les recueilles des illusions

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Lun 19 Oct 2015, 13:57

avalanche de glace!!!!!


La colère d’Elsa.

18 aout. Au palais de glace.

Nuit fatigante, journée harassante, j’ai fini par abandonné le projet de me suicider, je n’y parviendrais pas, je reprends petit à petit des forces, je maudissais assez ce que j’avais fait, ma sœur, ma très chère sœur, que j’aimais par dessus tout. Et c’est quand la solution arriva que quelque chose m’interpela, je vis au loin des navires approchent d’Arendelle. Des navires marchands, mais je me fabrique ma longue vue de glace et y aperçois les îles du sud !! que veux ce gredin de Hans, ma sœur risque de faire un carnage, mais un peu d’aide ne lui serait pas de refus. Journal je commence à prendre des cartes je sorts ma plume j’étudies les fjords les plus a même de concrétiser mon projet coincé ce vautour. Je réfléchis et soudain je regarde guimauve tel un gardien qui veille à ce que je ne fasse pas de bêtise.
- Guimauve amène moi là.
Je lui montre un point sur la carte, il semble réfléchir et soudain sans crier gare me prends, me mets sur ses épaules et commença à dévaler la montagne, c’était rapide affolant, la panique l’importait et le froid commençais à se propager sur le royaume. Au moins Hans va avoir de quoi réfléchir.

18 aout
Anna,

Soudain journal quelque chose se produisit, quelque chose que pour une fois tout le monde était d’accord, l’hiver était de notre côté, c’est bien simple je passe d’une robe d’été à une robe, manteau en peau de renne en moins de temps que de dire Elsa. Si c’est elle alors on a de grande chance de sans sortir. Les hommes rentrèrent au château, fini la belle expédition il faut tenir un siège. J’ordonne que tout le monde entre dans le château sans exception, femme, enfants, homme valide et invalide vieux, jeunes, mon peuple se devait d’être en sécurité, j’enjoint Kristoff d’aider Gerda à rassurer les gens, il me regarde « et toi » je le regarde, « je n’ai rien à craindre, Elsa revient et c’est pas pour dire de simple banalité à hanse. »

18 aout
Elsa sur guimauve.

Ça va trop vite trop trop vite mais guimauve chevauche les différents piques à une allure que je ne peu voir le paysage, mais je vois l’effet provoqué par le glace, ça y est je sens que j’ai trouver la maitrise de mes pouvoirs, je peu m’en servir, pour aider mon peuple, ou plutôt celui d’Anna. J’imagine aisément la panique sur les navires, un froid qui s’abat si rapidement faudrait être fou pour ne pas penser une seconde que la reine des neige allait laisser son palais se faire croquer par ce si incompétent prince que lui. L’océan est démonté il fait froid, le bateau tangue, ça y est j’apprends à dirigé ma colère sur l’océan, mais au malheur un boulet de canon et parti et à heurté la muraille de défence, je jure le ciel que si Anna si trouvait et qu’elle est morte je brise la coque de se navire sans discuter. Mais finalement ma peur et grande, au lieux de me laisser submerger je canalise cette haine sur le bateau et d’un seul coup un iceberg tranche littéralement le premier des quatre navires. Je vois des gens mourir sauter crier, je m’en délecte, si le froid est le prix de ma liberté, la haine, sera mon arme la plus redoutable. Mais guimauve continue et m’amène directement sur le navire de hanse je réfléchis vite et ordonne à mon glacier de me déposer là.
- Stop guimauve, pose maman ici.
Il me dépose avec la délicatesse d’un ours, je le regarde, « va chercher ma sœur, et vite » je vois bien qu’il à besoin d’instruction je lui montre le portrait d’Anna. « Elle, il me la faut, maintenant » cette fois guimauve avait compris et il parti droit sur le château. Je me tourne vers Hans.
- Alors quel mauvais vent vous amène.
- Vous êtes donc si monstrueuse que ça.
- A votre guise, je suis méchante envers ceux qui veulent du mal à ceux que j’aime.
- Vous avez brisé un de mes navires !
- Ah je vous ai loupé, pourtant croyez bien que j’aurais préférer vous embrocher de ma glace.
- Alors c’est vrai maintenant vous avez tuez votre sœur.
- Ma sœur, arrive bientôt elle est bien vivante, enfin je l’espère et vous aurez à répondre de sa justice.
J’aperçoit guimauve amenant Anna tel un trophée et il la dépose tel une petite poupée sur le pont du navire.

18 aout
Anna

Mon dieu, le mure d’enceinte est tombé, Kristoff et blessé, je continue malgré la douleur a ordonner, déléguer, ajuster tout ce petit monde, Kay est mort, je crois que si Elsa sait cela malgré les reproches qu’on peu lui faire sa colère sera immense, mais je n’ai pas le temps, guimauve arrive et tel un monstre de glace surgissant balaye les quelque fantassin de Hans sans ménagement. Mais que fait il ? il va droit sur moi, mais, je ne suis pas Hans, mais il est fou. Sans ménagement il me prend et là je ne comprends plus rien il repart vers la mer, bien gelé ou tout du moins bien démonté, j’aperçois, ma sœur jeter de grand morceau de glace et je vois avec horreur un navire se briser par la force de la glace. La puissance de ma sœur est peut-être diabolique, mais là c’est beau et tout à la foi effrayante. Et voilà que je suis posée sans ménagement apparent devant ma sœur. Aussitôt cette dernière me relève.
- Anna pardon, mais on a des priorités, on va infliger une honte à ces raclure.
- Elsa Kay est mort.
Soudain c’est le calme avant la tempête et Hans s’avait qu’il avait deux choix, mourir, ou mourir.
- Bien Hans, je pense qu’on sait tout dit. Clam Elsa, quel est ton dernier mot avant la mort
- Dans le deuxième navire, il y avait le roi et mes frères.
- Alors je résume, que tu sois un sombre crétin, ne me surprends guère, mais que ton roi de père et tes frères vienne périr en mère….. je t’offre le plaisir de les rejoindre. Ou ooh j’ai une autre idée, tu viens de me dire que tes îles du sud sont sans roi, bien qu’on me le garde au chaud, j’ai d’autre dessins il va connaître bientôt son souverain. Maintenant Hans les îles du sud c’est chez moi. Emmenez-moi ce « chose » dans la cale du navire.
Voyant que les soldats ne réagissant pas
- J’ai beaucoup mieux, guimauve amène à Kristoff son premier sujet. Et euh voyons.

Ma sœur sort une feuille et sa plume, se coupant légèrement la main, rempli la plume de son sang, et écrit

« Kristoff voici Hans ex prince des îles du sud, il est désormais ton esclave, ta chose, fait ce que tu en désir mais n’oublie pas qu’il à essayer de corrompre t’on épouse. »

- Donnes lui ça aussi guimauve.
Se tournant vers Hans. « Je peux changer la sentence » Élas, se dernier se donna la mort. Les îles du sud était maintenant une possession d’Arendelle. Les soldats des deux derniers navires prêtèrent allégeance sur le champ. Le calme revint peu à peu, Elsa ordonne à guimauve de retourner au palais de glace. Ce qu’il fit. Se tournant vers moi. « Bon on rentre. »
L’affaire était plié en deux temps trois mouvements. Pas sur que les autres royaumes apprécieront la soudaine puissance d’Arendelle. Mais j’ai l’impression que c’est le cadet de ses soucis. Je décide journal de lui en toucher un mot.
- Euh Elsa, tu sais que tu as tué un monarque quand même ça fait beaucoup. Eh disons que ça ne va pas être super bien perçut.
- J’avais besoins d’une armée, c’est tout trouvé les îles du sud sont parfaite. Ça va calmer, Corona et la clique qui pense que je suis un peu gauche pour gouverner.
- Tu ne va pas provoquer des voisins qui n’ont absolument rien dit, il ne savent même pas ce qui se passe ici, enfin avec le bouquant et le chantier que t’as mis, pas sure que Raiponce vas rester de marbre.
- Bah, nous verrons bien.
- Ouai, super et tu administre comment un royaume à plusieurs milles marins. Hein ? t’y a pensée on aurait pu en faire un pantin magnifique ce Hans. Maintenant j’écoute la majesté.
- Oui bon ok j’ai été un peu précipité.
- Oula j’aurais dit carrément emporté, Elsa mince, même papa n’aurais pas osé.
- Qu’en sais-tu.
- Je le sais, c’est tout.
- Bon j’ai vengé l’affront qu’il t’a fait, je te rappel gentiment petite sœur qu’il était prêt à faire en sorte que tu ne puisses rejoindre personne pour accomplir ton destin. Et nous serions morte toute les deux.
- Pas faux. Mais je continue à trouver tes méthodes disons un peu cavalière.
- Bon si ça te fait plaisir on en reparlera à la maison.
Bref, journal certes, ma sœur est de retour, mais alors, je crains les évènements. Suivants.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Lun 19 Oct 2015, 20:09

le prochain chapitre sera un chapitre sous le signe des révélations.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mar 20 Oct 2015, 01:02

Toi, tu es mon autre. (Elsa à sa sœur)


19 aout
Anna

Se matin, j’était contente, ma sœur était là et Kristoff était là aussi. Bref je pouvait commencer une journée plus agréable. Mais il est temps journal que je te raconte la suite d’hier. Elsa est donc revenue et faut bien le dire Arendelle ne faisait que louer le pouvoir d’Elsa, mais pour une fois j’ai été assez dure avec tout le monde, quand Elsa fait des dégâts, on veut la chassée, quand elle vient pour sauver la ville, oh miracle c’est une merveille. J’ai fait ma chieuse et c’est Elsa qui à mis un termes à mes jérémiade en concluant : « au moins, il m’ont remercié ». Là ou par contre Elsa était moins éloquente, c’était sur les conséquence géopolitique. Enfin on termine la soirée dans la salle à mangé ou finalement on a tenté du mieux qu’on pouvait alléger le travaille de Gerda, elle à tout de même perdu son mari. On a finalement convenu de lui laisser le choix entre continuer à être à la maison ou prendre sa retraite méritée comme remerciement du service rendu. Finalement elle me confit qu’elle pourrait prendre du repos quand Elsa serai remis sur le trône et qu’on arrive à une relative accalmie entre nous. De ce côté là je lui ai gré de ne pas en faire des tonnes non plus. Elsa à surtout besoin qu’on l’écoute (aujourd’hui on dira qu’elle aurait eu besoin d’un psychiatre), a part ça, tout va bien. Ceci dit, Elsa était assez lucide, « tu sais Anna faut être un peu dérangé pour faire tout ce que j’ai fait ». je n’osais lui rétorqué, que justement elle était dérangé. On a fini par Aller dans la fameuse pièce au conflit comme elle dit en souriant. Je crois qu’on y est resté toute la nuit. On a même fini par faire venir Kristoff. Il fait parti de la famille visiblement. Finalement on a aussi parler des modalités d’inhumation de Kay. Ont fini par décider que ce serait Gerda qui déciderais, Kristoff suggère que je lui en parle et que je m’occupe de cet aspect, me rappelant vaguement que j’avais la régence, encore. Je me suis donc rendu se matin à la petite dépendance mis à la disposition de Gerda est kay depuis pratiquement notre naissance, ou plus. Que de souvenir, pas la dépendance, mais parler à cette dame qui à vue tant de chose, comme le dit Kristoff c’était le moment de posé toutes les questions légitime.

J’ai mis la conversation j’espère ne pas trahir quelque secret, quoi que.

- Bonjours Gera.
- Bonjours Anna, permets moi de t’appeler par ton prénom
- Je suis chez vous et puis les titres au bout d’un moment c’est fatiguant.
- Tu dois savoir Anna accepter le rôle qu’on te donne ou pas, vos parents avaient confiance en vous deux. Si la régence à été placé sur toi c’est que ceci est le plus simple, il faut que tu remettes Elsa sur le trône, mais aussi il faut que les gens acceptent cette différence, Kay à essayer de vous protéger et a suivit les instructions du roi Agnarr, votre père, un roi finalement ni bien, ni mauvais, votre mère était plus sage, plus pondéré, mais plus effacé aussi. Avoir deux filles n’était pas le souhait de départ, mais bon on a les enfants qu’on a et le roi n’a rien à redire de sa progéniture. Par contre, une partie de la noblesse environnante on préférer une situation plus simple, un roi, ah oui c’était plus simple, mais Agnarr, à jugé bon de n’écouter personne. La seule chose qui était assez surprenant c’était les pouvoir d’Elsa. Mais il es temps de te révéler ce qui doit être révéler. A vrai dire, je ne sais même pas si j’ai le droit de te le dire, mais je pense que c’est le bon moment. Elle prends une longue insparation. Elsa n’est pas ta sœur. Ou plus exactement, tu n’est pas la sœur d’Elsa. Je ne veux pas que ton jugement soit altéré, vous avez été éduquée comme deux sœurs et il n’est pas nécessaire de le dire à Elsa….
- Je lui dois la vérité, je ne suis pas sure qu’elle l’entende de cette manière, mais c’est ainsi. Alors si je comprends bien je ne suis pas une Arendelle.
- Non tu est trop impulsive pour cela, j’aurais dit une trolls. Il est aisé pour les trolls de créer des êtres de chaire pour leurs dessins, mais satisfaire une reine en mal d’enfant, fut difficile à avaler pour Agnarr, pour ta sœur c’est un événement sans nom, elle t’a protégé, mais quand il y a eu l’accident, on avait peur que la magie trolls fasse qu’en retour tu ne tu la reine future.
- Tué ma sœur ! c’est ridicule.
- Oui, je suis d’accord. Considérez-vous comme des amies de très grande amie. Mais je suppose que tu n’es pas venu me voir pour de tel révélation, voici les dernières volontés de mon mari.
Elle me les remit dans mes mains et me congédia. Je ressorti bouleversé, attristé, j’en pleurait presque. Rentrant au château je vais trouvé Elsa, elle était tranquillement entrain de se brosser les cheveux pour une nouvelle natte.

- Elsa je suis allé voir Gerda.
- Ah
- Voici pour les dernières volontés de Kay.
- On dirait que quelque chose de tracasse Anna.
- Bien, je ne sais pas si je doit te le dire, mais je pense que c’est mieux. Selon Gerda, et les dire de nos parent, enfin de tes parents, (les larmes d’Anna montèrent) je ne suis pas ta sœur.

Elsa ne broncha pas, mais je ne m’attendais pas à sa réaction.
- Je n’aime pas cette vérité, quand bien même elle serait vrais tu est ma sœur Anna et je me fiche du passé, je me fiche de ce qui est dit. Soudains elle se lève me prends dans ses bras. « si tu est ma sœur, alors je suis heureuse, si tu ne l’ais pas je suis heureuse quand même », je comprends pourquoi je ne pouvait venir sur la tombe, il m’ont menti
- Elsa je pense que c’est plus compliqué que ça.
- Oui c’est sur, avoir honte d’un enfant adopté, c’est sure c’est commode, Anna, je veux que les choses soit claire, cette histoire, on l’oubliera, je suis ta sœur.
- Elsa, je….je…..je….. Suis émus de ce que tu dis. Tu veux dire que tu as toujours eu dans ton cœur une sœur.
- Mais Anna, je ne conçois même pas ma vie sans l’existence d’une sœur. Vien la ma grande. Tu as fait beaucoup pour le royaume et je serais ingrate de ne pas te considérer ainsi. J’aurais préférer ne pas avoir fait le choix de te rejeter. Mais on a un travaille, je dois retrouver la confiance envers le peuple d’Arendelle.
Ma sœur me regarde elle est fière de moi, ça se voit, je ressors de sa chambre, sachant que j’était plus que confirmé à tenir la régence, « on n’impose pas une reine, surtout après ce qu’ils savent de moi. » m'avait elle dit. Certes, on impose, mais tout de même. Tard en se 19 aout nous recevions un message de Corona avec la phrase suivante. « que le commerce reprenne » j’en informe Elsa qui m’explique que depuis quelque temps certaine denrée était taxé fortement par les îles du sud prétextant qu’Arendelle pratiquait des prix exorbitant. Notre cousine ou du moins la cousine d’Elsa voudrais que je revois le barème. Je demande timidement à Elsa si on doit la mettre au courant des histoires de famille. C’est on ne peu plus claire, en claquant l’un de ses roman favori… « s’il y a bien une chose que je ne veux pas, c’est bien cela. Anna cette histoire n’existe pas ». Je crois qu’à partir de ce moment là, je compris qu’Elsa ferait n’importe quoi pour fabriquer un mensonge qui nous arrangeait toute les deux. Quitte à congeler l’officier d’état civile. Ce fut dans cette même journée que nous apprenions qu’une assemblée des royaumes avait lieux. Apparemment les îles du sud pose pas mal de problèmes et cherchait souvent à guerroyer. Il fallait une régence et il fallut bien soumettre le problème Arendelle, en effet techniquement Elsa est toujours la reine. Ce qui nous amenai très vite à devoir de grès ou de force les informer de la situation. Mais finalement cela nous a plus rapproché qu’autre choses.


19 Aout
Elsa


Si on m’avait appris cela journal, je ne l’aurais pas cru, on me l’a appris, je ne veux pas le croire. Ma sœur celle pour qui toute mes pensées vont en premier n’est pas ma sœur. Je m'en fiche, c'est ma soeur, mais je suis conscient qu’elle aura surement envie de comprendre, et je ferais tout ce qui est nécessaire pour qu’elle sache qui elle est. Gerda à bien fini par nous en dire plus. Techniquement parlant je suis la fille d’Agnarr et Iduna, elle me confit effectivement qu’il y a des traces de cette information dans les registres royaux, je comprends mieux pourquoi Anna ne peu de toute manière accéder au trône. Tenez père, je viens de vous jouer un mauvais tour. Cependant j’ai deux question et j’ai bien peur que je doive les poser aux trolls, pourquoi quand j’ai accidentellement blesser Anna petite une mèche blanche est apparue. Nous avons renouvelé l’expérience et cela nous a ammener à une autre question. Je t’explique journal, Anna à coupé une de ses mèches et la posé sur ma table de nuit l’a dessus elle me dit de jetter de la glace, aussitôt les cheveux sont devenu des brin de glace. Nous cachions bien nos découvertes, mais on procédait à quelque expérience assez stupéfiante, nous avons bien refait le coup de la statue c’était difficile parce que j’appréhendais, mais Anna était confiante, et on découvrit qu’il y avait de la bonne glace et de la mauvaise glace. Anna est présentement dans mon lit, je veille sur Elle, elle respire bien et je crois bien qu’elle ronfle, ce qui est bon signe. Je passe donc ma nuit à attiser le feux, Kristoff m’a rejoint, ainsi qu’Olaf, tout trois nous veillons à ce que la chaleur ne baisse pas. C’est que dans ma chambre il y a la reine en exercice. Kristoff me regarde.
- Vous avez tout de même de drôle de jeux.
- Nous essayons de comprendre Kristoff
- Peut-être ait il temps de demander aux trolls.
- Je le pense oui, mais pas maintenant.
- Vous avez une théorie.
- Non, je réfléchis et croyez moi Kristoff, je veux savoir, pour Anna. Elle à le droit de savoir ses racines. Cependant, j’ai une idée, mais j’ai peur de faire quelque choses d’irréparable.
- Quel ait elle ?
Je me saisi de ma tiare et y détache une pierre.
- Kristoff si j’ai bien réfléchit si j’approche cette pierre à Anna, attendez vous à voir quelque chose.
- Vous aller la tuer ?
- Vous divaguez Kristoff. Regardez plus tôt.
J’approche la pierre et tout à coup, Anna se met à gigotter comme si quelque chose lui brulait, j’éloigne la pierre.
- Qu’est ce que sa veux dire.
- Bonne question Kristoff, il faut réveiller Anna c’est urgent elle doit savoir ma découverte.

mais pour quelque temps, il fut difficile de la réveillé

Anna.

Elsa et moi nous entreprîmes de découvrir ce que nos parents nous cachaient, on a fait des tas d’expériences, certaines complètement stupide, d’autre d’un intérêt assez renversant. Elsa tenait à savoir ce qui était différent chez moi, elle le fait pour moi. Après avoir renouveler le cœur de glace qui à été assez éprouvant pour moi, car j’ai senti deux chose assez étonnant, en même temps que je me solidifiais j’était dans les yeux d’Elsa. Je voyait ce qu’elle voyait. C’était terrifiant et inquiétant. Mais le plus surprenant c’est quant tout à coup quelque chose m’a brulé je tentais d’échapper au flamme, ça à cessé aussi soudainement que c’est apparu, que sait il passé. Il faut qu’on aille voir les trolls. Il faut que je communique cette information à Elsa.

Septembre Kristoff

Anna c’est enfin réveillé 10 jours, que le royaume était en suspends, entre temps nous avions appris qu’un grand nombre de royaume avait prix acte de la puissance d’Arendelle. De nouveau émissaire demandèrent à voir la reine Anna, Elsa tenant la régence, chose assez aberrante parce que dans les fait Elsa est toujours reine. Nous ne perdions pas de vue le réveille d’Anna, car c’est à elle que revenez les lettre d’allégeances, bref un soir Elsa me confia que les réserves d’or dans le château était plus que suffisent, je rétorquais que les cheveux d’Anna étaient semblables à un bronze or. Elle riait de cette information. Quoi qu’il en soit une tour entière fut affecté au trésor de guerre. Bien sure nous savons que c’était l’œuvre d’Elsa, mais finalement l’argent ne l’intéressait pas tant que ça ce qui l’intéressait c’était la santé de sa sœur. Au environs du 30 aout, Anna se réveilla et Elsa la ménagea, mais fini par lui rappeler son devoir de reine, d’ailleurs il est clairement établi une vérité que peu de gens savent. Si Elsa est reine, dans les fait, c’est Anna qui est tenais pour un temps le rôle titre. Comme dit Elsa « ça évite que les curieux.» c’était une façon grossière de protéger sa sœur. Quand Anna fut réveillé on entreprit de préparer le voyage et de préparer les questions. Se serait le seul jour ou le royaume serait sans gouvernance. Le voyages ne serait pas long, mais les révélations seraient assez importante.

Septembre Kristoff (sa pierre de pensé)

Voilà nous sommes arrivés et Elsa et sa sœur sont un peu anxieuses, grand Pabbie à accepter de répondre à leurs questions.
- Je savais bien qu’il serait temps de dire la vérité
- Pardon s’exclama Elsa, « vous saviez »
- Il y a des chose reine Elsa qui ne nous échappent pas.
- Bon cracher le morceau, qu’on en finisse qui sont nos parents.
- Avant de vous répondre, il serait judicieux de vous raconter une histoire.
- Je crois que de ce côté là on en a un rayon.
- Oui, mais pas celle-là.
- On n’a pas beaucoup le choix.
- Quand le roi Agnarr monte sur le trône il se maria avec la reine Iduna. Celle-ci ne peu enfanté. Mais vous savez que gouverner exige aussi assurer une descendance à son royaume. Le roi savait tout comme moi que si la reine n’enfantait pas le royaume serait vendu au île du sud. Alors paniqué de ne point avoir d’héritier ou héritière, il vint nous consulter, nous étions d’accord à une seule condition, que l’enfant qui naitra sera notre création. Nous avions besoin d’une divinité de la neige, nous créons, Elsa !
- Mais Gerda dit que c’est la fille de Agnarr.
- Tout à fait c’est bien la fille de roi et reine d’Arendelle et à ce titre elle doit être reine, ce que nous n’avions pas prévu c’est ta venu Anna….
- Attendez avant de poursuivre, pourquoi voulez-vous d’une divinité de la neige.
Demanda Elsa.
- Chaque tribut trolls à sa divinité, on a créer la divinité ultime, c’est une compétition pour nous.
- Euh. fut la première parole de Kristoff. « Vous voulez dire que vous avez créer Elsa dans le but de satisfaire une compétition ? »
- Bon bien que je suis passablement fâché, je voudrais savoir, rétorqua Anna.
- J’y viens, eh bien elle ne peu pas être l’enfant d’Agnarr et Iduna…. Ou du moins pas tout à fait.
- Comment pas tout à fait, je ne viens pas de rien.
S’exclamait la pauvre Anna.
- Non, bien sure, mais Anna, n’as-tu pas remarqué l’attachement que tu as envers ta sœur ? n’est tu pas en mesure de prédire ce qu’elle va faire ou ressentir. De voir a travers ses yeux
- Quand elle ma blessée il y a 1 mois j’ai senti sa colère et sa frustration de m’avoir blessé.
- En effet dite moi si vous étiez maman d’une petite fille vous la protégeriez.
- C’est ridicule. S’écria Elsa, je peu pas être enceinte regardé on à trois ans prêt….
- Bien n’avez-vous pas supplier vos parents d’un frère ou d’une sœur ? Enchaina grand Pabbie.
- Surement ! répondit Elsa
- Votre entêtement à avoir un frère ou une sœur vous a conduit à créer la vie dans le ventre de la reine Iduma.
- Bien, comment vérifier vos dire.
- Oh c’est très simple. Je vais vous faire voyager dans le temps et vous aller revivre cette instant.

Citôt dit sitôt fait. Je vis les deux sœurs tombé lourdement au sole.
- Puisque tu nous observe Kristoff, assiste à cette événement.

Il fait froid peu importe le temps je vois Elsa petite qui est derrière sa mère.
- Maman, maman, je voudrais un frère ou une sœur, mais je préfère une fille comme ça on partagerait les mêmes poupées.
- Non Elsa ça suffit, je t’ai dit non.
Soudain Elsa s’assied et entama un chant se champs faisait écho à la terre, à la vie. Chaque soir Elsa chatait cette chanson, et un jour on diagnostiqua un enfant dans le ventre de la reine.

Pendant quelque temps le roi fut assez dans son courroux prétextant ou imaginant que la reine avait un amant. Se fut un sujet de discorde pendant de long moi. Mais quand la fille n’acquis le roi fut envoutée par la beauté de sa fille Anna, ce qu’il ne savait pas c’est que c’était la création de sa sœur, vous êtes donc liée.

Quand elle se réveillèrent, elles réalisèrent que leur parents on joué avec eux d’une certaine manière. Elsa fut la première à parler.
- Anna, peut importe qui tu est, je t’aime, comme une sœur, une amie, ma fille ce que tu voudras, je l'accepte.
- Elsa, peut importe qui tu est, je t’aime, comme une sœur une amie, ma mère ce que tu voudras, je l'accepte.
Me tournant vers grand Pabbie.
- Et le prix de votre arrogance, vous avez enclenché des choses bien plus dangereuse maintenant
- Oui et non.

Sans était trop la famille qui m’avait adopté jouait avec la nature et on créer pas des monstres, bien sure, mais des anges qui s’il n’y prenait pas garde. Pourrait être des démons.
- Question ? Anna de sa petite voie fluette. Pourquoi n’ais-je pas les pouvoir d’Elsa.
- On suppose qu’Elsa savait on fond d’elle que sa te causerait du souci. Mais tu possède un pouvoir de persuasion énorme Anna, tu est joyeuse optimiste et c’est beaucoup pour une fille de la reine des neiges.

Les deux sœurs se regardait, quel place avait-elle dans l’échiquier de la vie.
- Se sera notre secret Anna.
- Je comprends.
- Personne ne doit savoir.
- Je comprends. Mais ça va être dure parfois.
- Non Anna, parce que nous savons. pas eux.

avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mar 20 Oct 2015, 11:47

Une découverte pour les deux sœurs.

Petit explicatif de leur découvertes qui en amènera sans doute d’autres.

On découvre que les trolls ne sont pas forcément ce qu’il sont ils ont un complot qui à effectivement eu de grave conséquence ou pas résumons les en deux lignes

Arendelle à un roi et une reine, cette dernière est en mal d’enfants bref il n’arrive pas à faire le travaille, bon qu’à cela ne tienne les trolls sont nos amies. Ils acceptent d’aider leur souverain a condition que ce soit une de leur création, d’ailleurs aussi énigmatique que soit la choses, dans « frozen » un des trolls fait remarqué qu’Anna serait parfaite pour faire une perles pour leur cristal (1 :05 :15, dans le filme a peu prêt, soyez attentif) bref il crée Elsa, mais dans quel but, ils admettent ou plutôt révèle à Elsa que c’est pour une divinité de la neige, un peu comme leur totem, si tout c’était passé comme prévu à sa majorité on peu supposer qu’il aurait envouté Elsa pour devenir leur reine, mais voilà Elsa à été élevé dans l’amour et ce qui la fait transporté de bonheur c’est de ne pas être seule, sa mère ne pouvant enfanté, Elsa sans se rendre compte ou pas, crée une magie pour faire apparaître une sœur, sa sœur, elles auront il est vrai l’amour, vache, mais c’est sa sœur et de se point de vue là, c’est sacré. Si Anna tien absolument à ramener Elsa au royaume elle découvre que c’est une question pratiquement d’existence, elles ne peuvent vivre l’une sans l’autre, elle définisse mal leur rôle qu’elle découvrirons par la suite, elle se considère pour le moment mère, fille, mais c’est plus tordu que cela, Anna est le prodige d’Elsa, Anna est exactement ce qu’Elsa aurait toujours voulu être, une femme libre, hors du contexte royal. Libérée délivrée, prends tout son sens. Quand elle dit « j’ai laissée, mon enfance en été » elle veut dire je laisse à Anna ce que je ne suis pas,on lui à demandé d'être reine, avant de lui demander si elle voulait être heureuse, quel dure métier, monarque. Anna est pas une chose maléfique, à proprement parler c’est la bonté d’âme profonde d’Elsa. Elsa se doutait bien qu’Anna devait revenir la chercher. Puis quand Elsa prends conscience de l’amour de sa sœur, elle réalise qu’elle peut s’accepter. En somme, de ses 8 à ses 21 ans Elsa ne s’appréciait pas, vous auriez peu lui montrer le beau temps, le printemps, les garçons, les soirées entre copine, Elsa ronchonnerait, parce qu’elle se sent déphasé, hors du contexte. Ajouter Anna dans la viré et elles seraient à deux des filles insupportable, raisonné, mais terriblement diaboliques. Le plus embêtant c’est pour Kristoff, car à choisir entre la vie de Kristoff et Elsa, il n’est pas dit qu’il s’en sorte vivant. Un garçon sa se remplace, une sœur, jamais.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par WarmIce le Mar 20 Oct 2015, 12:23

Très bons chapitres, j'ai l'impression que ton écriture s'améliore^^
Par contre j'ai été choquée en apprenant qu'Anna n'était pas la vraie sœur d'Elsa Shocked J'espère que la suite arrive bientôt Very Happy
avatar
WarmIce

Féminin Messages : 113
Date d'inscription : 23/04/2015
Localisation : Arendelle, en train de manger du chocolat avec Anna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mar 20 Oct 2015, 12:43

il faut aussi reconnaitre qu'Elsa elle-même est un peu surprise et choqué. mais finalement le plus choqué et il n'en laisse rien paraitre, c'est Kristoff. Il à vécu avec les trolls, il les pensait pas si vil ou sournois à se point. il n'est même pas impossible, qu'il se rebelle.


Dernière édition par sapin le Mar 20 Oct 2015, 13:57, édité 1 fois
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par WarmIce le Mar 20 Oct 2015, 13:29

C'est sûr que Kristoff aurait raison de se rebeller après tout les trolls sont sa famille donc il a bien le droit d'avoir son mot à dire.
avatar
WarmIce

Féminin Messages : 113
Date d'inscription : 23/04/2015
Localisation : Arendelle, en train de manger du chocolat avec Anna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mar 20 Oct 2015, 23:00

Elsa septembre

Sur le chemin du retour, nos visages était fermés, ma sœur, rien que d’y pensé j’en ai les larme aux yeux, qu’ais-je fait de juste pour elle, j’en était plus à ça maintenant, j’avais bien compris que quelque soit les événements passés, tous non pas été prévu, mais qu’en était il au juste de ce qui est prévu ou pas. Je regarde ma sœur, elle semble un peu agacée que je l’observe. D’abord elle fuyait mon regard puis tout d’un coup
- Elsa ça en devient gênant, y a quelque chose qui ne va pas à ma tenue
- Pardon Anna.
Je ne pouvais pas lui dire que je cherchais des ressemblances entre moi et elle, dans quel embarras me serais-je mise. Je me concentre à nouveau sur le trajet, nous organiser cette assemblée et justifier des dernières décisions, mais que faillait il dire, qu’Agnarr était impuissant et que je ne suis pas réellement la fille qu’il craigne, pas sure que ça arrange beaucoup de chose. Je mets ces soucis de côté et observe Kristoff, lui par contre semble plus embarrassé que nous. Je décide de m mettre à son niveau et de discuter.
- Kristoff, que se passe t’il
- Je ne sais pas, je ne sais plus, ce qui m’inquiète c’est que j’ai l’impression qu’il nous cachent des choses.
- Les trolls, surement, mais tu n’es pas responsable de leurs actes. Ou alors il vaut mieux que je te tranche sur le champ.
- Non j’ai été adopté, mais dans quel but.
- J’ai ma petite idée sur la question, mais à mon avis ils ont échoué.
- Que pensez-vous donc.
- Je pense que vous étiez de toute manière plus ou moins destiné à envouter l’une de nous deux, l’ennui c’est que cela ne se passe pas du tout comme ils le souhaitent et leur plan commence à prendre une saveur qu’eux même ne connaisse pas. Comme dit Anna, faire mijoter un plat c’est une chose, le reste n’est que conjoncture si on y a ajouté trop de condiment le plat peu prendre des saveurs bien différent de ce qui est prévu. En l’occurrence pour eux il y avait un peu trop d’à peu près. C’est cette à peu près qu’il va falloir exploité. Les trolls nous ont joués un mauvais tour, je compte trouver un moyen de leur jouer un mauvais tour à ma façon.
- Je suis peiné.
- Ne le soyez point Kristoff, ce qui arrive n’est pas de votre faute, vous êtes une victime collatérale. Je vais faire un tour au palais de glace, je vais réfléchir dite à sa majesté que je ne rentre pas avec vous
- Vous partez maintenant.
- C’est plus sage.
- Ramenons au moins Anna au château et repartons, je me dois de veillé sur vous et sur Anna, je ne peu pas faire les deux si vous êtes séparé.
- Faite comme si vous m’aviez égaré.
- Surement et que dira Anna.
- Bon très bien je vais la prévenir.
Kristoff avait raison, Anna lui aurait fait passer un sal car d’heure. Je m’approche d’Anna.
- Sœurette, il faut que je réfléchisse, je te laisse rentré au château.
- Tu vas aux palais de glace.
- C’est préférable, en effet. Mais n’est crainte Anna je reviens vite, je serai là pour l’assemblé qui est si j’ai suivit les bruit de couloir se passera en Arendelle. Fait au mieux, je serais là, je te le promets.
- J’ai peur.
- De quoi, de Kristoff, non, il est l’homme de la situation. Un peu bourru, un peu rustre, mais toujours prévenant. Prenez du bon temps.
- Elsa !
- Tu n’arrêtes pas de le regarder, cesse de le regarder et vas-y a près tout. Tu vas devenir une reine aussi mal fichu que mère.
- Tu ne me suggère quand même pas de coucher avec lui.
- Je ne sais pas, il est bel homme, malgré son odeur.
- Tu ne compte tout de même pas refaire mon éducation.
- Anna ne le prend pas mal, mais, on est des femmes et parfois certaines tache se font mieux avec des partenaires plus avenant.
- Bon finalement, va au palais de glace, s'est préférable, je n’ose imaginer ce que tu dirais au souper. Fait attention a toi.
- Toujours votre majesté. Je serai de retour dans 5 jours.
Je fais un demi tour à mon cheval, hésite puis m’adressant à Kristoff.
- Pourriez vous ramenez mon cheval à l’écurie on sera quoi en faire, je vais faire le chemin a pied.
- Elsa, fait appel à guimauve.
Kristoff à parfois de bonne idée.


Je file au palais, mon chez moi, cette fois il faut que je fasse le point. Ma sœur serait quelque chose que j’ai créé. Mais plus j’y pense plus je me dis que la vérité est ailleurs, non bien sure que je n’ai pas créer ma sœur, je l’ai désiré et c’est tout. Je fini par m’endormir dans mon antre. En souhaitant mentalement à ma sœur une bonne nuit.

Anna.

Je sentais bien que Kristoff était tourmenté, ce qu’il à entendu est loin de lui faire plaisir, sa famille aurait en faite de sombre dessins. Mais lesquels. Il ne me parle plus depuis tout à l’heure et a vrai dire j’ai plus tellement envie de lui parler, ou pas maintenant, en faite c’est plus fort que moi, je veux…. Bref Elsa à raison, je suis amoureuse de lui je peu plus gâcher se temps précieux, je sais que ce n’est pas au dame de faire se genre de demande, mais je suis consciente qu’après les événements il ne veuille pas tellement avancer. De décide donc, de voir comment je pouvais trouver un semblant d’intimité. Le reste du chemin reste silencieux. Arrivé au château je demande si je peux manger quelque chose, j’avais besoin de prendre des forces pour ce que j’allais faire, je sais que ce n’est pas royal, ni convenable, mais j’en ai envi, j’ai envi de lui je veux maintenant être sienne, j’avais besoin de me sentir femme, maintenant. Une fois la nourriture engloutie, je monte me laver, j’avais besoin de me sentir neuve, je reste un long moment dans la bassine, je fini par me lever mis une robe légère, je trouve Kristoff, en train de revenir des écuries, je le regarde et j’ai pris ma décision.
- Kristoff
- Euh oui Anna,
Je me rapproche de lui
- Je sais Kristoff que ce que je vais te dire n’est pas convenable, pour une femme de mon rang, mais, je m’en fiche, je sais que ça va paraître osé, mais ça aussi je m’en fiche, mais voilà Kristoff, je ne te le demanderais pas deux fois et je préfèrerais que tu sois honnête avec moi, je m’offre a toi Kristoff, fait de moi se soir ce que tu veux, se soir je ne suis plus la reine, je suis Anna, je suis la personne, qui à cherché tant de temps à être aimer….
Approchant ma bouche de son oreille, « Kristoff fait moi femme »

Je dois dire qu’il m’a regardé et fut un peu interloqué. Mais se rapprochant de moi et me demande si je suis libre se soir. Je dois dire qu’il est mignon, son aire gêné et un peu attendri, je lui ai répondu que j’était tout à lui dès qu’il le voulais et je lui ai dit d’une toute petite voie, « j’ai mangé »

Journal j’ai passé la nuit la plus folle de ma vie, j’en ai encore des courbatures, tellement c’était épique, j’ai écouté ma sœur et elle avait raison. Ce fut tôt le matin que je repris mes fonctions de reine, n’en laissant rien paraître de mon bonheur d’avoir été aimé, seul Gerda remarqua mon sourire, j’aurais voulu partager mes premières impressions à ma sœur, mais elle n’était pas là. J’avais a régler le problème d’intendance, les chambre, les menue les différent plan de table car il y aurait un monde comme jamais Arendelle n’aurai eu à recevoir. C’est bien simple au bas mot près de 1 000 convives était attendu, je panique un peu et songe à demandé à Elsa de ne pas apparaître, le monde lui fait peur à côté, son couronnement fait figure de fête de village, mais de plus en plus de gens maintenant pense qu’Elsa devrait reprendre sa place, Elsa est la reine légitime, je ne suis que la régente et pour calmé les remarques désobligeantes il faut rétablir ce fait avant l’arrivé des dignitaires, ce qui ne serait tarder. Au mois d’octobre on parlerait des sujets a aborder, novembre se serait le jeux des ambassadeurs pour les détailles techniques, comme certain on peur qu’Elsa s’exprime en hivers on passe le moi de janvier et c’est au moi de février que la grand réunions commencera et devrait durer un mois, un mois pour savoir si qui de Corona, le royaume de blanche, Mérinda, ou Arendelle devait s’en occuper. En faite tout le monde souhaiterais que se soit Arendelle, mais voudrais avoir des garanties sur la souveraineté du royaume. Pour que tout se passe bien et qu’on évite d'alimenter les rumeurs les plus folles, Elsa doit être sur le trône en janvier. Pas gagner. Parce que quand je vais lui dire le monde qu’il va y avoir…..



Elsa

Se fut pour moi le retour à la case départ, je me sentais étrangère et vide. Toute la confiance que j’avais en moi je l’avais perdu ou plutôt le peu de confiance qui me restait est parti. Je me suis rendu compte que j’avais agit par égoïsme, certes j’ai pris des décisions discutables, certes j’avais à ma manière protéger ma sœur, mais je l’ai fait au détriment de ses aspirations personnelles. Je décide donc de mettre de l’ordre dans mes pensées. D’abord comme me conseil souvent Gerda « écoute ton cœur » je réalise que je pouvais sentir quelque chose de palpitant, je ressentais la joie d’Anna, je me laisse transporter dans cette joie, si simple, j’aurais pu prendre ombrage de se bonheur. Mais comme c’était a peu de chose près ce que je lui avais conseillé je ne lui reprochais rien de cet égarement, après tout, la vie d’une princesse, c’était quoi, pas grand chose. Ne vois pas cher journal une offense à la vie de ma sœur, mais je reconnais journal être jalouse de ma sœur, pourtant je dois reconnaître qu’Anna na jamais cherché à se moquer de moi, na jamais chercher à critiqué mes pouvoir, quand je lui est dit la vérité, sur la nature de l’accident, elle avait simplement dit, « je suis vivante et c’est tout ce qui compte », elle avait toujours fait en sorte que je ne sois pas désavoué, je ne peu même pas contesté qu’elle fait tout pour remettre de l’ordre dans le royaume et ni Kay, paix à son âme, ni père, ni mère et encore moins moi ne lui avons appris, mais elle sait écouter elle est électrique, elle est plus que dynamique, certes les études de livre s’était pas son truc, mais bon elle parles bien et maitrise tout de même certaine langue dont un français remarquable (si aujourd’hui Anna était à paris, il aurait été difficile de pensé qu’elle venait de Norvège, peut-être ses nattes), mais la culture d’Anna est empreinte des chose de la vie, elle est observatrice et derrière son parler un peu dure, étendez par un parler assez énergique, elle sait ce faire comprendre. D’ailleurs journal je suis sure qu’elle utilise aisément le français, c’est une langue que peu de domestique parlent ce qui évite les commérage de tout genre, par contre le peux de temps que j’ai passé au château à mon retour, je note un profond respect de la langue de chez nous, Anna le maitrise avec Elégance, avec une parfaite maitrise visiblement de mot moins aristocratique l’argot de chez nous ne nous est pas enseigné dans le palais, jurons et onomatopée quelque peu discourtois son bien connu de notre princesses. Normal quand on traine 3 ans sans discontinuer elle avait accès à la cuisine, au salon au toutes les pièces de la demeure, elle pouvait entendre les domestiques parler et elle avait l’occasion de discuter avec certain. Bon elle à eu aussi quelques ennuies, mais bon dans l’ensemble c’est une bonne princesse. En même temps combien de fois auras tu sur le papier des reproches sur Anna. Bon ok je vais en mettre quelques uns : D’abord Anna à un défaut qui peu lui jouer des tours, quand on regarde son visage, il donne l’impression d’une princesse naïve un peu perdu, il faut aussi qu’elle cesse de toujours gigoter, c’est agaçant à la fin, en plus j’ai horreur quand elle se penche sur mon épaule et lit pardessus. Mais bon une journée sans Anna c’est vite épuisant, tout aussi quand elle est là, mais on si fait assez vite journal.

Il se fait tard, je regarde au loin, Arendelle dort, enfin j’en devine deux qui doivent pas vraiment dormir. Ah la jeunesse.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mer 21 Oct 2015, 10:25

aller, retour d'Elsa, complicité retrouvé et préparation des festivités au couronnement bis, Kristoff joue à la pétanque avec son kit de boule (les trolls vont bien se tenir)

bref retour bientôt.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par WarmIce le Mer 21 Oct 2015, 11:21

Comme d'habitude, hâte de lire la suite^^ J'ai particulièrement aimé la partie où Elsa parle de sa sœur Very Happy
avatar
WarmIce

Féminin Messages : 113
Date d'inscription : 23/04/2015
Localisation : Arendelle, en train de manger du chocolat avec Anna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mer 21 Oct 2015, 19:09

Octobre
Anna

Voilà un bon moi qu’Elsa n’est pas revenu, 5 jours, avait elle dit, ah journal, ma sœur est terrifiante, enfin façon de parler, mais j’ai comme l’impression que ça ne va pas durer, Kristoff qui fait parfois le tour de la forêt me fait savoir qu’il ne serait pas impossible qu’Elsa fasse une descente. Kristoff justement après bien des tergiversations s’est décidé à allez voir ouvertement sa famille pour tirer les choses au claire et obtenir des réponses. On a aussi convenu que notre demande de mariage se ferait avec Elsa, nous n’avons pas renouveler la folle nuit, a vrai dire on en parle pas ou peu, j’en déduit que soit j’ai déçut, soit il n’ose pas en parler. Finalement journal je suis un peu perplexe, j’ai bien tenté quelques approches mais il semble hésitant, pourquoi, je n’ai pas osé lui demandé pourquoi. Enfin déjà il accepte de dormir dans ma chambre et dans le même lit, comme il dit, quand Elsa sera là, ce sera une autre chanson. Autre effort constaté, bien qu’il ne comprenne pas toujours ce qu’il se passe, il est présent l’ors des réunions, il ne dit rien, mais il me rassure. Ce matin, j’ai décidé de remettre la chambre de ma sœur au frai, un peu d’aération ne fait pas de mal, Gerda me rappel qu’il va être temps de soit de prolongé la régence soit qu’Elsa revienne, je lui fait comprendre qu'il faut attendre encore quelque temps, mais déjà tout le monde s’inquiète un peu. Et finalement moi aussi. Et si Elsa décidait finalement de ne jamais revenir. Rien que ça je me mets dans tous mes état. Tout à l’heure un garde ma demandait ce que je fabriquais à attendre comme une idiote devant l’entré du château, je fini par lui dire que je ne savais pas ce que j’attendais, mais j’attendais. Journal je désespère, ma sœur me manque. C’est pire que les 13 ans, là avant je savait qu’elle était là, mais maintenant j’ignore ce qu’elle projette.

A midi je mange avec les ambassadeurs des îles du sud, ils m’ont remis les affaires courantes, Arendelle à un nouveau peuple qui à su avec effroi la mort de leur roi. On les prévient si tard, faudrait pas oublier que sans le peuple on est rien. Je rédige une note qui devra être lu a chaque contré du royaume du sud, informant qu’il était désormais sous la protection de la reine blanche d’Arendelle. Et comme il est d’usage, je pris le sceau de ma sœur pour apposer sa signature et y apposé aussi le mien. Il va falloir que j’explique à Elsa les nombreuses complications que ça apporte. Kristoff me regarde il m’aide dans bien des tâches, on le considère pratiquement comme un noble. Mais je sentais qu’il avait quelque chose qui le dérangeait. Mais il ne m’en parle pas, je pense deviner ce qui le tracasse si Elsa ne revient pas c’est a cause des trolls. Chaque jour qui passait
le rendait plus nerveux. Il fini par me dire qu’il devait partir, pour selon lui débloquer la situation. Je lui propose mon aide, mais il me dit que ma présence ne ferait qu’aggraver les choses. C’est donc avec regret que j’assiste au départ de mon bien aimé. Sa n’arrange pas mon humeur qui est devenu massacrante, en faite j’étais surtout dur avec moi même, j’en avait déduit que s’il était parti c’est que j’étais une mauvaise femme, pas capable de garder son mari, oups on est pas mariés, mais c’est tout comme. Bref. Vite le retour d’Elsa. Au faite, je ne t’ai jamais parler de ma sœur. Bon on l’a connais, c’est une personne grande blonde, sublime, c’est ma sœur quoi, mais moi qui l’a connais, je peu dire que c’est une personne qui est sans cesse en questionnement, elle semble souvent réfléchir a ce qu’elle fait, bon objectivement quand il s’agit de moi c’est son cœur qui parle et bien souvent, c’est son plus gros handicape, je crois que je vais adopter une nouvelle posture, je ne vais pas réagir au quart de tour à ce qu’elle me dit, pas pour l’agacer, mais pour prendre conscience de ce qu’elle peu me dire, je crois que dès qu’il s’agit de l’une ou de l’autre, on est un peu électrique sur le sujet. Je vais donc passer, mes prochaines nuits seul dans ma chambre. Mon dieu, le lit va êtres froid.

Kristoff,

Il est temps que j’ai une discutions ferme avec grand Paddie. Je m’enfonce dans la forêt je laisse swen manger un peu d’herbe fraîche je fini par tombe nez à nez avec Bulma,
- Kristoff, te voilà bien en bataille.
- Je le suis en effet.
- Racontes,
- Je pense que tu sais de quoi il s’agit.
- Oui, en effet, nous avons fait du tort à ta chère et tendre.
- Pas qu’à elle, à sa sœur aussi. Je veux savoir pourquoi on est amener à jouer avec les sentiments des autres
- Sache mon enfant que nous sommes les gardiens de la nature et que notre souci et de veiller à l’équilibre entre homme et nature, nous terrorisons toute personne qui voudrait faire basculer cette nature à un autre objectif. Elsa était un contre poids contre un réchauffement climatique qui nous tuera tous.
- Vaincre le mal, par le mal.
- En effet, mais le roi ne nous à pas écouté et à prodigué ce que nous trolls nous appelons, charmes, l’amour, à cet enfant qui nous appartient.
- Elsa ou Anna n’appartiennent à personne, si ce n’est à elle même. Elles sont libres.
- Bien je pense que te convaincre de quitter ta princesse se soldera par un échec, au nom de tous les trolls je te demandes de choisir, nous, ou Arendelle. Nous tu sera le roi d’Arendelle, nous chasserons ses pouilleuses, mais si c'est Arendelle tu ne seras rien. Cette endroit te sera interdit, tu ne seras plus en sécurité, ni elles d’ailleurs, fait ton choix mais fait le bien. Car ta réponse définira la manière ou tu sortira de la forêt, Soit en mauvaise état, soit en roi future.
- J’ai choisi
- Ah fort bien.
- Je choisi Arendelle.
- En ce cas, je ne te garanti pas que tu puisses sortir vivant de cette forêt.
- Je part.
- Fait vite.
Soudain la forêt est moins sécurisante swen est inquiet, je le comprend je commence à faire demi tour mais déjà des monticules de pierre me barrent le passage, je suis systématiquement orienté vers les loups. j'était perdu c’était sans doute le mauvais choix, mais je préférais cela à trahir celle que j'aimais. Les trolls devenaient de plus en plus entreprenant pour essayer m’achever tout était bon. La cause était donc perdue ou presque. Quand tout à coup, il arriva ce que personne n'avait. Une lumière blanche suivit d’un froid à vous couper les os apparut et s’arrêta au beau milieux du capharnaüm
- Eh bien que ce passe t’il ?
Grand Pabbie bien ennuyé de la situation s’avançât.
- Nous réglons une histoire de famille.
- Ah fort bien. Voyant Kristoff : « eh puis-je savoir ce qui vous amène à faire tout ce raffut.
- Nous tentions de faire comprendre à ce jeune homme qu'il est imprudent d’affronter la reine.
- En le blessant, merveilleux ! vous ne faite que facilité la tache
- A votre plaisir votre majesté.
Elsa se penche vers moi. M’observe et remarque que je tenais la pierre de pensée. J’implore Elsa de prendre la pierre et de lire mes pensées, peu importe si elle voit ma nuit avec sa sœur. Elle s’en empare regarde l’objet.

Elsa

Il est temps que je descende, je me suis absenté trop de temps, Anna doit se demander ce que je fais. Je me confectionne un cheval de glace, une fois fait, mon journal en bandoulière j’informe mon chère guimauve que je descends pour un temps non défini. Mais que je ne l’oubliais pas.

Je commence ma descente mais je me rends compte que la forêt est dans une agitation peu commune, je décide de me rendre sur les lieux et que vois-je des trolls qui en avait contre Kristoff. Que me raconte t’il, il voulait m’affronter, mais il est fou. Je peu le congeler en un rien de temps et il le sait très bien. Je me penche vers lui, il me tend une pierre, tout d’un coup je vois des images, de ma sœur, de lui, NON ils ne l’ont quand même pas fait, apparemment il à apprécier et elle aussi. J’arrive au point de la réunion, je vois bien le marché qu’on lui tendait. Je lui rends sa pierre et me tourne vers grand Pabbie.
- C’est un traitre que je veux bien prendre son mon aile. Mais comme j’ai aussi quelque griefs à votre endroit, je vais sécuriser l’endroit de belle manière, je vous propose deux choses, soit je vous glace à jamais, soit vous partez.
- Tu n’oserais pas envers tes parents.
- Des parents qui projettent de destituer leur fille
- Vous n’oseriez pas.
- Je vais me gêner, par qui je commence.
- Si vous faite cela vous mourez Elsa.
- Ma sœur a fait un sacrifice pour me sauver, si vous tuer, garanti que Kristoff et Anna soit heureux, alors le prix n’est guère dispendieux
- Ne faite pas ça.
- Alors partez, sinon je n’aurais même pas d’amour ou de compassion pour les petits trolls.
Quelque malheureux tente une attaque désespérer, ils furent congelés sur le champ. D’autres essayaient de les délivrer sans succès, la magie trolls, contre la magie trolls, ça ne faisait pas bon ménage. Pabbie se rendait bien compte qu’il avait joué un jeu trop compliqué pour lui. Il décida de rassembler tout le village et déclara : « Elsa nous nous inclinons fasse à ta puissance, nous nous retirons des forêt d’Arendelle. » je me penche sur Kristoff, « monter sur le cheval je vous ramène » mais voyant les difficultés de Kristoff je remarque qu’il perdait beaucoup du sang. Je me hâte de créer un lit de glace pour qu’il se repose le temps du trajet. Arrivé au château je demande à deux gardes de m’amener vers la chambre de ma sœur afin d’y déposer son cher et tendre, par la même occasion je demande un médecin de tout urgence, c’est donc sans cérémonie que je rentre dans la chambre de cette dernière, il était urgent que ma sœur soit présente pour aider aventuellement, je me dirige vers son lit et emploi la manière forte sauf que…… juste ciel, ma sœur dort nue. Je repose les drap, rejette un coup d’œil, quelle belle femme, ma sœur est très belle, mais l’urgence est ailleurs, il faut que je l’a réveille.
- Anna, réveille toi, on a une urgence.
Ma sœur émerge difficilement et je crois que j’était un doux rêve, parce qu’elle me regarde et se jette dans mes bras.
- Elsa, comme je suis contente que tu sois revenu !!!!
- Anna par pitié, ta tenu tu ne peu pas me mettre dans une gène pareil.
- Ah euh pardon, passe moi ma….. Kristoff, que lui est il arrivé.
- C’est ça notre problème.
- Passe moi ma nuisette Elsa !
- Tien,
- Merci, Oh non que c’est il passé.
- Des trolls on tenté de mettre fin à la vie de se brave Kristoff.
Ma sœur est apparemment horrifier.
- Mais pourquoi ?
- C’est une question que je préfère ne pas de divulgé maintenant.
- Ok je…..
- Madame, Monsieur Justin, médecin de la cours.
- Faite votre science, mais voyez ce qu’on peu y faire.
Il regarde Kristoff, me regarde, regarde la reine en service
- Il à perdu beaucoup de sang il faut que vous puissiez trouver quelqu’un qui puisse donner un peu de son sang. l’opération n’est pas garantie, mais ne pas agire n’arrangera rien.
Ma sœur se lève blème,
- Je veux bien donner mon sang, faite ce qui est….
- Anna que ce passe t’il si tu n’est plus, je te rappel que…..
- Elsa s’il te plait, tu es la reine en principe, j’ai fait mon choix….
- Je ne te contredirais pas sur ce fait, mais….
- Très bien allons-y.
- Bon je n’ai pas le choix. Anna s’il te plait, je fait quoi moi toute seule, on ne parle pas de 13 Années, mais de tous le restant de mes jours.
- Je, je, je ne sais pas… d’ac d’accord, je le laisse mourir
Bon là j’ai compris je m’approche d’Anna,
- Non sauve le je préfère que tu fasses tes choix que les miens, je te promets que si vous mourrez tous les deux je vous ferais un petit coin de glace.
J’empêches ma sœur de pleurer, c’était déjà assez difficile. On procéda a la transfusion, je préférait ne pas y assister, le sang, c'était quelque chose que je ne pouvait tolérer à voir.

Je pris le chemin de mes quartiers avec un visage rougi par les larmes et soudain un excès de colère, m’envahi, je descends prends mon cheval, « je vais achever la besogne que j’aurais du commencer, je vais hacher menu, trolls par trolls ce qu’ils ont fait. » je me saisi au passage d’une hache. J’était leur création, donc je sentait le trolls c’était facile de trouver ces misérables cailloux je chevauche une parti de la nuit, arrivé dans la clairière au trolls je vis Pabbie rassembler le petit village je le laisse dégusté ses derniers instant de vie puis les voyant rassemblé, je m'annonce.
- Elsa, nous ne somme plus tout a fait sur vos terres.
- Je m’en moque de toute manière je vais vous effacer comme vous avez pratiquement effacé Kristoff. Je vous suggère de faire une messe des mort pour vous.
- Elsa, attends, il y a moyen de sauver Kristoff, mais en échange nous voulons être libre quitter ces terres définitivement et être hors de vos querelle d’homme.
- Je vous écoute, vous avez deux mort sur la conscience.
- Oui oui nous nous doutions bien que votre sœur se sacrifierait et elle va mourir.
Ma hache ne fit qu’un saut, bulma fut brisée.
- Ça c’est pour Anna.
- Tenez, Elsa, vous êtes aussi cruel que certain clan, Kristoff devra avaler ceci et il sera sauver ainsi que votre sœur,
- Si c’est une ruse vous êtes le prochain
- Je n’abuserais pas de la patience de sa majesté, nous avons notre fardeau vous avez le votre à partir de maintenant les trolls ne se mêlerons plus des affaires des hommes, ils nous oublieront, nous les oublierons. Nou seront des mythes et c’est aussi bien ainsi.
Grand Pabbie ramassa ce qu’il resta de bulma.
- Vous avez votre liberté Elsa, vous êtes la reines des neige, je ne peux vous enlever vos pouvoirs, votre sœur est bien votre sœur, la seul erreur que nous avons faite et d’avoir aidé votre père. Malheur a nous. Nous nous retirons.


Ce fut la fin de la coexistence des hommes et des trolls. Elsa par son crime avait libéré les hommes de leur croyances. les trolls mirent un point d’honneur à n’apparaitre que très rarement ou jamais. La Norvège avait accouché d'un mythe.

N.B: le texte est corrigé HONTE À MOI;


Dernière édition par sapin le Mer 21 Oct 2015, 21:39, édité 3 fois
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par WarmIce le Mer 21 Oct 2015, 20:03

Je crois bien que ce chapitre est mon préféré pour l'instant study
Wow par contre dans le passage avec la hache Elsa est bien déchainée!! En tout cas sa fureur est bien retranscrite ^^
avatar
WarmIce

Féminin Messages : 113
Date d'inscription : 23/04/2015
Localisation : Arendelle, en train de manger du chocolat avec Anna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Jeu 22 Oct 2015, 00:47

après cette partie nous arriverons vers les deux dernier cahiers d'illusion

c'est la fin des révélations. C'est Idun qui confit le lourd secret de la famille.

maman.

Elsa

À mon retour je fut libérée d’un poids un lourd poid. Mais j’en avait pas fini, il me fallait maintenant avoir des nouvelles rassurantes, essayer de faire ingurgité une pierre aussi grosse que mon pouce à Kristoff.

je rentre au château comme une furie dans la cuisine je fini par mettre en morceau la pierre, afin que ce soit plus facile, une foie mon travaille effectué, j’en avait pas fini je monte dans la chambre de ma sœur, je vois Kristof pal, je luis fait avaler ma mixture, j’observe quelque tant Anna, un léger mieux, mais franchement pas très rassurant tout de même. Elsa tu en est à combien de tentative de « meurtre de ta sœur » on tu compte plus maintenant. Je panique, j’ai tué ma sœur, je verse une larme, une seconde, je me met littéralement à chialer comme une abruti, je sert ma sœur sans doute pour la dernière fois, j’ai mal, très mal, cette fois j’ai éliminé ce qui pouvait nous sauver, les trolls, et ils se sont venger de moi, je criait et pestait tellement que j’entendis pas Anna me dire
- Elsa, je vais bien,
Quand je réalise que sa voix est parvenu à mes oreilles
- NE ME REFAIS PLUS JAMAIS ÇA !
- Pardon, mais…. Tu m’étouffais.
- Oh pardon ma p’tite seour.
- Comment se porte Kristoff.
- Ah lui, c’est une autre histoire.
Mais a peine avais-je dit ces paroles que se dernier me regarde.
- Elsa, merci.
- Kristoff, je ne suis pas sûre de pouvoir accepter les remerciements.
- Pourquoi,
- Les trolls ne sont plus.
- Vous les avez…….. massacré.
- Non juste bulma.
- Vous lui avez rendu la monnaie de sa pièce à paddie.
- Je ne suis pas sure d’en être aussi fière que le meurtre de Hans.
- Ils avaient de toute façon le projet de vous tuer toutes les deux.
- Tien donc, cela aurait été amusant. Bon si vous le permettez, je vais vous laisser vous reposer. Anna demain peux-tu venir dans ma chambre, j’aurais un certain nombre de chose a régler avec toi.
- Euh bien Elsa.
- Ne crains rien. Je ne me fâcherais pas.

Je sors de la chambre de ma sœur, je me suis dit que je devais aller dans la chambre de nos parent, une nouvelle fois. Seule. Tout y est resté. Le parfum de ma mère, du moins celle que je considérais comme ma mère.  Mère adoptive ou pas j’avais fait mon choix, comme un enfant adopté, j’ai choisi ma famille, mais j’avais se choix, quoi qu’ils aient fait, ils nous avaient aimé choyé, nourrit, logé, habillé, consolé, c’était nos parents et je plaignait sincèrement Kristoff de ne pas ou plus avoir de racine, je promis d’être une belle-sœur pas trop insupportable. je parcours la pièce, le placard, des vêtements de père, ainsi que les robes de mère, j’essayais de trouver des sensations perdu, la chaleur humaine, que j’avais si injustement refusé à une époque, je me rends compte que j’avais tord, mais finalement c’était les trolls qui avait fait tout cela. Je me laisse choir sur une chaise et je me remis à pleurer, mais cette fois je dis un mots que je ne pensais pas prononcé depuis si longtemps

- Maman, je t’en pris aide moi.
- Elsa, ma fille que t’arrive t’il ?
J’avais la sensation que ma mère était là devant moi, je préfère garder cette sensation et me confia à cette ombre qu’était ma mère.
- Qui suis-je
- Tu es Elsa fille d’Agnarr et d’idum, moi.
- Qui est ma sœur.
- Elsa ta sœur est Anna.
- On m’avait dit que tu ne pouvais pas avoir d’enfant.
- C’est en parti vrai.
- Raconte, je veux savoir.
- Bien sure c’est normal de savoir. Voilà ton père et moi voulions un enfant et peut importe le sexe, ce serait l’enfant de l’amour, nous avions donc l’idée de demander au trolls de nous aider dans cette tache. Ils acceptèrent, malgré des réticences, mais ils nous avaient prévenu que ce serait un enfant différent.
- On t’il parler de pouvoir spéciaux.
- A vrai dire non. Mais même quand on a vu tes pouvoirs Elsa, nous n’avons jamais songé à te différencier des autres, par contre toi tu avait peur, je pris le courage de retenter d’avoir un enfant et Anna est venue, c’était un miracle penses-tu, cela à calmé tes angoisses de petite fille tu t’occupais de ta sœur et nul autre n’avait d’importance à tes yeux. C’était ton amie, ta sœur ta mascotte, je me rappel que tu lui faisais gouter tout ce que tu mangeais. Anna à sa manière veillait sur toi, elle a vite compris que ton tracas c’était tes pouvoir, alors elle en a fait un jeu, cela t’as beaucoup aidé, tu maitrisais ce pouvoir pour le plaisir de…. Ta sœur. Mais il y a eu ce terrible accident, ce jour là les trolls voyant que nous n’avions pas respecté une clause qui n’a pas été énoncée, il s’agissait de te rendre aux trolls le jour de ton 3me anniversaire, je t’assure, nous ne l’aurions pas fait.
- Je suis heureuse que vous ayez cette brillante décision.
- Visiblement pour ce venger ils ont compris qu’ils ne pourraient pas te demander de partir alors il ton fait peur, quand tu a vue que tu avait tuer ta sœur, ils t’on dit que tu devait être prudente, que ton pouvoir était un phénomène de joie et mais aussi dangereux. Ils nous avaien insufllé de vous séparer.
- J’avais tué ma sœur.
- Non Elsa elle s’était évanoui tu n’as pas tué t’as sœur. Mais c’était suffisent pour te le faire croire et ainsi te faire peur.
- Donc j’ai grandi dans l’idée que j’avais tué ma sœur et que les trolls l’avait sauvé.
- En effet.
- Quand j’ai gelé ma sœur, son cœur de glace.
- Nous n’avons pas d’explication précise ton père et moi mais il apparaît possible que tu lui est jetée toute ta crainte de la perdre sur elle, un peu comme « si j’ai peur c’est de ta faute ».
- Je vois « seul un geste d’amour peu briser un cœur de glace » en d’autre terme si je reconnaissais qu’Anna n’y était pour rien je la sauvais.
- Cela me parais une explication assez logique. As-tu d’autre question ?
- Oui ! Anna as-t ‘elle un pouvoir ?
- Nous croyons que tu l’avais découvert.
- Apparemment non.
- L’optimisme est certainement le plus beau de tous les pouvoir possible, bien que les tiens soit d’une beauté sans pareille.
- Son amour pour les autres
- En effet. Ta sœur à choisi d’aimer les autres avant elle. Aide là à se réaliser.
- Je ferais mon possible mère. Anna à eu la régence trop longtemps, je pense que j’ai deux opportunité, soit je lui remets le titre de princesse ou elle est une seconde reine.
- Je pense que princesse est un bon début. Ta sœur a eu l’expérience, nécessaire pour mieux te comprendre et t’aider. Mais elle va devenir mère et la fonction est difficile dans ces conditions.
- Merci mère. Je l’aiderais. Du mieux que je peux.
- Je pense qu’on peu te faire confiance. Elsa, nous ne pourrons plus nous parler. Nous avons un long chemin à faire. Mais veillé l’une sur l’autre, cela vous apportera réconfort et vous aidera à avancer ensemble.
Ma mère disparut, je me retrouve en train de pleurer, c’est Gerda qui me relève le menton.
- Elsa, permettez que je vous appel ainsi.
- Gerda, vous nous avez gardé après la mort de nos parents, je ne peu vous reprocher de m’appeler ainsi.
- Bien merci, ne restez pas ici, à vous faire du mal.
- Je vous l’accorde, je vais me retirer. Je prendrais demain quelque robe qu’Anna essayera. Demain pour la forme, nous préparerons un nouveau couronnement et tout se passera bien. J’ai cru comprendre que vous souhaitiez prendre votre retraite, je vous l’accorde, on ne vous a pas assez remercié de tout ce que vous avez fait à la maison. Je tacherais de trouver quelque chose qui sied à vos états de service.
- Merci Madame.
Je sors de la chambre, c’est drôle j’avais accompli une partie de ma vie en si peu de temps, je venais de fermer des plais. En descendant j’appris que Kristoff allait mieux.  Je pris congé de ma journée en allant directement me coucher, même mangé était une épreuve difficile.  Je vis Olaf au loin, je me dis que je pouvais faire une bonne action, je me dirige vers lui.
- Olaf, ça te dirais une petit Olafette.
- Vous feriez sa pour moi, reine Elsa.
- Je pense que je t’ai laissé un peu trop souvent seule pour ne pas oublier pourquoi je t’ai fait.
Je confectionne des boules de neige, pourvu que je puisse encore le faire, c’est donc avec patience et minutie je m’applique à trouver quelque chose de moins niais, petit a petit les choses prenais forme et Olaf était émerveillé, ça peu ce comprendre, à vrai dire, je serais à sa place j’en perdrais pas un flocon. Si Olaf était Anna, alors je fis Olafette une sorte d’Elsa, mais en plus rigolote. Petit à petit mon projet pris forme et c’est tout d’un coup que j’entends la phrase magique « je me nome Olafette et je suis la reine des bonhommes de neige » Croyez-le si vous voulez mais là j’ai pleuré de joie. Pour parachever mon œuvre je lui fabrique un petit nuage de neige.
- Eh voilà.
- Vous êtes une magicienne, reine Elsa. S’exclama Olaf.
- Sans doute, aller joués, je te souhaites la bienvenue Olafette.
- Votre majesté est trop bonne.
Bien cette foie je vais me coucher. 14 h, oui bon je vais aller voir ma sœur et après on verra.

Je remonte et je vois ma sœur seule dans son lit.
- Il est parti.
- Oui, mais dans une autre chambre, je crois qu’il va bien mais il à préférer dormir sans être dérangé.
- Très bien penses tu qu’il y a assez de place pour une deuxième reine ?
- Je crois oui.
- Bon, si tu me permets.
Et je me mets dans son lit. Nous sommes nu, mais on ne fait rien de mal, on c’est endormis avec un sourire jusqu’au oreilles.


Dernière édition par sapin le Jeu 22 Oct 2015, 22:35, édité 1 fois
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par WarmIce le Jeu 22 Oct 2015, 21:27

J'ai bien aimé le passage avec Idun Smile
Sinon vivement le prochain chapitre (est-ce qu'on verra le nouveau couronnement?)
avatar
WarmIce

Féminin Messages : 113
Date d'inscription : 23/04/2015
Localisation : Arendelle, en train de manger du chocolat avec Anna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Jeu 22 Oct 2015, 22:34

on le verra.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Sam 24 Oct 2015, 13:55

Anna

Je rêve ou ma sœur est dans mon lit, je regarde et y va falloir que je m’y fasse, mais les mèches blondes c’est pas mes cheveux. Je regarde ma sœur dormir, on a vraiment l’impression qu’elle n’a pas dormie depuis plusieurs jours. Ce n’est que vers 20 h que je réalise que j’ai faim. Je sors du lit, évitant de déranger ma sœur, et fil aux cuisines, je demande s’il ne reste pas quelque chose, on m’informe évidemment que oui, il y a tout ce qu’il faut. Je prends deux, trois petit encas, pour moi et ma sœur, mais avant je passe vers la chambre de Kristoff. Je rentre doucement et je vois bien qu’il est triste.
- Que ce passe t’il ?
- Rien Anna, je suis vraiment déçu de la famille que j’ai eu.
- Je crois Kristoff que tout le monde ne s’en serait jamais remis indemne. Tout sais ma sœur….
- Anna ta sœur à peut-être causée du mal, mais ce qu’ils ont fait et peut-être pire, ils vous ont menti.
- Dison qu’ils ont menti d’abord à nos parents, ne t’en fais pas. Tien je t’ai apporté quelque chose à manger.
- C’est gentil, vous fabriquiez quoi toute les deux.
- On a dormi, on a rien fait de mal.
- Tu sais je ne t’aurais pas jugé si tu ne voulais pas me sauver.
- Kristoff, je préfèrerais qu’on en parle plus.
- Merci. Tu pense qu’elle va reprendre le trône.
- Je le pense Kristoff. Elle a semble-t-il fait la paix avec elle même. Je crois qu’Elsa vient de vivre une seconde naissance.
- Je suis content pour vous deux.
- J’en prends note. Tu veux que je chasse ma sœur.
- Non, laisse là, je vais voire Swen et Olaf, ça va ma changer. Profitez en pour vous retrouver.
- Kristoff, je te remercie de nous comprendre. Bon je te laisse mon Kristoff

Je sors de la chambre de Kristoff, retourne dans ma chambre avec les victuailles, en entrant je vois ma sœur toujours sur mon lit, apparemment elle semblait réfléchir.
- Elsa, tu es réveillé.
- Plus ou moins. Tu as amené quelque chose à manger, j’ai une faim royale.
- Très drôle.
Je m’assis à côté de ma sœur, elle semble vouloir me dire quelque chose.
- Anna j’ai des informations à te donner. Elles sont importantes pour que tu puisses comprendre ce qui sait passé. M’informa t’elle
- Je serais ravie de l’entendre, mais j’ai faim et sincèrement je préfère manger. Pour le moment
- Rassures toi, ce n’est pas urgent.
On se regarde et comme deux idiotes on a une crise de fou rire, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas rit comme ça.
- Anna, on a perdu toutes ses années, alors qu’il y avait temps à partager.
- Bah dis toi qu’il y en a plus à partager maintenant. Comme la dit très justement une très grande reine, « le passé, c’est le passé »
- Moques toi donc.
- Non, je pense sincèrement que c’est une des paroles les plus sensé.
Nous mangions l’une à côté de l’autres sur le rebord du lit, dans un silence religieux quand soudain :
- Anna tu veux rester reine ou tu veux reprendre ta place.
- Je ne sais pas, je commençais à me plaire dans ce rôle. Mais je pense pour être honnête que non, j’ai toujours souhaité te rendre ce qui t’appartenais, ou du moins remettre les volontés de père dans le droit chemin.
- Je vais être honnête, moi non plus mais comme tu l’as si bien dit ce sont les volontés de père et puis je pense que si tu devenais mère, ce serait difficile.
- Si je devenais mère effectivement je ne sais pas trop comment je ferais.
- Je t’envie Anna.
- Pourquoi ?
- D’avoir une sœur aussi géniale que moi.
- J’ai la chance d’avoir une sœur qui fait de la neige, en effet.
- Plus sérieusement, je t’envie d’aimer et d’être aimer en retour.
- Je suis désolé Elsa
- D’être heureuse ? ne le sois pas. Après tout je n’ai peut-être pas besoin d’homme, mais juste de ta présence.
- Merci. Donc si je comprends bien la régence se termine.
- Non, il faut un nouveau couronnement, un couronnement ou on associera le peuple, tous les peuples. Combien de personne son convié à se grand rassemblement.
- A peu près 500 et 1000 convive.
- Anna c’est une énorme responsabilité de sécurité que nous avons là.
- Je sais, mais nous avons les soldats des îles du sud !
- Bon voilà ce que je propose, quand tu seras en meilleur forme, nous irons prononcer mon désir de reprendre la couronne, ça mettra fin à 4 mois de régence. Mais comme tu as tenu le royaume, je me dois de t’associer à ce renouveau, on préparera cette réunion, pour l’ouverture, nous ferons un couronnement grandiose, une fois ce couronnement fait, les pourparlers des contrats de commerce commencerons nous terminerons le tout début juin. Après, on verra.
- D’accord.

Les jours passent et de plus en plus Elsa se remets au travaille, une cérémonie aura lieux pour lever la régence. Elle ne sera qu’en présence du personnel, ainsi que du clergé. Bref c’est une affaire expédier. Mais alors me direz-vous, pourquoi refaire un couronnement, il y a deux raisons. La première assez évidente et pour Elsa, nettoyer les erreurs du passé. Mais la seconde est surtout un message envoyer aux autres royaumes « rassurez-vous, tout est sous contrôle » administrer un deuxième royaume qui auparavant posait des problèmes commerciaux. C’était un sacré morceau. Elsa faisait le tour des ambassadeurs, mais aussi reprenait contacte avec son peuple, elle mit un point d’honneur à passé une matinée par semaine dans le marché d’Arendelle, le plus souvent incognito, il était difficile de la reconnaître, bref l’astuce à été de cacher ses cheveux. Le défit disait elle éviter de projeter de la glace sur quiconque. A ce petit jeu là, elle excellait finalement. La vie, reprenait donc son cours.

Elsa

C’est honnêtement la première fois que je me sens aussi bien. Était-ce parce que je suis dans la chambre de ma petite sœur ou bien parce que j’ai trouvé une paix intérieure ? je pense que c’est les deux. La première chose qui me surprends bien qu’étant consciente de l’acte de m’être dévêtu, je constate que je n’avais aucune gène de dormir nue avec ma sœur, c’est donc sans aucune gène que je récupère une des nuisette de cette dernière et l’enfile nonchalamment, quoiqu’un peu courte, mais j’estimais que ça fera l’affaire. Je découvris d’autre facette de ma sœur, elle aimait dessiner, il y avait pêle-mêle, quelques croquis de fleur, d’animaux un portrait de moi, tien, je remarque qu’elle a une mémoire des formes et des traits. Je referme le petit livret et m’Installe sur son lit. A peine avais-je commencé à faire l’inventaire de cette chambre que ma sœur entre en trombe chargé de victuailles.

J’essaye de lui donner les dernier élément de ma réflexion sur les événements récent, mais cette dernière est un estomac sur patte, mais vue ce que je voyais d’elle et ses petite manie je peux dire qu’elle à un grain et qu’il n’est pas prêt d’arrêter de grossir ce grain. Il était définitivement clair que m’a sœur allait passer les 12 prochaine année à éduquer un jeune prince ou une jeune princesses. Ce qui me donnais des sueurs froide, j’allais devenir tante, bon il faut que j’ai de nouvelle activité. Tien reine par exemple, ce n’est pas un mauvais poste. Bon je crois qu’Anna n’a toujours pas vu que je lui ais emprunter sa nuisette vertes au symbole d’Arendelle.
- Anna tu n’a rien remarqué chez moi
- Non.
- Bah regarde un peu.
- Ah mais, oh bah ça alors c’est à moi, je je pensait la mettre demain, bah je la mettrais un autre jour, je l’ai commandée y a une semaine, mais elle est arrivée il n’y a pas longtemps. Tu trouve comment la coupe au niveau des épaules.
Je ne pouvais pas lui dire que la soie utiliser me faisait un effet particulièrement enivrant, elle était pas collante et laissait une liberté de mouvement pour ces derniers.
- Anna j’aime bien c’est un peu osé à mon gout mais j’aime.
- C’est vrai, c’est moi qui l’est dessiné.
- C’est vrai.
- Oui !
Elle sort un petit carnet et montre un des croquis. Je constate que tout y est renseigné, mensuration, dessin, tout. Je n’ose lui demander de me dessiner une robe, mais elle devina mes pensée.
- Si tu veux, je peu t’en dessiner une pour ton couronnement
- Euh, tu ferais ça pour moi ?
- Bah ça me ferais plaisir.
- Ok, mais base toi sur du bleu j’aime le bleu.
- Oh euh pas de soucis.
Anna, c’était vraiment le genre de sœur à qui ont pouvait confier n’importe qu’elle tache elle le ferait sans bronché. Nous parlons donc de mon retour sur le trône et le fait que je devais l’associer à ce renouveau. Cela fait du bien d’être réuni.


Novembre
Anna

Cette fois c’est confirmé, avant même mon mariage, j’étais enceinte. Ma sœur appris la nouvelle avec un certain enthousiasme, elle veillait à ce que je ne manque de rien, mais pour Kristoff les journées de travaille commencent et il n'est pas rare qu’il rentre tard, ou tôt, si vous préférez, mais il apprit pour le petit grain que j’avais attrapé, et lui était très enthousiaste que jamais. Finalement la personne qui était la plus réservé dans l’histoire, c’était moi. J’étais intrigué, craintive et heureuse. Ma sœur me couvait je commençais d’ailleurs à trouver cela un peu gênant. Mais elle tenait à faire deux choses essentiel. Comme Kristoff partait tôt bien souvent je dormais encore, alors elle se faisait un point d’honneur à me réveiller personnellement elle venait dans ma chambre et prenait soin que je puisse manger et m’habiller convenablement. Elle était curieuse des changements que mon corps commençait à avoir. Bien sure que Kristoff ça l’intéressait aussi mais bon d’abord, c’était le papa, qu’il s’intéresse à la future maman c’est évident. Mais ma sœur, en était à me triturer de partout, ça en devenais très perturbant. Mais je sais au fond d’elle que le mystère de la vie l’intrigue, alors je me pliais à toute ses petites expériences. Tien, aujourd’hui je lui ait proposé une robe, enfin un croquis de robe. Cela à permis de faire quelque retouche au dessin avant de le proposer à la couture. Moment de complicité entre femme bien venue, ma sœur était un peu maman, amie, sœur, c’était un peu tout pour moi. Il n’est pas rare non plus que je participe à des réunions sur les préparatifs de couronnement. Ah journal, ma sœur projette de faire un discourt. Après le couronnement. Je pense que c’est surement une bonne idée, mais il faut gérer le stress.  Enfin, nous verrons bien. En attendant elle reprend ses marques et ont commencent à ressentir l’absence de l’expérience de Kay, mais très vite on a trouvé une solution un des conseillé kayson, fut promut, il connaissait bien l’étiquette et était très à jours des mœurs du royaumes. Il était le parfait trais d’union entre ma sœur et moi quand l’une ou l’autre n’était pas tout à fait d’accord, sur tel ou tel sujet. Gerda fut mise à la retraite ou du moins nous jugions opportun de lui remettre tout les remerciement, pour tout ce qu’elle avait fait pour nous. Là ou Elsa n’était pas d’accord fut de tuer Gerda car elle ne se voyait pas vivre sans son mari.
- Gerda, je ne peux faire ce genre de chose.
- Vous l’avez fait pour Hans, pour bulma, pour tant de gens qui ne l’ont pas demandé.
- Mais pourriez vous me donner une raison de vous tuer, faut en avoir une.
- J’ai participé aux mensonge de vos parents.
- Vous y étiez obligé.
- J’ai….
- Gerda, je suis désolé, mais je n’ai pas assez de colère pour vous exécuter.
- Je vous comprends.
- Merci.

Gerda fut un peu déçut mais finalement pris sa retraite et comble du bonheur elle fini par trouver une activité, aider nos anciens à sortir de chez eux, elle leur organise des visites du château, Elsa trouvait cela amusant et finalement un bonus, « chacun doit avoir un aperçut de la maison du monarque pour son peuple. » En effet, en cas d’attaque c’est ici qu’on devait abriter, femmes et enfants. Cela participa à la réconciliation entre la reine est son peuple. J’eu quelques nouvelles de Kristoff, sous couvert de briseur de glace, il allait de maison seigneurial à une autres pour tâter l’ambiance. Décembre arrive à grand pas et on va procéder aux essai de la robe d’Elsa.



Elsa

Ma sœur est enceinte, mon dieu, la famille va s’agrandir, si le château est en ébullition, pour Anna c’est questionnement en série. Bien que je ne sois pas encore future maman, j’ai eu quelque cours avec Gerda et donc je me mis en tête de l’aider dans cette tache pour pouponner son « monstre ». C’est surtout la grossesse qui inquiète notre petite princesse. Mais avec le temps elle commence à s’émerveiller de toute ces transformations. Alors quand sa va bouger, parce que paraît il que sa bouge se genre de chose, je ne vous raconte pas l’émoi général.

Nous sommes en plein préparatif, petit à petit je reprends contacte avec le peuple d’Arendelle. Je me suis plié à une tache au combien nécessaire, me recueillir sur la tombe de mes parents et aussi sur ceux qui sont mort l’ors de la gelé, j’appelle cela l’ors de mon stupide caprice, qui aura tout de même laisser sur la glace une quarantaine de personnes. Anna m’y accompagna, c’était un mal nécessaire, pour nous rappeler qu’il vaut mieux être unie que vivre ou affronter les choses, seule dans son coin. Le peuple voyant ces effets de pardon et de repentance se mettaient finalement à m’adresser, la parole, d’abord avec crainte, puis peu à peu la confiance revenant on était plus à laisse, moi vis à vis d’eux et eux était plus à même de mieux expliquer les problèmes qu’il pouvait rencontrer. Ce qui était particulièrement agréable c’est le fait de ne pas prendre les gens de haut. Il n’était pas rare que je flâne dans les rue d’Arendelle, surtout le jours de marché c’était l’occasion pour moi de voir le quotidien de mes sujets, j’y allais seule ou accompagné mais toujours le plus discrètement possible. Enfin c’était en général accompagné parce que la seule fois ou je suis sorti de ma propre initiative, Anna trouver que les conseillés ou garde du palais étaient inconscient de faire sortir leur reine sans protection et rappelais à qui veut l’entendre que j’étais sa sœur et qu’elle y tenait. Sachant que son altesse était engrossée, je me suis dit que c’était plus prudent de sortir accompagné. Mes sortis suivantes furent beaucoup plus calme au château tout à coup. Kristoff est plus présent, sont travaille est moin contraignant, mais c’est surtout parce que j’ai finalement consenti à ce que la glace fut plus abondante pour les briseur de glace et donc l’approvisionnement facilité. Ce qui permet à Anna d’être dans des disposition plus agréable.
la robe de couronnement avance, les tissus on été choisi c’est un rare moment ou on est entre sœur pour parler de chiffon et autre petite baanlité féminine. Je m’appercevait que nous avions chacune certaines connaissances sur des sujets relativement divers. Mais on ce complétaient plutôt bien. Les essayage à proprement parlé commenceront début décembre.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Dim 25 Oct 2015, 14:44

Anna décembre

Décembre, est le moi des bons sentiments, en tout cas c’est ainsi que maman nous l’a toujours dit, mais comme c’est aussi l’anniversaire D’Elsa, enfin le 21 de ce moi, ont préparent les festivités. Cette fois le peuple d’Arendelle est pleinement impliqué dans cette événement.et pour couronné le tout, si je puis me permettre certain royaume ont cru bon d’envoyer des présents.

Les enfants des écoles environnantes ont décidé eux aussi de faire des petites chansons pour la reine. Ce fut pour moi la dernière apparition publique avant le couronnement d’Elsa. Pour les admirateurs de ma personne ils devront patienter pendant quelques temps. Elsa avait préféré décréter que je devais me reposer, mais c’est surtout pour que je puisse me préparer à cette événement particulier. Et dire qu’à une époque j’avais dit « changer de vie, c’est tout un art », je ne croyais pas si bien dire. Kristoff n’est plus livreur de glace du royaume il est définitivement intronisé prince et du coup bah je dois lui apprendre un peu le protocole. Je sais par indiscrétion que c’est sa manière à Elsa de me surveillé et s'excusé de sa mauvaise blague, j'en parlerais plus tard et d’avoir l’assurance que ma grossesse ce passe bien. Elle veille à ce que je ne manque de rien, il est même pas rare qu’elle vienne dans ma chambre pour s’assurer que j'aille bien. Donc on faisait en sorte que tout se passe bien jusqu’à son anniversaire. Après de longue tergiversation, on fini par utiliser la chambre de nos parents mais je fut surprise d’en hériter, on s’aperçut bien vite que c’était pas qu’une chambre mais un petit domaine bien séparer de la parti du château. On réfléchissait à faire en sorte que nous possédions chacune notre petit domaine. Fini les chambres de petite fille. Ce fut le déménagement le plus spectaculaire L’aille ou nous avions vécut tant d’aventure, si je puis dire, deviendrait une aile des princesses et prince. Mon cadeau fut que je lui créé une robe de couronnement, elle se chargeait de s’occuper de moi. De plus on décidait que le jours de noël, tous le monde aurait accès un principal partie du château. Nos domaines ne seraient pas visible bien entendu. Olaf et Olafette ont aussi leur petit domaine, gelé, glacé, c’était une partie du palais qui était accessible que de nous trois, Kristoff, Elsa et moi. Swen à son petit jardin derrière mon petit coin de paradis. Par la première fois nous allons passé noël ensemble ma sœur et moi. Enfin depuis qu’elle est revenue. Petite ma sœur me racontait que nous passions la nuit à enquiquiner nos parent pour jouer dans le parc du château. Mais cette fois c’était différent, je devais être au repos, j’accusais un peu de fatigue parfois. Mais l’anniversaire d’Elsa, sera un grand moment et tous le monde à pourra profiter des nombreuses possibilité culinaire du royaume. Et du 24 décembre au jours de l’an Elsa fera des alentours du palais un lieux de glissade et d’amusement pour les plus jeunes et Olaf et donc, Olafette, en seront les principaux animateur..


Elsa

j’aime le moi de décembre, non parce que c’est mon anniversaire, mais parce que c’était toujours synonyme de joie et de bon moment à passer en famille. Anna devait maintenant ce préparer à être maman et pour cette occasion je décide de fair d’une pierre deux coup. Premièrement, parce que c’est elle qui à tout fait pour que je revienne et que je retrouve ma place je lui donnais les pièce qui ont appartenu à nos parents, je les connaissaient et ayant vu nos parent finalement assez souvent pour les leçon de précepteur et quand papa essayait de m’aider pour mes pouvoir, Anna n’a eu que très peu de relation avec eux. Mais comme il était d’usage que la reine est ses propres appartements je décida de prendre une aile entière du château pour en faire un petit coin bien personnel, en tout cas tout ces petit appartement royal est princier donnait sur un jardin ou habitait Olaf, Olafette et Swen. Nous étions les 3 personne à les voir de temps en temps. Mais swen avait un traitement de faveur il optient le droit de pouvoir vagabondé ailleurs que dans le jardin. Le soir de mon anniversaire fut donc la dernière fois qu’Anna apparu publiquement jusqu’à la naissance de son première enfant. Toutefois, je du régler un détail d’importane et pour cela je devais convoqué Kristoff. Je de mande donc à notre maitre d’intendance Kayson, de venir assister à la scène.

Kristoff arrive assez surpris d’une audience avec la reine, mais si plia de bonne grace. C’est donc sous ses beaux atours qu’il se présenta.

- Kristoff, il faut que je règle certain détail
- Je suis à votre service.
- Bien, vous n’êtes pas sans savoir qu’Anna porte le fruit de vos débauches
- Nous savons que nous avons fauter votre majesté, mais nous rougissons pas.
- Le contrair m’aurait étonné venant d’Anna.
- Cet événement vous déplait
- Non, pas vraiment il m’irrite parce que je sais que pour moi enfanté est une joie que je n’aurais sans doute jamais. Mais il me faut m’assurer un avenir serein pour ma sœur, êtes vous toujours disposé à l’épouser comme vous me l’avait demandé il y a quelques temps ?
- Oui votre majesté.
- La réponse étant si claire, si l’impide, je vous accorde le droit de m’appeler publiquement Elsa, bienvenue dans la famille.
Je m’approche de mon future beau-frère et le regarde, intensément.
- Je vous accorde la main de ma sœur bien aimé, mais une larme coule de ses yeux a cause de vous et je vous transforme en glace éternel et vous rejoindrez vos trolls.
- J’en j’en j’en prends note votre majesté.
- Je l’espère bien.
- Je vous remercie de votre geste sincère.
- Bien.
- Donc, c’est avec joie que je consent à une éventuel union, si toute fois Anna y consent.
- Cela va de soit votre majesté.
Nous parlions des détails, mais après je dois reconnaître que Kristoff est avenant et préfère que ce soit son épouse qui s’occupe de ces quelques détails.

Je projetta d’essayer de lui jouer un petit tour à cette petite sœur, mon idée, fort simple était de voir jusqu’ou elle était prête à vouloir l’épouser. Je me rends donc dans son petit domaine, je la voie en train de dessiner. Je m’arrête et observe cette sœur que je ne cesse d’apprendre à connaître, puis voyant qu’elle s’arrêtait, je rentre dans la pièce.
- Anna, j’ai parlé à Kristoff.
- Ah,
- Je suis dans le regret de te dir qu’il ne veux point t’épouser.
Soudain je vois son visage blême,
- Il ne veut pas m’épouser ?
- Je le crains fort.
- Gèle moi Elsa, ma vie n’a plus de sens.
- Tu en trouvera d’autre
- C’est facile pour toi, mais moi c’est lui qui m’a rendu espoir quand tout allait mal, c’est lui qui m’a présenté les…trolls… tu as sans doute raison, je vais peut-être réfléchir à mon avenir, mais je vais aussi régler mes comptes avec se rustre. T’as raison, les hommes ils sont tous pareil.
Voyant bien que j’ai causé un tort presque irréparable, je me fait un sang d’encre et la seul réaction que j’ai trouvé était de bloquer sa porte par une grande plaque de glace.
- Anna, attends, je, je te dois des excuses sincères. Je voulais… au puis, laisse, je voulais te faire un mauvais tour mais là je crois que j’ai un peu poussé.
- Elsa !
- Euh oui je sais que c’est pas malin, je voulais voir combien tu l’aimais, je reconnais que ce n’était pas la meilleur méthode.
- Elsa, je te prierais en ce cas de sortir de ma chambre, ce que tu as fais me déplait beaucoup, vas t-en.
Je n’avais pas d’uatre choix que de me retirer, je m’en voulais franchement, je venais de réveillé un dragon, sortant aussi vite que possible pour éviter de causer plus de mal. Je dégivre la porte et m’enfuis vers ma chambre. Là j’ai pleuré beaucoup. En ressortant, j’aperçois Kristoff un peu courroussé par les événement, mais contrairement aux apparences il m’écouta.
- Je suis désolé Kristoff j’ai….
- Chut ma reine, j’ai vu le dragon et je pis vous dire que vous m’avez sâcrement aider.
- Pardon !
- Oh oui il fallut bien des arguments pour montrer au combien je voulais l’épouser. J’allais vous dire que votre sœur à trouver votre recette un peu dure mais grace au argument elle à compris votre mauvais tour. Bon je ne vous cache pas qu’elle vous en veut un peu, mais vous pourrez apparaître beintôt, quand elle sera réveillé.
- Elle dort.
- Bah pleurer fatigue.
- Kristoff, je vous laisse en charge du château, je vais me retirer, quelque temps, je dois faire quelque chose pour Anna.
- Vous ne ….. reviendrez plus.
- Rassurez-vous, je reviendrais, je reste ici, mais j’ai besoin de réfléchir.
- Bon n’hésitez pas. Ah pour votre information j’ai dis que vous aviez tester notre amour.
- Kristoff, vous me sauvez la mise.
Il s’éloigne doucement, je le laisse, partir et c’est la que germa dans ma tête l’idé de lui souhaiter son anniversaire. Bon comme c’est en juin, j’avais le temps. Mais tout de même.
J’avais quelques idées dans la tête. Mais manière plus immédiate je confectionne les jeux de glisse pour les enfants qui auront lieux entre noël et le jours de l’an. J’espérait secrètement que ma sœur viendrait.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Lun 26 Oct 2015, 20:54

Anna
janvier

Bon Ok je n’ai pas été sympa avec ma sœur, surtout qu’elle sait excusée. Donc se matin, malgré mon ventre qui commence à me peser je suis aller la voir à la salle du trône lui reformulé que j’acceptais ses excuses. Je remarquais bien qu’elle, était désolée. plus tard dans la journée, journal j’ai assisté à une querelle entre plusieurs personnes sur le repas de ce soir sur le poisson qu’Elsa voulait. Étant sur le chemin de retour, je les voyais s’envoyer des noms d’oiseau, je fini par les laisser ce chamailler jusqu’à ce que chacun n’eut point d’argument.
- Eh bien messieurs, que de tapages.
- C’est que, princesse, Elsa est en colère on a pas servit le déjeuner à temps dans vos appartement et…….
- Forcément je n’y étais pas. Mais vous parliez d’Elsa, que viens faire le plat que vous tenez dans les mains, mes appartements et Elsa.
- Bah elle voulait….
- Tu ne vas pas gâcher la surprise en plus. Rétorque son collègue.
- Écoutez je vais faire comme si je n’avais pas entendu, je vais aller à mes appartements et le poisson que vous avez entre les mains m’iras très bien. Aller dite à Elsa que je l’attends.
- Oh merci princesse.
- Bah pas de quoi messieurs.
Je me dépêche de me rendre dans mes appartements suivit de ces deux malheureux serviteurs, une fois arrivé on remis un feux pour faire réchauffer le tout, bref, au même instant Kristoff entre de son petit tour en forêt, devenu selon lui plus calme. M’observe et pour la première fois j’entendis le surnom qui va resté à ma soeur, pour un sacré bout de temps
- Mon dieu, qu’est ce que t’as fait Quenny.
- Quenny, c’est….. qui.
- Ta sœur
- Kristoff, évite je t’en supplie se sobriquet, ma sœur n’est pas à prendre avec des pincettes.
- Que se passe t’il cette foie ?
- Rien, enfin rien de très grave, elle vient manger ici.
- Ah, en quel honneur.
- Oh je pense que le torchon de son mélodrame pour le mariage est en passe d’être éteint.
- Ah bah ce n’est pas trop tôt.
- Oui ba sa aussi évites, je crois sincèrement qu’elle est un peu déprimée de ne pas trouver chaussure à son pied.
- qui voudrait être avec Quenny ? En tout cas, Dans le chapitre Quenny et ses robes, magnifique la robe.
- Quelles robes ?
- Bah je suis passé pour qu’on me rafistole mon manteau de renne, et j’ai vu le montage de la robe, magnifique.
- Oh tu l’as vue, quelle chance ! n’en parle pas à Elsa, se sera son cadeau.
- T’inquiète.
- Tu reste ici.
- Non je vais chez Oaken,
- Encore, y a quoi d’intéressant cette foi ?
- Bertrand le trappeur organise une course de traineau de renne, et je compte y participer.
- Le prix doit il être remis par la reine ?
- Euh, non, je ne crois pas.
- Ok tu peu y participer.
- Ah merci Anna, tu sauve mon envie de me défouler.
- N’oublie pas que tu sera marier.
- Je ne l’oublie pas, mais ça m’arrange, parce que manger, avec ta sœur c’est flippant.
- Je t’en prie Kristoff, elle n’est pas si terrible que ça.
- Non bien sure, mais la voire te tourné autour pour voir ton ventre c’est parfois étrange.
- Ah c’est que ça. Bah Si c’est que ça, je te rassure je m’y plie de bonne grâce et crois-moi, elle est curieuse et j’en suis touché.
- Bon si tu le dis. Je te laisse et je ne reviens pas trop tard.
- Bon tu ne rentres pas bourrée comme la dernière foie.
- Euh oui,
- Kristoff, tu vas être père, alors un peu de sérieux et puis si on apprend qu’en plus tu épouse une princesse, alors là……
- Oui oui oui, Anna.
Je le laisse partir, en plus la blague du type bourré, il l’a connait, on a vu certains briseurs de glace se retrouver se retrouver dans des états comateux on a fini par mettre une dépendance pour les faire cuver eue lui ai dis que s’il revenait dans cette état là, il ferait le même séjours que ces dernier.

J’entends frapper, ma sœur, ma chère sœur, arrive.
- Je peu entrer,
- La reine peut entrer quand elle le désir. Dis-je.
- Anna, s’il te plait, je t’ai dit que j’était désolé.
- Elsa, je n’y pensais même pas.
- Ah ok. Tu…. Tu as le poisson ici.
- Euh, oui, je passais par les cuisines…. Et j’ai cru bon de prendre le premier plat qui trônait sur le piano.
- Toute seule, ils vont m’entendre
- Non, on m’a aidé, rassures toi.
- Ok. Bon passons à autre choses. Tu as des idées de prénom.
- Anna Jr ou Elsa Jr, pour les filles sinon Kristoff, Jr ou Kay Jr.
- Pitié pas d’Elsa Jr.
- Ah ok comme Kristoff ne veux pas de Kristoff, Jr et qu’Anna Jr c’est un peu, enfin tu vois on va dire que j’ai pas d’idée.
- Et se met il à bouger ?
- je n’en sais rien, pour le moment c’est un peu gênant, pour marcher surtout.
- Ah
- Je rentre dans plus rien, ta pas un truc plus grand.
- Je regarderais, si maman avait des robes de l’époque ou elle nous portait.
- De toute manière je crois bien que ce matin c’était l’escapade de trop.
- C’est-à-dire ?
- Je ne préfère même pas te montrer comment je marche, c’est comme les canard dans la petite ferme de fernain.
- Hihihihihi
- C’est ça moques toi donc, je voudrais t’y voir.
- Pardon Anna, écoute je sais plus comment te prendre, tu réagis au quart de tour.
- Oui, c’est vrai je suis à cran, entre Kristoff et toi qui pense que je suis en sucre, je ne peux pas faire un pas chez moi et le fait que je me trouve hideuse. Un ballon, un machin horrible !!

Et voilà que je me mettais à pleurer et c’est sans doute là que nous avions finalement trouvé un point de réconciliation après l’affaire du mariage, ma sœur se lève vient me prendre dans ses bras et me berce. Ma sœur est loin d’être une personne tactile et même si elle était maladroite dans ses paroles, je santais que l’idée était de me réconforter.
- Et Kristoff, il te trouve comment ?
- Lui, ça n’est même pas objectif, il m’aime.
- Ce qui sous entendrais que si je te dis que je te trouve radieuse n’est pas objectif.
- Ce n’est pas pareil, t’es ma sœur.
- Bah justement, c’est parce que nous savons voir au delà des apparences.
- Mais regarde, comment je suis, si c’est sa avoir des enfant, NON.
- Anna, veux tu sortir cet après-midi, avec moi, dans le jardin, que tu prenne l’air.
- Tout le monde va me voir
- Anna, personne ne te verra, peut-être Olaf et Olafette, mais les membres du château, NON.
- Je me sent difforme.
- Je t’en pris, n’exagères pas, tu as fait le plus long, maintenant effectivement c’est plus difficile, mais je serais là, là tout près de toi, je ne gâcherais pas ce moment.


Elsa

Je ne sais pas plaisanter apparemment, mon idée de faire croire à Anna que Kristoff ne voulait pas l’épouser c’est soldé par une dispute entre nous deux et assez violente, le seul mérite que j’ai c’est ne pas avoir congelé ma sœur. Le moi de décembre c’est fini par un nouvel an un peu triste, j’ai presque pleuré quand je lui est dit bonne année. Noël, n’en parlons même pas, j’étais tellement dans la tristesse que j’ai fini par faire noël dans ma chambre à déballer mes cadeaux devant ma cheminé. Anne a cette chance de le faire avec Kristoff, bien qu’il m’ait raconté que ça c’était soldé aussi par Anna au lit. Janvier est un moment délicat pour tout le monde. Moi je devais reprendre mon traintrain quotidien, je le rytmais autant que possible avec des visites à ma sœur. Aujourd’hui j’avais décider de manger avec Anna pour enterrer la hache de « guerre » j’avais, choisi le poisson, choisi le menu j’étais contente. Mais même là ça c’est soldé par un demi échec, j’apprends que le repas de midi n’a pas été donné à temps, bon Kristoff m’a dit et ce fut confirmé par Anna qu’elle dormais, bien sure qu'elle est passé me voir mais le repas du soir n’était même pas en route. On fini par m’informer qu'ana est aller chercher le repas. Bref, je vais dans sa chambre et là je vois bien qu’il est temps de passer à autre chose, ma sœur va mal ou se sent un peu oublié. Je décide de dérider la situation, mais rien y fait elle est presque au bord de l’explosion, je décide de prendre définitivement sur moi et intérieurement décide d’être plus présente.

Le moi de février sera très important pour deux raison ou plutôt trois
la première est qu’Anne entrera dans les 6 moi de grossesse
secondement, on continue à peaufiner le couronnement.
3 c’est les préparatifs de printemps. Et de manière plus privé, on annoncera effectivement les fiançailles de Kristoff et Anna. En principe Anna et Kristoff doivent apparaître pour se présenter au peuple mais devant le refus d’Anna, on en a déduit que ce sera un peu plus tard. Néanmoins elle accepte que le mariage ne se fasse qu’après la naissance. J’ai dîner avec Anna et il semble qu’Anna soit dans un état de nervosité palpable. Anna et moi avons dîner ensemble Mais je pense qu’il est temps de mettre de l’eau dans le vin. Anna n’est pas responsable de ma maladresse à son égard, il est certain que nous devons mettre nos désaccords de côté, on ne peu pas sans arrêt se crêper le chignon tout le temps. Il est claire que nous avons des point de vue différent cela ne fait pas d’Anna une sœur détestable, différente, surement, mais j’aime ma sœur, au point que parfois je fini par constater que je suis jalouse de Kristoff.

Bref il m’arrive de me retrouver dans ma chambre, avec une sensation bizard. Assez intime et frustrante.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mar 27 Oct 2015, 21:40

la suite arrive bientôt.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mer 28 Oct 2015, 01:20

Février Elsa

le moi de février aurait pu être tranquille s'il n’y avait pas l’insident des mots de ventre d’Anna, le bébé bouge, c’est confirmé mais indispose de manière assez fréquemment la pauvre petite sœur, on craint d’ailleurs un accouchement difficile, ce n’était pas pour rassurer Anna, Kristoff et moi. Si à Anna on ne lui a pas dit tout de suite, que les choses se passeraient difficilement, on a pas cherché à me ménager.

- Votre majesté, le médecin de la cours, maitre justin.
- Faite le entrer Kaison.
Le majrodome se retir, mais le médecin lui entre un peu blême.
- Je vous remercie de me recevoir, mais je n’ai pas de bonne nouvelle à vous apporter.
Mon sang ne fait qu’un tour et je le sens bien celui-là
- Aller droit au bute
- Votre sœur ne survivra pas à la naissance.
Moi si calme si sereine, si royal, si Elsa, je me suis senti, décofite, triste, décourager, frustrer, je crois que les personnes présente autour de moi s'en aperçoivent et remarquent ma détresse, je me lève, ouvre la fenêtre, prends l’aire « oui vas-y Elsa respires, tu à mal entendu, ta sœur va très bien »
- Vous pouvez répéter ?
- Votre sœur ne survivra pas à l’accouchement.
- Pourquoi ?
- Eh bien, il semble que…..
- Que quoi ?
- Les événements d’avant…..
- Quel événement ?
- Bien le cœur gelé.
Là je m’arrête, c’était son sacrifice, ne pas avoir d’enfant !! je ne tiens plus, je laisse tout le monde en plan, je sort du bureau me rends dans ma chambre et là je cri ma haine, ma haine envers moi, envers mes pouvoirs, envers cet enfermement, envers tout. Je cri je créer une tempête dans ma chambre un mini blizzard, mais dans une petite pièce, c’est violent, mas tristesse n’a plus de limite, j’ai enseveli ma chambre de glace. Il aura fallu la force d’un briseur de glace pour venir à bout de ma propre glace, c’est donc devant Kristoff que je me retrouve. La première chose qu’il me dit fut :
- Je crois votre majesté que pour la glace il y en aura assez pour tout le monde.
- Kristoff, je vous épargnerais les remarques désobligeante, mais je dois vous dire aussi pourquoi j’ai fait cela.
Je lui explique tout, bien sure qu’il est triste, bien sure qu’il ne sait pas comment faire pour Anna, mais le plus drôle c’est qu’il me comprenant aussi.
- Elsa, peut-être est-ce le moment de montrer votre bonté envers votre sœur, cela peu la sauver.
- Kristoff, chaque fois que je fait quelque chose regardez, ce qui ce passe.
- Attendez, peut-être que cela n’arrivera pas, peut-être qu’Anna vivra et l’enfant aussi.
- Je le souhaite, hardemment.
- Cependant, j’ai du discuter avec le médecin, il faut pas en parler à Anna, cela renforcerait la panique.
- Je ne peu pas lui mentir ?
- Il est des mensonges qu’il vaut mieux garder.
- Kristoff j’ai promis à Anna que je ne mentirais pas
- Je comprends votre courage, mais…
- Kristoff, Anna doit savoir, c’est ma sœur, je lui doit la vérité, je lui ai assez menti.
Je m’extirpe de ma glace, je sort, je vais dans le domaine d’Anna, j’essaye de trouver des phrases, tourner en espoir une vérité si accablante, puis j’eu une idée, Kristoff avait dit ce qu’il fallait pour que je sois juste, je ne peux mentir à Anna, mais je ne pouvait pas rester inerte devant le phénomène n’y taire les conséquences antérieure, je décide malgrès le stress de Kristoff de dire plainement les choses, mais j’ai aussi conscience que je devais lancer un message d’espoir, je devais y croire c’était ça le plus important, de plus si jamais elle mourrait je dervais assurer l’éducation de cette enfant, avec son père légitime, je m’approche de la porte. Je me tourne vers Kristoff,
- Je veux être seule avec ma sœur.
- Bien votr majesté. Kristoff me fait entrer dans sa chambre.
Ma sœur était endormis. Je vois une femme de chambre s’occupé d’attiser le feu, je prends le tisonnier et fait signe à cette dernière qu’elle pouvait ce retirer, je fait savoir à Kristoff que d’orénavent pour ce soir je suis ici. Il en était soulagé et inquièt.
- Je suis dans la chambre de notre future enfant, je dormirais, vous pouvez rester le temps que vous voudrez.
- Merci Kristoff.
Anna tourne la tête, elle semble ouvrir un œil.
- Elsa ? que se passe t’il
Je fait signe à tout le monde que maintenant je devais être seule.
- Anna, comment te sends tu ?
- Doucement, j’ai un peut mal.
- Je comprends. Anna j’ai vu la robe, elle est magnifique.
- Elle te plait.
- Oui, beaucoup.
Mais j’ai déjà les larmes qui coule, je ne peux me résoudre à penser qu’a chaque instant je pouvais la perdre. Je décide de prendre mon courage à deux main.
- Anna, je t’ai promis que je ne te mentirais pas, je lais juré sur ma tiaire, au nom de nos parents et au nom du sacrifice que tu as fait.
- Elsa tu va un peu fort.
- Ne m’interromps pas. J’ai vue le médecin et les choses ne se passe pas tout à fait comme prévu, tu pourrais soit mourir soit perdre le bébé.
Et là je savait bien qu’Anna trouverais l’optimisme nécessaire pour continuer à espérer.
- Elsa, je te promets que je m’en sortirais. Je ne te cache pas que j’ai peur, mais je suis confiante, parce que je sais que tu est là.

Mince, c’est la plus belle parole que j’ai jamais entendu. Pour le coup c’est moi qui me suis agenouillé devant elle et pour la première fois devant Anna enfin depuis mon retour, j’ai fais quelques flocons dans sa chambre, mais au lieu que ça la mette en colère parce qu’elle pouvait avoir froid, elle souriait et comprenais ma peine.
- Je sais que tu sera là et que si jamais je disparaissait je te laisserai le soins de l’éduquer comme ton fils ou ta fille.

Qu’ess-ce que vous pouvez dire après ça, hein. Rien. Eh bien, malgré que je sois riene, j’en reste muette. Au moins je ne lui ai pas dis pourquoi on craignait pour sa vie, a cause de son sacrifice, mais je crois que même si je lui avait dit je ne suis pas sure que ça aurait changer grand chose. Je me lève, fait disparaître la neige, je ravive les flamme de la cheminé et je me retir.

A partir de se moi là je vécu les derniers mois comme une souffrance personnel.

Anna.

ma grossesse se passe bien, je dois voir le médecin se matin ou plutôt, il devait venir dans mes appartements. Mais cette nuit je suis réveillé par le bébé, il donnait des coups dans mon ventre qui me faisaient me plier en deux tellement se fut douloureux, j’ai réveillé trois fois Kristoff, qui à fini par aller dans la chambre d’a côté. Au mon dieu j’en peu plus, j’ai fini ma nuit endormi d’épuisement. Le médecin est venu et au fure et a mesur de ses aplpation, n’en était que très ravie de la situation, moi pas tellement. Une fois passé, je ne parvenais même pas à avaler quelque chose ce fut une épreuve, j’ai réussis, mais à quel prix je peu dire adieu à mes escapades matinales pour le chocolat. Je fini finalement par dormir. Je me réveille et je vois ma sœur, un peu rougie, je l’écoute patiemment. Et c’est avec effroid qu’elle m’annonce que je ne pourrait pas terminer l’accomplissement de toute une vie pour une femme, je pourrais y laisser ma vie. J’ai peur, tout ça pour ça, je regarde ma sœur, faut que je trouve un truc pour pas l’inquièter, et je trouve la première chose qui me vient à l’esprit, « ça n’arrivera pas » je devais montrer à Kristoff, Elsa et tout les autres que je tiendrais et si je devais y laisser ma vie, je souhaite qu’Elsa éduque mon enfant. Je le lui fais savoir, elle est émue. Je la comprends aisément. Je savais maintenant qu’à tout instant la vie peu me quitter. Je vais m’endormir, je souhaite que chaque jour soit un nouveau jour.

Elsa fin février

C’est le début pour un moi des fête de printemps en Arendelle, je dois lancer la saison, le cœur n’y est pas tout à fait, ma sœur y assiste de son balcon, Kristoff à ses côtés, j’ai fini par mettre le peuple dans une attente difficile en annonçant que l’absence de la princesse était justifier par la future, venu d’un héritier. Partir de ce jour, le peuple porte Anna et de nombreuse commémoration sont organisé en son honneur, pour demander à dame nature d’être indulgente envers cette princesse qui à tout fait pour ramener la reine sur le trône. Beaucoup de fleur son déposées sur la place du château, beaucoup de mots d’enfant, de mère, pour Anna son chaque jours apporter dans ses appartements. Kristoff à tiré un trait d’humour, « on pourrait faire un deuxième jardin » Olaf et Olafette son venu voir Anna, un grand moment de câlin et d’encouragement. En cette fin d’hiver Kristoff doit amener un jeune groupe de briseur de glace pour leurs premières expéditions de glace, cela dure trois semaines, Anna a fortement insisté pour qu’il fasse ce qui l’aime, son métier d’autant plus qu’une fois marier il ne pourrait plus le faire aussi souvent.
- Et si tu part et que je ne suis pas là.
- Je mourais heureuse de savoir que tu es heureux. Mais je te rassure, je serais là Elsa veille sur moi.

Elle n’avait pas tort. je fini par la faire amener dans mes appartements. Je travaillais dans le salon et je veillais à ce qu’elle aille bien, mon confort serait le sien. Je faisais passer mes besoins personnels en second, ma sœur avait mon attention permanente, il n’était pas rare que je dorme sur le fauteuil et observait ma sœur dormir. Je me levais plusieurs fois par nuit pour rafraichir sa couche, je songeais de plus en plus à la faire accoucher dans ma chambre, j’apportais autant de chocolats nécessaire pour calmer ces petites contrariétés. Et quand elle était en forme, on parlait des préparatifs du couronnement, on faisait en sorte de toujours parler d’avenir de ce dire qu’on serait ensemble pour ce moment. Ont fini par arrêter la date se serait en avril.
- Pfff tan pis Elsa je pense que le plus tôt sera le mieux les ambassadeurs les dignitaires seront là, j’y assisterais et si je devais partir, je partirais la tache accomplit.
- Anna je le vivrais très mal tu sais.
- Il faudra que tu sois forte pour lui. Elle indiquait son ventre.
- Je le serais Anna, mais je préfèrerais que tu soit là.
- Moi aussi.
Ce fut tout. Le reste du temps on préparait les différente étapes. Se fut autant de semaine de bonheur que de stress.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mer 28 Oct 2015, 21:06

Anna.

ma grossesse se passe bien, je dois voir le médecin se matin ou plutôt, il devrait venir dans mes appartements. Mais cette nuit je suis réveillé par le bébé, il donnait des coup dans mon ventre qui me faisais me plier en deux tellement se fut douloureux, j’ai réveillé trois fois Kristoff, qui à fini par aller dans la chambre d’a côté. Au mon dieu j’en peu plus, j’ai fini ma nuit endormi d’épuisement. Le médecin est venu et au fure et a mesur de ses palpation, n’en était que très ravie de la situation, moi pas tellement. Une fois u'il était passé, avalé quelque chose était une épreuve, j’ai réussis, mais à quel prix je peu dire adieu à mes escapades matinales pour le chocolat. Je fini finalement par dormir. Je me réveille et je vois ma sœur, un peu rougie, je l’écoute patiemment. Et c’est avec effroid qu’elle m’annonce que je ne pourrait pas terminer l’accomplissement de toute une vie pour une femme, je pourrais y laisser ma vie. J’ai peur, tout ça pour ça, je regarde ma sœur, faut que je trouve un truc pour pas l’inquièter, et je trouve la première chose qui me vient à l’esprit, « ça n’arrivera pas » je devais montrer à Kristoff, Elsa et tout les autres que je tiendrais et si je devais y laisser ma vie, je souhaite qu’Elsa éduque mon enfant. Je le lui fais savoir, elle est émue. Je la comprends aisément. Je savais maintenant qu’à tout instant la vie peu me quitter. Je vais m’endormir, je souhaite que chaque jour soit un nouveau jour.

Elsa fin février

C’est le début pour un moi des fête de printemps en Arendelle, je dois lancer la saison, le cœur n’y est pas tout à fait, ma sœur y assiste de son balcon, Kristoff à ses côtés, j’ai fini par mettre le peuple dans une attente difficile et annonce que l’absence de la princesse était justifié de la venue future, d’un héritier. Le peuple porte Anna et de nombreuse commémoration sont en son honneur, pour demander à dame nature d’être protectrice envers cette princesse qui à tout fait pour ramener la reine sur le trône. Beaucoup de fleur son déposé sur la place du château, beaucoup de mot d’enfant, de mère, pour Anna son chaque jours amener dans ses appartements. Kristoff à tiré un trait d’humour, « on pourrait faire un deuxième jardin » Olaf et Olafette son venu voir Anna, un grand moment de câlin et d’encouragement. En cette fin d’hiver Kristoff doit amener un jeune groupe de briseur de glace pour leurs premières expéditions de glace, cela dure trois semaines, Anna a fortement insisté pour qu’il fasse ce qui l’aime, son métier d’autant plus qu’une fois marié il ne pourrait plus le faire aussi souvent.
- Et si tu part et que je ne suis pas là.
- Je mourais heureuse de savoir que tu es heureux. Mais je te rassures, je serais là Elsa veille sur moi.

Elle n’a pas tort je fini par la faire amener dans mes appartements. Je travaillais dans le salon et je veillais à ce qu’elle aille bien, mon confort serait le sien. Je faisais passer mes besoins personnels en second, ma sœur avait mon attention permanente, il n’était pas rare que je dorme sur le fauteuil et observait ma sœur dormir. Je me levais plusieurs fois par nuit pour rafraichir sa couche, je songeais de plus en plus à la faire accoucher dans ma chambre, j’apportait autant de chocolats nécessaire pour calmer ces petites contrariétés. Et quand elle était en forme on parlait des préparatifs du couronnement, on faisait en sorte de toujours parler d’avenir de ce dire qu’on serait ensemble pour ce moment. Ont fini par arrêter la date se serait en avril.
- Pfff tan pis Elsa je pense que le plus tôt sera le mieux les ambassadeurs les dignitaires seront là, j’y assisterais peut-être et si je devais partir, je partirais la tache accomplit.
- Anna je le vivrais très mal tu sais.
- Il faudra que tu sois forte pour lui. Elle indique son ventre.
- Je le serais Anna, mais je préfèrerais que tu soit là.
- Moi aussi.
Ce fut tout. Le reste du temps on préparait des différente étapes. Se fut autant de semaine de bonheur que de stress.


Anna, fin mars


C’est donc à la fin mars que Kristoff revient, tout heureux de faire son petit ton tour en montagne, la reine les a reçut, on fit un petit repas de bienvenue ou je ne pouvais pas assister, de toute façon bouger était devenu assez difficile, si sortir de mon lit et aller sur une chaise était reltivement possible, aller à la fenêtre prendre un peu l’aire était quelque chose de difficilement faisiable sans aide. J’en suis à prier pour qu’il vienne, le médecin est venu et cette fois compte tenu du fait que la reine l’avait prévenu « pas de mensonge » ne cache plus son inquiétude. La jeune suivante Cilia était là pour aider le médecin et c’était pas très réjouissant, j’ai souffert pendant tout l’examen, je me mordais la lèvre inferrieur pour ne pas appeler la reine, déjà que j’était dans sa chambre, « Elsa ne rentre pas maintenant tu risque de faire une crise de neige », pensais-je. Au lieu de ça se fut Kristoff qui entra, l’ambiance ne fut guère plus réjouissante, lui je pouvait pas ne pas cacher cette souffrance, mais avec ses bras costaud et rassurant le reste de l’examen se passe bien. On me remets dans le lit d’Elsa Kristoff resta pour éviter une attente trop pénible. On discute de tout de son périple, des jeunes briseurs, je ne connaissais rien au métier, mais pour une fois que je peu entendre autre chose que « Anna, ça va, je suis là, » j’en profite.

Vers le début de l’après-midi, Elsa revient dans la chambre après avoir discuté avec le médecin, dans son bureau, elle m’annonce deux choses, pour commencer les premiers dignitaires arrive, la deuxième, elle ne cacha pas son inquiétude sur mon état. Elle envisage de faire venir le prêtre pour nous marier sur le champs, je proteste je vocifaire c’est comme si on m’amenais directement a l’échafaud.
- Vous voulez déjà que je meurs ?
- Calmes toi, Anna veux-tu. Me rétorque ma sœur.
- Mais regarde, vous parler de moi, comme si j’était fini.
- Anna, s’il te plait c’est déjà difficile pour nous. Renchéri Kristoff.
- Je ne veux pas vous faire de peine, MAIS JE VAIS VIVRE.
- On l’espère bien. Répondent en cœur Elsa et Kristoff
- Mais l’une de mes priorité vis-à-vis de notre maison Anna est que tu meur marier et comme c’est votre projet….
- Mon projet Elsa est d’abord de vivre.
- Oui, tu as raison. On verra après, Kristoff, souhaitez-vous restez ici.
- Je vais me reposer un peu, si ces altesses me le permettent.
- Kristoff, je te permets tout ce que tu veux.
Je regarde Kristoff partir, ma sœur me regarde et soudain
- Anna, veux-tu m’aider à écrire mon discourt ?
- Je ne sais pas écrire de discourt.
- On sera deux ok
Je me plie de bonne grasse, l’avantage c’est que je pense à autre chose. Après quelque réglages d’usage et tergiversation tout sens voici ce que cela donna



Le discourt

Rois, reines, princes, princesses, ambassadeurs, cher peuple des autres royaumes et d’Arendelle, au nom de ma sœur et moi-même, nous  vous souhaitons le bienvenue.

Les récent événements ont été difficile pour nous tous, je ne peu qu’être compatissante des dernier fait qui se sont passé, certain on perdu un frère une soeur un père une mère, c’est pour cela qu’au nom des morts, blessés et âme perdu je souhaite lancer un message d’espoir. Si nous voulons que les choses avances, que chacun est le plaisir de commercer et puisse rencontrer son prochain, nous devons engager toute nos forces pour la paix.

Chacun doit y prendre part, chacun doit être conscient que la paix est fragile, si ce message s’adresse à tous, il s’adresse aussi à ma propre personne. Je ne peux qu’adresser de chaleureux remerciement à ma sœur qui à pendant un temps gérer le royaume, ces pour parler, son aussi son œuvre, y adhérer c’est rendre hommage à son travaille acharné.

Anna, avait à cœur de rassembler chacun d’entre nous à ce projet de paix. Chasser les divergences ne fut pas chose aisé, mais on y est parvenu, parce que chacun à su mettre de côté ses prérogatives personnelle.

Je remercie particulièrement les ambassadeurs des îles du sud qui ont œuvré à ce mouvement de paix.

J’assure par ma couronne que chacun vivra en paix. Toucher à l’un des royaumes c’est toucher Arendelle. Assurons ensemble notre sécurité, engageons le progrès de chacun pour l’utilité de tous.

Je parle d’avenir, nous devons discuter ensemble de l’avenir d’un des royaumes ou province, selon le terme que vous emploierez, les îles du sud, puisqu’il s’agit d’eux, doivent garder malgré tout leur souveraineté et leur liberté d’échanger ou si on doit les rattacher à un royaume en particulier ? ce sera donc sans esprit partisan que nous devons sereinement parler d’avenir. Moi même je dois y songer, ma sœur est incessamment sous peu mère de l’héritier ou héritière du trône. C’est donc avec joie que j’attends la venu de cette héritier.

Vous aurez surement l’occasion de voir notre princesse préférer, celle qui a fait temps pour le royaume d’Arendelle et pour le bien de tous en général. Je voudrais que nous applaudissions ses efforts.

Merci.

- T’est vraiment obligé de faire ça Elsa
- Quoi, te remercier,
- Bah oui, les applaudissements, tout ça.
- Bon on verra pour ça. Mais faut que je trouve une variante au cas ou….
- Elsa, je suis sure que tu trouvera les mots.
- Excuses moi.
Ma sœur se retir je crois pour pleurer, au début je ne l’entends pas, mais petit a petit j'entends ma sœur pleurer, j’avais envi de lui dire que je serais là, mais comment rassurer quand on sait pertinemment quand réalité on en sait rien. Alors j’attends. Mais finalement j’ai une arme, elle déteste que je l’appel « votre majesté » ça va l’énervé surement mais au moins elle pensera à autre choses.

- Votre majesté, votre présence me manque.
Ça n’a pas ratté, elle surgit tel une furie. Mais voyant mon état fini par sourire.
- Pardon Anna, reprenant


Suite du discourt

nous prendrons le temps de partager nos points de vue sur la situation, tant au point de vue commercial que pratique, nous devons faire taire nos discordance tout au moins sur les bien que chacun convoite………

Le discourt fut assez long mais prometteur, je pris dieu de l’entendre et d’y assister.



Elsa Avril

L’arrivé permanente de dignitaire continue il faut gérer leur arrivés et les visites d’Anna. Kristoff prépare leur petit nid pendant qu’Anna reste dans ma chambre, je préfère ne plus la bouger, c’est un fait acquit même Kristoff est tatillon sur le sujet. Certain sont venu voir Anna, notre cousine raiponce fut une des premières a le faire, ce fut un moment convivial et reposant pour tout le monde. Ce fut le premier dîner en famille que nous partagions, les plat se succèdait et Anna pouvait manger avec gourmandise, c’était agréable à voir, on a pas parler politique, on a parler famille, enfants, on évite soigneusement le sujet de l’accouchement, sachant que c’était un passage difficile pour Anna.
- Puisque tu fais parti des dignitaire de la famille tu as le choix entre mon ancienne chambre ou l’ancienne chambre d’Anna.
- Ah vous êtes dure avec moi. Eugène trouve la chambre d’Anna sympatique et moi je préfère la tienne Elsa.
- Ah faut choisir !
- Bon ok, j’opte pour la chambre de la future maman.
- Voilà un problème de régler.
Une fois que le dîner fut terminé, je laisse Anna dans ma chambre je vais dans le petit salon. Le moi d’avril va être long, me dis-je. Cette attente interminable, je me réveille souvent pour voir si Anna respire encore, je pleur aussi parfois, une nuit je me suis réfugié dans la salle ou finalement tout à commencé, le jour du terrible accident, ce soir là, j’ai joué avec Olaf et Olafette, ça ma détendu. J’ai peu dormis mais j’était plus détendu. Je continuais donc à recevoir les dignitaires. Chacun trouve de quoi se loger, la nourriture était abondante, tout se passe bien, j’était à 10 jours du couronnement, couronnement auquel Anna ne pourrait assister, mais au dernier moment Kristoff eu l’idée, avec l’aide d’Oaken, de la mettre sur une chaise à porter et de l’amener à la chapelle, ce fut un moment risqué mais au combien rassurant pour moi,

A la veille du couronnement pourtant se fut pas gagné, déjà je stressais, bon déjà je ne gèle plus les objets de symbole de pouvoir. J’étais préparé à cette événement cette fois je serait prête

Le couronnement bis.

Il est six heure mais à la différence de la dernière fois, Anna était là, elle était de bon conseille, elle essayait de détendre l’atmosphère, à ce moment là, elle pensait ne même pas venir, elle aperçut pour la première fois la robe qu’elle avait dessiné, je me rendais bien compte que c’était peut-être son dernier cadeau. C’est à 8 h 30 que je quitte la chambre anxieuse, résigné, ma sœur ne serait pas là, je franchit les différents couloirs et au moment fatidique, un  gardes s’approche de moi,
- Madame, peut-on ouvrir les portes ?
C’était un moment difficile, cette fois quand ces satanés porte s’ouvrirons, le peuple verrait leur reine, c’était un grand moment. Gerda me fit la surprise d’apparaître,
- Anna à réussi, vous êtes a nouveau, bientôt reine.
- Anna a réussi surtout à ce créer de sérieux ennuit, à l’heure ou je parle je vous conseille de prier pour son âme plus que sur la mienne.
- Oui je sais, mais elle vivra.
- Puisse dieu vous entendre. Dis-je.

Après cette entrevue légère, je fut conduite par le prêtre vers l’entré, il s’introduit dans la chapelle, et me laisse passé dans la foule, une fois dans entré dans l’édifice religieux la cérémonie commence, tout le monde s’installe, quand tout à coup, une grande clameur se fait entendre, je me retourne et je constate avec effarement qu’Anna apparaît, stupeur et joi pour moi, on installe Anna à sa place c’est-à-dir en retrait de ma personne mais signifiant aussi qu’elle était princesse et régente légitime en cas de faute. Ces événements on changer ma façon de prononcer mes veux, après tout si je suis ici c’est  grâce à elle, je me devais   de l’inclure dans se couronnement.

Prêtre
- Par la sainte église, au nom du père et du fils et du Saint-Esprit, nous vous reconnaissons comme reine, Elsa d’Arendelle. Qu’avez vous à proclamer en tant que reine.
Je pris mon sinpiration :
- Je jure, de veiller à la protection de mon peuple, a sa bonne santé, à la prospérité et au bonheur de celui-ci. Je veillerais à une justice équitable. C’est donc avec honneur et respect que je prends la charge qui m’a été confié.
- C’est le moment mon enfant de prononcer un veux.
- Je ne peu que prononcer ceci, qu’Anna vive.
C’était l’euphorie général, les convives fure touché, Anna était au bord des larme, ce fut un moment de tourbillons, de joie, un bonheur que je souhaitais ne jamais voir s’arrêter. A la sortie le peuple criait des vivats, des bravos, c’était merveilleux, je demanda à kayson, de me permettre de voir ma sœur, un instant ce qui fut exaucé, j’était la reine à présent, on me permis d’avoir un instant avec ma sœur, je la regardait et mes yeux s’embuèrent de l’armes, tellement j’était heureuse,
- Anna, tu as peu venir
- Oh je te raconterais c’était épique, mais mes porteurs, (désignant Kristoff et Oaken), ont été bien brave, on a préférer te cacher la surprise, sinon tu aurais fermé les portes.
- Vous aviez raisons et je suis heureuse de cette sorti, même si…. Enfin n’en parlons pas.
- Je vais bien Elsa, il bouge je le sent le médecin dit que c’est pour une semaine ou deux, en principe le 5 mai.
Mon dieu, dans 10 jours je perd ma sœur, j’allais commencer à pleurer quand Anna à le mot qui remet tout en place
- Elsa, je serais là, et tu pourras pouponner mon petit héritier.
- Je…..
Je ne savais quoi dire.

La journée ne fut que festivité joie musique, un bal ou malheureusement Anna n’assista pas, elle commençais à avoir des signes de fatigue. Je ne serait qu’à mon retour dans ma chambre que le sommeille durerais 5 jours, ou Anna ne pouvait pratiquement plus parler, manger était difficile, elle se nourrissait mais avec d’énorme difficulté. Je préparais donc l’assemblé des gouvernants pour l’avenir des îles du sud dans un stress total. Kristoff représentait Anna puisqu’en grande parti cette réunions était sienne. Bien sure qu’il s’ennuyait, bien que pour quelqu’un qui s’ennui je trouvais qu’il avait parfois des questions pertinentes.

Le soir du 2 mai, le choses furent radicalement différentes.

En pleine nuit Anna fit sonner la cloche tout le monde accouru à cette événement, je rentre en trombe, Kristoff fut éjecté immédiatement, elle perdait les eaux, et le travaille pouvait commencer. Ce fut les 24 heure suivantes les plus éprouvantes de ma vie, en tant que reine, je commençais bien, je fus bien la seul a voir le carnage, le travaille fut long et pénible, celui-ci dura un bon moment 15 h je crois me souvenir, ou faut bien le reconnaître tous fu mis à rude épreuve pour maintenir Anna.

C’est donc le 3 mai au soir que Joseph, naquis, malheureusement, sa maman n’était pas tirer d’affaire, Anna respirait mais avec difficulté, le petit avait besoin de sa maman, c’était légitime, je me posais maintenant provisoirement comme sa maman, je lui faisait de petit flocon qu’apparemment il semblait apprécier, mais il voyait bien que j’avais la tête ailleurs, je tends le petit ange à son père, le temps que je revienne dans la chambre ou reposait ma sœur. Je pleurais beaucoup cette nuit là, je me rendais bien compte que je pleurais surement à côté de la personne la plus importante de ma vie, et c’est vers 4 h du matin de ce 4 mai qu’un voie, une douce voie me dis
- Elsa, je suis là.
Il aura fallu plusieurs fois qu’Anna me parle pour que je réalise le miracle, ma sœur vivait, elle n’avait pas failli à sa promesse, elle était là.
- Anna.
- Oui
- Je suis si contente de t’entendre.
- Ou est mon bébé.
- Il dort, mais je peu te l’apporté
- Je vais essayer de me lever.
D’abord je pris peur et c’est Anna qui franchit l’  « interdit » elle mis pied à terre,
- Je dois dire que ça fait du bien.
- Tu veux que je t’aide à aller dans le petit salon, Kristoff dort avec le petit Joseph.
- Oui je veux bien, je crois que c’est le moment.
- Oh Anna je suis si contente.
- Moi aussi Elsa tu ne peu imaginer ce que je ressens à cet instant.
- Si, du soulagement.
- C’est peu dire.
Nous entrons dans le salon, Kristoff dormait, le petit ange était dans son berceau, Anna consciente que si elle parlait il s’éveillerais, regarde sa progéniture, avec des larmes que je ne peu que comprendre, de la joie. Elle fini par réveillé Kristoff qui fut plus qu’heureux de constaté que sa future épouse était là devant lui.
- Anna, tu est mafique
- Chuttt. Il dort.
- Ah oui c’est vrai, tu veux le prendre.
- Euh,
- Aller Anna. Lui dis-je tu as fait tout ça pour ça non.
- Ok.
C’est avec des mains tremblantes et plaine de joie qu’elle prends le petit être, je crois que je découvris une Anna radieuse. Et ce fut le plus beau cadeau qui me fut donner de voir.
- Il est si mignon
- je suis d’accord Anna, c’est une réussite.
- Il à tes yeux
- tous les bébés ont les yeux bleu Anna.
Nous étions tous émerveillé, la vie dans son plus simple appareil. Le miracle de la vie venais de faire son tour de magie.
- Aussi loin que je me souvienne il te ressemble beaucoup, on dirait Anna en garçon manqué.
- Il à ta bouche je trouve.
- Peut-être.
Kristoff n’était pas en reste, c’était le père le plus heureux du monde.

Le 4 mai au matin. Joseph pris son premier bain royal, il n’acceptait que sa maman, mais avec beaucoup de pédagogie, Anna réussit à permettre à Kristoff et moi, d’assister à son premier bain. C’était un grand moment. Mais le plus étonnant fut l’attachement qu’il avait envers Olaf et Olafette, il était apparemment surpris de voir des choses blanche marcher et faire les zigoto devant lui. Je tache de graver ce moment dans ma mémoire, je m’en souviendrais toute ma vie.

Anna. Être mère, sa ne s’improvise pas.

Je passe rapidement sur le couronnement de ma sœur qui fut une réussite totale. Non je vais parler brièvement de mon accouchement bien que c’est un épisode difficile à raconter sachant pour un bon moment je fus inconsciente. Je suis épuisé, mais en quelque ligne que dire, j’ai passé l’étape la plus difficile pour la vie d’une femme. Cette transformation et douloureuse, mais nécessaire, elle rappel combien le prix de la vie est inestimable. Je savait que les prochains jours serait difficile, mais après ce que j’ai vécu, je peu bien accepter quelques difficultés. A l’heure ou j’écris Joseph prends le sein. Il est gourmant le brave. Mais il se tient tranquille c’est déjà beaucoup. Son père est fier de se petit monstre, et moi, je suis heureuse, heureuse d’être en vie, heureuse d’avoir donné la vie. Nous allons regagner mon petit royaume et rendre A Elsa son petit chez elle, la reine Elsa est dans tout ses états elle ne cesse de dire qu’elle est tante un peu partout. Kristoff me fait savoir que je dois commencer à préparer mes quelques affaire pour le grand déménagement, tout de suite les grands mots, on ne va pas si loin, mais bon il faut bien dire quelque chose. Etre parents ne s’improvise pas.

Ah làlàlàlà. Dans un moi et quelque semaine se serait mon anniversaire et il y a 10 mois Elsa était revenue. Je mesure le parcourt effectué, je prends Joseph le mets dans son couffin, et je sort pour la première fois libre de mes mouvements. Je ne sais pas ce que la vie va me réserver, mais je sais que je suis en cette instant heureuse.

EPILOGUE

Elsa est devant sa coiffeuse, décide de descendre pour voir si tous les détails sont prêt. Se postant devant le gâteau principal essayait de faire une petite statue de sa sœur.
- Aller c’est parti. Quelque seconde plus tard « pfff trop solitaire »
Cette fois-ci elle fit apparaître les deux sœur côte à côte. « non, non, non et non, trop solennelle, ça va pas ça » La troisième tentative était Elsa qui serrait sa sœur dans ses bras  « oh mon dieu que diras-t ‘on de moi » La dernière montre Elsa et Anna patiner ensemble. « bon on fera avec c’est beaucoup mieux »




- Kristoff, je peux conter sur vous ?
- Tout ira bien regarder

« joyeux anniversaire Anna »

Et tous les gateaux mit à chaque table tout Arendelle était invité, et
- Olaf que fais-tu
- Mais c’est de la crème glacé, j’adore la crème glacé
- Et il est pour Anna
- Et il est pour Anna. Répondit Olaf en échos.
- Bon c’est l’heure. Surveillez le gâteau.
Elsa remonta les étages du château arriva devant la porte et « cette fois c’est le grand jour, c’est notre jour à toutes les deux » elle entre, sa sœur dormais, « qu’est qu’ils ont fait encore cette nuit ces deux là » ce posta doucement sur le côté opposé de sa sœur

- Anna, joyeux anniversaire !
- A toi aussi
- Non c’est ton anniversaire,
- mon anniversaire, C’est mon anniversaire.
Ça y est elle à réalisé, ah bah ça va pas être commande, mais la furie est en marche et c’était parti pour là journée

c’est le premier de tes anniversaire, qu’on passera ensemble au soleil et au grand et moi je serais là, oui là tout prêt de toi, je ne raterais pas cette fête……… AAAAA tchoum et mince deux petit olaf…

elsa tu as attrapé froid !
Anna tu sais que je ne crains pas le froid et puis le froid et pour moi le prix de la liberté.


La fête ba son plein tout le monde fut heureux Kristoff présenta sa demande en mariage et Elsa répondit favorablement à cette union. Mais le fièvre submergea Elsa, qui du être a son tour alité dans on lit royal.

- Elsa c’était une chouette journée.
- Merci.



fin
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par WarmIce le Sam 31 Oct 2015, 15:37

Salut, désolée de ne pas avoir commenté mais je n'ai pas pu avoir internet pendant un certain temps Smile
Le moment où Elsa apprend à sa sœur qu'elle ne va peut-être pas survivre est très touchant, je crois que c'est celui que j'ai préféré^^
Et j'ai adoré l'épilogue, qui reprend Frozen Fever Very Happy
avatar
WarmIce

Féminin Messages : 113
Date d'inscription : 23/04/2015
Localisation : Arendelle, en train de manger du chocolat avec Anna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Sam 31 Oct 2015, 16:04

Elsa se rendait bien compte qu'à tout instant elle pouvait perdre sa soeur, en l'écrivant, je me suis mis dans une situation tel que je me suis demandé qu'aurais-je pu dire à un proche si je savait que ça fin était proche ou incertaine. Elsa ne pouvait pas se permettre de perdre celle qui à tout fait pour elle en dépit d'elle-même.

l'ors de l'anniversaire d'Anna c'était sa façon la plus juste de la remercier d'être encore présente.

pour la connection, il y a beaucoup plus grave.

avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Lun 09 Nov 2015, 11:54

une suite, une suite

c'est prévu pour bientôt, très bientôt.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par WarmIce le Lun 09 Nov 2015, 17:05

GENIAL cheers cheers cheers J'attends la publications Very Happy
avatar
WarmIce

Féminin Messages : 113
Date d'inscription : 23/04/2015
Localisation : Arendelle, en train de manger du chocolat avec Anna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum