La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Page 2 sur 15 Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Dim 01 Fév 2015, 10:49

Merci à vous deux, ça fait plaisir. Very Happy

A vrai dire, je ne sais pas trop.  scratch J'ai pensé à quelques trucs mais comme ça, sur un coup de tête. Soit faire une suite directe, soit raconter le passé du comte ou alors écrire tout autre chose. Je suis vraiment indécis, il se pourrait que je fasse une autre fanfic ou pas.


Dernière édition par Micky93 le Dim 01 Fév 2015, 18:12, édité 1 fois
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par SnowMonster le Dim 01 Fév 2015, 17:01

A la limite, si tu n'en fais pas une autre, essaie de corriger les fautes et imperfections de celle-ci.

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Minka le Mar 10 Fév 2015, 23:29

Alors mon tour maintenant. Wink

Une fanfic hyper rapide, peut être un peu trop à mon goût, mais ça reste mon avis perso.
Franchement tu es parti sur de supers bonnes idées, dommage qu'elles n'aient pas été plus développées que ça.
Ton histoire est sympa à lire sinon et comme tu le disais en com. après lecture de ma fic, effectivement il y a de petites similitudes. Décidément... Razz

Sinon j'espère que tu en ré écriras une prochainement. Smile

_________________
Attention l'orthographe et moi ça à toujours fait 2...c'est mathématique. jesuisdehors

avatar
Minka

Féminin Messages : 267
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : La montagne du Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Mer 11 Fév 2015, 13:27

Minka, alors oui, je sais, c'est effectivement très court comme histoire et je suis désolé que tu l'aies trouvé trop courte et pas assez détaillé, mais je suis content que, dans l'ensemble, tu l'aies apprécié. Very Happy

Pour le reste, je suis vraiment indécis, par moments, je ne cesse de me casser la tête afin d'imaginer une autre histoire en guise de suite, mais hélas, je n'ai pas encore trouvé ce que je cherche, l'avenir nous le dira.
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Ven 13 Fév 2015, 16:09

Voici le chapitre 5, j’espère qu'il vous plaira.  Wink

Pour infos, j'ai juste changé le nom du navire par un nouveau. Petit détail de rien du tout je sais.



Chapitre V: Retour au bercail

C'est par un beau matin du mois de septembre qu'un navire de guerre nommé Le Cardinal du Nord s'en revint d'une mission après trois longues années passées en mer. Ayant agi au nom de la couronne, la mission consistait à poursuivre pour ensuite mettre hors d'état de nuire un navire ennemi réputé pour être la cause de nombreux méfaits. Bien que le navire adverse eût comporté davantage d'hommes tout en étant nettement mieux équipé, Le Cardinal du Nord avait tout de même remporté la victoire grâce à l'ingéniosité ainsi qu'au talent remarquable dont avait fait preuve le capitaine. Malheureusement, cette victoire avait également coûté la vie à de nombreux hommes. Après tant d'années éloigné de leurs familles, il était grand pour l'équipage de rentrer finalement au bercail. Le capitaine du nom de Sirius Black tenait la barre lorsque son second vint lui parler.

- Heureux de pouvoir enfin retourner à la maison, n'est-ce pas capitaine ? Demanda le second.
- En effet monsieur Mills. Il était grand temps que cette aventure s'achève enfin. Répondit Sirius.
- Il me tarde de retrouver ma chère Maria. Elle m'a terriblement manqué vous savez.
- Je comprends l'ami. D'ailleurs tous ces hommes sont pressés de retourner auprès de leurs femmes ainsi que de leurs enfants pour certains.

Voyant son équipage aujourd'hui réduit depuis leur départ, le capitaine afficha peu à peu une expression de tristesse sur son visage. Il repensait à tous ces hommes qu'il avait perdus au cours de ce périple. Tous ces hommes qui gisaient désormais au fond de l'océan. Le voyant ainsi, le second prit à nouveau la parole.

- Qui y a-t-il capitaine ? Demanda le second.
- C'est que... Nous avons perdu tant d'hommes durant cette mission Graham, et je m'en veux tellement. Répondit Sirius.
- Vous n'avez pas à vous reprocher quoi que ce soit capitaine, vous n'êtes aucunement responsable de leur mort.
- Mais peut-être que si j'avais été davantage à la hauteur...

Le capitaine n'eut guère le temps de terminer sa phrase que son second lui fit signe de la main gauche de s'arrêter. Sirius ne dit plus mot, ce qui permit à Graham de parler à nouveau.

- Si votre père avait assisté en vue de ce que vous avez accompli pour mener à bien cette mission, je peux vous assurer qu'il aurait été fier de vous. Dit Graham.
- Vous le pensez vraiment ? Répondit Sirius.
- Vous êtes un grand capitaine Sirius, vous ne devriez pas douter autant de vos capacités. Et pour répondre à votre question, oui je le pense sincèrement.

C'est alors que ce dernier fit signe de la main gauche à son capitaine de regarder droit devant lui.

- Voyez-vous ces hommes. Tous ont écouté et suivi vos ordres sans la moindre hésitation. Aucun d'entre eux n'a contesté ou reproché quoi que ce soit concernant vos décisions, même si beaucoup d'entre-elles ont été difficiles à prendre. Surtout cette nuit-là. Dit Graham.
- Je me souviens de cet événement comme si c'était hier. Pauvre John. Répondit Sirius.
- Si vous n'aviez pas coupé ces cordages le navire aurait finit par sombrer avec tout son équipage à bord. Répliqua Graham, regardant son capitaine désormais.
- Je sais Graham, je sais.
- Je sais que vous vous en voulez encore d'avoir dû sacrifier la vie de cet homme... Mais en ayant pris cette décision vous avez agi pour le bien de tous, ne l'oubliez pas.

Graham regarda à nouveau devant lui. Après une courte pause, celui-ci finit par reprendre la parole

- Ces hommes vous ont suivis car ils avaient une confiance aveugle envers vous capitaine. Jamais ils n'ont douté ne serait-ce qu'un instant de vos capacités à mener ce navire à la victoire. Grâce à vous, ils retourneront désormais sains et saufs chez eux et retrouveront leur famille. Dit Graham.
- Vous avez raison l'ami. Il me tarde de retourner à la maison et de revoir mon cher petit frère. D'ailleurs, j'espère qu'il sera présent à notre arrivée. Répondit Sirius.
- Il sera présent capitaine, ne vous en faites pas. D'ailleurs vous verrez qu'à notre retour nous seront considérés comme des héros en vue de ce que nous avons accompli pour la couronne.
- Les véritables héros nous ont malheureusement quittés, hélas.

Après une bref instant de silence, le second fit à nouveau face à son capitaine et reprit la parole au changeant cette fois-ci de sujet de conversation.

- Voulez-vous que je prenne la barre ? Demanda Graham.
- Cela ira Graham, mais merci de vous proposer. Répondit Sirius.

Graham regarda à nouveau droit devant lui tout en croisant à présent les bras. Il entendait les voiles s'agiter au gré du vent. Il entendait aussi le bruit de l'eau venir se fracasser contre la coque du navire. Il voyait désormais à côté du navire des mouettes planer au-dessus de l'océan. Celles-ci étaient par ailleurs assez proches, situées à une dizaine de mètres de là seulement. Le second resta ainsi, immobile, se contentant à présent de voir l'équipage à leur tâche. Puis, il s'adressa à nouveau à son capitaine en le regardant droit dans les yeux.

- Vous savez capitaine, je pense sincèrement qu'il serait grand temps pour vous et votre frère de vous trouver quelqu'un. Dit Graham.
- Pardonnez-moi ? Répondit Sirius.
- Vous m'avez très bien compris.
- Voyons Graham.
- Pourquoi pas ?
- Vous savez pertinemment pourquoi.
- Mais vous ne pouvez rester seuls toute votre vie tout de même ? Ignorez-vous donc qu'il n'y a personne d'autre mise à part vous deux ?
- Me prenez-vous pour un imbécile monsieur Mills.
- Bien sûr que non capitaine, mais si aucun d'entre vous ne fonde une famille alors votre nom sera à jamais effacé de la surface de la terre. Il n'y aura plus aucun autre Black.
- Je suis au courant, mais je vous ai dit que ne nous ne pouvons pas !
- Mais...
- Cessez d'insister Graham !

S'étant rendu compte qu'il avait quelque peu hausser le ton vis-à-vis de son second, le capitaine voulu s'excuser.

- Pardonnez-moi je... Je ne voulais pas vous hurler dessus. Dit Sirius.
- Je ne vous en veux pas. Répondit Graham.
- Vous avez été un second père pour nous, et je sais que vous souhaitez plus que tout nous savoir heureux. Fonder une famille et... Et vivre comme des gens normaux.
- Mais vous êtes normaux non d'un chien ! Bien plus normaux que certaines personnes que j'ai pu rencontrer au cours de ma vie.
- Je vous en prie, je n'ai pas envie de plaisanter.
- Disons à moitié normaux alors, mais... Mais j'en reviens à ce que j'ai dit tout à l'heure... Si aucun de vous deux n'aient de descendance alors se sera terminé de votre famille. Adieu la famille Black ! Dit Graham, décroisant désormais les bras.
- Je suis navré Graham, mais cela nous ait impossible. S'il le destin en avait décidé autrement j'aurais dit pour-quoi pas mais... Mais ce n'est pas le cas.
- Mais...
- La discussion est close Graham. Je vous en prie.
- Bon, comme vous voudrez capitaine. Je ne vais plus insister.

Les deux hommes mirent alors fin à la discussion. Graham croisa à nouveau les bras et regarda à présent devant lui. Le vent se fit désormais un peu plus fort et de ce fait, Le cardinal du Nord pouvait à présent atteindre la vitesse des onze nœuds. Vitesse que très peu d'autres navires étaient capables d'atteindre. Alors qu'un nouvel instant de silence s'était installé, Sirius décida de vite le briser en changeant de sujet de conversation. Il espérait ainsi que son vieil ami retrouve plus où moins le sourire.

- Nous arriverons bientôt. Vous pourrez ainsi retrouver votre chère Maria. Dit Sirius.
- Il me tarde de la serrer très frottement dans mes bras, et de lui dire à quel point elle m'a énormément manqué. Répondit Graham.

Sirius afficha un léger sourire sur son visage avant de reprendre la parole.

- Il me tarde de retrouver mon frère moi aussi, et cette chère Lisbette par la même occasion. Dit Sirius.
- Cette chère Lisbette et son thé. Thé qui est excellent d'ailleurs. Répondit Graham.
- Vous passerez un de ces jours à la maison vous et votre femme.
- Merci de l'invitation capitaine, nous n'y manquerons pas.
- C'est tout naturel cher ami. Tout naturel.

C'est en vue de patienter leurs arrivés au port qui ne devait à présent plus tarder, que l'un des membres de l'équipage suivi ensuite de ses camarades se mirent à chanter un chanson comme il était coutume de le faire à bord des navires.




A suivre...

La musique est en anglais je sais. Mais on s'en fiche ! bravo


Dernière édition par Micky93 le Lun 18 Mai 2015, 12:09, édité 10 fois (Raison : Voir mon message posté le 26 avril 2015.)
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Sam 14 Fév 2015, 18:33

Voici le chapitre 6. J'espère que vous l'apprécierez.  Wink

Chapitre VI: Destination Arendelle

Il était 10h00. Voyant désormais le port en vue, l'un des hommes du capitaine s'écria haut et fort ces paroles afin d'en avertir le reste de l'équipage.

- Port ! Le port est en vue ! S'écria le marin.

Sur ces mots, Graham décroisa immédiatement les bras pour ensuite s'en aller se pencher par-dessus le rebord du navire. Voyant à présent le port situé à moins d'un kilomètre de leur position, Graham se montra tout excité.

- Nous sommes enfin arrivés capitaine ! Nous sommes arrivés ! S'écria Graham.
- Je vois cela monsieur Mills. Répondit Sirius.

Voyant le port eux aussi, les membres de l'équipage se montraient tout aussi excités.

- On est de retour chez nous !
- Que c'est bon de rentrer chez soi !
- À nous, nos femmes et nos enfants !
- Et à nous la bonne chope de bière !

De leur côté, les familles qui se tenaient sur les quais voyaient quant à eux le navire approcher. Soulagés de le revoir à nouveau, les femmes et les enfants exprimèrent eux aussi leur joie.

- Ils arrivent ! Le navire est là !
- Dieu soit loué.
- Mère ! Papa est de retour !
- Oui mon chéri, il est de retour.

Le Cardinal du Nord se rapprochait de plus en plus de l'arrivée. Peu de temps après, le navire n'eut guère le temps de rentrer dans le port qu'on entendait déjà des cris et des hurlements de joie émaner des deux côtés. Le bâtiment finit par rentrer dans le port à allure réduite pour finalement jeter l'ancre à l'eau. Deux hommes qui se trouvaient sur les quais vinrent poser tous deux une rampe de bois afin de permettre aux personnes à bord de descendre sur la terre ferme. Tous les membres de l'équipage se précipitèrent alors hors du navire en vue de rejoindre leurs familles respectives, familles qu'ils avaient dû laisser durant trois longues années. Alors que la plupart s'étaient déjà chaleureusement retrouvés, Graham et Maria s'appelèrent chacun par leur nom tout en se frayant un chemin parmi la foule.

- Maria ! Maria ! Appela Graham.
- Graham ! Répondit Maria.

Tous deux vinrent désormais s'enlacer très fortement dans les bras pour ensuite s'embrasser fougueusement. Ceci fait, Graham prit alors la parole.

- Oh Maria... Si tu savais à quel point tu m'as terriblement manqué. Pas un seul jour n'est passé depuis mon départ sans que je ne cesse de penser à toi. Dit Graham, tout en versant de petites larmes.
- Je n'ai cessé de penser à toi moi aussi. J'ai prié chaque jour le bon dieu afin que tu me reviennes sain et sauf, et ce jour est arrivé. Répondit Maria, versant des larmes elle aussi.

Graham afficha un léger sourire avant d'enlacer à nouveau sa chère petite femme dans ses bras.

- Je suis là désormais. Je suis là. Dit Graham.
- Je t'aime Graham. Répondit Maria.
- Je t'aime moi aussi.

Etant le dernier homme à descendre du navire, Sirius scruta alors la foule espérant voir son cher petit frère ainsi que sa domestique. Voyant à présent que son capitaine ne s'était pas fait rejoindre comme celui-ci l'avait espéré, Graham s'approcha de lui et compagnie de sa femme afin de lui dire ces mots.

- Ils ne sont pas là ? Demanda Graham.
- Il faut croire que non. Répondit Sirius.

C'est alors que la femme du second se mit à regarder tout autour d'elle. Voyant le frère et la domestique du capitaine nuls part, Maria exprima ces mots.

- C'est vrai cela. Je ne les vois nuls part tous les deux. Dit Maria.
- C'est étrange, ils m'avaient pourtant promis qu'ils seraient là tous les deux. Dit à son tour Sirius.
- Ne vous inquiétez pas capitaine, je suis sûr qu'ils vont bien. Ils ont peut-être eu un empêchement qui sait ? Vous les trouverez sûrement à la maison. Répondit Graham.
- Sans doute. Répliqua Sirius.

Graham poussa alors un léger soupir avant de reprendre la parole.

- C'est toutefois fort dommage, car je vous aurais bien invité à venir manger quelque chose si tout le monde était là, mais hélas c'est raté. Dit Graham.
- Pourquoi raté ? Demanda Maria.

Cette dernière s'adressa cette fois-ci au capitaine.

- De retour chez vous, vous pouvez leur dire de venir se joindre à nous capitaine. Repris Maria.
- Nous ne voudrions pas vous déranger. Répondit Sirius.
- Mais vous nous dérangerez en aucune capitaine, bien au contraire. D'ailleurs ce sera une bonne occasion de nous retrouver tous ensemble, car je meurs d'envie de revoir votre frère et cette chère Lisbette.
- Si vraiment vous insistez, je vais de ce pas leur faire part de votre invitation.
- Au plaisir de tous vous revoir alors.

C'est alors que le mari de la jeune femme se fit à nouveau entendre.

- En attendant, ma femme et moi allons prendre un petit café sur la terrasse là-bas. Dit Graham, tout en montrant la terrasse du doigt.
- À tout à l'heure alors. Répondit Sirius.

Le capitaine prit désormais congé de ces derniers et s'en alla de ce pas en direction de chez lui. Quelques minutes plus tard Sirius aperçut désormais sa demeure perchée sur une colline. Nulle autre habitation ne demeurait dans les environs, car celle du capitaine se trouvait en dehors du village. Cet endroit avait été choisi par son arrière-grand-père en raison du calme qui y régnait, mais aussi en raison de la vue imprenable qu'elle offrait sur le reste du royaume. Montant désormais les petites marches afin d'accéder à l'entrée principale, Sirius toqua ensuite à plusieurs reprises à la porte. Après quelques secondes d'attente, la domestique du nom de Lisbette vint lui ouvrir.

- Sirius ! Dit Lisbette, tout en ouvrant la porte.
- Bonjour Lisbette. Répondit Sirius.
- Oh mon dieu, vous êtes enfin de retour. Répliqua Lisbette, tout en venant enlacer dans ses bras ce dernier. Si vous saviez à quel point vous m'avez terriblement manqué. Je suis si heureuse de voir revoir, si heureuse.
- Vous m'avez énormément manqué vous aussi.
- J'ai prié jours et nuit en attendant ce fameux jour.
- Je suis là désormais. Je suis de retour.

Desserrant à présent son étreinte, la domestique reprit la parole.

- C'est si bon vous revoir enfin. Dit Lisbette.
- C'est un plaisir partagé. Répondit Sirius.
- Dois-je en conclure que vous avez mené à bien votre mission ?
- C'est exact mais... Mais j'ai également perdu de nombreux hommes Lisbette.
- Paix à leur âme.
- Tâchons d'oublier cela, et dites-moi plutôt pourquoi vous n'étiez pas tous les deux présent à notre arrivée. Vous m'aviez pourtant promis que vous seriez-là.
- Je sais Sirius. Je sais.
- Alors pourquoi ? D'ailleurs où est mon frère ?

Sur ces mots, la domestique baissa la tête et joignit ses mains qu'elle vint placer devant elle. La voyant ainsi, le capitaine lui adressa ces paroles.

- Qui y a-t-il ? Demanda Sirius.
- Sirius je... Il faut que je vous parle. Répondit Lisbette.
- Y a-t-il un problème ?

Relavant désormais la tête, la domestique finit par lui répondre.

- Venez. Entrons à l'intérieur. Dit Lisbette, tout en l'invitant à passer la porte.

Alors que le capitaine entra le premier à l'intérieur, la domestique en fit de même par la suite tout en fermant la porte derrière elle. Se trouvant désormais dans le hall d'entrée, Sirius appela dès lors son petit frère à voix haute.

- William ? Appela Sirius.
- Il n'est pas ici. Répondit Lisbette.

Le capitaine regarda alors sa domestique.

- Où est-il passé ? Demanda Sirius.
- Allons nous asseoir voulez-vous ? Je vais tout vous raconter. Répondit Lisbette.
- Non d'un chien, il ne lui est rien arrivé au moins.
- Justement je l'ignore.
- Quoi ?
- Venez vous asseoir Sirius, ainsi vous entendrez ce que j'ai à vous dire.

Le capitaine délaissa alors son sac qu'il déposa sur une petite chaise près de l'entrée. Puis, lui et sa domestique s'en allèrent dans le salon afin de s'asseoir chacun dans un fauteuil situé en face de la cheminée.

- Je vous écoute Lisbette. Racontez-moi tout. Dit Sirius, tout en s'asseyant en même temps.
- Ce que je vais vous raconter concerne Arendelle. Répondit Lisbette, tout en faisant de même.
- Arendelle ?
- Il y a de cela trois ans, les autres royaumes et nous-mêmes avons appris le tragique décès du roi et la reine d'Arendelle.
- Ce n'est pas possible. Ils sont tous deux décédés ? Comment ?
- À ce qu'on nous a raconté, le navire dans lequel ils étaient embarqués durant leur voyage diplomatique a été victime d'une terrible tempête durant la traversée. Personne n'a survécu.
- Mon dieu, c'est tragique... Et qui gouverne le royaume en ce moment ?
- Leur fille aînée. Je le sais, car ma vieille amie Charlène vivait là-bas avant de venir s'installer ici. D'ailleurs, elle à fait ses bagages peu de temps après que le roi et la reine ont présenté leur deuxième fille au peuple.
- Je vois... Et comment se nomment-elles ?
- L'aînée se nomme Elsa et la cadette Anna. Enfin, c'est ce qu'elle m'avait raconté.

Après une petite pause, le capitaine reprit la parole.

- Et ensuite ? Demanda Sirius.
- Connaissez-vous le vieux Bill, Sirius ? Répondit Lisbette.
- Le vieux pêcheur qui n'a plus toute sa tête ? Oui est alors ?

La domestique poussa un léger soupir avant de reprendre.

- Figurez-vous que le vieux Bill à été témoin d'une chose totalement insensée Sirius. Totalement incroyable qu'aujourd'hui même, je peine encore à y croire. Dit Lisbette.
- De quoi a-t-il été témoin ? Répondit Sirius.
- Arendelle a été victime dans un hiver éternel Sirius.
- QUOI ? S'exclama Sirius, tout en se levant de son fauteuil.
- Je sais que cela peut paraître totalement insensé, mais c'est ce que m'a raconté William.
- Attendez un peu... William aurait été mis au courant ? Comment ?
- Rasseyez-vous. Dit Lisbette, tout en lui faisant signe de se rasseoir.

Sirius se rassit à nouveau. De ce fait, la domestique put reprendre son récit.

- Ayant été témoin de ce phénomène alors qu'il pêchait dans les environs, ce vieux Bill s'en ait immédiatement retourné à Ardenfell par la suite. Trois jours plus tard ce dernier s'en revint d'Arendelle, et cela coïncida avec le jour où votre frère se trouvait au marché. Dit Lisbette.
- Au marché ? Répondit Sirius.
- J'avais mal au dos ce jour-là. Je l'avais donc envoyé à ma place faire quelques courses.
- Et... Et comment vous sentez-vous à présent ?
- Cela va mieux je vous remercie.
- Et ensuite ?
- Alors qu'il faisait les courses, votre frère avait remarqué que le vieux pêcheur se comportait plus étrangement que d'habitude. William s'en alla alors auprès de lui afin de savoir ce qui avait pu le mettre dans cet état. Lorsqu'il vit le visage du vieux Bill, il m'avait dit que celui-ci était plus que terrorisé. Le vieux pêcheur raconta  alors à votre frère ce qu'il vit trois jours auparavant, à savoir ce que je vous ai dit tout à l'heure. Malgré que Bill n'a plu toute sa tête, William m'a affirmé qu'il n'avait pas menti. Il a très bien vu que cet homme était terrorisé par ce qu'il avait vu là-bas. Votre frère l'a donc cru, même si cette histoire lui dépassait totalement. Il n'en revenait pas lui aussi. Ne voulant pas prendre de risque, William acheta donc le silence du vieux pêcheur en lui donnant quelques pièces d'or. De ce fait, personne n'est au courant de cette histoire.

N'en revenant pas de ce qu'il venait d'entendre, le capitaine se laissa quelque peu aller et vint plaquer son dos contre le dossier du fauteuil. Il se mit alors à penser a ce que venait de lui dire sa chère domestique. Lisbette quant à elle ne dit plus mots, laissant le capitaine retrouver peu à peu ses esprits, car elle ne pouvait que le comprendre. Quelques instants plus tard, Sirius lui adressa à nouveau la parole.

- Non d'un chien, vous rendez-vous donc de ce que vous me racontez-là Lisbette. Dit Sirius.
- Je sais. Répondit Lisbette.
- Un royaume ne se retrouve pas plongé dans un hiver comme cela ! Quelque chose ou... Quelqu'un en est la cause ! Et si c'est bel et bien une personne qui est derrière tout cela, savez-vous ce que cela signifie ? Vous rendez-vous compte ?
- Je sais Sirius. Je sais.
- Avez-vous la moindre idée de ce que cela pourrait signifiez ? Il se pourrait bien que nous ne soyons pas les seuls au final !
- C'est pour cela que votre frère s'est rendu sur les lieux.
- Il est donc sur les lieux ?
- Attendez, je vous raconte la suite.

Après un bref moment de silence, la domestique reprit la parole.

- Plus les jours passèrent et plus cette histoire ne cessait de tourmenter votre frère. Il m'avait dit exactement la même chose et s'était aussi posé les mêmes questions que vous vous êtes posé tout à l'heure. Il voulait donc à tout prix se rendre sur les lieux afin de percer ce mystère. Un jour, alors qu'il s'en revenait à nouveau du marché, oui ma douleur au dos a duré quelques jours. Bref, il m'avait affirmé qu'il avait trouvé un moyen de se rendre là-bas.
- Il est donc monté à bord d'un navire ?
- Peu de temps après son départ, j'ai vu par la fenêtre le seul et unique bateau quitter le port ce jour-là. Celui du comte de Ardenfell.
- Le bateau du comte ?
- En effet. Comme vous le savez, le roi a chargé personnellement le comte afin que celui-ci s'occupe des échanges commerciaux avec les différents royaumes.
- Je sais oui. En même temps, le comte est monté très haut dans l'estime du roi. Celui-ci est d'ailleurs la personne ayant les poches les mieux remplies de tout le royaume, mise à part celle du roi évidemment.
- C'est exact. Vous savez aussi que le comte est avant tout un fin navigateur. De ce fait, vous savez que lorsqu'il s'agit de se déplacer en mer celui-ci fait quelque peu exception à la règle.
- Je sais. Il ne se déplace pas à bord d'un navire comme il est normalement coutume de le faire...
- Il utilise sa petite embarcation qu'il peut manœuvrer à lui tout seul. Mainte fois, j'ai entendu dire qu'il préférait naviguer seul dans son petit bateau plutôt que sur un navire avec tout un équipage à bord.

Posant désormais sa main gauche sur son front, le capitaine dit ensuite ces mots.

- Quelle histoire ! J'apprends que le roi et la reine sont décédés en pleine mer, que leur fille aînée est montée désormais sur le trône, que ce vieux Bill a été témoin d'un hiver éternel, que quelque chose ou quelqu'un en serait la cause, que si la cause de cet hiver est une personne, alors nous ne serions pas les seuls. Ensuite, j'apprends que William s'est emparé du bateau du comte afin de se rendre dans un royaume plongé actuellement dans un hiver éternel. Dit Sirius.
- C'est cela oui. Euh... non ! Répondit Lisbette.
- Non ? Répliqua Sirius, tout en ôtant sa main de son front.
- Alors qu'il faisait demi-tour le vieux pêcheur avait regardé maintes fois en arrière. À un moment donné, il vit que l'hiver avait cessé.
- QUOI ?
- Le royaume était revenu à son état initial. Il n'y a désormais plus d'hiver éternel là-bas.

Sirius ne dit plus mot. La domestique quant à elle poussa à nouveau un léger soupir avant de reprendre la parole.

- Toute cette histoire est à la fois incroyable et très étrange Sirius. Je ne sais quoi penser. Dit Lisbette.
- Mais... Mais... Alors dans ce cas... Etait-ce... Etait-ce quelque chose ? Ou alors une personne ayant mis fin à cet hiver ? A-t-il vu quoi que ce soit ? Répondit Sirius.
- Il n'a rien vu qui permette de savoir si oui ou non, il s'agissait bel et bien d'une personne.
- Non d'un chien...
- Il y a autre chose.
- Quoi encore ?
- Avant de partir, votre frère m'a montré une enveloppe contenant une carte d'invitation à l'intérieur.
- Une carte d'invitation ?
- Il était écrit que le comte avait été invité à un bal se déroulant à Arendelle en l'honneur de Sa Majesté la reine.
- Vraiment ?
- Oui. D'ailleurs, je tenais à vous dire aussi que Ardenfell est actuellement devenu le premier partenaire commercial d'Arendelle.
- Et Weselton ?
- Arendelle aurait rompu tout lien commercial avec, d'après ce que j'ai entendu dire.
- Mais pourquoi avoir rompu tout lien commercial ?
- Je l'ignore pourquoi.

Sirius se montra alors pensif, essayant tant bien que mal de chercher une raison à cela, mais en vain. Puis, ile prit à nouveau la parole.

- Je pense à une chose... Si William vous a montré cette invitation qui était destiné au comte, cela veut donc dire qu'il s'est fait passer pour lui. Dit Sirius.
- J'ignore comment il a mis la main sur cette invitation. Votre frère m'avait dit que cela n'avait pas d'importance. Répondit Lisbette.
- Et le comte n'a pas remarqué qu'il ne possédait plus cette invitation ? D'ailleurs qu'a-t-il fait par la suite ?
- Je l'ignore Sirius... J'ignore ce qui s'est passé.

Après un bref instant de silence, le capitaine dit ces mots tout en se levant brusquement du fauteuil.

- Peu importe ! Dit Sirius. Il faut que je me rende à Arendelle au plus vite !
- Dans ce cas dépêchez-vous ! Cela fait plus d'une semaine que votre frère est parti sur les lieux, et j'ignore ce qu'il est advenu de lui. Répondit Lisbette.
- Plus d'une semaine ?
- Je ne cesse de m'inquiéter pour lui Sirius, j'espère qu'il ne lui soit rien arrivé.
- Je vais le retrouver et le ramener Lisbette ! Dit Sirius, tout en tenant sa domestique par les épaules. Je vous le promets !
- Qu'allez-vous donc dire à vos hommes ?
- Ce que vous me venez de me raconter.

Le capitaine lâcha à présent sa domestique avant de lui parler à nouveau.

- Je tâcherai de revenir au plus vite ! Dit Sirius.
- Faite attention à vous d'accord ? Répondit Lisbette, tout en se levant de son fauteuil.
- Comme toujours Lisbette. Comme toujours. Répliqua Sirius, tout en posant sa main gauche sur l'épaule de cette dernière.

Voyant que sa chère domestique avait à présent baissé la tête et qu'elle avait joint ses mains qu'elles tenaient devant elle, Sirius tâcha de ne pas perdre davantage de temps.

- Il faut que j'y aille à présent. Tâchez de vous montrer patiente, d'accord ? Dit Sirius, relevant la tête de Lisbette par le menton avec son index.
- Je tâcherai. Répondit Lisbette, versant une petite larme.

Sur ces mots, Sirius se précipita dès lors vers l'entrée principale. Au passage, il reprit vite fait son sac avant d'ouvrir la porte qu'il claqua ensuite derrière lui. Quelques minutes plus tard, celui-ci s'en revint au village. Il aperçut alors que Graham et Maria se tenaient toujours assis autour d'une petite table ronde sur la terrasse. Il ignorait combien de temps il s'était absenté, mais sans doute l'affaire de plusieurs dizaines minutes. Voyant désormais le capitaine se précipiter à toutes jambes vers eux, ces derniers se levèrent aussitôt de leur chaise.

- Non d'un chien, vous avez le diable à vos trousses ou bien quoi ? Demanda Graham.

Etant à présent arrivé sur les lieux, le capitaine lui dit ces mots.

- Il faut qu'on parte sur-le-champ Graham, et vite ! Dit Sirius
- Quoi ? S'exclama Maria.
- Holà holà, du calme capitaine. Dit à son tour Graham, tout en lui faisant signe des bras de se calmer.
- Je vous en prie, il faut que je me rende de ce pas à Arendelle ! Répondit Sirius.
- Arendelle ? S'exclama Maria.
- Mais qu'est-ce qui passe ? D'ailleurs, pourquoi votre frère et Lisbette ne sont-ils pas venus avec vous ? Demanda Graham
- William n'était pas à la maison. Répondit Sirius.
- Quoi ? Répliqua Graham.
- Pitié Graham, allons rassembler les hommes et partons ! Je ne veux pas perdre davantage de temps ! Rétorqua Sirius.

C'est alors que la jeune femme du second s'adressa au capitaine.

- Attendez un instant capitaine ! Je tiens à savoir exactement pourquoi vous tenez tant à partir là-bas. Dit Maria.
- Mais je... Répondit Sirius.
- Je vous en prie. Je suis en droit d'en connaître la raison. Répliqua Maria.
- Ma femme à raison capitaine. Ajouta Graham.

Après un bref moment de réflexion, Sirius accepta de raconter tout ce qu'il avait entendu de la bouche de sa domestique.

- Vous avez raison Maria, pardonnez-moi. Dit Sirius.
- Asseyez-vous quelques instants. Répondit Maria, tout en l'invitant à s'asseoir.

Le capitaine déposa son sac à terre et finit par s'asseoir, suivis ensuite de la jeune femme et son mari. Avant d'entamer son récit, Sirius jeta un bref regard tout autour de lui. Puis, il raconta tout à voix basse. Plusieurs minutes passèrent, et le capitaine venait à présent de terminer ce qu'il avait à raconter. Graham et Maria n'en revenaient pas, jamais ils n'auraient imaginé entendre une telle histoire.

- Par ma barbe ! S'écria Graham.
- Chut ! Pas si fort enfin. Répondit Sirius, tout en lui faisant signe de la main de baisser le ton.
- Désolé...

C'est alors que Maria prit à son tour la parole.

- Vous rendez-vous compte de ce que vous venez de nous raconter Sirius. Dit Maria.
- Je sais Maria, je sais. Répondit Sirius.
- Toute cette histoire est...
- Vous comprenez à présent pourquoi il me faut partir au plus vite. Je tiens avant tout à retrouver mon frère, mais aussi à en savoir davantage sur ce qu'il s'est passé là-bas.
- Dans ce cas, il nous faut mettre les voiles au plus vite. Ajouta Graham, tout en se levant de sa chaise.

L'ayant vu se lever, le capitaine lui adressa ensuite ces mots.

- Allons chercher mes hommes. Dit Sirius.
- Je vous suis. Ajouta Maria.

Le capitaine repris donc son sac et tous trois s'en allèrent ensuite vers la demeure la plus proche. Celle-ci se trouvait par ailleurs en plein centre du village. Après quelques minutes de marche, la compagnie arriva enfin à destination. Etant devant l'entrée, Sirius toqua à plusieurs reprises sur la porte. Heureusement pour lui, il ne fallut pas attendre bien longtemps avant que quelqu'un ne vienne lui ouvrir.

- Capitaine ? Maria et Graham, vous aussi. Dit l'épouse du matelot.
- Bonjour Aline. Répondirent ces derniers.
- Que nous vaut l'honneur de cette visite ? Demanda Aline.
- Je suis navré ma chère, mais je dois demander à votre mari de m'accompagner une nouvelle fois à prendre la mer. Répondit Sirius.
- Quoi ? Répliqua Aline.
- Je n'ai pas le temps de vous expliquer, mais Maria s'en chargera à ma place. Rétorqua Sirius.

Mais avant même que la jeune femme ne put dire quoi que ce soit, Maria prononça ces mots.

- Je vous en prie très chère, ne leur faites pas perdre davantage temps en leur posant des questions. Je me chargerai de tout vous raconter. Dit Maria.
- Mais je... Répondit Aline.
- Je vous en prie.

C'est alors que la jeune femme appela son mari à venir la rejoindre.

- Gabriel vient vite ! Dit Aline.
- Qu'est-ce qui se passe ? Demanda Gabriel.
- Le capitaine ainsi que Graham et son épouse sont là !

Quelques secondes plus tard, le jeune matelot fit enfin son apparition.

- Que nous vaut cette merveilleuse visite ? Demanda Gabriel, tout en s'approchant de l'entrée.
- Je suis navré Gabriel, mais il nous faut reprendre la mer sur-le-champ ! Répondit Sirius.
- Quoi ?
- Je vous expliquerai tout cela en chemin, mais je vous en prie partons ! Il n'y a pas de temps à perdre, c'est très urgent !
- Mais enfin ?
- Si c'est très urgent, hâte-toi de le suivre Gabriel. Dit Aline, tout en regardant son mari.
- Oui mais toi ? Répondit Gabriel.
- Maria m'expliquera la raison de votre départ, ne tant fait pas pour moi.
- Vraiment ?
- Je vous en prie, nous avons encore tant de maisons à faire ! Ajouta Sirius.
- Très bien je... J'arrive ! Répondit Gabriel.

Ce dernier s'en alla de ce pas reprendre ces affaires à l'étage. Pendant ce temps, Maria adressa ces mots à l'épouse du jeune matelot.

- Je vais dire aux autres familles de se joindre à nous, allez déjà vous rendre sous le vieux chêne. Nous nous retrouverons là-bas. Dit Maria.
- Le vieux chêne compris, mais j'espère que ce n'est pas aussi grave que ça en à l'air. Répondit Aline.
- Vous le saurez bien assez tôt ma chère.

Tout en descendant à toutes jambes les marches menant à l'étage, Gabriel qui avait alors récupéré ses affaires dit ces mots.

- Je suis prêt, allons-y capitaine ! Dit Gabriel.

Mais avant qu'il ne passe la porte d'entrée, ce dernier fit ces adieux à sa femme.

- Nous reviendrons vite, je te le promets. Dit Gabriel, donnant à présent un petit baiser à sa femme.
- Fais attention à toi d'accord ? Répondit Aline.
- Tu me connais.

Alors que son mari passait à présent la porte, la jeune femme s'adressa une dernière fois au capitaine.

- Avant que vous ne partiez, dites-moi au moins où vous allez. Dit Aline.
- Nous allons à Arendelle. Répondit Sirius.
- Arendelle mon capitaine ? Ajouta Gabriel.
- Oui, mais plus de questions et venez plutôt nous aider à faire passer le message. Allez de votre côté avertir les autres et pour chaque nouvelle tête recueillis, dites leurs ensuite d'en faire de même en vous passant le message. Nous gagnerons ainsi du temps. Répondit Sirius.
- Quel message capitaine ? Répliqua Gabriel.
- Les hommes doivent se rendre au navire au plus vite. Quant aux familles, elles doivent se rendre sous le vieux chêne afin que Maria leur explique la raison de notre départ. A présent filez ! Rétorqua Sirius.

Sur ces mots, le jeune matelot s'en alla de ce pas faire passer le message aux autre membres de l'équipage. Voyant son tendre époux partir à vive allure, Aline versa quant à elle de petites larmes qu'elle peinait à essuyer avec sa main droite.

- Partez devant avec votre femme Graham, je vous rejoins tout de suite. Dit Sirius.
- Bien. Répondit Graham

Saluant à présent la jeune femme, celui-ci finit ensuite par s'en aller en compagnie de sa tendre épouse. Etant désormais seul en compagnie d'Aline, Sirius lui adressa ces mots.

- Je comprends votre tristesse. Devoir à nouveau vous séparer de votre mari alors qu'il venait à peine de rentrer n'est pas chose facile mais... Si je pouvais me rendre là-bas sans emporter mon équipage avec moi, je l'aurais fait croyez-moi. Dit Sirius.
- Tâchez de me le ramener au plus vite, d'accord ? Répondit Aline.
- Bien sûr.

Après une courte pause, ce dernier salua à son tour la jeune femme.

- Je dois y aller à présent, adieu Aline. Dit Sirius.
- Au revoir capitaine. Répondit Aline.

Sur ces mots, le capitaine s'en alla de ce pas rejoindre Graham et Maria qui étaient déjà passablement éloignés en raison de la vitesse à laquelle ils marchaient tous les deux. Quelques dizaines de minutes plus tard, tous les membres de l'équipage s'étaient à nouveau retrouvés à bord du navire. Les familles des ces derniers s'en étaient qu'en à elles allées en direction du vieux chêne, vieux chêne qui se trouvait perché sur une colline bien au-delà du royaume. On le surnommait ainsi, car c'était le plus vieil arbre de toute la région et qu'il défiait les lois de la nature depuis des générations désormais. Voyant au loin tous les hommes du capitaine réunis, Graham sut qu'il était grand de quitter sa femme à son tour. Après de chaleureux adieux, le second vint à l'encontre des hommes avec son capitaine tandis que Maria s'en alla de son côté en direction du vieux chêne où les familles attendaient sa venue. Avant même qu'il ne monte à bord de son navire, Sirius ordonna à ses hommes de mettre immédiatement les voiles. Ce n'est qu'un peu plus tard que Le Cardinal du Nord leva une nouvelle fois l'ancre afin de reprendre la mer. C'est donc le cœur gros que tous laissaient une nouvelle fois leur famille, et voyaient le port rapetisser au fur et à mesure que le navire s'éloignait. Plus tard dans la matinée, le navire se trouvait en pleine mer et de ce fait, les membres de l'équipage se réunirent afin de demander à leur capitaine la raison de ce départ précipité.

- Qu'elle est la raison de ce départ capitaine ?
- On a hâte de savoir.
- Allez-y, on vous écoute.

Ayant désormais confié les commandes à son second, le capitaine finit par leur adresser la parole.

- Ce que je m'apprête à vous dire risque de vous surprendre au plus haut point messieurs. Dit Sirius.
- De quoi s'agit-il capitaine ? Demanda un marin.
- On vous écoute. Ajouta un autre marin.

Sirius raconta alors pour la deuxième fois ce que sa chère domestique lui avait elle-même raconté auparavant. Plusieurs minutes plus tard le capitaine venait de terminer son récit, et tous sans exception furent grandement étonnés de cette histoire.

- C'est incroyable ce que vous nous avez raconté-là capitaine !
- Votre frère serait donc sur lieux ?
- D'autres personnes auraient la même faculté que vous ?
- Je croyais que vous étiez les seuls ?

C'est alors qu'un homme du nom de Gibbs, se fit entendre parmi les hommes.

- Du calme messieurs, dois-je vous rappeler que c'est ce vieux Bill qui a lancé cette histoire ? Dit Gibbs.
- Et alors ? Répondit un marin.
- Ouais et alors ? Ajoutèrent plusieurs autres marins.
- Et alors ? Mais tout le monde sait que ce pauvre homme n'a plus toute sa tête ! Repris Gibbs.

Sur ces mots, le capitaine prit à nouveau la parole.

- Je connais le vieux Bill ! Il n'a peut-être plus toute sa tête, mais ce n'est certes pas un menteur ! Dit Sirius.
- Navré de ne pas être de votre avis capitaine ! Répondit Gibbs.
- Mon frère a lu dans les yeux de cet homme ! Il a très bien vu que le vieux Bill était plus que terrorisé !
- Il a halluciné capitaine.
- Quoi qu'il en soit mon frère est allé sur les lieux afin d'en savoir davantage, et je sais que si chacun d'entre vous avait été à ma place, il aurait agi de la même manière que moi en vue de retrouver l'un des membres de sa famille.

C'est alors que certains membres de l'équipage répondirent à leur tour au capitaine.

- Vous avez raison capitaine. Chacun d'entre nous aurait fait n'importe quoi en vue de retrouver l'un des membres de sa famille.
- Il a raison ! On ne vous en veut pas de nous avoir à nouveau éloigné de nos familles.
- Après tout, on vous doit bien cela n'est-ce pas mon capitaine ?

Touché par ces paroles, Sirius remercia alors ces hommes pour leur compréhension.

- Merci messieurs. Dit Sirius.
- C'est normal capitaine ! Répondit un marin.
- Bien, retournez à vos postes à présent. Nous arriverons à destination dans trois jours. Dit à nouveau Sirius.
- À vos ordres mon capitaine ! Répondirent plusieurs marins.

Tous les hommes s'en allèrent désormais à leur poste respectif. Sirius lui, vint reprendre la barre du navire. Son second qui se tenait désormais auprès de lui, lui dit ces mots.

- Nous retrouverons votre frère capitaine, ne vous en faites pas. Dit Graham.
- J'espère qu'il ne lui est rien arrivé Graham. Répondit Sirius.
- Ne vous en faite pas, William est un coriace.
- Peut-être, mais il me tarde d'arriver enfin sur les lieux et de le retrouver.

Regardant à présent devant lui, le second croisa comme à son habitude les bras avant de s'adresser à nouveau à son capitaine.

- Trois jours capitaine. Dans trois jours, nous y serons. Dit Graham.

Sur ces mots, l'un des membres de l'équipage suivi par la suite de ses camarades se mirent à chanter une nouvelle chanson en vue d'entamer ce nouveau voyage.




A suivre...


Dernière édition par Micky93 le Sam 23 Mai 2015, 14:45, édité 4 fois (Raison : Voir mon message posté le 26 avril 2015.)
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Miss Olaf le Sam 14 Fév 2015, 18:38

Alors tout d’abord je n'ai pas eu l'occasion de lire le premier tome tout court en entier. Mais le truc ce que si dans ce tome il y a autant de chapitre que le premier ( finalement peu ), il serait préférable de les fusionner et que à chaque fois que tu pense finir un soit-disant tome, ben disons que tu changes d'Arc Wink.

_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 23
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Sam 14 Fév 2015, 18:41

Alors ouais c'est pas une mauvaise idée, mais en fait j'ignore encore combien de chapitres comportera cette histoire. Sinon comment les fusionner ?
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Miss Olaf le Sam 14 Fév 2015, 18:43

Ne te fais pas de bile. Frantzoze et Ansa ont bien fait 30 chapitres X). Je fusionne ne t'inquiète pas.

_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 23
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Lizzie3105 le Sam 14 Fév 2015, 19:31

Le prénom de la servante...ma meilleure amie me surnomme comme ça...( ça me fait marrer bravo )
Je suis sure que son frère c’est Aaron...
En tout cas si c’est lui , le pauvre quand il va arriver à Arendelle et apprendre sa mort Sad
Sinon j’adore vivement la suite !! Very Happy

_________________
avatar
Lizzie3105

Féminin Messages : 850
Date d'inscription : 23/12/2014
Age : 16
Localisation : Terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par SnowMonster le Sam 14 Fév 2015, 19:55

Tiens, tiens, Mills... Comme Henry et Régina
Graham... comme le shérif.
Sirius... comme dans Harry Potter
Il y a un rapport ?
(C'était l'homme qui voyait des clins d’œils partout Very Happy )
Bonne idée de faire une suite en se basant sur de nouveaux personnages.
J'adore. Vivement la suite Very Happy

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Sam 14 Fév 2015, 21:52

C'est fou pour les noms, parce que sur le coup je n'y ai même pas fait gaffe.bravo
Sinon, merci à vous deux ! Very Happy
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Invité le Dim 15 Fév 2015, 11:43

Alors alors...
Commençons par le début Razz


Bon, ton premier tome était vraiment bien, mais comme beaucoup l'ont dit, un peu court, et c'est vraiment dommage, parce que ce personnage, Aaron, on a envie de le connaitre plus que ça Sad
Et puis fallait pas le tuer le pauvre Aaron, je l'aimais bien moi Razz
Bon sinon voilà, j'aime bien comment tu présente la fin, je trouve ça très beau.

Pour le T2, le début est déjà super ! Pauvre capitaine quand il va savoir..mais du coup, j'espère qu'on en saura plus sur Aaron via son frère Very Happy Et j'espère aussi que ce tome ne sera pas aussi court que le premier, parce que quand on aime bien, c'est très frustrant que ça s'arrête aussi vite ^^
Enfin bref, vivement la suite Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Dim 15 Fév 2015, 14:14

Voici le chapitre 7. J'espère qu'ils vous plaira.  Wink


Chapitre VII: Une audience avec Sa Majesté

Deux jours depuis les événements survenus lors du mariage de la princesse et du livreur de glace étaient passés. Mariage qui avait finalement pu se concrétiser en raison de personnes que tous préféraient oublier. Malheureusement, Elsa et compagnie ne pouvaient s'empêcher de se montrer quelque peu préoccupés, car le prince Hans était en liberté et dieu seul sait où il pouvait être et trafiquer en ce moment. Ils craignaient qu'une nouvelle catastrophe ne survienne à cause de lui. Ils craignaient que de nouvelles personnes ne meurent comme ce fut le cas de l'ancien capitaine de la garde actuellement remplacé, ainsi que du comte. D'ailleurs, bons nombres de questions demeurant pourtant sans réponses continuaient encore d'être d'actualité à son sujet.

Pus tard dans la même journée, Anna alors en compagnie de Kristoff se trouvaient tous deux dans le salon du palais.  Ils étaient assis chacun dans un fauteuil se trouvant en face de la cheminée. Alors que la princesse lisait un livre afin de se changer les idées, le livreur de glace se montrait quant à lui pensif. Il pensait à une chose à laquelle il n'avait encore eut guère le temps de s'y pencher dessus durant tout ce temps. Une chose à laquelle il désirait bien obtenir désormais des réponses. C'est alors qu'il se décida à en parler.

- Anna ? Appela Kristoff.

La jeune femme cessa alors sa lecture en vue de lui répondre.

- Oui Kristoff ? Dit Anna.
- Je pensais à une chose Anna. Une chose à laquelle j'ignore encore totalement le comment du pourquoi. Répondit Kristoff
- Quoi donc ?
- Comment dire... C'est au sujet de votre sœur.
- Ma sœur ?
- Plutôt au sujet de ses pouvoirs, à vrai dire.
- Ses pouvoirs ?

Le livreur de glace se pencha alors en avant afin de se rapprocher davantage de sa chère Anna. Puis il dit ceci.

- Vous ne vous êtes jamais posée la question Anna ? Demanda Kristoff.
- Quelle question ? Répondit Anna.
- Hé bien d'où lui proviennent ses pouvoirs ?
- Heu...
- Attendez... Vous ne vous êtes jamais penchée là-dessus ? Bon, je dois avouer que moi-même je ne m'étais guère penché sur ce sujet jusqu'à aujourd'hui en raison de tous les événements qui se sont passés jusqu'ici, mais cela m'étonne que vous ne vous soyez jamais penchée sur la question vous aussi.

Sur ces mots, Anna baissa la tête et se mit à y penser sérieusement durant quelques instants. Force est de constater qu'elle ne savait au final strictement rien au sujet des pouvoirs de sa grande sœur. Elle devait bien admettre aussi qu'elle ne s'était jamais penchée sur la chose jusqu'à aujourd'hui. Relevant désormais la tête, la princesse finit par adresser ces mots au livreur de glace.

- Je... Je ne sais quoi vous répondre Kristoff. Je ne me suis jamais penchée là-dessus avant cela moi aussi, et ce pour les mêmes raisons que vous. J'avais la tête qui était prise ailleurs durant tout ce temps et... Dit Anna.
- Je crois qu'il serait temps d'obtenir des réponses de sa part, vous ne croyez pas ? Répondit Kristoff.
- Je dois bien avouer que cela m'intéresse...

Sur ces mots, le livreur de glace se leva alors de son fauteuil.

- Où allez-vous ? Demanda Anna.
- Allons de ce pas parler à votre sœur Anna. Répondit Kristoff.
- Nous ?
- Bah oui, vous et moi.
- Je... Je devrais peut-être m'en chargée seule Kristoff.
- Pourquoi cela ?
- Mettez-vous à sa place. Voir deux individus s'approcher d'elle en vue de lui demander subitement des explications concernant ses pouvoirs, je trouve cela un peu... Comment dire... Bref, on va dire brutale comme approche.
- Vous croyez ?
- Laissez-moi m'en charger.
- Si vous y tenez, je vais dans ce cas vous attendre ici.
- Je reviens vite.

Anna ferma donc son bouquin pour ensuite le poser sur une petite table rectangulaire qui se trouvait entre les deux fauteuils. Ceci fait, la jeune femme finit par se lever à son tour pour ensuite s'en aller hors de la pièce. Désormais seul, Kristoff se rassit à nouveau dans son fauteuil. En vue de patienter le retour de sa chère et tendre Anna et également animé par la curiosité, le livreur de glace prit à son tour le livre dans ses mains. Voyant désormais le titre, celui-ci ne manqua pas de le prononcer de vive voix avant d'ouvrir le bouquin.

- Raiponce. Dit Kristoff.

Ayant parcouru un long couloir pour ensuite se retrouver dans le hall d'entrée du château, Anna montait à présent les marches menant à l'étage supérieur pour ensuite se diriger vers la chambre de sa sœur. Une fois arrivée, la jeune femme poussa un léger soupir avant de toquer à la porte. Ceci fait, on entendit ensuite la voix de la jeune reine.

- Qui est là ? Demanda Elsa.
- C'est moi Elsa. Je peux entrer ? Répondit Anna.
- Une petite minute Anna.

Quelques secondes plus tard, l'aînée autorisa sa petite sœur à entrer dans la chambre.

- Tu peux entrer. Dit Elsa.

La cadette ouvra donc la porte, mais ce qu'elle vit ensuite l'avait quelque peu surprise, car jamais elle n'aurait imaginé voir cela un jour.

- Elsa tu... Dit Anna.
- Quoi ? Répondit Elsa.

Anna vit pour la toute première fois sa grande sœur avec ses cheveux détachés, mais la chose à laquelle elle ne se serait jamais attendu de voir, était le fait que son aînée avait alors un linge de bain enroulé tout autour de son corps.

- Tu... Tu étais sur le point de prendre un bain Elsa ? Parce que si c'est le cas je peux... Dit Anna.
- À vrai dire, j'étais sur le point d'aller m'habiller maintenant. Répondit Elsa.
- Qu'il eut cru que je te verrais un jour ainsi...
- S'il-te-plait, ferme la porte Anna.

La jeune sœur ferma donc la porte et s'adressa ensuite à son aînée.

- Tu sais... Mine de rien, les cheveux détachés te vont à merveille. Dit Anna.
- Vraiment ? Répondit Elsa, tout en croisant les bras.
- Oui. Je pense que tu devrais les porter ainsi bien plus souvent.
- Tu trouves ?
- Bien sûr. Tu es vraiment superbe comme ça, et tu le seras davantage quand... Quand...
- Quand quoi ?
- Quand tu... Endossera des vêtements bien sûr. Dit Anna, terminant sa phrase avec un sourire jusqu'aux oreilles.
- C'est gentil à toi de me complimenter Anna, mais je doute fort que tu sois venue ici pour cela n'est-ce pas ?
- Tu as raison, excuse-moi.

Sur ces mots, la jeune reine décroisa alors ses bras et s'en alla vers une armoire à l'autre bout de la chambre en vue d'endosser un nouvel habit. Tout pendant qu'Elsa marchait, Anna prit à nouveau la parole.

- Si je suis venue te voir Elsa, c'est parce que je dois te parler de quelque chose. Dit Anna.
- Eh bien vas-y je t'écoute. Répondit Elsa, ouvrant à présent l'armoire.
- C'est que...

Ayant désormais choisi sa tenue, la jeune reine prit délicatement la robe en question dans ses mains et vint ensuite la poser sur son lit. Relevant à présent la tête en direction d'Anna, Elsa s'aperçut alors que sa petite sœur avait joint ses mains et également baissé la tête.

- Anna ? Appela Elsa.
- Oui ? Répondit Anna, ayant aussitôt relevé la tête dès qu'elle eut entendu sa sœur l'appeler.
- Qu'est-ce qu'il y a, ça ne va pas ?
- Au contraire, tout va pour le mieux.
- Dans ce cas de quoi veux-tu me parler ? De ton mariage qui n'a malheureusement pas pu voir le jour ?
- Non, pas de mon mariage.
- Tout ce qui concerne le comte ?
- Non.
- De ce Hans de malheur ?
- Encore moins.
- Alors de quoi ?

Après un bref moment d'hésitation, la jeune sœur lui répondit ceci.

- Si... Si je suis venue te voir c'est parce que... Parce que je souhaite en savoir davantage sur tes pouvoirs. Dit Anna.
- Quoi ? Répondit Elsa.
- Je t'en prie ne m'en veux pas, mais j'aimerais bien savoir le pourquoi du comment tu détiens ces pouvoirs.

Sur ces mots, Elsa posa sa main droite sur son front et tourna le dos à sa petite sœur afin de s'asseoir sur son lit qui se trouvait juste à côté de l'armoire. En l'ayant vue se comporter ainsi, la cadette prit à nouveau la parole.

- Si je viens de te mettre dans un drôle d'état sache que je suis sincèrement désolée, mais comprends moi... Je ne m'étais jamais penchée sur la chose avant cela, car cela mettait complètement sorti de la tête. Sans compter tous les événements qui se sont suivis depuis le jour de ton couronnement. Dit Anna.
- Mon dieu... Dit à son tour Elsa, se parlant à elle-même.
- Elsa ?
- Oh Anna... Puisses-tu à jamais me pardonner...
- Quoi ?
- Je suis désolée... Sincèrement désolée.
- Mais de quoi es-tu désolée ? Je ne comprends pas.

Ayant enlevé sa main de son front, la jeune reine se retourna ensuite en direction de sa chère petite sœur les yeux en pleurs.

- Mon dieu, mais tu pleures ! Dit Anna, surprise de la voir verser des larmes.
- Pardonne-moi Anna... Répondit Elsa.

Anna ne comprenait pas pourquoi Elsa versait à présent des larmes et se sentait à ce point coupable de quelque chose, mais tenant plus que tout à sa grande sœur la cadette vint alors s'asseoir auprès d'elle afin de la consoler. Elle l'a pris alors dans ses bras et se mit ensuite à la bercer tel une maman berçant son petit enfant. Alors qu'Elsa commençait peu à peu se calmer, la jeune sœur profita de l'occasion pour lui adresser tendrement ces paroles.

- Pourquoi pleures-tu Elsa ? Et de quoi es-tu à ce point désolée ? Demanda Anna, continuant encore de la bercer.
- Il... Il faut que je te dise quelque chose. Répondit Elsa.

Sur ces mots, Anna avait dès lors cessé de la bercer. La jeune sœur l'a pris ensuite par les épaules et se mit à la regarder droit dans les yeux.

- Que veux-tu me dire ? Demanda Anna.

Avant de lui adresser la parole, l'aînée chassa d'abord les larmes avec sa main gauche.

- Ce que je m'apprête à te raconter risque de te surprendre au plus haut point Anna... Dit Elsa.
- Vraiment ? Répondit Anna.
- Mais par pitié, j'espère sincèrement que tu ne m'en voudras pas après cela.
- T'en vouloir ? Mais tu sais très bien que jamais je ne pourrais t'en vouloir pour quoi que ce soit.

Elsa essuya à nouveau ses yeux avec sa main gauche avant de reprendre la parole.

- J'ignore tout de mes pouvoirs Anna. Dit Elsa.
- QUOI ? Tu... Tu ne sais rien à propos de tes pouvoirs ? Répondit Anna.
- C'est la vérité, crois-moi...
- Mais comment est-ce possible ? S'il y avait bel et bien une personne qui était en mesure de me répondre, c'était bien toi.
- Je suis navré Anna mais... Sache que ce n'est pas tout.
- Que veux-tu dire ?

La jeune reine se mit à hésiter quelques instants avant raconter la suite.

- Le fait est... Que tu étais déjà au courant de cela toi aussi. Dit Elsa.
- COMMENT ? Mais voyons Elsa, c'est impossible. Si j'étais déjà au courant de cela, tu penses bien que je ne serais jamais venue te voir. Répondit Anna.

L'aînée posa alors sa main gauche sur l'épaule droite de sa petite sœur avant de lui parler à nouveau.

- Je crois que le moment est venue que tu saches la vérité Anna, mais par pitié... Promets-moi que tu ne m'en voudras pas après cela. Dit Elsa.
- Mais... Mais non Elsa... Répondit Anna.

L'aînée ôta à présent sa main gauche pour ensuite se recroqueviller sur son lit en vue d'entamer son récit.

- Tout a commencé avec ma venue monde. Lorsque papa et maman ont découvert que je pouvais contrôler l'hiver, ceux-ci furent alors grandement surpris. Jamais ils n'auraient imaginés une seule seconde que leur bébé puisse avoir des pouvoirs. En vue d'obtenir des explications sur le pourquoi du comment, ils m'avaient tous deux  emmenée voir les trolls par la suite. Dit Elsa.
- Les trolls ? Tu veux dire... Répondit Anna.
- Oui Anna. Ces trolls là. Arrivés sur les lieux, papa et maman s'étaient mis à parler avec le patriarche au sujet de mes pouvoirs. Malheureusement, le vieux troll ne fut guère en mesure de leur apporter des réponses sur le pourquoi du comment.
- Alors ça pour une surprise... Non seulement papa et maman connaissaient leur existence, mais j'apprends aussi que tu les avais déjà rencontrés...
- Si on peut appeler cela une rencontre... Je n'étais qu'un petit bébé à l'époque Anna. Je n'avais aucunement conscience de ce qui se disait autour de moi, ainsi que de l'endroit où je me trouvais.
- Comment te souviens-tu de cela alors ? Et... Et comment nos parents connaissaient-ils l'existence des trolls ?
- Ils ont découverts un jour leur existence un peu par hasard alors qu'ils parcouraient le royaume Anna.
- Mais... Mais comment se fait-il que tu saches cela alors que moi non ? Je ne comprends pas.

Elsa se mordit alors la lèvre inférieur. Tachant de comprendre pourquoi son aînée avait fait cela, la cadette l'appela aussitôt.

- Elsa ? Appela Anna.

L'aînée cessa donc de se mordiller la lèvre afin de lui raconter la suite.

- Trois ans plus tard, ce fut à ton tour de voir le jour. Quant à moi, bien que j'étais totalement émerveillée de posséder un tel don, j'étais tout aussi curieuse d'en savoir un peu plus sur mes pouvoirs. Par la suite, je fus déçue d'apprendre que papa et maman ne pouvaient me dire quoi que ce soit à ce sujet. Toutefois, ils me racontèrent qu'ils avaient tout de même essayé d'obtenir des réponses en allant voir les trolls, car étant de fins connaisseurs dans le domaine de la magie, ils espéraient ainsi obtenir des réponses de leurs parts, mais en vain. D'ailleurs, lorsque j'avais entendu père mentionner les trolls je fus dans un premier temps grandement surprise et apeurée, mais lorsqu'il commença à me les décrire, je fus par la suite totalement émerveillée. Dit Elsa.
- Et ensuite ? Répondit Anna.

La jeune reine changea alors de position pour revenir à une posture assise des plus normale. Puis, elle dit ces mots.

- Par la suite... Tu avais toi aussi été mise au courant de tout cela. Dit Elsa
- COMMENT ? Répondit Anna.
- Je sais que cela peut paraître insensé, mais c'est pourtant la vérité. Répliqua Elsa, tout en lui faisant signe des mains de se calmer.
- Mais... Mais je ne comprends pas ! Aurais-je donc manqué un épisode ?
- Laisse-moi finir Anna, et tu comprendras.

Avant de s'adresser à nouveau à sa grande sœur, la cadette inspira profondément pour ensuite expirer le tout.

- Très bien con... Continue. Dit Anna.

C'est alors que l'aînée reprit la parole.

- Malgré que tu fus toit aussi déçue de ne pas en savoir davantage sur mes pouvoirs, cela ne t'avais pas empêché d'être plus que ravie que je les possèdes au final. Tu adorais mes pouvoirs Anna. Tu adorais ma magie à point que tu ne pouvais l'imaginer. Bien sûr, mise à part notre famille et nos domestiques personne d'autre n'était au courant de mes pouvoirs à l'époque. D'ailleurs, pour plus de prudence il m'était uniquement autorisée de les utiliser la nuit venue. Dit Elsa.
- Pourquoi... Pourquoi n'ai-je pas le moindre souvenir de tout cela ? Répondit Anna.

N'osant affronter le regard da sa petite sœur pour ce qui allait suivre, Elsa se plaça face à son armoire et se recroquevilla à nouveau sur son lit.

- Elsa ? Appela Anna.

L'ainée se mit alors à raconter la suite.

- Une nuit, il y a de cela treize ans... Tu étais venue me réveiller, car tu avais été à ton tour réveillée par la lumière des aurores boréales. Tu m'avais dit que le ciel s'était réveillé et qu'il était temps de jouer. Au début je ne voulais pas, mais dès que tu m'avais proposé de jouer en utilisant ma magie, ce fut une toute autre histoire. Nous nous étions donc rendues dans la grande salle de bal et par la suite, nous nous étions amusées de toutes les manières possibles et inimaginables avec mes pouvoirs jusqu'à ce que... Dit Elsa, peinant à raconté la suite des événements.
- Jusqu'à ce que quoi ? Demanda Anna.

La jeune reine se mit à verser à nouveau de petites larmes.

- Il... Il eut un accident. J'avais glissé et...  Et je t'avais malheureusement touché à la tête avec mes pourvoirs. Repris Elsa.

La cadette ne dit mots, mais regarda sa grande sœur d'un air plus que surpris.

- Ayant entendu mes appels à l'aide, papa et maman s'étaient alors précipités sur les lieux. Repris à nouveau Elsa. S'étant aperçu dans quel état tu te trouvais, nos parents avaient alors décidé de se rendre immédiatement chez les trolls en vue de te soigner au plus vite. Nous partîmes alors tous ensembles par la suite. Une fois arrivés sur les lieux, père avait exposé la gravité de la chose aux trolls. Par la suite, le patriarche t'avait soigné mais pour cela... Il dut t'effacer la mémoire... Il... Il dut t'enlever toute trace de ma magie. Tu étais désormais hors de danger, mais à quel prix...

Elsa chassa alors les larmes avec sa main droite. Puis, elle reprit son récit.

- Le vieux troll m'expliqua par la suite que ma magie était certes de toute beauté et quelle n'allait cesser de grandir mais... Le fait est qu'elle représentait également un vrai danger. Je devais à tout prix apprendre à mieux contrôler mes pouvoirs afin que personne d'autre ne sois blessé ou... Ou pire encore. En vue d'empêcher cela et en attendant que j'apprenne mieux à contrôler ma magie,  nos effectif furent réduits et je fus totalement isolée du reste du monde. Papa et maman croyaient que cela était la meilleure solution et que ça allait finir par s'arranger au fil du temps mais c'était faux... Le problème fut que j'avais totalement perdu confiance en moi depuis cette nuit-là. Je n'étais plus maître de mes pouvoirs... Je m'étais renfermée sur moi-même et j'avais peur... Terriblement peur. Je craignais de faire du mal à qui que ce soit d'autres, c'est pour cela que je ne voulait pas que l'on approche. Dit Elsa.

L'aînée tourna à présent la tête en direction de sa cadette en vue de conclure son récit.

- Voilà pourquoi nous fûmes séparées durant ces treize longues années Anna... Voilà pourquoi tu ne te rappelais plus de rien. Repris Elsa.

Anna baissa la tête se mit alors à repenser à tout ce qu'elle venait d'entendre.

- Pardonne-moi Anna... Je regrette sincèrement de t'avoir fait du mal. Je ne voulais pas... Dit Elsa.
- Tout... Tout s'explique à présent... Dit à son tour Anna, se parlant alors à elle-même.

Elsa délaissa sa position actuelle et se tourna alors complètement vers sa petite sœur avant de lui adresser ces mots.

- Je t'en prie Anna ne me rejette pas... Je ne veux pas que nous soyons à nouveau séparées... Pitié. Dit Elsa.

Voyant à présent l'état dans lequel se trouvait son aînée, Anna fut alors prise de pitié pour elle. Ne supportant pas de la voir ainsi pleurer, la cadette l'a pris à nouveau dans ses bras. Bien qu'Elsa fût l'espace d'un instant surprise de la réaction de sa petite sœur, l'aînée finit ensuite par l'enlacer elle aussi.

- Mon dieu Elsa... Mais pour rien au monde je ne voudrais être séparée de toi. Dit Anna.
- Oh Anna... Répondit Elsa, serrant davantage son étreinte.
- Je te pardonne Elsa... Tu entends, je te pardonne. Répliqua Anna, versant à son tour quelques larmes.

Sur ces mots, l'ainée se détacha de sa cadette afin de la regarder droit dans les yeux.

- Tu... Tu me pardonnes alors ? Demanda Elsa.
- Tu sais qu'il met impossible de te reprocher quoi que ce soit et puis ce ne fut qu'un malheureux accident, rien de plus. Répondit Anna.

Elsa chassa alors les larmes avec sa main droite avant de lui adresser à nouveau la parole.

- Merci Anna... Merci... Dit Elsa.

Prenant chacune des mains de sa grande sœur dans les siennes, Anna lui répondit ceci.

- Non Elsa c'est moi qui te remercie... Désormais je connais toute la vérité. Dit Anna, terminant sa phrase par un léger sourire.

Un jour de plus passa. En cette journée du 11 septembre de l'année 1840, le beau temps était au rendez-vous à Arendelle. Pas un seul nuage ne recouvrait le ciel, laissant pleinement les rayons du Soleil déverser sa douce chaleur sur le royaume. Malgré les tragiques événements qui s'étaient passés quelques jours plutôt, la vie n'en  avait pas moins repris son cours. Au port, des cargaisons de marchandises diverses étaient déchargées de part et d'autre des navires marchands. Au marché, on pouvait entendre des villageois marchander des produits de toutes sortes alors présentés sur les étals. On pouvait aussi entendre les commerçants s'exprimer à voix haute en vue d'attirer de potentiels acheteurs. Dans un atelier, on pouvait les coups de marteau du forgeron s'abattre avec force sur l'enclume. Forgeron qui était par ailleurs réputé pour la qualité de ses ouvrages, mais il n'était pas le seul. En effet, Arendelle était en réalité doté de bons nombres d'artisans excellant tous dans leur domaine.

En ce même jour, Le Cardinal du Nord était enfin arrivé à destination après trois longues journées de voyage. Tous les hommes se trouvant à bord du navire furent soulagés d'être enfin arrivés, mais ils furent tout aussi étonnés de voir que le royaume d'Arendelle avait été établi dans un fjord. Profondes vallées en U creusées dans la roche par le mouvement des glaciers. Cet effet de surprise ne dura pourtant que quelques instants pour finalement laisser place à l'émerveillement en raison de la beauté des lieux. Se tenant auprès de son capitaine qui tenait la barre, Graham exprima alors ces mots.

- C'est vraiment magnifique comme endroit, vous ne trouvez pas ? Dit Graham.
- En effet monsieur Mills. Répondit Sirius.
- Je crois bien que je vais venir m'installer ici avec ma femme.
- Etes-vous sérieux ?

C'est alors qu'un des membres de l'équipage appela son capitaine.

- Capitaine ? Appela le marin.
- Oui monsieur Warell ? Répondit Sirius.
- Je sais que cela peut paraitre idiot de vous demander cela mais... Une fois que vous serez tous deux à terre, que faisons-nous nous autres ?
- Vous resterez à bord du navire et attendrez bien sagement notre retour.
- À vos ordre.

Quelques minutes plus tard, le navire entra finalement dans le port. Voyant le château d'Arendelle situé juste à proximité de l'entrée, certaines voix parmi les membres de l'équipage se firent alors entendre.

- Wouah...
- Impressionnant.
- J'aime bien ce style.
- Rien avoir avec le château du roi et de la reine.

Le navire jeta finalement l'ancre à l'eau. Les villageois qui se tenaient à proximité des lieux cessèrent leur activité quelques instants, tant ils étaient stupéfaits de voir un aussi grand navire. Et pas n'importe quel navire qui plus est, mais un vaisseau de guerre. C'est alors qu'on entendit quelques voix s'exprimer parmi les villageois.

- Impressionnant.
- En effet.
- Certes mais, que viens donc faire un navire de guerre ici ?
- Bonne question.

Sur le coup les villageois se posèrent quelques questions, mais peu à peu ceux-ci s'en retournèrent à leur occupation d'origine. Â bord, deux des hommes de l'équipage vinrent alors placer une rampe de bois reliant ainsi le navire au quai. Ceci fait, le capitaine et son second descendirent ensuite tous deux du bâtiment. Ayant désormais les pieds sur la terre ferme, Graham dit alors ces mots.

- Que c'est bon de se retrouver sur la terre ferme, n'est-ce pas mon capitaine ? Demanda Graham, tout en s'étirant les bras vers le haut.
- Certes, mais n'avez-vous donc rien remarqué ? Répondit Sirius, regardant tout autour de lui.

Cessant alors de s'étirer, le second regarda son capitaine et exprima ensuite ces mots.

- Si mon capitaine, j'ai remarqué. Dit Graham.

Sirius le regarda alors à son tour.

- Il n'y a aucune trace du bateau du compte. C'est tout de même très étrange. Dit Sirius.
- C'est très bizarre, je vous l'accorde. Répondit Graham.

Regardant à présent en direction d'un autre grand navire aucunement destiné à la pèche ainsi qu'au transport des marchandises, le capitaine ajouta ces mots.

- Le Syrenn. Dit Sirius, se parlant alors à lui-même. Ce nom me dit quelque chose.

Ayant tourné la tête dans la même direction peu après que son capitaine l'ai fait, Graham ajouta ces paroles.

- Le Syrenn ? S'exclama Graham, tout en se grattant le sommet du crâne avec sa main droite. Cela me dit quelque chose à moi aussi.

Après être resté ainsi à contempler le navire durant quelques secondes, Sirius finit par tourner les talons.

- Où allez-vous ? Demanda Graham.

Le capitaine lui répondit ceci tout pendant qu'il marchait en direction du château.

- Au château monsieur Mills. Dit Sirius.
- Non mais attendez ! Répondit Graham.

Sur ces mots, Sirius s'était alors arrêté de marcher pour ensuite se retourner en direction de son vieil ami. L'ayant désormais rejoint, le second lui adressa quant à lui ces mots.

- Dois-je vous rappeler que nous sommes guère venus ici en tant qu'invités ? Je doute fors que les gardes nous laisserons entrer au château comme ça. Dit Graham.
- Je le sais bien, mais il faut me voir la reine à tout prix. Répondit Sirius.
- Et comment comptez-vous vous y prendre pour la voir ?
- Je vais plus où moins expliquer aux gardes la raison de notre venue, tout simplement.
- Vous croyez que cela va marcher ?
- Nous verrons bien.
- D'accord, et pour cette fameuse histoire ? Que faisons-nous ?
- Nous verrons cela en temps voulu. Pour l'heure, il me faut retrouver mon frère et la meilleure personne qui est en mesure de m'aider est la reine elle-même.

A suivre...

PS: Je ne sais pas si le titre de mon chapitre est approprié au non. Il irait selon vous ou pas ?


Dernière édition par Micky93 le Dim 31 Mai 2015, 13:51, édité 8 fois (Raison : Voir mon message posté le 26 avril 2015.)
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Lizzie3105 le Dim 15 Fév 2015, 15:39

Ce chapitre est trop bien ! Very Happy

La rencontre entre Olaf et le capitaine est trop lol!
Je me demande ce que va dire Elsa quand elle va voire le capitaine Razz

Vivement la suite !! cheers


_________________
avatar
Lizzie3105

Féminin Messages : 850
Date d'inscription : 23/12/2014
Age : 16
Localisation : Terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Invité le Dim 15 Fév 2015, 16:49

Ohhh quel beau chapitre ! Oui je le trouve beau ce chapitre, vraiment ♥
Lorsque la question est posée à Olaf de savoir où est "le jeune frère" je trouve qu'il y a une certaine tendresse qui ressort des propos d'Olaf, je trouve ça adorable I love you
Vivement la suite, je crois que je ne vais pas être très patiente, il me tarde de voir la rencontre avec Sirius et Elsa....et sans doute Anna ?
Vite vite vite ! Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Dim 15 Fév 2015, 19:25

Merci à vous deux, j'en suis vraiment ravi. Very Happy
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par M.Baggins le Dim 15 Fév 2015, 20:47

Alors Micky, je n'ai pas encore entamé ta 2e fanfic, mais je poste ici mon commentaire sur la première (avec le comte Aaron).
Ce fut court, mais plaisant. Hans et le Duc qui lèvent une armée: ooooh... Que j'aime ça! jesuisdehors
Et Aaron qui maîtrise le feu: je t'avoue que ça m'a surpris. Car je m'attendais à ce qu'il ait des pouvoirs, mais lorsqu'il a dit à Elsa "je ne crains pas le froid", j'ai pensé que lui aussi contrôlait la glace et la neige. Donc, tu as vraiment réussi à m'étonner sur ce coup là.
J'attaquerai un jour ta 2e fanfic (ne m'en veux pas mais pour l'instant je suis en plein en train d'écrire la mienne^^).
En tout cas, j'ai de bons espoirs concernant la 2e histoire vu ce qu'a été la première.^^
Alors par contre, juste une chose: lorsque tu fais des descriptions, tu dois utiliser l'imparfait et non le passé simple. Par exemple, tu ne dois pas dire "Kristoff se tint debout dans la chapelle en attendant Anna" mais "Kristoff se tenait debout dans la chapelle en attendant Anna", car tu exprimes ici une situation qui dure un certain temps, et non une action soudaine. Mais c'est le seul vrai défaut que je puisse trouver.

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1247
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Dim 15 Fév 2015, 21:04

T'inquiètes M.Baggins, je comprends parfaitement, et puis de toute façon ma fic ne va pas s'envoler. Sinon, pour les descriptions, merci à toi de m'avoir éclairé la-dessus. Very Happy

Ah ! Une dernière chose encore.

Spoiler:
Moi aussi j'ai hâte de lire ta fic.  bravo
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par M.Baggins le Dim 15 Fév 2015, 21:13

Oh, merci ça me flatte bravo
Et bien j'ai une nouvelle pour toi: le premier chapitre devrait arriver dans le courant de la semaine (ainsi que, en l'attendant, un nouveau dessin qui exprimera bien plus explicitement le sujet de ma fanfic)

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1247
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Dim 15 Fév 2015, 21:14

Cool !!! J'ai trop hâte. bravo
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Mar 17 Fév 2015, 16:11

Voici le chapitre 8. Je n'ai pas grand-chose à dire si ce n'est que j'espère que vous apprécierez.

Bonne lecture.

Chapitre VIII: Révélations

S'étant désormais mis en route en vue de se rendre au château, nos deux hommes ne tardèrent pas à se retrouver par la suite sur le pont menant au palais. Au fur et à mesure qu'ils s'approchaient tous deux des portes, Graham ne put s'empêcher de se poser quelques questions au sujet de la reine et de la princesse. Il commença tout d'abord à dire ceci à son capitaine.

- Je me demande bien à quoi peuvent ressembler la reine et la princesse, pas vous ?
- Vous savez cher ami, leur apparence m'importe peu.
- Et... Vous croyez qu'elles ont quel âge ?
- Je ne sais pas.
- Et leur taille ?
- Je l'ignore Graham.

Regardant à présent son capitaine, Graham lui demanda ensuite ceci.

- Croyez-vous quelles sont larges ou bien minces ? Quelles sont agréables à regarder ou bien pas ?

Regardant à son tour son vieil ami, Sirius lui répondit alors ces mots.

- Nom d'un chien, mais vous m'en posez des questions.
- Si on ne peut plus se montrer quelque peu curieux alors...
- Ce n'est pas ça, mais au final à quoi bon me poser toutes ces questions puisque nous tarderons pas à le découvrir.

Alors que ceux-ci se trouvaient désormais assez proches des portes, ces dernières se mirent aussitôt à s'ouvrir. Ayant été tous deux quelque peu surpris par le grincement des gonds des portes, nos deux hommes avaient dès lors cessé leur marche et virent à présent un homme de forte stature venir droit dans leur direction.

- Ma parole, mais c'est... Dit Graham, quelque peu surpris de voir une personne aussi familière en ces lieux.

Regardant quant à lui l'heure affichée sur sa montre à gousset, l'individu sortant du château n'avait pas encore remarqué la présence de nos deux compagnons.

- Le comte de Ardenfell en personne...  Dit à son tour Sirius, quelque peu surpris lui aussi.

Ayant à présent rangé sa montre dans l'une de ses poches de son veston, le comte remarqua par la suite les deux hommes à son tour. Quelque peu surpris de voir ces derniers en ces lieux lui aussi, l'individu ne manqua pas de leur adresser la parole.

- Mais que vois-je ? Le capitaine Black et son second à Arendelle ? Qu'il eut cru. Dit le comte tout en venant à leur rencontre.
- Monsieur le comte. Répondirent les deux hommes.

Etant désormais face à face avec ces derniers, le comte prit à nouveau la parole en leur demandant ceci.

- Quel plaisir de vous voir messieurs, mais que faites-vous donc ici ?

Le second et le capitaine s'échangèrent tout d'abord un regard avant que ce dernier ne réponde à l'individu.

- Nous vous retournons la question.
- Ce que je fais ici ? Eh bien capitaine, sachez qu'il m'est arrivé quelque chose d'épouvantable !
- Quelque chose d'épouvantable ?

Le capitaine et son second s'échangèrent à nouveau un regard avant que Sirius ne reprenne la parole en de-mande ceci au comte.

- Quoi donc ?
- Je vais être bref. Pour commencer, figurez-vous que je fusse invité à un bal organisé à Arendelle il y a de cela plusieurs jours. Alors que j'étais sur le point de partir d'Ardenfell avec mon bateau, j'ai senti un coup venir me frapper derrière la tête.
- Un... Un coup ?
- Oui ! Un coup ! Après un long et difficile réveil, j'eusse remarqué que je me trouvais dans un vieil hangar et que j'avais également les mains et les pieds ligotés. Vous vous rendez compte ? Osez faire cela à moi !

Sirius et Graham s'échangèrent une nouvelle fois un regard.

- J'ai attendu des jours avant que mon vieil ami Anatole ne remarque mon absence prolongée et finisse par me retrouver. Repris le comte
- C'est horrible. Répondit Graham.
- À qui le dites-vous ! Par la suite, j'eusse remarqué que rien ne m'avait été volé hormis mon invitation au bal.
- Vous auriez donc été agressé pour une simple invitation à un bal ?
- Vous aussi, vous trouvez donc cela à la fois incroyable et pitoyable.
- Et... Qu'avez-vous donc fait ensuite ?
- J'ai porté plainte pardi ! Même si je savais que cela n'allait rien arranger. Par la suite, j'ai demandé à mon vieil ami Anatole qu'il emmène au plus vite à Arendelle en vue d'en informer immédiatement la reine de ce qu'il m'était arrivé.
- Je me doutais bien que le nom Le Syrenn me disait quelque chose. Dit Graham, se parlant alors à lui-même.
- Vous l'avez donc remarqué ? Bon ce n'est pas étonnant au bout du compte, mais oui, Le Syrenn est bel et bien le navire de ce cher Anatole. Répondit le comte.
- Et c'est en raison de ce qui vous êtes arrivé que nous vous avons vu sortir du château tout à l'heure ?
- Exactement ! Je viens juste de terminer mon audience avec la reine d'ailleurs.
- Quelle histoire... Et comment vous sentez-vous à présent ?
- Cela va mieux je vous en remercie.
- Heureux de l'apprendre...
- Ce qui me tracasse, c'est que j'ignore pourquoi cette personne s'est fait passer pour moi.
- Moi je sais.
- Vraiment ?
- Sans doute que cette pauvre personne voulait assister à un bal au moins une fois dans sa vie ! Ha ha ha ha ha ha !

Sirius vint alors poser sa main droite sur son front.

- Je ne trouve pas ça drôle l'ami ! Dit le comte en haussant quelque peu la voix.
- Hum... Vous... Vous avez raison. Pardonnez-moi comte, je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Répondit Graham, s'en voulant quelque peu d'avoir agi ainsi.

Ayant ôté sa main de son front, le capitaine s'adressa alors au comte.

- Je vous prie de bien vouloir l'excuser. Mon second à tendance à s'égarer parfois.
- Excuse acceptée capitaine.
- Merci.
- Néanmoins, je tenais à vous dire encore ceci. J'ignore où le coupable s'en est allé avec mon cher petit bateau par la suite, mais si par chance je venais à le retrouver, je peux vous assurer qu'il passera le reste de sa misérable existence à pourrir au fond d'un cachot !
- Et j'espère de tout cœur que vous le trouverez.
- Si vous le dites.

Sortant à nouveau sa montre à gousset en vue de regarder une nouvelle fois l'heure, le comte se rendit compte qu'il se faisait tard.

- Par les dieux, il se fait tard !

Regardant à nouveau les deux hommes tout pendant qu'il remettait sa montre en place, le comte leur alors dit ceci.

- Désolé messieurs, mais le temps presse ! Je suis pressé et j'ai énormément de travail qui m'attend à mon retour. Nous aurons peut-être l'occasion de nous revoir à nouveau et ce jour-là, vous en profiterez pour me raconter ce qui vous a amené à Arendelle. Dit le comte.
- Nous n'y manquerons pas. Répondit Sirius.
- Adieu messieurs.
- Au revoir comte.
- Bon voyage de retour. Ajouta Graham.

Une fois que le comte fut passablement éloigné de nos deux compagnons, le capitaine posa sa main gauche sur son front et se parla ensuite à lui-même.

- Nom d'un chien...
- Je sais ce que vous pensez capitaine.
- Tout s'explique désormais...
- C'est tout de même étrange. On est bien d'accord que votre frère n'a pas quitté les lieux ?
- En effet. Dit Sirius, tout en ôtant sa main de son front. Mais la question est de savoir où il se trouve en ce mo-ment.
- Certes mais... Qu'a-t-il bien pu faire du bateau du comte alors ?
- Je ne sais pas.
- Je crois qu'il est temps d'avoir à notre tour une audience avec Sa Majesté.

Pendant ce temps dans le salon du château, la cadette alors en compagnie de son aînée exprima ces mots à sa grande sœur suite à l'audience qu'elles venaient d'avoir avec le comte.

- Bon sang  Elsa, te rends-tu comptes que tu as menti au comte ! Dit Anna, se tenant debout à quelques mètres seulement de sa grande sœur.
- Pour ta gouverne sache que je n'ai pas menti Anna. Je ne lui ai pas dit toute la vérité, nuance. Répondit Elsa.
- Oui mais...
- De toute manière, ce pauvre homme n'est plus désormais. Sans compter le fait que je ne pouvais prendre le risque de raconter la suite des événements Anna.
- Tu... Tu as raison, excuse-moi. Je ne voulais pas t'énerver.
- Inutile de t'excuser, je ne t'en veux pas.
- C'est que... Qu'il eut cru que ce jeune homme fusse en réalité un imposteur.
- J'ignore pourquoi il s'est fait passer pour le véritable comte Anna. Je l'ignore.
- Et si... Et si cet homme eut en réalité les mêmes intentions que Hans ?
- Quoi ?
- Tu m'a très bien compris.
- Non ! Non, c'est impossible ! Aurais-tu oublié qu'il s'était interposé entre moi et lui ?
- Non je... Je n'ai pas oublié.
- S'il ne s'était pas interposé, je ne serais plus de ce monde aujourd'hui. Te rends-tu comptes de cela  ?
- Tu as raison, pardonne-moi. C'est juste que...

Anna poussa un léger soupir avant s'adresser à nouveau à sa grande sœur.

- J'aimerais tellement avoir des réponses Elsa. Toute cette histoire concernant cet homme m'intrigue au plus haut point.
- Je sais Anna. Moi aussi j'aimerais bien en avoir, mais hélas nous n'en avons pas.
- Hélas oui... Nous n'en avons malheureusement pas.

La jeune reine s'en alla désormais se mettre en face de l'une des nombreuses grandes fenêtres parsemant la salle. Une fois devant l'une de celles-ci, Elsa croisa ses bras. Ce n'est qu'après un bref instant de silence qu'elle se décida à parler à nouveau à sa petite sœur d'un air quelque peu préoccupée.

- Le fait de ne pas voir de réponses concernant le comte n'est pas ce qui dérange le plus, mais plutôt cette fameuse personne qui doit soit disant venir en ces lieux Anna.

En ayant entendu cela, la cadette vint se positionner auprès de son ainée. Elle regarda un bref instant à travers la fenêtre pour ensuite tourner la tête vers sa grande sœur. Elsa quant à elle ne la regarda pas, mais se contenta de lui dresser à nouveau la parole.

- Avant que Kai ne me dise qu'il s'agissait en réalité du comte, j'avais le cœur qui battait à vive allure Anna. Je craignais qu'il s'agissait de cette fameuse personne que le... Que le faux comte nous avait annoncé avant sa mort.
- Je sais à quel point tu redoutes que cela arrive.

C'est alors que l'aînée plongea son regard dans celui de sa cadette. Puis, elle dit ces mots.

- Si cela devait arriver, j'ignore comment je pourrais lui raconter ce qu'il s'est passé ici sans dévoiler ma véritable identité. C'est impossible.
- Je sais Elsa. Je sais.

Elsa tourna la tête afin de regarder à nouveau par la fenêtre. Puis, elle s'adressa à nouveau à sa petite sœur.

- J'ai peur Anna... J'ai peur qu'en apprenant qui je suis réellement cette personne me veuille du mal par la suite.

Sur ces mots, Anna vint prendre son aînée dans ses bras et lui dit également ses mots en vue de la rassurer.

- Je te comprends Elsa. Je ne te cacherais pas que moi aussi j'aurais peur à ta place mais... Sache que je suis là. Et tant que je serais là je te protégerais et je veillerai sur toi, je te l'assure.
- Oh Anna...
- Ne t'inquiète pas... Dit Anna tout en posant délicatement sa tête contre celle de sa grande sœur. Tant que je serais là il ne t'arrivera rien et personne ne touchera à un seul de tes cheveux, je te le promets.

Après un bref instant de silence, la jeune reine lui adressa tendrement ces mots.

- Je suis si heureuse de t'avoir auprès de moi Anna.
- Et moi donc Elsa... Et moi donc.

C'est alors que les deux jeunes sœurs entendirent désormais quelqu'un frapper à la porte du salon. S'étant toutes les deux retournées face à l'entrée, Elsa prit alors la parole.

- Qu'est-ce que c'est ?
- C'est Kai majesté. Puis-je donc entrer ?
- Bien sûr Kai. Entrez donc.

Une fois que celui-ci eut ouvert la porte et fusse entré dans la pièce, le domestique s'adressa une nouvelle fois à la reine.

- Navré de vous déranger une nouvelle fois majesté, mais j'ai ici deux hommes qui désirent s'entretenir avec vous eux aussi.
- Qui sont-ils ?
- Le capitaine Sirius Black de la marine royale d'Ardenfell et son second Graham Mills, majesté.
- Eux aussi viennent de là ? S'exclama Anna.
- Et que veulent-ils au juste ? Demanda Elsa.
- Ils ne m'ont pas donné plus de détail que cela, mais ils sont à la recherche d'une personne qui leur ai très chère majesté. Répondit Kai.
- Qui donc ? Ajouta Anna.
- Nous verrons bien Anna, inutile de les faire attendre plus longtemps. Répondit Elsa.
- Oui mais... Répliqua Anna.

La jeune reine ordonna dès lors à son plus fidèle domestique de faire entrer les deux hommes.

- Faites-les entrer Kai.
- Bien majesté.
Ce dernier appela dès lors à voix haute les deux hommes qui étaient restés à l'autre bout du couloir en vue de patienter.

- Sa Majesté vous attend messieurs.

Se tournant à nouveau vers les deux jeunes sœurs, le domestique s'adressa une dernière fois à la reine.

- Ils arrivent majesté.
- Bien. Vous pouvez disposer Kai.

Après avoir fait une révérence, ce très cher Kai s'en alla dans la direction opposée de celle par laquelle arrivaient les deux compagnons en vue de s'en retourner à ses diverses autres occupations. Le capitaine et son second quant à eux, s'approchaient de la salle en question distinguée par une porte laissée grande ouverte. Tout pendant qu'il marchait à la droite de son vieil ami, Sirius lui murmura ces mots.

- Nous y voilà...
- Ouais bah en tout cas, heureusement que ce cher domestique passait par-là car j'avais oublié à quel point les gardes pouvaient être d'une inutilité sans pareil durant leur service.
- Vous n'étiez pas le seul à l'avoir oublié cher ami.

Alors que ceux-ci passaient désormais la porte, aussi bien ces derniers que les deux jeunes sœurs furent alors grandement surpris de la vision qui s'offraient à eux.

- Dieu tout puissant... Murmura Graham.
- Wow... Ajouta Sirius.
- Elles... Elles... Elles sont vraiment ravissantes... Repris Graham, bavant quelque peu.

S'étant quelque peu ressaisi, le capitaine vit alors dans quel état se trouvait son second. De ce fait, Sirius lui murmura alors ces mots.

- Ressaisissez-vous l'ami. Je vous rappelle que vous êtes marié.

S'étant ressaisi à son tour, Graham lui répondit alors ceci.

- Hum oui... Dit Graham tout en s'essuyant la bouche avec sa main gauche. Vous avez raison, pardonnez-moi.
- En tout cas je dois bien avouer que Sa Majesté est vraiment très belle, sans compter le fait que la princesse est vraiment très mignonne elle aussi. Dit à son tour Sirius.
- Je vous préviens capitaine, cette jeune femme est beaucoup plus jeune que vous.
- Je le trouve simplement mignonne, qu'allez-vous donc imaginer.
- Qui sait...
- Je vous en prie...
- Je plaisantais voyons.

Les jeunes sœurs quant à elles, commentaient également l'apparence de ces derniers de leur coté.

- Le capitaine est haut mine de rien. Il doit faire quoi... Plus de 2m ? Murmura Anna.
- N'exagérons rien, je dirais qu'il mesure aux alentours des 1m90. Répondit Elsa.
- C'est haut tout de même...
- Pas aussi haut qu'Oaken Anna.
- Et il a fait quoi à son visage à ton avis ?
- Je ne sais pas.
- Et cette couleur de cheveux ainsi que celle de ses yeux... Exactement comme toi.
- J'ai remarqué.
- Et son second... Mine de rien il me fait marrer.
- Je t'en prie Anna.
- Désolé...

C'est alors que le capitaine s'adressa une dernière fois à son vieil ami avant d'aller se présenter.
- C'est moi qui parle d'accord ?
- Comme vous voudrez capitaine.

Ceci dit, les deux hommes s'avancèrent alors plus avant en vue d'aller se présenter. Dès qu'ils furent situés à quelques pas seulement des deux jeunes femmes, nos deux compagnons firent une révérence tout en disant ces mots.

- Majesté... Princesse. Dirent les deux hommes.
- Messieurs. Répondirent les deux jeunes femmes.

S'étant tous deux relevés depuis lors, le capitaine s'adressa ensuite à la jeune reine.

- Avant toute chose, j'aimerais vous remercier de nous avoir accordé cette audience majesté.
- C'est tout naturel capitaine.
- Je me présente. Capitaine Sirius Black de la marine royale d'Ardenfell et voici mon second, Graham Mills. Dit Sirius, tout en désignant son second d'un geste de la main.
- Reine Elsa d'Arendelle, et voici ma jeune sœur la princesse Anna. Répondit Elsa, désignant elle aussi sa petite sœur d'un geste de la main.
- Ravie de faire votre connaissance. Ajouta Anna.
- C'est un plaisir partagé. Répondit Sirius.

C'est alors que la jeune reine invita les deux hommes à venir s'asseoir dans de confortables fauteuils situés autour d'une petite table ronde au centre de la salle.

- Venez donc vous installer messieurs. Dit Elsa, tout désignant les fauteuils d'un geste de la main. Ainsi vous pourrez me raconter ce qui vous amène précisément en lieux.
- Merci de votre hospitalité. Répondit Sirius.

Tous s'en allèrent alors s'asseoir chacun dans un fauteuil. Une fois ceci fait, Elsa prit à nouveau la parole.

- Avant de commencer, désirez-vous quelques choses à boire ? Demanda Elsa.
- Ma fois... Répondit Sirius.
- Une petite boisson bien fraîche, ne nous ferait pas de mal en tout cas. Surtout par cette chaleur. Ajouta Gra-ham.
- Dans ce cas, avec joie majesté. Repris Sirius.
- Que désirez-vous ? Demanda à nouveau Elsa. Nous n'avons pas grande chose hormis du jus de fruit, de l'eau plate et de la limonade.
- Un verre d'eau plate me conviendrait pour ma part. Répondit Sirius.
- La même chose pour moi aussi. Ajouta Graham.
- Moi je vais reprendre une limonade je crois. Ajouta à son tour Anna.

C'est alors qu'Elsa prit à nouveau la petite clochette qui était posée sur la petite table ronde et se mit à l'agiter quelques instants avec sa main droite.

- Je ne peux m'empêcher de rire en te voyant agiter cette clochette. Dit Anna, avec léger sourire.
- Que veux-tu Anna. Répondit Elsa.

Dès que la jeune reine eut vu une de ses domestiques faire une nouvelle fois son apparition quelques instants plus tard, Elsa avait dès lors cessé d'agiter la petite clochette.

- Son Altesse a sonné ? Demanda la domestique.
- Ma chère Freya. Pouvez-vous nous apporter deux verres de limonades et deux d'eau plate je vous prie ? Je vous en serais infiniment reconnaissante. Répondit Elsa.
- Bien sûr majesté.
- Merci.

Cette dernière ferma donc la porte et s'en alla donc ce pas dans la cuisine du palais en vue d'apporter pour la deuxième fois des boissons. Ceci fait, la reine déposa tout d'abord la clochette sur la table et s'adressa ensuite au capitaine.

- Très bien capitaine. J'ai cru comprendre que vous et votre second recherchiez une personne qui vous ai très chère, est-ce exact ?
- C'est exact majesté. Il y a de cela quelques jours mon équipage et moi-même, sommes revenue d'une mission au nom de notre couronne après trois longues années passées en mer.
- Wow... Cela en fait des années passées en mer... Ajouta Anna.
- Je ne vous le fais pas dire princesse. Répondit Graham.
- Et ensuite? Demanda Elsa.
- À notre retour au port, mon frère... Répondit Sirius.
- Votre frère ? Répliqua Elsa.
- Mon petit frère, William, aurait dû être présent à notre arrivée mais ce ne fut pas le cas. J'espérais par la suite que je le retrouverais dans nos appartements, mais ce ne fut pas le cas non plus. Je commençais alors à me poser des questions lorsque ma domestique m'a révélé par la suite que mon cher frère s'était rendu dans votre royaume. Rétorqua Sirius.

Les deux sœurs s'échangèrent d'abord un regard avant que la cadette ne prenne la parole.

- Et... Connaissez-vous la raison qui aurait pu le conduire ici ? Demanda Anna.
- Justement je l'ignore. Répondit Sirius.
- Comment votre domestique a-t-elle été au courant de son départ au juste ? Demanda à son tour Elsa.
- Mon frère lui a dit où il se rendait mais... Il ne lui a malheureusement pas expliqué la raison de se départ. Répondit Sirius.
- Et depuis combien de temps votre frère est-il parti ? Répliqua Elsa.
- Depuis trop longtemps j'en ai peur. Rétorqua Sirius.

Ayant appuyé son dos contre le dossier, la jeune reine dit ensuite ces mots.

- C'est tout de même très étrange cette histoire. Dit Elsa.
- Je suis bien d'accord avec toi. Ajouta Anna.

C'est alors que la domestique de tout à l'heure fit une nouvelle fois son apparition accompagnée cette fois-ci d'un plateau d'argent dans lequel étaient posées les boissons en questions.

- Ah ! Voilà enfin les boissons ! Dit Graham.

La servante fit quelques pas avant de venir poser délicatement le plateau sur la petite table ronde.

- Merci Freya. Dirent les deux jeunes sœurs.
- Merci beaucoup madame. Ajoutèrent les deux hommes, terminant leur phrase avec un léger sourire.
- Mais je vous en prie. Sonnez-moi si vous avez besoin d'autres choses. Répondit Freya.

Sa tâche terminée, la domestique s'en alla une nouvel fois hors de la salle. Une fois que cette dernière eut fermé la porte derrière elle, Anna qui avait alors pris son verre au même temps que tous les autres, échangea un nouveau regard avec sa grande sœur avant de s'adresser au capitaine.

- Dites-moi capitaine... Pouvez-vous nous décrire votre frère je vous prie ?
- Eh bien... Environ 1m80, 25 ans, cheveux mi-longs noirs, yeux de couleurs bruns et... Il porte aussi une petite boucle d'oreille à son oreille gauche.

Totalement bouleversée par ce qu'elles venaient d'entendre, Anna avait écarquillé ses yeux et fut resté figé telle une statue de pierre. Elsa elle, avait fait tomber son verre de limonade d'où les éclats de verre gisaient à présent sur le sol et d'où la boisson était également venu tacheter le tapis aux innombrables motifs. Les deux hommes quant à eux étaient alors tous deux surpris de la soudaine réaction de ces dernières. Ils ne comprenaient pas pourquoi cette description les avaient mise dans un tel état.

- Majesté ? Princesse vous vous sentez bien ? Demanda Sirius.
- Mais qui y a t il enfin ? Ajouta Graham.
- Mon dieu... Dit Anna, se parlant à elle-même.
- Oh non... Tout mais pas cela... Dit à son tour Elsa, se parlant aussi à elle-même.

Ce fut désormais chose faite. Ce que les deux sœurs, où plutôt ce que la reine craignait par-dessus tout était bel et bien arrivé. Le capitaine n'était autre que le frère aîné de ce pauvre homme actuellement enterré six pieds sous terre. Comment lui et son second allaient-ils réagir en apprenant la mort de cet homme ? Comment allaient-ils réagir sur la manière dont s'étaient déroulé les événements ? Comment allaient-ils réagir lorsqu'ils apprendront que la reine possède également des pouvoirs ? S'étant alors quelque peu ressaisi, la jeune sœur déposa immédiatement son verre dans le plateau et se leva aussitôt de son fauteuil afin de venir auprès de son aînée. Elle l'a pris ensuite par les épaules et le secoua légèrement tout en l'appelant par son nom en vue de la faire réagir.

- Elsa ? Elsa ressaisis-toi !

Ayant également posé leur verre et s'étant eux aussi levés de leur fauteuil, les deux hommes dit chacun leur tour ces mots.

- Mais que s'est-il passé bon sang ? Demanda Sirius.
- J'aimerais bien le savoir ? Ajouta Graham.

À force d'être quelque peu secoué par sa petite sœur, l'aînée revint alors peu à peu à elle.

- A... Anna ? S'exclama Elsa.
- Tout va bien Elsa ? Demanda Anna.
- Oh mon dieu... Répondit Elsa, mettant l'une de ses mains devant sa bouche.
- Calme-toi ça va aller. Répliqua Anna.

La jeune reine ôta désormais sa main droite de devant sa bouche et exprima ces mots.

- Non ça ne va pas aller Anna...  Dit Elsa.
- Je suis là, calme-toi. Répondit Anna.
- C'est arrivé Anna... C'est arrivé.

Tâchant de comprendre, les deux hommes s'exprimèrent à nouveau en disant ces mots.

- Mais enfin expliquez-vous ! Qu'est-ce qui est arrivé et que sait-il passé au juste ? Demanda Graham.
- Princesse Anna, dites-moi ce qu'il s'est passé je vous prie ! Ajouta Sirius.

Anna poussa un léger soupir avant d'ôter ses mains des épaules de sa grande sœur pour ensuite se tourner en direction des deux hommes.

- Avant tout chose... Sachez que nous avons bel et bien rencontré votre frère capitaine mais... Dit Anna.
- Mais quoi ? Répondit Sirius.
- Il lui est arrivé quelque chose de grave ? Ajouta Graham.
- Je ne l'espère pas... Ajouta à son tour Sirius.

Les deux sœurs s'échangèrent une nouvelle fois un regard avant que la cadette ne se tourne à nouveau vers les deux hommes. Anna hésita quelques instants. Elle ne savait comment leur dire ce qu'il était advenu du pauvre homme, mais elle prit finalement son courage à deux mains et annonça la mauvaise nouvelle.

- Votre frère est mort capitaine...

A suivre...


Dernière édition par Micky93 le Dim 07 Juin 2015, 12:46, édité 5 fois (Raison : Voir mon message posté le 26 avril 2015.)
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1547
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Invité le Mar 17 Fév 2015, 16:41

Alors x)
Ce chapitre est agréable à lire, et j'aime beaucoup le fond de l'histoire.
La scène où Elsa fait tombé sa tasse, je sais pas pourquoi mais j'ai adoré ^^'
Par contre, je ne l'imagine pas s'évanouir comme ça. Je l'aurais plutôt vu en état de défense avec ses pouvoirs juste histoire de montrer au capitaine qu'elle aussi elle en a et que pou le coup, ça le ferait taire x)
J'ai aussi beaucoup aimé les remarques du Capitaine et de son second quand ils ont découvert Elsa et Anna, c'était très...mignon -quoi que pervers le petit sous entendu de Anna qui est mignonne xD -

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Lizzie3105 le Mar 17 Fév 2015, 16:46

J’adore ce chapitre ! Very Happy

Surtout la scène où Sirius s’énerve et les autres s’y mettent ça me fait marrer lol!

Vivement la suite !! :cookie:
(Oui je mange un cookie pour patienter et alors ? Razz )

_________________
avatar
Lizzie3105

Féminin Messages : 850
Date d'inscription : 23/12/2014
Age : 16
Localisation : Terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par M.Baggins le Mar 17 Fév 2015, 16:59

Ca y'est Micky, j'ai enfin lu les 3 premiers chapitres de ta nouvelle fic^^.
Et je dois dire que cette "suite" suscite vraiment mon intérêt. C'est original cette idée d'avoir complété ta première fic (qui était déjà une histoire complète en trois actes et tout...) par cette suite. Du coup, ça fait de la première un genre d'introduction alors que c'était une histoire complète (même si elle était courte).
C'est clair ce que je raconte ou bien?
Sinon pour en revenir à cette seconde fanfic, j'ai vraiment aimé. Le fait qu'on suive le point de vue d'un autre personnage qu'Elsa ou Anna... Intéressant. Continue ainsi, j'aime!

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1247
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 15 Précédent  1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum