La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Lun 23 Fév 2015, 13:35

Miss Olaf: Je suis plus que ravi que tu apprécies cette suite. Very Happy  A vrai dire, j'attendais impatiemment ton commentaire.
Minka: Je te remercie pour ton commentaire. Concernant Elsa, je ne sais pas encore. On verra bien. Razz

Sinon, pour le prochain chapitre, j'ai effectivement prévu quelques petites choses. bravo
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1549
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Elyria le Lun 23 Fév 2015, 14:47

Pour le moment j'ai lu ta première fic. bravo
Elle est courte, c'est vrai, mais bien imaginé Smile
Moi aussi je trouve ça triste que le comte soit mort Sad Il ne méritait pas une chose pareil Sad Ce Hans j'te jure que j'vais l'tuer !!! :tronçonneuse:

_________________
Je n'ai qu'une seule chose à dire: Profitez de la vie! :amour:

Vive les moutons arc en ciel, les cookies, les ratons-laveurs, les carottes et les ours! ♪♥♥♥♥ :amour:
:vouiii:
Spoiler:


"Parce que nos plus belles conneries deviennent nos plus beaux souvenirs."
avatar
Elyria

Féminin Messages : 444
Date d'inscription : 04/02/2015
Age : 15
Localisation : Avec Anna en train de manger des tonnes de cookies! *^*

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Lizzie3105 le Lun 23 Fév 2015, 16:18

J'ai bien aimé ce chapitre ^^
Surtout le moment où Anna réplique Kai " c'est un trou" est juste trop lol!
Vivement la suite cheers


_________________
avatar
Lizzie3105

Féminin Messages : 852
Date d'inscription : 23/12/2014
Age : 16
Localisation : Terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Lun 23 Fév 2015, 21:02

Voici le chapitre 12 jeunes gens. Je n'ai pas grand chose à dire si ce n'est qu'il ne se passe pratiquement rien. Bref, je vous souhaite tout de même une bonne lecture.  bravo

Chapitre XII: Première nuit passé au palais.

Alors que la jeune reine ôta sa main gauche de l'épaule du capitaine, la voix du livreur de glace se fit quant à elle entendre dans la salle.

- Je suis d'accord avec Sirius, reine Elsa !
- Quoi donc ?
-  J'espère de tout cœur que vous avez raison parce que mine de rien, ce Hans de malheur mériterait bien un châtiment exemplaire !
- Justice sera faite Kristoff, rassurez-vous !
- Je l'espère bien !

Elsa regardait à présent l'heure affichée sur une horloge placée au-dessus de la cheminée.

- Bon dieu, il se fait tard... Dit-elle.
- Quelle heure est-il ? Demanda la jeune reine.
- 21h00. Répondit la jeune reine.
- Déjà ?
- Déjà oui...
- Mince... Répliqua Anna tout en détournant le regard.
- S'il-te plaît Anna, peux-tu conduire nos invités jusqu'à leur chambre ?
- Et toi tu ne viens pas ?
- Je ne viens pas non.
- Pourquoi cela ?
- Je dois encore faire quelque chose, désolé...
- Quoi donc ?
- Tu sais très bien de quoi je veux parler...
- Attends mais... Cela ne peut pas attendre demain ? Il est déjà tard et...
- Plus vite cette affaire sera réglée, mieux se sera.
- Oui mais...
- S'il te plaît Anna...
- Très bien... Comme tu voudras.
- Bien ! A présent emmène-les je te prie.
. Compte sur moi...
- Je vous accompagne princesse ! Lança aussitôt Kristoff. Enfin... Si cela ne vous dérange pas...
- Mais bien sûr que non, pourquoi dite-vous cela ? Répondit Anna
- Je... Je ne sais pas pourquoi j'ai dit cela en fait...
- Ce n'est pas grave...

Faisant face aux deux individus, la jeune sœur les invita donc à la suivre.

- Si vous voulez bien me suivre messieurs. Dit-elle.
- Un instant Anna ! Dit aussitôt Sirius.
- Qui y a-t-il ? Répondit Anna.
- Sachez que la nuit que nous nous apprêtons à passer au palais sera  pour ainsi dire la première, mais aussi la dernière. Demain dans la journée, moi et mes hommes comptons reprendre la mer...
- Ooooooh... Déjà...
- Nous ne sommes guères venus ici en tant que touristes Anna... Désolé...
- Je comprends mais... Tâchez donc de rester au moins quelques jours.
- Quoi ?
- Rien que quelques jours... Cela nous ferait terriblement plaisir de vous avoir vous et votre second parmi nous pendant ce temps-là.
- Anna...
- Je vous en prie... Eh puis je croyais que vos hommes désiraient rencontrer ma sœur ?
- Ils désirent rencontrer chacun d'entre vous pour dire vrai mais... A vrai dire, je comptais vous présenter à mes hommes durant la journée de demain avant que nous reprenions la mer. Tout simplement...


- Pitié Sirius, restez...
- Anna ? Appela Elsa.
- Je vous en conjure... Repris la jeune sœur.
- Anna ? Appela une nouvelle fois la jeune reine.

La cadette se tourna finalement vers son aînée sans pour autant dire un seul mot.

- S'il ne désire pas rester davantage ici, tel est son choix. Repris Elsa.
- Oui mais... Répondit Anna.
- Ne le force pas à rester contre son gré Anna.
- Mais...
- Je t'en prie, n'insiste pas...
- Ce n'est pas juste... Murmura Anna tout en détourant le regard.

Sur ces mots, la jeune reine vint ensuite s'adresser au capitaine.

- Je ne vais pas insister, mais sachez néanmoins que je rejoins ma jeune sœur.
- Vraiment ?
- Je serais plus que ravie de vous compter parmi nous durant quelque temps vous et votre second, mais si vous ne voulez pas rester plus d'une nuit ici alors je ne vous retiens pas.

Sirius et Graham se regardèrent alors l'un l'autre. Ils restèrent ainsi durant quelques instants avant  que le capi-taine ne vienne s'adresser une nouvelle fois à la jeune femme.

-Très bien majesté...
- Ais-je bien entendu ?
- Nous allons rester ici quelques jours, après cela nous reprendront définitivement la mer.
- Vraiment ? Je veux dire... C'est une excellente nouvelle...
- Je suis contente que vous ayez changé d'avis ! Ajouta Anna le sourire aux lèvres.
- Ouais, moi aussi ! Cela fera du bien d'avoir de nouvelles têtes au château. Dit à son tour Kristoff.
- Heureux que cela vous enchante. Répondit Sirius.
- Fort bien alors ! Dans ce cas, si vous voulez bien me suivre messieurs. Repris la jeune sœur.
- Permettez-nous de reprendre tout d'abord nos affaires Anna ? Demanda alors le second.
- Mais voyons cher ami, quelle drôle de question vous posez là ! Répondit aussitôt le capitaine.
- Je préfère demander, on ne sait jamais.
- Mais bien sûr...
- Bien sûr que vous le pouvez Graham. Lança alors Anna. Inutile de me demander l'autorisation. Dit-elle avec un léger sourire dessiné sur son visage.
- Merci beaucoup. Répondit Graham.
- Il n'y a pas de quoi.

Une fois leur unique sac en main, les deux hommes furent sur le point de partir en compagnie du jeune couple lorsque Elsa interpella sa petite sœur.

- Une dernière chose Anna !
- Oui ?
- Je veux que tu profites aussi de l'occasion afin de rendre à Sirius les affaires ayant appartenu à son jeune frère.
- Très bien oui...
- Et tâche de ne pas fouiller dans mes affaires, compris ?
- Non mais pour qui tu me prends !
- Je te connais trop bien Anna !
- Ce n'est pas faux... Répondit la jeune sœur tout en détournant le regard.

Le capitaine et son second s'échangèrent alors un regard avec léger un sourire aux lèvres.

- Bien ! A présent vas-y. Repris la jeune reine.
- J'y vais... J'y vais... Répondit la jeune sœur.
- Avant de prendre congé majesté, nous tenons tout de même à vous souhaiter une bonne nuit. Intervint Sirius.
- En effet, passez une bonne nuit majesté. Ajouta Graham.
- Merci à vous messieurs. Passez une bonne nuit vous aussi. Répondit Elsa.
- Votre Altesse... Rétorquèrent les deux hommes tout en faisant chacun une révérence.

C'est alors que le livreur de glace souhaita également une bonne nuit à la jeune femme.

- Je vous souhaite une bonne nuit moi aussi.
- Bonne nuit Kristoff.
- Bon Bah... Je crois que je vais y aller moi aussi. Lança Olaf, sortant ainsi de son long silence.
- Vous possédez donc une chambre vous aussi ? Demanda aussitôt le capitaine.
- Bien sûr, mais je n'y dors jamais. Répondit le bonhomme de neige.
- Pourquoi cela ?
- Je préfère dormir dans les écuries avec Sven.
- Sven est votre renne si je me souviens bien... Dit Sirius tout en fixant alors le livreur de glace.
- Très juste l'ami... Répondit Kristoff.
- Bon alors, à demain ! Repris Olaf.
- Non Olaf ! Intervint alors la jeune reine.
- Comment cela ? Répondit le bonhomme de neige.
- Je veux dire par-là que toi tu restes ici encore un moment.
- Je dois rester ? Pourquoi ?
- Il faut que je te mette au courant de quelque chose...
- Vraiment ?
- Oui...
- Bon d'accord !

Sur ces mots, Anna s'en alla alors ouvrir la porte du salon . Elle laissa dans un premier passer les trois hom-mes qui ne manquèrent pas de la remercier au passage avant de quitter à son tour la salle tout en fermant la porte derrière elle. Désormais seule en compagnie du petit être, Elsa s'en alla à nouveau s'asseoir dans un fauteuil placé en face de celui dans lequel était assis le bonhomme de neige.  Alors qu'elle se massait les céphalées, Olaf prit aussitôt la parole.

- Qu'est-ce qu'il y a Elsa, ça ne va pas ?
- Je n'avais rien dit jusqu'ici, mais cela fait un moment que j'ai un peu mal à la tête...
- Ooooooh...

La jeune reine cessa alors de se masser les céphalées pour ensuite fixer le bonhomme de neige droit dans les yeux.

- Ne t'inquiète pas Olaf, ça va aller... Dit-elle en souriant quelque peu.
- Tu devrais aller s'en plus tarder aller te reposer Elsa...
- J'irais me coucher une fois que ma tâche sera achevée, mais pas avant.
- Je disais cela pour ton bien tu sais...
- C'est supportable ne t'en fait pas pour moi.
- Si tu le dis...

Sur ces mots, Elsa prit alors la fameuse petite clochette dans sa main gauche et se mit à l'agiter. Quelque temps après, Kai finit par faire son entrée dans la pièce.

- Majesté vous êtes-là ! Dit-il.
- Dieu soit loué... Murmura la jeune reine tout en soupirant quelque peu. J'ai bien cru que personne n'entendrait le son de cette clochette. Dit-elle en regardant à nouveau dans la direction du domestique.
- Dieu merci vous êtes de retour ! Repris le domestique tout fermant la porte derrière lui. Mais pourquoi avez-vous ainsi tardé à revenir si je puis me permettre ? Demanda-t-il en s'avançant vers la jeune femme. D'ailleurs où sont la princesse Anna et ce cher monsieur Bjorgman ? Je vous signale que vous avez tous manqué le souper.
- Nous sommes sincèrement désolées Kai... Répondit Elsa tout en déposant délicatement la petite clochette sur la table. Pour tout vous dire, nous n'avons pas vu le temps passer. Dit-elle en fixant à nouveau l'individu.
- Je vois... Répliqua Kai désormais à l'arrêt.
- Sinon pour vous répondre, sachez qu'Anna et Kristoff sont tous deux allés se coucher.
- Très bien... Oh et à propos !
- Oui ?
- Pardonnez-moi mon indiscrétion mais.... Est-ce que les deux hommes avec lesquels vous étiez allé prendre l'air ont finalement retrouvé cette fameuse personne qu'ils recherchaient ?
- En quelque sorte...
- En quelque sorte ? Que dois-je comprendre par-là Votre Altesse ?
- Je vous avais promis des réponses Kai, vous vous en souvenez ?
- Oui majesté...
- Eh bien, je crois que le moment de vous les fournir est enfin arrivé. Mais avant cela, je tiens à ce que tous les autres domestiques soient également présent.
- Tous les autres domestiques ?
- Oui ! Tous doivent être présent. Vous voulez bien les convoquer, je vous prie ?
- Très bien majesté... Je... J'y vais de ce pas...
- Bien ! Faite vite...

Une fois que le domestique fut parti, le petit être vint s'adresser une nouvelle fois à sa créatrice.

- Dis-moi Elsa...
- Oui Olaf ?
- Pour qu'elle raison tu as convoqué tous tes domestiques d'un coup ?
- Tu ne vas pas tarder à le savoir Olaf...
- Serait-ce en rapport avec cet homme contrôlant lui aussi l'hiver par hasard ?
- Il est concerné oui...
- Je vois...

Après une courte pause, Olaf reprit une nouvelle fois la parole.

- Sinon...
- Oui Olaf ?
- Tu serais tout de même assez en forme pour me faire un câlin dis ? Cela fait bien longtemps que je n'en ait plus eu de ta part...
- Ooooooh...
- Cela me manque, tu sais...
- Mais bien sûr Olaf...
- Vraiment ?
- Mais oui, viens là...
- Chouette !

Quelque temps plus tard, la petite troupe guidée par la jeune sœur fut désormais arrivée sur les lieux. Elle se trouvait plus précisément devant la future chambre du second. Chambre qui se trouvait pour ainsi dire au tout début de l'un des couloirs du premier étage.

- Voilà votre chambre Graham ! Lança Anna tout en ouvrant la porte.
- Eh bien... C'est vraiment très joli comme chambre. Répondit Graham tout en contemplant les lieux.
- Elle vous plaît ? Répliqua la jeune sœur, regardant alors l'individu.
- Pour sûr Anna...
- C'est génial alors ! Enfin je veux dire... Je suis ravie qu'elle vous plaise...
- Décidément, vous avez très bon goût. Rétorqua le second tout en fixant alors la jeune femme.
- Je confirme... Ajouta Sirius, continuant encore de contempler la chambre de son second.
- C'est gentil à vous messieurs. Répondit la jeune sœur avec un léger sourire aux lèvres. Bien ! Sur ce Graham, je vous laisse le soin de vous installer et j'en profite également pour vous souhaiter une excellente nuit.
- Vous êtes sûr de n'avoir rien oublié Anna ? Intervint soudainement Kristoff.
- Non je ne vois pas.... Répondit Anna.
- Vraiment ?
- Je ne vois pas Kristoff ! Qu'ais-je donc oublié ?
- Les horaires des repas Anna...
- Mon dieu, c'est vrai ! Répliqua la jeune sœur tout en se donnant une tape sur son front.
- Que feriez-vous sans moi Anna, je me le demande...
La jeune femme regarda dès lors les deux individus en vu de leur répondre ceci.

- Je suis sincèrement désolée d'avoir oublié ce petit détail messieurs...
- Cela ne fait rien... Répondit Sirius.
- Oui. Cela arrive à tout le monde d'oublier certaines choses... Ajouta Graham.
- Comme vous dites... Répondit Anna tout en détourant le regard. Enfin Bref ! Sachez messieurs que le petit-déjeuner est programmé à 8h00. Dit-elle en fixant à nouveau les deux hommes. Le dîner à 12h00. Le goûter à 16h00. Et le souper à 20h00.
- Nous avons donc manqué le souper je vois... Lança alors le second.
- Je suis vraiment désolée pour cela... Répondit la jeune sœur. Néanmoins... Sachez qu'un corbeille de fruits est mis à votre disposition dans chacune de vos chambres. En espérant que cela vous fera tenir jusqu'à demain matin...
- Ne vous inquiétez pas pour nous, ça va aller. Répondit le capitaine.
- Vous m'en voyez encore désolée... Mais ne vous inquiétez pas ! Vous aurez droit à copieux petit-déjeuner demain matin. D'ailleurs, tâchez de ne pas être en retard pour chacun des repas. En particulier pour celui de 8h00.
- C'est la meilleure qui parle... Lança aussitôt le livreur de glace tout en croisant ses bras.
- Oh ça va Kristoff ! Répondit Anna.
- La princesse aime bien traîner au lit à ce que je vois. Ajouta Sirius d'un air plaisantant.
- Je n'y peux rien si j'ai le sommeil profond ! Répondit la jeune sœur.
- Non bien sûr...
- Enfin bref... Venez Sirius. Je vais vous conduire à votre chambre.
- Je vous suis...
- Bon bah... Je crois qu'il est grand temps de vous laisser. Lança alors le second. Bonne nuit à tous.

Après avoir tous souhaité une bonne nuit à l'individu, nos trois jeunes gens s'en allèrent par la suite en direction de la dernière chambre à distribuer. Celle-ci fut placée trois portes plus loin de celle du second. Plus précisé-ment en face d'une grande fenêtre donnant sur les jardins situés à l'arrière du château.

- Et voilà la votre ! Lança Anna tout en désignant la porte en question d'un geste de la main. J'espère qu'elle vous plaira aussi.
- En vue de ce que j'ai pu constater tout à l'heure, je ne me fais pas de souci. Répondit Sirius.

Arrivé au pied de la porte Anna finit par l'ouvrir, laissant le capitaine la contempler durant quelques instants.

- Elle vous plaît alors ? Demanda la jeune sœur tout en se tournant vers le capitaine.
- C'est parfait Anna. Répondit Sirius. Merci. Dit-il en fixant la jeune femme.
- Il n'y a vraiment pas de quoi...
- Bon eh bien... Moi je crois que je vais vous laisser tous les deux ! Intervint Kristoff.
- Déjà ? Demanda Anna.
- Je serais bien resté encore un petit moment avec vous mais... Malheureusement j'ai mes paupières qui se font de plus en plus lourde... Répondit le livreur de glace.
- Ooooooh...
- Désolé Anna...
- Je comprends... Dans cas passez une nuit Kristoff.
- Passez une bonne nuit vous aussi. Et tâchez donc d'être à l'heure pour une fois...
- Je ferais un effort promis juré...
- Bien... Alors à demain.

Sur ces mots, Kristoff s'en alla de ce pas rejoindre sa chambre situé quelques portes plus loin de celle du capitaine. Mine de rien, ce fut la toute première fois que lui et sa douce Anna ne s'étaient pas échangés un tout petit baiser avant de séparer pour aller dormir. Cela était probablement dû au le fait que ces derniers étaient en présence d'un individu pour le moins inhabituel, qui sait.

- Ce cher Kristoff possède donc lui aussi chambre à proximité je vois. Dit le capitaine tout en contemplant l'individu s'éloigner petit à petit.
- En effet oui... Répondit la jeune sœur, faisant de même.

Après une courte pause, Sirius reprit une nouvelle fois la parole en fixant désormais la jeune femme.

- Sinon... J'ai cru comprendre que les affaires de mon frère se trouveraient dans la chambre de Sa Majesté n'est-ce pas ? Dite-moi si je me trompe...
- Vous ne vous êtes pas trompé Sirius...
- Je vois...
- Bien ! Je vais de ce pas les chercher. Vous vous m'attendez ici d'accord ?
- Très bien
- Je ne serais pas longue.

Sur ces mots, Anna délaissa le capitaine en vue de se rendre sans plus tarder à la chambre de son aînée. Celle-ci se trouvait au beau milieu d'un autre couloir. Plus précisément dans le couloir d'en face où se trouvaient les chambres de nos trois hommes. Une fois arrivée sur place, la jeune femme ouvrit la porte de la chambre et finit par entrer dans la pièce. Elle se dirigea ensuite vers une grande armoire placée à côté du lit. Après avoir ouvert les portes, cette dernière ouvrit un grand coffre dans lequel étaient entreposés une épée rangée dans son fourreau ainsi qu'une petite boîte. Une fois les deux objets en sa possession, le ventre de la jeune femme se mit soudainement à crier famine.

- Mince ! Il ne manquait plus que ça...

Quelques temps plus tard, la jeune sœur refit son apparition pour le plus grand soulagement du capitaine.

- Je suis là ! S'écria Anna tout en s'avançant vers l'individu.
- Dieu merci elle est de retour... Murmura Sirius tout en soupirant.

Après avoir parcouru quelques mètres supplémentaires, la jeune femme vint se positionner en face de l'individu. Puis, elle dit ces mots.

- Désolé d'avoir été aussi longue...
- J'ai bien cru que vous ne reviendriez jamais Anna...
- Désolée... Mais je suis de retour désormais...
- Je vois cela oui...
- Bref ! Voici les affaires de votre frère...

Sirius prit alors l'arme blanche dans sa main droite tandis qu'il prenait la petite boîte avec son autre main.

- La petite boite contient la boucle d'oreille de votre frère. Juste au cas où... Repris la jeune sœur.

Le capitaine se mit alors à contempler les deux objets. Il se remémorait pour ainsi dire les souvenirs les plus marquants que lui et William avaient tout deux passé ensemble. Souvenirs qui en plus de ces deux objets, étaient désormais tout ce qui lui restait de son petit frère. D'ailleurs, il ne saurait dire combien ce dernier lui manquait terriblement désormais. Le voyant afficher une triste mine, probablement due au fait qu'il devait repenser à son jeune frère, Anna finit par l'appeler.

- Sirius ?
- Hein ?
- Vous vous sentez bien ?
- Oh oui ! Je vais bien rassurez-vous.
- Vous en êtes sûr ?
- Sûr Anna... Ne vous en faites pas pour moi.
- Non parce que... J'imagine bien ce à quoi vous deviez pensez....
- Je me remémorais quelques souvenirs que nous avions passés ensembles lui et moi...
- Je vois...
- En tout cas... Merci beaucoup de m'avoir rendu ces affaires.
- C'est tout naturel...
- Vous savez... Mine de rien ces objets comptent beaucoup pour moi...
- Je comprends Sirius...

Sur ces mots, l'individu fut à présent attiré par une petite boîte placée sous le bras droit de la jeune femme. De ce fait, ce dernier ne manqua pas de le faire remarquer.

- Sinon... Est-ce bel et bien une boîte de chocolats que vous tenez sous votre bras ?
- En effet oui... Répondit Anna tout en prenant la boîte dans ses mains. C'est la raison pour laquelle j'ai tardé à revenir en fait... Dit-elle en regardant à nouveau le capitaine.
- Vraiment ?
- Une fois les affaires de votre frère en ma possession, mon ventre a soudainement commencé à gargouiller.
- Je vois...
- J'ai dû me mettre à chercher durant plusieurs minutes cette petite boîte parce que mine de rien... Je ne savais plus où ma sœur l'avait mise...
- Mais vous vous rendez compte que vous avez fouillé dans les affaires de la reine alors qu'elle vous avait interdit de le faire ?
- Je sais bien qu'elle me l'avait prohibé, mais que voulez-vous j'avais un ventre à nourrir moi...
- Bien sûr oui...
- Eh puis, je n'ai pris que trois petits chocolats de rien du tout. Répliqua la jeune sœur tout en ouvrant la petite boîte. Il y en a tellement que leur disparition passera inaperçus. Dit-elle en fixant à nouveau le capitaine.
- Sans doute...
- Au fait ! Vous en voulez un ? Rétorqua la jeune sœur tout en tendant la boîte vers ce dernier.
- Je n'oserais jamais !
- Mais si allez...
- Désolé Anna, mais ce sont les chocolats de la reine.
- Vous ne savez pas ce que vous perdez Sirius.
- Plaît-il ?
- Sachez que ce sont les meilleurs chocolats du monde ! Ils viennent tout droit de la Confédération suisse.
- Vraiment ?
- Puisque je vous le dis...

Sirius se mit alors à hésiter durant quelques instants. Puis, il dit ces mots.

- Cela a beau être mon péché mignon...
- Vous aussi ?
- En effet Anna.
- Eh bien... Voilà une chose que nous avons tous les trois en commun.
- C'est... Formidable alors...
- En effet oui ! Bref, prenez en un allez !
- Qu'ils s'agissent des meilleurs chocolats du monde, cela ne change rien. Je n'en prendrais pas Anna, désolé...
- En êtes-vous sûr ?
- J'en suis sûr.
- Dan ce cas, comme vous voudrez...
- Je crois que... Que vous devriez aller les remettre bien gentiment à leur place.
- Vous avez probablement raison...  J'y vais de ce pas...
- Bien...

Alors que la jeune femme venait de faire quelques pas seulement, le capitaine l'interpella à nouveau.

- Au fait Anna !
- Oui ?
- Passez une bonne nuit... Répondit Sirius avec un léger sourire..

La jeune sœur lui rendit son sourire avant de reprendre la parole.

- Tâchez donc de trouver le sommeil vous aussi, d'accord ?
- J'ignore si j'y parviendrai à vrai dire. Répondit le capitaine tout en détournant le regard.
- La mort de votre frère ne doit pas vous empêcher de dormir...
- C'est plus facile à dire qu'à faire... Répliqua Sirius, regardant alors la jeune femme.
- Essayez de penser à quelque chose qui vous redonne le sourire alors...
- Quoi ?
- Oui ! Pensez à quelque chose de joyeux. Quelque chose qui vous fait sentir bien... Ou alors... Comptez les moutons.
- Mais bien sûr...
- Quoi ?
- Compter les moutons ? Voyons Anna...
- Cela aide à dormir vous savez...
- Sans doute... Rétorqua le capitaine tout en soupirant légèrement . Bref ! Passez  une bonne nuit Anna. Dit-il en fixant à nouveau la jeune sœur.
- Bonne nuit Sirius...

Les adieux terminés, le capitaine finit par entrer dans sa nouvelle chambre. Puis, il ferma délicatement la porte derrière lui. Il s'avança ensuite vers son lit tout en enlevant son manteau qu'il déposa après coup sur une petite chaise placée non loin de là. Une fois allongé, celui-ci ne s'endormit pas pour autant. Il repensait à toute cette histoire dans laquelle lui et ses hommes s'étaient embarqués. Histoire à la fois fascinante, mais tout aussi bouleversante. Jamais il n'aurait pensé que son cher petit frère serait amené à disparaitre de la sorte. Pourtant, cette tragique perte fut bel et bien la réalité. Au plus profond de lui-même, Sirius avait une rage qu'il s'efforçait de contenir par tous les moyens. D'un côté, il voulait que ce maudit Hans pointe rapidement le bout de son nez afin que justice soit faite. Mais d'un autre côté, il ne désirait point que la reine et les autres soient une nouvelle fois confrontés au jeune prince. Ce dernier les avait déjà tant fait souffrir dans le seul et unique but de s'emparer du trône. Il continuait de penser encore et encore à toute cette histoire, laissant passer une bonne demi-heure depuis qu'il s'était allongé sur son lit.

Ne trouvant pas le sommeil, le capitaine se mit alors à réfléchir à ce que lui avait dit la jeune femme. Il ne pouvait certes pas passer le reste de son existence à penser à cette maudite histoire l'empêchant ainsi de trouver le sommeil. Il suivit alors le conseil de cette chère Anna en pensant à un chose pour le moins très apaisante. Un jeune visage. A la fois si doux et si agréable à regarder. De magnifiques yeux bleus turquoise. Une chevelure terriblement soyeuse de couleur blond platine. Et pour finir, un corps divinement sculpté. C'est donc sur cette magnifique pensée que le jeune homme réussit à s'en aller au pays des songes.

A suivre...


Dernière édition par Micky93 le Ven 17 Juil 2015, 20:48, édité 2 fois (Raison : Raison : Voir mon message posté le 26 avril 2015.)
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1549
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Invité le Lun 23 Fév 2015, 22:35

Ahh ! Enfin des révélations !! Razz

Bon y'a un truc qui m'a fait réagir direct, c'est l'essouflement d'Anna x) -aurait-elle un ptit dans le bedon?- jesuisdehors

Aussi, j'ai remarqué que tu mettais très souvent des "cher ami" et à chaque fois ça me fait penser à Narnia 2 quand Lucy appelle le nain "cher petit ami" x)
Bon sinon j'ai préféré ce chapitre aux deux derniers, il y a plus de révélation, bien que ce soit un peu rapide, mais, on en sait un peu plus.
Et je parie 10 cookies qu'il va arriver une c*uille à Elsa et Sirius sur le chemin du retour en vue de ce que dit Grand Pabbie à la fin xD

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par M.Baggins le Lun 23 Fév 2015, 23:48

Ce chapitre aurait pu s'appeler "encore, toujours et de nouveau des révélations"^^.
Non franchement, je commence à être vraiment impatient que l'histoire débute pour de bon. Ca fait quand-même 4 chapitres que tu nous livre des révélations et que rien n'arrive: attention, cet avis est très subjectif et je suis tout à fait conscient que l'exposition est importante dans une histoire. Mais voilà, je commence à bouillir d'impatience (mais c'est parce que ton histoire m'intéresse putain!)
Sinon, plus objectivement: le début est très bien. C'est plaisant à lire, les descriptions sont parfois très justes et font bien mouche, tandis que les dialogues sont intéressants (même s'ils traînent un peu parfois en longueur. La scène au début où tu as pris tout un dialogue pour faire dire à tous les personnages "tout va très bien" et "appelez-moi par mon nom". Tu aurais peut-être pu écourter un peu tout cela^^. Et puis ces "cher ami" qui sortent à tout bout de champ...)
Bref, cela mis à part, le gros des dialogues reste très bon.
La deuxième partie m'a semblée un peu trop rapide: j'aurais aimé plus de descriptions pour créer une atmosphère lorsqu'ils arrivent chez les trolls. Mais les révélations restent bien gérées.
Bref, je suis plus critique que d'habitude mais je pense que c'est en partie parce que j'ai envie que l'histoire commence^^.
Mais continue ta fic Micky, un chapitre avec de petits défauts reste bon et n'enlève rien aux autres chapitres qui étaient très bons. Et puis ça reste un vrai plaisir de te lire: j'attends la suite putain!

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1258
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par M.Baggins le Mar 24 Fév 2015, 00:11

Bon, excuse-moi pour ce premier commentaire un peu violent (il faut aussi savoir que contrairement à beaucoup de gens, je suis très "descriptions", j'adore les descriptions dans les livres. Donc ouais, je ne suis pas forcément une référence pour ça^^.)
Sinon, j'écris ce deuxième commentaire pour parler plus en détail d'un truc très intéressant dans ton chapitre: Aaron a donc été en prison? C'était un fuyard, ce jeune homme si charmant? affraid
Là j'étais bien scotché sur ma chaise^^.
Donc, encore une fois, continue; ta fanfic m'intéresse vraiment!

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1258
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Minka le Mar 24 Fév 2015, 01:45

C'est drôle car dans ce chapitre je retrouve plein d'idées que j'aurais pu avoir.
Sinon oui c'est pas mal niveau révélations, celles-ci son TRÈS intéressantes.
La question que je me pose maintenant c'est de savoir si
Spoiler:
Anna à le pouvoir du feu du coup ?
Oups ! J'aurais deviné un truc là non ? Shocked
J'ai bien aimé l'intervention des Trolls. Smile

Continue comme ça, tu es sur la bonne voie pour nous en mettre plein les yeux. Wink

_________________
Attention l'orthographe et moi ça à toujours fait 2...c'est mathématique. jesuisdehors

avatar
Minka

Féminin Messages : 267
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : La montagne du Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Mar 24 Fév 2015, 14:00

Merci à vous tous pour vos commentaires ! J'en suis plus que ravi ! Very Happy

Gelwarin : Concernant l'essoufflement d'Anna, si tu relis bien, elle dit: Ouf ! Il faut vraiment que j'arrête de m’empiffrer. Mais j'avoue que je suis tenté par cette idée ! On verra bien.  bravo
Pour les cher amis, je ne sais pas pourquoi j'en mets autant... Mais cela me fait rire.  Razz
Sinon, pour le retour... Désolé mais non ! Il n'arrivera rien. J'ai juste écrit cela pour le plaisir de l'écrire. Il s'agit juste d'un bon conseil comme tant d'autres, mais rassure-toi, de l'action sera au rendez-vous. J'espère juste que j'arriverais à faire cela en un seul chapitre.

M.Baggins: Pas la peine de t'excuser. Sinon, pour le fait qu'Aaron était en prison et bien... Non ! Ce n'était pas un fuyard et encore moins un lâche. Si tu relis bien, il a été mis aux fers pour avoir involontairement tué de pauvres innocents en raison de la perte totale du contrôle de ses pouvoirs, suite à une dispute avec le capitaine d'un navire.

Minka:
Je suis désolé de t'avoir quelque peu devancé... mais si tu tiens vraiment à reprendre des idées, tu as mon accord. J'avoue que la question que tu t'es posée, je me la suis également posé. bravo mais honnêtement, je ne pense pas: Je tiens quand même à conserver une part d'originalité du film. C'est clair ce que je dis ?
En gros, Anna n'aura pas de pouvoirs. Alors certes, elle est née le 21 juin mais, dans ma fic, pas à minuit pile !

Sinon, merci encore ! Smile
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1549
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par M.Baggins le Mar 24 Fév 2015, 17:07

Micky93 a écrit:Sinon, pour le fait qu'Aaron était en prison et bien... Non ! Ce n'était pas un fuyard et encore moins un lâche.

Oh, ne t'inquiète pas: je n'ai jamais pensé que c'était un lâche^^.
J'ai bien compris que cela était dû à un accident. Par contre c'était bien un fuyard: mais ça n'a rien de péjoratif. Fuyard veut simplement dire qu'il était en fuite pour échapper à ses poursuivants, et cela était bien le cas (à moins que je n'ai vraiment rien compris^^).
En tout cas, cette révélation est ma préférée depuis le début de la fic!
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1258
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Mar 24 Fév 2015, 17:39

Non M.Baggins... C'est moi qui n'ai pas compris tout de suite ce que tu voulais dire. Tu as raison ! Excuse-moi encore. :sorry:
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1549
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par M.Baggins le Mar 24 Fév 2015, 18:01

C'est ça, excuse-toi!!!
Non, je rigole^^ aucun problème: c'est normal les malentendus, surtout avec le bordel que je mets dans mes commentaires.

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1258
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Mar 24 Fév 2015, 22:25

Voici le chapitre 13 le gens. Je n'ai pas grand chose à dire si ce n'est que dans ce chapitre, on en apprend un peu plus sur le passé de Kristoff. A vous de me dire si cela vous a plus ou bien pas.

Bref, bonne lecture. Very Happy

Chapitre XIII: Un début à tout

Le lendemain, Sirius s'était levé de bonne heure en vue de se trouver fin prêt pour le petit-déjeuner. Il portait désormais de nouveaux vêtements qu'il avait tout droit sortis de son grand sac, abandonnant ainsi son uniforme afin d'opter pour une tenue plus adéquate. Il se trouvait actuellement en face d'un grand miroir accroché au-dessus d'une commode, le tout placé en face de son lit. Tout pendant qu'il s'ajustait quelque peu, l'individu ne put s'empêcher de repenser à la chose qu'il lui avait incontestablement permis de trouver le sommeil la nuit dernière. Mais cette pensée avait tout aussi fait surgir quelques questions auxquelles il s'était forcé d'y répondre. Pourquoi diable avoir pensé à la reine cette nuit-là ? Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier ? Serait-il possible que cette belle et ravissante jeune femme ait réussi à voler le cœur de notre homme ? Etait-il en train de tomber amoureux de la reine ? Sirius avait du mal à le croire. Il n'aurait jamais pensé qu'une telle chose, si tel était bel et bien le cas, puisse lui arriver.

Le capitaine se projeta ensuite plus loin en se posant la question de comment la reine réagirait si jamais elle venait à l'apprendre, de même que tous les autres. Sirius se sentait alors quelque peu effrayé et dépassé par tout ceci, mais il tâcha néanmoins de ne pas se laisser totalement submerger par cela en essayant de penser à autre chose. Une fois cette autre pensée trouvée, l'individu s'y concentra totalement jusqu'à faire disparaitre ses doutes ainsi que ses craintes. Du moins, ne serait-ce que l'espace de quelque temps. Après être sorti de sa chambre tout en ayant fermé la porte derrière lui, Sirius se dirigea après coup vers celle de son second suitée quelques mètres plus loin. Une fois arrivé sur place, l'individu toqua par trois fois à la porte tout en prononçant ces mots.

- C'est moi Graham ! Etes-vous réveillé ?

Peu de temps après, le second vint lui ouvrir.

- Oh, bien le bonjour capitaine !
- Bonjour Graham.
- Mais dite-moi... Répondit Graham tout en fermant la porte derrière lui et contemplant par la même occasion la tenue de son capitaine. Je vois que vous avez vous aussi changé de tenue... Dit-il en fixant à nouveau l'individu.
- Ma fois, vous avez l'œil cher ami...
- Je vous en prie ne vous moquez pas de moi !
- Je vous taquine, ne le prenez pas mal...
- Je l'espère bien ! Sinon... Avez-vous passé une bonne nuit ? Parce que dans mon cas, je crains fort que non...
- Vous m'en voyez navré...
- C'est au sujet de toute cette histoire à vrai dire... De tout ce que nous avons découvert hier...
- Je sais Graham... Mais pour être franc avec vous, je dois dire que j'ai passé une bonne nuit.
- Vraiment ? Mais comment avez-vous fait ?
- Eh bien...
- Oui ?
- J'ai... J'ai tout simplement compté les moutons !
- Vous comptez les montons à présent ?
- Il y a un début à tout l'ami...
- Si vous le dites... Répliqua le second tout en se grattant le sommet de son crâne.

A cet instant précis, Anna sorti de sa chambre située dans le couloir d'en face de celui où se trouvaient actuellement les deux hommes. Sa chambre se trouvait plus précisément elle aussi en face d'une grande fenêtre placée quelques portes plus loin de celle de son aînée. Une fois la porte close, la jeune femme salua de vive voix les deux individus.

- Bonjour messieurs ! Comment allez-vous ce matin ?
- Bonjour Anna ! Nous allons bien et vous ? Répondit Graham.
- Moi ça va... Mise à part que je n'ai pas très bien dormi cette nuit... Répliqua Anna tout en s'avançant vers les deux hommes.
- Vous aussi alors ?
- Pourquoi, vous aussi ?
- Hélas oui...
- Vous m'en voyez navrée...
- Pour tout vous dire Anna, le capitaine a quant à lui bien dormi cette nuit.
- Vraiment ? Mais c'est formidable alors ! Rétorqua la jeune sœur, se tenant désormais ferme devant les deux individus. Et... Puis-je savoir ce à quoi vous avez pensé pour vous endormir Sirius ? Si ce n'est pas trop indis-cret... Dit-elle en regardant ce dernier.
- J'ai compté les moutons. Répondit le capitaine.
- Vraiment ?
- Oui.
- Eh bien... Moi qui croyais que vous trouviez cela ridicule ?
- Je m'étais trompé Anna... Vous aviez raison.
- En tout cas, je suis ravie d'apprendre qu'il y ait au moins une personne qui ait réussi à trouver le sommeil.
- Navré que vous ayez passé une mauvaise nuit...
- Ce n'est pas grave... Sinon ! Kristoff n'est pas encore prêt j'imagine...
- Il faut croire que non...

Après une très courte pause, ce fut au tour de Graham de reprendre la parole.

- Au fait Anna...
- Oui ?
- C'est tout de même incroyable de voir une femme se trouver fin prête avant un homme, vous ne croyez pas ? D'habitude c'est l'inverse qui se produit. A moins bien sûr que cela fait une éternité que vous êtes réveillée ou alors c'est ce cher monsieur Bjorgman qui a décidé de traîner au lit.
- Pour tout vous dire Graham, Kristoff n'est pas du genre à traîner au lit contrairement à moi. En fait, si je me suis présentée bien avant lui c'est d'une part parce que j'ai fait l'effort de me lever à l'heure, mais c'est avant tout en raison du fait que j'arrive à me préparer en deux en trois mouvements !
- Vraiment ?
- Puisque je vous le dis !

Sur ces mots, la jeune femme se mit dès lors à contempler plus attentivement la nouvelle tenue de chacun des deux individus. Force est de constater que ces nouveaux vêtements leurs allaient merveilleusement bien. En particulier la tenue du capitaine. Celui-ci fut davantage plus séduisant qu'il ne l'était avec son uniforme. Alors qu'elle fixait à nouveau les deux hommes, Anna s'empressa de complimenter leur tenue.

- Au fait... Vous êtes tous les deux très élégants habillé ainsi. Tous mes compliments messieurs...
- Merci Anna. Répondit Graham
- Vous êtes très élégante vous aussi. Ajouta Sirius.
- Vous trouvez ? Répondit Anna.
- Mais oui Anna... Cette robe vous va à merveille. Non pas que la précédente ne vous allait pas bien au contraire. C'est juste que... Je vous trouve bien plus charmante avec celle-ci pour tout vous dire.
- Oh ! Eh bien... Merci beaucoup Sirius... Répliqua la jeune sœur quelque peu gênée de par ce compliment.
- Il n'y a pas de quoi...

Alors qu'elle s'était quelque peu ressaisie, la jeune femme invita dès à présent les deux hommes à la suivre.

- Bien ! Je vous propose d'aller déjà nous installer dans la salle à manger en attendant les autres, d'accord ?
- On vous suit... Répondirent les deux individus.

Après être descendu d'un étage, le trio se retrouva désormais au rez-de-chaussée et plus précisément dans le grand hall. Ils empruntèrent ensuite un long couloir situé sur leur droite. Après avoir effectué quelques pas, nos trois membres se trouvaient dès à présent en face de la porte de la salle à manger. Celle-ci se trouvait pour ainsi dire entre deux mannequins portant chacun une armure de plates très ancienne, mais néanmoins superbement entretenues.

- Par ma barbe ! Elles sont splendides ces armures. Lança le second.
- Merci. Elles datent toutes les deux du XVème siècle. Répondit la jeune sœur.

Alors que la jeune femme était sur le point de tourner la poignet, cette dernière finit par entendre des voix de l'autre côté de la porte. Intrigué par ce qui se racontait, Anna vint alors tendre son oreille.

- Que faites-vous Anna ? Demanda Sirius.
- Chut ! Vous n'entendez pas ? Répondit Anna.

Les deux hommes vinrent également coller leur oreille contre la porte en vue d'entendre ce qui se disait. A l'intérieur pendant ce temps-là, Gerda entretenait une conversation avec Kai. Bien que ces derniers ne fussent en réalité pas les seuls domestiques présents dans la salle.

- Je peine encore à le croire Kai... Je croyais Sa Majesté unique en son genre. Vous vous rendez compte ?
- Je sais... D'ailleurs je crois que nous tous ici avons encore du mal à y croire.
- Et se pauvre garçon... Perdre ainsi son jeune frère...
- Je sais Gerda... Je sais... Lorsqu'il passera la porte nous tâcherons de lui dire à quel point nous sommes désolés...

Sur ces mots, Anna fit dès lors irruption dans la pièce en compagnie des deux individus.

- Kai ! Gerda ! Et vous autres...
- Bonjour princesse Anna ! Répondirent les domestiques.
- Mais que faite-vous donc tous ici ? Répliqua la jeune sœur tout en posant ses poings sur ses hanches.

Après avoir échangé un bref regard avec sa collègue, Kai prit aussitôt la parole.

- Eh bien comme vous êtes probablement au courant princesse Anna, Sa Majesté nous à tous convoqué hier soir en vue de tout nous raconter au sujet de ces messieurs qui vous accompagnent.
- Je suis au courant oui...
- Lorsque la reine nous avait affirmé que ces messieurs étaient désormais ses invités et par conséquent qu'ils allaient assister à tous les repas... Eh bien... Nous avons fait en sorte de tous nous retrouver dans cette salle afin de les saluer comme il se doit, mais avant tout pour présenter nos plus sincères excuses au capitaine Black.
- Je vois... Répondit Anna tout en décroisant ses bras.

Le domestique s'avança alors vers les deux hommes qui se tenaient quant eux côte à côte. Plus précisément à la droite de la jeune femme. Puis, il dit ces mots.

- Messieurs ! Bien que nous nous sommes déjà rencontrés et présentés, sachez que moi ainsi que tous mes autres collègues ici présent vous souhaitons la bienvenue à Arendelle.
- Merci à vous monsieur... Répondit Graham.

Le domestique fit désormais face au capitaine en vue de lui adresser la parole.

- Capitaine... Je tenais à vous dire que tous ici sommes sincèrement désolés concernant la perte de votre frère... Je n'ose imaginer à quel point cela a dû vous ébranler mais... Sachez que sans son intervention je crains fort que... Que...

C'est alors qu'une petite larme se mit à couler sur l'une de ses joues.

- Oh, Kai... Murmura Anna tout en voyant  l'état dans lequel s'était mis son cher domestique.

Après avoir chassé la petite larme à l'aide de sa main gauche, Kai reprit une nouvelle la parole.

- Je crains fort que notre reine bien-aimée ne serait plus de ce monde aujourd'hui...

C'est alors que  Sirius vint déposer sa main droite sur l'une des épaules de l'individu. Tous dans la salle furent quelque peu surpris de part ce geste, car aucun d'entre eux ne s'étaient attendu à cela. Mais vue les circonstances.

- Je sais l'ami... Je sais... Mais en attendant, je vous suggère d'aller vous préparer une bonne tasse de camomille, d'accord ?
- Une tasse de camomille ?
- Oui... Cela vous fera le plus grand bien croyez-moi.
- Ma fois... Je crois que... Je crois que je vais suivre votre conseil.
- C'est une sage décision.

Alors que le capitaine ôta dès à présent sa main de l'épaule du domestique, Gerda prit à son tour la parole.

- Monsieur Black ?
- Oui ?
- Croyez-le au non mais... Sachez que ne nous tous ici sommes ravi de vous compter parmi-nous. De même que votre second ici présent.
- Je vous remercie...
- J'ignore si c'est à moi de le dire mais... Sachez que vous serez toujours les bienvenus à Arendelle.
- Merci madame.
- Je vous en prie, appelez-moi Gerda...
- Si vous insistez...

Sur ces mots, Kai su qu'il était grand pour lui ainsi que les autres de s'en aller.

- Fort bien alors ! Je vous souhaite un bon séjour à Arendelle messieurs, et si jamais l'un d'entre vous à besoin de quelque chose...
- Nous n'y manquerons pas monsieur. Merci encore... Répondit le second.
- Bien ! Passez une bonne journée messieurs... Répliqua le domestique. Princesse Anna. Dit-il en regardant la jeune femme.

Les adieux terminés, tous les domestiques présents dans la salle prirent finalement congé de nos trois membres. Une fois la porte close, nos deux compagnons ainsi que la jeune soeur prirent place autour de la grande table placée au centre de la pièce.

- Eh bien... Cela s'est plutôt bien passé je dois dire. Lança Graham. Vous ne trouvez pas capitaine ? Dit-il en fixant ce dernier.
- Ma fois... Répondit Sirius.
- Vous vous attendiez à quoi au juste Graham ? Demanda alors Anna.
- Je... Je ne saurais vous le dire... Répondit le second.

Contemplant alors plus en détail la diversité ainsi que la quantité astronomique des produits présentés sur la table, Graham n'en fut pas moins émerveillé mais aussi très surpris.

- En tout cas... C'est un véritable festin que nous avons en face de nous ! Je n'en attendais pas moins pour un petit-déjeuner.
- Moi non plus à vrai dire... Ajouta le capitaine.
- Ne vous avais-je pas promis un petit-déjeuner copieux messieurs ? Dit aussitôt la jeune sœur.
- Si mais... Répondit le second.
- Eh bien vous voilà servis. Mais défense d'y toucher temps que ma sœur et Kristoff ne sont pas encore présent.
- Bien sûr oui...

A cet instant, le livreur de glace également accompagné du bonhomme de neige firent tous deux leur apparition.

- Bonjour ! Lança Olaf.
- Eh bien ça pour une surprise ? Ajouta Kristoff tout en fermant la porte derrière lui. Cette chère Anna est enfin arrivée à l'heure... Dit-il en s'avançant désormais vers la table. Décidément il va neiger demain.
- Cessez de vous moquer de moi Kristoff ! Eh puis je vous avais promis que je ferais un effort ! Répondit Anna
- Je vous taquine princesse... Répliqua le livreur de glace tout en prenant place au côté de la jeune femme. Non mais plus sérieusement, j'espère de tout cœur qu'il en sera tous les matins ainsi.
- Je tâcherais d'être à l'heure à partir d'aujourd'hui, promis.
- J'y compte bien...

Contemplant alors plus attentivement la robe de sa douce d'Anna, Kristoff n'en fut pas moins totalement émerveillé. C'est alors qu'il s'empressa de venir complimenter la tenue de la jeune femme.

- Eh bien Anna, cette robe vous va à ravir... Vous êtes vraiment très belle dans cette tenue.
- C'est vrai qu'elle est rudement jolie. Ajouta Olaf, ayant lui aussi prit place autour de la table mais non pas dans le but de se nourrir car il ne le pouvait pas. Tu devrais la porter bien plus souvent tu sais.
- En parlant de la porter, pourquoi ne l'avez-vous jamais mise avant aujourd'hui ?  Repris Kristoff.
- C'est que... Répondit Anna.
- Oui ?
- Je... Je ne me souvenais plus où je l'avais rangé...
- Je vois...
- Mais en tout cas je suis ravie qu'elle vous plaise...

Suite à cela, le jeune livreur vint ensuite s'adresser aux deux hommes.

- Au fait messieurs ! Je vois que vous vous êtes aussi changé. Belle tenue que vous avez là...
- Vous n'êtes pas mal non plus l'ami... Répondit Graham.
- Merci... Répliqua Kristoff. Sinon, comment allez-vous ce matin ? Désolé de ne pas vous l'avoir dit plus tôt...
- Nous allons bien et vous ?
- Moi ça va...
- Heureux de l'apprendre...
- Au fait ! Avez-vous passé une bonne nuit ?
- Pour ma part non... Mais le capitaine a quant à lui passé une bonne nuit il paraît.
- Vraiment ?
- Oui. Il y est parvenu en comptant les moutons.
- Vraiment ?
- J'ai compté les moutons et alors ou est le problème ? Intervint aussitôt le capitaine.
- Mais il n'y a aucun problème Sirius ! Répondit le livreur de glace. Aucun problème...

Sur ces mots, le petit bonhomme de neige se fit une nouvelle fois entendre.

- Au fait Sirius...C'est bien Sirius votre nom n'est-ce pas ?
- Oui Olaf.
- Combien de temps vous comptez rester à Arendelle précisément ?
- Quelques jours pourquoi ?
- Non parce que... Eh bien je dois vous avouer que ça fera un peu bizarre de se retrouver sans vous ici suite à votre départ... Vous comprenez ? Etre en présence d'une autre personne comme Elsa ce n'est pas tous les jours que cela arrive...
- Mais il faudra bien que je reparte un jour ou l'autre Olaf, je ne peux rester éternellement ici...
- Je comprends mais... Et si vous veniez vivre ici au fait ?
- Quoi ?
- Bah oui ! C'est une bonne idée, non ?
- Non Olaf, je ne peux pas !
- Pourquoi ?
- Tant que je suis engagé dans la Marine Royale je ne peux quitter Ardenfell. Cela peut paraître étrange mais c'est ainsi. Eh puis... Pour rien au monde je ne voudrais abandonner ce pour quoi j'ai toujours rêvé de faire.
- Ooooooh...
- Désolé l'ami...
- Au moins j'aurais essayé...

Après avoir passé un très bref instant dans le silence le plus total, la jeune sœur se fit à nouveau entendre.

- Bon c'est pas tout ça mais...  Que fait donc Elsa ? Elle met un de ces temps !
- Si vous n'étiez pas sans arrêt en retard Anna, vous sauriez que la reine Elsa arrive tous les matins pilepoil à l'heure. Répondit Kristoff.
- Oh ça va ! Répliqua Anna.
- Que voulez-vous ? Ce n'est que la pure vérité...
- Pas la peine d'en rajouter voulez-vous ?

Sirius et Graham s'échangèrent un alors regard tout en ayant chacun le sourire aux lèvres. Décidément, voir le jeune livreur taquiner quelque peu sa douce les faisaient bien rire. Cinq minutes plus tard, à 8h00 très exacte-ment, la jeune reine fit dès lors son entrée dans la salle.
- Bonjour.

Lorsque le capitaine ainsi que tous les autres membres regardèrent en direction de la jeune femme, ceux-ci n'en furent pas moins totalement époustouflés. Ils n'avaient encore jamais posé les yeux sur quelque chose d'aussi magnifique de toute leur vie.

- Pincez-moi, je rêve... Murmura Sirius.

Désolé de vous interrompre jeunes gens ! Mais il faut impérativement lire le petit paragraphe qui va suivre en écoutant la musique ci-dessous. C'est ce qui donne tout le charme au petit passage. Alors, je tiens à dire qu'elle n'est pas à écouter entièrement. Une fois que vous êtes arrivés à "les autres chaises", vous devez l'arrêter, d'accord ? Bonne reprise.


La jeune reine était tout simplement d'une beauté à couper le souffle. Elle portait une magnifique robe de couleur blanche incrustée de divers motifs ainsi que de petits flocons de neige qu'elle avait soigneusement pris la peine de rajouter après coup. Bien qu'il ne fut pas possible de le remarquer en ces lieux, la tenue de la jeune femme se mettait à briller de mille feux lorsque celle-ci se trouvait en contact des rayons du Soleil ainsi que de la Lune. Concernant sa coiffure, elle avait abandonné sa traditionnelle tresse en vue d'opter pour des cheveux complètement détachés. Concernant les accessoires, elle portait pour la première fois de sa vie de petites boucles d'oreille de couleur argentées. Son avancé jusqu'à la table se fit avec une telle prestance, que tous ne purent s'empêcher d'être davantage émerveillés qu'ils ne l'étaient auparavant . Une fois arrivée sur place, Elsa prit place sur la chaise qui lui était tout bonnement destinée. On la reconnaissait entre toutes de par le biais qu'elle était davantage ornée et décorée que les autres, mais aussi en raison du fait que son dossier était beaucoup plus haut que toutes les autres chaises.

- Mon dieu Elsa, je n'en reviens pas ! Dit alors Anna. Tu es tout simplement magnifique... Vraiment magnifique. Et encore ce mot n'est pas assez fort pour dire à quel point tu es véritablement splendide...
- Je te remercie Anna... Répondit Elsa. Mais je pense que tu exagères un petit peu tout de même.
- Laissez-moi vous dire qu'Anna n'exagère en rien majesté. Lança aussitôt Graham. Vous êtes... Mon dieu je ne trouve pas les mots...
- Je rejoins ce cher Graham... Ajouta Kristoff.
- Moi aussi... Dit à son tour Olaf.
- Arrêtez, vous allez me faire rougir...Repris la jeune reine.

Voyant alors ce pauvre capitaine encore quelque peu sous le choc, Elsa s'empressa aussitôt de le ramener à lui.

- Sirius ? Sirius est-ce que vous allez bien ?
- Je crois que notre ami est encore sous le choc... Murmura le livreur de glace à l'encontre de sa douce.
- Ce n'est pas étonnant... Répondit la jeune sœur tout en murmurant elle aussi. Elsa a tout même sorti le grand jeux mine de rien. D'ailleurs je me demande pourquoi elle aussi radicalement changé tout à coup...
- Sirius m'entendez-vous ? Repris la jeune reine.
- Hein ? Oh oui, bien sûr majesté, Répondit le capitaine.
- Dieu merci vous êtes revenu...
- Pardonnez-moi de ne pas vous avoir répondu tout de suite mais... C'est juste que je n'avais encore jamais vu de jeune femme aussi belle de toute ma vie...
- Mais enfin vous exagérez...
- Laissez-moi vous contredire majesté. J'ai croisé énormément de femmes au cours de ma vie et je peux vous assurer qu'aucune ne vous arrive à la cheville, croyez-moi...
- Eh bien, je suis ravie de l'apprendre... Répliqua Elsa tout en détournant le regard l'air quelque peu gênée.

Sur ces mots, le jeune livreur de glace se fit à nouveau entendre en vue de commencer avec ce fameux petit-déjeuner.

- Bon ! Ce n'est pas tout ça, mais peut-on commencer à nous attaquer à cette délicieuse nourriture ? Non pas que je commence gentiment à avoir faim, mais presque !
- Vous avez raison Kristoff, commençons. Ajouta la jeune reine.

Alors que certains prenaient un délicieux croissant au beurre pour commencer, d'autres en revanche était en train de se préparer une tartine avec de la confiture de fraises. Olaf quant à lui profita de cet instant pour demander à sa créatrice si son mal de tête avant passé depuis l'autre soir.

- Dis-moi Elsa, ton mal de tête a fini par passer ou pas ?
- Tu avais mal à la tête ? Intervint aussitôt Anna. Depuis quand ?
- Depuis hier... Répondit Elsa.
- Et tu nous as rien dit ?
- Ce n'était qu'un léger de mal de tête Anna...
- Léger ou fort mal de tête cela ne change rien ! Tu aurais dû nous le dire !
- Je ne voulais pas vous embêter avec ça... Eh puis c'est passé désormais...
- Tu en es sûr ? Vue qu'il t'arrive de nous cacher des choses, je me permets de te le demander !
- Pour sûr Anna... Je te promets que mon mal de tête est passé.
- Je l'espère pour toi...

Pris par la conversation des deux jeunes sœurs, le reste des membres avaient quant à eux cessé toute activité. Chose qu'ils commençaient dès à présent à réentreprendre maintenant que la discussion était close. Alors qu'il étalait à nouveau la confiture de fraises sur son petit pain, Graham vint interpeller la reine Elsa.

- Au fait majesté... Tout à l'heure nous avons croisé vos domestiques dans cette pièce.
- Je le sais Graham... Et sinon comment s'est déroulée cette entrevue ? Bien j'espère...
- Cela s'est très bien déroulé.
- Oui... Mise à part que ce cher Kai s'est mis à verser une petite larme en repensant au fait qu'il a failli perdre sa reine. Lança aussitôt la jeune sœur.
- Vraiment ? S'exclama la jeune reine.
- En effet... Répondit Anna
- Le pauvre... Répliqua Elsa tout en détournant le regard.

Après avoir écouter cette petite discussion de son côté, le capitaine vint désormais interpeller le jeune livreur de glace en vue de lui demander quelque chose.

- Au fait Kristoff...

Le jeune livreur avala tout d'abord la nourriture qu'il était en train de mâcher avant de lui répondre.

- Oui ?
- Durant le récit de Sa Majesté... Vous nous aviez promis que vous nous en diriez davantage sur vous.
- Je me souviens oui...
- Pouvez-vous nous raconter votre histoire alors ? Si cela ne vous dérange pas bien sûr...
- Pas du tout non... Mais je dois vous prévenir que mon histoire n'est pas très jolie à entendre...
- Vraiment ? Racontez-moi...

Mais avant même que Kristoff ne démarre son récit, celui-ci finit par sentir une main qui était délicatement venue se poser sur la sienne en guise de soutien. C'était celle d'Anna. Sa douce Anna qu'il aimait tant. Sa douce Anna qui normalement, aurait déjà dû être sa chère petite femme à l'heure qu'il est.

- Ҫa va aller Kristoff... Dit tendrement la jeune sœur. Je suis là.

Le livreur de glace ne répondit pas, mais se contenta de lui adresser un léger sourire. Ce que lui rendit ensuite la jeune femme. Puis, il commença son récit.

- Eh bien, tout commença durant une nuit de pleine lune il y a de cela 16 ans. Mes parents et moi rentrions du fameux lac gelé qui se trouve au Nord-Est d'ici. Ce lac nous servait et sert encore aujourd'hui de ravitaillement en blocs de glace. Alors que nous étions à bord de notre traîneau tiré par cette chère Hilde...
- Hilde ? S'exclama Sirius.
- C'était la mère de Sven... Répondit Kristoff. Comme vous pouvez vous en douter, elle n'est plus malheureuse-ment...
- Que lui est-il arrivé ?
- J'y viens... Alors que nous étions sur le chemin du retour en vue de nous en retourner parmi les nôtres, ma famille et moi sommes faits attaquer par une meute de loups terriblement affamés. Je ne serais vous dire combien ils y en avaient exactement cette nuit-là, mais je me souviens qu'ils y en avaient vraiment beaucoup. Bien plus que d'ordinaire en tout cas.
- Et ensuite ?
- Ensuite... Nous avons tenté tant bien que mal de les semer, mais en vain... Je me souviens que l'Alpha avait fait un bon prodigieux pour finalement atterrir sur cette pauvre Hilde. Il... Il la  tenait fermement à la gorge et ensuite... Elle tomba à terre, raide morte. Alors que nous étions privés de notre renne, les loups finirent par nous encercler. Je tenais Sven dans mes bras alors que ma mère me tenait quant à elle dans les siens. Mon père lui, tentait tant bien que mal de nous protéger en repoussant les attaques des loups armé de sa pioche... Mais les bêtes furent trop nombreuses et finirent par avoir raison de lui...
- C'est horrible...
- Ce n'était qu'une question de temps avant que nous subissions le même sort que mon père. Vous savez, rien n'arrête des loups en proie à la faim.
- Que s'est-il passé ensuite ?
- Les loups nous tournaient autour, attendant le moment propice pour attaquer... Puis, l'un deux fit un bon prodigieux en vue de se jeter sur nous. Mais ma mère eut tout juste le temps de s'interposer entre moi et Sven... Je la voyais se faire déchiqueter par cette sale bête tout en entendant ses hurlements résonner dans l'air... C'était horrible... Une véritable boucherie...
- Mon dieu...
- Je me souviens de cela comme si c'était hier... Il m'arrive parfois d'entendre encore les cris de ma mère résonner dans ma tête pendant mon sommeil...
- Kristoff je...
- Oui ?
- Je crois que... Qu'il n'est plus nécessaire que vous continuez l'ami ... Je vois bien que ce tragique événement vous a profondément marqué et...
- Non, je compte bien terminer cette histoire ! Je vous avais promis que j'en dirais un peu plus sur moi et je compte tenir ma promesse...
- En êtes-vous sûr ? J'ignore ce que vous aller raconter par la suite, mais je ne souhaite pas vous faire revivre d'autres mauvais souvenirs...
- N'en vous en faite pas pour moi Sirius, soyez tranquille...

Après une courte pause, le jeune livreur de glace reprit son histoire.

- Après cela... Je savais que notre heure était proche pour moi et Sven. Je regardais les loups s'approcher vers nous plus menaçant que jamais. J'étais terrorisé. Je n'avais guère la force d'appeler à l'aide, tant j'étais paralysé par la peur... Alors que les bêtes ne se trouvaient plus qu'à quelques mètres de nous, j'entendis par miracle un coup de feu retentir dans l'air. Le projectile était venu percuter de pleins fouets la tête de l'Alpha... Tuant cette maudite bête sur le coup. Après avoir contemplé quelques instants le cadavre de la bête baigner dans son propre sang, j'aperçus certains des nôtres se précipiter à toutes jambes vers moi et mon renne. Pour tout vous dire... L'attaque s'était déroulée à proximité du campement de notre communauté, bien que se fut tout de même assez éloigné.
- Tout s'explique... Ces personnes avaient sans doute entendu les hurlements de votre mère, n'est-ce pas ?
- C'est exact oui...
- Et ce campement, où se trouve-t-il exactement ?
- Dans les montagnes au nord. Mais je dois vous dire qu'il ne reste jamais très longtemps au même endroit car mon peuple est en quelque sorte... Eh bien des nomades.
- Des nomades ? Tiens donc...
- Oui. En fait nous venons ici uniquement pendant l'hiver afin d'extraire la glace du lac.
- Je vois... Mais dans ce cas d'où êtes-vous originaire au juste ?
- Eh bien de Norvège ! En fait... Le peuple dont je suis issue se nomme "Sami" ou... "Same" comme vous préférez.
- Les Samis... Tout s'explique en fait
- Vous en avez déjà entendu parler ?
- Bien sûr ! Vous autre Samis êtes réputé pour l'élevage de rennes. D'où votre renne dénommé Sven...
- Je vois que vous en avez entendu parler alors...
- Je peux vous dire aussi que vous autres Sames vivez dans une petite hutte de forme circulaire appelée "goahti" c'est bien cela ?
- Ma fois c'est exact...
- Vous voyez ! Sinon, pour en revenir à votre histoire ?
- Eh bien... Une fois tous les loups exterminés, je fus par la suite recueilli par une famille de notre communauté avec laquelle j'ai vécu pendant trois années. Malheureusement pour nous, cette famille de mêmes que tous les autres membres de notre communauté ne se soucièrent guère de moi et Sven... Ma famille adoptive se contentaient simplement de nous héberger et de nous nourrir, mais sans plus... Pour tout vous dire Sirius, nous n'étions que deux petits êtres insignifiants aux yeux de notre communauté.
- Mais pourquoi vous avoir recueilli si c'est pour ensuite ne pas se soucier un minimum de vous ? Cela n'a aucun sens...
- Je ne sais pas, et pour être franc je ne veux pas le savoir ! De toute façon mon temps parmi les Samis est révolu désormais. Je ne veux plus avoir à que faire avec ces gens-là !
-  Mais c'est tout de même votre peuple Kristoff. Il restera toujours une part de Sami en vous et vous le savez...
- Peut-être, mais je ne veux plus avoir à que faire avec eux s'est décidé ! Ma place est ici désormais, à Arendelle !
- Ce n'est certes pas à moi de décider à votre place l'ami. Vous êtes libre de vos choix cela ne fait aucun doute.
- Sans doute oui !
- Sinon... Pour en revenir à votre récit ?
- Eh bien je suppose que vous connaissez déjà la suite l'ami... Trois années plus tard nous étions revenus ici en vue d'extraire la glace du lac. Un jour... Où devrais-je dire une nuit... Alors que nous rentrions du lac j'aperçus en cours de route deux chevaux galoper à vive allure, laissant derrière eux une traînée de glace sur leur passage. Intrigué par ce phénomène, je suivis donc la traînée de glace avec Sven. Quelques temps plus tard,  nous finîmes par atterrir involontairement dans la Vallée des Trolls.
- Je vois. Cet événement coïncide avec cette fameuse nuit où... Anna à eu son accident.
- Exactement.
- Et ensuite ?
- Je vous passe les détails concernant la rencontre de la famille royale avec les trolls de même que l'endroit où se trouve la vallée vue que vous connaissez déjà tout cela. Enfin bref...  Cette nuit-là fut la nuit où cette chère Bulba finit par nous adopter tous les deux. Bulba est le nom de ma deuxième mère adoptive pour tous vous dire.
- Et votre père ?
- Mon père s'appelle Cliff et mon grand-père Pabbie. Mais tout le monde l'appelle Grand Pabbie en raison de son âge extrêmement avancé.
- Et quel âge a-t-il exactement votre grand-père ?
- 900 ans...
- 900 ans ?
- Je vous avais bien dit qu'il était extrêmement âgé ! Enfin bref... Depuis cette nuit-là, nous faisions désormais partie de la famille des trolls. Et je dois dire que je ne regrette absolument pas de faire partie de cette famille. Ils sont vraiment adorables vous savez... Quoique les plus jeunes peuvent être un peu casse-pieds par moment, mais cela ne m'empêche pas de les aimer pour autant. D'ailleurs, il m'arrive d'aller leur rendre visite de temps à autre.
- Je vous crois l'ami mais... Suite à votre disparition, les vôtres ont très probablement dû partir à votre recherche, non ?
- Probablement que oui, mais apparemment ils nous ont jamais retrouvés... Et c'est pour ainsi dire mieux ainsi... Je ne souhaite pas retourner auprès d'eux vous savez ? De toute façon ils doivent nous penser morts depuis longtemps... Vous savez Sirius, un petit garçon de 8 ans seul avec son petit renne dans la nature... Aucune chance qu'ils survivent bien longtemps.

La salle fut dès à présent plongée dans le silence le plus total. Tous sans exceptions repensaient à cette tragique histoire qu'ils venaient d'entendre. Histoire que les deux jeunes sœurs ainsi que le bonhomme de neige venaient d'entendre pour la deuxième fois par ailleurs. Ce silence pesant dura quelque temps avant que le jeune livreur ne se décida finalement à la rompre.

- Bon eh bien voilà messieurs ! Vous connaissez mon histoire désormais...
- Une histoire bien triste que vous venez de raconter-là l'ami... Très triste... Répondit Graham.
- En effet... Ajouta Sirius. D'ailleurs nous sommes sincèrement désolés pour vos parents Kristoff... Dit-il en fixant le livreur de glace. Vraiment désolés...
- Je m'efforce de vivre avec Sirius...
- Je vous comprends... Sinon ! Peut-on connaître le nom de vos parents ? Si cela ne vous dérange pas...
- Mon père s'appelait Golldir et ma mère Agna...
- Eh bien... Ce sont de très jolis noms que possédait là vos parents l'ami...
- Merci...

Sur ces mots, Anna ôta dès à présent sa main droite qu'elle avait gardée posé sur celle du jeune livreur durant tout ce temps. Puis, elle s'exprima.

- Bien ! Je suppose que nous pouvons tous continuer notre petit-déjeuner après cela... N'est-ce pas ?
- Ma fois, cela me paraît être une excellente idée... Répondit le second.
- Je suis bien d'accord, oui... Ajouta la jeune reine.

Tout pendant qu'il était en train de se réaliser une nouvelle tartine, Kristoff vint adresser ces paroles au bonhomme de neige.

- Au fait Olaf... As-tu donné de quoi manger et boire à Sven avant de t'en aller des écuries ?
- Tu me poses cette question chaque matin tu sais...
- Je le sais bien... Mais je veille à ce que tu n'oublies pas de la faire.
- Sven a tout ce qu'il faut rassure-toi.
- Tant mieux... Merci encore Olaf.
- Il n'y a pas de quoi...

Alors que la reine était en train de boire quelques gorgées de son délicieux chocolat chaud, le capitaine vint quant à lui l'interpeller.

- Majesté ?
- Oui ? Répondit Elsa tout en abaissant sa tasse.
- J'ai... J'ai pensé à une chose l'autre nuit...
- Et... Peut-on savoir à quoi vous avez pensé ?
- Durant votre récit, vous aviez bien affirmé que les trolls sont de fins connaisseurs dans le domaine de la magie n'est-ce pas ?
- C'est exact oui...
- Hors, seraient-ils possible que ces derniers sachent le comment du pourquoi vous et moi possédions des pouvoirs ? Parce que mine rien nos pouvoirs doivent bien venir de quelque part vous ne croyez pas ? Comment se fait-il que certaines personnes soient en mesure de contrôler l'hiver ou bien le feu alors que d'autres non ?
- Oh Sirius Je...
- Qui y a-t-il ?
- Je suis sincèrement désolée, mais les trolls ne sont guère en mesure de nous aider hélas...
- Vraiment ?
- En effet... Voyez-vous... Lorsque je suis venue au monde et que mes parents avaient découvert que je fus en mesure de contrôler l'hiver, ces derniers m'avaient emmené voir les trolls en vue d'obtenir des réponses de leur part. Mais sans succès...
- Mince... Répliqua le capitaine tout en détournant le regard.
- Je suis désolée...
- Si les trolls ne sont guère en mesure de nous fournir des réponses, alors qui pourrait le faire ? Rétorqua Sirius tout en fixant à nouveau la jeune femme.
- Je ne connais malheureusement pas la réponse Sirius. Je crains fort que nos pouvoirs resteront à jamais un mystère...

La salle tout entière fut une nouvelle fois plongée dans le silence après cela. Force est d'admettre que tous désiraient connaître le comment du pourquoi certaines personnes possédaient une telle particularité alors que d'autres non. Le capitaine avait raison sur le fait que ses pouvoirs de même que ceux de la reine devaient bien leurs venir de quelque part. Il devait forcément il y avoir une explication à tout cela. Mais malheureusement pour eux, ces questions demeuraient pourtant sans réponses. Du moins pour l'instant. En vue de rompre le silence qui commençait à se faire de plus en plus long et de plus en plus pesant, Olaf reprit aussitôt la parole.

- Au fait, vous avez prévu de faire quelque chose aujourd'hui ?
- Non pourquoi ? Répondit Kristoff.
- Comme ça pour savoir... Répliqua Olaf. En fait je disais cela afin que l'un de vous propose quelque chose qu'on pourrait faire en vue de passer le temps... J'aurais pour ma part bien quelques idées, mais je doute fort que cela intéresse quelqu'un...

C'est alors que Sirius venait d'avoir quant à lui une idée brillante à proposer.

- Eh bien... J'aurais pour ma part une idée à vous proposer si cela vous intéresse.
- On vous écoute l'ami. Répondit le livreur de glace.
- Voilà... Que diriez vous d'une petite balade en pleine mer à bord de mon navire ? Répliqua le capitaine.
- Quoi ? S'exclama la jeune reine.
- Oh oui ! C'est une excellente idée, je suis partant ! Lança Olaf tout en tapant à plusieurs reprises dans ses mains.
- C'est une très bonne idée capitaine. Ajouta le second.
- Cela pourrait être très amusant en effet ! Dit à son tour la jeune sœur. J'ai hâte d'y être !
- Dans ce cas vous irez sans moi ! Repris aussitôt Elsa. L'idée de mettre les pieds à bord d'un navire ne m'en-chante pas la moins du monde !

Cette réponse émise par la jeune femme venait d'en décevoir plus d'un. Elsa ne voulait pas prendre part à cette balade du fait qu'elle était très effrayée à l'idée de monter à bord de l'un de ces engins. Elle repensait au jour où ses parents périrent tous deux en mer. Elle avait très peur qu'un sort tout aussi funeste ne l'attende si jamais elle prenait part à cette excursion.

- Je sais bien à quoi tu penses Elsa... Dit alors Anna tout en déposant sa main droite sur l'une des épaules de son aînée. Mais sache que la météo n'avait pas joué en leur faveur ce jour-là.
- Oui mais... Répondit Elsa.
- Tu n'as aucune raison d'avoir peur, car le temps est au beau fixe aujourd'hui... Et puis n'oublie pas que nous sommes tous là. Que je suis là...
- Oh Anna...
- Tant que nous serons ensembles, rien ne pourra nous arriver je te le promets.

C'est alors que le capitaine vint ajouter quelques mots.

- Anna à raison majesté, il fait un temps magnifique dehors. Je peux vous assurer qu'aucune goutte d'eau ne vous atteindra à moins que vous ne décidiez vous-même de vous jeter par-dessus bord... Ce que j'en doute fort... Eh puis, ce sera l'occasion idéale pour vous présenter à mes hommes vous ne croyez pas ?
- Je veux bien vous accompagner afin de rencontrer vos hommes, mais hors de question de m'en aller sur l'eau après cela...
- Je vous en prie majesté... Voyez cela comme un cadeau de ma part...
- Un cadeau ?
- C'est en vue de vous remercier pour tous ce que vous avez fait pour nous.
- Mais je n'ai guère fait grand chose...
- Vous nous avez très aimablement accueillis en sain de votre palais... Vous nous avez fourni toutes les réponses à nos questions... J'ai eut en retour les affaires de mon cher frère. Sans oublier le fait que vous nous avez accordé l'immense privilège d'être vos invités... Croyez-moi majesté, vous avez fait bien plus que vous ne le pensez...
- Sirius je...
- Je vous en prie...

Sur ces mots, la jeune reine se mit dès lors à réfléchir à cette proposition. Force est de constater qu'au final sa jeune sœur et le capitaine avaient tous deux raisons. Que pouvait-il lui arriver ? Le beau temps était certes en rendez-vous aujourd'hui. Et comme l'avais si bien dit le capitaine, pas une seule goutte d'eau ne pouvait finale-ment l'atteindre à moins qu'elle ne se jette elle-même par-dessus bord. Eh puis, il se pourrait bien que cette petite excursion en pleine mer pourrait s'avérer être très agréable au bout du compte. Au bout d'un certain temps, Elsa finit par changer d'avis.

- Bon... Je crois que cette petite ballade ne peut pas me faire de mal au bout du compte...
- Vous acceptez ? Je veux dire... Heureux que vous ayez finit par accepter majesté ! Répondit Sirius le sourire aux lèvres
- Je suis vraiment ravie que tu ais fini par changer d'avis ! Ajouta Anna, également le sourire aux lèvres. Tu verras, je sens qu'on va bien s'amuser !
- Dans ce cas c'est décidé... Repris le capitaine. Va pour une petite ballade en pleine mer !

A suivre...


Dernière édition par Micky93 le Ven 31 Juil 2015, 22:53, édité 1 fois (Raison : Voir mon message posté le 26 avril 2015.)
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1549
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Minka le Mar 24 Fév 2015, 23:38

Waouh ! Ils sont plutôt rapides les deux là ! Shocked
Pas mal le coup de nous faire saliver jusqu’au bout par contre. Razz

J'ai bien aimé les petits clins d'oeil au film avec le célèbre "je crois que je vais pleurer".
Sinon bonne idée de les faire partir en balade en bateau...euh navire et ainsi bien préciser que les femmes à bord ça porte malheur. Les matelots sont des vrais de vrai, ils ont le comportement qu'il faut, on se croirait presque dans 'Pirates des Caraïbes'.
Et les voilà maintenant dans une situation qui sent le pâté, le baiser devra attendre encore un peu, car c'est l'heure de la baston ! :tronçonneuse:

_________________
Attention l'orthographe et moi ça à toujours fait 2...c'est mathématique. jesuisdehors

avatar
Minka

Féminin Messages : 267
Date d'inscription : 12/01/2015
Localisation : La montagne du Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par M.Baggins le Mar 24 Fév 2015, 23:54

Eh bien voilà un chapitre qui m'a vraiment plu!
Tout est très bien géré ici (descriptions, dialogues, dosage de l'action et de l'exposition,...) Vraiment rien à dire là-dessus.
Les scènes sur le bateau sont superbes, et j'ai ressenti beaucoup de tristesse pour Anna lorsqu'elle apprend qu'elle ne peut pas avoir de pouvoirs.
En tout cas bravo, j'attends la suite avec impatience (tu as l'air d'être sur un rythme d'écriture assez soutenu en ce moment^^.)
Juste deux choses: quand Elsa a dit "tout est lié" j'ai tout de suite pensé à What the Cut...
Et quand elle dit à Sirius "votre navire est très impressionnant, je ne pensais pas qu'il puisse être aussi grand" je n'ai pas pu m'empêcher de penser qu'elle parlait de... Ben voilà quoi, j'ai vraiment besoin de vous faire un dessin?^^
Sinon, bravo pour ce chapitre que j'ai trouvé maîtrisé de bout en bout.

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1258
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Mer 25 Fév 2015, 13:52

Merci encore Minka, j'apprécie vraiment  ton commentaire. J'espère que la suite te plaira tout autant ! Very Happy Enfin... quand je l'aurai écrite et postée bien sûr. bravo

M.Baggins, je suis plus que ravi que tu aies apprécié ce chapitre ! Cela me fait énormément plaisir.  Very Happy
Sinon, tu vas vraiment chercher loin pour le coup du... Bref, tu m'as compris je pense. Razz Razz Razz
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1549
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Mer 25 Fév 2015, 22:18

Voici le chapitre 14 jeunes gens ! Du moins la première partie.  bravo Alors oui, ce chapitre se déroulera sur plusieurs parties car il long. Très long. Il ne se passe pas grand chose aussi, mais je vous souhaites tout de même une bonne lecture.

Chapitre XIV: Absolute zéro ! (1ère partie)

Ce fut chose faite. Elsa et compagnie allaient désormais prendre part à une toute nouvelle expérience, celle de naviguer sur les eaux. L'excitation était à son comble, en particulier chez le jeune couple ainsi que le bonhomme de neige. La reine était quant à elle bien moins excitée que ces derniers, mais cela ne l'empêcha pas d'être tout aussi désireuse de connaître finalement la sensation que cela pouvait lui procurer une fois à bord du navire. Surtout lorsque celui-ci se retrouvera en mer par la suite. Mais avant cela, tous prirent le temps de terminer tranquillement leur petit-déjeuner, car il n'était guère recommandé de se précipiter au risque de s'étouffer avec la nourriture. Une fois le repas terminé quelques temps après, Elsa prit la parole.

- Bien ! Avant de s'en aller rejoindre ce fameux navire, je crois qu'un petit brossage de dents s'impose. On se retrouve dans le hall d'entrée dans disons... Une dizaine de minutes.

Sur ces mots, nos membres de la compagnie se levèrent de leur chaise et finirent par quitter la salle en vu de s'en aller chacun dans leur chambre. Olaf quant à lui, s'en alla de ce pas les attendre sur les lieux du rendez-vous plus excité que jamais. Une dizaine de minutes plus tard, tous se trouvaient déjà dans le hall d'entrée comme convenu, et ce, avec une agréable sensation de fraîcheur dans la bouche. Enfin pas tous, car la reine manquait à l'appel.

- Bon sang ! Mais que fait donc Elsa ? Lança Anna.
- Calmez-vous Anna ! Répondit Kristoff.
- Mais cela fait une éternité qu'on l'attend !
- Mais enfin, vous exagérez tout de même !

C'est alors que la jeune reine fit aussitôt son apparition en descendant les marches de l'escalier.

- Désolée pour le retard... Dit Elsa.
- Te voilà enfin Elsa ! Intervint la jeune sœur. Tu sais combien de temps on est là à t'attendre au juste ?  
- Navrée Anna mais...
- Cela fait très exactement...

La cadette se mit alors à regarder l'heure affichée sur une horloge accrochée sur l'un des murs du hall. Puis, elle reprit.

- 3 minutes et 23 secondes !
- Quoi ? Tout cela pour seulement trois petites minutes ? Répondit la jeune reine alors qu'elle se tenait à présent ferme devant sa cadette.
- Et 23 secondes ! Enfin bref... Pourquoi as-tu tardé au juste ?
- Sache que j'ai pris la peine d'écrire une petite note en vu d'informer nos domestiques sur notre petite sortie !
- Oh ! Tu as bien fait effectivement...
- Et comment que j'ai bien fait !
- Et tu l'as mise ou cette note sinon ?
- Sur la commode près de l'entrée de ma chambre.
- Je vois...
- Bien ! A présent mettons-nous en route.

Contre toute attende, le capitaine vint interpeller la jeune reine.

- J'aurais juste une petite question à vous poser avant d'aller plus avant majesté...
- Allez-y je vous écoute.
- Eh bien cela concerne le fait que vous comptiez mettre au courant vos concitoyens sur tout ce que vous venez d'apprendre récemment. Vous vous souvenez de cela j'imagine...
- Evidemment !
- J'aimerais savoir quand vous comptiez les en informer au juste...
- Eh bien, je pensais les mettre au courant dès notre retour de la ballade.
- Je vois... Mais sauf votre respect majesté, je pense qu'il serait préférable que vous le fassiez maintenant. Si je vous dis cela, c'est en raison de ce cher Olaf.
- Olaf ?
- Moi ? Ajouta le petit être tout en se désignant lui-même du doigt.
- Si les villageois aperçoivent ce petit être en compagnie de deux étrangers qui à première vue ne sont pas censés connaître l'existence de vos pouvoirs majesté... Repris Sirius. Eh bien cela risque de faire grand bruit si une telle chose se produit, vous ne croyez pas ?

Le capitaine avait vu juste. Ce petit détail pourtant terriblement important était complètement sorti de la tête de nos camarades. Comment avaient-ils pu oublier cela ? Sans doute le fait qu'ils avaient tous la tête à devoir entamer cette excursion.

- Mon dieu, vous avez absolument raison ! Répondit Elsa tout en posant l'une de ses mains sur son front.
- Mince ! Ajouta Anna tout en se donnant quant à elle une tape sur le front. Ce détail m'avait complètement échappée en effet...
- A moi aussi... Dis à son tour le livreur de glace.
- Eh bien on est tous dans le même panier alors... Conclut le second tout en se grattant l'arrière de sa nuque.
- Je m'en suis rappelé que récemment... Désolé... Repris le capitaine.
- Peu importe... Répondit Elsa.  Au moins l'un de nous s'en est rappelé. Sur ce, je vais de ce pas ordonner que l'on convoque tous les villageois dans la grande cour du château.

Cette dernière vint ensuite s'adresser à sa petite sœur.

- Anna ?
- Oui ?
- Conduis donc nos invités au grand balcon veux-tu ? Je vous rejoins tout de suite.
- Au grand balcon, compris !
- Le... Grand balcon majesté ? Intervint Graham.
- Exactement ! Répondit Elsa. C'est de par cet endroit qu'il est coutume de venir s'adresser à notre peuple. Eh puis, sachez que vous et votre capitaine devront être présents lors de mon discours.
- Cela va de soi...
- Bien !

Ceci dit, Anna emmena donc nos deux invités au point de rendez-vous suivis de Kristoff et Olaf. Elsa s'en alla quant à elle interpeller l'un de ses gardes afin que celui-ci se mette à souffler dans le cor en vu d'avertir les citoyens de se rendre au plus vite au château. Dans un premier temps, le garde s'était quelque peu demandé quel genre de nouvelle la reine allait bien pouvoir annoncer. Etait-ce en rapport avec ces deux individus par le plus grand des hasards ? Quoi qu'il en soit, la reine lui avait répondu que lui ainsi que tous les autres ne tarderaient pas à le découvrir. Le garde finit alors par s'exécuter à la tâche en soufflant par trois reprises dans le cor. L'appel terminé, tous les habitants du royaume se rendirent s'en plus attendre au palais. A bord du navire pendant ce temps, les quelques marins se trouvant sur le pont assistèrent à ce spectacle.

- Pourquoi se rendent-ils tous au palais à votre avis ?
- Aucune idée...
- Croyez-vous qu'il puisse s'agir d'un quelconque rapport avec ce que nous avait raconté le capitaine par le plus grand des hasards ?
- Quoi ?
- Le capitaine nous avait dit, que Sa Majesté avait l'intention de raconter à son peuple ce qu'elle avait découvert... Je me demande alors s'il peut s'agir de cela...
- Peut-être bien...
- Si tel est bel et bien le cas, j'espère sincèrement que ces gens savent tenir un secret.
- Je pense qu'il n'y a pas à s'inquiéter. Après tout, leur reine possède aussi le don de contrôler l'hiver pas vrai ?

Un peu plus tard, tous les habitants qui se trouvaient désormais dans la grande cour du château ne purent s'empêcher de noter la présence de deux individus se tenant aux côté de leur reine bien-aimée. Individus que certains villageois avaient déjà aperçu l'autre jour. Elsa, Sirius et Graham ne furent cependant pas les seules personnes présentes sur le grand balcon, car Anna et Kristoff étaient également de la partie bien qu'ils se tenaient quelque peu en retrait. Olaf quant à lui, se trouvait  à l'intérieur. Il ne pouvait encore se risquer à se montrer en présence des deux invités. Alors que les habitants ignoraient encore quels genres de nouvelles leur reine allait annoncer, tous étaient à présent quasi certains que cela devait avoir un quelconque rapport avec les deux hommes présents devant eux. Après avoir contemplé quelques instants la multitude de gens se trouvant en contre-pas, Elsa fit signe aux villageois de se taire en levant sa main droite. Puis elle dit ceci.

- Mesdames et messieurs ! Si je vous ai tous réunis ici aujourd'hui, c'est dans le but de vous faire part d'une très grande nouvelle. Comme vous pouvez le constater, deux hommes se trouvent auprès de moi en ce moment. A ma droite, voici le capitaine Sirius Black de la Marine Royale de Ardenfell. Dit-elle en montrant ce dernier d'un geste de la main. A ma gauche, voici son second, Graham Mills. Dit-elle en faisant de même. Certains d'entre vous ont d'ores et déjà pu les apercevoir en ma compagnie hier. Je sais aussi que vous vous posez énormément de questions en ce moment, mais croyez-moi vous allez avoir des réponses... Je demande donc à toutes et à tous d'ouvrir grandement leurs oreilles, car ce que je m'apprête à vous raconter risque de vous surprendre au plus haut point !

Sur ces mots, la jeune reine fit alors part aux citoyens des récentes nouvelles qu'elle avait accumulées jusqu'ici. Plusieurs minutes s'étaient écoulées et les villageois connaissaient à présent toute l'histoire. Ils avaient pour ainsi dire encore quelque peu du mal à croire ce qu'ils venaient d'entendre, tant ces révélations avaient été à la fois étonnantes et troublantes. Pourtant, tout ce qu'ils avaient entendu fut bel et bien la réalité. En guise de preuve d'ailleurs, le capitaine avait fait une petite démonstration de ses capacités en transformant littéralement le jet d'eau d'une fontaine présent dans la cour en glace. Par la suite, il redonna au jet son état initial. Bien qu'il ne fût en revanche pas possible de démontrer quoi que se soit pour le feu, les habitants étaient forcés de croire sur parole leur reine bien-aimée quant à l'existence de personnes contrôlant ce pouvoir. Après tout, le fait d'avoir été témoin de la prestation d'un autre être contrôlant lui aussi l'hiver suffisait amplement pour effacer les doutes. Durant le récit entre autre, les habitants avaient tout aussi prit connaissance que les deux individus étaient à présent les invités de Sa Majesté et qu'ils comptaient rester en ces lieux durant quelques jours encore. Mais malgré toutes ces révélations, plusieurs questions pour le moins importantes demeuraient encore sans réponses. D'où ces mystérieux pouvoirs prenaient-ils leur source ? Pourquoi certaines personnes étaient-elles dotées de ce don particulier alors que d'autres non ?

- A présent mesdames et messieurs ! Repris la jeune reine. Je demande à chacun d'entrevous, de ne divulguer à personnes les choses que vous venez d'apprendre aujourd'hui et ce, pour le bien de tous ! Je sais pertinemment que je peux vous faire confiance, car vous êtes toutes et tous de braves et d'honnêtes gens. Mais je tenais néanmoins à vous le rappeler. Ceci dit, j'imagine qu'il sera désormais quelque peu difficile pour vous de digérer tout cela... Mais n'ayez crainte, on fini par s'y habituer. Ce n'est qu'une question de temps. Sur ce, je vous remercie de votre attention et vous souhaite à toutes et à tous de passer tout de même une excellente journée. Vous pouvez disposer à présent.

Suite à cela, les citoyens se mirent à quitter gentiment la grande cour du palais afin de s'en retourner à leurs occupations d'origine. Certains par ailleurs, avaient la tête désormais bien lourde suite à ce qu'il venait d'enten-dre. Sur le grand balcon pendant ce temps, Anna et compagnie ne manquèrent pas de complimenter la prestation de la reine.

- En tout cas une chose est certaine Elsa... Tu as un talent inné pour ce qui est de t'adresser aux gens ! Lança Anna.
- Je confirme ! Ajouta Kristoff.
- Il est vrai qu'on reconnaît bien là, les qualités d'une reine. Un discours à la fois clair et net. Parfait en somme. Dit à son tour Sirius
- C'est gentil à vous. Répondit Elsa.
- Très bien alors ! Je suppose qu'après cela, nous pouvons désormais prendre part à cette petite ballade ? Qu'en pensez-vous ? Intervint Graham.
- Ma fois, c'est une excellente idée ! Répondit le livreur de glace.
- En effet ! Il me tarde vraiment d'entamer cette excursion ! Ajouta la jeune sœur.
- Mettons-nous en route dans ce cas. Repris le second.

Alors que la compagnie s'en allait gentiment à l'intérieur, le capitaine remarqua quant à lui une petite silhouette se tenant immobile au beau milieu de la grande cour. Se demandant pourquoi cette personne ne s'en alla point avec les autres, Sirius s'approcha de la rambarde d'un air intrigué. Il ne parvenait pas à distinguer exactement à quoi ressemblait la dite personne, mais il put tout de même deviner qu'il s'agissait d'une jeune fille aux cheveux roux. Les deux êtres se tenaient là, immobiles, à se contempler mutuellement pendant quelques secondes. Puis, la jeune fille se fit rejoindre par une autre personne ayant elle aussi les cheveux roux.

- Viens ma chérie. Il est temps d'y aller...
- J'arrive mère. J'arrive...

Sur ces mots, la mère et sa fille furent alors les derniers êtres à s'en aller de la grande cour. De retour à l'inté-rieur, la petite troupe avait été rejointe par le bonhomme de neige qui les avaient attendus non loin de là. Ce dernier avait alors demandé à créatrice s'il pouvait désormais se montrer en public en compagnie des deux invités. Chose désormais possible vue que les villageois connaissaient toute l'histoire. Sirius fit quant à lui son apparition dans la pièce. En le voyant arriver, la jeune reine ne manqua pas de l'interpeller.
- Que faisiez-vous Sirius ?
- Oh, rien d'important majesté... J'ai juste pris le temps de contempler quelques instants la superbe vue qui se dressait devant moi.
- Je vois...
- Sinon...
- Oui ?
- Je tenais à vous dire que je comptais mettre au courant mes hommes sur les récentes nouvelles que j'ai obte-nus l'autre soir. Je comptais le faire dès notre retour de la ballade. Ainsi ils sauront tous sur tous eux aussi...
- Eh bien soit ! Faite comme bon vous semble ! Mais néanmoins, je vous remercie de m'avoir fait part de vos intentions personnellement cette fois-ci... Et non envoyer votre second le faire à votre place...
- Désolé majesté...
- Ce n'est rien... Je vous taquine...
- Tant mieux...
- Bien ! Mettons-nous en route !

La petite troupe se trouvait désormais à l'extérieur, plus précisément sur le pont menant à l'entrée du château. Alors qu'ils marchaient tranquillement en direction du navire qui se tenait quelque peu dissimulé devant eux en raison des autres embarcations, le capitaine pointa du doigt son vaisseau et lança par la suite ces mots.

- Mon navire se trouve là-bas ! Il est reconnaissable de par sa taille ainsi que ces trois mâts à voiles carrées.
- Il me tarde vraiment d'être sur les lieux afin de mieux le contempler... Lança la jeune sœur.
- Vous ne serez pas déçu Anna. Répondit le capitaine. D'ailleurs, je compte également sur cette petite ballade afin d'en savoir davantage sur vous. Ainsi que les autres.
- En parlant de faire plus amples connaissance. Intervint aussitôt la jeune reine. Vous serez heureux d'apprendre que nous en savons déjà quelque peu sur vous et votre second.
- Vraiment ? Répondit Sirius.
- Oui. Tout pendant que vous étiez en train de vous recueillir auprès de votre frère... Nous en revanche, appre-nions à mieux nous connaître sur le chemin du retour.
- Je vois...
- Nous avons parlé de dates de naissance... De signes astrologiques... Le comment du pourquoi vous portez finalement cette boucle d'oreille. Nous en avons également appris un peu plus sur votre frère. Apparemment, il désirait lui aussi devenir capitaine. Tout comme vous...
- C'est exact oui. En tout cas, je vois que vous en savez déjà quelque peu sur moi et mon second. Mais moi au contraire...
- Nous tâcherons de mieux nous connaître, je vous le promets.
- Je meurs d'impatience !

Suite à cela, le livreur de glace vint à son tour interpeller le capitaine. Il le fit dans le but d'en savoir un peu plus sur la fameuse personne responsable de la balafre que portait le jeune individu.

- Dite-moi Sirius... Auriez-vous la gentillesse de nous en dire un peu plus sur la personne qui vous a laissé cette... Marque au visage ? Votre second ne nous a pas raconté grand chose sur lui.
- Vous devriez dire elle cher ami...
- Elle ?

Sirius cessa alors d'avancer, ce que firent ensuite tous les autres membres qui l'accompagnaient. Kristoff et compagnie furent quelque peu surpris d'apprendre qu'il s'agissait en réalité d'une femme. Qu'il eut cru. Le capitaine poussa alors un léger soupir avant de reprendre.

- Elle s'appelait Lizzie... Dit Lizzie la Pirate.
- Pirate ? Vous êtes sérieux ?
- J'ignore s'il s'agissait de son véritable nom en réalité... Mais peu importe... Cette femme n'est plus désormais.
- Comment est-elle décédée au juste, si ce n'est pas trop indiscret ?
- Cela remonte il y a de cela quatre années. J'avais pour mission de traquer et d'élimer cette maudite femme alors responsables de nombreux méfaits. A ce que l'on m'avait raconté, elle n'arrêtait pas de s'en prendre aux navires afin de s'approprier les différents butins qui se trouvaient à bord. Elle prenait aussi un malin plaisir à torturer, puis éliminer tout individu se mettant au travers de son chemin. Un véritable démon en somme...
- C'est horrible...
- Vous n'avez pas idée... Un beau jour, alors que tout semblait pour le moins calme, j'aperçus à l'horizon un navire arborant un étrange pavillon. Un pavillon noir ayant pour emblème un crâne osseux. Je sus alors à qui nous avions à faire.
- Je me doute bien ce qu'il s'est passé ensuite...
- Les pirates sont de mauvaises gens vous savez ? Animés par le désir de tuer pour le plaisir et s'emparer de grandes richesses. Ils ont un petit faible pour les pièces d'or en l'occurrence.
- Maudit pirates ! Sinon, comment font-ils pour connaître le genre de butin que transportent les navires exacte-ment ?
- Ils ne le savent pas. Mais ils arrivent tout du moins à se faire une idée du genre de butin qu'il pourrait y avoir à bord en se basant sur le type de navire. Il existe plusieurs catégories de navires voyez-vous ? Chacun étant destiné à une fonction bien précise. Le mien en l'occurrence, est un vaisseau de guerre.
- Bateau, navire, vaisseau... Quelle est la différence exactement ? Demanda alors Anna.
- Je vais vous répondre Anna. Répondit Graham. Un bateau est une petite embarcation destinée à naviguer en eaux inférieures. Tel que les fleuves, les rivières et les lacs. Le navire est destiné quant à lui à la navigation en haute mer, où s'appliquent les règles de navigation maritime. Il y a son bord tout un équipage ainsi qu'un capitaine placé au commandement. Le navire peut aussi se différencier d'un bateau de par son fort tonnage.
- Le quoi ?
- Le tonnage est la mesure du volume d'un bateau. Il représente le volume intérieur, exprimé en tonneaux. Un tonneau est équivalent à environ, 2.8m3.
- Je vois... Merci de m'avoir éclairé là-dessus Graham.
- Mais de rien Anna.
- Et ensuite ?
- Pour terminer, le terme vaisseau est employé dans le cadre de la marine militaire. Pour être bref, le terme vaisseau serait plus approprié pour ainsi dénommer le navire du capitaine. Mais navire convient tout aussi bien finalement...
- Eh bien... Vous venez de m'apprendre quelque chose...
- A moi aussi ! Ajouta Olaf.
- Merci beaucoup Graham... Repris Anna.
- Oh oui merci ! Repris à son tour le bonhomme de neige.
- Il n'y a vraiment pas de quoi. Répondis le second.

La jeune sœur fixa ensuite le capitaine afin de lui demander de raconter la suite des événements.

- Sinon Sirius... Que s'est-il passé ensuite ? Bien que j'ai ma petite idée moi aussi...
- Ensuite Anna, mon navire fut abordé.
- Ce qui veut dire ?
- Cela veut dire que mon navire fut pris d'assaut par les assaillants.
- Ah !
- Bien ou en étais-je... Ah oui ! Alors que l'équipage adverse s'en prenait à mes hommes, moi je fut contrains de me coltiner cette peste. Après un long et fastidieux duel au sabre, mon calvaire fut enfin terminé. Lizzie reçut une profonde entaille au ventre et dans son agonie, je l'a fit passer par-dessus le rebord de mon navire. Elle sombra alors dans les flots pour ne plus jamais refaire surface. Voyant alors son capitaine...
- Capitaine ? Lizzie était donc capitaine ?
- En effet Anna...
- Une femme capitaine, c'est intéressant. Enfin je veux dire... Moi qui pensais que la vie de marin était unique-ment réservée aux hommes...
- Détrompez-vous Anna. Les femmes choisissent également cette voie, bien que ce phénomène soit assez rare.
- Pourquoi cela ?
- Ce n'est pas un métier sans risque vous savez... La vie de marin n'est pas ce qu'il y a de plus paisible et re-laxant non plus. De même, la majorité de notre temps nous le passons en pleine mer. Ce qui veut dire loin de nos familles. Ce n'est pas vraiment ce que les femmes recherchent de nos jours.
- Et... Que recherchent-elles à votre avis ?
- En règle générale je dirais une vie simple et paisible... A la fois mariées et mères de famille... C'est ce que je pense.

Les deux sœurs s'échangèrent alors un regard. Puis, Sirius repris son récit.

- Enfin bref ! Voyant son capitaine hors d'état de nuire, les autres pirates prirent leurs jambes à leurs coups et s'en retournèrent à bord de leur embarcation. Ne pouvant certes pas les laisser s'enfuir, nous finîmes couler le navire adverse à coups de canon. Ce fut donc en cette fameuse journée du 23 janvier de l'année 1836 que Lizzie la Pirate périt de ma main, et que j'eus ramassé cette belle cicatrice de sa part par la même occasion...
- Vous m'en voyez navrée...
- Ce n'est rien Anna...
- En tout cas, je vous dis sincèrement que cette marque vous donne... Hum... Un certain charme pour tout vous dire.
- Vraiment ?
- En effet. N'est-ce pas Elsa ? Dit-elle en fixant désormais son aînée.
- Hum... J'aurais préféré le savoir sans cette marque, pour tout te dire.
- Ne faite pas attention à ce qu'elle a dit Sirius. Repris la jeune sœur tout en regardant  à nouveau le capitaine. Ma sœur pense la même chose que moi à la différence qu'elle refuse de l'avouer.
- Mais non c'est faux ! S'écria aussitôt la jeune reine.
- Vue que vous appréciez ce genre de choses Anna...  Repris le capitaine. Et que Sa Majesté également...
- Mais arrêtez donc avec cela ! S'écria une nouvelle fois Elsa.
- Peut-être bien qu'il va falloir que je m'en fasse faire de nouvelles alors ? Repris à nouveau Sirius.
- N'exagérons rien, voulez-vous ? Répondit Anna.
- Je plaisantais... Bien ! A présent remettons-nous en route.

Sur ces mots, la compagnie repris dès lors la marche. N'ayant guère apprécié ce que sa petite sœur venait de faire, Elsa ne manqua pas de lui faire savoir en lui murmurant ceci.

- Je peux savoir pourquoi tu as fait cela ?
- Mais je te taquinais voyons...
- Toi et tes taquineries !
- Tu me connais nan ? Tu sais bien que j'adore te taquiner...
- Si tu souhaites jouer à ce petit jeux fait-le donc avec quelqu'un d'autres veux-tu ?
- Cesse donc un peu d'être toujours aussi négative...

S'étant par la suite beaucoupplus rapproché du navire en question, la reine et compagnie purent enfin se rendre compte de ce à quoi ressemblait véritablement l'engin. Celui-ci était un remarquable trois-mâts à voiles carrés. Il faisait 180 pieds de longueur de coque, 130 pieds de hauteur de mât ainsi que 32 pieds de Maître-bau. La figure de proue du navire représentait ni plus ni moins que la célèbre déesse mythologique grecque Athéna. Déesse de la guerre arborant son traditionnel heaume, tenant son légendaire bouclier dans sa main gauche ainsi que sa mythique lance dans sa main droite. Le "vaisseau de 74 canons" comme il était coutume de nommer ainsi ce genre de navire était considéré comme le compromis le plus performant des vaisseaux militaires de l'époque, et ce, en raison de sa maniabilité, sa puissance de feu ainsi que sa rapidité. Disposant de deux ponts d'artillerie, le 74 comme son nom l'indiquait, disposait d'un total de 74 canons répartis sur l'ensemble des deux ponts. En d'autres termes, ce vaisseau était une véritable machine de destruction pour sa catégorie de troisièmes rangs.

- WOUAH !!! Ce navire est vraiment incroyable !! Je n'avais jamais rien vu de pareil ! Lança la jeune sœur.
- Moi non plus... Il est tout simplement... Magnifique... Ajouta le bonhomme de neige.
- Pour sûr... Regardez-moi un peu la taille de cet engin ! Dit à son tour le livreur de glace.
- Votre navire est vraiment très impressionnant Sirius. Conclue Elsa.
- Je suis ravi qu'il vous plaise. Répondit le capitaine.

Sur le navire pendant ce temps, l'un des matelots aperçut le capitaine et son second s'approcher avec de la compagnie. Et par n'importe quelle compagnie pardi. A la fois ravi et surpris, le marin finit par s'écrier haut et fort afin d'avertir le reste de l'équipage qui s'en était retourné à l'intérieur depuis quelque temps. Une fois le reste des membres réunis, ceux-ci ne manquèrent pas de montrer leur étonnement ainsi que leur émerveillement.

- Ma parole, mais c'est la reine et la princesse ?
- Et un bonhomme de neige pardi !
- Alors ça c'est incroyable !
- Voir un bonhomme de neige en vie est pour le moins très inhabituel certes, mais nom d'un chien la reine est juste...
- Calmez-vous l'ami ! Vous allez finir par inonder le pont à force de saliver comme ça !
- Une chose une sûr... Il n'y a pas de mots pour décrire la beauté saisissante de Sa majesté...
- La princesse est saisissante elle aussi... Elle m'a l'air adorable...
- C'est très joli tout ça certes, mais tout ce petit monde va-t-il venir à bord ?
- Si tel est le cas, ce serait vraiment fantastique !

Dès que la troupe fut suffisamment proche du navire, Sirius vint par la suite saluer ces hommes.

- Bonjour messieurs ! Comment allez-vous ce matin ?
- Capitaine ! Monsieur Mills ! Quel plaisir de vous revoir. Répondit le lieutenant. Nous allons bien sinon, rassurez-vous. Mais que vois-je ? De la compagnie ?
- En effet Howard ! Ces trois charmantes personnes sont mes invités. Nous désirons faire une petite ballade en pleine mer si cela ne vous dérange pas.
- Une ballade ? Vraiment ?
- Exactement !
- Eh bien, c'est une bonne nouvelle !

C'est alors que l'un des marins murmura ces mots à l'un de ses compagnons.

- C'est vraiment génial vous ne trouvez pas ? Avoir une reine et une princesse pour passagères est quelque chose d'exceptionnelle.
- C'est formidable en effet... Mais j'en connais un qui aura son mot à dire là-dessus vous verrez.
- Ne m'en parlez pas... Sinon, je suis ravie d'apprendre que nous allons reprendre la mer. Je commençais à m'ennuyer à vrai dire. Cela dit, quand allons-nous retourner chez nous ?
- Je ne sais pas...

Le lieutenant descendit finalement du navire afin de venir à la rencontre des invités. Une fois sur place, celui-ci fit une révérence en vue de saluer comme il se doit les deux demoiselles.

- Majesté... Princesse... Je me présente, lieutenant Howard Holom. Dit-il une fois qu'il s'était redressé. En l'ab-sence du capitaine et son second, c'est moi qui aie la responsabilité du navire.
- Ravi de vous rencontrer monsieur. Je me nomme Elsa. Souveraine d'Arendelle. Voici ma sœur, la princesse Anna. Dit-elle en montrant sa cadette d'un signe de la main.
- Enchanté monsieur. Lança Anna.
- Voici Kristoff Bjorgman. Repris la jeune reine tout en faisant de même. Livreur de glace officiel du royaume.
- Bonjour à vous ! Dit à son tour le livreur.
- Et enfin... Repris encore une fois Elsa. Je vous présente Olaf. Dit-elle en réitérant le même geste.
- Salut ! Conclu le bonhomme de neige tout en agitant sa main droite.
- Comme vous pouvez le voir, il est très différent de nous... Termina la jeune reine.
- Je ne m'attendais certes pas à rencontrer un jour un bonhomme de neige vivant majesté... Tour comme le reste de l'équipage d'ailleurs. Répondis le lieutenant. Mais au final, je suis ravi de faire sa connaissance de même que je suis ravi de tous vous rencontrer. C'est un honneur.
- C'est gentil à vous.
- Permettez-moi de vous dire aussi que le capitaine ne nous avait pas menti à votre sujet majesté.
- Plaît-il ?
- Votre beauté est saisissante. C'est remarquable.
- Je crois que vous avez tendance à tous exagérer quelque peu vous ne trouvez pas ?
- Vraiment ? Honnêtement je ne pense pas.
- Bon ce n'est pas tout ça Howard, mais nous avons un navire à prendre ! Intervint subitement le capitaine.
- Très juste oui ! Répondit Howard tout en se massant l'arrière de sa nuque. Sur ce, après-vous majesté. Dit-il en faisant signe à la jeune femme de monter à bord. Et je vous souhaite à tous la bienvenue à bord !
- Merci. Répondit la jeune reine.

Mais avant même qu'Elsa ne put bouger d'un poil, le capitaine l'interpella aussitôt.

- J'oubliais majesté !
- Qui y a-t-il ?
- Tâchez donc de poser le pied droit en premier. On monte toujours du pied droit. Cela porte chance.
- Vraiment ? Eh bien, je ne pensais pas les marins aussi superstitieux.
- Et encore, vous n'avez rien vu.
- Dans ce cas je demande à voir...

Mais alors qu'elle était sur le point de poser son pied droit sur la rampe, Elsa se mit à hésiter une nouvelle fois. Elle ne peut s'empêcher de repenser à ce tragique accident ayant pour cause la mort de ses parents. Mais elle ne pouvait plus faire marche arrière désormais. En vue de se rassurer, elle repensait au fait que rien ne pouvait lui arriver. Le beau temps était au rendez-vous, et le plus important était qu'Anna, Kristoff et Olaf se trouvaient avec elle. Puis, elle se décida finalement à poser son pied et entamer son ascension sur la petite rampe. Lorsqu'elle se trouva enfin à bord, la jeune femme se fit chaleureusement accueillir par le reste de l'équipage. Ils étaient tous enchantés à l'idée de rencontrer enfin Sa Majesté. Ce fut ensuite au tour d'Anna et les autres de monter à bord. Ces derniers se firent eux aussi chaleureusement accueillir par les hommes du capitaine. Tous se trouvaient désormais sur le pont à l'exception de Sirius qui ne manqua pas de se faire interpeller par Howard alors qu'il était sur le point de poser son pied sur la rampe.

- Dites-moi capitaine...
- Qui y a-t-il Howard ?
- Je me disais... Auriez-vous de nouvelles informations à nous confier par le plus grand des hasards ? Je dis cela comme ça...
- Eh bien figurez-vous que oui l'ami. J'ai du nouveau.
- Vraiment ?
- Sa Majesté m'a fourni les dernières réponses aux questions que je me posais. Je vais ainsi pouvoir vous mettre au courant.
- J'ai hâte d'entendre cela alors...
- Vous le saurez... D'ailleurs en parlant de ça, Sa majesté à réaliser un fort joli discours tout à l'heure.
- Un discours ?
- C'était en vu d'informer aux habitants du royaume tout ce qu'elle avait découvert jusqu'ici. Comme je vous l'avais annoncé...
- C'était donc ça ce rassemblement tout à l'heure...
- Exactement.
- Sinon... Quand allez-vous nous raconter la suite ?
- Je prendrais un petit moment dès notre retour de la ballade d'accord ? D'ailleurs, sachez aussi que j'ai égale-ment promis à la reine de rester quelques jours ici.
- QUOI ???
- Je sais ce que vous pensez l'ami, et croyez-moi je vous comprends. Mais vous auriez dû voir la tête de ces demoiselles lorsque je leur ai dit qu'une fois toutes les réponses en m'a possession, je devrais m'en aller rapidement.
- Vraiment ?
- Oui... En particulier la princesse Anna.
- Bon... Répondit le lieutenant tout en croisant les bras. Combien de temps prévoyez-vous de rester ici exacte-ment ? Pas trop longtemps j'espère...
- Non rassurez-vous. Je dirais que d'ici la fin de la semaine nous devrons lever l'ancre.
- Je vois... Répliqua Howard tout en décroisant ses bras. Sinon, comment se passe votre petit séjour au château ? Hein ? Petit veinard que vous êtes... Dit-il en donnant à présent de légers coups de coudes à son capitaine.
- Un peu de tenue l'ami, voulez-vous ?
- Je vous taquinais capitaine... En tout cas, sachez que avez énormément de chance de séjourner au palais. Pouvoir côtoyer d'aussi prêt de si ravissantes créatures... Je vous envie.
- Vous êtes marié cher ami, dois-je vous le rappeler ?
- Je disais cela pour plaisanter, sur ce levons l'ancre.
Une fois à bord, le capitaine ne manqua pas de se faire tout aussi bien accueillir que les invités lui aussi. Si ce n'est mieux. Ses hommes furent terriblement ravis de le revoir. Il ne s'était pourtant écoulé que quelques heures depuis leur dernière rencontre, mais cela avait semblé être une éternité pour les matelots. Etant témoins de ce spectacle plus que touchant, la jeune sœur vint murmurer ces paroles à son aînée.

- C'est adorable, tu ne trouves pas ? Ces hommes tiennent vraiment à leur capitaine...
- C'est très touchant oui...
- Par contre... Pourquoi cet homme là-bas ne s'en est pas allé le retrouver comme tous les autres ?
- Je ne sais pas Anna. D'autant plus qu'il n'a pas l'air très content.
- En effet... D'ailleurs, il a une tête qui ne me revient pas pour tout te dire.

Les deux sœurs avaient vu juste. La dite personne n'était certes pas joyeuse du tout. Elle semblait furieuse même. C'est alors qu'elle se décida finalement à mettre fin aux retrouvailles.

- Capitaine !
- Oh non... Murmura l'un des marins.
- Tôt ou tard, cela devait arriver... Ajouta un autre.

Elsa et compagnie ne comprenaient pas la raison d'une telle attitude. Pourquoi cet homme avait-il appelé son capitaine avec un tel ton ? Pourquoi était-il aussi en colère au juste ?

- Que voulez-vous monsieur Gibbs ? Répondit Sirius.
- Pourrais-je vous dire quelques mots... En privé ! Répliqua Gibbs.

De quoi pouvait-il bien s'agir ? Pourquoi cet homme dénommé Gibbs voulait-il parler en privé à son capitaine ?
En tout cas, le capitaine ainsi que tous les autres savaient pertinemment quel serait le sujet de discussion. Elsa et compagnie en l'occurrence, l'ignoraient totalement. De ce fait, la jeune reine se permit de poser la question.

- Peut-on savoir ce qu'il se passe au juste ?
- Rien de grave majesté, ne vous inquiétez pas. Répondit le capitaine.
- En êtes-vous sûr ?
- Parfaitement, ne vous faites pas de soucis.

Ceci dit, Sirius ordonna à Graham d'emmener les invités faire un petit tour à l'arrière du navire en attendant qu'il règle ce souci. Bien que la reine et les autres désiraient  tout de même rester, ils furent cependant contraints de suivre le second sans faire d'histoire. Après cela, le capitaine ordonna ensuite à ces hommes de se rendre à leur poste afin que le navire puisse enfin lever l'ancre. Une fois ceci fait et désormais seul, l'individu vint à la rencontre du matelot tout en disant ces paroles.

- Peut-on savoir pourquoi vous affichez cette mine monsieur Gibbs ?
- Ne vous moquez pas de moi capitaine ! Je veux savoir ce que ces femmes font à bord ?
- N'avez-vous donc rien entendu Warell ?
- SI !!! J'ai parfaitement entendu au contraire !
- Veuillez baisser le ton lorsque vous vous adressez à moi !
- Auriez-vous donc oublié que les femmes portent malheur à bord ? Vous voulez nous faire tuer où bien quoi ?
- Cessez donc avec cette superstition ridicule !
- Que je cesse ? Mais vous voulez rire ?
- Cela suffit !
- S'il nous arrive quoi que se soit durant cette ballade capitaine... Je vous tiens pour responsable vous entendez ?
- Que voulez donc qu'ils nous arrivent ? C'est grotesque de dire que les femmes portent malheur à bord ! Vous ne cessez de dire cela en raison de votre mauvaise expérience !
- Cette femme à été la cause de cette maudite tempête qui à bien faillit me coûter la vie !
- Ce n'était nul autre que le fruit du hasard Warell ! Une pure coïncidence ! Alors cessez donc avec cette superstition grotesque !
- Je ne me tairais pas !
- ASSEZ !!! Tâchez d'ouvrir la bouche une fois encore et je vous jette aux fers !! Ces personnes que vous avez remarqué tout à l'heure sont mes invités, alors tachez de bien vous comportez ou vous aurez à faire à moi compris ? Maintenant retournez à votre poste !
Ce fut donc sur ces mots, que le matelot se rendit immédiatement à son poste à la fois dégouté et pris d'une colère noire. Décidément le capitaine était devenu fou pensait-il. A la suite de cela, Sirius s'en alla de ce pas rejoindre le reste de la compagnie à l'arrière du navire. Ces derniers entre autres, se tenaient plus précisément à l'endroit où se tenait le gouvernail.

- Je suis navré de ce petit contretemps... Dit le capitaine tout en s'approchant du petit groupe.
- Oh Sirius vous revoilà... Lança Anna une fois qu'elle s'était retournée dans sa direction.
- Que vous a-t-il raconté au juste ? Demanda Elsa.
- Eh bien... Répondit Sirius.
- Allez-y je vous écoute.
- Voyez-vous majesté... Warell Gibbs, ainsi est-ce le nom de l'individu avec lequel j'ai dû m'entretenir, est plus que persuadé que les femmes à bord portent malheur.
- Que dites-vous là ?
- Mais enfin c'est absurde ! Intervint alors la jeune sœur.
- C'est vrai ça ! Ajouta le livreur de glace. N'est-il pas un peu dérangé de la tête votre ami ?
- Pourquoi pense-t-il cela au juste ? Repris à nouveau la jeune reine tout en croisant ses bras.
- Il y a de cela plusieurs années, Warell se trouvait à bord d'un autre navire de guerre. Il travaillait pour la Marine Anglaise à l'époque. Bien que son travail le mettait sans cesse en danger, il n'avait alors jamais côtoyé la mort d'aussi prêt ce jour là.
- Que s'est-il passé au juste ?
- Ce jour-là, le capitaine du navire fut chargé d'une mission assez spéciale. Cette mission consistait à conduire une jeune femme d'une très haute importance auprès de son père alors installé en Espagne. Ce n'était nul autre que la fille du roi pour être précis...
- La fille du roi ?
- En effet...
- Pourquoi donc la transporter à bord d'un vaisseau de guerre au juste ?
- J'y viens majesté... Alors qu'elle était installée en Angleterre afin de gouverner son pays avec son époux, cette dernière reçut une lettre indiquant que son père n'en avait plus pour très longtemps. Du fait de son importance, la reine d'Angleterre fut alors conduis à bord de l'un de ces engins. Vous savez majesté, il n'y à rien de plus sûr qu'un vaisseau guerre comme embarcation.
- Tout s'explique... Et ensuite ?
- Durant la traversée... Le navire fut pris dans une tempête...
- Oh non... Répondit Elsa tout en décroisant ses bras.
- Warell fut le seul et unique survivant...
- C'est horrible...
- Il dériva pendant des jours avant de ratterrir par chance sur les côtes françaises. Par la suite, vous pensez bien que le roi et compagnie furent attristés d'apprendre ce qu'il s'était passé.
- Et ensuite ?
- Cela peut vous sembler étrange, mais sachez que Warell n'avait jamais eut à faire à une tempête avant ce jour. Pourquoi je vous dis cela ? Eh bien, car en tant que marin on s'attend à devoir faire face aux caprices de l'océan un moins une fois dans sa vie. Chose qui est vrai pour tout vous dire...  Mais comme je l'ai dit, ce ne fut son cas. Le fait qu'une jeune femme se trouvait à bord et que par malchance le navire fut pris dans une tempête ce jour-là... Eh bien, il prit cela comme une sorte de malédiction au point de devenir quelque peu paranoïaque par la suite.
- Malgré ce qui est arrivé, cet homme est très largement atteint si vous voulez mon avis ! Le fait d'avoir vécu une si mauvaise expérience ne lui donne pas le droit d'accuser injustement cette pauvre femme en l'a tenant pour responsable !
- Je sais...
- Si vous voulez mon avis Sirius !! Je pense que vous avez commis une petite erreur en engageant cet homme dans votre équipage !!
- Vous ne croyez pas si bien dire majesté. Warell est un excellent marin.
- PEU IMPORTE !!! Cet homme est dérangé de la tête, point final !!! D'ailleurs je pense que vous auriez pu nous faire de cela un tantinet plus tôt vous ne croyez pas ?

Sirius se tut. Pour la deuxième fois, lui et son second furent témoins de l'énervement de la jeune femme. Le jeune couple avait aussi été quelque peu surpris du haussement de ton plus que brutal de la reine. Cela ne lui ressemblait pas. Olaf lui, avait eu du mal à reconnaitre sa créatrice. Il n'avait pour ainsi dire jamais vu Elsa se mettre autant en colère. Malgré cela, il était évident que le capitaine aurait pu avertir la reine et compagnie de ce petit détail un peu plus tôt. Mais cela lui avait échappé tout comme à son second. C'est alors qu'il reprit la parole.

- Navré de vous avoir déçu Votre Altesse. Il est vrai que j'aurais pu vous en informer plus tôt, mais que voulez-vous ? L'erreur est humaine... Je ne dis pas cela en vu d'inciter les gens à commettre des erreurs, mais cette caractéristique est propre à chaque être humain. Tous faisons des erreurs. Et croyez-moi sur parole, nous continuerons malheureusement à en faire.

Mine de rien la capitaine avait marqué un point. Ce qui permit de rééquilibrer quelque peu la balance. Puis, ce fut au tour de la jeune sœur d'intervenir.

- Vous avez tous les deux marqué un point sachez-le, mais je crois qu'il serait grand temps de passer à autre chose vous ne pensez pas ? Oublions cette histoire et tâchons plutôt de profiter de cette nouvelle activité qui s'offre à nous.
- Tu as raison Anna... Répondit Elsa.
- Et comment que j'ai raison... Répliqua la jeune sœur. Ah, et j'oubliais... Ne hausse plus le ton ainsi veux-tu ? Cela ne te ressemble pas. Malgré le fait que je puisse te comprendre.
- Désolée Anna... Je me suis quelque peu emportée...
- Je vois cela...

La jeune reine fit à présent face au capitaine.

- Je tenais à m'excuser pour avoir haussé quelque peu le ton envers vous tout à l'heure... Ce n'était pas mon intention...
- Ce n'est rien...
- Vous m'en voyez navrée, mais c'est juste que toute cette histoire m'a un tantinet énervée...
- Cela ne fait rien majesté, rassurez-vous.
- Tant mieux... Néanmoins, je persiste sur le fait qu'il aurait été peut-être judicieux de nous faire part de cette information bien avant notre arrivé au navire vous ne croyez pas ? Dit-elle un peut timidement.
- J'ai commis une erreur il est vrai, et je tiens à m'en excuser. Sur ce, ne parlons plus de cela et tâchons plutôt de profiter de cette sortie. Enfin, je veux dire vous... Cette ballade est faite pour vous et non pour moi.

A suivre...


Dernière édition par Micky93 le Mar 22 Sep 2015, 20:00, édité 4 fois (Raison : Voir mon message posté le 26 avril 2015.)
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1549
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Lizzie3105 le Mer 25 Fév 2015, 23:01

Mon dieu j'ai loupé trois chapitres bravo
Je me rattrape ce week end promis ! Very Happy

_________________
avatar
Lizzie3105

Féminin Messages : 852
Date d'inscription : 23/12/2014
Age : 16
Localisation : Terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par M.Baggins le Mer 25 Fév 2015, 23:37

Bien, bien, bien...
Un chapitre bien mouvementé: il ne m'a pas autant enchanté que le précédent mais il reste superbe (descriptions, dialogues, action...) A part pour Lizzie: on a aucune description pour ce personnage. Est-ce volontaire?
Sinon la fin: mon dieu cette fin! Elle a le mérite de me faire attendre la suite plus que jamais!^^
Bref, continue vite. C'est du bon boulot Very Happy

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1258
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Lizzie3105 le Mer 25 Fév 2015, 23:53

Attends y a une Lizzie dans ta fic ?? bravo
J’ai hâte de voir ça ce week end bravo

_________________
avatar
Lizzie3105

Féminin Messages : 852
Date d'inscription : 23/12/2014
Age : 16
Localisation : Terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par ❄️ Maaï ❄️ le Jeu 26 Fév 2015, 01:17

Hey salut!
Je suis toute nouvelle sur ce forum mais je lis ta fan-fic depuis...que tu l'a commencé en faite Very Happy
Je viens de lire le chapitre 9, et je suis maintenant impatiente de lire le chapitre 10!
Le suspense que tu installes a la fin c'est juste insoutenable!
Enfin c'est un peu le principe du "suspense" sinon ça sert à rien lol!
Conclusion : très belle histoire, continu comme ça, hâte de lire la suite, bonne nuit ❄️❄️ jesuisdehors

_________________
"Tous nos rêves peuvent devenir réalité, encore faut-il avoir le courage de les poursuivre." -Walt Disney-
" />
avatar
❄️ Maaï ❄️

Féminin Messages : 82
Date d'inscription : 25/02/2015
Age : 18
Localisation : Bah Arendelle voyons !

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Jeu 26 Fév 2015, 14:18

Salut à toi Maaï, et bienvenue sur ce forum ! Oui, bon... C'est la deuxième fois que je le dis, car je t'ai déjà souhaité la bienvenue dans le topic dédié... Mais c'est pas grave. bravo
Sinon, ça fait toujours plaisir de recevoir ce genre de commentaires et je suis plus que ravi que cette histoire te plaise. Very Happy

M.Baggins: Je suis content que cette histoire te plaise toujours autant. Sinon, concernant Lizzie, c'est volontaire, effectivement ! En fait, dans mon esprit, j’amène le lecteur à participer quelque peu à l'histoire. Je veux dire par là, que le lecteur a la liberté totale de s'imaginer les personnages. Tu comprends ce que je veux dire ? Si tu regardes bien, je n'ai pas décrit mes personnages dans cette fic où alors très, très peu. Si je me souviens bien, la seule fois... C'est quand Elsa décrit Graham en disant qu'il est un peu grassouillet et court sur pattes et quand celui-ci, dit: PAR LA BARBE DE MES ANCÊTRES ! On comprend alors, qu'il possède également une barbe. Sinon, pour Sirius et bien...Vous savez à quoi il ressemble par le biais de mes dessins. Je me pose la question suivante maintenant. Voulez-vous que je fasse  des dessins des autres perso afin de vous montrer, comment je les imagines ? Ou pas ! Je sais que cela peu paraître un peu débile de dire cela après ce que je viens de dire, mais on ne sait jamais ! Faites-le moi savoir. Wink

Lizzie3105: Oui, il y a un perso qui porte le même pseudo que toi. Sinon, prend tout ton temps ! bravo

***********************************************************************************************************************************************

Bon ! Vue qu'il y a une limite de longueur autorisé pour le postage, je me vois dans l'obligation de mettre la suite de ma fic ici ! Désolé jeunes gens...
Alors, sachez que ce chapitre ce fera sans aucun doute en trois parties. Mais cela reste à voir en fait, car vue comment vont les choses...  Razz Sur ce, bonne lecture !  bravo

Chapitre XIV : Absolute zéro ! (2ème partie)

Un peu plus tard dans la matinée, le navire voguait tranquillement en direction du nord tout en prenant le soin de ne pas trop s’éloigner du continent afin de rassurer les nouveaux occupants. La mer était pour le moins calme et le beau temps était également au rendez-vous en ce mois de septembre. Une douce brise matinale était par ailleurs de la partie, faisant cependant avancer le bâtiment à faible allure.

Alors que la jeune reine s’était quelque peu énervée au sujet de la fameuse superstition prétextant que les femmes étaient mal vues à bord, cette dernière ainsi que le reste de la compagnie savouraient pleinement cette excursion désormais. En effet, Elsa se devait bien d’admettre que cette petite ballade lui procurait au bout dompte un bien-être qu’elle ne saurait décrire. Jamais elle n’aurait imaginé qu’une chose pourtant si banale pouvait lui procurer autant de plaisirs. Par d’ailleurs, aucun de nos chers invités n’avaient contracté le soit disant mal de mer.

Les deux jeunes sœurs ainsi que le livreur de glace se tenaient actuellement les uns à côté des autres, accoudés sur le rebord. Ces derniers contemplaient cette incroyable étendue d’eau salée qui s’offrait à eux tout en inhalant de temps en temps cet air marin qui leur procurait un bien des plus fous. Ils sentaient tout aussi cette douce brise matinale parcourir les traits de leurs visages, faisant voltiger leurs cheveux par la même occasion. Anna en l’occurrence, avait même abandonnée ses traditionnelles tresses afin de laisser ses cheveux libres comme l’air. Un tel acte de la part de la jeune femme avait provoqué chez le livreur un émerveillement indescriptible. En effet, son amour par la rouquine n’avait fait que s’intensifier à partir de cet instant. Face à un tel émerveillement entre autres, l’individu s’était rappelé qu’il avait bien failli devenir son mari ce jour-là. Jour totalement gâché de par l’intervention de ce maudit prince des Iles du Sud. Mais il n’avait pas perdu espoir. Il espérait bien voir se concrétiser un jour ou l’autre ce fameux mariage.

Le bonhomme de neige se contentait quant à lui de scruter chaque recoin du pont, tant il était à la fois curieux et émerveillé. Il s’en alla par la suite interpeller certains marins afin de leur poser des questions sur leur travail, mais aussi en vue de faire plus amples connaissances. Tous à l’exception de Gibbs, appréciaient la présence de ce petit être à bord, de même que la présence du reste des invités.

De leur côté, Elsa et compagnie continuaient sans relâche de contempler l’immensité de la mer, oubliant pour peu le monde qui l’entoure. Ils appréciaient cela. Cette sensation de bien-être et d’apaisement qui les envahis-saient à la vue de cette étendue d’eau calme leur faisait grand bien. Cependant, nos trois membres n’allaient pas tarder à être dérangé par un événement inattendu. Et cet événement n’était autre qu’un animal marin qui fit aussitôt un bon hors de l’eau.

- C’était quoi ça ? Demanda Anna.
- Je ne sais pas ! C’est allé trop vite ! Répondit Elsa.

L’animal en question fit alors un autre bon hors de l’eau.

- Ma parole, mais c’est un dauphin !

C’est alors qu’une multitude de ces animaux firent aussitôt leur apparition pour le plus grand bonheur de tous.

- Regardez, il y en a d’autres ! Lança la jeune sœur tout désignant du doigt les créatures marines.
- Mais combien sont-ils ? Demanda le livreur de glace.
- Pleins ! Répondit la jeune reine.
- C’est magnifique ! Repris la rouquine. Qu’il eut cru que j’assisterais à un pareil spectacle un jour !

Suite à cela, la souveraine s’empressa d’inviter ce cher bonhomme de neige à venir la rejoindre au plus vite. En ayant entendu l’appel de sa créatrice adorée, le petit être se précipita à sa rencontre. A son arrivé, Olaf se fit immédiatement prendre dans les bras d’Elsa afin qu’il puisse assister à ce fabuleux spectacle. Totalement émerveillé par la vision qui s’offrait à lui, l’être à la carotte ne manqua pas de le démontrer.

- Ooooooh, qu’ils sont adorables ces poissons ! Il y en a tous pleins en plus !
- Sache que ce sont des dauphins Olaf. Lança la jeune reine.
- Des quoi ?
- Des dauphins. Et contrairement à ce que tout le monde croit, ce ne sont pas des poissons.
- Vraiment ? Mais si ce ne sont pas des poissons, alors que sont-ils ?
- Des mammifères marins.
- Ah bon… Et c’est quoi la différence entre les deux au juste ?
- Eh bien…

C’est alors que Kristoff se décida à intervenir.

- Tu sauras Olaf, que les mammifères donnent naissance à des petits déjà formés contrairement aux poissons.
- Des petits déjà formés ?
- Oui. Sans compter le fait que la mère allaite son bébé afin de le nourrir.
- Allaite ?
- Elle lui donne le sein en gros…
- Kristoff ! S’écria aussitôt la cadette.
- Le lait ! Repris subitement le livreur de glace. Je voulais dire le lait !
- Félicitation Kristoff ! Intervint l’aînée. Vous pouvez être fier de vous !
- Désolé, c’est sorti tout seul… Répondit le blondinet tout en se massant l’arrière de sa nuque.

Se demandant bien quel genre de chose était le sein, le petit être finit par poser la question.

- Dites… C’est quoi le sein exactement ? Dit-il en se grattant le sommet de son crâne.
- Et voilà, ça devait arriver ! Lança Anna les yeux levés au ciel. Décidément Kristoff ! Dit-elle en fixant l’individu.
- J’ai dit que j’étais désolé Anna !
- Comment allons-nous nous y prendre pour lui expliquer cela désormais ? Hein ?
- Calmez-vous d’accord ? Dit-il en lui faisant signe de se calmer. On va bien trouver quelque chose…

Contre toute attente, Elsa prit en main l’affaire.

- Ecoute-moi bien Olaf. Ce serait trop long et fastidieux que de t’expliquer cela... Mais si tu souhaites néanmoins avoir une réponse tu n’as qu’à comparer cela avec les vaches, d’accord ?
- Attends un peu… Tu parles de ces adorables bêtes à cornes qui broutent l’herbe ?
- Oui.
- Celles qui se trouvent dans l’enclos en dehors du village ?
- Oui.
- Et qui se font de temps en temps extraire le lait par le fermier ?
- Oui Olaf, ces bêtes-là !
- Ooooooh… D’accord ! Je comprends mieux maintenant !
- Tant mieux…
- Juste une petite question encore…
- Laquelle ?
- Le bébé, comment fait-il pour voir le jour au juste ?
- Oh c’est pas vrai ! Lança la jeune sœur tout en se donnant une tape sur le front.
- Que… Que dis-tu ? Demanda la souveraine.
- Ben oui ! Repris le bonhomme de neige. Comment fait-il pour voir le jour ?
- Je…On… On verra cela une autre fois d’accord ?
- Mais…
- Il n’y a pas de mais qui tienne Olaf !
- D’accord… D’accord…

Les créatures marines suivirent le navire durant quelque temps encore avant de sombrer définitivement dans les profondeurs de la mer, délaissant ainsi nos voyageurs. Suite à ce joli spectacle, nos quatre membres se demandaient qu’elles autres merveilles ils allaient bien pouvoir apercevoir après cela. C’est alors qu’un peu plus tard seulement, ceux-ci finirent par rencontrer une série de mouettes volant à proximité du vaisseau. Mais hélas, leur émerveillement fut de courte durée, car l’un des oiseaux vint sans aucune forme de pitié dérober la carotte de notre cher bonhomme de neige. Une véritable course poursuite en vue d’attraper le maudit piaf vit le alors jour à la suite de cet acte odieux. Par chance, et heureusement d’ailleurs, le volatile se contenta uniquement de zigzaguer entre les mâts en vue d’échapper à ses poursuivants. Car oui, la majorité des personnes se trouvant à bord s’était adonnée à cet exercice.

Quelque temps après, et dieu seul sait comment il y était parvenu, le capitaine réussit à attraper le maudit piaf pour le plus grand soulagement de tous. Surtout pour le petit être. Après qu’il eut retiré délicatement la carotte quelque peu abîmée du bec de la mouette, l’homme balafré laissa l’oiseau recouvrir sa liberté. Il vint ensuite présenter le dite aliment à son heureux propriétaire. Voyant alors l’état dans lequel se trouvait son cher et tendre nez, Olaf ne manqua pas de démontrer sa tristesse. Néanmoins, ce dernier fut tout de même enchanté d’avoir pu retrouver son bien. Une fois la carotte remise à sa juste place, Olaf proposa ni plus ni moins qu’un gros câlin en guise de remerciement. Ce fut alors avec joie que Sirius accepta finalement de se faire câliner sous les yeux de tous.

- Ooooooh, c’est trop mignon… Tu ne trouves pas Elsa ? Demanda la rouquine.
- Pour sûr Anna. C’est très mignon en effet…
- Et rassure-moi... Toi aussi tu es quelque peu exténuée suite à cette poursuite ?
- Un tantinet oui...
- En tout cas... Intervint le livreur de glace tout en passant son bras droit autour des épaules de sa douce. Moi je me suis bien marré durant cette poursuite.
- Bien marré ? Pourquoi cela ? Demanda la jeune sœur.
- Vous voulez vraiment le savoir ?
- Oui.
- Vraiment ? Vraiment ?
- Oui Kristoff ! Je veux savoir !
- Eh bien… Figurez-vous que j'ai trouvé cela assez comique de voir votre sœur essayer tant bien que mal d'attraper ce maudit volatile. On ne voit pas cela tous les jours figurez-vous.
- Oh, je vous en prie…
- Contrairement à vous Kristoff, je me suis bougée moi ! Lança la jeune reine tout en croisant les bras.
- Mais moi aussi je me suis bougé figurez-vous ! Répondit aussitôt le blondinet.
- Pas assez à mon goût, si vous voulez mon avis !
- Ben voyons...

Le câlin terminé, le capitaine vint ensuite remercier le bonhomme de neige.

- Merci beaucoup pour ce câlin Olaf. Cela faisait très longtemps que je n’y avais pas eu droit…
- Tout le plaisir est pour moi !
- Tu sais ? Tu devrais t'en aller rejoindre la reine et les autres à présent…
- A vos ordres mon capitaine ! Dit-il tout en réalisant un salut militaire.

Sirius afficha un léger sourire suite à cela. Puis, il ajouta ceci.

- Une dernière chose encore…
- Oui ?
- A l’avenir, tâche de retirer ton nez lorsque tu aperçois des oiseaux d'accord ? En particulier les mouettes…
- Je n'y manquerai pas !

Sur ces mots, le petit être délaissa l’individu et se précipita vers Elsa et compagnie afin de leur montrer qu’il avait bel et bien récupéré son nez. L’homme balafré remarqua quant à lui que ce cher Warell avait observé toute la scène de par l'endroit où il se trouvait. On pouvait très clairement lire dans les yeux du jeune matelot que celui-ci en voulait encore et toujours à son capitaine. Au point de commencer fortement à le haïr. En plus de cela, ce dernier n'avait guère bougé le petit doigt en vue d'essayer d'attraper la maudite mouette. S'étant rendu compte de cela, Sirius décida d'appeler son second afin de lui faire part de sa préoccupation.

- Monsieur Mills ? Dit-il en se remettant sur pied.
- Oui capitaine ? Répondit Graham, tenant la barre entre ses mains.
- Rendez-moi un service voulez-vous ? Tâchez donc de garder un œil sur Warell. Suite à notre petite discussion de toute à l'heure, j'ai peur qu'il commette une idiotie.
- Comptez sur moi.

Après avoir laissé son capitaine reprendre en mains les commandes du vaisseau, le second s’en alla vadrouiller sur le pont tout en gardant un œil sur le matelot. Peu de temps après, nos invités purent apercevoir un nouvel oiseau planer dans les airs. Il était assez grand. A la fois de couleur blanche et possédant une grande envergure. C'était un albatros hurleur. Craignant une nouvelle fois pour son nez, Olaf suivis le conseil avisé de Sirius en le retirant immédiatement de son visage. Mais l'oiseau n'avait que faire d'une simple carotte à moitié abîmé. Il continua sa route sans se soucier de quoi que soit. A la suite de cette rencontre, l’homme balafré décida qu'il était grand temps de mettre un peu d'ambiance au sein du navire. Par conséquent, ce dernier interpella la compagnie afin d'exposer son idée.

- Hum… Pardonnez-moi de vous déranger…

Nos quatre membres se retournèrent dans sa direction sans pour autant répondre.

- Voilà... Je me disais que vous seriez peut-être ravis d'entendre mes hommes s'adonner au chant…
- Oh ouiiiiii ! C’est une excellente idée ! Lança le petit être tout en tapotant dans ses mains.
- Vos hommes chantent ? Vraiment ? Demanda Anna.
- C’est ce que j’ai dit. Répondit Sirius.
- Eh bien dans ce cas ! Je dois dire que j’en serais plus qu'honorée !
- Tant mieux ! C’est ce que je voulais entendre !
- Bon et bien… Va pour un petit chant alors ! Lança Elsa. D’ailleurs, je dois bien avouer que je suis moi aussi désireuse d’écouter la prestation de vos hommes.
- Pareil pour moi, si vous voulez mon avis ! Ajouta Kristoff.
- Je suis heureux de l’apprendre. Répondit le capitaine. Cependant, je tiens à vous avertir que nos chants diffè-rent quelque peu de ce qu'il est d'ordinaire coutume d'entendre.
- Raison de plus alors ! Repris la cadette.

Le capitaine fit donc part à ses hommes que les invités désiraient entendre l’un de leur chant. Ravis d'apprendre cette nouvelle, les matelots décidèrent de s’exécuter à la tâche sans la moindre hésitation.

- Vous êtes prêts les gars ?
- Prêt !
- On vous suit Nathaniel !
- Parfait alors ! Une, deux !


Lire ce qui suit en écoutant la musique ! Puis, il faut la laisser se terminer !

- Oh mon dieu... Murmura la cadette
- Qu'est-ce qu'il y a Anna ? Demanda l’aînée tout en murmurant elle aussi.
- Attends deux secondes…
- Attendre quoi ?
- Sirius avait raison... Ce genre de chant diffère vraiment de ce à quoi nous avons pour habitude d'écouter.
- En effet oui...
- Mais mine de rien, ces hommes ont tous une très belle voix lorsqu’ils chantent. D’ailleurs, j'aime bien leur chant.
- Je l'aime bien moi aussi...
- Ravie d'apprendre que je ne suis pas la seule...
- Sachez Anna que nous sommes trois à appréciez ce petit chant. Intervint le blondinet tout en parlant à voix basse.
- Quatre tu veux dire. Conclu le bonhomme de neige en faisant de même.

Du côté des matelots, l’un des marins se demandait pourquoi ce cher monsieur Gibbs ne chantait point avec les autres.

- Pourquoi ne chantez-vous pas Warell ?
- Pensez-vous réellement que je vais chanter pour ces femmes Gabriel ? Elles ne méritent en rien que fasse usage de ma voix pour elles !
- Mais enfin vous exagérez l'ami !
- Continuez si vous voulez ! Mais moi c'est hors de question que je prenne part à ce chant !
- Faite comme bon vous semble... Mais sachez que vous avez tort de vous comporter ainsi !
- Il va nous arriver une bricole Gabriel ! C'est moi qui vous le dis !
- Vous et votre satanée superstition de malheur !
- Vous verrez l’ami ! Vous verrez…

Le chant terminé, nos quatre membres se mirent à féliciter les matelots de part des applaudissements.

- C’était tout bonnement génial ! Bravo messieurs ! Lança la jeune sœur.
- Oh oui vraiment génial ! Vraiment génial ! Ajouta l’être à la carotte.
- Ravis d’avoir pu vous satisfaire ! Répondit un marin.
- Dite-moi ? Repris Anna. Serait-il envisageable de nous faire part d’un autre de vos chants s’il-vous plaît ? J’en serais très honorée ! Enfin je veux dire nous… Nous en serions très honorés.
- Mais avec joie princesse !
- Super !

De son côté, le dite matelot invita ses collègues à prendre part à une ultime chansonnette.

- En avant messieurs ! Va pour un dernier petit chant !
- C’est parti !
- Très bien alors ! Une, Deux !


A la fin du chant, la jeune sœur et le petit être ne manquèrent pas de se faire une nouvelle fois entendre.

- Génial messieurs ! Encore bravo ! Bravo ! Dit-elle en applaudissant.
- C’était super en effet ! Vraiment super ! Ajouta le petit-être en faisant de même.
- Merci à vous ! Répondit le matelot de tout à l’heure. Nous sommes heureux de voir que nos chants vous plai-sent !
- Et comment qu’ils nous plaisent ! Repris la rouquine. D’ailleurs, où avez-vous appris à chanter ainsi si ce n’est pas trop indiscret de vous le demander ?
- Nous avons appris à chanter ainsi à bord du navire princesse !
- Vraiment ? Sur le navire ?
- Eh bien qu’il eut cru ! Ajouta la souveraine.
- Ouais, j’avoue que je ne m’attendais pas à cela moi non plus ! Termina le livreur.
- C’est pourtant la vérité ! Repris le matelot. D’ailleurs, si vous voulez tout savoir nos chants fut une requête de notre cher capitaine. Voyez-vous, un beau jour notre capitaine nous avait clairement fait comprendre qu’il manquait quelque chose au sein du navire. De l’ambiance pour être précis. C’est alors qu’il eut la brillante idée de nous demander si nous étions d’accord de chanter de temps à autres afin de résoudre ce petit problème. Et la surprise fut de taille ! Nous fûmes les premiers étonnés à savoir que non seulement nous avions la faculté de chanter, mais que nos chants furent aussi un régal pour les oreilles ! Par la suite, nous avons donc continué sur cette voie sans jamais plus nous arrêter. Voilà pour la petite histoire.
- Eh bien, merci à vous pour cette petite histoire monsieur ! Repris une nouvelle fois la cadette.
- Mais de rien princesse. Et vous savez, vous pouvez m’appeler Nathaniel tout simplement.
- Comme vous voudrez…

En vue de conclure définitivement avec cela, la jeune reine vint féliciter une dernière fois les marins.

- En tout cas messieurs, sachez que cela a été un pur instant de plaisir que de vous écouter chanter. Nous ne nous sommes pas lassés un seul instant. Bravo à tous…
- Merci à vous majesté. D’ailleurs, sachez que cela a été un véritable honneur que de chanter pour vous et les reste des invités.
- Eh bien c’est une bonne nouvelle !
- N’est-ce pas ? A présent si vous voulez bien nous excuser, nous avons du travail mes camarades et moi-même…
- Mais je vous en prie, faite-donc …
- Merci bien !

Après un bref instant de pause , la petite compagnie se fit interpeller par le capitaine.

- Bien, bien, bien… Non seulement vous voilà fixés sur l’origine de nos chants, mais je ne m’attendais pas à ce que cette chère Anna en redemande. Décidément si ce n’est pas merveilleux tout cela…
- En effet oui. Répondit la jeune sœur. D’ailleurs, vous auriez dû vous joindre à eux si vous voulez mon avis. Après tout ce fut votre idée…
- Le chant n’est pas fait pour moi Anna. Et même si tel était le cas, je ne me serais jamais permis de vous ruiner les oreilles avec ma voix.
- Vous exagérez…. Vous avez une très belle voix.
- Vous trouvez ?
- Bien sûr ! N’est-ce pas Elsa ? Dit-elle en fixant alors son aînée.
- Pourquoi faut-il toujours que tu me demandes mon avis ensuite ?
- Je ne sais pas... En fait si ! Je dirais que c’est purement et simplement instinctif Elsa.

Sirius se mit alors à sourire face à cette remarque.

- Ben voyons…
- Alors ?
- Eh bien je… Je…
- Ouiiiiii ?
- Bon très bien, je l’avoue…Sirius possède une très une jolie voix… Satisfaite ?
- Si je suis satisfaite ? Mais bien sûr que je suis satisfaite ma petite Elsa ! Que dis-je… Et comment que je suis satisfaite ma chère et tendre grande sœur adorée que j’adore plus que tout au monde !
- Dis-moi, tu ne serais pas en train de te moquer de moi par hasard ?
- Qui ça, moi ? Demanda-t-elle en se désignant du doigt. Mais pas du tout sœurette… Quelle idée...
- Tu mens très mal Anna le sais-tu ?
- Mais non…
- Oh que si ! Dit-elle en croisant les bras.
- Mais non !
- Avoue-le Anna…
- Mais je n’ai…
- Allez !

Prise au dépourvue, la rouquine se devait de lui avouer au bout du compte.

- Je… Cela se voyait tant que ça ? Demanda-t-elle un peu timidement.

Le capitaine lança alors un petit rire. Ce qui attira l'attention des deux jeunes sœurs sur lui.

- Pourquoi riez-vous au juste ? Demanda la souveraine.
- Hein ? Oh non, pour rien majesté… Répondit l’homme balafré.
- Comment ça pour rien !
- C’est juste que… Eh bien, disons que j’ai trouvé cela mignon tout plein le fait d’avoir vu cette chère Anna vous taquiner quelque peu…
- Vraiment ?
- Mais bien sûr que j’ai trouvé cela mignon tout plein majesté… Que dis-je…
- Je vous en prie, pas vous non plus !
- Je plaisantais… Bref, je tenais à vous dire que votre sœur est une jeune femme pour le moins adorable…

Les joues d’Anna se mirent à rougir quelque peu face à ce compliment inattendu.

- Elle vous taquine il est vrai, mais cependant elle vous adore plus que tout. Je n’ai nullement besoin de vous le rappelez je pense mais… Sachez que vous avez énormément de chance d’avoir une sœur comme elle. Tâchez donc d’en profiter le plus possible. L’une comme de l’autre…

Les deux sœurs se fixèrent alors droit dans les yeux. Il est vrai que malgré les taquineries de sa cadette, Elsa aimait plus que toute sa petite sœur. Au point de faire tout et n’importe quoi pour elle. C’est alors qu’elle vint lui adresser un léger sourire. Chose que lui rendit finalement la rouquine.

- Mais trêve de bavardage, il est grand temps de passer aux choses sérieuses !
- Plaît-il ?
- Voilà ce que je propose… L'un d'entre vous... Enfin s’il le souhaite... Aura ni plus ni moins l’opportunité que de prendre ma place à la barre du navire.
- Quoi ? Dit-elle en décroisant ses bras.
- Sans rire… Ajouta le blondinet.
- Etes-vous sérieux ? Conclu la jeune sœur.
- On ne peut plus sérieux ! Répondit Sirius. D’ailleurs, ne vous avais-je pas dis que cette ballade était faite pour chacun d’entre vous ?

Quelques regards de-ci, de-là, furent dans un premier temps échangés entre nos invités. Puis, ce fut la cadette qui se décida à rompre le silence.

- Moi je suis partante alors ! Dit-elle en levant sa main droite en l’air telle une petite écolière désirant prendre la parole.
- Dis-moi Anna, tu es sérieuse là ? Demanda aussitôt l’aînée.
- Et comment que je suis sérieuse ! Sans rire Elsa, te rends-tu compte de l’opportunité qui s’offre à nous ?
- Oui mais…
- Il s’agit là de prendre ni plus ni moins la barre du navire Elsa ! LA BARRE !!!
- Non mais j’ai compris Anna !
- Enfin bref…

Sur ces mots, Anna se tourna finalement vers l’homme balafré quelque peu excitée.

- Sinon Sirius ?
- Oui ?
- Quand puis-je commencer, hein ? Quand puis-je commencer ? Dit-elle en tapotant dans ses mains.
- Mais tout de suite ma chère Anna. Venez.
- Hiiiiiiiiiiii ! C’est trop génial ! Trop génial ! Dit-elle en sautillant cette fois-ci sur place tout en tapotant dans ses mains à un rythme plus accéléré.
- Dite Sirius ? Je pourrais m’y essayer ensuite ? Demanda le bonhomme de neige. J’ai toujours rêvé de pouvoir me tenir un jour aux commandes d’un bateau… Je veux dire d’un navire…
- Vraiment ?
- Eh bien, je rêverai de faire beaucoup de choses à vrai dire…
- Dans ce cas… Je crois que nous allons exaucer votre rêve l’ami.
- Chic alors !

Tout pendant que la jeune sœur s’en alla alors à l’encontre de l’individu plus excitée que jamais, le livreur de glace vint quant à lui murmurer ces mots à la souveraine.

- Je ne sais pas vous… Mais moi ça me fait un bien fou de la voir aussi joyeuse.
- Vous voulez que je vous dise Kristoff… Vous avez absolument raison…
- Et puis honnêtement, Sirius me plaît bien…
- Vous l’appréciez donc…
- Je n’ai aucune raison de le détester… Et puis regardez dans quel état il a mis votre sœur avec cette idée.
- Je vois cela oui…

Ayant été placée aux commandes du vaisseau, la cadette avait dans un premier temps constaté à quel point le gouvernail était facile à manœuvrer. Vue la grandeur de la chose, elle s’était attendu qu’il eut fallu y mettre un peu de poigne pour le faire tourner, mais non. Elle pouvait sans autre manœuvrer le bâtiment d’une seule main si elle désirait. Suite à cela, la jeune femme ne savait trop comment expliquer ce qu’elle ressentait à cet instant. Cette incroyable sensation de liberté qui s’offrait à elle, était pour le moins sensationnelle. Elle n’aurait jamais cru cela possible. Elle fut alors prise d’une irrésistible envie de s’en aller vers l’horizon. De plonger vers l’inconnu afin de découvrir dieu sait quelles merveilles. Bref, de partir à l’aventure. De son côté, Gibbs n’approuvait en rien le spectacle qui s’offrait à lui. De ce fait, ce dernier ne manqua pas de venir le faire savoir à l’un de ses camarades.

- Il ne manquait plus que ça… Regardez un peu cela Gabriel ! Déjà que je dois supporter la présence de ces femmes à bord, voilà que l’une d’entre elle se tient à la barre désormais !
- Vous commencer sérieusement à me fatiguer l’ami ! La princesse ne fait rien de mal à ce que je sache ! Laissez donc ces femmes en paix et tachez plutôt de faire votre travail !
- Un malheur se prépare Gabriel ! Je le sens…
- Mais arrêtez donc avec cela !
- Je tiens à ma vie d’accord ? Si vous désirez tant que ça vous en aller dans l’autre monde, libre à vous dans ce cas !
- Vous ne savez plus ce que vous dites !
- Je sais très bien ce que je dis ! Une catastrophe va arriver vous verrez ! Vous verrez…

Voyant sa chère et tendre Anna plus qu’épanouie, Kristoff repris à nouveau la conversation avec Elsa.

- Honnêtement reine Elsa, quand l’avez-vous vu dans un état pareil pour la dernière fois ?
- Le jour de son mariage… Du moins les premières minutes. L’excitation et la joie furent vite remplacées par le stress et la panique. Normal en sommes…
- En parlant de mariage, qu’en est-il de vous au juste ?
- Pardonnez-moi ? Dit-elle en se tournant subitement vers le livreur.

La jeune reine avait-elle bien entendu ? Le livreur de glace avait osé lui parler de ça ? Décidément ce fut une grande première. Le blondinet entre autres, avait même eu du mal à croire qu’il eut sorti cela.

- Je... Je ne sais pas pourquoi j’ai dit cela. C’est sorti tout seul !
- Je ne vous en veux pas Kristoff mais… J’avoue que j’ai été quelque peu surprise.
- C’est juste que... Dit-il en se massant l’arrière de sa nuque. Eh bien… Souhaitez-vous, réellement passer le reste de votre existence dans la solitude la plus totale reine Elsa ? Vous savez, cela m’embête fortement de voir que votre sœur aie trouvé une personne que je qualifierais de convenable alors que vous non.
- Ainsi donc vous pensez comme Anna.
- Oui mais… Il faut bien admettre qu’elle a raison au final. Vous méritez amplement d’avoir quelqu’un auprès de vous vous aussi…
-C’est très gentil à vous de vous soucier de moi, mais dois-je vous rappeler que je ne suis en rien une personne comme les autres ?
- Il est vrai oui… Mais si vous regardez une nouvelle fois devant vous, il se pourrait bien qu’une opportunité s’est présentée à vous aussi finalement.
- Vous voulez dire ?
- Pourquoi pas ?
- Attend deux secondes Kristoff… Intervint alors le petit être tout en se grattant le sommet du crâne. Tu parles de Sirius là ?
- Oui Olaf. Je parle de lui.

La jeune femme se tourna finalement vers l’individu. Aussi étrange que cela puisse paraître, Elsa ne put s’empêcher de s’imaginer quelques scènes pour le moins inhabituelles si jamais elle venait à tomber amoureuse de l’homme qui se trouvait droit devant. Elle s’imaginait dans un premier temps échanger son tout premier baiser. Oui, un baiser. Mon dieu pensa-t-elle. Devoir poser ses lèvres sur celles d’un homme était une chose à laquelle elle ne se voyait en rien. Pourtant c’est ce que font toutes les personnes désirant exprimer leur amour. Ensuite, la jeune reine alla plus loin en s’imaginant parcourir l’allée de la chapelle vêtue d’une robe de mariée. Alors là, elle se voyait mal porter ce genre de vêtement. Comme elle avait du mal à s’imaginer en train de se faire passer la bague au doigt. Pourtant, le mariage est l’une des plus belles choses qui puisse arriver au cour d’une vie. Si ce n’est la plus belle chose. Par la suite, et dieu seul sait par quel miracle elle eut le courage de penser à cela, la souveraine s’imaginait en train de s’adonner aux plaisirs de l’amour sexuel avec cet étalon. Attendez quoi ? Amour sexuel ? Étalon ? Alors là, ce fut trop pour elle. Cette pensée pour le moins très gênante et très déstabilisante fit aussitôt réagir la jeune femme.

- Non !
- Quoi ?
- C’est tout bonnement hors de question Kristoff, vous entendez ? Dit-elle en contemplant le jeune livreur. C’est hors de question !
- Mais enfin, réfléchissez-y deux petites secondes ! Quelles sont vos chances de rencontrer un autre homme identique à vous ? D’ailleurs, je persiste à croire que tout ce qu’il s’est passé jusqu’ici n’est en réalité pas le fruit du hasard. Que cette rencontre était en quelque sorte programmée depuis le début.
- Vous croyez cela ?
- Je pense que le destin veuille faire en sorte que vous soyez au même niveau que votre sœur… Que vous connaissez vous aussi ce qu’Anna connait en ce moment. Bref, que vous ne vous retrouviez pas seule…

La blondinette se tourna une nouvelle fois vers le jeune homme balafré, et de ce fait, de nouvelles pensées lui vinrent en tête. Elle s’imaginait gouverner le royaume en compagnie du capitaine alors devenu roi. Attendez, roi ? Il était logique en sommes qu’à la suite du mariage avec la souveraine, Sirius ait automatique accès à la couronne. Par la suite, et comme il était d’ordinaire coutume que cela arrive après avoir passé une nuit plus que mémorable suite au mariage, la jeune femme s’imaginait mettre au monde un enfant. Oh mon dieu pensa-t-elle. Elle ne se voyait vraiment pas devenir une mère à son tour. Qui plus est, devoir s’occuper et élever un enfant représenterait une tâche des plus difficiles. D’ailleurs, que se passerait-il si jamais elle venait à faillir à sa tâche ? Que se passerait-il si jamais le bébé venait à posséder des pouvoirs lui aussi ? Le même problème auquel était à présent confrontée la jeune reine se poserait sans discussion.

En pensant à tout ceci entre autres, fit qu’Elsa se posa les mêmes questions au sujet de sa petite sœur. Anna était-elle préparée à tout cela ? La seule et unique chose qu’elle eut déjà réussis à faire jusqu’à présent, était d’échanger plusieurs petits baisers avec son homme. Mine de rien, qu’avait-elle ressentit à chaque fois ? Surtout la première fois ? Ensuite, comment sa petite sœur allait-elle réagir lorsqu’à la suite de son mariage elle se devra à un moment donné se passer de ses vêtements pour faire des galipettes avec Kristoff ? N’allait-elle pas être embarrassée à l’idée de se retrouver nue devant son mari ? Mari certes, mais tout de même. Et surtout, comment allait-elle réagir à la vue de son homme lui aussi dépourvu de vêtements ? Oh mon dieu… Mon dieu… Pensa-t-elle. L’idée de voir cette chose entre les jambes…Cette tige… Ce marteau pneumatique… dégoûtait au plus haut point notre blondinette. Suite à ces pensées tout aussi déstabilisantes et gênantes que les précédentes firent à nouveau réagir Elsa.

- Non…
- Comment ?
- J’ai dit non ! Dit-elle en se tournant vers l’individu. Je ne peux me résoudre à cela d’accord ? C’est tout bonne-ment hors de question !
- Mais enfin pourquoi ?
- Parce que !
- Mais ce n’est pas une réponse !
- Peu importe ! Contentez-vous de cela et n’insistez pas !
- Mais… Et vos parents ?
- Quoi mes parents ?
- Je suis persuadé qu’ils auraient été plus que ravis de savoir qu’un individu pareil à vous s’est finalement présenté en ces lieux vous ne croyez pas ?
- Vous… Vous croyez cela ?
- J’en suis sûr ! D’ailleurs écoutez-moi bien… Vos parents ne se faisaient-ils pas de soucis pour votre avenir ? N’avaient-ils pas de la peine pour vous ? Savoir que leur fille ne pourrait jamais connaitre un jour le grand amour en raison des pouvoirs que vous possédez devaient leur faire grand mal vous ne croyez pas ?

Le livreur de glace avait pour ainsi dire vu juste. Les parents de la jeune femme s’étaient véritablement inquiétés du sort de leur fille. Savoir qu’Elsa était condamnée à rester célibataire pour le restant de ces jours leur avait fait grande peine. Peine qui n’avait jamais cessé de les accompagner depuis la naissance de leur enfant.

- Je… Je ne sais pas Kristoff. Enfin je veux dire… Sans doute oui. Je n’ai pour ainsi dire jamais eu l’occasion de parler de cela avec mes parents. Non pas que ceux-ci ne voulaient pas en parler je pense, c’est juste que… Eh bien les circonstances ont fait que nous n’avons jamais eu l’opportunité de le faire… Je n’étais qu’une petite fille à l’époque vous savez ? Et ensuite, il malheureusement arrivé ce qui est arrivé…
- Je sais reine Elsa… Je sais…

Repensant à ce qu’elle venait de dire, la souveraine vint par la suite détourner le regard, l’air attristé. Elle ne put s’empêcher de repenser encore et toujours à ce tragique accident survenue treize années plus tôt. A cette maudite perte de contrôle et de confiance en soi. Sans oubliez la mort de ses chers parents. Voyant la jeune reine dans un tel état faisait grand mal au livreur de glace. De même qu’au bonhomme de neige qui n’avait plus osé dire un mot depuis tout ce temps. Ceux-ci voyaient très bien que mine de rien, l’aînée avait besoin d’être consoler quelque peu. Prenant alors son courage à deux mains, le blondinet su qu’il était grand temps pour lui d’agir. Car après tout, Elsa comptait tout aussi bien pour lui que sa chère Anna. De ce fait, il était sur le point de prendre la souveraine dans ses bras lorsque cette dernière le fixa à nouveau les yeux embués de larmes.

- Vous savez Kristoff, j’aimerais tellement que mes parents soient encore là … Ils me manquent…
- Je… J’ignore si cela peut vous consoler mais… Sachez que vos parents sont toujours présent reine Elsa. Ils sont là, dans votre cœur. Dit-il en déposant sa main droite sur la partie gauche de son torse. Je sais bien que cela peut paraître assez simplet mais… Je ne suis pas très doué pour ça…

Elsa ne répondit pas. Elle fut en quelque sorte étonnée des dires du jeune individu. Ces paroles, bien qu’elles puissent à prime abord sembler insignifiantes étaient probablement les plus touchantes que Kristoff eut jamais sorties à son égard. C’est alors qu’’elle se contenta finalement de venir lui adresser un petit sourire. Chose que lui rendit ce dernier par la suite. Par ailleurs, la jeune reine avait trouvé cela adorable le fait que le jeune homme avait tenté de la réconforter. Elle voyait bien que mine de rien, l’individu tenait tout aussi bien à elle qu’à sa petite sœur. Suite à cela entre autres, une chose vint pour le moins troubler l’esprit de notre blondinet.

- Tiens maintenant que j’y pense…
- Qu’y a-t-il ?
- C’est peut-être un peu osé mais… Vos parents, avaient-ils eut l’intention d’avoir deux enfants dès le départ ?
- Que dites-vous ?
- Ne le prenez pas mal surtout ! D’ailleurs ce n’est qu’une hypothèse…Mais il se pourrait bien que votre sœur soit venue au monde afin d’assurer la descendance de votre royaume ? Et par chances, Anna n’eut pas de pouvoirs à sa naissance…
- Par chances ?
- Je ne dis pas que le fait de posséder de tels pouvoirs est une malédiction, mais il faut bien avouez que cela prive les gens de l’une des plus belles choses qui soit en ce monde. D’ailleurs, je dis cela, je dis rien mais...
- Mais quoi ?
- En fait… Je n’y pense que maintenant mais… Il se pourrait bien au final que quelque part dans le monde d’autres personnes telles que vous ont réussis à rencontrer d’une manière ou d’une autre d’autres personnes comme elles ? Et par la suite, il se pourrait bien que ces gens-là se soient mis ensembles allez savoir ? Il ne faut pas exclure non plus la possibilité que des personnes, entre guillemet normales, se soient au final mariées avec des personnes ayant des pouvoirs. Et ce, survenue pour x raisons. Allez savoir ?
- Vous pensez cela ?
- On n’est pas au courant des événements qui se passent à travers le monde… Ou alors très peu… Je dis juste que tout est possible et qu’il ne faut rien écarter comme hypothèses. Vous ne croyez pas ?

Kristoff avait une nouvelle fois vu juste. Il était plus que probable qu’à travers le monde ces hypothèses se soient en fin de compte vérifiées. Alors qu’elle n’avait jusqu’ici jamais envisagé pareille chose, Elsa se devait bien d’admettre que le jeune homme avait raison.

- Peut-être bien que avez raison Kristoff... Tout est possible en fin de compte… Dit-elle l’air pensive. J’étais tellement obstiné à croire que les gens se trouvant dans le même cas que moi étaient condamnés à rester seules que je n’avais nullement envisagé ces possibilités. Décidément je suis bête… Dit-elle en se donnant des tapes sur son front. Bête…
- Je vous en prie arrêtez cela…
- Il a raison Elsa. Intervint subitement le petit être. Sortant ainsi de son long silence. Ne tape pas ainsi ton pauvre petit front veux-tu ?
- Oui mais j’aurais dû y penser tout de même ! Répondit la jeune reine. Ayant alors cessé son activité.
- Vous voulez que je vous dise une bonne chose reine Elsa ? Repris le livreur tout en croisant les bras.
- Quoi donc ?
- L’erreur est humaine…
- Vous ?
- Oui… Ce sont les mêmes paroles dites par ce cher Sirius Black.
- Oh, Kristoff…
- Que voulez-vous ? Vous devez bien admettre qu’il avait raison, nan ?
- Je… Très juste oui…

Le souveraine se tourna finalement en direction du capitaine. Elle pouvait voir que celui-ci, continuait encore et toujours de répondre aux innombrables questions de la rouquine. Rouquine qui n’avait cessé de se montrer particulièrement curieuse au sujet de la navigation. Ravie de voir sa petite sœur toujours aussi épanouie, l’aînée afficha un léger sourire. Puis, elle murmura ceci.

- Il avait raison….

Sur ces mots, Elsa eut une pensée concernant l’individu. Mais cela n’avait rien à voir avec l’amour, l’union ou dieu sait quoi encore. Non, elle le voyait pour l’heure en un simple ami sur lequel elle pouvait finalement compter. Un ami pour le moins, unique. Un ami pour le moins, joli garçon. Un fait qu’elle devait au final avouer.

A suivre…


Dernière édition par Micky93 le Mar 22 Sep 2015, 20:18, édité 1 fois (Raison : Raison : Voir mon message posté le 26 avril 2015.)
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1549
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Invité le Jeu 26 Fév 2015, 17:39

Alors Smile
Tout d'abord, saches que ce chapitre est surement celui que je préfère parmi tout ceux que tu as posté! Enfin nous avons de l'action ! Bien qu'un peu fouillis parfois mais c’est pas grave parce que là, ça bouge! C'est top Razz
Je constate d'ailleurs une nette progression entre ce chapitre et les précédents. C'est surement ce qui a fait -en plus de l'action- que j'ai plus apprécié ce chapitre que d'autres.
Donc voilà, continus et dépêche toi de mettre la suite parce que vu la fin que tu viens de nous laisser heu....je vais pas supporter l'attente Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par M.Baggins le Jeu 26 Fév 2015, 19:08

Je comprends tout à fait ce que tu veux dire Micky: c'est un choix qui se défend très bien. C'est juste que moi j'adore les descriptions alors ça m'a un peu interloqué, mais je comprends tout à fait.
Et pour répondre à ta question, j'avoue que j'aimerai bien avoir un dessin de cette Lizzie^^.

_________________
Some say I have no direction,
That I'm a light-speed distraction,
But that's a knee-jerk reaction.
This life in the stars is all I've ever known:
Stars and stardust in infinite space is my only home.
And the moment that I hit the stage
I hear the universe calling my name
And I know deep down in my heart I have nothing to fear.
And as the solar wind blows through my hair,
Knowing I have so much more left to share,
A wandering spirit who's tearing its way through the cold atmosphere:
I fly like a comet, soar like a comet, crash like a comet,
I'm just a comet.
avatar
M.Baggins

Masculin Messages : 1258
Date d'inscription : 06/02/2015
Age : 18

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Micky93 le Jeu 26 Fév 2015, 19:54

Comme promis, voici la troisième partie du chapitre 14.  bravo
Alors dans cette partie, préparez-vous à être un tantinet surpris !  bravo J'espère aussi que vous allez un tantinet rire parce que là...   bravo Ah et saurez-vous trouver les quelques petits clins d’œils aussi ?
Bref, bonne lecture.

Chapitre XIV : Absolute zéro ! (3ème partie)

A la barre pendant ce temps, la rouquine avait très apprécié les réponses reçues de la part du jeune individu. De son côté, l'homme balafré avait été ravis de voir la jeune femme animée par une telle fascination et une telle curiosité pour le domaine de la navigation. Qui plus est, la cadette avait par-dessus tout terriblement apprécié le fait d'avoir pu manœuvrer ce gros engin. Par conséquent, cette dernière désirait plus que tout que son aînée vienne s’y essayer à présent.

- Elsa ?

La souveraine était cependant encore plongée dans sa pensée de toute à l’heure.

- ELSA ?
- Oui ? Répondit-elle après s’être finalement ressaisis. Qu’est-ce qu’il y a ?
- Oh Elsa, il faut vraiment que tu viennes prendre la barre toi aussi ! C’est fantastique !
- Tu veux vraiment que je vienne tenir cette chose ?
- Mais oui ! C’est tout bonnement génial, crois-moi ! Cette sensation de liberté qui t’enveloppe est pour le moins grandiose ! Je te le jure !

La jeune reine se tourna vers le livreur de glace. Celui-ci, profita de l’occasion pour s’exprimer.

- Vous devriez aller la rejoindre vous savez ? Dit-il en ayant les bras croisés.
- Souhaitez-vous réellement me voir à la barre vous aussi ?
- Pourquoi pas ? D'ailleurs écoutez-moi bien reine Elsa. Non seulement je suis sûr que vous allez bien vous amuser, mais vous allez tout aussi faire plaisir à votre sœur. Alors, pourquoi refuser ?

Kristoff avait eut raison sur toute la ligne. Après tout, quoi de mieux que de continuer à voir sa chère et tendre petite sœur adorée aussi joyeuse. Elle qui n'avait plus été dans un tel état depuis un bon moment.

- Vous avez raison Kristoff... Il est évident qu'Anna sera ravie de me voir m'y essayer moi aussi.
- Dépêchez-vous d'y aller dans ce cas... Répondit-il tendrement. Elle vous attend.

La blondinette s’en alla donc retrouver sa petite sœur et ce, pour le plus grand bonheur de tous. Une fois qu’elle fut arrivée sur place, le capitaine sut qu’il était désormais grand temps pour lui de s’éclipser.

- Bon et bien... Je crois que je vais vous laisser.
- Où allez-vous ? Demanda aussitôt la jeune reine.
- Tenir compagnie au reste des invités majesté. Et puis, je tiens par-dessus tout à ce vous puissiez profiter de ce petit moment rien qu’avec votre sœur.
- Oh ! Et bien c’est... C'est très gentil à vous je vous remercie...
- Il n’y a vraiment pas de quoi. Sur ce amusez-vous bien.

Comme convenu, l’homme balafré s’en alla retrouver le livreur de glace ainsi que le bonhomme de neige. Anna qui avait quant à elle laissé désormais sa place à sa grande sœur sans pour autant lâcher complètement le gouvernail, pu dorénavant jouer le rôle de l'instructeur.

- Bien Elsa. A présent que nous sommes seules je suis en charge de t'expliquer de manière détaillé la démarche qu'il faut que tu entreprennes pour que tu puisses éprouver toi aussi l'incroyable sensation que j'ai ressentie moi-même tout à l'heure d'accord ?
- Très bien alors, je t'écoute.
- Pour commencer prend donc le gouvernail avec tes deux mains. Et ne le lâche pas surtout ! Sinon le navire vire brusquement d'un côté !

La souveraine pris donc en main le navire et ce, pour la plus grande joie de tous. Enfin pas tous, car ce cher Warell n’approuvait en rien que la seconde jeune femme tienne à sont tour les commandes. Mais cette fois-ci, au lieu d’exprimer à haute voix son mécontentement comme il l'avait fait auparavant il se tut.

- Alors quel effet cela fait que de manœuvrer un tel engin ? C'est géniale nan ?
- Et comment... Je n'en reviens pas que je me tiens désormais aux commandes d'un navire... Mon dieu si père et mère pouvaient voir cela...
- Tu sais Elsa... De là ou ils sont je suis sûr qu'ils ne se perdent pas une seule miette de ce qui se passe.
- Tu as sans doute raison oui... Oui... Je suis sûr qu'il en est ainsi...
- Bon... Passons à la suite si tu veux bien. A présent que tiens fermement le gouvernail. Ferme donc les yeux.
- Quoi ? Lança-t-elle en se tournant vers la cadette
- Oui ! Ferme les yeux Elsa !
- Non mais tu veux rire ? Si je les fermes je ne verrai plus où je vais !
- Ne t’inquiète pas, je suis là.
- Oui mais ?
- Ait confiaaaaaannnnnnce... Crois en mooooooiiiiii…
- Je rêve ou tu viens de...
- Vas-y Elsa, ferme les yeux !
- D’accord je les fermes ! Je les fermes…

Cette dernière regarda à nouveau droit devant elle. Puis, elle ferma les yeux comme promis.

- C’est bon. Ils sont fermés.
- Très bien ! A présent tu inspire un bon coup pour ensuite expirer le tout très lentement.

La jeune femme inspira donc profondément cet air marin qui était en tout point très agréable. Une fois que ces poumons furent parfaitement remplis, elle expira le tout.

- Lentement sœurette. Trèèèès lentement…
- Mon dieu que ça fait toujours du bien de faire cela… Murmura-t-elle dès qu’elle eut terminé son exercice.
- N’est-ce pas ? A présent, fait le vide en toi.
- Le vide ?
- Le vide oui. Tâche de profiter de cette douce brise parcourir les traits de ton visage. Concentre-toi sur le bruit du vent qui vient se heurter contre les voiles. Concentre-toi aussi sur le bruit de l’eau qui vient se heurter contre la coque du navire. En d’autres termes laisse-toi aller sœurette… Laaaaiiiisse-toi aller…

La jeune reine suivis donc les conseils de sa petite sœur adorée. Quelques temps après seulement, une sensation qu’elle n’avait alors guère ressentie jusqu’ici vint s’emparer d’elle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela avait un impact plus que positif sur la jeune femme.

- Alors Elsa ? Sens-tu cette sensation de bien-être t’envahir à présent ?
- Oui… Oui je le sens…
- Sens-tu cette sensation de liberté te parcourir ? De légèreté ?
- Oui…
- N’as-tu pas l’impression de te sentir beaucoup plus jeune ? De revivre ?
- Oui !
- Et n’as-tu pas l’irrésistible envie de t’en aller vers l’horizon à présent ?
- Oui ! Oui !
- De plonger vers l’inconnu afin de découvrir dieu sait quelles merveilles ?
- Ouuuiii !!! Répondit-elle en ouvrant dès lors les deux yeux.
- Dans ce cas sœurette, bienvenue dans le fantastique monde de la navigatiooooooooon !!! S'écria-t-elle tout en réalisant une merveilleuse petite pirouette.

Ce fut désormais chose faite. Elsa venait enfin de découvrir le fameux bien-être dont avait mentionné sa petite sœur. Et ce fut tout bonnement merveilleux. Jamais elle n’aurait imaginé que tel bien-être puisse lui procurer autant de plaisirs. C'était sensationnel. Fantastique même. Totalement éprise par ce cela, la jeune femme se sentit désormais comme libéré, délivré.

- Oh, mon dieu Anna tu avais raison ! Tu avais raison !
- C’est fantastique n’est-ce pas ?
- Et comment ? D’ailleurs, je ne sais pas pourquoi mais ?
- Mais ? Mais ?
- Je… Je suis prise d’une irrésistible envie de chanteeeer !!!

La souveraine s’adonna alors à cet exercice et ce, à la grande surprise de tous les occupants se trouvant à bord.

- LIBEREEEE ! DELIVREEEE !
JE NE M’EN IRAI PLUS, JAMAAAAIIIIS !

- Nom d'un chien quelle voix… Murmura l’homme balafré.
- Je n’en reviens pas… Ajouta le livreur de glace.
- Wow… Qu’il eut cru qu’Elsa chantait aussi bien en fait… Conclu le bonhomme de neige.
- LIBEREEEE ! DELIVREEEE ! EEE !
C’EST DECIIIIDE, JE REEEESTE LAAAAAAAA !

- Ca y est, je crois que je suis tombé amoureux… Murmura le capitaine. Attendez qu’est-ce que je dis ?
- MEEEE VOOOOIIIIILAAAAAAAA ! JE SUIS TOOOOUUUUJOURS LAAAAAAAA !
AU BEAU MILIEU DEEEE L’OOOOR BLEUUUUUUUU !

- C'est merveilleux... S'exprima le petit être.
- La mer est pour moi le prix de la libertéééééé…
NAAAAH ! NAH !

- Fabuleux ! Dit le blondinet
- NAAAAH ! NAH !
- Prodigieux ! Ajouta l’être à la carotte.
- NAH ! NAH, NAH… NAH, NAH, NAAAAH !
NAAAAH ! NAH !

- Magnifique ! Lança Sirius
- NAAAAH ! NAH !
- Fantastique ! Conclu Olaf.
- NAH ! NAH, NAH… NAH, NAH, NAAAAH !
LIBEEEERE ! DELIIIIVRE ! JE NE M’EN IRAI PLUS, JAAAAMAAAAIIIIS ! AAAIIIS ! AAIIS !
LIBEEEERE ! DELIIIIVRE ! C’EST DECIDE JE RESTE LAAAAAAAA ! AAAAAA ! AAAA !
LIBEEEERE ! DELIIIIVRE ! AU BEAU MILIEU DE L’OR BLEUUUUUUUU ! EUUUUUU ! EUUUU !
LIBEEEERE ! DELIIIIVREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !

- Sensationnel ! S’exprimèrent simultanément l’homme balafré ainsi que le bonhomme de neige.
- La mer est pour moi le prix de la libertéééééé…
NAAAAH ! NAH !

- Retenez-moi ! Dit le capitaine.
- NAAAAH ! NAH !
- Pincez-moi ! Ajouta le petit être.
- NAH ! NAH, NAH… NAH, NAH, NAAAAH !
NAAAAH ! NAH !

- Je ne me contrôle plus ! Lança le blondinet
- NAAAAH ! NAH !
- Moi non plus ! Conclu l’être à la carotte.
- LA MER EST POUR MOI LE PRIX DE LA LIBERTEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !
NAAAAH ! NAH !
NAAAAH ! NAH !
NAH ! NAH, NAH… NAH, NAH, NAAAAH !
NAAAAH ! NAH !
NAAAAH ! NAH !
NAH ! NAH, NAH… NAH, NAH, NAAAAH !
LIBEEEERE ! DELIIIIVRE ! JE NE M’EN IRAI PLUS, JAAAAMAAAAIIIIS ! AAAIIIS ! AAIIS !
LIBEEEERE ! DELIIIIVRE ! C’EST DECIDE, JE RESTE LAAAAAAAA ! AAAAAA ! AAAA !
LIBEEEERE ! DELIIIIVRE ! AU BEAU MILIEU DE L’OR BLEUUUUUUUU ! EUUUUUU ! EUUUU !
LIBEEEERE ! DELIIIIVREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !
C’est moi la reine Elsa et je suis toujours làààààà…


Et ce fut le gros coup de foudre. Tous à l'exception de Gibbs, se mirent à féliciter la prestation plus qu’exceptionnelle de la souveraine. Les marins plus particulièrement applaudissaient tel des cors résonnant en nombres, ils s’écriaient tel des loups hurlant au clair de Lune, ils salivaient telles les chutes du Niagara. Certains même, se cognaient la tête contre les mâts tant ils n’en revenaient pas.

- Bravo Elsa, c’était fantastique ! Fantastique ! S'écria Anna tout en applaudissant.
- Attends… Je viens de chanter là ? Répondit Elsa, prenant conscience de ce qu’elle venait de faire.
- Si tu as chanté ? Mais et comment que tu as chanté sœurette !
- Mon dieu… Et devant un public en plus ?
- En tout cas une chose est sûr… Je suis tout bonnement époustouflé devant cela moi ! C’est incroyable une telle prestation ! Lança Kristoff. Se tenant désormais auprès des deux jeunes femmes après s’être précipité vers elle auparavant.
- Entièrement d’accord avec lui, ce fut un spectacle grandiose ! Ajouta Sirius, se tenant lui aussi auprès de deux demoiselles.
- Incroyable même ! Repris le livreur.
- Phénoménale ! Conclu l’homme balafré.

Face à un tel engouement de la part des deux hommes, la blondinette s’empressa d’intervenir car mine de rien, il était évident qu’ils exagéraient un tantinet tout de même. Du moins, c’est ce qu’elle pensait.

- Je vous en prie, je vous en prie ! Ne croyez-vous pas que vous exagérez un petit peu tout ?
- Exagérer ? Non majesté, détrompez-vous. Nous ne faisons que dire la pure vérité. Répondit le capitaine.
- Il a raison, vous savez ? Conclu le livreur.

La jeune reine se tut, ne sachant trop quoi répondre. Puis, ce fut au tour du bonhomme de neige d’attirer l’attention de sa créatrice adorée en effectuant de petites tirettes sur la robe de cette dernière.

- Dis Elsa, tu comptes chanter plus souvent désormais ?
- Je… Je n’en sais trop rien Olaf…
- Oh allez ! Tu chantes mais alors vraiment, vraiment, vraiment bien !
- Mais je…
- S'il-te-plait !
- Vous devriez accepter majesté. Intervint le capitaine. Après tout, votre voix est juste magnifique. D’ailleurs, où avez-vous appris à chanter ainsi si je puis me permettre ?
- C’est que je n’ai pas vraiment appris à vrai dire… Tout s'est fait, spontanément…
- Spontanément dites-vous ? Eh bien en tout cas, il est certes que vous possédez là un autre don mise à part vos pouvoirs.

Du côté des marins pendant ce temps, l’un d’eux avait malheureusement atteint le point de non-retour.

- Lâchez-moi ! Lâchez-moi ! Hurla-t-il tout en essayant de se défaire de l’emprise de l’un de ses camarades !
- Calmez-vous Hodin !
- Lâchez-moi vous entendez ? Il faut que j’aille lui dire à quel point je l’aime ! Il le faut ! Il le faut !
- Mais enfin, reprenez-vous !
- Lâchez-moooooooiiiiiiii !
- MONSIEUR CALAMY ! Apportez les calmants vite ! Je ne vais pas tenir bien longtemps !

Face à ce spectacle pour le moins inhabituel, notre belle souveraine s’en voulait terriblement d’avoir plongé le pauvre individu dans un tel état.

- Mon dieu, mais qu’ai-je fais ?
- Ouais… C’est sûr que tu lui as fait perdre la tête avec ta chanson… S'exprima Anna.
- Pour sûr... Ajouta Kristoff.
- Dite-moi qu’il va s’en remettre tout de même ? Repris Elsa.
- Il ne faut pas vous en faire pour ce bon vieux Hodin majesté. Répondit Sirius. Une petite injection de calmant et le tour est joué vous verrez.

Attiré une nouvelle fois par les hurlements de ce pauvre jeune homme qui se débattait tel un possédé, le capitaine ajouta ceci.

- Oui enfin… Je crois que plusieurs injections seront nécessaires au bout du compte…

Au même moment, le médecin-chirurgien de bord dénommé Stephen Calamy ordonna à son camarade de tenir fermement le pauvre patient afin de lui administrer le calmant.
- Maintenez-le bon sang !
- Je fais ce que je peux !
- Bon sang mais lâchez-moi ! Mais lâchez-mooooiiiii !

Après qu’il eut saisit le bras gauche de la pauvre victime, l’homme aux lunettes lui injecta la dite substance par le biais d’une seringue.

- C’est bon !
- Génial ! Je peux le relâcher après ça ?
- Pas tout à fait ! Je dois lui faire d'autres injections !
- Vraiment ? Mais ça ne risque pas de le tuer ?
- Vous êtes médecin peut-être ?
- Euh… Non…
- C’est bien ce que je pensais…

A la suite d'un combat acharné en vue de réaliser trois autres injections, le pauvre matelot fut désormais plongé dans un sommeil des plus profonds. Le tout, accompagné par quelques petits ronflements.

- Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?
- Emmenons-le dans sa cabine. Une fois ceci fait, vous resterez auprès lui jusqu’à son réveil.
- Moi ? Mais ne voudrait-il pas mieux que ce soit vous ?
- Ne discutez pas et obéissez !
- D'accord, d'accord. Inutile de s'énerver... Sinon, l’effet dure combien de temps au juste ?
- Environ quatre heures...
- Quatre heures ?
- Multipliez une heure par quatre et le tour est joué !

C’est alors qu’un gros ronflement se fit entendre de la part de l’endormi. Mais heureusement, ce bruit pour le moins désagréable n’avait pas été suffisamment fort pour pouvoir être entendu par nos invités qui se trouvaient nettement plus loin.

- Nom d'un chien, ça c’était un ronflement alors !
- Et comment !
- Vous croyez qu’il rêve à quoi sinon ?
- Dieu seul le sait mon cher Watson… Dieu seul le sait…
- Sinon… Notre ami possède-t-il des bouquins dans sa cabine par le plus grand hasard ? Demanda-t-il en plongeant une nouvelle fois son regard dans celui du médecin de bord. L’attente risque longue sinon…
- En effet oui. Mais il y a un comme qui dirait un léger problème…
- Un problème ?
- Oui. Mais je doute que vous aimeriez découvrir ce dont il s’agit…
- Dites toujours.
- En êtes-vous certain ?
- J’en suis sûr oui.
- Sûr de sûr ?
- Oui Stephen ! Sûr de sûr !
- Très bien... Murmura-t-il après avoir poussé un léger soupir. Sachez que notre cher camarade possède non pas des bouquins mais des revues.
- Et alors ?
- Oui mais sachez que ce sont des revues pas très…
- Pas très catholiques c’est cela ?
- Bingo…
- Je vois… Mais ce n'est pas illicite que d'avoir ce genre de revues à bord ?
- Si...
- Nom d'un chien... Je n'ose alors imaginer les conséquences si le capitaine venait à le découvrir....

************Déroulement de la scène si Hodin se serait fait prendre la main dans le sac **************
- Hodin ! S'écria le capitaine tout en tapant du poing sur son bureau. Pouvez-vous me dire ce que c'est que ça ! Ajouta-il tout en agitant les revues qu'ils tenaient dans sa main droite.
- Des revues mon capitaine... Murmura-t-il en ne prenant même pas le peine de regarder son supérieur tant il avait honte.
- Ce sont des revues pour adultes ! Et je ne tolérai pas que de telles choses se trouvent à bord de mon navire vous entendez ? C'est un crime impardonnable ! Lança-t-il en les jetant sur son pupitre.

Le pauvre marin n'osa répondre. Il se tenait parfaitement immobile devant le bureau de son capitaine, les bras allongés le long de son corps. A vrai dire, il attendant patiemment la sentence qu'il allait inévitablement recevoir de la part de son supérieur.

- Vous ne me laissez pas le choix Hodin !

Ces paroles voulaient tout dire. Sirius s'apprêtait dès lors un punir comme il se doit l'individu.

- Je ne puis passé à côté de ça !

Une lueur de couleur blanchâtre s'échappa désormais du corps de l'individu. Cette lueur provoqua inévitablement une baisse de température considérable à l'intérieur de la pièce. Tremblotant de froid, le matelot qui fut quant à lui prit d'effroi voulu malgré tout prendre les jambes à son coup afin de s'échapper de cet endroit. Mais malheureusement pour lui le capitaine l'avait immobilisé en moins deux en lui gelant complètement les jambes.

- NON ! MES JAMBES ! MES JAMBES !
- Vous ne pouvez plus m'échapper Hodin ! Désormais vous allez mourir !
- NOOONNN !!! PITIE NON !

Dans un premier temps le blondinet se mit à agiter rapidement ses poings de part et d'autres en vu de joindre la totalité des étoiles formant sa constellation du zodiaque. Une fois sa petite chorégraphie terminé, l'homme balafré déversa sans aucune forme de pitié son attaque aux pouvoirs dévastateurs sur le pauvre marin.

- ROZAN ! SHO RYU HAAAAAA !!!
******************************************************************************************************************

- Mon dieu...
- Qu'avez-vous donc imaginé Watson ?
- Une chose vraiment... Mais alors vraiment pas très jolie... Mais bon ! A présent trêve de bavardage et soulevons notre camarde !

Du côté de nos compagnons, ceux-ci furent eux aussi soulagés de voir enfin ce cher Hodin revenu à la raison. Où du moins calmé. Alors que tous contemplait le pauvre marin se faire délicatement transporter par ses deux collègues, Anna ne manqua pas de venir s’exprimer.

- Bon bah… Tout est bien qui finit bien je crois...
- Pour sûr… Conclu Kristoff. Mais mine de rien, je n’avais encore jamais vu un homme porter des tresses ainsi que du maquillage...
- Hodin est originaire d'un royaume ou les hommes ont pour coutume de porter des tresses ainsi que de mettre en valeur leur jolis petits yeux. Répondit Sirius. C'est curieux je vous l'accorde. Mais bon, personne n'est parfait...
- Certes... Et sinon peut-on savoir le nom de ce fameux Royaume ?
- Elredor mon cher. Ce royaume s'appelle Elrebor.
- Et vous vous êtes déjà rendu sur les lieux sinon ?
- Non.
- Je vois...

Suite à cela, le livreur de glace sut qu’il était mine de rien grand temps pour lui de passer à la prochaine étape. De ce fait, ce dernier s’empressa dès lors de rompre le silence qui venait de se former au sein du petit groupe. Toutefois, l’individu ne manqua pas de faire malheureusement sursauter les deux jeunes sœurs par la même occasion.

- Bon !
- Nom d’un chien Kristoff ! Lança la jeune sœur.
- Mais enfin, qu'est-ce qui vous à pris d’élever ainsi le ton peut-on savoir ? Ajouta l'aînée.
- Désolé… C’est sorti tout seul… S'excusa-t-il tout en se massant l’arrière de sa nuque.
- Vous pouvez vous excusez en effet ! Repris la blondinette.
- N’agissez plus ainsi, voulez-vous ? J'ai faillit avoir une crise cardiaque ! Conclu la rouquine la main droite posée sur sa poitrine.

Le jeune individu ne répondit rien face aux remarques des deux jeunes femmes. Il continuait simplement de se masser la nuque faisant très clairement comprendre qu’il s’en voulait encore. Puis, il s’exprima à nouveau.

- Suite à fâcheux petit incident… Olaf et moi pouvons-nous nous essayer à la barre à présent ?
- Kristoff va m’accompagner ! Youhoooouuuu ! S’extasia aussitôt le petit être.

Suite à cela, le capitaine s’en alla dorénavant s’accouder contre le rebord l’air plus que satisfait. Décidément cette idée fut une idée de génie pensa-t-il. Anna quant à elle, peinait encore à croire ce qu’elle venait d’entendre.

- Vous comptez prendre la barre vous aussi ? Sérieusement ?
- Mais oui Anna.
- Wow… Enfin je veux dire… C’est une très bonne surprise que voilà ! Et avec un peu de chance, peut-être aurons-nous droit à une chanson de votre part aussi !
- Hum… N’y comptez pas trop…
- Pourquoi cela ?
- Contrairement à votre sœur, je ne me laisserais pas totalement aller. Voilà pourquoi.
- Mais vous devriez pourtant…
- Je ne crois pas non ! Sur ce, je vous dis à la prochaine ! Olaf et moi avons un navire à prendre en main ! Tu viens Olaf ? Dit-il en fixant désormais le petit être.
- Je cours ! Je viens ! Je vole ! Répondit l’être à la carotte tout en sautillant de joie.

Nos deux compagnons s’en allèrent prendre la place de la souveraine aux commandes du vaisseau. Cette dernière de même que sa petite sœur, vinrent par la suite s’accouder elles aussi contre le rebord auprès du jeune individu. Elsa se trouvait plus précisément sur la gauche du capitaine tandis qu’Anna se trouvait sur la gauche de sa grande sœur. Alors que les deux demoiselles contemplaient une fois de plus l'immensité de la mer, le regard de notre cher blondinet ne put faire autrement que de venir se poser sur la somptueuse créature qui se trouvait à côté de lui. Un joli minois à la belle et somptueuse chevelure dorée. De magnifiques yeux bleus turquoise. Une peau de couleur blanchâtre qui devait sans nul doute être aussi douce que du miel. Sans parler aussi de la belle tenue dans laquelle se trouvait la jeune femme. Et ces bas. Mon dieu ces bas. De quoi faire littéralement tourner la tête à notre individu en somme. Mais mine de rien, cette contemplation avait bien assez durée comme ça. Profitant de l'opportunité d'avoir les deux jeunes sœurs à ses côtés, Sirius était bien désireux de connaitre l'avis de ces dernières sur comment s'était déroulé cette excursion.

- Alors ? Comment avez-vous trouvé cette petite balade en mer ?
- Honnêtement ? C'était tout simplement merveilleux. Répondit la cadette. Que dis-je c'était fantastique… Incroyable même… Mémorable… Bref ce fut un pur moment de plaisirs dont je me souviendrais toute ma vie. D’ailleurs, je ne vous remercierez jamais assez pour m'avoir fait découvrir votre monde. Je ne m’étais pas sentie aussi bien et aussi heureuse depuis… Depuis un bon petit moment en fait.
- Vous m’en voyez ravis Anna. Et vous majesté ? Puis-je également avoir votre avis sur la question ?
- Eh bien je ne saurais quoi dire de plus si ce n’est que grâce à vous nous avons repris goût à la vie si je puis dire ça comme ça. Et puis, je pense qu’on est tous d’accord pour affirmer que nous avions terriblement besoin de nous épanouir à nouveau suite au terrible événement qui s'est passé à Arendelle il y a de cela quelque temps. Bref pour en terminer là, je me contenterais de vous dire moi aussi un grand merci Sirius… Un très grand merci…
- Il n’y a vraiment pas de quoi majesté. D’ailleurs, je tenais moi aussi à vous remercier vous et votre petite sœur. Le fait de vous avoir vu toutes les deux aussi joyeuses m’a énormément fait de bien. Non vraiment. Je ne m'étais pas senti aussi bien depuis... Depuis un bon petit moment en fait...

Les deux jeunes sœurs s’échangèrent un regard sans pour autant énoncer le moindre mot.

- Et puis, je ne suis pas le seul à avoir ressenti cela je pense.
- Vous parlez de Kristoff et Olaf par le plus grand des hasards ?
- Exactement majesté. J’imagine qu’ils ont dû fortement apprécier le fait de vous avoir vu aussi épanouie vous et votre sœur.
- Et comment...

Ce petit tête à tête avec les deux demoiselles était en tout point très agréable. Décidément l’homme balafré pouvait s’estimer chanceux. Etre en présence d’une reine ainsi que d’une princesse aussi charmantes était un grand honneur pour lui. Qui plus est, le fait qu’il lui eut été accordé de passer quelques jours au palais en tant qu’invité était un honneur encore plus grand. Mais mise à part cela, le jeune homme sut que cette petite discussion était en tout point le moment idéal pour passer à l’étape suivante. Une étape qui lui tenait particulièrement à cœur.

- Bien ! Mise à part cela, pouvons-nous passer à la prochaine étape ? Avec votre accord bien sûr.
- Pardonnez-moi, mais de quelle étape parlez-vous au juste ?
- Faire plus amples connaissances majesté.
- Ah oui ! Je me souviens de cela en effet.
- Heureux de voir que vous n’avez pas oublié.
- Certes... Mais avant cela, permettez-moi de vous demander une petite faveur…
- Une faveur ?
- Vous autres marins êtes des gens pour le moins superstitieux, n’est-ce pas Sirius ?
- En effet oui.
- Et vous vous souvenez qu’avant que je ne monte à bord, vous m’aviez dit que je n’avais encore rien vu aux sujet de vos fameuses superstitions n’est-ce pas ?
- C’est exact.
- Bien ! Alors dite m’en plus à ce niveau-là, je vous prie. Je suis pour le moins assez curieuse. Mais attention ! Si c’est pour entendre une histoire telle que…
- Vous n’avez pas de soucis à vous faire majesté. N’ayez crainte…
- Dans ce cas je vous écoute. Allez-y.
- Très bien alors. Par où commencer ?  Dit-il d’un air pensif. Hum... Ah, oui ! J’ai trouvé quelque chose qui devrait vous intéresser. Ajouta-t-il en contemplant les deux demoiselles. Enfin, disons vous surprendre. Quoique, toutes nos superstitions devraient vous surprendre au bout du compte. Enfin bref !

Le capitaine commença dès lors à défaire les quelques boutons de la manche de son avant-bras gauche.

- Peut-on savoir ce que vous êtes en train de faire au juste ? Demanda la rouquine.
- Cela se voit, nan ?
- Oui mais ?

Une fois tous les petits boutons défaits, l'homme balafré provoqua davantage de suspens en retardant l’échéance de la chose qu’il s’apprêtait à démontrer.

- Vous êtes prêtes ?
- Prête à quoi ? Répondit la blondinette.

Le jeune homme retroussa sa manche afin de laisser apparaître au grand jour une illustration pour le moins étonnante. Cette image, représentait n’y plus ni moins qu’un navire placé sur un fond lunaire.

- Nom d'un chien, je rêve ou c’est une image qui est gravée sur votre peau ? Lança la cadette.
- Vous ne rêvez pas Anna. Répondit le blondinet. Ce petit chef-d’œuvre que vous voyez là s'appelle un tatouage.
- Un tatouage ? Dit-elle en fixant l'individu droit dans les yeux.
- C’est exact.
- Mais ? Mais c’est incroyable ! Je veux dire… Comment vous êtes-vous fait cela ?
- J’avoue que c’est à se poser quelques questions... Ajouta finalement l’aînée.
- Pour être bref, la technique consiste à venir injecter sous la peau une substance faite à base de plantes. Le tout est réalisé à l'aide d'une aiguille perforée et mine de rien... C'est assez douloureux il faut l'avouer. Mais le résultat en vaux la peine.
- Wow… Enfin je veux dire, ça doit être assez douloureux comme vous dites... Repris la jeune sœur. Mais mine de rien vous avez frappé fort en nous montrant cette image dis-donc. Dit-elle en contemplant une nouvelle fois l'illustration. Je ne me serai jamais attendue à cela.
- Moi non plus… Ajouta la jeune reine en faisant de même.
- J’ai bien dit que cela allait vous surprendre.
- Et comment ! Repris la rouquine. D’ailleurs mise à part cela, je le trouve magnifique bien réalisé votre tatouage !

Bien que sa petite sœur fût en tout point émerveillé par cela, l'aînée quant à elle ne savait trop quoi en penser. Certes le dessin était fort joli, mais pourquoi diable avoir une telle image gravée sur soi ? Quelle en était l'utilité ? Décidément les marins étaient des gens en tout point bizarres.

- Pardonnez-moi Sirius...
- Oui ?
- Votre dessin est certes très joli mais puis-je connaître l'utilité que d'avoir une image gravée sur soi au juste ? D'ailleurs, est-ce sans danger pour la santé que d'avoir ce genre dessin sur la peau ?
- C'est sans danger oui. Sinon vous pensez bien que je n'aurais cette petite merveille sur moi. Et pour répondre à votre première question je dirais que les tatouages offrent de puissantes protections majesté. Voilà pourquoi nous autres marins en avons sur nous.
- Hors vous voulez dire que vous n'êtes pas le seul à en posséder un c'est cela ?
- Exactement. La plupart des marins en possèdent eux aussi.
- Je vois. Et sinon contre quoi les tatouages vous protègent-ils exactement ?
- La malchance ainsi que les maladies. Bien que certaines fois il m'arrive de douter un peu de leurs efficacités...
- Très honnêtement Sirius. Voulez-vous que je vous dise une bonne chose ?
- Allez-y.
- Vous autres marins êtes des gens pour le moins très étranges. Vraiment très étranges. Sachez-le.
- Bienvenue dans mon monde majesté.
- Certes. Sinon... Vous avez ce petit chef-d'œuvre depuis longtemps ou ?  
- Je me suis fait cela à Ardenfell il y a de cela quelques années. Répondit-il alors qu'il contemplait une nouvelle fois l’illustration. J’avais vingt-quatre ans pour être précis. D’ailleurs… Ce n’est pas le seul tatouage que je possède sur moi. Reprit-il en fixant à nouveau la jolie petite blonde.
- Pas le seul ?
- Mais combien en possédez-vous au juste ? Intervint alors la petite rouquine.
- J’en possède un total de huit tatouages ma chère Anna.
- Huit ? Lancèrent simultanément les deux jeunes sœurs.

Ces dernières s'échangèrent ensuite un regard avant de demander une nouvelle fois de manière synchronisée l’emplacement de ces fameux autres petits dessins. Par la suite, le capitaine se mit alors à décrire un à un le type ainsi que l’emplacement des sept autres illustrations. Au-dessus du navire placé sur le fond lunaire, se trouvait une rose des vents indiquant les quatre points cardinaux. Encore au-dessus, il était possible d’y trouver une jolie petite hirondelle. Sur son épaule, se trouvait une ancre accompagnée d’une date bien précise. Cette date, n’était nulle autre que celle à laquelle l’individu fut promu au grade de capitaine. Ensuite, on pouvait trouver sur le torse gauche de ce dernier un cœur transpercé par un poignard et également enveloppé d'un ruban comportant les initiales du célèbre "Requiescat In Pace". Ce qui voulait dire repose en paix en latin. Dans son dos, il était possible d'y trouver une imposante croix celtique. A la suite de cela, le blondinet se sentit quelque mal à l'aise car il ne savait trop comment expliquer le lieu où se trouvait l'un de ses tatouages. Après quelque instants d'hésitation, le capitaine pris finalement son courage à deux mains en leur révélant que sa petite couronne se trouvait ni plus ni moins qu’au-dessous de son nombril.

- Au-dessous de votre… Nombril ? Lança Anna.
- Mon dieu… Conclu Elsa.
- Je sais ce à quoi pensez et je vous prie de bien vouloir m’en excuser. Répondit Sirius. Mais sachez que cela n'a pas été très facile pour moi aussi... Mettez-vous donc à ma place...
- Nous imaginons parfaitement que cela à dû être une véritable épreuve pour vous. Repris l'aînée après avoir échangée un bref regard avec sa petite sœur. Mais je ne vous cacherais pas que je trouve un tel endroit un peu trop... A vrai dire je ne trouve pas les mots... Mais bon ! Je peux vous assurez que moi et ma sœur allons nous en remettre ne vous en faites pas...
- Tout à fait oui... S'exprima la cadette.
- Ce n'est qu'une question de temps... Repris la blondinette.
- Et comment... Conclu la rouquine.
- Je suis heureux de l'apprendre… Murmura le capitaine. Soulagé d’apprendre ces bonnes nouvelles.
- Et sinon... Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre dernier tatouage ? Demanda alors la jeune sœur. Histoire de mettre fin à ce merveilleux petit chapitre....
Suite à cette demande, l'homme balafré retroussa aussitôt son autre manche en vue de dévoiler son ultime dessin. Et le moins que l'on puisse dire, est que celui-ci était très particulier. En effet, la particularité de cette illustration résidait dans son style en tout point polynésien. Les deux jeunes femmes furent assez alors étonnées de voir que ce dessin ne ressemblait pour ainsi dire à pas grand-chose au final. Le blondinet leur expliqua alors que cet ouvrage faisait plus office de décoration qu’autre chose. Il leur raconta ensuite que cette œuvre recouvrait la totalité de son bras ainsi qu’une partie de son torse droit. Par la suite, il leur révéla que non seulement ce fut son tout premier tatouage mais qu’il se le fit tatouer par une charmante demoiselle dénommé Moana durant son petit séjour dans les îles il y a de cela cinq années.

- La Polynésie ? Où ça se trouve exactement ? Demanda Anna.
- C'est un groupement d'îles situés dans l’est et le sud de l’océan Pacifique. Au peu plus loin que l’Australie si vous préférez.
- Je vois. Et comment sont les gens du coin sinon ? Je veux dire du point de vue de leur apparence ?
- Ils ne sont guère très différent de nous vous savez ? Ils ont deux yeux, deux oreilles…
- Très drôle…
- Je plaisantais… Non que dire si ce n’est qu’ils sont plus petits en taille que nous. Qu’ils ont tous les cheveux de couleurs noirs. Qu’ils ont une couleur de peau plus foncés que nous et qu’ils portent eux aussi ce genre de tatouage qui est très prisé là-bas. Ah et… Leur tenue vestimentaire ne ressemble en rien de ce à quoi nous avons pour habitude d’apercevoir ici.
- C’est-à-dire ? Lança alors Elsa.
- Les hommes sont pour la plupart tous torses nus et...
- Vraiment ?
- En effet majesté. La plupart se contente de porter uniquement une sorte de tutu fait de feuilles de palmier.
- Un tutu fait de feuilles de palmier ?
- C’est à la limite du ridicule, nan ? Intervint aussitôt la cadette.
- Que voulez-vous Anna. Ils font avec ce qu'ils trouvent sur les lieux.
- Si vous le dites… Mais mine de rien ça doit quelque peu leur démanger tout de même, nan ?
- Je n’en sais rien…
- Et les femmes sinon ? Repris l'aînée.
- La majorité des femmes portent elle aussi un genre de tutu identique à celui que portent les hommes. Et le haut est bien sûr recouvert vous pouvez vous en doutez…
- Je m’en doute bien oui… Quoique, on est jamais à l’appris d’une bonne surprise.
- C’est sûr…Conclu la rouquine. Et sinon Sirius, je voudrais savoir comment vous vous êtes débrouillé pour vous faire comprendre une fois sur les lieux. Parlez-vous le Polynésien ?
- Que nenni, non.
- Attendez, que né quoi ?
- Que nenni.
- Hein ?
- Que nenni Anna. Intervint la souveraine.
- Ce qui veut dire ?
- C'est une très vieille expression qui fut utilisé à l'époque médiévale. Elle signifiait en gros "pas du tout"...
- Bien sûr... Dit-elle en croisant les bras. Toi il faut toujours que tu saches tout sur tout...
- Tu n'as qu'à lire un petit peut plus souvent Anna. Tout comme moi.
- La lecture serait donc une de vos passions majesté ? Demanda le capitaine.
- En effet oui. J'aime bien la lecture.
- Voilà donc une autre chose que nous avons en commun. Et avez-vous des préférences en particulier ?
- Eh bien...
- Hé oh ! Je vous signale qu'on s'éloigne du sujet d'origine là ! D'ailleurs personne n'a répondu à ma question !
- Ah oui ! Pardonnez-moi Anna... Mille excuses... Répondit le capitaine. Donc pour répondre, je dirai que c'est assez simple car voyez-vous, notre cher médecin-chirurgien de bord dénommé Stephen Calamy parle beaucoup de langues. Hors il nous a servi d’interprète tout simplement.
- Tout s'explique. Répliqua-t-elle en décroisant ses bras.

Pendant ce temps au sommet du grand mat, l’un des marins qui avait pour tâche de surveiller l’horizon et d’avertir l’équipage si jamais il y avait le moindre danger en vue aperçut une silhouette au loin. Intrigué par cela, le jeune matelot utilisa donc sa longue vue afin de voir cela d’un peu plus près. Il put alors se rendre compte qu’il s’agissait d’un navire arborant le pavillon d’Esenfeld. Esenfeld était royaume du nord, voisin d’Arendelle et d’Ardenfell. Contrairement à ce dernier qui n’était atteignable que par la voie maritime, Esenfeld était également accessible via la voie terrestre. Cet endroit connu tous, était non seulement réputé pour sa puissance militaire mais aussi pour sa gigantesque bibliothèque. La plus grande d'entre toutes. Mais hélas, ce royaume n’était pas en partenariat commercial avec celui de la Reine des Neiges car le dirigeant des lieux ne s’intéressait guère à un royaume aussi petit que ce celui-ci. En revanche, les affaires commerciales allaient de bons trains avec Ardenfell qui était en tout point deux fois plus grand que le royaume d’Elsa. Soulagé de voir qu’il s’agissait au final d’un navire allié, le jeune marin su qu’il n’y avait rien à craindre. Sur l’autre navire pendant ce temps, le capitaine qui regardait lui aussi dans sa longue vue ne put s’empêcher de se montrer quelque peu surpris à la vue du vaisseau de la Marine Royale.

- Tiens, tiens, tiens… Mais si ce n’est pas une bonne surprise que voilà !
- Quoi donc capitaine ? Demanda un matelot qui s'avait vers lui.
- Le navire qui se trouve devant nous mon cher, n’est autre que celui du capitaine Black.
- Vraiment ?
- Oui. D’ailleurs, j’ignore le comment du pourquoi il se trouve dans les environs mais une chose est certaine…

Ce dernier abaissa sa longue vue pour ensuite faire face à son second.

- Il me tarde d’aller lui rendre une petite visite…
- En êtes-vous sûr ?
- Mais évidement que j'en suis sur ! Quelle question !
- Mais… C’est risqué capitaine…
- Risqué ?
- Vous dites qu’il s’agit-là du navire du capitaine Black… Celui-là même qui vous a…
- Je sais très bien ce qu’il m’a fait pauvre imbécile ! Inutile de me le rappeler !
- Je vous en prie ne l’affrontez pas… Ou alors laissez-nous nous en charger…
- Il n’en est absolument pas question !
- Mais pourquoi ?

Le jeune individu se fit alors gifler sans aucune forme de pitié.

- Savez-vous seulement à qui vous avez à faire Bill ? Cet homme est un combattant hors pair ! Même en vous mettant à plusieurs vous n’avez pas la moindre chance face à lui !
- Mais ? Dit-t-il tout en se massant la joue gauche.
- Il n’y a pas de mais qui tienne ! Non seulement je tiens à lui régler son compte personnellement, mais je suis également la seule personne sur ce navire capable de lui tenir tête !
- Mais ne croyez-vous pas que vous exagérez un petit peu tout de même ?

Le second se fit encore une fois gifler, mais sur la l’autre joue cette fois-ci.

- Vous n’êtes qu’un pauvre idiot Boule de Bois Bill Turner ! Avez-vous seulement été témoin de ce dont cet homme est capable ?
- Non capitaine… Dit-il en se massant la joue.
- Précisément ! Cet homme est une véritable machine à tuer sachez-le. Je l’ai vu se défaire de plusieurs hommes et tout cela sans se ramasser la moindre égratignure. Bien sûr, toute ça c'était avant que je lui laisse un joli petit souvenir sur son visage... Un souvenir qu'il a d'ailleurs fini par me rendre également... Dit-elle en posant l'une de ses mains sur sa pense. Mais vous savez mon cher Bill, l'une des pires choses qui fut arrivé ce jour là… C’est que j'ai été témoin de la mort brutale dont à été victime mon ancien second !
- Quelle genre de mort ?
- Je vais vous dire ! Ce sale fils chienne maintenait fermement le corps de ce pauvre Anderson au-dessus de lui avec ses bras. Bien que ce dernier essayait tant bien que mal de se débattre tout en le suppliant de ne point le tuer, mon second ne put échapper aux griffes de cette ordure de capitaine ! Par la suite… Ce monstre vint purement et simplement briser le corps de la pauvre victime sur l’un de ses genoux qui l’avait projeté en avant au dernier moment !
- Mon dieu…
- Anderson est mort sur le coup… Tué sans aucune forme de pitié.
- Pauvre Anderson… Dit-il en détournant le regard de son supérieur.
- Vous comprenez à présent ! Ce misérable est un véritable monstre ! Une ordure que je compte bien éradiquer de la surface de cette terre !
- Je comprends votre désir de vous venger mais je vous en conjure ne fait pas cela. Pensez à votre père…
- Comment ?
- Il déjà faillit vous perdre une fois et…
- Cela suffit ! Ne me parlez en aucun cas de ce cette autre ordure vous entendez ?
- Mais vous rendez-vous compte à qui vous vous adressez ?

Et le pauvre jeune homme se fit une fois de plus gifler. Décidément ce n’était pas son jour.

- Me prenez-vous pour une imbécile ? Ce maudit Barbe Noire a beau être le plus grand pirate de tous les temps, mais il n’en reste pas une misérable petite ordure ! D'ailleurs, j'espère sincèrement que la maladie l'emportera très bientôt car je ne peux plus supporter l'idée de le savoir encore en vie !
- Parler ainsi de son propre père...
- Non Bill. Je ne considère plus cet homme comme un père. En tout cas plus depuis qu’il tué ma pauvre mère… Plus depuis qu’il a osé me souillé...
- Mais ce n’était qu’un accident…
- Un accident ? Mais vous voulez rire !

Et le capitaine attrapa son second par le col.

- Malgré nos avertissements, ce sale fils de chienne continuait encore et toujours à boire ce satané rhum jusqu’à devenir complètement ivre ! Et c’est d’ailleurs dans son ivresse qu’il a tué un jour ma pauvre mère alors qu’elle tentait de me protéger ! C’est dans son ivresse qu’il a osé me violé alors que je n’étais encore qu’une enfant !
- Je vous en prie capitaine… Lâchez-moi…

A la place d'être simplement relâché, le pauvre individu fut violemment projeté en arrière. Dès que celui-ci eut rencontré le sol avec son derrière, son supérieur repris la parole.

- L’homme que j’appelais jadis père n’est qu’un vulgaire salopard ! Un salopard vous entendez ?
- Mais ?
- ASSEZ !!! Si je vous entends parler de cet homme une fois de plus je vous arrache la langue est-ce clair ?
- Oui capitaine…
- Parfait ! A présent allez dire à mes hommes de se préparer ! Et au pas de course !

Le jeune homme ne répondit pas et s’empressa de se remettre au plus vite sur pied afin de s’exécuter à la tâche. Une fois seule, le capitaine se mit à contempler une nouvelle fois le bâtiment adverse au travers de sa longue vue.

- Quant à toi blondinet, j’espère que tu as fait ta prière car l’heure de ta mort à enfin sonné.

A suivre…


Dernière édition par Micky93 le Lun 14 Déc 2015, 18:16, édité 1 fois (Raison : Raison : Voir mon message posté le 26 avril 2015.)
avatar
Micky93

Masculin Messages : 1549
Date d'inscription : 29/01/2015
Age : 24
Localisation : Quelque part en train d'errer comme une âme en peine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Reine des Neiges 2: V comme Vendetta

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum