa prit une inspiration, puis commença doucement à parler:


-Après que Hans se soit enfui, ses hommes ont vite été vaincus. Ça paraît fou, quand on sait la facilité avec laquelle ils ont pris le château, mais dès qu’ils ont vu leur chef partir en courant, ils ont commencé à se disperser, et ça a été la panique. Sans parler de Guimauve, qui leur a tous fait une peur bleue.
Anna et moi sommes restées au château comme tu nous l’avais dis. Mais du haut d’une des tours, je t’ai vu poursuivre Hans dans la ville. J’ai voulu t’aider, mais je ne savais pas comment te rejoindre au plus vite. Et puis je me suis souvenue que Hans avait fait venir tous ses hommes en Arendelle grâce à ta machine. Alors je l’ai prise, et je l’ai utilisée pour venir vous rejoindre.


-Mais tes pouvoirs ?


-Mes pouvoirs sont revenus pendant la bataille. Je ne sais absolument pas comment ni pourquoi, mais on peut dire que c’était au bon moment. Alors j’ai gelé le fjord, comme autrefois, pour effrayer nos ennemis un peu plus et en finir plus rapidement. Et puis je suis arrivée avec toi et Hans.


-Mais…mais l’ampli ? Comment as-tu…


-Hans a été plus stupide que je ne l’imaginais. Il a utilisé ta machine devant moi pour tenter de m’impressionner et me faire parler. Il a disparu avec pendant quelques instants, puis il est revenu. Je n’ai eu qu’à reproduire ses gestes, bien que ce soit la seule chose que je sois capable de faire avec cette machine.


Je levai faiblement les mains, et me frottai le visage. Elsa avait donc utilisé l’ampli pour venir m’aider, et ses pouvoirs étaient revenus comme ça, d’un coup. Tout cela était bien joli, mais cela ne me disait pas comment j’étais encore en vie, alors que je m’étais senti mourir.


-D’accord, dis-je, et qui donc a fait que je peux encore être en vie à l’heure actuelle ? Je suis sûr d’être mort là-bas.


-Tu l’as été pendant quelques instants, répondit Elsa, c’est moi qui t’ai soigné.


-Toi ? Mais comment…


-Avec mes pouvoirs. Je me suis souvenue de tes « derniers mots »: « ne pleure pas la vie quand tu peux la créer ». Et j’ai…


Elle fut interrompue par Anna qui se mit à frissonner. Je remarquai alors que la fenêtre était ouverte, et qu’il y avait encore des traces de neige au dehors. L’air devait être froid, et pourtant je me sentais alors parfaitement bien dans le lit, tandis que je remarquai que je ne portais qu’une simple robe de chambre. J’aurais du grelotter de froid moi aussi. Pourquoi n’était-ce pas le cas ?
Je me levai alors du lit, ignorant les protestations des deux soeurs, et m’avançai lentement jusqu’à la fenêtre.
Dès que je fus debout, je me sentis engourdi, puis une étrange sensation de fraîcheur se répandit dans tout mon coeur, comme si ma circulation avait été coupée et qu’elle était revenue d’un coup. Et avec elle, je sentis mes forces revenir. Je crois même pouvoir dire que, alors que je me penchai à la fenêtre pour respirer l’air froid de l’extérieur, je ne m’étais alors jamais senti aussi vivant, frais et dispo.
Et pourtant quelque chose clochait. J’aurais du sentir le picotement de l’air froid sur ma peau. Je pouvais voir la chair de poule sur les bras d’Anna. Mais moi, rien. La température devait être très froide, mais j’avais pourtant l’impression d’être aussi bien tempéré qu’en un début d’été.

Quelque chose avait changé chez moi.


-Elsa…, dis-je en me retournant, qu’est-ce que tu m’as fais ?


Elsa me regarda d’un air anxieux.


-Je t’ai sauvé, répondit-elle, j’ai utilisé mes pouvoirs pour geler ton sang, le refroidir pour te permettre de vivre. Ça nous a permis de te guérir de ta blessure, et de te maintenir en vie. Je suis désolée Yohan, mais c’était le seul moyen de te sauver. Tu es…tu es comme moi à présent.


Je marquai un long silence. Comme elle ?


-Comme toi ?! Attends tu veux dire que…


-Non, répondit-elle, tu n’as pas de pouvoirs comme les miens. Je ne souhaite cela à personne, et j’aurais préféré te laisser mourir que de te faire vivre ça. Mais désormais, tu ne ressentiras probablement plus le froid. Peut-être même les températures basses vont-elles décupler ton énergie physique. C’est ce que je ressens moi aussi. Je ne ressens plus le froid, et je n’ai jamais autant de force qu’en de basses températures.


Je ne savais pas quoi dire. Elsa m’avait sauvé, mais cela avait fait de moi une sorte de…de mutant ? Non. De quoi alors ? Je ne sentirais plus jamais le picotement du froid sur ma peau, et je sentirais mes capacités doublées lorsque j’y serais confronté. Je m’étais attendu à tout, sauf à ça. Et pourtant, je me sentais…vivant. Plus vivant que jamais. Mais Elsa, elle, ne semblait pas ravie. Elle baissa la tête tristement, tandis qu’Anna et Olaf vinrent la réconforter.


-Ainsi j’avais raison, dit soudain Grand Pabby


Je me tournai vers lui. Je l’avais presque oublié.


-Pardon Grand Pabby ? Vous aviez raison ? De quoi parlez-vous ?


-Souviens toi Yohan. Je t’avais dit qu’Elsa et toi finiriez liés, d’une façon ou d’une autre. Désormais le sang qui coule dans tes veines est celui qui coule dans les siennes. Même si ta situation est plus enviable, tu n’auras pas à vivre avec la responsabilité en plus de ses pouvoirs.


-Enviable ? réagit Elsa, comment pouvez-vous dire ça ?! Regardez ce que j’ai du faire de lui pour le sauver ! C’est un humain, et voyez ce que j’en ai fait pour le garder en vie ! Il devrait me haïr…je…je comprendrais que tu le fasses Yohan.


Je m’approchai d’elle en mettant une main sur son épaule, le regard sévère:


-Elsa…TU VEUX RIRE OU QUOI ?! Sérieux c’est génial !!!!!!! J’aurais plus jamais à me couvrir comme si j’étais en Sibérie à chaque fois que je veux sortir l’hiver !!! Plus jamais j’aurais à transpirer comme un gros porc sous trois couches de vêtements alors qu’on est en plein hiver et…


Je marquai un temps d’arrêt devant le visage amusé d’Anna, lorsque Olaf éclata de rire. Je regardai Elsa:


-Mmmh…bizarre, cette dernière phrase sonnait beaucoup mieux dans ma tête.


Et alors, pour la première fois depuis que j’étais arrivé en Arendelle, je vis Elsa rire. Elle se mit à rire doucement au début, cachant son début de rire de façon adorable en mettant sa main devant sa bouche, puis Anna se mit à rire elle aussi, et sans prévenir, Elsa me sauta au cou en éclatant d’un grand rire, et en pleurant d’émotion.


-Merci, dit-elle doucement. Tu ne m’en veux pas. Merci.


-Non, merci à toi. Merci de m’avoir sauvé. D’avoir sauvé ton royaume.





***************




J’ai appris beaucoup plus tard que j’avais passé 3 jours au lit, sans bouger, et sans que personne ne sache si j’allais ou non m’en tirer. Ce qui expliquait finalement l’émotion à mon réveil. Les jours suivants furent assez éprouvants. Il fallut reconstruire ce qui en avait besoin à Arendelle, et Dieu sait que les dégâts étaient nombreux.
L’Old Reinder a été remis à neuf. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Anton et Ida étaient contents. Leur taverne a été reconstruite en plus grand, en plus spacieuse, en plus belle, et en plus accueillante que jamais. J’y avais veillé. Je me souviens encore de la joie d’Anton lorsque je l’avais accompagné découvrir sa nouvelle auberge.


-BON SANG D’CRÉVIN D’DIEU GAMIN, DANS MES BRAS ! ÇA, C’EST LA MEILLEURE CHOSE QUI M’SOIT ARRIVÉE DANS MA BOUGRE ED’VIE !!! OUÉ MON GARS C’EST TOUÉ POUR SÛR !


Ainsi avait-il crié en me prenant dans ses bras en manquant de me briser les cervicales, le jour de la grande fête inaugurale de la nouvelle taverne. L’orchestre a été reconduit, et Nora le dirige à présent d’une main de maître. Elle est appréciée de tous, et elle se montre une compositrice très talentueuse.
Jakob, lui, a dans un premier temps travaillé à l’Old Reinder, puis, à ma demande, il a été nommé associé de Kristoff au transport de glace d’Arendelle. Il a désormais une chambre au château, une meilleure position sociale, et je le soupçonne même de passer son temps libre à faire la cour à Nora. J’espère qu’il réussira. Il la mérite. Il mérite tout ce qu’on peut lui souhaiter de mieux.

Et moi ? Ça va. Je me suis vite remis sur pied, très peu de temps après m’être réveillé. Et cette fois c’est sûr: le froid agit sur moi comme un véritable boost désormais. Je me suis révélé capable de nager à toute vitesse dans l’eau glacée et d’en ressortir sans même un poil dressé. Et je dois dire que c’est une sensation grisante. Elsa ne voit toujours pas cela d’un très bon oeil, mais je passe mon temps à lui faire comprendre qu’elle n’y est pour rien. Elle m’a sauvé, et je préfère de loin être en vie, quitte à être devenu un peu bizarre.
Anna est très heureuse désormais. Nous avons repris nos jeux idiots de grands gamins à travers le château, ce qui perturbe beaucoup Elsa, quand elle n’est pas occupée à y jouer avec nous. Olaf semble lui aussi exploser de bonheur à chaque seconde de chaque journée, et Kristoff est ravi de travailler avec Jakob, et son boulot et sa petite amie ne lui avaient jamais donné autant de satisfaction.
Je n’ai pas revu les trolls depuis le départ de Grand Pabby. Il était parti après que je me sois remis, et il m’avait dit au revoir. Peut-être savait-il que c’était la dernière fois que nous nous voyions.

Car cette fois c’était sûr: j’avais passé trop de temps à Arendelle. Après avoir failli mourir, je réalisais que ma famille me manquait, et je les avais quitté depuis trop longtemps. Bien sûr, ils ne sauraient jamais où j’étais parti, et depuis combien de temps, étant donné que l’ampli me ramènerait au même endroit, au même moment que lorsque j’étais parti, mais je le sentais au fond de moi. Il était temps que je rentre.
Ils avaient bien essayé de me dissuader. Anna avait pleuré à chaudes larmes lorsque je leur avait annoncé un soir vouloir partir, mais Elsa avait compris. Elle savait ce que c’était que de manquer de sa famille et elle m’avait dit que si elle avait pu prendre tout ce qu’elle avait aujourd’hui, et l’échanger contre une seule de ces journées qu’on lui avait enlevé dans son enfance avec Anna et ses parents, elle le ferait.


-Je ne veux pas être celle qui t’éloignera de ta famille, avait-elle dit.


Alors je m’étais préparé. Jusqu’à aujourd’hui. Lorsque je me levais ce matin-là, je ne pouvais m’empêcher de sentir une boule dans mon ventre, un peu ce que l’on ressent lorsque l’on se lève le dernier jour des vacances. Je savais que j’allais devoir quitter Anna, Elsa, Kristoff, Olaf, Arendelle, tout ça. Mais ma décision était prise, et puis rien ne m’empêchait d’y revenir par la suite. Après tout l’ampli fonctionnait. Je m’en étais assuré. Je pouvais au moins remercier Hans pour avoir mis en place le cristal à ma place. Et ainsi que l’avait dit Grand Pabby, l’ampli était à présent aussi fonctionnel qu’au premier jour. J’avais longuement testé toutes les options que je lui avais installé, et j’allais bien pouvoir aller où je voulais sans aucun problème.
Alors je m’habillai, avec les habits que je portais lorsque j’étais arrivé, qui par miracle avaient été conservés par Ida, et que la brave femme avait pris soin de laver et de garder pour moi, et je descendis dans la salle du trône, où devaient m’attendre les autres. Je laissai dans la chambre mes habits Arendelliens, mes armes, les Lames d’Arendelle…je n’aurais besoin de rien de tout ça une fois rentré chez moi. Et Elsa m’avait promis de les garder en lieu sûr. La seule chose que j’emportai de ce long voyage, c’était Flamme, encore et toujours cachée sous mes vêtements. Le poignard offert par Anna serait la seule chose qui me resterait d’Arendelle, comme pour me rappeler que je n’avais pas rêvé tout ceci, que c’était bel et bien arrivé. Et c’était amplement suffisant.
J’arrivai dans la salle, où m’attendaient effectivement Anna, Elsa, Kristoff et Olaf. Tous venaient vraisemblablement de se lever, comme moi, mais étaient bien conscients du moment, qui les maintenait éveillés. En me voyant arriver, habillé comme au premier jour, les yeux d’Anna se remplirent de larmes.


-Allons Anna, dis-je doucement, tu savais que ce jour allait arriver.


Anna ne répondit pas, et vint se jeter à mon cou en courant. Elle me serra contre elle et fondit en larmes.


-Tu dois vraiment partir ?, demanda-t-elle


-Anna, je dois retrouver ma famille. Ils me manquent et je suis parti depuis trop longtemps.


-Mais…mais t’es le meilleur ami que j’ai jamais eu !, pleura-t-elle sans se soucier de l’air faussement courroucé d’Olaf à ses pieds, qui pleurait lui aussi, sans que je sache vraiment comment.
Je m’agenouillai devant le bonhomme de neige, et le regardai dans les yeux:


-Eh, Olaf, je peux te demander un service quand je serais parti ?


-Oui, répondit-il, tout ce que tu veux.


Je désignai Anna et Elsa.


-Veille sur ces deux enfants terribles. Tu veux bien faire ça pour moi ?


Olaf regarda Anna, puis Elsa, puis moi, et se dressa droit comme un « i » assura:


-Ce sera fait chef !


Je me relevai en souriant, puis serrai la main de Kristoff:

-Prends bien soin d’Anna, lui dis-je


-Prends bien soin de toi, répondit-il en me faisant une accolade amicale.


Je me détournai de lui, regardant l’ampli au centre de la pièce, qui attendait sagement que se termine le moment des « au revoir ». Il ne restait donc plus que…
Je me retournai. Elle était là, debout devant son trône, aussi belle que la première fois où je l’avais vue.


-Oh Elsa…


Et alors que je m’approchai d’elle, je vis une larme briller dans son oeil, qu’elle sécha avec sa manche:


-Alors c’est maintenant, dit-elle, tu nous quittes.


-Crois bien que j’en suis désolé, mais tu sais ce que c’est que la famille.


-Oui, je sais.


Un long silence se passa entre nous, jusqu’à ce qu’elle le brise en demandant:


-Nous nous reverrons n’est-ce pas ?


-Oh, j’en ai bien l’intention, répondis-je, on se dit au revoir, pas adieu.


-Et puis qui sait quand Arendelle pourra avoir besoin de Yohan ?, dit-elle, amusée


Je lui fis un sourire amical, puis répondit en m’inclinant:


-Pourquoi Arendelle aurait-elle besoin de moi ? Elle a déjà La Reine des Neiges.


Puis, ne désirant pas faire s’éterniser les « au revoir »,je pris place sur l’ampli, réglant tous les potards les uns après les autres pour me permettre de rentrer chez moi.


-Alors au revoir, et à bientôt mon ami, dit doucement Elsa.


-Au revoir, à tous. Elsa, Anna, Kristoff, Olaf. Merci pour tout.


Et je pressai le bouton de l’ampli. Je me sentis à nouveau balloté, et la prochaine chose que je me souviens avoir entendu, fut de nouveau les éclats de voix de ma mère, qui me criait d’aller me coucher.


J’ai écrit ce récit de mémoire, ne me référant à mes notes qu’en cas de nécessité. Je crois bien que personne ne le lira jamais, étant donné que je garde précieusement sur moi le carnet dans lequel il est écrit, et il est certaines choses qu’il vaut mieux ne pas faire lire. Mais moi, je le relis régulièrement.
Car il me rappelle plusieurs choses.
Il me rappelle que j’ai réussi à traverser les dimensions, pour trouver tous ces mondes et ces personnages que j’aime et les côtoyer, il me rappelle que l’imagination rend tout possible, mais surtout, il me rappelle qui je suis.
Il me rappelle qui j’étais au départ, et qui je suis à présent, maintenant que j’ai connu l’aventure, la guerre, et même la mort. Et mon pouls, sans cesse froid sous mes doigts, est aussi là pour me rappeler tout ce que j’ai vécu à Arendelle.

Et le plus beau ?

C’est que ce n’est que le début. Maintenant que je sais que cela fonctionne, il me reste encore tant de choses à voir, tant de mondes à visiter, tant de personnages à rencontrer. Je doute d’avoir assez d’une seule vie pour le faire, mais Elsa a réussi à m’accorder un sursis alors que je croyais être arrivé à la fin. Je ne pensais pas changer Arendelle par ma présence, mais je ne savais pas que Arendelle me changerait autant.
Grâce à la Reine des Neiges, je suis devenu quelqu’un d’autre. Quelqu’un que d’autres mondes attendent.


Je m’appelle Yohan, et ceci est mon histoire, celle qui a fait de moi, un homme nouveau.






FIN



































































_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 777
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 23
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Lhysender le Dim 17 Jan 2016, 18:47

...ah ouais, ça c'est du deux ex machina qui envoi ! 

Yohan finit donc en mode "le froid ? Ah ! T'es un marrant toi." Elsa c'était pour elle le prix de la liberté, pour Yohan c'est le prix de la vie...C'EST BEAU ! C'EST SYMBOLIQUE ! :jesaispasquoimettre

...

Mais c'est triste ! J'aime pas les adieux ! Sad

Je sais bien qu'il y a la famille tout ça tout ça...mais voilà quoi...


Bref, une fan-fiction géniale qui se finit en beauté sur un discours magnifique et une punchline magistrale ! (Oui j'aime les hyperboles  bravo)


PAR CONTRE ! C'est quoi ce cliffhanger sur lequel tu nous laisse ?!  affraid

Non parce que de un tu nous la joue scène post générique...mais elle veut dire quoi ? Parce que pour moi cette scène= Yohan chez les Nouveaux Héros...voir peut-être cross over ! :jesaispasquoimettre

Argh t'arrives quand même à nous faire une fin qui nous fait nous poser encore de plus de question, alors je te le demande solennellement: est-ce qu'il vas y avoir une suite à cette histoire ?
avatar
Lhysender

Masculin Messages : 685
Date d'inscription : 06/04/2015
Age : 20
Localisation : Dans une boîte bleu plus grande à l'intérieur qu'à l'extérieur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par sapin le Dim 17 Jan 2016, 22:59

yohan va aller jouer à frotti frotta avec son kiki laser avec darkvador.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Yokill2B le Dim 17 Jan 2016, 23:24

sapin, je te décerne officiellement le Trophée du Meilleur Commentaire sur une Fanfiction !

La fin de ma fic t'a donc tant déstabilisé qu'il t'en est devenu impossible de formuler un commentaire correct ?

_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 777
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 23
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par sapin le Dim 17 Jan 2016, 23:29

non, tu fait pas d'effort

dans le prochain cross over, Yohan va prendre son dimension-temporel et va mettre la payé à dark Vador. c'est tout, t'as fin et génial merci. tu n'as pas compris parce que j'avais oublié de te le dire.

avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Yokill2B le Lun 18 Jan 2016, 13:43

Mouais...mais non. Pas de Dark Vador.

(Je déteste faire ça mais, un peu d'effort sur la ponctuation et l'orthographe quand même serait apprécié)

_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 777
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 23
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par sapin le Lun 18 Jan 2016, 13:45

tu as raison, je ferai un petit effort.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Shadow le Jeu 21 Jan 2016, 13:23

Bonjour mon cher Yokill .
Alors déjà je tenais a te dire que je suis ta fan-fiction depuis le tout début et que c'est ton histoire qui m'a poussé a m'inscrire pour finalement écrire la mienne plus tard.
Comment expliquer , sans trop m'embrouiller , que pour moi c'est limite un chef d'oeuvre que j'ai tellement adorer que j'aimerais pouvoir t'offrir des cookies. Toute une boîte . Malheureusement c'est impossible a passer a travers un écran.
Je ne peux pas te faire un avis sur chacun de tes chapitres , mais sache que je les ais tous aimé , mon préféré restant la guerre avec Vicieux-Thon. Puis le chapitre final qui était...mais qui était magnifique sublime mais tout ce que tu veux ! Une écriture tellement fluide qu'on s'y plonge dedans s'y rapidement...
L'épilogue tout aussi beau et bien écrit qui apporte un final concret a ton histoire (bien que tu semble prêt a encore t'envoler vers d'autres cieux ? Very Happy) .
Voila , voila je te suis depuis le début mais curieusement j'ai attendu la fin pour commenter. Honnêtement je ne sais pas pourquoi.
avatar
Shadow

Féminin Messages : 51
Date d'inscription : 28/12/2014
Age : 16
Localisation : In Elsass!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Yokill2B le Jeu 21 Jan 2016, 14:14

Eh bien décidément...

Tu es la troisième personne Shadow à me dire s'être inscrit sur le forum après avoir lu ma fiction. Je vais commencer à croire qu'elle est peut-être réellement pas si mal après tout !

En attendant, ta review m'a fait énormément plaisir. Je n'ai pas l'habitude de tant de superlatifs (le terme "chef d'oeuvre" étant peut-être un brin exagéré XD), alors je suis vraiment ravi que cette fiction t'ait semble-t-il beaucoup plu !
Et pour te témoigner ma gratitude, ainsi qu'à tous ceux ayant suivi cette fic, je vous présente dès maintenant l'affiche de cette fic, aimablement réalisée à ma demande par le talentueux Lhysender !

" />

Et je vous espère tous au rendez-vous lorsque la suite arrivera...quand elle arrivera !

_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 777
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 23
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Katoptriss le Jeu 21 Jan 2016, 18:24

Je me rends compte que je n'ai pas commenté depuis longtemps, ainsi donc me voilà pour... attention... commenter !

En fait je n'ai pas grand-chose à dire. Le seul truc que je pourrais soulever, c'est Hans : tu as pris la liberté de le faire paraitre pour un psychopathe mégalomane. C'était un pari risqué et ça surprend un peu au début mais c'est tout à fait réussi, ça ne lui va pas si mal que ça, j'ai bien aimé. Et ça ajoute plus de piquant bravo
Sinon, les compliments que je t'avais fait précédemment sont toujours d'actualité, et ta fanfic reste ma préférée. D'ailleurs je me réjouis de savoir que tu ne comptes pas t'arrêter là.

Belle affiche au passage Wink

Et je vous espère tous au rendez-vous lorsque la suite arrivera... après une bonne sieste corse ! (comptez quelques mois)

^Fixed. bravo

Katoptriss

Féminin Messages : 526
Date d'inscription : 14/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Tsar le Mar 28 Juin 2016, 02:32

Je viens de finir et je sais pas trop quoi dire à part que je suis pressé de voir la suite des aventures de Yohan  (j'ai cru comprendre qu'il y aurait une suite) C'est donc le fin de ma fanfic préféré :cookie:

_________________


J'ai pas de citations . . . mais j'ai un cookie :cookie:
avatar
Tsar

Masculin Messages : 154
Date d'inscription : 16/06/2015
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par M.Baggins le Mar 28 Juin 2016, 10:37

Si tu veux voir la suite elle est déjà parue.
C'est la fanfic en cours d'écriture nommée Through the worlds and imagination. Smile

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1279
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Tsar le Mar 28 Juin 2016, 10:50

Bon alors je vais jeter un coup d'oeil tout de suite merci pour l'info bounce

_________________


J'ai pas de citations . . . mais j'ai un cookie :cookie:
avatar
Tsar

Masculin Messages : 154
Date d'inscription : 16/06/2015
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frozen: Do You Wanna Build a New Man ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum