La Valeur de l'Amitié

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Lun 29 Déc 2014, 17:49

Merci, Gelwarin Very Happy
Voilà le chapitre 4, où Hans raconte à Mark ce qu'il s'est passé à Arendelle. Un chapitre où la situation avance peu, comme le précédent mais rassurez-vous, Mark, Hans et le duc débarquent à Arendelle au prochain chapitre.
PS :Et pour ceux que intéresse, j'ai fini OUAT.

Chapitre 4 : Ce qu’il s’est passé à Arendelle

Hans et moi sortîmes sur le pont. Hans se dirigea vers un de ses hommes et lui ordonna :
-Levez-l’ancre, nous partons immédiatement !
Je fus surpris et lui demandai :
-Où ça ?
-A Arendelle, bien sûr.
Quoi ? Nous partions maintenant ?
-Mais tu ne m’as même pas dit en quoi tu voulais que je t’aide.
-Ne t’inquiète pas.
Il s’interrompit quelques secondes avant d’ajouter :
-Si tu refuses de m’aider, nous te ramènerons ici aussitôt.
Je fus rassuré :
-D’accord.
-Viens, maintenant.
Nous traversions le pont, quand Hans s’arrêta, resta silencieux, puis me demanda :
-Dis-moi, tu es toujours bon au tir à l’arc ?
J’eus un sourire. Le tir à l’arc. J’avais découvert ce sport dans les histoires que je lisais enfant, notamment celles de Robin des Bois, où ce dernier était très doué dans cette discipline, ce qui causait beaucoup de tort au Prince Jean et au Shérif de Nottingham, ses ennemis de toujours. Je m’y étais mis l’année où Hans et moi nous étions rencontré. C’était un soldat des Iles du Sud qui, en plus de l’escrime, nous l’avait appris. Mais si Hans n’avait jamais excellé dans cet art, j’avais, quant à moi, un talent naturel pour cette discipline. Par la suite, je m’étais beaucoup entraîné et quand j’avais quitté les Iles, j’étais, sans me vanter, l’un des meilleurs archers du pays. Durant les deux années qui s’étaient écoulées à Weselton, je ne m’étais guère entrainé, aussi j’ignorais quel était mon niveau actuel.
C’est ce que je dis à Hans, qui me répondit :
-Tu peux essayer, si tu veux.
-Que veux-tu dire ?
-Je reviens.
Il s’éloigna, puis revînt peu après, portant une cible qu’il accrocha au mât. Il était suivi par un homme portant un arc. Hans s’en empara, et me le tendit en disant :
-Regarde si tu as perdu la main.
Je souris et pris l’arc. C’était une belle arme, finement sculptée et arborant, en tout petit, le symbole des Iles du Sud.
Je me concentrais, visais la cible, puis tirais. La flèche siffla et toucha le centre de la cible.
Hans applaudit. Je lui dis :
-Eh bien, il faut croire que ça ne s’oublie pas…
Je lui rendis l’arc, qu’il posa au sol, puis annonça:
-Bon nous allons pouvoir passer à table, maintenant.
Nous entrâmes dans la cale. Une table y était disposée avec des plats. Je m’assis, Hans en fit de même. Nous commencions notre repas en échangeant des banalités. Mais rapidement, je revins à ce qui me préoccupait :
-Alors que s’est-il passé à Arendelle, il y a deux semaines ?
Hans cessa de manger et resta silencieux. Finalement, il commença son récit :
-Tout a commencé au palais des Iles du Sud.
=========================================================================================
J’étais revenu depuis un mois et reprenait goût à la vie au palais. Peut-être était-ce en rapport avec le fait que beaucoup de mes frères étaient en voyage, notamment Caleb. Mais bien sûr, son absence ne dura pas. J’étais dans ma chambre, quand un coup frappa à la porte, suivie de l’ouverture de celle-ci. Caleb entra :
-Je suis de retour, frangin.
-Oui, je vois ça. Qu’est-ce que tu veux Caleb ?
Il sourit.
-Je voulais juste voir comment tu allais.
-C’est vrai ?
-En fait, non.
Il s’interrompit avant de poursuivre :
-Arendelle a envoyé aux Iles du Sud une invitation au couronnement de leur reine. Nous souhaitons que ce soit toi qui y ailles.
-Et qui ça « nous » ?
-Tes frères.
Je poussais un soupir avant de demander :
-Pourquoi ça serait moi qui irais ?
-Parce que tu veux toujours fuir le palais, Hans.
Je fus interloqué. Comment savait-il ça ? Il remarqua mon air surpris et répondit à ma question muette :
-Tu te demandes peut-être comment je le sais ? Ça n’était pas très difficile à deviner. Tu pars en voyage longtemps et souvent. Il est évident que tu cherches à fuir notre compagnie.
Il se tut avant de reprendre :
-De plus, aucun de nous ne désire y aller. Etant le plus jeune, tu ne peux déléguer personne pour y aller à ta place.
Il avait raison. J’acceptais donc et le lendemain, le bateau partait pour Arendelle.
=========================================================================================
-J’ai débuté ce voyage très déprimé. J’étais, une fois de plus, condamné à jouer le « diplomate ». Je n’ai pas ouvert la bouche pendant la traversée.
J’imaginai ce que Hans avait dû ressentir. Il reprit son récit :
-Je suis arrivé dans le port d’Arendelle. C’était il y a deux semaines. Et c’est en me promenant sur le port à cheval que je l’ai rencontré.
Il sourit avant de rectifier :
-Ou plutôt bousculé.
-Qui ça ? La reine ?
Le regard de Hans se fit lointain :
-Non, sa sœur, la princesse Anna d’Arendelle.
Tiens, la reine avait une sœur ? Hans continua :
-Nous avons fait connaissance et ...
Il s'interrompit, une expression gênée sur le visage, avant de reprendre :
-Je suis tombé sous son charme. Elle semblait m’apprécier également. Et cette soirée, que j’avais pensé ennuyeuse, se révéla fantastique. Anna et moi nous entendions si bien.
Son visage s’assombrit lorsqu’il continua :
-Et puis tout bascula.
=========================================================================================
J’avais décidé de retourner à mon bateau pour y chercher le drapeau des Iles du Sud afin de montrer leur symbole à Anna. En passant dans le couloir, j’aperçus la reine montant l’escalier. Me souvenant que je ne lui avais pas présenté mes hommages, je grimpais à mon tour.
Arrivé en haut, je vis que le couloir était vide. Je m’y engageai et entendit une voix, celle de la reine. J’approchais de la porte de la pièce d’où venait la voix. Au moment où j’allais frapper, j’entendis la reine demander :
-Nous sommes bien d’accord ?
Surpris, je me mis à écouter et entendit une voix lui répondre :
-Tout à fait, ma reine, je rentre à Weselton dès que votre fête sera terminée et je me tiendrais prêt.
Je reconnus la voix, pour l’avoir entendu dans la salle : c’était celle du duc de Weselton. Il demanda :
-Quand votre armée sera-t-elle prête à agir ?
Une armée ? Qu’est-ce que c’était que cette histoire ?
La reine commença à rire tout en répondant :
-Voyons, duc, nous parlons de soldats de glaces. Grâce à mes pouvoirs, je peux en créer des centaines en quelques minutes.
Des pouvoirs ? Des centaines de soldats en quelques minutes ?
Le duc eut une autre question :
-Quelle sera notre première cible ?
-Les Iles du Sud.
Je fus horrifié. La reine ajouta :
-Nous agirons lors de la fête nationale des Iles du Sud dans deux mois. La résistance sera moindre ce jour-là puisque toutes les Iles seront en fête.
-Très juste. Et ensuite ?
-Ensuite, nous allons conquérir chaque pays l’un après l’autre. Vous, en tant que duc de Weselton, vous rassurerez les différents gouvernements en prétendant que leurs pays ne risquent rien. Et finalement quand le monde entier sera sous ma coupe, nous formerons l’empire Arendellien. Là, je vous nommerai premier ministre de cet Empire que j’aurai créé.
-Merci, impératrice.
Elsa se mit à rire.
-Je ne le suis pas encore, duc. Mais cela ne va pas tarder.
-Mais s’il y a de la résistance ?
-De la résistance ? Mon ami, je peux créer des centaines de soldats de glaces, geler tout un pays et créer des monstres de neiges. Aucune résistance ne survivrait face à mes pouvoirs.
A cet instant, sous le choc de ce que je venais d’entendre, je fis un faux mouvement et heurtais le mur. La conversation s’arrêta et, certain qu’ils m’avaient entendu, je pris la fuite.
=========================================================================================
-Des pouvoirs de glace ? Un plan de conquête mondial ?
-Je sais, répondit Hans, ça semble incroyable.
Le terme incroyable était un euphémisme. Je savais que la magie existait, pour en avoir vu à l’œuvre plusieurs fois, mais je n’avais jamais vu quelqu’un possédant de tels pouvoirs. La magie était rare, presque mythique. Je voulus en savoir plus :
-Et que s’est-il passé ensuite ?
-Je suis redescendu, sous le choc de ce que je venais d’entendre, et j’ai fini par retrouver Anna. Je voulais la prévenir mais cela semblait si étrange que je n’ai pas osé en parler.
Il s’interrompit avant de reprendre :
-Puis Anna a tenu à me présenter à sa sœur. Entre-temps, elle était revenue dans la salle et nous allâmes la voir. J’étais terrifié à l’idée qu’elle puisse savoir que j’étais au courant de ses plans. Finalement Anna me présenta à la reine et lui annonça qu’elle voulait se marier avec moi.
-Quoi ? Mais vous veniez de vous rencontrer ?
-Je sais. En tout cas, Elsa refusa et, devant l’incompréhension d’Anna, se mit en colère. Ses pouvoirs de glace se révélèrent au grand jour : elle gela la salle et prit la fuite. Anna et moi la suivîmes et nous vîmes qu’elle s’était enfuie, en plongeant tout le royaume dans un hiver éternel.
-Un hiver éternel ?
-Je sais, c’est difficile à croire, mais c’est vrai.
-Continue.
-Anna a décidé de partir seule à la recherche de sa sœur, me laissant pour gouverner le royaume. Elle partit sur son cheval. Pendant les heures qui suivirent, je me faisais un sang d’encre et m’en voulait de ne pas l’avoir prévenu de la discussion que j’avais entendu. Jusqu’au moment où son cheval revint seul. Ayant pris quelques hommes avec moi, je partis à sa recherche. Nous suivîmes la route qu’elle avait dû prendre et nous arrivâmes devant le bazar d’un certain Oaken.
Je reconnus le nom de mon contact à Arendelle. Ainsi, son bazar se trouvait dans les montagnes ? C’était bon à savoir…
Hans reprit :
-Sans difficulté, il nous apprit que la princesse était passée par son bar, et avait semblé vouloir aller vers la montagne du nord. Nous primes donc ce chemin, et, rapidement, nous aperçûmes un palais entièrement en glace. Convaincu que c’était le repère de la reine, nous nous dirigeâmes vers son entrée. Là, un monstre des neiges nous attaqua. Après que je lui ai tranché la jambe, ce qui le fit tomber dans le vide, j’entrais à l’intérieur et ordonnait aux autres de rester à l’extérieur. A l’intérieur, je réussis à assommer la reine par surprise et nous la ramenâmes au palais. Après l’avoir enfermée dans une cellule du palais, je décidais d’aller lui parler pour la convaincre de mettre fin à l’hiver.
=========================================================================================
Les gardes m’avaient laissé entrer dans la cellule sans problème. Je me trouvais en face d’Elsa. Celle-ci m’apostropha :
-Comment osez-vous m’enfermer dans les cachots de mon propre palais ?
-Je ne pouvais pas prendre le risque qu’ils vous tuent.
Elsa eut un sourire ironique :
-Parce que ma vie vous importe ?
-Où est Anna ?
-Ne vous en faites pas, vous la verrez bien assez tôt. Mais dites-moi, qu’est-ce que ça fait Hans ?
Je fus surpris :
-Comment ça ?
-Qu’est-ce que ça fait d’être le responsable de l’état actuel d’Arendelle ?
-Quoi ?
-Je vous ai vus Hans. Dans le couloir. Je sais que vous nous avez écoutés, le duc et moi. Et c’est donc à cause de vous que j’ai plongé ce pays dans l’hiver.
-Mais pourquoi faire ?
-Vous allez le savoir.
A ces mots, elle gela ma jambe, qui se retrouva fixée au sol. Elle utilisa ensuite ses pouvoirs pour geler la cellule, et une partie du mur se brisa. Elle sortit par là.
J’essayais de bouger ma jambe mais je n’y arrivais pas, tout en appelant les gardes. Ces derniers eurent bien du mal à ouvrir la porte gelée, puis brisèrent la glace autour de ma jambe.
Je pris l’épée d’un des soldats et me lançait à sa poursuite, à travers une tempête de neige qu’elle avait lancée. Je finis par la retrouver et lui lançais, tout en la menaçant de mon épée :
-C’est fini, Elsa. Vous avez perdu.
Elle me sourit en répondant :
-Non, mon cher, c’est vous qui avez perdu.
A cet instant, elle arrêta la tempête de neige et cria :
-Non, Hans, ne me tuez pas, je vous en supplie.
Je m’aperçus qu’Anna se tenait un peu plus loin. Elle avait entendu les cris d’Elsa et m’avais vu menacer la reine.
=========================================================================================
-La suite est simple : Elsa m’accusa d’avoir tenté de l’assassiner et me condamna à l’exil. Anna crut tout ce que sa sœur lui raconta, malgré mes protestations. Je fus enfermé dans un bateau et ramené aux Iles du Sud. C’est là que je parvins à m’échapper, en subtilisant les clefs à un garde. Ensuite, je me souvins d’un ouvrage que j’avais lu dans la bibliothèque d’Arendelle pendant qu’Anna était partie. De là, j’ai imaginé un plan pour confondre Elsa et la forcer à avouer ses intentions réelles. Mais pour cela, il me fallait quelqu’un qui n’était pas connu à Arendelle, contrairement à moi, et à qui je puisse faire confiance. Et je me suis rappelé que tu vivais à Weselton, depuis ton départ. Je me suis embarqué clandestinement dans un bateau et suis finalement arrivé ici. Et la suite, tu la connais.
Hans avait terminé son récit. Un récit qui m’avait laissé abasourdi. Une reine cruelle et manipulatrice, doublée de pouvoirs de glace, qui voulait conquérir le monde. C’était incroyable.
Voyant ma tête, Hans me dit :
-Je sais, c’est difficile à croire. Mais je t’ai choisi car je te fais confiance. Est-ce que, toi, tu me fais confiance ?
Je décidais de croire à son histoire. Pourquoi mentirait-il ? Et qu’est-ce que l’amitié, si ce n’était pas se faire mutuellement confiance ?
-Oui, bien sûr, répondis-je, mais tu me disais que tu avais un plan ?
-Oui. Voilà comment nous allons procéder : nous arriverons à Arendelle, le jour du second couronnement de la reine.
-Un second couronnement ?
-Oui, et tu entreras au palais à la soirée en te faisant passer pour un prince d’un pays étranger. Là, tu sympathiseras avec la reine.
-Quoi ? Mais et si ça ne marche pas ?
-Il faut que ça marche. L’objectif final est que la reine te fasse confiance.
-Et comment ça ?
-Ne t’inquiètes pas, j’ai tout prévu. Je te garantis qu’Elsa te sera reconnaissante à la fin de la soirée et qu’elle te fera confiance, au moins un peu.
-Et ensuite ?
-Ensuite, tu seras invité à rester à Arendelle, car un problème t’empêchera de repartir. Tu passeras quelques jours à continuer à sympathiser avec la reine. Puis je te préviendrai que l’opération aura commencé et je te donnerais une carte. Ce jour-là, la reine perdra quelque chose d’important. Tu lui diras que tu as surpris les gens responsables de cette disparition, et que tu avais appris que ce qu’elle avait perdu se trouvait dans une grotte, et que tu leur as volé la carte pour pouvoir y aller. Vous partirez en direction de cette grotte. Une fois qu’elle y sera rentrée, je l’assommerais.
-Et ensuite ?
-Ensuite, j’utiliserais ce qu’il y a dans la grotte.
-Et qu’est-ce qu’il y a dans cette grotte ?
-Un objet légendaire dont j’ai appris l’existence dans un livre de la bibliothèque d’Arendelle : le Miroir de la Vérité.
-Et qu’est-ce que c’est ?
-Ce miroir a été créé par un puissant enchanteur, il y a des décennies. Depuis que ce dernier a mystérieusement disparu, le miroir est devenu une légende. Son fonctionnement est simple : on place la personne en face du miroir, on prononce la formule magique adéquate et cette personne se retrouve obligée de dire la vérité jusqu’à ce que l’effet cesse. A la base, l’enchanteur l’avait créé pour faire parler les criminels.
J’avais compris :
-Et tu veux utiliser le miroir sur la reine pour qu’elle dise la vérité au peuple sur ses intentions ?
Hans sourit :
-Exactement. J’ai déjà envoyé deux hommes vérifier son existence et voici ce que j’ai reçu d’eux.
Il me tendit un morceau de papier sur lequel était écrit : « Vérification effectuée, tout est en ordre».
-Tu vois, le miroir existe bel et bien. Alors tu acceptes de m’aider ?
Je n'hésitais pas une seconde : c'était dangereux mais il fallait faire échouer les plans de la reine. Je répondis :
-Bien sûr. Il faut sauver les Iles du Sud.
Hans sembla soulagé lorsqu'il m'annonça :
-Nous arriverons dans quelques jours et nous pourrons sauver le monde du joug de cette reine diabolique.
=========================================================================================
Plus loin, sur l’océan, le duc de Weselton était sur le pont de son navire, donnant ses instructions au capitaine :
-Prenez le chemin que j’ai indiqué sur la carte pour aller à Arendelle, et non pas le chemin habituel. Il ne faut pas qu’ils nous voient.
-Très bien.
Le duc apostropha deux hommes :
-Vous deux, venez avec moi !
Les trois hommes entrèrent dans la cabine du capitaine, qui, ici, était plutôt la cabine du duc, et ce dernier referma la porte. Le duc s’assit au bureau et leur déclara :
-Messieurs, j’ai besoin de vous. Comme vous le savez, je me suis allié avec quelqu’un pour me venger d’Elsa d’Arendelle. Cependant, son plan a des chances d’échouer. C’est pourquoi, j’ai imaginé un plan B. Et c’est pour le mettre en œuvre que j’ai besoin de vous.
Le duc leur expliqua tout. Lorsqu’il eut terminé, les deux hommes ne semblaient guère confiants.
L’un d’eux lui dit :
-Ce que vous nous demandez est dangereux, duc.
-Mais non, si vous vous servez de la potion que je vous donne et que vous êtes discret, vous ne risquez rien. De plus, je vous récompenserais gracieusement.
Les deux hommes hésitèrent, puis acceptèrent. Le duc sourit :
-Parfait, vous passerez à l’action dès que nous serons à Arendelle.
Les deux hommes sortirent, laissant le duc très satisfait. Se venger d’Arendelle et de la ravissante idiote qui lui servait de reine allait être un vrai plaisir…

Voilà ! Que pensez-vous de l'histoire de Hans ? La trouvez-vous crédible ?

J'attends vos avis avec impatience Very Happy

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Lun 29 Déc 2014, 18:15

Wouhh...et beh ça dit donc... x)
Bon alors, bon chapitre, c'est intéressant de voir ce que tu fais de l'histoire. Après, j'aime pas du tout l'image diabolique que tu donnes d'Elsa Sad
Non mais si j'aime bien. Razz Ce qui est intéressant aussi, c'est le fait qu'on se retrouve avec deux ennemis. Au début ils collaborent, et puis finalement, d'après ce que je comprend, chacun fait comme il veut. Donc la Reine se verra "piégée" par deux ennemis différents, ce qui est plutôt pas mal parce qu'on s'attend à ce qu'il y en ai un qui se craque complètement, ou encore que les deux se fassent la guerre en même temps que de vouloir se venger d'Elsa, fin bref, ça promet d'être bien ^^
Je me fais déjà une idée de la suite concernant Mark, à voir si ça se confirme dans la suite Smile D'ailleurs, ce dernier, Mark, est un personnage très faible je trouve. Je parle au niveau du caractère Smile Ça risque de lui jouer des tours ^^

Oh et, autre petite remarque : toutes mes félicitations pour avoir rattrapé ce retard sur Ouat Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Mar 30 Déc 2014, 18:08

Les deux ennemis ne vont pas réellement travaillé chacun de leur côté. Le duc a un plan B, si Hans échoue. A priori, ils ne se feront pas la guerre. De toute façon, au prochain chapitre, il devrait y avoir une discussion entre les deux qui rendra tout cela plus clair.
C'est vrai que Mark a un caractère assez faible, mais je ne me voyais pas le faire hésiter pendant des heures. Les questions qu'il pose sont légitimes (Pourquoi est-ce que Hans mentirait ?).
Sinon, je dois avouer que j'aime bien ma Elsa diabolique Twisted Evil
Merci de ton commentaire (et de tes félicitations)Razz

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par - Frozen Girl - le Mar 30 Déc 2014, 19:13

Bonjour SM
c'est cool que tu fasse une FanFiction biendit
J'aime beaucoup ton style d'écriture et j'avoue que Mark est un personnage plutôt attachant....

Ouh ! Hans le mytho ! Ouh ! :ahnon:

Bon allez j'attends la suite avec impatience.

_________________
avatar
- Frozen Girl -
Légende du Royaume

Féminin Messages : 1753
Date d'inscription : 27/05/2014
Age : 15
Localisation : Avec Ezra Miller bien évidemment !

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par E&A le Mer 31 Déc 2014, 12:22

Je déteste Hans un peu plus maintenant ! Il fait croire à Mark qu'Elsa est cruelle et méchante, il y a des baffes qui se perdent Razz Au début j'ai cru que le miroir allait avoir les mêmes propriétés que celui dans OUAT ^^ 
Vivement la suite pour voir comment les plans de Hans et de Weselton (vont échouer!) vont se dérouler !

_________________
Oncer un jour, oncer toujours !
Elsa & Anna les soeurs parfaites <3
avatar
E&A

Féminin Messages : 443
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 17
Localisation : A Arendelle en train de jouer aux échecs contre Elsa

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Lun 26 Jan 2015, 19:32

Merci à tous Very Happy
Voici, enfin le chapitre 5. Le chapitre où Mark débarque à Arendelle !

Chapitre 5 : Le Second Couronnement

-Votre majesté ! La cérémonie va bientôt commencée ! Il faut vous préparer !
-Très bien, Kay. J’arrive.
Elsa soupira en entendant les pas de Kay s’éloigner. Elle était nerveuse. Elle se leva, puis s’habilla, enfilant la même tenue que celle de son premier couronnement, ce qui raviva des souvenirs pénibles. Elle respira un grand coup : elle devait garder son calme, tout se passerait bien. Elle vit sur un meuble de sa chambre une boîte et un chandelier : ceux qu’elle avait empoignés avant son couronnement et qui s’étaient recouverts de glace… Entretemps, celle-ci avait fondue. Elle les empoigna à nouveau, respira et ferma les yeux. Au bout de quelques secondes, elle les rouvrit. Un sourire illumina son visage lorsqu’elle vit que, cette fois, aucune glace n’avait recouvert les deux objets. Elle les reposa. Son sourire disparut lorsque son regard s’arrêta sur le portrait accroché au-dessus du meuble : celui de son père, tenant les symboles royaux. La tristesse l’envahit : elle ne s’était jamais vraiment remise de la disparition de ses parents, quelques années plus tôt. Elle avait fini par aller sur leurs tombes quelques jours auparavant, mais cela n’avait pas diminué son chagrin.
En observant le portrait de son père, elle se demanda ce que ses parents auraient pensés d’elle s’ils avaient pu la voir en ce moment.
-Ils auraient été fiers de toi, tu sais.
Elsa sursauta, ce qui fit rire sa sœur, qui était entrée discrètement dans la pièce sans qu’elle ne l’entende. En entendant ce rire, Elsa sourit. Elle déclara :
-Je ne sais pas. Ils m’avaient toujours dit de cacher mes pouvoirs, de ne pas en parler. Et c’est exactement le contraire qui s’est produit…
Son sourire disparut. Anna lui dit :
-Nos parents voulaient avant tout que tu sois heureuse et que tu maîtrise tes pouvoirs. C’est réussi dans les deux cas, non ?
-C’est vrai.
Les deux jeunes femmes restèrent silencieuses quelques instants, puis Elsa exprima ses doutes :
-Je ne sais pas si ce second couronnement était une bonne idée.
-Bien sûr que si, Elsa. Il faut que la population d’Arendelle et les ressortissants étrangers sachent que tu contrôles tes pouvoirs et qu’ils peuvent te faire confiance.
-Tu as raison.
-Tout va bien se passer. Ne t’inquiète pas.
Les deux sœurs s’enlacèrent. Elsa demanda :
-Anna ?
-Oui ?
-Comment fais-tu ?
-Pour faire quoi ?
-Je t’ai blessé, tu as frôlé la mort à cause de moi et je t’ai fait souffrir pendant toutes ces années. Comment fais-tu pour toujours accepter de me pardonner ?
-Elsa, tu es ma sœur. Je t’aime. Je sais que tu n’avais pas de mauvaises intentions, tu voulais juste me protéger. Alors, disons juste que te pardonner me semble être la bonne chose à faire.
Elsa sourit. On frappa.
-Ma Reine, la cérémonie va commencer.
-Je viens, Kay.
Elsa et Anna sortirent de la chambre de la reine et partirent en direction de la chapelle.
=========================================================================================
La cérémonie se déroula comme la première fois à ceci près que, lorsque Elsa empoigna les symboles royaux, aucune glace ne les recouvrit. Lorsque le prêtre annonça : « La reine Elsa d’Arendelle » à la fin de la cérémonie, la foule répéta ces paroles, puis, lorsque le silence revînt, Elsa prit la parole :
-Peuple d’Arendelle, invités des royaumes étrangers, je vous remercie tous d’être revenu pour cette cérémonie. Certains d’entre vous se demandent peut-être pourquoi elle a lieu. Je tiens à leur répondre. Si vous êtes venus à mon couronnement, vous devez savoir qu’il s’y est passé des « évènements » qui ont pu vous faire douter de moi. Aussi, cette cérémonie est un symbole, le symbole de la promesse que je vous fais aujourd’hui : plus jamais, ce genre de choses n’arrivera. Vous pouvez me faire confiance. Aujourd’hui, j’accepte le titre de reine et j’en prends toutes les responsabilités. Je vous remercie.
La foule applaudit en scandant :
-Longue vie à la reine d’Arendelle !
=========================================================================================
Quelques heures plus tard, la nuit était tombée. La fête battait son plein dans le château. Au port, un petit bateau était en train de s’amarrer au quai. Le duc de Weselton sortit sur le pont, suivit de deux hommes. Il leur dit :
-Messieurs, vous connaissez votre mission. Voici la potion et bonne chance !, ajouta-t-il en leur donnant ladite potion.
L’un des hommes la prit, puis les deux hommes quittèrent le bateau et s’enfoncèrent dans les rues d’Arendelle, disparaissant, aux yeux du duc, dans le lointain. Ce dernier les regarda partir : il fallait qu’ils réussissent. Il tourna la tête et aperçut un bateau se dirigeant vers Arendelle. Il le reconnut sans problèmes : c’était le bateau qu’il avait fourni à Hans… Le plan allait débuter. Le duc espérait sincèrement qu’il réussirait. Le plan B était là, juste au cas où. Il observa les lueurs du palais au loin avant de murmurer, un sourire aux lèvres :
-Profitez de votre fête, Elsa. Ma vengeance a débuté et quand Hans sera roi d’Arendelle, je récupèrerai mes contrats commerciaux et je redorerai mon blason auprès des autres royaumes. Mais surtout, j’aurai l’immense plaisir de vous voir mourir et perdre tout ce qui vous est cher.
=========================================================================================
-C’est ça, Arendelle ? Ça n’a pas l’air si horrible.
-Le pays est charmant, c’est la reine qui est maléfique.
Hans et moi étions sur le pont. Le bateau entra dans le port d’Arendelle. Lorsqu’il fut amarré, un homme monta précipitamment à bord et glissa quelques mots à l’oreille de Hans. Il sourit et m’annonça :
-Je viens d’apprendre que les Iles de l’Est ne viendraient pas à la fête. Tu te feras donc passer pour le Prince Mark des Iles de l’Est.
Les Iles de l’Est… Un très beau pays situé, comme son nom l'indiquait, à l'est du monde connu. En ce qui me concerne, j’y étais allé plusieurs fois pour mes affaires.
Hans reprit :
-Donc, je récapitule, tu entres à la fête, tu te rapproches de cette sorcière et tu sympathises avec elle. Pour le reste, j’ai tout prévu. -Comment ça ?
-Je ne peux pas te le dire. Si cette reine arrivait à lire dans ton esprit ou pire, tout serait perdu. Et maintenant va mettre la tenue que j’ai préparé.
Lorsque je revins, je portais un costume des Iles du Sud. Hans arracha le symbole accroché dessus et m’observa.
-Tu es parfait, ils n’y verront que du feu.
Je descendis du bateau avec Hans. Il me dit :
-Mark, avant que tu n’y ailles, il faut que je te prévienne. Cette reine est une manipulatrice de haut niveau. Elle a réussi à retourner tout le peuple d’Arendelle contre moi. Méfies-toi toujours de ce qu’elle dit, fait ou paraît être. Elle va essayer de te manipuler. Et surtout, fais attention à toi d’accord ?
-D’accord, répondis-je avec un sourire.
Je m’éloignais en prenant la direction de la ville.
Quelques minutes plus tard, je marchais dans les rues. Je profitais du silence autour de moi pour réfléchir. Je me trouvais à Arendelle, pays que je ne connaissais pas, à essayer de vaincre une reine diabolique. Et dire qu’il y a cinq jours, je n’étais qu’un simple vendeur… Etrangement, je n’avais pas peur. Après tout, que pouvait me faire la reine dans une salle remplie de gens ? J’observais Arendelle. C’était très beau. Le village était magnifique et le château que j’aperçus au loin était sans nul doute le plus bel édifice que je n'avais jamais vu. Je courus dans sa direction. Arrivé là-bas, je pénétrais dans une cour remplie de simples citoyens qui discutaient avec animation. Je me dirigeais vers les portes. Les gardes m’observèrent un bref instant, puis me laissèrent passer. Le costume servait à quelque chose, on dirait…
J’entrais dans une salle de bal. De nombreux couples se donnaient en spectacle sur la piste de danse. J’avisais une chaise vide adossé au mur et m’y précipitais. Je m’assis et poussa un soupir de soulagement : j’étais entré. C’était donc cela une cour. C’était moins pompeux que ce que j’avais imaginé.
-Vous allez bien, Monsieur ?
Je faillis sursauter, et me tourna vers mon interlocuteur. C’était un homme, probablement un domestique, à en juger par ses vêtements et son attitude. Je lui répondis :
-Oui, tout va bien. Pourquoi ?
-Je ne sais pas. Vous sembliez fatigué et nerveux.
Quoi ?
-Non, ça va c’est juste que c’est ma première mission diplomatique.
Il me sourit :
-Tout va bien se passer. Ne vous inquiétez pas.
-Merci, monsieur… ?
-Vous pouvez m’appeler Kay.
-Et quelle est votre fonction ici Kay ?
-Eh bien je suis le majordome de son Altesse. Mais vous-même, d’où venez-vous ?
-Je suis…
Au moment où les mots « Mark Arberg » allaient sortir de ma bouche, je dus faire un effort pour les bloquer et les remplacer par :
-…le prince Mark des Iles de l’Est.
-Ah, les Iles de l’Est, j’en ai beaucoup entendu parler, vous savez.
-En bien, j’espère ?
-Evidemment.
Un silence gênant s’installa. Kay finit par le rompre en me demandant :
-Voulez-vous que j’aille vous chercher un verre, monsieur ?
-Volontiers. Qu’avez-vous comme alcool local ?
-Il y a le vin arendellien, si vous voulez.
-Ce sera parfait, merci.
Kay me sourit et partit en direction du buffet. Je parcourus la salle du regard, à la recherche de la reine. Hans me l'avait décrit comme une belle jeune femme aux cheveux blonds presque blancs. Mais personne ne correspondait à cette description. Je fus interrompu dans mes pensées par le retour de Kay.
-Tenez, Monsieur, dit-il en me tendant le verre.
-Merci.
Je pris le verre et but son contenu. Il était délicieux. Kay reprit mon verre et s'apprêta à repartir quand je lui demandai :
-Dites-moi, Kay, j'aimerais parler à la reine mais je ne l'ai jamais vu. Est-ce qu'elle est dans cette salle ?
Kay observa la salle, puis me répondit :
-Je ne la vois pas.
-C'est pour une affaire urgente. Vous ne sauriez pas où elle est ?
-Non monsieur, par contre, la princesse doit savoir où se trouve son Altesse.
-Qui ça ?
-La princesse Anna, la sœur de la reine.
-Et où se trouve-t-elle ?
-Là-bas, monsieur.
Il désignait du doigt une jolie jeune femme rousse qui dansait avec un jeune homme blond.
-Et maintenant, si vous voulez bien m'excuser, j'ai à faire. J'ai été ravi de vous rencontrer.
-Moi aussi Kay.
Et il s'éloigna en direction des portes de la salle.    
J'observais la personne qu'il avait désignée. C'était donc elle, la princesse Anna, celle dont Hans était tombé amoureux. Elle semblait pleine de vie, de joie et d'espoir. On devinait qu'il s'agissait de quelqu'un d'optimiste. Le jeune homme blond qui dansait avec elle, semblait heureux, lui aussi. Il s'agissait peut-être d'un prince qu'elle avait rencontré ce soir. Mais quelque chose ne collait pas. Il dansait étrangement, comme si il avait appris à le faire il y a peu de temps.
J'étais en train de me demander si je devais interrompre leur danse pour aller lui parler, quand le destin s'en chargea pour moi. Un homme rentra dans la salle et la parcouru du regard, tout en appelant :
-Kristoff !
Anna et son cavalier s'arrêtèrent de danser et celui-ci se dirigea vers l'homme qui l'avait appelé :
-Que se passe-t-il Karl ?
-On a un problème dans la réserve de glace du palais. Vu que tu es le livreur de glace officiel d'Arendelle, tu peux venir nous aider ?
Livreur de glace officiel d'Arendelle ? Ce titre existait ?
Kristoff soupira, lança à Anna un rapide "Je reviens tout de suite" et Karl et lui sortirent de la salle.
Profitant qu'Anna soit seule, je m'en approchais et toussais pour attirer son attention.
Elle leva la tête vers moi et me sourit. Je lui demandai :
-Excusez-moi, vous êtes bien la princesse Anna d'Arendelle ?
-Oui, mais je ne crois pas vous connaître, monsieur...?
-Oh, je suis le prince Mark des Iles de l'Est.
-Tiens, c'est curieux, je croyais que votre royaume ne pourrait pas venir. Vous n'aviez pas un couronnement ?
Et voilà ! Je savais bien qu'on aurait un problème avec cette fausse identité.
-Si, improvisais-je, mais il se trouve que je ne m'entends pas très bien avec ma famille. J'ai préféré venir ici.
-Les problèmes familiaux sont les pires de tous.
-Je ne vous le fais pas dire.
Un silence s'installa pendant quelques secondes, puis je dis à Anna :
-En fait, j'aurais voulu présenter à la reine mes hommages et mes excuses.
-Vos excuses ? Pourquoi donc ?
-Eh bien, mon bateau a été affreusement retardé, je suis arrivé seulement il y a une heure. Je n'ai pas pu assister au couronnement.
C’était Hans qui m’avait suggéré de dire ça, histoire d’avoir une raison de vouloir parler à la reine. Anna me répondit :
-Je vois.
Elle me sourit avant de continuer :
-Ma sœur est en train de régler une affaire commerciale avec le royaume de Corona. Mais elle ne devrait plus tarder.
-Je vois.
J'hésitais quelques secondes avant de demander :
-Dites-moi, votre cavalier ?
-Oui ?
-L'homme qui est venu le chercher a dit qu'il était "livreur de glace officiel d'Arendelle" ?
-Oui.
-Ce titre existe vraiment ?
Anna se mit à rire, avant de répondre :
-Maintenant, oui.
Nous fûmes interrompus par Kristoff qui revint. Lorsqu'il m'aperçut, son sourire disparut et il m'observa avec curiosité, tout en se rapprochant de nous. Lorsqu'il fût à côté d'Anna, il lui dit :
-C'était juste un très léger problème dans la réserve de glace. Il est résolu, maintenant. Tu ne me présentes pas ton ami ?
-Bien sûr que si. Kristoff, je te présente le prince Mark des Iles de l'Est. Prince Mark, je vous présente Kristoff Bjorgman, livreur de glace officiel d'Arendelle...
Elle s'interrompit avant d'ajouter en rougissant :
-...et mon fiancé.
-Oh, je vois. Eh bien, toutes mes félicitations.
Je serrais la main de Kristoff. Anna lui dit :
-Le prince Mark voudrait s'entretenir avec Elsa, enfin, je veux dire, avec la reine.
-Oui, dit Kristoff en souriant, notre reine est fort occupée.
-C’est vrai, confirma Anna.
Tout à coup, la porte s'ouvrit en grand et deux jeunes femmes rentrèrent dans la pièce. L'une était une jolie brune à cheveux courts, qui disait à sa voisine :
-Merci, Elsa. Il fallait absolument que ces questions commerciales soient réglées avant la fête à Corona la semaine prochaine.
Son interlocutrice, que je reconnus comme étant la reine grâce à la description que Hans m'en avait faite, lui sourit en lui répondant :
-Ce n'est rien, il fallait bien que je trouve un nouveau partenaire commercial principal. Tu es sûre que tu ne peux pas rester Raiponce ?
-Non, désolé. Eugène est tout seul là-bas et je ne crois pas qu'un voleur repenti soit la personne idéale pour préparer une grande fête.
-A bientôt, alors !
Elles se saluèrent puis Raiponce quitta la salle en saluant Anna, suivis de quelques hommes, des soldats de Corona vraisemblablement. Anna m’attrapa le bras :
-Venez !
Et nous nous dirigeâmes en direction de la reine. Lorsqu’elle m’aperçut, son visage prit une expression neutre. Sa sœur lui dit :
-Elsa, enfin Altesse, cet homme désire te parler.
-Très bien, Anna. Je te remercie.
Anna s’éclipsa pour rejoindre Kristoff et je me trouvais seul face à la reine. Contrairement à sa sœur, elle semblait plus mesurée, plus calme. Elle me demanda :
-Vous désiriez me parler ?
-Oui, je voulais vous présenter mes hommages et mes excuses.
-Pourquoi ?
-Je n’ai pu être présent cet après-midi. Cela ne fait qu’une heure que je suis à Arendelle. Mon navire a été affreusement retardé et je…
-Ce n’est pas grave, vous savez, m’interrompit-elle, mais vous ne m’avez pas dit qui vous êtes ?
-C’est vrai.  Je suis le prince Mark des Iles de l’Est.
-Je croyais que vous aviez un couronnement ?
-Disons simplement que j’ai quelques problèmes familiaux.
-Je vois.
Tout en continuant à discuter, je la regardais. Etait-ce vraiment une sorcière maléfique ? Elle n’en avait pas l’air. Elle ne semblait pas non plus être dotée de pouvoirs magiques.
-Bonjour à tous, je m’appelle Olaf et j’aime les gros câlins !
Quoi ? Je tournais la tête et faillis sursauter. Un bonhomme de neige venait d’entrer dans la salle et il était vivant ! Il se dirigea vers nous. En voyant mon visage, Elsa éclata de rire. Je lui demandais :
-Comment est-ce possible ?
-Eh bien, grâce à mes pouvoirs.
Elle attrapa un verre sur le buffet, me le montra puis je vis le verre se recouvrir de glace. J’étais stupéfait.
-C’est incroyable !
-Vous n’étiez pas au courant ?
-Bien sûr que non, mentais-je.
-J’avais cru que tout le monde le savait depuis ce qui est arrivé à mon premier couronnement.
-Et que s’est-il passé ?
Elle parut gênée.
-J’ai gelé Arendelle parce que je ne contrôlais pas mes pouvoirs. Mais j’ai appris à les contrôler depuis.
-J'ignorais qu'une personne puisse être dotée de pouvoirs de ce genre.
Avec un sourire, elle fit apparaître un magnifique flocon de neige, fait de glace. Admirant l'objet, je lui dis :
-C'est magnifique.
-C’est vrai, la neige est magnifique.
Le bonhomme de neige nous avait rejoints.
-Et lui, d’où est-ce qu’il vient ? demandais-je.
Avant qu’Elsa ne puisse répondre, le bonhomme de neige le fit.
-C’est Elsa qui m’a créé. Et je m’appelle Olaf.
-Moi, c’est Mark, lui répondis-je en souriant.
Tandis que nous continuions à discuter, je ne savais plus que penser. Les pouvoirs de la reine existaient…mais elle ne semblait pas vouloir s’en servir pour faire le mal. En principe, on ne créait pas de gentil bonhomme de neige quand on avait de mauvaises intentions. Était-elle en train de me manipuler ?
=========================================================================================
A l’extérieur, par la fenêtre, Hans observait Mark, Elsa et Olaf qui continuaient à parler. Visiblement, ils avaient sympathisé. C’était parfait. Le sourire aux lèvres, Hans sut qu’il était temps de lancer l’opération. Il partit vers les rues d’Arendelle, et alors qu’il allait disparaître dans la nuit, une voix l’arrêta :
-Alors, notre plan fonctionne, Hans ?
Hans faillit sursauter et se retourna. Derrière lui se tenait le duc de Weselton.
-Duc ? Mais qu’est-ce que vous faites là ? Si jamais, Mark vous voit, il…
-Votre ami, l’interrompit le duc, est en train de discuter avec cette chère Elsa d’Arendelle. Il ne me verra pas.
-Mais le plan stipulait que vous deviez rester à Weselton et attendre que j’aie pris possession d’Arendelle.
-Exact, mais je me suis rappelé une histoire.
-Laquelle ?
-C’était l’histoire d’une pauvre jeune femme que sa sœur avait rejeté pendant des années. Le soir du couronnement de cette dernière, elle rencontra un beau prince dont elle tomba amoureuse. Mais ce qu’elle ne savait pas, c’est que le prince était un manipulateur qui ne voulait que le trône…
Hans rougit :
-Qu’est-ce que ça veut dire ?
-Ça veut dire, mon cher Hans, que je ne suis pas Anna d’Arendelle. Il ne suffit pas que vous me fassiez un sourire charmeur pour que je vous fasse confiance. Je veux protéger notre alliance de toute forme de trahison.
Quelques secondes de silence passèrent puis Hans sourit avant de déclarer :
-Je ne vous trahirai pas. J’ai besoin de vos hommes et vous voulez que je vous offre des contrats commerciaux, ce qui ne me gêne en rien. Vous les aurez.
-Parfait.
-Dites-moi, les mercenaires que vous avez engagés sont arrivés ?
-Oui, leur bateau est dans le port.
-Très bien.
-Qu’allez-vous faire ?
-Je vais faire en sorte qu’Elsa soit reconnaissante à Mark, voire même qu’elle lui fasse confiance.
-Comment ?
-Voyons, duc, c’est vous qui avez écrit et fait porté la lettre aux mercenaires. Vous savez très bien ce que je vais faire.
-Je ne comprends pas en quoi cet enlèvement va convaincre la reine d’être reconnaissante envers votre ami.
-Vous le comprendrez bien assez tôt.
Hans s’éloigna en direction du port, tandis que le duc retournait à son bateau, en se demandant comment Hans allait s’y prendre.
=========================================================================================
Hans avait remis sa perruque, ses lunettes et sa fausse barbe. Il était sur le port, face au bateau des mercenaires. Il monta à bord. Un homme l’arrêta :
-Halte ! Qu’est-ce que tu veux ?
-On m’a demandé de vous transmettre un message.
Il lui tendit un morceau de papier. L’homme le prit et le lut. Hans savait parfaitement, étant donné que c’était lui qui l’avait écrit, que le message disait : « L’opération a commencée. Et souvenez-vous que je veux la cible vivante ». L’homme sourit en criant :
-On y va, les gars !
Cinq hommes quittèrent le bateau, et s’enfoncèrent dans la nuit. Seul l’un des mercenaires était resté, pour garder le bateau. Hans s’approcha de lui et lui demanda :
-Dis-moi, tu sais quel est le risque d’accepter un contrat sans connaître le commanditaire ?
L’homme sembla surpris. Il répondit :
-Non.
-Le risque qu’il te double.
Il assomma violemment l’homme, qui tomba par terre. Il sortit de sa poche une corde et le ligota, avant de le dissimuler dans la cale. Il commença alors la tâche qu’il s’était fixée. Lorsqu’il eut terminé, il sourit : tout était en place. Il n’avait plus qu’à aller faire de même dans son bateau. Il manquait juste un dernier détail. Il redescendit du bateau, prit l’objet qu’il avait amené avec lui et qu’il avait laissé sur le quai, puis remonta à bord et le posa sur le pont. Il s’éloigna rapidement, en direction de son navire, tout en murmurant :
-Arendelle sera bientôt à moi, ma pauvre Elsa. Quand vous commencerez à éprouver de la reconnaissance envers Mark, ce sera le début de la fin. Votre fin.


Voilà ! Qu'en pensez-vous ?
J'attends vos avis  Very Happy

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Yokill2B le Lun 26 Jan 2015, 21:24

Ah, enfin la suite des aventures de ce cher Mark Arberg !

Encore une fois, ce chapitre est vraiment bon. La narration alternant entre 3ème et première personne est un très bon parti pris, qui donne du rythme à la fanfiction, mais attention toutefois à ne pas trop en dévoiler dans les passages à la 3ème personne, comme le lecteur est censé suivre l'histoire du point de vue de Mark, je trouverais assez gênant perso d'en savoir trop, si lui en sait trop peu de son côté.
L'ironie dramatique, c'est bien. Trop, ça peut nuire à la fic.

Sinon, l'arrivée de Mark à Arendelle est plutôt très bonne, bien que un peu précipitée pour lui ! Je me demande vraiment si Hans va réussir à lui faire gober bien longtemps cette image manipulatrice et dangereuse d'Elsa.
Point positif, on peut véritablement avoir par moments l'impression que Hans croit lui-même vraiment à la version des faits qu'il raconte à Mark, même si je le soupçonne fortement de se servir de lui pour se venger des deux soeurs.

Bref, du bon boulot encore une fois, un chapitre moins axé sur les états d'âme du héros, mais plus rythmé et plus palpitant.
(et l'apparition de Raiponce et Eugène est sympathique aussi !)

Hâte de lire la suite !

_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 764
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 22
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Jeu 29 Jan 2015, 19:11

Merci pour ton message !
Je mets effectivement pas mal de passages à la 3ème personne, essentiellement car je suis fan des passages dans les films où les méchants complotent entre eux (par exemple dans La Menace Fantôme, les discussions entre Sidious et le vice-roi), mais rassure-toi je vais essayer de ne pas en mettre trop. Pour te répondre, il ne va pas lui faire gober ça bien longtemps, quelques chapitres tout au plus (5 ou 6 environ).

@Yokill2B a écrit:Point positif, on peut véritablement avoir par moments l'impression que Hans croit lui-même vraiment à la version des faits qu'il raconte à Mark, même si je le soupçonne fortement de se servir de lui pour se venger des deux soeurs.
Incroyable, comment t'as deviné ? jesuisdehors

Merci pour tes compliments Smile
La suite arrive bientôt Very Happy

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Ven 30 Jan 2015, 23:41

Très bon chapitre, très bien écrit Very Happy
Alors alors..un enlèvement ? J'ai du mal à imaginer le plan de Hans, je suis sûre que c'est un truc bien compliqué x) 
Enfin bon, vivement la suite, j'ai hâte de voir comment le plan va se dérouler Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Micky93 le Sam 31 Jan 2015, 19:04

WOUAAA !!! Shocked

Quelle histoire, j'ai vraiment hâte de lire la suite. C'est une très bonne fanfiction Very Happy

Bravo ! cheers
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1540
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par altario-tx le Dim 01 Fév 2015, 18:10

Alors wow cette fic est génial gg a toi, plus sérieusement g tout lue d'une traite sans m'en lasser, le fait que Hans puisse passer pour un gentil quand il parle avec son ami me parait bizarre mais je me rappelle vite que il doit se servir de lui plus qu'autre chose bon en tout cas j'ai adoré continue comme ça
avatar
altario-tx

Masculin Messages : 11
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Lun 02 Fév 2015, 23:15

Merci à vous!
Et voilà le chapitre 6. Un chapitre dont je ne suis pas entièrement satisfait. Bonne lecture !

Chapitre 6 : L’enlèvement

Olaf, Elsa et moi étions toujours en train de discuter. Ils écoutaient les histoires que je racontais à propos des nombreux pays que j’avais visités. La reine s’y intéressait au plus haut point : elle me confia qu’elle n’avait encore jamais eu l’occasion de quitter Arendelle. Olaf, quant à lui, se comportait comme un enfant curieux. Plus la soirée avançait, plus je doutais qu’Elsa soit mal intentionnée. Elle était curieuse de découvrir de nouvelles terres mais elle ne semblait pas avoir des envies de conquêtes. Et Olaf ne ressemblait décidément pas à une créature créée par un être avide de pouvoir.
=========================================================================================
 A l’extérieur, Kristoff et Anna se promenaient main dans la main en regardant les étoiles.
-C’est une belle nuit, déclara Anna.
-C’est vrai, dit Kristoff.
Il était très mal à l’aise. Il voulait faire sa demande en mariage à Anna, mais n’y arrivait pas. A chaque fois qu’il ouvrait la bouche pour le faire, sa voix refusait de sortir. « Allez, Kristoff, se disait-il, ce n’est quand même pas si compliqué, tout ce que tu as à faire, c’est mettre un genou à terre, lui tendre la bague et lui faire ta demande». Alors qu’il allait se lancer, il sentit une douleur atroce, eut l'impression que sa tête allait exploser et tout devint noir.
=========================================================================================
-Que pensez-vous des Iles du Sud ? me demanda Elsa.
-Un pays charmant, bien que trop chaud à mon goût.
-Et ses dirigeants ?
-Le roi est très sympathique. Pour ses treize fils, je dirais que ça dépend.
Nous étions en train d’échanger nos points de vue sur les souverains des pays étrangers, quand un cri retentit :
-Majesté ! Majesté !
Un homme arriva devant nous.
-Que se passe-t-il ? demanda l’intéressée.
-C’est horrible, je me promenais dans les rues quand j’ai aperçus votre sœur et son fiancé qui faisaient de même.  Quand tout à coup, cinq hommes se sont jetés sur eux. Ils ont assommés Kristoff et ont enlevé votre sœur.
-Quoi ? Comment ont-ils osés ?
La température de la pièce chuta tout à coup. L’homme reprit son récit :
-Je les ai suivis, ils se sont dirigés vers le port et sont montés dans un bateau.
Elsa sembla furieuse, mais aussi un peu inquiète. Elle appela Kay et lui dit :
-Préviens la garde et dis-lui de nous rejoindre sur le port.
-Très bien, votre Altesse.
Il s’éloigna. Elsa ordonna à l’homme de la conduire vers ce bateau et tous deux partirent en courant.
-Attendez-moi, hurlais-je.
Je leur courus après et finit par les rattraper. Elsa me dit :
-Cela ne vous concerne pas, prince Mark. Je vais régler cette affaire.
-Je peux vous aider, votre majesté. Je sais me battre.
Elsa hésita puis accepta et nous nous dirigeâmes vers le port.
=========================================================================================
Kay traversait le palais pour rejoindre et prévenir les gardes quand un serviteur l’arrêta.
-Kay, attends.
Il s’arrêta.
-Que se passe-t-il ?
-Je voudrais te montrer quelque chose.
Il sortit de sa poche, une petite fleur. Kay se renfrogna :
-C’est pour ça que tu m’as arrêté ? La princesse est en danger !
-Attends, ce n’est pas fini. Sens son parfum, il est extraordinaire.
Il approcha la fleur du nez de Kay, qui la sentit. Aussitôt, il se sentit fatigué et tomba au sol, endormi. Le serviteur sourit. Les effets de la plante duraient un bon quart d’heure. Les gardes n’arriveraient qu’à la fin. Un homme barbu rentra dans la pièce, lui prit la fleur des mains et lui lança :
-Bien joué ! Rentre au bateau, tu ne nous sers plus à rien ici.
Le serviteur disparut tandis que l’homme barbu s’assit. Il contemplait la fleur. Elle avait été achetée chez un mage puissant avant le départ pour Arendelle. A travers ces postiches, Hans sourit : il n’avait plus qu’à attendre le réveil de Kay pour rappeler à celui-ci d’aller chercher les gardes.  
=========================================================================================
En courant, je me fis la réflexion que c'était très curieux, cet enlèvement qui arrivait, comme par hasard, pendant que j'étais là. Se pourrait-il que...? Non, ce n'était pas son genre. Nous finîmes par arriver sur le port. L’homme nous désigna un bateau.
-C’est celui-là.
-Très bien, attends nous ici, ordonna Elsa.
Nous avançâmes en direction du bateau. En s’approchant, nous entendîmes des voix à bord :
-Mais qu’est-ce que tu attends pour lever l’ancre ?
-Le mécanisme a été saboté, on est bloqués.
-Quoi ?
Ils furent interrompus par notre montée à bord. Je pus voir le bateau dans son ensemble. J’étais stupéfait. Il était dans un état épouvantable. Les voiles avaient été déchirés, la coque était parsemée de trous, semblant avoir été causés par une hache, et d’après ce que j’avais entendu, le mécanisme associé à l’ancre avait été saboté. Les hommes s’aperçurent de notre présence et tirèrent leur épée. Anna se trouvait ligotée et bâillonnée derrière eux. Elsa congela les jambes de l’un d’eux, ce qui me permit de l’assommer et de récupérer son épée. J’engageai le combat avec l’un d’eux que j’assommais et je fis de même avec un autre. Elsa en neutralisa un avec ses pouvoirs. Il n’en restait plus qu’un. Il tira un poignard, attrapa Anna et lui plaça le poignard sur la gorge. Il nous cria :
-Arrêtez ça tout de suite ou elle meurt.
Nous étions coincés. Je promenais mon regard sur le sol à la recherche de n’importe quoi qui pourrait m’être utile quand j’aperçus un arc et une flèche. Je fondis sur lui et encocha la flèche. Je lui ordonnais :
-Lâche la princesse, immédiatement !
-Jamais ! On m’a promis une fortune en échange de cette femme.
Je compris alors pourquoi il n’avait pas bougé quand je m’étais emparé de l’arme. Il lui fallait Anna vivante. Cependant, il restait dangereux. Je visais son épaule et tira. La flèche s’enfonça dans la partie visée et il lâcha Anna en hurlant de douleur. Cette dernière l’assomma d’un coup de poing bien placé. Elsa s’approcha d’Anna et la serra dans ses bras.
-Oh Anna, j’ai eu si peur…
-C’est bon, Elsa. Tout va bien maintenant.
En souriant, elle ajouta :
-Grâce au prince Mark.
-C’est juste.
Elle s’approcha de moi et me dit, en souriant :
-Prince Mark, je veux vous adresser mes plus sincères remerciements pour avoir sauvé ma sœur.
-Ce n’était rien, votre Altesse.
-Bien sûr que si. Désormais, vous avez toute ma gratitude.
J’eus un sourire et lui répondis :
-Mais cela n’aurait pas été possible sans cet…
Je m’interrompis en regardant l’arc, et je compris qui avait organisé cet enlèvement. Ainsi mon soupçon était fondé. Cela me répugnait. C’était lui qui avait…
-Tout va bien ? demanda Elsa.
Je souris en répondant :
-Bien sûr.
Tandis que les gardes arrivaient et capturaient les mercenaires, mon regard se posa à nouveau sur l’arc. Un oiseau qui déployait ses ailes y était gravé. Le symbole des Iles du Sud.
=========================================================================================
Nous avions quitté le bateau et marchions dans la nuit, en direction de l’endroit où gisait Kristoff, assommé. L’homme qui nous avait conduits au bateau avait disparu. Il n’était plus à l’endroit où nous l’avions laissés. La reine ne s’en était pas étonnée mais moi je savais que cet homme avait dû être placé là par Hans. Rien d'étonnant, donc, à ce qu'il ait déguerpi. Lorsque nous fûmes près de Kristoff, Anna le réveilla en le secouant et il demanda :
-Qu’est-ce qui s’est passé ?
Anna lui expliqua tout et lui et elle me remercièrent chaleureusement ce qui me mit profondément mal à l’aise. Il fallait que je parle à Hans. Je dis à la reine :
-Je dois retourner à mon bateau.
-Nous vous accompagnons.
J’aurais préféré y aller seul mais je ne voyais pas donner un ordre à la reine. Nous marchâmes jusqu’à mon bateau et mes yeux s’écarquillèrent. Mon bateau était exactement dans le même état que celui des mercenaires. Voyant cela, Anna glissa quelques mots à l’oreille de sa sœur, qui me dit ensuite :
-Ne vous inquiétez pas, je vais faire réparer votre bateau. En attendant, je vous hébergerais au château. C’est le moins que je puisse faire pour vous remercier.
-J’accepte avec plaisir, votre Altesse, répondis-je avec un sourire gêné.
Pour plus de sécurité, elle ordonna aux gardes de fouiller le bateau, mais ceux-ci n’y trouvèrent personne.
Je dis à la reine que j’avais des affaires à récupérer dans le bateau et elle, Anna, Kristoff et les gardes partirent vers le château. Elsa m’avait dit que Kay me montrerait ma chambre. Resté seul, je montais dans le bateau et entra dans la cabine du capitaine en la refermant. A cet instant, une trappe parfaitement dissimulée s’ouvrit dans le sol et Hans en sortit et la referma en me demandant :
-Alors, comment ça s’est passé ?
-C’était toi ?
-C’était moi quoi ?
-C’était toi qui était à l’origine de l’enlèvement d’Anna.
Hans sourit en répondant :
-Qu’est-ce qui m’a trahi ?
-L’arc que j’ai trouvé à bord était le même que celui que j’ai manié pendant le voyage.
-Oui, je l’ai placé là.
-Mais tu es complètement fou, Anna a failli mourir et …
-Anna ne risquait rien. Tout était calculé.
-Comment ça ?
-J’ai adressé une lettre à un groupe de mercenaires pour leur demander d’enlever Anna. Ensuite, j’ai saboté le bateau pour qu’ils ne puissent pas s’enfuir. Et pour finir, un de mes hommes vous a gentiment prévenus de cet enlèvement et vous a conduit au bateau.
Ainsi, j'avais eu raison au sujet de cet homme ! Je me renfrognais en déclarant :
-Tu as fait ça parce que tu savais que j’accompagnerais Elsa pour sauver sa sœur.  Et tu as placé l’arc pour que je m’en serve.
-Il était évident que la reine et toi viendriez à bout des mercenaires rapidement, mais l’un d’eux aurait pu menacer Anna, ça s’est déjà vu.
-Comment pouvais-tu savoir que j’arriverais à utiliser l’arc ? Cet homme aurait pu tuer Anna pendant que je prenais cette arme. Il nous avait menacés.
Hans éclata de rire en répondant :
-Impossible ! Jamais ces mercenaires n’auraient osé la tuer.
-Et pourquoi ?
-Parce qu’il n’aurait pas été payé. La lettre disait que je voulais Anna vivante. Sans parler du fait qu’ils auraient vu se déchaîner sur eux la colère de la reine aux pouvoirs de glace.
-Mais qu’est-ce qui t’a pris de faire ça ?
-Pour qu’Elsa soit reconnaissante envers toi, il fallait que tu l’aides à sauver ce qu’elle aime le plus : sa sœur.
-Mais ce n’était pas une raison pour…
-Ecoute. Regarde le résultat. Elle t’est reconnaissante et tu as un accès au palais.
-A ce propos, je suppose que c’est aussi toi qui as abîmé le bateau.
-Bien sûr. Il était évident qu’Elsa se sentirait redevable et t’accueillerait au palais pendant les réparations.
-Mais qu’est-ce qui t’est arrivé ? Comment as-tu pu devenir aussi calculateur ?
Hans se renfrogna :
-J’ai juste décidé de vaincre la reine avec ses propres armes. Elle a manipulé le peuple d’Arendelle et a calculé mes réactions, tout ça pour obtenir mon renvoi du pays.
Il resta silencieux avant d’ajouter :
-Et c’est le résultat qui compte. Nous allons pouvoir l’amener jusqu’au miroir. Et elle avouera ses horribles projets.
-J’ai des doutes sur ton histoire.  La reine semble si…
-Sympathique ?
Hans se tut avant de poursuivre :
-C’est ce que je me suis dit aussi quand je l’ai rencontré, et elle m’a manipulé. Ne lui fais pas confiance.
-Mais elle aime sa sœur !
-Et alors ? Qu’est-ce que tu croyais ? Même les pires êtres humains aiment quelque chose ou quelqu’un.
Il n'avait pas tort. Je finis par déclarer :
-Admettons. Et qu’est-ce qu’on fait maintenant ?
-Tu va passer quelques jours au palais. Continue à sympathiser avec elle. Quand le moment d’agir sera venu, je t’expliquerais ce que tu dois faire.
-Très bien.
Au moment où j’allais sortir, Hans me dit :
-Si tu en as l’occasion, fouilles le bureau de la reine. Tu y trouveras peut-être une preuve.
J’acquiesçais et quittait le bateau pour retourner au palais.
=========================================================================================
-C’est bon, duc, vous pouvez sortir, dit Hans en rouvrant la trappe par laquelle il s’était caché auparavant.
Le duc de Weselton sortit. Il lui dit :
-Votre ami ne semble pas entièrement convaincu. Vous n’êtes pas inquiet ?
-Non, tout cela ne doit durer que quelques jours. Il faut juste qu’il y croit jusqu’à ce qu’il emmène Elsa à la grotte. Et ensuite, nous aurons gagnés.
-Mais qu’y a-t-il dans cette grotte ? Vous ne me l’avez toujours pas dit.
-Quelque chose qui m’aidera à obtenir le trône d’Arendelle. Vous verrez bien sur place.
-Très bien. Je retourne à mon bateau.
Le duc s’éloigna, puis s’arrêta et demanda :
-Et, quand votre ami saura la vérité, qu’est-ce qu’on fera à son sujet ?
-Je lui ferais une proposition. Et il acceptera, j’en suis sûr.
Le duc hocha la tête et quitta le bateau pour se diriger vers le sien.


Voilà !
Que pensez-vous du plan que Hans vient de mettre en pratique ? Et que va-t-il arriver par la suite, à votre avis ?
J'attends vos reviews, avis,... Smile

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Lun 02 Fév 2015, 23:32

Alors............super chapitre, comme d'hab Razz 
Toutefois, j'ai eu l'impression que ça passait hyper vite. C'est pas hyper gênant au contraire ça donne l'action -enfin je me comprend- le fait que paf on est avec tel point de vue, puis on change et on se retrouve avec un nouveau point de vue, ... après c'est l'impression que j'ai eu et j'ai bien aimé ^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par rebellious heart le Lun 02 Fév 2015, 23:49

Bon alors, je viens juste de me mettre à cette histoire ! Je ne vais pas m'éterniser dans ce commentaire, j'en referai un plus long éventuellement chapitre par chapitre, si j'ai le temps ... ^^
Mais bref, je devais te dire que j'aime beaucoup ta fic !!! Very Happy

L'idée est originale et intéressante; l'écriture fluide; le tout agréable à lire ...
Je trouve le personnage de Mark touchant et sympathique, bien que très naïf quand même ! Razz

Hans a décidément tout prévu dans son plan ... On reconnait bien là le rusé calculateur qu'il est !
Par contre ôte moi un doute : Vicieux Thon il sert pas à grand chose en fait ?  bravo

Bon, je n'ai aucuuuune idée de ce qui se trouve dans la grotte; par contre à mon avis Mark va :

Spoiler:
Découvrir peu à peu Elsa, voir tomber amouuuuureux ^^, et finir par la croire puis là Hans va faire quelque chose de machiavélique comme d'hab' pour le retourner à nouveau contre elle ... Comme ça, ça fait plein de scènes dramatiques !  Razz

Non en fait je rigole, je n'en ai aucune idée alors c'est pour ça que j'attend la suite avec impatience !   Wink

_________________
La vie ce n'est pas d'attendre que l'orage passe, c'est d'apprendre à danser sous la pluie ...
(Sénèque) 

avatar
rebellious heart

Féminin Messages : 304
Date d'inscription : 20/12/2014
Age : 15
Localisation : Dans les cuisines du château, en train de subtiliser du chocolat ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Micky93 le Mar 03 Fév 2015, 12:20

J'ai lu et je trouve que c'est un bon chapitre. Smile

Pour ma part, je pense que, comme l'a dit rebellious heart, notre cher ami va peu à peu s’attacher à notre Elsa, au point d'en tomber amoureux et découvrir que Hans l'a monté contre elle pour se venger. Par la suite, je pense qu'il va se retourner contre Hans et lui faire payer tout ceci. Pour ce qui est de la grotte, j'ai pensé à une urne magique, un peu comme dans OUAT.

Bien sûr, ce n'est qu'une idée mais j'attends la suite. Very Happy
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1540
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par altario-tx le Mar 03 Fév 2015, 21:08

Alors ce chapitre était tout simplement génial, d'abord j'ai apprécier les changement de point de vue rapide ça donne plus de vie au récit, bu moins je trouve.
L'enlèvement l'attaque les explications de Hans était super on à des réponse a certaines question et on voit bien que Marck se méfie de Hans je le voit bien ce retourné contre lui.
Sinon un petit bémols c'était je trouve un peut cour mais c'est pas grave continue comme ça je kiff
avatar
altario-tx

Masculin Messages : 11
Date d'inscription : 28/01/2015
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Jeu 26 Fév 2015, 23:48

Merci à tous !
Voilà le chapitre 7 ! Un chapitre où l'action débute et ne va pas s'arrêter avant la victoire de Hans et la défaite d'Elsa et Anna (à moins que ce soit l'inverse, vous ne le saurez qu'en lisant Very Happy ).

Chapitre 7 : Le début de la fin :

Trois jours passèrent. J’étais rentré au château tout de suite après ma discussion avec Hans et j’y avais trouvé Kay qui m’avait montré ma chambre. J’en avais profité pour lui demander  pourquoi les gardes avaient mis autant de temps à venir et il m’avait répondu qu’on l’avait endormi avec une plante mystérieuse et qu’à son réveil, un homme lui avait rappelé qu’il devait aller chercher les gardes. Décidément, Hans avait vraiment tout prévu…
Je passais ces trois jours avec essentiellement Anna, Olaf et Kristoff et je me sentis de plus en plus mal à l'aise de mentir à ces gens qui eux, semblaient me faire confiance.
Le troisième jour, quand Anna me demanda si il y avait quelque chose de particulier que je voulais faire, je lui dis que j'aurais aimé voir le palais de glace dont elle m'avait parlé la veille. Elle sembla ravie et alla demander à la reine si elle voulait se joindre à nous, et cette dernière accepta. Rapidement, nous fûmes installés dans le traineau de Kristoff, tracté par son renne, dénommé Sven et nous partîmes en direction du palais. Evidemment, Olaf s’était joint au voyage. Je me mis à l'avant à côté de Kristoff, laissant la reine et la princesse en famille. En montant en traineau, j'aperçus une maison en bois. Je demandais à Kristoff :
-C'est quoi, la maison là-bas ?
-La boutique d'Oaken, répondit Kristoff en regardant la maison en question, ou plutôt le bazar et sauna de "Chez Oaken".
C'était donc là qu'était sa boutique. Je lui demandais :
-Il est sympathique, cet Oaken ?
-Oui, à condition de ne pas lui manquer de respect.
Anna pouffa, comme si Kristoff venait de dire quelque chose de drôle. Elle lui demanda :
-Tu veux parler de la fois où tu l'as traité d' "escroc" ?
-C'est un escroc. Ses prix sont totalement exagérés.
-Bien sûr, oui, dit Anna sans paraître convaincue.
Et elle entama une discussion avec sa sœur. De mon côté, je demandais à Kristoff :
-Il s'est passé quelque chose, dans cette boutique ?
-Eh bien, c'est là que j'ai rencontré Anna, pendant que la reine s'était enfuie.
Au cours des derniers jours, Anna m'avait résumé sommairement la fuite d'Elsa dans les montagnes et le sort qui avait été jeté sur Arendelle. Etrangement, elle n'avait pas évoqué le nom de Hans.
Avec un sourire, je lui dis :
-Oh, je vois.
J'aperçus sur le côté une plaine. Je demandais à Kristoff :
-Il y a quelque chose là-bas ?
-La vallée des trolls.
-Des trolls ?
J'en avais entendu parler, notamment par Anna dans son récit, mais je n'en avais jamais vu. Kristoff déclara :
-Oui, ce sont eux qui m'ont élevés.
-Mais qu'est-ce qui est arrivé à tes parents ?
-Ils sont morts quand j'étais petit.
Il ne semblait pas vouloir s'étendre sur le sujet. Je n'insistais pas.
Au bout de quelques heures, le traineau s’immobilisa et Kristoff annonça :
-Nous sommes arrivés !
Je regardais autour de moi et vit sans peine le palais. Il était splendide. A faire pâlir d’envie les meilleurs sculpteurs. Je restais émerveillé devant ce spectacle et quittais le traîneau pour aller vers l’escalier, entièrement construit en glace, qui y conduisait. Mais lorsque je fus proche de l’escalier, la neige remua et, à ma grande horreur, je me retrouvais en face d’un monstre des neiges gigantesque qui me regardait d’un air menaçant. Je fis quelques pas en arrière en m’efforçant de ne pas hurler. Elsa quitta le traîneau, suivie d’Anna et de Kristoff, et dit au monstre des neiges :
-Du calme, Guimauve, il est avec nous.
J’étais stupéfait. Je demandais à Elsa :
-Vous le connaissez ?
-C’est moi qui l’ai créé pour faire partir Anna quand je vivais ici, dit Elsa d’un air gêné.
-D’accord. Comment avez-vous dit qu’il s’appelait ?
-Guimauve.
Quoi ? Mais ce nom ne lui correspondait pas du tout. Au mieux, il était étrange, au pire, il était carrément ridicule. C’est ce que je tentais de dire à Elsa avec mon regard surpris et elle m’avoua :
-C’est Olaf qui a choisi ce nom.
-Oui, confirma le bonhomme de neige, vous ne trouvez pas ça mignon ?
-Si et c’est exactement pour ça que ça ne lui convient pas, pensais-je.
-Tu n’as rien vu ? demanda la reine à Guimauve.
-Non, répondit-il, personne ne vient jamais par ici.
Il avait une voix grave et puissante.
-Bon, nous allons aller faire un tour dans le palais, annonça Elsa.
-Très bien, dit Guimauve.
Et il reprit sa place, caché dans la neige.
Nous montâmes le magnifique escalier de glace et arrivâmes devant la porte. Elsa l’ouvrit et nous entrâmes.
=========================================================================================
Le duc de Weselton était dans son bateau avec Hans. Il lui demanda :
-Alors, où en est-t’on ?
-Nous lancerons l’opération dans l'après-midi. Encore un peu de patience, duc.
-Parfait. Et où se trouve votre ami ?
-Il doit actuellement visiter le palais de glace d’Elsa.
Cette révélation rendit le duc nerveux. Ses hommes étaient revenus et lui avait annoncé le succès de leur mission. Le plan B était opérationnel et prêt à être activé si besoin était. Mais si jamais la reine se doutait de quelque chose en allant dans les montagnes… Le duc exprima d’autres inquiétudes qui le traversaient :
-Êtes-vous sûr que votre ami nous amènera Elsa ? Il ne m’a pas semblé convaincu, la dernière fois et je doute que quelques jours en sa compagnie l’aient fait basculés en notre faveur.
-Ne vous inquiétez pas. Ses doutes le feront aller fouiller dans le bureau d’Elsa et, ensuite, l'un de vos hommes se servira de ça.
Il expliqua rapidement au duc ce qu’il fallait que cet homme fasse avec cet objet et le duc accepta de participer.
-Je retourne à mon bateau, annonça Hans, nous nous retrouverons à la grotte et c'est là que vous pourrez assister à la dernière étape de mon plan. Pour aller là-bas, il vous suffira de vous servir du plan que j'ai posé sur votre bureau.
-D'accord, j'y serais.
Hans s’éloigna, puis s’arrêta en apercevant un petit portrait représentant un homme, posé sur le bureau dont il avait parlé il y a un instant. Il alla jusqu’à ce dernier, prit le portrait et demanda :
-Qui-est-ce ? Il ne me dit rien…
-Ce ne sont pas vos affaires, Hans. Contentez-vous de prendre possession du royaume et de me donner mes contrats commerciaux.
-Très bien.
Il reposa le portrait et quitta le navire. Le duc observa le portrait et tandis qu’une rage profonde s’affichait sur son visage, une larme coula lentement sur sa joue…
=========================================================================================
L’intérieur du palais était au moins aussi beau que l’extérieur. Même les mots « splendide » et « magnifique » étaient en dessous de la vérité. Mes doutes refirent surface : d’accord, la reine était capable de créer un monstre des neiges, mais est-ce qu’une personne mauvaise pouvait réellement créer un palais aussi superbe ? A cet instant, je pris une décision : en rentrant, j’irais jeter un œil dans le bureau d’Elsa, histoire d’en avoir le cœur net.
Après avoir visité le palais, nous rentrâmes au château. Nous étions au milieu de l’après-midi quand nous arrivâmes. J’informais le groupe que j’avais quelque chose à faire seul, ils acquiescèrent et Elsa m’informa que mon bateau serait prêt à reprendre la mer le lendemain après-midi. Je la remerciais et me dirigea vers ma chambre. Une fois à l’intérieur, je regardais par la fenêtre et vit Elsa, Anna et Kristoff se diriger vers la ville. C’était le moment ou jamais. Je me dirigeais vers le bureau d’Elsa et ouvrit la porte. Elle n’était pas fermée à clef. Je commençais à fouiller les meubles, et tombais sur plusieurs lettres, mais rien qui concerne ce plan de conquête. Au bout d’un certain temps, je stoppais mes recherches : visiblement, il n’y avait rien. Hans avait dû se tromper ou il m’avait menti. Mais dans quel but ? Tandis que je réfléchissais, je m’aperçus que l’un des tiroirs était plus grand à l’extérieur qu’à l’intérieur. Je tentais de soulever le fond du tiroir et je réussis. Quelqu’un avait simplement posé une planche pour créer un double fond. Je pris les documents qui étaient à l’intérieur : il s’agissait de deux courtes lettres. J’en ouvris une et mon sang ne fit qu’un tour : c’était l’écriture du duc de Weselton. Je lus la lettre, et j’eus l’impression que mon cœur venait de s’arrêter. Elle disait :
"Ma Reine,
Je vous écris pour vous dire que le petit problème « Hans » est réglé. Il est actuellement en prison dans son pays et ne risque donc pas de faire échouer nos plans. Le fait que le public est appris l’existence de vos pouvoirs, qui aurait pu être catastrophique, n’est plus un problème. Je vous félicite encore une fois d’avoir réussi à retourner à votre avantage le fait qu’Hans ait découvert nos plans. Pour en revenir à ce que vous m’avez demandé, j’ai trouvé le candidat idéal : un certain Mark Arberg, simple vendeur de Weselton.  Tachez de faire en sorte qu'il vous fasse confiance. Le moment venu, vous pourrez alors aspirer son énergie vitale pour amplifier vos puissants pouvoirs. Vous avez acquis la sympathie de la plupart des royaumes, ce qui nous sera très utile quand nous mettrons notre plan à exécution.
Je vous adresse mes hommages,
Votre ami, le duc de Weselton."
Aspirer mon énergie vitale ? Elsa était donc aussi diabolique que Hans me l'avait fait entendre ? Je m'étais laissé manipuler moi aussi ?
Sans réfléchir, j'attrapais la deuxième lettre, qui était également de l'écriture du duc, et la lut :
"Ma Reine,
Nous avons un problème : Mark Arberg a disparu. Lorsque j'ai voulu vous l'envoyer, il a été libéré de mon palais par un homme mystérieux. De plus , j'ai appris que Hans s'était évadé. Je suis presque sûr qu'il est impliqué. C'est l'un de mes hommes qui vous a apporté cette lettre. En effet, je suis déjà à Arendelle. Venez me retrouver sur mon bateau à 16 heures précises, le jour où vous recevrez la lettre afin que nous discutions des éventuels changements de nos plans. Utilisez vos pouvoirs de métamorphose pour qu'on ne vous reconnaisse pas.
Bien à vous,
Le duc de Weselton"
Le duc était à Arendelle ? Je m'aperçus que la lettre était datée d'aujourd'hui et qu'il était 15h45. Il fallait que je voie si cette réunion aurait lieu. Je remis tout en place et je courus à l'extérieur.
=========================================================================================
Elsa marchait dans le couloir pour retourner à son bureau. Elle aperçut quelqu'un qui courait dans le sens opposé de celui par où elle marchait. Elle crut reconnaître Mark et se demanda où il pouvait bien aller aussi vite. Elle entra dans la pièce et referma la porte. Mais à peine était-ce fait que des coups frappaient à la porte, accompagnés d'une voix :
-Ma Reine, je peux entrer ?
Elsa fut surprise : elle ne connaissait pas cette voix.
-Qui est-ce ?
-Je dois absolument vous parler.
-Entrez.
La porte s'ouvrit et un homme entra. Il portait barbe et cheveux noirs ainsi qu'une paire de lunettes.
-Qui êtes-vous ?
-Je dois vous montrer quelque chose.
Il tira de sa poche une petite fleur qu'il fit passer sous le nez de la reine. Celle-ci observa la fleur, surprise :
-Eh, bien, qu'y a-t-il ?
-Sentez son parfum.
Elsa s'exécuta et sentit la fatigue s'emparer de ses membres jusqu'à ce qu'elle tombe au sol, endormie. L'homme eut un large sourire, ouvrit le tiroir et s'empara des lettres du duc, ainsi que de la planche qui avait servi à créer le double-fond. Puis il dissimula Elsa dans un coin de la pièce. L'effet allait durer pendant un bon quart d'heure. Il fallait faire vite.
=========================================================================================
Arrivé sur le port, je vis un bateau hissant fièrement les couleurs du duché de Weselton. Je courus jusqu'à son bord. Il était entièrement vide. J'allais dans la cabine du capitaine, mais à peine arrivé, j'entendis du bruit et me cachait dans une grande armoire. J'entendis la porte s'ouvrir puis se refermer et après quelques secondes de silence, j'entendis la voix du duc dire :
-Heureusement que vous avez conservé votre voix, ma chère. Je ne vous aurais pas reconnu sous ce déguisement.
-Ces imbéciles croient que le contrôle de la neige et de la glace sont mes seuls dons, déclara une voix.
Mon coeur fit un bond dans ma poitrine : c'était la voix d'Elsa.
-Je vous ai demandé de venir pour savoir où en sont nos plans et si vous avez vu trace de Hans ou de Mark Arberg.
-Je n'ai pas vu Hans. En revanche, j'ai vu votre Mark Arberg, il se fait passer pour un prince des Iles de l'Est.
Je retins une exclamation : elle m'avait reconnue ?
Le duc demanda :
-Comment l'avez-vous su ?
-Je connais bien les familles royales. Or il n'existe aucun prince Mark aux Iles de l'Est. Ensuite il a eu l'amabilité de garder son prénom. Ce n'était donc pas très difficile à deviner.
-Vous m'impressionnez ! Mais connaissez-vous ses intentions ?
-Malheureusement, non. Mais ce n'est pas très grave. J'aspirerais son énergie vitale à la première occasion et mes pouvoirs seront décuplés.
-Ravi de l'entendre. Quand agirons-nous ?
-Rien n'est changé. Nous attaquerons les Iles du Sud, le jour de leur fête nationale.
-Très bien, ma Reine.
J'entendis un bruit : elle se levait.
-Je retourne au palais. A bientôt, duc.
-A bientôt, votre Majesté.
Ils quittèrent la pièce tous les deux, me laissant seul.
=========================================================================================
Anna était inquiète. Dès leur retour du palais de glace, Kristoff avait reçut un message lui demandant de se rendre dans la montagne du nord à certaines coordonnées précises, pour une affaire urgente et confidentielle en rapport avec son rôle de livreur de glace officiel d'Arendelle. Elle avait demandé à l'accompagner mais il avait refusé, disant que c'était son travail. Il était donc parti depuis presque une heure et demie. Elle s'inquiétait pour lui et l'enlèvement auquel elle avait échappé n'était pas là pour la rendre optimiste. Des coups frappèrent à la porte :
-Princesse Anna ?
-Qui est là ?
-J'aimerais vous parler.
-Entrez.
Un homme entra et referma la porte. Sa barbe et ses cheveux noirs encadraient son visage et il portait des lunettes.
-Qui êtes-vous ? demanda Anna.
L'inconnu lui sourit.
-Allons, vous ne m'avez quand même pas déjà oublié, Anna.
Sur ce, l'inconnu enleva ses lunettes, sa perruque et sa fausse barbe. Anna le reconnut cette fois :
-Prince Hans !
-Très bien, je vois que vous vous souvenez de moi.
Anna fut rouge de colère :
-Qu'est-ce que vous faîtes ici ? Vous devriez être enfermé. Je vais appeler la garde !
-Vous pouvez essayer.
-Comment ça ?
-Vous voyez la fumée là-bas ?
Anna regarda par la fenêtre et vit qu'une épaisse fumée s'élevait dans les airs. Hans déclara :
-La plupart de la garde est en train d'essayer de maîtriser cet incendie. Pour les autres, disons qu'ils sont momentanément hors course.
Anna bouillit de rage :
-Qu'est-ce que vous faîtes ici ? Comment osez-vous reparaître à Arendelle après ce que vous m'avez fait ?
-Je ne vous ai rien fait.
-Vous avez essayé de me tuer !
-Non, je vous ais laissé mourir, il y a une nuance.
-Si c'est pour essayer de reprendre le trône d'Arendelle que vous êtes venu, c'est peine perdue. Vous avez essayé une fois et vous avez échoué.
-Mais cette fois, ma chère, mon plan est infaillible et malheureusement pour vous, vous en faîtes encore parti. Disons que vous êtes le pion qui va me permettre de faire échec au roi ou plutôt...à la reine.
Il sortit la fleur de sa poche et fit respirer son odeur à Anna, qui s'écroula au sol, endormie.
Il ouvrit la porte. Quatre hommes attendaient derrière. Il désigna Anna en leur ordonnant :
-Emmenez-là à la caverne et attendez-moi là-bas. Le plan que je vous ai donné vous y mènera.
-Bien, Monsieur, déclarèrent les hommes.
Ils empoignèrent Anna et s'éloignèrent. Hans sourit en songeant qu'il ne lui restait plus qu'une chose à faire : parler à Mark afin que ce dernier amène Elsa jusqu'à la caverne...
=========================================================================================
Je ne saurais dire comment j'étais sorti du bateau. Elsa m'avait manipulé. Je m'étais fait avoir. "Hans t'avait prévenu", me dit une petite voix au fond de ma tête. Cette reine diabolique avait réussi à me faire douter de mon meilleur ami. J'avais honte. Je fus appelé par une voix :
-Mark !
Hans était là, déguisé avec ses postiches et ses lunettes.
-Tu en fais une tête ! Qu'est-ce qui ne va pas ?
-Tu avais raison, je suis allé dans son bureau, j'ai trouvé des lettres du duc qui lui était adressé et je les ai entendus comploter. Elsa veut aspirer mon énergie vitale pour amplifier ses pouvoirs. J'aurais dû t'écouter. Je suis désolé.
Hans m'adressa un sourire compatissant :
-Ne t'inquiètes pas ! Moi aussi je me suis fait avoir.
Il resta silencieux avant de déclarer, tout en me tendant une feuille de papier :
-Et rassures-toi, elle n'aura pas le temps d'aspirer ton énergie vitale car la dernière étape du plan a commencé. Va la trouver et dis lui que ce qu'elle cherche se trouve dans la grotte indiquée par cette carte, que tu as trouvé auprès des gens qui lui ont pris ce qu'elle a perdu.
-Ce qu'elle a perdu ?
-Je lui ai pris quelque chose et elle va vouloir le récupérer.
Je pris la carte. Il continua :
-Ensuite, conduis-là jusqu'à cette grotte et le Miroir de la Vérité pourra agir et la forcer à révéler ses projets.
-Très bien.
J'étais, cette fois-ci, fermement décidé à agir. Il fallait stopper les plans maléfiques d'Elsa.
=========================================================================================
Elsa ouvrit les yeux. Elle se souvenait d'un homme qui lui avait fait sentir une fleur mais rien de plus. Une lettre était posé dans sa main. Elle l'ouvrit et son sang se glaça : il s'agissait d'une demande de rançon pour sa soeur. Elle courut jusqu'à la chambre d'Anna, mais n'y trouva personne. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux mais elle se calma. Elle entendit alors la voix de Mark :
-Votre Majesté !
-Je suis là !
Mark entra et vit qu'elle avait les larmes aux yeux. Il demanda à la reine ce qu'il se passait et elle le mit au courant pour la demande de rançon.
-Justement, déclara Mark, j'ai surpris des hommes discutant d'un enlèvement. Ils ont perdu cette carte. D'après ce qu'ils ont dit avant de la perdre, elle indiquerait l'endroit où ils ont enfermé leur "cible". Je pense que nous devrions y aller.
-Je ne peux pas vous demander de risquer votre vie pour ma soeur.
-Je veux vous aider à la sauver.
-Très bien.
Elsa et Mark descendirent aux écuries. Ils prirent chacun un cheval et ils partirent au galop en direction de la montagne de l'est, comme indiqué sur la carte.

Voilà !
Je ne suis pas entièrement satisfait, donc n'hésitez pas à laisser vos remarques et critiques.
Je les attends Smile

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Ven 27 Fév 2015, 11:05

Et bien écoute, ce chapitre était plutôt bien écrit et intéressant. Tu gère plutôt bien le scénario et tout semble être cohérent donc bon, très plaisant à lire Smile
Pauvre Mark, petit pion girouette. Bon je trouvais juste un peu gros le coup que Hans ai la même voix que Elsa...soit il est trop fort soit j'ai pas compris comment c'est possible.. Mais sinon, c'est vraiment très bien Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Micky93 le Ven 27 Fév 2015, 13:40

J'aime bien ce chapitre, et je dois dire que je l'ai trouvé plutôt intéressant. J'ai vraiment envie de connaître la suite des événements, donc, continue comme cela, c'est très bien. Very Happy
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1540
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Ven 27 Fév 2015, 20:52

Merci à vous deux !
En fait, Gelwarin, cette histoire de voix identiques sera justifiée dans un des prochains chapitres. Par contre, ce sera une explication très simple, et donc ce n'est pas impossible que vous trouviez ça un peu facile :sorry:
La suite devrait arriver bientôt Smile

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Mer 18 Mar 2015, 18:59

Alors voici le chapitre 8 ! Un chapitre un peu plus court que les précédents.
Bonne lecture Very Happy

Chapitre 8 : La Caverne :

Elsa et moi galopâmes dans la montagne en suivant la carte. Nous ne parlâmes guères. De mon côté, je ne pensais qu’au fait que j’avais failli me faire avoir par la reine. Mais c’était terminé. Elsa allait devoir avouer ses intentions.
Perdu dans mes pensées, j’entendis le hennissement de mon cheval, et avant que je ne puisse réagir, ce dernier se cabra et me fit tomber. Je me relevais et vit ce qu’il s’était passé : un loup avait mordu mon cheval et un autre en avait fait de même avec celui d’Elsa qui était, elle aussi, tombée à terre. Une meute de loups se dressait devant nous. Fort heureusement, j’avais sur moi l’épée que Hans m’avait donné quelques jours plus tôt. Je réussis donc à en tuer quelques-uns et Elsa en neutralisa d’autres avec ses pouvoirs.
Tout à coup, l’un des loups réussit à me mordre la main, me faisant lâcher mon épée et ressentir une vive douleur. J’aperçus un peu plus loin la carte qui menait à la caverne, que j’avais dû laisser tomber quand mon cheval s’était cabré. Elsa la vit et s’en empara. Je sus alors ce qu’elle allait faire :  en profiter pour aspirer mon énergie vitale. J’étais seul face au loup qui m’avait mordu, qui se prépara à se jeter sur moi. Elsa avait, de son côté, réussi à neutraliser tous les loups qui étaient près d’elle sauf un. Elle m’aperçut et, à ma grande surprise, elle utilisa ses pouvoirs pour se débarrasser du loup qui m’attaquait. Malheureusement pour elle, elle avait oublié le dernier loup qui se jeta sur elle et lui mordit le bras. Elle poussa un hurlement de douleur. De mon côté, j’attrapais mon épée avec ma main valide et éliminais le dernier loup.
Je m’accroupis près d’Elsa. Je n’en croyais pas mes yeux :
-Vous m’avez sauvé ?
Elsa me sourit en me répondant :
-Vous aussi, il me semble.
-Mais vous avez risqué votre vie pour moi ?
-Vous avez bien risqué la vôtre pour sauver ma sœur.
-Merci.
-De rien. Tenez, reprenez votre carte, dit-elle en me la donnant, il faut nous remettre en route.
-Mais, vous êtes blessée !
-Faîtes ce que vous voulez mais moi, je vais chercher ma sœur. Mon bras pourra guérir. Mon cœur, en revanche, ne s’en remettra pas si jamais je la perds.
-Très bien, remettons nous en route.
Nous reprirent place sur nos chevaux, après les avoir calmés, et nous suivîmes la carte. De mon côté, j’étais à nouveau chamboulé : Elsa venait de me sauver la vie… et elle aurait pu y rester. Non, ça suffit ! J’avais eu la preuve qu’Elsa avait de mauvaises intentions. Elle était probablement en train de me manipuler.  
Finalement, au bout d’un certain temps, nous arrivâmes devant une caverne située à gauche du chemin que nous avions emprunté. J’indiquais à Elsa que c’était là et nous entrâmes. Nous cheminâmes dans la caverne, jusqu’à ce que nous trouvions la sortie. Nous débouchâmes alors dans une vaste clairière entourée de parois percées de plusieurs cavernes.
-Laquelle est-ce ? demanda Elsa.
-D’après la carte, il s’agit de la troisième sur la gauche en partant de la grotte par laquelle on est entrés. Celle-là, ajoutais-je en désignant la caverne en question.
Nous entendîmes des bruits venants de l’intérieur.
-Anna, s’exclama Elsa.
Et elle courut à l’intérieur de la grotte. Je voulus la suivre mais à cet instant, j'entendis un bruit de coup et la silhouette de Hans émergea de la caverne. Il me sourit en me disant :
-Bien joué, Mark. Elsa est neutralisée. Maintenant, rentres à Arendelle, cache-toi là-bas et attends que je revienne. Quand je le ferais, Elsa sera à mes côtés et grâce à l’effet du miroir, elle avouera ses horribles projets.
-Très bien.
Je sortis de la clairière par la grotte et, à peine, avais-je émergé de la caverne que j’aperçus un traineau qui arrivait dans ma direction. Je ravalais ma salive : Kristoff était à son bord. Il m’interpela :
-Prince Mark !
-Kristoff !
-Où est la reine ?
-Attendez, que faites-vous ici?
-Ce matin, j’ai reçu un message me demandant de me rendre dans la montagne du nord à certaines coordonnées précises pour mon travail. J’y suis allé et j’ai attendu. Au bout d'une dizaine de minutes, des hommes sont arrivés et m'ont attaqué. J'en ai neutralisé quelques-uns avant de prendre la fuite devant le nombre d'ennemis qui me faisait face. Je suis retourné en ville le plus vite possible. Là, on m’a informé de l’enlèvement d’Anna et qu’Elsa et toi étiez partis à sa recherche dans la montagne de l’est. D’où ma question : où est la reine ? Est-elle dans cette grotte ? demanda-t-il en désignant du doigt la caverne d’où je venais de sortir.
-Je ne sais pas. Elle allait plus vite que moi. J’ignore où elle se trouve.
-Vraiment ?
Kristoff avait l’air peu convaincu. Il descendit du traineau et entra dans la caverne. Je le suivis rapidement. Dans la clairière, Kristoff s’approcha de chacune des grottes. Lorsqu’il fut devant celle par laquelle Elsa était descendue, il tendit l'oreille, puis me dit :
-J’entends du bruit dans celle-là.
Et avant que je ne puisse l’en empêcher, il entra dans la grotte en courant.
Paniqué, je le suivis en faisant de même. Après avoir cheminé quelques instants, j’arrivais dans une salle à l’intérieur de la caverne. Un grand miroir était placé dans le fond. Le Miroir de la Vérité, sans doute. Hans et plusieurs hommes se trouvaient près du miroir. Aucun ne me vit entrer. Kristoff s’était dissimulé derrière un gros rocher. Il attrapa ma jambe et me tira vers lui en me disant :
-Venez, ils sont trop nombreux.
Bientôt, je fus moi-même dissimulé derrière le rocher. Kristoff observa les hommes, puis me dit, d’un ton surpris:
-Hans est ici ? Mais comment se fait-il que la reine et la princesse soit allongées au sol ? Je croyais qu’Elsa avait juste un peu d’avance sur vous. Vous avez une explication ? me demanda-t-il avec fureur.
Je décidais de me lever et d’aller voir Hans pour qu’il explique tout à Kristoff, mais je m’arrêtais net quand j’entendis une voix :
-Alors, Hans, en quoi ce miroir va-t-il nous aider ?
-Vous allez voir, duc.
Je fus abasourdi : c’était la voix du duc de Weselton. Hans et le duc travaillaient ensemble ? Mais alors… Je jetais un œil dans leur direction et dans un coin, je vis Anna et Elsa allongées sur le sol, comme Kristoff l’avait dit. Elles étaient vraisemblablement inconscientes. Hans reprit la parole :
-Je vous présente le miroir de William Drake, dit-il en tendant son bras vers le miroir.
Il ne s’agissait pas du Miroir de la Vérité ?
Hans continua :
-Il a été créé il y a quelques décennies par William Drake, un de plus puissants sorciers ayant vécu à Arendelle. Cet homme avait semé la terreur dans tous les pays où il s’était rendu. Finalement, c’est ici, dans cette caverne, qu’il prépara son armée pour prendre le contrôle de tous les royaumes. Il s’agit de son dernier repaire. Il y construisit le miroir pour lui servir de moyen de défense. Mais ce dernier n’empêcha pas sa défaite : les armées de Coronna, de Weselton, des Iles du Sud et d’Arendelle s’unirent et réussirent à le vaincre. Et cela, malgré le miroir qui donna du fil à retordre aux hommes de ces pays.
-Mais comment avez-vous appris son existence ?
-Après qu’Anna soit partie à la recherche de sa sœur, j’ai trouvé la carte dans un des livres de la bibliothèque royale d’Arendelle qui parlait de William Drake. J’y ai aussi trouvé l’incantation à utiliser, dit-il en tapotant sa poche.
-Et à quoi sert ce miroir ?
-Mieux vaut une courte démonstration qu’une longue explication.
Il interpella un des hommes en désignant Elsa :
-Toi ! Place là devant le miroir !
L’homme s’exécuta. Dans le miroir, on apercevait désormais le reflet d’Elsa.
Hans sourit :
-Parfait. Allons-y !
Il sortit une feuille de sa poche, la déplia et se mit à psalmodier des mots étranges. Lorsqu’il eut terminé, une petite sphère bleue apparut sur le miroir. Elle se transforma en un rayon bleu qui frappa Elsa de plein fouet, puis devînt vert et revînt frapper le miroir. Après quelques secondes de silence, nous fûmes tous abasourdis. Si Elsa ne bougeait toujours pas, son reflet, quant à lui, bougea légèrement. Puis il s’assit en nous tournant le dos. Il se leva ensuite, toujours en nous tournant le dos, puis se retourna face à nous. Nous observions, avec stupeur, Elsa étendue sur le sol et son reflet debout dans le miroir.
Le reflet observa les hommes et son regard s’arrêta sur Hans. L’Elsa reflétée lui sourit. Mais pas avec un sourire sympathique ! Plutôt avec un sourire amusé. Elle marcha dans sa direction. Elle s’approcha de la paroi du miroir, tendit son bras… et ce dernier passa au travers du miroir, bientôt suivie du reste de son corps.
Le reflet d’Elsa venait d’émerger du miroir, un large sourire aux lèvres.


Voilà ! Que pensez-vous de ce chapitre ?
J'attends vos avis Very Happy

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Micky93 le Jeu 19 Mar 2015, 13:35

J'ai lu ton chapitre, et je dois dire que j'ai bien aimé. J'ai hâte de voir ce qui va se passer à présent. Quant au reflet d'Elsa, je ne sais quoi penser. On verra bien ce que tu nous réserveras pour le prochain chapitre.Smile
En tout cas, vivement la suite. Very Happy
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1540
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Lizzie3105 le Ven 20 Mar 2015, 22:03

Je suis ta fic depuis le début mais je n'ai jamais commenté.. bravo
(Bon au pire je ne fais jamais de commentaire constructif.. bravo )
Mais je n'ai pas lu les deux derniers.. :sorry:
Sinon j'adore !! Very Happy
Et puis faut que je me replonge dans l'histoire parce que là.. x)

_________________
avatar
Lizzie3105

Féminin Messages : 850
Date d'inscription : 23/12/2014
Age : 16
Localisation : Terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Sam 21 Mar 2015, 11:21

Wouhaaa *O* Super chapitre ! Il était vraiment trooooop bien ♥

Ah et avant que j'oublie, j'ai adoré cette phrase :
Mon bras pourra guérir. Mon cœur, en revanche, ne s’en remettra pas si jamais je la perds.

Non vraiment c'était super, j'ai hâte de voir la suite maintenant, encore plus que d'habitude ! Vite vite vite, le prochain chapitre Razz

-Ce n'était pas très construit comme commentaire, mais j'y peux rien x) -

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Mer 06 Mai 2015, 00:41

Et voici enfin le chapitre 9 ! Un chapitre assez court, mais j'espère que vous l'aimerez quand même.

Chapitre 9 : Le Duel du Montagnard :

Nous étions abasourdis devant ce prodige. Seul Hans n’avait l’air nullement surpris et souriait en observant le reflet d’Elsa. Le duc fut le premier à briser le silence :
-Incroyable !
-Oui, confirma Hans, Drake l’avait construit pour défendre son repaire. Si un de ses ennemis arrivait jusqu’ici, il lui suffisait de faire en sorte que cet opposant se reflète dans le miroir, puis d'utiliser sa formule et le tour était joué.
Il se tut un instant avant d'ordonner à un des hommes, tout en désignant Elsa :
-Replace-là où elle était.
L'homme s'exécuta et déposa Elsa à côté de sa soeur. Puis le duc demanda à Hans :
-Qui vous dit que ce reflet va nous aider ?
-Les reflets ont pour maître la personne qui a lancé l'incantation. Par conséquent, c'est à moi qu'elle obéit.
La fausse Elsa se contenta de sourire, tout en effectuant un léger hochement de tête, sans doute pour confirmer les paroles de Hans.
Le duc demanda :
-Très bien, mais que faisons-nous maintenant ?
-Nous redescendons à Arendelle, nous réglons un dernier petit détail et le trône d'Arendelle sera enfin à moi.
C'est à cet instant précis que je compris : je m'étais fait avoir. Manipulé par une personne en qui j'avais confiance. J'étais abbatu.
Hans, le duc et leurs hommes prirent la direction de la sortie quand l'un d'eux prit la parole en désignant Elsa et Anna :
-Qu'est-ce qu'on fait d'elles ?
Hans les regarda comme si il les avait oubliées. Puis un sourire diabolique s'afficha sur son visage et il désigna quatre des hommes présent en leur ordonnant :
-Vous quatre, vous restez là, vous éliminez ces deux femmes et vous faîtes disparaître leur corps dans les montagnes. Je ne veux plus jamais entendre parler de la famille royale d'Arendelle.
Quoi ? Cela ne pouvait pas être vrai. Le meilleur ami que j'avais eu ne pouvait pas avoir prononcé cette phrase, ordonnant la mise à mort de deux personnes. Et pourtant, c'était bien ce qu'il avait fait.
Les quatres hommes restèrent là et regardèrent partir Hans, le duc et le reste des hommes.
A peine avaient-ils disparus que Kristoff bondit de derrière le rocher et réussit à assommer deux des hommes. Ceux-ci n'avaient pas réagis : leur surprise suite à l'apparition soudaine du montagnard et la rapidité de ce dernier les avaient empêchés de réagir. Au même instant, j'entendis la voix du duc qui provenait du chemin par lequel il était parti. Elle disait :
-Passez-moi donc le parchemin avec l'incantation. J'aimerais l'examiner.
-Avec plaisir, duc.
Puis Kristoff ramassa l'épée d'un des hommes assomés puis réussit à neutraliser les deux autres sans grande difficulté. J'étais resté les yeux écarquillés : je ne pensais pas Kristoff capable de ça.
A cet instant, la voix du duc retentit de nouveau :
-Il m'a semblé entendre quelque chose d'étrange en bas. J'y vais.
-Je viens avec vous.
-Non, redescendez à Arendelle et emparez-vous du trône. C'est tout ce  qui compte. Je vous rejoindrais là-bas.
-Très bien.
Il revenait ! J'alertais Kristoff :
-Le duc revient !
Mais avant que nous ayons pu faire un mouvement, le duc entra. Avec stupeur, il nous observa. Puis il sourit et sortit une petite fiole de sa poche. Il la lança à mes pieds. Elle se brisa en laissant échapper une fumée violette. Lorsqu'elle se dissipa, je voulus bouger mais je ne pouvais plus : j'étais paralysé. Impossible de bouger. Etant donné que j'avais bougé dans la fumée, je n'avais plus le duc dans mon champ de vision. Les seules choses que je pouvais voir étaient Kristoff, le miroir, Elsa et Anna. J'entendis la voix du duc à gauche de ma tête, qui disait, sans doute pour lui-même :
-Je savais bien que cette substance pétrifiante finirait par être utile. Et maintenant, à l'autre !
Kristoff le menaça :
-Essayez d'approcher, duc !
-Pourquoi faire ?
J'entendis le duc psalmodier quelques mots étranges que je reconnus : l'incantation du miroir. Avec horreur, je me rendis compte que Kristoff se reflétait dans celui-ci. Mais il était trop tard. Le reflet de Kristoff émergea du miroir. Puis le montagnard se retourna et fut très surpris de se retrouver face à un autre lui-même. Le duc ordonna :
-Occupes-toi d’eux !
Le reflet sourit. Puis j’entendis des pas : le duc s’en allait. Une fois remis de sa surprise, Kristoff menaça son reflet avec son épée. Ce dernier sourit et lui asséna un coup violent dans l’estomac, ce qui lui fit lâcher son épée. Le reflet ramassa l'épée tombée au sol et la pointa en direction de Kristoff. Ce dernier reprit son souffle et se jeta sur une autre épée appartenant aux hommes du duc. Le reflet parla, avec la même voix que son adversaire :
-Tu veux te battre ? Nous ne sommes pas obligés d'en arriver là.
Kristoff, bien que surpris, parvint à répondre :
-Je ne te laisserai pas leur faire du mal.
-Regardez-moi, ce preux chevalier, on y croirait presque. Tu te prends pour Sir Galavant ? Tu n'as aucune chance face à moi.
-Permets-moi d'en douter.
-Très bien.
Et le combat débuta. Les lames de Kristoff et du reflet se heurtaient avec fracas. Les deux combattants évitèrent chacun les coups que l'autre essayait de leur porter. Au bout d'un moment, Kristoff lança :
-Alors ? Je croyais que je n'avais aucune chance.
-C'est parce que je suis toi. Je sais tout de toi. J'ai toutes tes compétences. Je suis ta copie parfaite. Et donc j'ai tes compétences en escrime.
-Tu n'es donc pas plus fort que moi ?
-Non, je suis aussi fort que toi. Enfin, en théorie.
-Comment ça en théorie ?
-Je suis aussi fort que toi quand tu es au meilleur de ta forme. Or ce n'est pas le cas.
Je compris, Kristoff fatiguait mais pas son adversaire. Le combat reprit de plus belle. Mais cette fois, le reflet parla :
-Pourquoi te bats-tu, Kristoff ? Cette princesse ne voudra jamais de toi pour époux.
-C'est faux.
-De toute manière, tu seras toujours numéro deux dans son cœur. Elsa d'Arendelle restera la personne qu'Anna aime le plus. Si elle avait le choix entre te sauver toi ou sa sœur, c'est sa sœur qu'elle choisirait.
Kristoff ne répondit pas. Le reflet continua :
-La preuve, sur le lac gelé, elle a choisi de se sacrifier pour sa sœur plutôt que de vivre avec toi. Si elle devait te sacrifier pour la sauver, elle n'hésiterait pas une seule seconde.
Kristoff gardait le silence en enchaînant les coups pour tenter de toucher son adversaire. Celui-ci continuait de parler :
-Quelle ingratitude après tout ce que tu as fait pour elle ! Après avoir risqué ta vie face à des loups, un monstre des neiges géant et un blizzard. Sans parler du traîneau que tu as perdu à cause d'elle. Alors, pourquoi continues-tu ? Elle ne mérite pas que tu te battes pour elle.
Kristoff annonça :
-On t'a assez entendu.
Et il s'élança vers lui afin de lui porter un coup. Le reflet sourit et lui asséna un coup de coude dans l'estomac, ce qui le déstabilisa puis il le frappa avec force, ce qui le fit s'écrouler au sol. Il posa son pied sur l'épée de Kristoff qui était tombée au sol et lui dit :
-C'est fini, tu as perdu. Et maintenant, tu vas mourir.
Kristoff mit la main sur une dague appartenant à un des hommes du duc et la tendit en direction du reflet qui éclata de rire en demandant :
-Tu espères me vaincre avec cette arme ?
-Non, pas avec cette arme.
Et Kristoff trancha la main qui tenait l'épée de son adversaire. Cette dernière tomba au sol. Le montagnard la prit et l'enfonça dans la poitrine du reflet. Ce dernier regarda l'épée plantée dans son corps et se mit à hurler. Une lueur bleutée apparut sur les contours de sa blessure, devenant de plus en plus aveuglante, et le reflet explosa. Lorsque la lumière se dissipa, il ne restait plus qu'un rayon de lumière bleue, qui réintégra le miroir.
Quelques minutes plus tard, je pus à nouveau bouger : les effets de la fumée paralysante devaient s'être dissipés. Je courus jusqu'à Kristoff et le félicitais. Il me remercia et annonça :
-Bon, je vais réveiller Anna.
Il se dirigea vers la princesse et la secoua doucement en lui disant :
-Anna, réveille-toi.
Au bout de quelques minutes, elle ouvrit les yeux et dit :
-Kristoff ? Où suis-je ? Et où est Hans ?
-Commences par réveiller ta sœur.  
Anna se retourna, et vit Elsa couchée au sol avec son bras blessé. Elle fut traversée par un frisson d'horreur et secoua doucement sa sœur, tout en l'appelant. Finalement, Elsa ouvrit les yeux, aperçut Anna et la serra dans ses bras.
-Que s'est-il passé Anna ? Où sommes-nous ?
-Je n'en sais rien. Tout ce que je sais, c'est que Hans m'a enlevée, m'a fait respirer l'odeur d'une fleur et que je me suis réveillée ici.
Elsa écarquilla les yeux en demandant :
-Hans ?
Anna hocha la tête. Elsa annonça :
-Mais oui, je me souviens. Nous étions à ta recherche, en suivant une carte que le prince Mark avait trouvé. Je suis descendu dans la grotte et après...
Elle se tînt la tête en continuant :
-J'ai dû être assommée.
-Et ta blessure ?
-Ce sont les loups qui nous ont attaqués.
Elsa resta silencieuse, puis son regard se posa sur Mark, l'air furieux :
-Vous allez peut-être pouvoir m'expliquer pourquoi vous ne m'avez pas suivi, quand je suis entrée dans la caverne.
Kristoff déclara :
-Oui, je crois qu'il a beaucoup de choses à nous dire.
Je décidais de leur raconter toute l'histoire depuis le début.  
Quand j’eus terminé, Elsa était rouge de colère et me demanda :
-Vous voulez dire que vous êtes entré dans mon royaume à seul fin de me livrer à un ennemi d’Arendelle ? Un  prince assoiffé de pouvoir qui a pour seul but de m'éliminer afin de s'emparer de mon trône ?
-Mais je ne le savais pas. Hans était mon ami et je lui faisais confiance. Il m'a trahi.
Je m'assis et me pris la tête dans les mains. Comment Hans avait-il pu en arriver là ? Qu'est-ce qui était arrivé à la personne que je connaissais ? Comment avait-il pu me trahir et me manipuler à ce point ?
Finalement, Anna s'avança vers sa sœur et lui dit :
-C'est inutile de t'énerver. Hans s'est servi de lui... comme il l'a fait avec moi.
Elsa soupira en disant :
-D'accord.
Puis elle demanda :
-Où est Hans ?
-Il est redescendu à Arendelle avec votre reflet pour la suite de son plan, répondit Kristoff.
-Très bien, allons-y.
Mais quand les autres furent sur le point de quitter la caverne, ils remarquèrent que j'étais toujours assis. Anna me demanda :
-Est-ce que ça va, Mark ?
-Tout va bien, répondis-je d'un ton sarcastique, je viens juste de découvrir que mon meilleur ami s'était servi de moi pour obtenir un trône en assassinant une reine, mais à part ça, tout va très bien.
Elsa, Anna et Kristoff restèrent silencieux. Finalement, je décidais de retrouver Hans. Il fallait que je lui parle. Je me levais, ce qui surpris les trois autres, et je leur dit :
-Bon, allons-y, redescendons à Arendelle.
A cet instant, le regard d'Anna se reposa sur la blessure d'Elsa et elle demanda :
-Ne faudrait-il pas d'abord soigner ton bras ?
-Nous n'avons pas le temps. Qui sait ce qu'Hans manigance en ce moment, pour s'emparer du royaume ?
-J'ai une idée, lança Kristoff, si vous êtes blessée, nous pourrions faire un détour par la clairière des trolls. Grand Pabbie aura sûrement un moyen de vous soigner.
Il vit ma main ensanglantée, qui me faisait de plus en plus mal, et ajouta :
-Tous les deux.
Elsa hésita :
-Je ne sais pas si...
-Nous y allons, l'interrompit Anna, pour affronter Hans, mieux vaut disposer de toutes nos forces.
Elsa finit par acquiescer et nous nous dirigeâmes vers l'extérieur, afin de retourner au traîneau de Kristoff.


Voilà !
Que pensez-vous de ce chapitre ?
J'attends vos avis Very Happy  

Remarque : Le personnage de Galavant, cité par le reflet, est le héros de la série du même nom dont je suis fan Very Happy
Le dialogue "-Tu n'as aucune chance face à moi ; -Permets-moi d'en douter" est un clin d’œil à la scène entre le comte Dooku et Mace Windu dans l'arène de Star Wars Episode II.

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum