les recueilles des illusions

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mer 11 Nov 2015, 11:15

et voilà, la suite
juillet Anna

Qu’est-ce qu’il fait chaud ! joseph ne tien plus en place enfin façon de parler, les nuits sont épouvantables, je me remets doucement de se terrible accouchement. Ma sœur à décidée de nous laisser Kristoff et moi, prendre nos marques, elle venais de temps à autre s’intéresser au prince héritier, mais elle avait toujours peur de lui faire du mal avec sa neige, alors c’était assez compliqué de lui donner le petit, mais bon, elle y arrive mais si j’ai le malheur de m’éloigner un peu, elle est plutôt retissante à le garder. Espérons qu’avec le temps ça s’arrangera, enfin, sur le principe elle veut bien être sa marraine. Petit à petit, je reprends le plaisir d’être aussi femme, je m’habille un peu et je sors du palais. Ça fait du bien, de se sentir un peu plus libre de ses mouvements. Mais paradoxalement, je ne peu pas aller très loin, la place, devant le palais est le trajet le plus long que je puisse faire. Les médecins disent que je m’en suis sorti de justesse et qu’il serait bon d’éviter d’être trop presser. Alors je prends mon temps.

Elsa à décidée, pour m’occuper un peu, de m’associé aux décision de gouvernement. Je crois surtout, qu’elle veut être sur qu’elle peut surveiller mon état de santé. Faut dire qu’elle à eu peur, très peur même. Je ne lui ais pas caché que moi aussi, mais j’avais confiance en l’avenir, j’avais confiance en elle. Gerda, qui n’est plus à notre service ma raconté que le lendemain de la naissance de Joseph, Elsa est aller la voir et à passé une petite après-midi à s’extasier sur le petit. Enfin l’accouchement c’était bien passé, j’ai pu m’occuper de mon fils, mais le soir j’ai fait une rechute, je suis tombé comme une masse, Kristoff, le lendemain m’a raconté que c’était la panique au palais. Lui d’abord à paniqué, normal, quand on voit sa future épouse tombé d’un seul coup au sol, heureusement le petit était dans son couffin. Mais il à agit, il à appelé le médecin, par contre le médecin je ne le félicite pas, ou plutôt j’aurais préféré qu’il oubli se devoir là. Il à demandé à Kristoff d’appeler la reine, il l’a fait, mais il s’est vite ravisé quand il a vu Elsa vidé toute les larmes, de son corps. Me secouant comme une veille bique. On a fini par l’arrêter car a force le médecin lui rappel qu’a force de me secouer elle allait vraiment finir par me tuer. Kristoff m’a alors dit qu’elle s’est arrêté et une fois que j'ai été mise dans mon lit, elle est resté prostré dans le fauteuil de la chambre toute la nuit. Si bien que le lendemain matin c’était pas Kristoff que j'aperçois c’était ma grande sœur.
- Heum, Elsa, mais que fais-tu là ?
- ANNA, NE ME REFAIS PLUS JAMAIS ÇA, TU M’ENTENDS.
- Que c’est il passé.
- Tu es tombé on à pas compris.
- Je ne me souviens de rien. Comment va le petit Ange.
- Mal, il à réclamé sa maman.
- Je suis désolé Elsa.
- Je m’en remettrais, mais il faut que tu mange, Anna, tu ne mange pas assez, tu dois le nourrir et toi aussi.
- Je peu pas finir gaver.
- Non, mais reprends des forces.
- Ok Elsa. Je tacherais d’y penser.
- Fait plus.
Cette sœur c’est pire qu’une maman, enfin elle va mieux et c’est déjà beaucoup. Comme dit Kristoff, il vaut mieux que ta sœur t’embêtes plutôt qu’elle embête tout le monde. C’est pas faux. J’aime bien l’hiver, mais pas au moins de juillet, non merci.


Juillet Elsa.

Si on m’avait dit que ma sœur serait mère je ne l’aurais pas cru. D’ailleur parfois je me dis que c’est surement un enfant adopter. Stop je suis méchante, là, ça lui va comme un gan, le problème c’est qu’elle ne fait pas toujours attention à elle. Elle veut gambader partout, résultat c’est tôt en pleine audience qu’on me rapporte qu’Anna a fait une chute dans ses appartements et qu’il est impossible de la relever. Je prends passiemment le temps d’écouter la séances, nerveuse interrieurement je l’était je presse Kayson d’abréger mon attente afin de voir ce qui se passait à ma sœur. En gros l’objet de la séance était sur les caprices de weselton. Ah c’est pas Hans qui était le plus ennuyeux finalement, c’est ce « chose ».

Quoi, la séance est terminée et je suis toujours sur le trône, mauvaise sœur que je suis, j’ai jurée de veiller sur elle alors diable pas de réunion temps que je n’aurais pas vu Anna. Je parcour les couloirs du palais et me dirige vers l’aile d’Anna et je vois bien qu’on ose pas me regarder. Ah un médecin.
- Votre majesté, votre sœur est morte.
- Vous, vous, vous, plaisantez !
- je crains crains crains fort que non.
« il tremble celui-là » Elsa croisant les bras.
- Soyez plus précis, respire t’elle encore.
- A peine.
- Ah donc elle est en vie laisser moi passer.
Je rentre dans la chambre, je vois Kristoff qui tente de calmer le petit, je jette un œil compatissant sur ce brave montagnard, puis je me dirige sur le corps presque inanimé d’Anna, le secoue, « réveille toi Anna, s’il te plait » je relève la tête et vois la chambre, les rideaux son entre-ouvert, j’interroge du regard Kristoff.
- Elle préfère les laisser pour ne pas trop effrayer le petit de la lumière.
- C’est surement sage, mais ouvrez diable cette fenêtre, elle à besoin de respérer. Bon on va prendre les choses en main Emeline,
- Oui madame.
- Vous aller m’aider on va la mettre sur le lit, Kristoff prenez ou laisser le petit mais cette parti n’est pas pour vous, enfin pour le moment.
- Bien votre….
- Kristoff, non pas vous…..
- Bien Elsa.
- Merci.
Il sort de la pièce avec Joseph, Emeline m'aide à prendre la jeune princesse pour l’amener sur son lit.
- Maintenant que fait-on votre majesté.
- Bon on va resté calme, aider comme vous pourrez le jeune père pour le moment, le petit à besoin d’une présence, je dois m’entretenir avec le médecin, je viendrais vous tenir compagnie après.
- Bien madame.
Je regarde partir la femme de chambre, elle est sympatique Anna à eu bon gout de la mettre à son service. Anna justement, je m’assied sur le fauteuil, son fauteille préférer et j’attends. Bon en réalité je fini par passé beaucoup de temps avec Emeline et Joseph, en faite j’essaye de ne pas trop approcher l’enfant en la présence d'Anna parce que j’ai peur qu'elle s’inquiète, et que je puisse faire du mal au petit Ange, mais je ne peu pas il à les yeux d’Anna, la frimousse de Kristoff, avec un léger mélange du visage de maman et les cheveux d’Anna en plus orangé. Bon à l’heure actuel son jeu est de saisir ma natte, si ça m’agassait un peu au début, je fini par trouver cela des plus amusant, parce que le voir sourir c’est chouette.

Je retourne voir ma sœur et Oh miracle
- Elsa.
- TU NE ME REFAIS PLUS JAMAIS ÇA.
- que c'est il passé ?
- Tu est tombé, on a pas compris
Bien sure je lui sort le grand jeu que j’allais finir morte a force de devoir la surveiller, qu’elle doit manger un peu et faire attention.

Je sors rassuré et informe Kristoff que tout va bien, mais, avec un peu d’humour.
- Je pense que les exercices serons à reprendre plus tard.
- Moui, très bien.
- Aller veuiller sur Elle, je vais tenter de me remettre de mes émotions.
En réalité, je suis parti dans ma chambre et j’ai laisser tomber toute les larme que j’avais, je vidais mon stress.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mer 11 Nov 2015, 22:07

Aout
Anna :

eh oui presque deux mois. trois moi que je pouponne mon petit chérubin, Kristoff à une nouvelle activité, enfin si on peu dire, prince et j’aurais pas imaginé que ça l’amusait tant que ça, façon de parler bien sure. Mais on à vite trouvé une activité, il séjourne en terre des îles du sud pour assister à la nomination des représentants d’Arendelle. En tant que représentant de la couronne, bah il devait y aller, en principe j’aurais dû y aller. Mais quand j’ai fais part de cette possibilité là……
- Anna, rappel moi qui est la mère du prince héritier.
- Euh, moi.
- Qui à besoin de sa maman.
- Le prince. Mais Elsa je peux partir avec lui….
- Te rappelles tu ce qui est arrivé à papa et maman.
- Oui, je sais, mais, tu va pas envoyer Kristoff parce que c’est mon mari ?
- Si
- Elsa, ce que je vais te dire, il le sait, donc il ne m'en voudra pas, se sera aussi efficace que d’envoyer Olaf.
- Olaf quoi, tu l’épouse aussi.
- Non, tu m’’as parfaitement comprise.
- Il se passe rien aux îles du sud, Kristoff pourrait éventuellement faire un peu de tourisme.
- Elsa….
- Anna, si j’amais je meur ou que je sois empécher qui devra accéder au trône.
- Elsa, techniquement parlant, justement je deviens régente et je dois avec mon époux gérer les affaires du royaumes dans l’intérêt de mon fils……Ah non Elsa tu vas pas t’en aller comme ça. C’est quoi ton, je fait n’importe quoi.
- Mais Anna, j’ai jamais dis que je partais.
- Ouf, mais pourquoi, Kristoff,
- Justement entant que régent potentiel on doit connaître le roi. Bon Ecoute Anna je vais te dire la vérité, j’ai deux raisons. La première est que les îles du sud son d’un sexisme terrible si tu veux traiter avec ces gens là, c’est un roi et rien d’autre, la seconde est au sujet de ta santé.
- Je vais très bien Elsa et la première, montre ta colère.
- Ma colère, tu sais ce qu’elle à couté ?
- Je m’en fiche.
- Moi pas du tout, je ne m’en fiche pas ou plus, elle coute des vies en hommes elle coute des vies en confiance, elles coute des heures de négociation. J’ai pas envie de tout saboter… pour simplement que monsieur roucoule avec sa belle. Je fais des sacrifices tu dois aussi en faire et cela C’EST POUR TON FILS.
- Ce n’est pas juste.
- QUI T’AS RACONTÉ QUE LA VIE ÉTAIT JUSTE ?
- PERSONNE, MAIS J’AVAIS ESPÉRÉ.
- Anna écoute moi, quand j’avais papa m'avais alors dit pensant que je serait contente, "oh ma chérie, tu va être reine, c'est pas merveilleux...."et cela malgré ses pouvoirs, j’avais supplié papa de te nommer reine, je te jure que de son vivant les caprices que j’ai fait et que pour l’orgueil de la couronne (elle jette sa tiare à terre) il à cédé comme si je lui demandais la lune.
- Je, je, je,
- Maintenant tu sais. Quand Kay, feu Kay m’a informé que j’était déjà couché sur les prérogatives du royaume comme reine, j’ai cherché par tous les moyens de te nommé reine, j’en veux pas de ce titre, il te va mille fois mieux parce que l’optimisme, j’en ai pas, parce que la franchise, je l’ai par la raison, l’opiniâtreté, le courage, je n’ais pas ça non plus. Je suis une reine nulle, en faite, je me cache derrière mon fauteuil pour quoi, rien.
- Elsa, je te demande pardon, je vais m’occuper de joseph.
Elsa me congédie, comme je n’ai jamais vu ma sœur en colère. Je retourne dans la chambre, joseph pleurait, j’avais que ça à faire de toute manière.

Aout
Elsa

Anna avait le don de m’énerver, mais là elle ne m’énervait pas , elle avait raison, et je le savais très bien, j’aurais pu envoyer le bateau royal avec ma sœur, son fils, le roi, et son père. Mais ce qui c’est passé avec nos parents….mon refroidé dans cette idée. Alors pourquoi envoyé Kristoff, c’est simple c’est lui qui me l’a demandé, si je l’avait dit à Anna de toute manière elle ne m’aurait pas cru et à sa place je comprendrais. Il s’ennuyait, bien sure Anna était comblé, il veillait sur elle mieux que cent gardes. Mais il avait tenu un arguement qui allait droit au cœur pour notre maison.
- Elsa, j’ai épousé votre sœur, je peu pas rester oisifs,
- Ah parce que monter dans la montagne du nord affronter guimauve, et supporter ma sœur c’était de l’oisiveté ? ah bas j’aurais juré que c’était pas une partie de plaisir.
- Je comprends votre majesté…..
- Kristoff….. NON
- Mais on est dans la partie public du palais.
- As-tu entendu Anna dire « votre majesté »
- Excepté pour vous embêter, non.
- Oui, elle à la chique pour ça. Bon que voulez-vous, que je vous sommes d’aller faire le clown chez les semblables de Hans, si vraiment vous insistez
- Je le fait pour le petit roi.
- Pas faux sur le coup, mais j’aurais pu y aller moi même.
- Certes, mais c’est Anna qui vous fera une cène.
- Encore raison, bon, très bien, vous avez gagnez le droit d’aller faire le clown, mais plaignez moi d’avance quand Anna sera votre départ.
- Elle vous écoutera.

C’est ça elle m’écoutera, résultat j’ai congédier ma sœur à son rôle de mère nourrisière, j’envoi son mari à l’autre bout du monde et moi, je pleure comme une madelaine.

Oui Anna c’est pas juste, j’en conviens.


Dernière édition par sapin le Ven 13 Nov 2015, 00:45, édité 2 fois
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par WarmIce le Jeu 12 Nov 2015, 18:17

Génial rien à redire, je suis contente de pouvoir lire la suite de tes écrits.
J'aime bien voir Anna en maman biendit
avatar
WarmIce

Féminin Messages : 183
Date d'inscription : 23/04/2015
Localisation : Arendelle, en train de manger du chocolat avec Anna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Dim 15 Nov 2015, 18:49

Septembre Anna

voilà j’entame le 4me mois, Kristoff est revenu et tout reprends un peu d’ordre, les nuits son pénibles mais ça, il fallait que je m’y attende un peu. Le temps de devenir femme qui fut un moment ma préoccupation fait place à un nouveau stade, avant d’être femme, je suis mère et Kristoff, pour le coup est très solidaire, il sait bien que je veux un peu me détendre, mais bon j’en ai plus tellement le temps. De plus j’assiste ma sœur. J’ai un peu de temps pour moi, nous. Comme la colère d’Elsa sur les îles du sud on fait considérablement agrandir le royaume, bah, y a plus de taches et parfois Elsa en rigole. Elle me fait remarquer que finalement Hans aurait été utile.
- Dommage que cet idiot se soit tuer.
- Après ce que tu lui a fait, tu ne lui en a pas donné le choix.
- Ah bon, j’aurais cru.
Retournant sur les différents livres de compte, Kristoff fait irruption dans le bureau.
- Le petit a faim Anna.
- Kristoff, vous auriez pu frapper, même si je comprends l’urgence que notre roi soit nourri par sa mère. Une Elsa dont le sourire est caché par la position habituel de sa main devant la bouche. « Amène-le, Anna aura la joie de lui montrer sa future pièce de travaille. »
- Bien Elsa, si sa mère ne voit pas d’inconvénient à ce que sa tante assiste au repas du roi.
- Vas-y Kristoff et après je pense sortir un peu le jeune roi, faut qu’il découvre les petites fraicheurs de septembre.
- A propos de sorti Anna. Elsa se tournant vers sa sœur
- Oui.
- Le peuple devrait le voir, tu te sens comment pour cette événement.
- Je pense que c’est le bon moment, je vais mieux, la promenade de cette après midi dans le grand parc devrait me décider.
- Je serais heureuse que se jour arrive. Voyant Kristoff qui ne bougeait pas. « sir Joseph réclame sa mère non »
- Oui je vous l’apporte.
Elsa me regarde avec une certaine tendresse, je vois bien qu’il y a du chagrin, elle ne sera sans doute jamais mère. Je dis rien, qu’ais-je à dire, je respecte se moment de tristesse, je détourne mon regard, je l’entends qui se lève, elle va vers la fenêtre, j’entends bien qu’elle pleur, mais là je décide de ne pas la laisser dans cet état. Je me lève et vais entourer ma sœur, elle ne rejette pas ce moment de tendresse, elle profite de cette instant, simple et éphémère.
- Pardon Anna.
- De quoi, ce n’est pas grave, je serais, jamais la reine des neiges, mais je serai maman, c’est une autre magie.
- On va dire cela comme ça, mais c’est moins dangereux, la magie d’être maman.
- Attend, on en reparlera quand Joseph va marcher et courir.
- Il le faudra bien, mais a mon avis le jour ou il dira maman….. je ne me rappel plus trop quand tu as parlé mais je sais que tu m’appelais « za » et ton truc c’était quand tu voulais me montrer quelque chose « va za »
Je me rends compte qu’Elsa me raconte un passé que j’avais oublié, notre enfance. Mais déjà Kristoff arrive, avec le monstre. Bon bien, je vais remplir la tache nourricière. Elsa ma cède son fauteuil de reine.
- A défaut d’être assis dessus, ça maman doit s’asseoir.
Puis elle se met sur l’autre chaise que j’occupais précédemment. Et regarde, elle regarde se moment si intime, même Kristoff, ne veux pas regarder, sans doute par pudeur, mais elle, elle regarde et cela me rassure presque.
- Ça te gène Anna.
- Pas du tout.
- Ça te fait quoi.
- Le nourrir ainsi, ça tire, ce n’est pas la sensation la plus agréable, mais c’est pas non plus une torture, faut juste de temps en temps le retirer pour qu’il prenne un peu l’aire. Et aussi de temps a autre changer de sein, mais a part ça…. Ça va, au moins Kristoff et moi ont l’entent pas brailler.
- En claire, il est adorable quand il mange.
- Ah non, aussi quand il dort. Mais c’est normal c’est que l’aventure de la vie commencera vraiment dans quelques mois.
Ma sœur me regarde, Kristoff se permet un toussotement l’aire de dire, je suis là.



Septembre Elsa.


Anna et moi faisons fasse sur la table de travaille qu’occupait jadis notre père, je lui explique les divers difficultées de gestion des nombreux denier que nous possédons, Arendelle et un royaume riche, très riche, on s’est rendu compte que le roi des îles du sud spoliait une parti de nos revenus certes on s’en tirait largement, mais maintenant c’était trop, c’est bien simple on pouvait agrandir le palais sans pour autant faire souffrir le peuple d’impôt. On y songe, bien que globalement on ne peut franchement pas dire que nous sommes à l’étroit, Olaf et Olafette on décidés de partir au palais de glace pour un temps je crois que guimauve à prévu de quoi s’amuser là-haut. La réalité et que petit à petit je risque de laisser à l’abondons mon palais de glace, il était ma délivrance mais aussi source de problème, source de curiosité et finalement source d’inquiétude, une reine qui pouvait construire un palais de glace à la force de sa magie c’est suspect. On a aussi imaginé détruire le palais d’Arendelle et de mettre un palais de glace, mais voilà il faut aussi penser à l’avenir, Joseph sera roi et il lui fallait du dur, pas du fondant. Soudain Kristoff entre, il a oublié de frapper, bah c’est que l’urgence est cruciale, le grand Joseph à faim, je demande donc à ce que ce brave garçon et la nourriture dont il mérite. Voir ma sœur heureuse et une joie et en même temps la plus grande frustration de ma vie, je ne serait jamais maman, faut arrêter de rêver ma veille, qui voudrais d’une reine pouvant créer de la glace, personne. Je vais à la fenêtre, je relâche la tension qui est en moi, « cache tes pouvoir n’en parles pas, fait attentions, le secret survivra » ah oui, il à survécu, pas longtemps et en plus il m’a causé tellement d’ennuis que finalement je me trouve bien mal engagé de critiquer ma sœur, son mariage n’est même pas prononcé, elle ne m’en parle pas mais il va falloir que je frappe un coup, ou coup important. Il faut que je mette Kristoff dans la confiance, non pas Kristoff. Kayson, bon j’observe ma sœur, que c’est beau une mère qui nourrit son enfant, Anna est la plus belle des mamans. Anna, je vais te laisser, je vais me reposer un peu.
- Tu ne veux pas sortir un peu dans le parc.
- Si, si, je veux bien mais là….
Je ne peu pas dire à ma sœur que je me sens pas bien, je demande donc à Kristoff de me suivre.
- Que se passe t’il Elsa.
- Rien, enfin si. J’ai toujours l’impression que je suis indigne de la confiance qu’Anna m’accorde.
- Anna à une sœur dont elle est très fier. Elle se rends bien compte que c’est une chance.
- Kristoff, je ne suis pas idiote, les difficultés qu’elle à eu son en partie ma faute.
- C’est peut-être vrai pour être honnête, mais je ne vous juge pas sur ce qui sait passé. Anna à fait la paix dans son cœur pour les 13 Années. Je ne vous cache pas que parfois elle y repense, mais, comme elle le dit souvent, ce qui est fait est fait. Quand elle à tenu la régence, elle à toujours veillé à ce que chacun accepte que vous retourniez sur le trône. Quand je suis allé aux îles du sud, jai plaidé pour une confiance retrouver, il semble que certain ai peur d’Arendelle, mais il savent aussi qu’Anna serait toujours votre côté positif, vous êtes pour Anna la personne la plus importante, il y a trois chose qui peuvent visiblement maitre en colère Anna. Votre mort ou votre mal-être, la protection de son fils et moi…. Sur ces points là, elle peut êtres très dangereuse.
- A l’idée de repenser aux coups porté au princes des îles hanse je préfères ne même pas y songer.
- Elle peut faire pire, elle est sournoise.
- Kristoff, ce que je vais vous dire est un secret et une révélation.
- C’est-à-dire.
- Si les choses se passe bien, votre fils sera présenté au peuple dans peu de temps à ce moment là j’annoncerais la régence, s’il n’est pas en âge de régner j’assurerais la régence, ou je nommerais Anna reine. Vous serez chargé de l’éducation du roi.
- Mais, vous ne partez pas.
- Non.
- Ah vous me rassurez, mais Anna qu’elle rôle elle jouera.
- Je crois qu’Anna à un rôle déjà et puis je viens de vous le dir, Anna sera probablement reine.
Kristoff parut bien ennuyé.
- Je préfèrerais que vous en touchez un mot à Anna.
- J’y songerais soyez en certain.

Je me retire, je vais dans la chambre de nos parents je crois qu’il est temps pour moi de faire complètement le deuil.

Je rentre dans la pièce, rien à bouger, je m’assoie, je regarde les différent objets qui ont appartenu à nos parents,
- Père, je vous demande pardon. Je ne suis pas faite pour cette tache. Je ne peux décemment fournir un héritier. Donner moi au moins la force, de le lui dire que je vais m’effacer au profil d’une régence.

Je ressors de la pièce, retourne au bureau.
- Elsa, je t’es fait cherché partout.
- Je suis là Anna.
- Merveilleux, allons sortir notre petit ange.
Je m’approche de l’enfant lui pose ma tiar.
- Elsa il est pas encore roi.
- Laisses moi m’habituer à être en présence de mon souverain.
- Tu n’en fais pas un peu trop, il à 4 mois. Il risque peu de te demander un ordre.
- Qui sait.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mer 18 Nov 2015, 20:44

bon après les récents évènement, on va reprendre nouvelle publication prévu se soir.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Mer 18 Nov 2015, 22:54

Octobre Anna.

C’est le grand jour, le petit joseph va attaquer le 5 mois et vous imaginez bien que les parents, moi la première sommes fière de leur petite tête rousse. Il est souvent dans son petit couffin mais aujourd’hui il va sortir et être en contacte avec son peuple, après des tergiversations difficiles, on a convenu qu’Elsa resterait reine jusqu’au 10 Ans de joseph, après elle pouvait soit choisir d’instaurer la régence, et continuer à gouverner en son nom, jusqu’à sa majorité 21 Ans, soit me passer les pouvoirs et je devrais succéder au trône et se serait à ma mort que joseph montera sur le trône. C’était assez tendue., mais il a fallu que coute que coute, nous essayons de garder Elsa, elle est déprimé, c’est certain, Kristoff ce demande si serait pas une mauvaise chose de lui trouver quelqu’un, mais qui, je ne peu pas imposer à ma sœur un prince un roi un mariage dont elle ne tirerait aucun bénéfice personnel et joyeux. L’amour c’est une chose sérieuse qui demande de l’engagement, de la persévérance. Elsa est désespérée, consciente de ses pouvoirs elle les maitrisent parfaitement ou presque parfaitement. Mais cela là rendu encore plus angoissé. Les préparatifs pour cette sorti royal ont été minutieusement préparé. Le parcours, ce que joseph pourrait voir et toucher, le qui pourra approcher le future roi, c’était un stress pour Kristof qui n’était pas habitué à de tel préparatif.
- Il est prêt. Me demande Kristoff d’un aire inquiet.
- Bah regarde, notre royal baby et complètement endormis. Elsa qui pensait qu’il ferait le tour des différents sujets, bah il le fera en dormant.
- Bah tant mieux, parce que cette nuit, il à été pénible.
- Ne m’en parle pas. Enfin. prenant mon petit ange dans les bras : " Aller bonhomme maman va te mettre dans le petit couffin pour la grande occasion".
Soudain on frappe à la porte.
- Qui est-ce ?
- Ta sœur.
- Rentre et referme cette porte que diable, le petit dors.
- Oh qu’il est mignon, il à vraiment ta bouille.
- Si tu le dis. Bon sœur chérie, tu va comment.
- Anna on va aborder un autre sujet.
- Que ce passe t’il ?
- Rien qui ne devrait perturber la plus jolie des princesses.
- C’est gentils mais tu est pas mal aussi.
- Je suis venu vous demandez, comptez vous toujours vous marier.
Kristoff et moi regardions ma sœur incrédule, bien sure qu’on le voulait mais que prépare t’eille.
- Que mijotes tu ?
- Je me disais que pour les 6 moi de joseph on pourrait…..
- Elsa c’est vrai, tu veux bien.
- Anna à ton anniversaire je te l’avais dit déjà, mais je reconnais ne pas avoir fait beaucoup de grand préparatif en ce sens, pour deux raison, je voulais que tu te portes mieux et que tu puisse prendre tes marques de maman.
- C’est très gentil, merci beaucoup.
- Je vous doit beaucoup à tous les deux.
Kristoff se raclant la gorge :
- Elsa, si je peu me permettre, vous vous êtes souvé, vous même, en acceptant Anna, en acceptant qu’Anna vous pardonne, vous avez accepté d’écouter votre cœur.
- Si vous le dites.
- Mais Elsa tu n’est pas méchante, tu as un don, mais ça ne fait pas de toi une personne cruelle.
- Rappel moi ce que j’ai fait aux îles du sud.
- On ça c’est disons, une colère.
- Tu vois.
- Oui bon ok là tu t’es dépassé et les excuses on été entendu, je pense.
- Oui c’est vrai.
- Laisse le temps, nous expliquerons à Joseph la situation en temps voulu.


Nous sortons de ma chambre faisons les derniers mètres avant l’ouverture des portes
- Anna, j’avais très peur au premier couronnement.
- Je me doute. Tout le monde allait te juger s’ils découvraient.
- Oui.
Kristoff marchait à mes côtés il veillait à ce que je ne fasse pas trop bouger le petit couffin. Devant la porte principal qui nous sépare de la foule, on entendais aisément la foule joyeuse, les musiques, les danses et différentes activité qui précède l’événement. Dans un instant Joseph ferait sa première sorti hors du palais et il avait 5 mois.

Octobre Elsa


J’ai vraiment du mal avec la foule, vraiment, c’est une angoisse, je ne cesse de me répéter que c’est pour le roi que je fait ça, mais rien y fait, je ruine mes espoirs d’être convenable, je fini par faire amener ma femme de chambre, Célestine, m'aide à faire ma natte. Je reste silencieuse, c’est une personne douce, qui n’a pas besoin de parler pour comprendre que je suis stressé.
- Voici votre tiare.
- Merci, je vais la mettre. Puis-je vous demander un service, c’est pas un ordre c’est un service entendons nous bien.
- Quel est il ?
- Il me semble que vous êtes maman, aussi.
- En effet, on ne peu rien cacher à votre majesté.
- Assister Anna si elle se sent perdu.
- Vous savez, votre sœur a l’instinct, elle s’occupe de son petit Ange, elle connait ses besoins.
- Je sais c’est plus pour la décharger.
- Votre majesté, faire ne ferais que renforcer l’idée que vous trouver qu’elle ne s’occupe pas de son bébé.
- Vous pensez que serais mal perçut? Vus le caractère de son altesse, je crains que se soit sujet à discussion difficile.
- Très bien, faite au mieux.
- Puis-je poser une question à ma reine.
- Au point ou on en est !
- Vous vous en voulez toujours de ce qui c’est passé.
- Ça ce voit tant que ça ?
- Disons que vous semblez êtres particulièrement inquiète sur le bien être de votre sœur.
- J’ai failli perdre le seul membre de ma famille. ça compte non.
- Oui c’est sure.
- Je ne voulais pas la tuer.
- Je pense que votre sœur le sait que vous n'aviez pas l’envie de vous amuser avec elle. Vous reproche t’elle l’accident.
- Non.
- Alors vivez dans le bonheur, votre sœur vous chérie aussi, elle veille sur vous, vous veillez l’une sur l’autre.
- Merci, vous me remontez le moral.
- Je vous en pris.
Je sort de ma chambre, sort de mon aile et me dirige vers le centre de l’aile d’Anna, sans y paraître c’est très gaie de son côté, c’est fleurie, tout le monde à l’aire de s’amuser et le personelle attaché au service de ma sœur semble baigner dans cet événement. Bon d’accord tout est accès sur le pouvoir administratif de mon aile mais un peu de joie, pfffff la joie, le seul moment ou je suis yeuse c’est le moment ou je vois ma sœur.
- Votre majesté, votre sœur est dans ses appartements.
- Merci.
J’en profite pour passer devant la bibliothèque et recherche le petit livre sur « comment éduquer un petit prince », bon papa et maman on du être décontenancé avec de princesses mais bon elle c’est un prince, alors ça devrait coller. Remontant et allant vers la porte de sa chambre je frappe et quand il m’on informés que je pouvais rentrer, je vois un couple un très joli couple. Kristoff qui reste sagement a attendre que Madame borjman (Anna) lui indiques les suggestions. Je pose discrètement le livre sur la table de chevet du couple. Nous discuton de leur mariage, je reconnais ne pas avoir mis beaucoup de volontés pour les préparatifs, mais cette fois je suis décidé. La sorti sera l’annonce, 18 mois après les événements passé, Anna à enfin son prince charmant. Ça y est ils sont prêts, le petit bonhomme dors, c’est finalement pas plus mal. On sort de la chambre, ont parcoure les couloirs, dire qu’il y a 18 mois je tremblais comme une feuille devant l’immensité de la charge, Anna c’était différent, son petit bébé allait être devait les regard de tous ces gens. Devant la porte je confit à Anna mes craintes, il semble que cette dernière à peur, pas de la même chose, mais de l’accueille qu’on allait faire au petit prince. Un garde s’approche de moi et me demande
- Votre majesté, peux-t ‘on ouvrir les portes ?
Je regarde ma sœur.
- Elsa, c’est toi la reine je te rappel.
- C’est ton fils Anna.
Kristoff qui fut un instant amusé de nos pique fini par hausser légèrement le ton.
- Bon je vais décider, oui ouvrons les portes.
Certes Kristoff à un côté expéditif, mais il à au moins mis tout le monde d’accord. Je valide sa demande par un hochement de tête.


Les portes s’ouvrent……….
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Dim 22 Nov 2015, 17:55

Le désarroi.

La présentation : Anna

c’est devant une foule immense que je sors avec le petit couffin, un cordon de soldat protège la famille, peu à peu le silence fait place aux bruits ambiant, c’était comme si on avait demandé au gens de s’arrêter de parler, précieusement je m’approche de la corne qui faisant office de porte voie, ma sœur est en retrait, ce qui n’est pas tout a fait normal, pas inquiétant, mais pas normal tout de même. Je m’approche et commence à réfléchir à ce que je vais dire, je me tourne vers ma sœur qui ne semble pas bouger, elle est confiante, elle sait surement ce qu’elle fait, c’est la reine.

- Je vous remercie d’être là pour la présentation du prince et de votre future…….. roi. Il est heureux de faire la connaissance de son peuple bien que vous comprenez notre petit ange est présentement en train de se reposé.
- Ah euhreu (joseph)
- Enfin il à dit quelque chose. Merci petit prince. Je voulais vous remercier du soutien que vous apporter aux royaume, à ma sœur, j’ai au cours de ma grossesse passé, senti vos élans de compation, vos prières, je ne peu que vous remercier. Je n’avais pas eu l’occasion de le faire, alors je le fait maintenant.
Je me tourne vers ma sœur, je lui mime dès livre si je peu parler de mon mariage. Un temps surprise fini par me faire comprendre qu’elle préférait l’annoncer. Je comprends c’est son role de reine. Je prends délicatement mon fils et je le soulève afin que chacun puisse le voir, et admirer la rousseur de ses cheveux

Le peuple : VIVE LE PRINCE NOTRE FUTURE ROI, VIVE LEPRINCE, VIVE LE PRINCE.

Elsa s’avance :
- Il n’est pas encore roi, mais il en a l’étoffe il est le digne fils de ma sœur et c’est donc devant vous que je suis de tout cœur prête à lui céder la couronne.
Elsa avait choisi la régence
- Ma sœur qui à temps fait pour le royaume, qui à temps milité pour mon retour en grâce, Elle qui à tant fait pour réunifier le peuple après les événement passé. Ma conduite à prendre deux décisions majeur. La première est qu’il est temps pour moi de me retirer de toute décision public, ma sœur administrera le royaume, je tacherais de la guidé du mieux que je pourrais. Mais sachez que vos gestes d’amours de joie et de sympathie me vont droit au cœur. La seconde, il est temps pour ma sœur de se marier, je tenais donc à vous présenter le prince Kristoff.

Que venais t’elle de dire, elle me demande d’administrer les royaumes, ça va pas. je repose le petit dans le couffin, retourne vers ma sœur. Kristoff et moi sommes maintenant l’un a côté de l’autre, pendant que nous entendions les enfants chanter la joie de l’arrivé d’un nouveau prince j’appris une nouvelle qui aller changer mon existence.
- Kristoff que penses tu de ce qu’Elsa vient de dire.
- Que cela confirme ce que nous craignions au palais.
- Quoi.
- T’as sœur est malade, elle à eu une absence grave et quelque excès de colère non maitrisé, c’est selon certain, assez grave pour envisager la destitution. Elle ne pourra probablement pas toujours te conseiller.
- C’est quoi c’est sornettes, ont me le dit maintenant.
- Anna, qu’est ce que tu aurais dit, ton flegme de l’optimisme n’aurais pas suffit. J’ai vu Elsa dans une de ces démences, c’est terrible.
- Non mais je rêve, on présente joseph, on m’annonce que je suis pratiquement forcé d’aller sur le trône et que ma sœur et……. Malade.
- Anna je suis désolé.
- Non Kristoff tu n’est pas désolé, tu as délibérément menti à la personne que tu aimes, tu m’as caché la vérité alors je te conseilles d’être franc parce que reine ou pas je suis et je veux toujours être ta femme, mais je veux avoir des explications.
- Très bien, Elsa et le médecin du château te dirons de quoi il en résulte.
- Bien.

Et ce fut TOUT. Le reste fut que joie et amusement je parcours l’allé principal je découvre avec tristesse que ma sœur fut sommé de rentré aux château. Je fait le tour du village, je reçoit les hommages des mamans, des enfants, bref ce qui devait être une journée joyeuse était en faite une journée bourré de question.

(parentèse)
Rassurez-vous, Elsa n’est pas malade, mais est entrée dans une profonde dépression. Mais voyons justement comment il à été décidé de mettre urgemment Anna sur le trône. Petit flash back avant de revenir sur les impression d’Elsa à la présentation du prince.

flash-back

salle du conseil.

Elsa est entouré des différents conseillés assis autour de la table pour discuter des différente festivité pour célébrer la naissance de joseph, sachant qu’à leur actuel Anna était entre la vie et la mort.

- Messieurs, j’attends des suggestions.
- Votre majesté on ne sait toujours pas si votre sœur s’en sortira.
- Sur ce point nous devons envisager qu’Anna ira bien.
- Mais…..
- Ecoutez j’etends ce que vous pensez tous, moi aussi je crains que le futur roi n’est plus de mère et je ne sais pas comment je vais devoir gérer, je ne compte pas faire partir Kristoff, il est son père légitime, je me refuse donc à le chasser si tel était le souhait de chacun.
- Mais….
- Je n’ai pas fini. Donc Kristoff sera la voix de son fils, je tacherais de le guider.
- Vous écouteras-t ‘il.
- Je fait plus confiance à celui qui à aidé ma sœur à me ramener ici qu’a certain à ce sujet autour de la table. Il a bravé suffisamment de danger, il est prévenant Anvers ma personne et celui de la princesse.
Mais soudain, la reine se lève, tombe au sole, stupéfaction général, puis quelque minute plus tard, ce relève difficilement et s’assied et sans qu’aucun événement ne puisse l’expliquer, Elsa se met à pleurer. Kayson qui apparement n’est pas tout a fait surpris de la situation se lève et clam assez fort.
- SORTEZ ET QU’AUCUN MOT NE SOIT PORTER À LA PRINCESSE À CE SUJET.
- Mais…
- SORTEZ. Kayson se tournant vers la reine.  « Venez votre majesté nous allons rentrer chez vous ».
C’est entre les larme qu’elle fini par accepter ce geste.

Dans la chambre de la reine. Kayson est face à la reine.
- Cela fera la deuxième fois.
- C’est surement parce que ma sœur n’est pas au baeau fixe, je m’inquiète de trop.
- C’est normal, vous avez craqué.
- Oui c’est ça. Je veux que personne ne raconte ceci à ma sœur, surtout en ce moment.
- Je vous en fait la promesse. La première c’était le soir de votre second couronnement.
- C’est gentils de me rappeler de triste souvenir.
- Que comptez vous faire.
- J’en sais rien, mais je compte mes échecs, pas de fiancé, je suis crainte et aimée, j’ai failli tuer ma sœur par au moins …… je compte même plus les fois. Bref.
- Arrivez vous à vous nourrire.
- A peine.
- Dois-je faire appel au médecin.
- Au point ou nous en sommes surement mais on va attendre.
On frappe à la porte, un médecin est invité à entrer.
- Que ce passe t’il ?
- Votre sœur a accouché d’un garçon, mais l’état de cette dernière est jugé critique.
- Quel sont ses chances.
- Infime.
- Qu’on amène un prêtre, ma sœur ne peut pas partir sans les sacrements.
- Bien madame.
- Laissez-moi maintenant, je vais aller rejoindre son future mari.
La porte se referme, le visage de la reine devint blanc. Kayson voit bien qu’Elsa n’est plus en état d’exprimer ses sentiments.
- Madame je vous suggère de vous reposer.
- LAISSEZ MOI TRANQUILLE. Puis sort de ses appartements déambule dans le couloir, tombe trois fois marchant sur sa robe dans la précipitation, fini par arrivé dans l’aile des appartements de sa sœur. Heureusement que le personnel est plutôt jovial, et que paré à tout éventualité ne jugea pas nécessaire d’accablé la reine, qui était dans un état de tristesse apparente.
- Votre majesté, votre sœur se repose pour le moment.
- Le prêtre c’est il présenter ?
- Oui madame, le prêtre à bien fait les derniers sacrements mais il juge bon de pouvoir entendre la confession de votre sœur et pour le moment le médecin et l’ecclésiastique se dispute.
- Allons bon je vais régler le problème.
Entrant dans la chambre elle perçoit quelque parole.
- Je crains qu’elle ne soit morte.
- Mais raisonnez un peu je lui dis juste dit que le seigneur lui pardonnait elle vie encore.
- Apporter votre dieu ici et vous avez fait partir l’esprit de cette jeune femme qui ne connaitra jamais son fils.
- Pas du tout, j’ai apaisé son âme.
La reine entre
- Messieurs, vous n’avez pas honte, vous vous apitoyer sur les sacrements, mais je vous conjure le seul sacrement qui lui va est la vie. Encouragez-là à vivre.
- Madame,
- vu la manière dont vous vous prenez pour adoucir son départ je peux juger qu’elle se porte bien. Vous avez fait votre travail, je vais faire le mien, je vais la veiller c’est encore la seul chose dont je suis capable a présent.

Plus tard Anna c’est donc réveillé et put prendre son fils dans ses bras. Mais plus tard Elsa avait rendez-vous avec le médecin.
- Votre majesté, votre sœur est donc vivante et c’est bonne chose, mais il se peu qu’elle parte rapidement sa santé est défaillante elle est faible, protéger là éviter les émotion forte cette petite en a si souvent vécu qu’elle n’y survivrais pas.
- Je prends note de votre remarque.

Mais les semaines et moi passèrent et la reine s’en voulais et ne cessait de s’inquiéter. La reine Elsa était parfois absente a certaines audiences ou n’écoutait guère les conseillés. Mais plus inquiétant et ce fut Kristoff qui fut témoin de la cène la plus difficile à voir pour lui. La reine à tenté de se suicider et Kristoff en reste marqué.

Un matin, de retour des montagne de glace, qu’il rentrait au palais, il décide de voir sa futur belle-sœur lui passé un bonjours matinal. Il prends le chemin en espérant trouver les deux sœur ensemble a voir le petit Joseph, mais premier élément étrange une dame de chambre Célestine apostrophe le futur prince.
- Votre altesse, vous tombé bien, on a un gros problème et je ne suis pas sur qu’il faille avertir Anna.
- Parler doucement, calmement, et expliquez-vous
- Venez un dessin vos mieux que des paroles, regarder
Dans la chambre gisait une Elsa pleurant et surtout, du sans se répandait.
- Que fait le médecin du château.
- Ce que…..
- ALLER LE CHERCHER IMMEDIATEMENT.
- Que disons-nous à Anna.
- RIEN, VOUS NE DITE RIEN.
Kristoff s’approchant de la reine
- Elsa, gardez les yeux ouvert, je vous en prie.
- Je….je…..j’en peu plus.
- Que ce passe t’il
Elsa ferme les yeux.
- Je vous ordonne de les ouvrir.
- Kristoff, protéger ma soeur
- je protège rien du tout, vous êtes la reine et votre sœur va venir alors tacher d’être présentable.
- Bien si vous le dite, mais je veux être normal, c’est tout ce que je demande.
- Elsa, vous êtes une personne bien, vous serez une excellente tante. Anna vous aimes.
- Merci.
Un médecin apparaît : que c’est il passé.
- Rien de méchant, la reine à simplement tenté de mettre fin à ses jours.
- Doit-on prévenir la princesse.
- Gardez-vous bien de lui adresser la parole à se sujet ou je crains que ma hache rencontre votre tête.
- Bien monsieur

Fin du flash back.

Depuis Kristoff gère, afin que la curiosité de sa fiancé sur la santé de sa sœur soit la moins gênante pour cette dernière. Mais Elsa qui avait en apparence demandé à sa sœur de l’assister c’était pour mieux voir si elle était en mesure de prendre le trône, hors il s’avérait que cette dernière n’était pas forcément une politicienne, mais n’était pas pour autant dénué de raison. L’action en se jours de présentation du futur roi, n’était pas perçut par le peuple comme un renoncement ou alors sil n'en avait pas encore compris les conséquences, mais laissait clairement entendre qu’elle se retirait.

La soirée se clôtura par un bal, mais le lendemain des questions serait posé et Anna vas devoir savoir la vérité.



Elsa la présentation (la fin d’un règne, le début d’un autre)

Les portes se sont ouvertes j’était prise de vertige, ma sœur si rayonnante et moi si fade, Kristoff et Kayson ne son jamais loin, ils savent mon secret, ce qu’ils ne savent pas c’est que j’ai choisi, j’ai choisi de laisser Anna guider la destinée d’Arendelle. En principe c’est moi qui doit annoncer la venue du prince, en principe c’est moi qui annonce le mariage. J’ai choisi de faire cette annonce et que se mariage sera aussi son couronnement. Je sais que je prends ma sœur en traitre, j’aurais pu lui en parler, mais elle aurait dit quoi « Elsa, tu peu pas faire ça, pas à moi, je viens juste d’être mère, tu ne peu faire cela vis-à-vis de nos parents….. » et patati et patata, elle a pas tort sur le fond, mais j’en ai assez d’être considérer comme la reine de neige, qu’on craint, qu’on respecte parce qu’elle à un pouvoir glaçant, mais sœur on la respecte aussi parce qu’elle à du caractère, elle en a elle c’est la braise sans en produire. Elle fait son discours et j’annonce le mariage et le fait qu’Anna sera prochainement reine, j’assure à chacun que je guiderais ma sœur, mais en aurais-je la force. C’est moins sure. Soudain je vois qu’elle à compris, elle se tourne vers moi, ses yeux pétillent de colère, mais garde la face, le peuple l’observe, elle sait très bien que chaque acte compte. Je fait signe que la suite se fera sans ma présence Kayson prévient discrètement Kristoff, le peuple vois la reine est son fils, Kristoff se tien en retrait, afin de ne pas géner cette dernière et parer à toute circonstance à la joie démonstrative du peuple.

Le soirée va être longue, je dois ouvrir le bal,  Kayson sera mon cavalier, après je resterais pendant quelque temps et quand Kristoff aura suffisamment occupé sa fiancé, je me retirerais.

Tien, j’entends du bruit, la cours rentre, apparemment c’est terminé. Les explications risque d’arriver plus tôt que prévue je vois déjà Anna remonté.
- Kristoff ne me dis pas que tu savais
- Euh, je ne peu te m’entir Anna.
- Donc tu savais très bien, écoutes, Émeline va m’aider à coucher le petit, toi occupe toi des quelque invités autant assumer ta charge de ROI, parce que je te rappel que visiblement je gouverne, je te garantie qu’Elsa va avoir une bonne raison de faire de la glace
- Anna !
- QUOI ?
- Soit disons sympa avec ta sœur.
- Ok Kristoff je ne dis rien, sur ceux je vous laisse disposer de la nourriture avant le bal je mangerais avec mon fils.

Kayson s’approchant de Kristoff.
- Sa promet
- Je ne suis pas sure qu’elle va apprécier ce qu’on va lui dire.
- On va tout lui dire.
- Vous la connaissez, Anna déballe tout, il faut protéger Elsa, parce que ça sœur pourrait dire des choses qu’elles ne pensent pas.

Je sens que j’ai m’on rôle à jouer, je ne peux pas leur laisser cette tache, je me dirige vers mes protecteurs :
- Les cachotteries ont assez duré, je vais assumer mes choix, je vais voir Anna.
- Vous n’y pensez pas. s’exclame Kristoff.
- Kristoff, je savais que ce jour arriverait, j’en ai simplement précipité les éléments, je dois affronter Anna, que ça me plaise ou non, j’ai délibérément mis Anna dans une posture délicate.
- Dois-je venir avec vous. Demanda t’il timidement.
- Non. Anna a raison. Vous êtes le roi, et il serait mal venu de s’éclipsé alors qu’on à un bataillon d’ambassadeur.

Je me dirige vers les appartement « royaux » je m’arrête devant la chambre de Joseph je frappe, pas de réponse, je fini par rentrer et vois ma sœur en train de donner le sein, et parfois essuyer quelques larmes.
- T’ais contente ?
- Non Anna je ne le suis pas.
- Elsa je veux pas crier dans cette pièce reste si tu veux, mais je termine de donner à manger à se vorace. Oui Joseph, j’arrive, voilà. Tu veux quelque chose Elsa ?
- Non je patienterais.
- Elsa, nous chamailler ne résoudra absolument rien, mais juste une question, pourquoi ?
Je ne m’attendais pas à une Anna sereine, sage et mesuré. Sans doute est-ce la maman qui agit. Je la voie plaçant le petit dans le berceau, donner quelques indications à Émeline, puis me fait signe de la suivre dans son salon.

Elle refait un peu sa toilette resserre les nattes. Et se tourne vers moi. La elle est beaucoup moins mesuré, elle est impérieuse.
- Bien explique moi, pourquoi ?
- Anna, j’ai jamais voulu ce titre, il te va bien, moi j’ai un pouvoir que je ne peu gérer, ou plutôt si mais inspire peur, crainte, ce pouvoir m’empêche d’être heureuse comme tu l’as, ce pouvoir m’éloigne, je dois permettre à Arendelle d’être une volage d’avenir, peut-être une ville et non pas un lieux craint, pourquoi, les îles du sud voulait s’approprié les trône parce qu’ils pensaient que c’était un lieux magique.
- Et me mettre sur le trône mettrais Arendelle au même pied d’égalité avec les royaumes voisins.
- En quelque sorte oui.
- Très bien, donc tu te rends compte que je me suis cassé la tête pendant un an pour réhabilité ton pouvoir pour ÇA.
- J’en suis désolé.
- Elsa je veux bien passé l’éponge sur 13 ans ou tu m’as SUPERBEMENT IGNORÉE, je veux bien que tu est poussé t’as colère sur HANS parce que la jeune fille innocente que j’était à faillit faire…  Une grosse bêtise, que tu m’ai gelé le cœur n’est qu'un mini détail, mais ça…………
- Anna je sais.
- Non tu ne sais rien, tu sais pas les nuits blanches que j’ai passée à expliquer que tu était une reine protectrice, que tu était une personne de confiance, que je plaçais ma confiance sur MA SŒUR, tu ne sais pas les fois ou je suis allé sur la tombe de nos parents et assurer que tu était une bonne reine, que nous veillons l’une sur l’autres. Mais tout ça c’était, neige fondante, rien, du vent.
- Anna je suis désolé.
- La déférence entre toi et moi, Elsa, c’est que je te préfère ici que dehors. Je ne te demande pas de partir comme tu me l’as fait il y a pratiquement 2 ans. Mais je ne te cache pas que je suis déçut.
- Bien, merci Anna.
- Tu est ma sœur et rien que ça je te pardonne tout, j’aurais seulement voulu savoir comment éviter ce drame.

Je m’appète à sortir, mais Anna me sert dans ces bras.
- Je t’aime Elsa.
J’avais envie de me perdre dans sa chevelure, j’avais envie de simplement me blottire contre cette sœur forte. Mais ce redresse tout d’un coup.
- Très bien Elsa, je prendrais la couronne. Mais ne crois pas que j’en suis joyeuse.
- Merci.


Le lendemain

Kristoff, Anna, Elsa, Kayson, son réuni dans le petit bureau de travail.

La couronne était placée au centre de la table.

Anna prononça ces paroles plaine de sagesse.
- En ces temps difficile ou la joie se mêle à la colère, je demande que chacun expose la situation
Kayson se lève et pris la parole.
- Anna, votre sœur est malheureuse, elle vit son statut de reine comme un fardeau une charge qui n’arrange rien par rapport à ses pouvoirs.
- Anna, ta sœur ait disons en souffrance, elle a faillit se suicider. Kristoff avait dit le mot difficile
- Magnifique. Se tournant vers Elsa : « c’est vrai »
- Oui Anna.
- Pourquoi suis-je la dernière au courant ?
- Bin……
- Parce que je suis la petite sœur, à protéger, parce que je suis maman, parce que je suis trop optimiste…… allez-y je vous en pris cette table, cette réunions est faite pour ça, alors ne vous gênez surtout pas.
Silence autour de la table.
- Bon puisqu’on me demande gentiment de prendre des décisions, je vais les prendre. Soucieuse de ne pas vexer ma sœur, je prends la couronne. Puisque chacune de nous deux ne veux être reine, nous couronnerons joseph à sa première Année. En attendant j’assume les taches de reine, cela de manière temporairement.
Kristoff s’agitait sur sa chaise : « et la régence »
- Je crois que ça va devenir une habitude, je prends la régence.
- Merci Anna. Elsa semblait soulager.
Mais Anna regardait déjà sa sœur :
- Je ne te demandes pas de me raconté ta vie, mais mince tu mets le royaumes dans une certaine instabilité politique.
- Qui y a t’il à raconter, je n’ai pas de liaison, ma couche et vide froide. Je pleur, je m’ennui, alors que toi tu te paye des parties de jambe en l’aire….
- Oh oh calme toi, je n’ai pas coïté depuis des lustres, alors tes remarques….

Kristoff et Kayson était effaré, il se regardèrent
- Elles ne vont pas en venir au mains. Demande Kayson avec inquiétude.
- Non je ne crois pas. Enfin j’espère. Répond Kristoff un peu moins sur de lui.
Elsa et Anna se faisait face à présent.
- Je ne voulais pas dire ça. Elsa se rendait compte qu’elle avait blessée sa sœur.
- Bah maintenant tu l’as dit.
- Écoutes, mets-toi à ma place. Je suis crainte, détesté, qui voudra de moi en tant que femme.
- Et la mienne, on m’a superbement ignoré, papa et maman on tout fait pour que tu te sente bien, j’était la petite fille laissé de côté…..
Kayson pris la parole.
- Ecoutez, vos querelles de famille on en à que faire, que faisons-nous à présent ?
- Vous avez raison. Fini par dire Elsa dépité.
La réunion prit fin, faute de décision ferme on statua sur des décision subit.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Lun 23 Nov 2015, 20:32

mais Anna va surement trouver un truc pour remonter le moral de sa grande soeur.

- quoi, j'ai une soeur ?
- je crois, elle fait de la glace à ses heures perdues
- ah oui celle qui reste cloitré dans sa chambre dès qu'elle va pas bien.
- par exemple.
- je te préviens sapin si tu lui fourgue un gamin j'apple l'orphelinat tout de suite.
- tu déconne, a Arendelle y a pas ça.
- bien sure que si!
- tu vas pas lui retirer l'enfant, il va être malheureux.
- ah non c'est pas certain, tien je parierais même que le gamin,il serait plus heureux que sa mère.
- t'es méchantes
- hein, Kristoff, dis lui.
Kristoff remarquant que sa femme à un regard appuyé sur lui.
- je dis quoi ?
Anna excéder : "Elsa"
- quoi, Elsa
- tu l'as vois avoir un bébé.
- je te dis que ça peu ne lui faire que du bien.
- brrrr, je suis la reine, alors je décide que ce gamin ne verras pas sa mère, c'est un crime, si dans votre mode il n'y a pas l'enfance maltraité, je l'inventerais.
- t'exagère Anna.
- quoi Kristoff, même un trolls pourrait mieux s'en occuper.

sapin voulant mettre fin à la conversation
- dit Anna, tu pourrais pas laisser une chance à ta soeur.
- vraiment, SI JAMAIS IL EST MALHEUREUX JE VOUS METS AUX FER.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Ven 27 Nov 2015, 23:32

n statua sur des décision subit.
Anna : novembre

J’en peux plus, joseph qui commence à faire ses dents, Elsa qui s’enferme dans sa chambre, enfin déjà n’y a pas de glace c’est beaucoup, bon le point positif c’est que Kristoff m’aide beaucoup, en ce temps ou la neige recouvre, comme il dit, le droid devrait redonner des ardeur à nous réchauffer. Mais bon ça…… c’est un peu lointain. On a pratiquement baclé un couronnement que j’appellerais cela presque de type « tape toi le boulot, ma vieille » que ça n’aurais pas ressembler à autre chose. Donc je me retrouve effectivement à « m’ennuyer » sur le siège de ma sœur. Enfin, j’ai un truc à faire, à réfléchir. Tien Kristoff me semble dire quelque chose qui m’intéresse.
- Excuses moi chéri, mais j’ai pas écouté.
- Anna, j’ai trouvé pour Elsa.
- Elsa, la reine qui ne veux plus être reine. C’est ça.
- Oui.
- Vas y expose ton projet.
- Kayson et très proche de sa royal majesté ?
- En effet oui.
- Je serait pas étonné que c’est deux là…..
- Kristoff, si c’était le cas, ce qui nous arrangerais bien, Elsa avait le pouvoir, de dire « je veux épousé kayson » et en plus j’aurais rien à dire.
- C’est juste sauf que déjà ta sœur et timide, à un manque de confiance en elle et elle est assez disons imposante, je plain le pauvre faire une déclaration à une reine qui paraît distante alors que…..
- Attends tu veux dire que….. NON, SON MAJORDOMME, très bien Kristoff je te charge d’une mission hautement diplomatique. Ce terrain n’est pas le mien, tache de savoir ce qu’il en est des sentiments anvers ma sœur de sa part et moi, je tacherais d’en faire autant. Collons les morceaux.
- Très bien, bon je vais changer le petit.
- Bien Kristoff, je vais voir ou son nos tourtereaux.
- Anna si on se trompait.
- Bah je dirais que je me suis fait des idées voilà tout.
- Bien.

Bon là les perspectives sont intéressantes, Kristoff avait une idée de génie si toutefois c’était vrai. Bon j’ai plus qu’à cuisiner ma sœur. Bon En attendant j’ai deux audience, une visite chez Oaken a faire et quoi encore, bah oui m’occuper de mon fils, bah il viendra avec moi le jeune roi. Bah tien, il suffisait que j’y pense pour qu’il se mette à brailler.
- Que t’arrive t’il mon petit trésor, maman n’est pas avec toi, tien viens avec moi on va s’amuser un peu. Ok, attrape mon doigt là. (Anna passe son pousse devant le jeune prince et s’en saisi) oh bravo, oui, encore, ok on recommance, avec un plus grand d’accord.
Soudain un garde fait irruption,
- Votre majesté, votre sœur vous appel.
- J’arrive, (se tournant vers joseph) ça te dis une petite visite chez tante Elsa ? oui elle fera des flocons, euh tout compte fait pas de flocon, aller on y va. Que me veux cette mégère.
- Je ne sais madame.
- Bon bas come on dit pour le savoir, faut y aller, bon joseph, je vais te déposer dans ta chambre et après je vais voir tante Elsa.
- Grija brrrrr za
- Oui, si tu veux mon ange. En tout cas ce qui était sure c'est que les audience risque de passer à la trappe et Oakes, bah... il va devoir attendre.
Je croise un Kristoff aux anges.
- Ah bah ça fait plaisir de voir quelqu’un heureux.
- Eh comment.
- Du nouveau ?
- Plusieurs nouvelles.
- Tan que ça.
- Tu vas voir ta sœur ?
- Non, je vais en randonné. Bien sure que je vais voir ma sœur, mais d’abord je dois m’occupé du prince.
- Bien je t’accompagne. J’ai plain de chose à te dire.
- Kristoff soit bref on a pas le temps pour d’autres frivolité vois-tu.
- Non non ma roussette.
- Fait gaffe (avec un large sourire) je pourrais te demander de m’appeler ainsi souvent.
- Bon tu écoute.
- Enonce.
- Kayson à été nommé par la reine,
- Je le sais c’est elle qui fait les promotions.
- Tu savais que c’était le fils de Kay.
- Pourquoi bizarrement ça ne me dit rien.
- Attends, ils se connaissent depuis 16 ans.
Je m’arrête, ce qu’il m’annonce m’atterre ou m’inquiète.
- Kristoff si je suis t’as théorie, ma sœur enfin lui aurait une liaison avec elle et pour faciliter cette « relation » serait nommé majordome !!
- C’est plausible non.
- Si c’est vrai ma sœur joue une comédie qui va me mettre hors de moi. Alors en faite tout ça c’est un truc du genre on veux vivre heureux, mais loin du pouvoir.
- C’est encore plus complexe si c’est vrai Anna. Une reine ne peu pas choisir un roturier, un prince peut-être, mais un servant ou une servante serait mal vécu et mal compris.
- Et toi.
- C’est différent Anna tu est princesse. J’ai été introniser prince et maintenant personne ne peut…..
- Bon très bien il nous faut un nouveau majordome pour Elsa et je nomme se soir Kayson, prince c’est ça que tu me suggère.
- Pas bête.
- Fait gaffe ta roussette réfléchie.
- Je vois. Mais vérifie au près de ta sœur.
- Je vais m’y atteler de ce pas tien, Joseph veux voir son papa. Fait lui prendre un bain, change-le et couche-le. Et après dis à Célestine de le surveiller et rejoint moi.
- Les désire de la reine seront exécuter à la lettre.
- Kristoff !!!
- Oui, oui, oui.
Je me dirige vers les appartements de ma sœur, je croise Kayson, c’est bizarre, je le vois souvent. Mais quand j’y pense, je le vois souvent avec ma sœur. Sa couche est froide, je demande à voir... Une boite de chocolat que c’est faux. Elle doit s’en donner à cœur joie. Ma sœur avec un homme. « faut que je vois sa un jours »
- Pardon madame. Kayson me fait littéralement sursauté. " Euh rien, je vous pris de m’excuser".
Je continue mon chemin, je frappe,
- Qui est-ce ?
- Ta sœur.
- Entre Anna.
Je vois Elsa en chemise de nuit, tout d’un coup je me sent un peu trop habillé.
- Qu’y a t’il votre majesté.
- Elsa s’il te plait, on peu laisser le protocole de côté ?
- Bien sure. Quel bon vent t’amène.
- Elsa, je peu te poser une question.
- Je t’écoute Anna.
- Pendant que tu était cloitrée dans ta chambre, il n’y avait pas….. D’homme.
- Anna, qui voudrais venir dans la chambre d’une adolescente qui faisait de la glace.
- Je reprends ma question. Kay t’a fait connaître son fils alors que moi……
- Kay m’a effectivement présenté son fils pour qu’il puisse apprendre le métier de majordome j’apprenais mon rôle de reine, on avait un peu des cours communs.
- C’est des cours communs. Surement.
- Tu insinue quoi Anna au juste.
- Oh rien, mais une femme aussi belle, intelligente, certes un peu froide, mais bon c’est un caractère….
- Vien au fait.
- Très bien, après tout on est entre femme. Est-tu amoureuse.
- …………..
- bah je peux pas te reprocher de l’épouser après que tu l’est connus vu que cette histoire dure un certain temps.
- Anna, ça t’arrive d’avoir du bon sens.
- J’essai.
- Bien, un peu de jugeote te ferais du bien, quel est ma position, dans le royaume.
- Tu es princesse, mais tu as été reine.
- Kayson est situé où.
- Majordome, mais ce n’est rien, ça. On peu changer.
- Le veux t’il ?
- Euh je n’en sais rien mais tu l’aime.
- Je ne veux pas lui imposer ce qu’il ne veut pas.
- Ok, Kristoff avait raison
- Que viens faire ton montagnard.
- Qu’il à un raisonnement qui se tient.
- Que sait il ?
- Bah tu ne le sais pas.
- Que devrais-je savoir ?
- Bah Kayson enfin, il est amoureux de toi.
Je vis ma sœur pleurer.
- Bah j’ai dis quoi ?
- Non….. Anna,. J’ai jamais put lui dire.
- Attends, tu ne lui à jamais dit ?
- Non. Ce que je sais c’est que roi ça ne l’intéresse pas.
- Je peu pas te demander comment tu le sais, vous aviez des cours communs.
- Non, je t’assures, il est complètement désintéressé.
- Kay été attaché à notre bien-être, il avait parfois, mal agit, mais dans l’ensemble, si on est là c’est grâce à lui.
- Oui.
- Bon si je comprends bien, ton départ est un peu un signal.
- En effet.
- Je vois. Elsa, quand je me suis décarcassé à te remettre sur le trône, pourquoi ne m’en a tu pas parlé.
- Peur de ta réaction.
- J’ose espérer Elsa que tu te moque de moi.
- Non sérieux.
- Ok et tu voudrais que je t’aide.
- Peut-être.
- Ok que veux tu que je fasse.
- Comment tu déclare ta flamme.
Soudain je réalise que Kristoff est moi on se l’est jamais vraiment dit, c’était naturel. Je ne crois même pas lui avoir dit que je l’aimais, enfin si, mais pas comme si je lui demandais s’il m’aimait. Ah si le baiser au retour d’Elsa, « on peut s’embrasser, je crois que oui » je n’avais pas songé aux conséquences immédiate, comment avons nous décider d’avoir un enfant, je me rends compte que tout s’est fait naturellement. Je réfléchit, et me trouve devant une révélation à dire à ma sœur.
- Je ne sais pas. Mais on va trouver, je te promet que je vais y réfléchir.
- Bah avec Kristoff.
- Kristoff, était plutôt du genre entreprenant, ça ma pas mal….hey, je sais, je sais, un diner au chandelle, c’est super romantique.
- Ah sans façon s’il y a….
- Non t’y est pas du tout, c’est un diner à deux.
- Anna j’aurais tellement peur…..
- Je vois, euh est il au courant…. Pour les pouvoir.
- Non. enfin,je ne lui est pas montré l'étendu exacte de ceux-ci.
Mince là il y a un travail à faire. Je ne peu pas laisser ma sœur dans un désarroi pareil.
- Ok Elsa, je vais y réfléchir mais sois assuré que je t’aiderais.
Je sors de la chambre plus anxieuse que jamais. Je fini par réfléchir tout haut
- Diable comment as t’elle pu passer a côté de ce détail, bien sure qu’il ne savait pas, l’amour qu’elle lui portait était suffisamment chaud pour ne pas produire de glace. Quand je vais dire ça à Kristoff. Kristoff, Joseph.
Je me précipite vers mes appartements et je peu vous dire que traversé le palais en courant, quand on n’a pas fait de course depuis longtemps « oh mince ma jeunesse, ou est-elle passé » je fini par arriver dans le salon et j’entrouvre les portes je cherche mes deux trésors, je fini par les voir dans la chambre de Joseph le papa c’était endormis avec le petit tout changé, tout beau. J’hésite à réveiller mon fiancé, je fini par refermer la porte, retourne dans le salon prends un livre. et fini même pas m’endormir, c’est Kayson qui me réveilla pour m’annoncé que le repas est prêt. Je relève la tête et lui demande
- Il est quelle heure.
- Il est 7 h 00 madame.
Je réfléchis je commence à formuler dans ma tête une formule de politesse pour laisser Kayson à ses occupations, quand soudain la loupiotte de ma tête se met à fonctionner
- Kayson, puis-je m’entretenir de manière informel avec vous.
- Comme il vous plaira.
- Euh, c’est délicat et ma démarche pourrait paraître maladroite et mal comprise.
- Je ne vous suis pas.
- Très bien, pardonnez donc ma question, avez-vous des sentiments pour ma sœur Elsa.
- Suis-je obligé de répondre.
Je réfléchis, je suis reine enfin c’est brouillon, mais bon, après tout, c’était la volonté de ma sœur, je lui est promis que je l’aiderais alors c’est maladroit ok, mais bon c’est moi.
- Oui.
- Que madame ma pardonne, mais elle se mêle de choses qui attrait a sa sœur.
- Ma sœur est ce qu’il y a de plus précieux pour moi, je le fais parce qu’elle me l’as demandé.
- Elle vous a demandé si je l’aimais.
- Oui.
- Mais.
- Quoi, mais. Vous étiez présent nom quand elle m’a remis son titre.
- Oui, certes, mais vous oubliez votre entêtement à la remettre sue le trône et m’afficher avec elle, lui pose sans doute des problèmes.
- Vous savez ce qu’on dit.
- Non
- Nettoyez vos fesses avant de nettoyer celle des autres.
- Je vois vous êtes contre.
- Non je dis que je me fiche du qu’en dira-t’on.
- J’ai un autre problème, je ne veux que son bonheur, entache la royauté. Elle le vie comme un fardeau.
- Oui, je sais cette EMMERDEUSE, à fait la capricieuse. Elle me demande de dire tous mes petits bobos mais voilà la petite sœur est trop fragile.
- Je vous comprends,
- Sachez que c’est de bonne grâce que je prends définitivement le couronne. A UNE SEULE CONDITION
- Laquelle.
- Merde faite la grimper au rideau sa fera du courant d’aire quelque part.
- Je ne vous suis pas.
- Laissez tomber.
Kayson sort, je médite, le repas. Bon là je réveille de mon cher et tendre.
- Kristoff, il serait agréable de respecter un minimum ceux qui nous prépare à manger.
Je laisse quelque instant, Kristoff fini par apparaît un peu embrumer.
- Anna tu peu crier un peu plus fort le petit n’a pas entendu.
- Oui bon ça va, de toute façon il vient avec nous
- Quel sont les nouvelle alors.
- Elsa, Aaaah bah tu sais l’amour à sa propre problématique.
- Non, elle en pince pour lui.
- Le pire, c’est qu’il serait prêt à la démonter notre Elsa.
- Surveille ton langage, tu es la reine.
- Je suis chez moi, dans mon appartement alors le langage, toc toc.
- Oui mais moi.
- Quoi toi aussi tu veux te mettre Elsa dans la poche, te gènes pas surtout. Mais gare au retour de bâton. Aller allons manger.
- Anna tu m’as très bien compris.
- Oui, Kristoff, je fais attention.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Sam 28 Nov 2015, 21:52

Elsa : novembre

Les jours passent et mon désarroi face à ce sentiment que je cache depuis si longtemps commence à me peser. Je passe le plus claire de mon temps à lire, le trône je l’oublie peu à peu, je sais bien que ceci est ma façon de lui montrer que je l’aime, mais c’est bien connu, les femmes font rarement le premier pas, seul ma sœur est assez cavalière pour ce genre de chose. Moi je préfère les choses simple sans grande démonstration, mais il est vrai que maintenant je commence à en souffrir sérieusement. Si ma sœur pouvait trouver quelque chose pour qu’il se déclare dans un sens ou un autre, ça m’avancerais un peu. Je sais bien que je compte un peu trop sur ma sœur, mais en dépit de ma stature de grande sœur, je me sens petite.

Soudain on frappe à ma porte :
- Madame, le dîner est servie.
Je réfléchis, qui à donner de tel horaires ? mais très vite la réponse s’impose, c’est moi. Mon dieux faite qu’Anna ne change pas les horaires, on va finir par manger quand elle aura fin et vu le ventre sur patte qu’elle est s'est souvent, Qu’il faudrait assister au repas de la reine.

Je sors donc de mes appartements, me dirige vers la salle à manger. J’aperçoit Anna, le petit Joseph et Kristoff, Anna m’aperçoit.
- Bah vas-y entre, je ne vais pas te manger, il y a du ragout de mouton aujourd’hui.
- Ah bien, bonne idée. Comment c’est passé ta journée.
- J’ai vu mieux sincèrement.
- Ça te change des balades en forêt.
- Oh si c’était que ça, je ne m’apitoierais pas sur mon sort, non Joseph et disons assez imprévisible.
- Que te fais-t ‘il comme misère.
- Rien, il grandi, il fait ces dents et commence à ramper dans les appartements.
- Ah.
- Et si c’était que sa !! il me tire les nattes, enfin.
- Tu veux que je le prenne deux minutes ?
- Pourquoi pas.
C’était donc la première fois que j’ai un contacte avec mon neuveu devant sa maman, elle semble sourire. Heureuse en cet instant nous l’étions toutes les deux. C’est magique, sa donne des frissons de bonheur. Quand j'y pense, Maman devait êtres sur son nuage, quand nous étions dans ses bras

- Anna, je suis désolé de te faire du tracas
- Ecoutes, je préfère qu’on en parle plus pour le moment.
- Très bien, de quoi veux tu qu’on parle.
- Je ne sais pas, parle moi de ton majordome
Ma sœur à le don de parfaitement viser sur les sujets que je veux éviter.
- Que veux tu que je te dise.
- Je ne sais pas, tout et rien, à vrai dire, je suis un peu mal placé.
Oh non tu n’est pas mal placé tu sais ce que sais être aimer, tu gagnes en assurance, tu te sens sur ton nuage…. Est-ce que je suis autoriser à dire à la personne qui compte le plus, surement avant Kayson que j’ai peur, j’ai peur d’être aimer.
- Anna, je ne sais pas, je…… je ne sais pas par quel bout commencer.
- Ok je vois que tu es pire que moi, dans le sens opposé, moi je suis prête à m’envoler avec n’importe qui et toi tu est prête à souffrir en silence.
- Anna, je t’en prie.
- Ok je n’ai rien dit et tout dis.
- Ecoute Anna, ma vie est déjà compliqué avec (elle montre ses mains), faut pas non plus m’en vouloir aussi si j’ai aussi envie d’être normal.
- Elsa, t’ais-je reproché une seul foi de vouloir être normal, tu es ma sœur donc pour moi c’est disons naturel, que tes mains fasse de la neige ou pas n’y changera rien.
- Ok merci.
Depuis le reste du diner je n’ai plus parler. Je sais que je fait du traqua à ma sœur, mais mince, je me sens si différente si seule.
- Elsa, tu veu venir au petit jardin c'est les derniers jours ou il fait doux.
- Non Anna je rentre me coucher.
Je me lève, je fais une rapide courbette comme il est d’usage à faire à la reine, mais Anna à déjà la tête ailleurs. Je m’en fiche, pour le moment ce bonheur m’irite, me fait mal. Je sors, je manque de faire tomber le pauvre serveur qui amenais le gâteau au chocolat, mais je ne veux pas qu’on vois que je pleur, sinon s’est la venu de ma sœur qui est garanti dans ma chambre et je n’ai pas envie de lui infliger un tel spectacle.


A la salle à manger, Anna semble intriguer et regarde son mari, comme si elle sentait que ce dernier désapprouvait déjà la tournure de la discussion.
- Kristoff j’ai dis quoi ?
- Rien justement.
- Bon alors pourquoi ?
- Anna, je peut te dire ce que je pense.
Anna regarda son assiette, sentant très bien que Kristoff allait la sermonner,
- Aller abrège mes souffrances, j’ai fais quoi, encore.
- Mais tu peu pas sans arrêt t’acharner sur ta sœur, vouloir la rendre heureuse signifie aussi qu’elle à le droit d’être malheureuse un peu, c’est dure, mais c’est ainsi.
- Quoi, tu préfère ta belle sœur malheureuse, à ça non.
- Je ne dis pas ça comme cela, mais ta sœur à besoin aussi de résoudre ses problèmes seule, ça veux pas dire que tu ne dois pas l’aider mais tu dois aussi parfois la laisser, le temps, le choix de te demander de l’aide.
- Elle m’a demandé de l’aider pour déclarer sa flamme,
- Pas de l’asticoter.
- Je l’asticote pas.
- A peine. Faudrait te répéter ce que tu lui fait. Je suis pas sure que tu apprécierais.

J’ai entendu ce qu’a dis Kristoff, je crois bien qu’il à comprit l’état d’esprit dans lequel nous nous trouvons toute les deux, elle essaye de m’aider maladroitement, mais là je n’ai envi de rien. Merci Kristoff de me comprendre.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Lun 30 Nov 2015, 00:55

Fin du diner : Anna. (les sœurs se retrouvent)

Je regarde le gâteau, j’en mange, un peu Kristoff m’aide aussi mais on a le cœur gros, enfin surtout moi, je voulais lui faire la surprise c’était le gâteau préférer de ma sœur et pour une foi j’ai l’impression d’avoir tout gâcher. Kristoff me regarde, mais semble me faire des reproches non dites, Joseph lui il s’est endormis, faisant fit de ce qui se passe, a vrai dire je ne lui en veux pas, on fini par rester penaud dans la salle à manger, à essayer de terminer ce gâteau.
- On va finir par se rendre malade avec ce truc.
- Je peu quand même pas lui apporter le reste, tu viens de me dire que…
- Laisse Anna, je vais lui apporter, je tacherais d’essayer de parler avec ma « belle sœur » comme tu dis.
- Sois pas trop brusque.
- C’est toi qui me dis ça !
- Quoi je te dis d’être sympa, évites de saccager encore plus son moral alors que moi….
- Je crois pas qu’elle t’en veille, je crois qu’elle est toujours dans la crainte de blesser, par un moyen ou un autre, elle souffre s’est certain, mais comment dire à l’aide à la sœur qu’on chérie, mais qu’on lui fait endosser en même temps, un rôle auquel elle n’est pas préparée, la dernière fois, c’était une chose, mais là…. Comprends là, elle est amoureuse est c’est un sentiment….
- Je sais Kristoff mais on s’est jurée de veiller l’une sur l’autre, c’est comme si j’avais raté quelque chose.
- Tu n’as rien raté Anna, je te l’assure, mais elle ne veux pas te faire de peine, alors elle essaye de faire au mieux.
- Très bien prends le gâteau discute avec ma sœur, arrange les choses puisque tu sais tout.
- Anna, ne le prends pas mal.
- Je le prends comment.
- Anna, parfois vous avez besoin d’intermédiaire, vous avez toutes les deux un caractère de troll.
- Mouai, tu as surement raison.
Je quitte la salle à manger, je salut les quelques serveurs en les remerciant du repas, je vais avec joseph sur la petite terrasse qui prolonge la salle de balle, je reste un peu en retrait, faut éviter que le petit roi, est froid. Soudain j’entends du bruit, je me retourne et aperçoit Kayson, j’avais envi de l’écorcher vif, mais finalement je me rappel que techniquement il est amener à être prince.
- Madame, je suis désolé de vous déranger mais votre sœur tenait à vous dire qu’elle était désolé.
- Kayson, cessez sur le champ d’être le perroquet de ma sœur, ça fatiguera moins de monde. Si ma sœur à envi de me parler je consens à l’écouter, mais par pitié changer de registre, si vous avez un peu de sentiment pour ma sœur faite se qui est d’usage que diable.
- Mais madame,
- Anna ou princesse Anna, madame, deviens gênant et me vieillit un peu.
- Très bien, princesse Anna, justement vous portez le titre de reine.
- La reine est fatiguée, la princesse est consentante à parler.
- Bien, que me conseillez-vous.
- Bien parlez lui, elle ne mange personne, bon ok elle à une tendance à produire de la glace…
- Comment c’est elle qui vous a fait se mal qui rend les gens craintif
- Quoi, comment, les gens on peur de ma sœur ?
- Euh oui, enfin non,
- Soyez bref vous avez peur de ma sœur parce qu’elle ma gelé le cœur !
- En quelque sorte oui.
- Je vois, ma sœur aime un sot. Je m’échine à dire que c’est un accident…
- Vous avez faillit perdre le bébé.
- IL EST LA
Soudain mon petit ange se réveille, « eh merde je viens de réveiller mon monstre, bien fait ma veille, tu as la nuit pour toi pour le calmer »
- Ecoutez Kayson si vos sentiments sont porté par la crainte alors je pense que votre place n’est plus ici.
- Princesse…..
- Je ne le répèterais pas deux fois, vous rendez-vous compte des conséquences, non évidemment vous vous rendez compte de rien, très bien je vous laisse deux jours pour réfléchir, mais sachez qu’à défaut je vous sommerais de parler à ma sœur et vous lui direz ce que vous m’avez dit.
- Eh si elle me tue
- Je crains ne même pas avoir envi de la retenir. Réfléchissez bien. Bonne nuit.
- Ou est votre mari,
- Il tente une médiation, mais je ferais comme si je ne vous ai pas vue, parce que si je lui dit ce que j’ai entendu, il risque fort de….. Kristoff tu est revenu.
- Oui, je suis revenu et je crains avoir entendu certaines choses déplaisantes.
- Tu sais Kristoff…
- Ne te fatigues pas Anna. se tournant vers Kayson "moi j’ai deux conseilles à vous donner, ou plutôt je vous suggère de vous poser les bonnes questions que représente la sœur d’Anna pour vous et est-ce si important les pouvoirs de glace, Quand on aime ? Si les deux réponses sont la crainte, je crois pouvoir vous dire que je préfèrerais que vous quittiez ces lieux et ne revenez jamais. Elsa n’en sera rien, je vous l’assure, je peu vous faire passer au delà des montagnes du nord, mais en contre parti, vous devrez oublier ce que vous avez entendu. Sinon si la crainte est simplement de ne pas savoir comment aimer, sachez qu’il n’y a point de cours pour aimer quelqu’un si ce n’est l’aimer pour ce qu’il est ou en l’occurrence ce qu’elle est. J’accorde ce temps imparti par la reine Anna, dans deux jours nous nous reverrons ici. Filez, votre service prend fin pour que vous puissiez réfléchir.

Le pauvre Kayson en était estomaqué, Kristoff venais de prendre une position de roi, responsable et avisé

- Merci de votre bonté mes seigneurs. Kayson sorti de la pièce.
Je regarde mon mari, enfin future, mais se dernier sent que je vais hurler ma rage. Me met un doigt sur la bouche.
- Shuuuut, Joseph dort à nouveau je pense que le fait d’avoir parler l’a apaisé,
- Merci Kristoff, comment va ma sœur.
- Mieux, elle a pleuré un bon coup et c’est excuser.
- Venant de toi ça fait chaud au cœur. Je m’effondre, « que vais-je dire à ma sœur »
- Rien Anna pour le moment rien. Tu tien le coup et c’est tout.
- Mais on peu pas gâcher ce bonheur parce qu’il à peur.
- Non, j’ai un plan, un plan qui va aider Kayson à ne pas la craindre et Elsa de se montrer en femme responsable.
- Tu m’intrigues.
- Oui, mais Anna fais moi une promesse.
- Laquelle ?
- Laisses ta sœur tranquille quelque temps.
- Elle ne veut plus me voir. J’ai souffert treize ans, ça ne va pas recommencer.
- Non, elle ne veut pas souffrir aussi de ces treize années. Mais elle à besoin de se sentir respecter, elle sait que tu tiens à elle et je te rassure elle tient à toi. Mais elle voudrait que tu t’occupe de la maison, du royaume.
- Je le ferais, si tel est sa volonté.
- Ne le prends pas mal, écoute mets toi à sa place, imagine tu as fait souffrir ta sœur parce que tu as fait le choix de t’éloigner d’elle pour éviter de lui faire du mal, par accident à nouveau, dans un de vos jeux, tu endosses le titre de reine parce que c’est la tradition, c’est l’ainé qui prends la couronne, la cadette à un rôle presque insignifiant c’est insupportable pour toi alors tu protège ta sœur, du mieux que tu peu et tu t’inflige un train de vie de none recluse, sans droit au bonheur.
- Ça va ma sœur c’est pas un ange non plus.
- Anna, laisses moi terminer, tu es toujours Elsa d’accord, donc quand ta sœur est enceinte, tu te réjouis, patatraque elle risque de mourir, qui plus est a cause du cœur gelé, tu sais que tu a faillis la perdre, une fois c’était déjà dure, deux fois, serait une catastrophe….
- Je vois, mais je ne peux pas rester spectatrice de sa souffrance.
- Anna, viendra le temps ou ta sœur te parlera, elle le fera je te l’assure. Mais là, elle à besoin d’avoir l’impression de t’épargner.
- Merci Kristoff et que fais-tu, du froluquet qui se balade dans le château.
- Ecoute Anna, je m’occupe de tout. Ok,
- Mouai, ne me mets pas trop à l’écart, je suis la reine.
- Je ne l’oublie pas Anna, mais je veux te conseiller aux mieux. Demain je vais voir Gerda.
- Bien.
C’est à moi de me retirer je vais dans mes appartements, mais je ne peu m’empêcher de faire un tour vers ceux de ma sœur et ce que j’entends me glace le sent ou plutôt me fais de la peine, je rentre dans son salon, priant que Joseph ne pleur pas, je colle mon oreille sur la porte de sa chambre, je l’entends pleurer. « j’ais promis à Kristoff » je repart mais avec le cœur gros. Je reviens je couche Joseph je regarde Kristoff, j’ai envi de lui mais j’ai pas le cœur à l’ouvrage, je repart faire ma ronde, enfin je part surtout pour chasser l’ennui le désarroi, la tristesse qui est en moi, Kristoff n’insiste pas, je lui en suis grès de ce compartiment tout à fait en son honneur, je déambule dans le château en prenant soin de ne pas aller dans les parti appartenant à ma sœur je fini par m’assoir nonchalamment sur les marches de l’escalier et me met à pleurer. Oh bien sure les garde s’écarte par pudeur, certain me demande si je ne devrai pas aller au cuisine me prendre une bonne rasade de chocolats, mais même les chocolats me rapelle Elsa, alors je reste. Je reste un long moment quand j’entends du bruit, des bruits de pas, c’est une femme, je reconnais le style de marche, peut-être une femme de chambre, non elles sont couchées à cet heure là le repos et valable pour tout le monde même les personnes de service ont une vie.
- Anna.
Je rêve c’est ma sœur, je relève la tête et fait signe que je l’écoute.
- Anna je suis désolé pour tout à l’heure.
- Non c’est moi Elsa, je n’avais pas à te faire du mal comme ça.
- Tu ne m’as pas fait mal Anna, tu m’as parlé franchement.
- Eh bien même franchement c’est pas très élégant de ma part.
- Tu es passé dans mes appartements et tu m’as laissé pleurer, je te remercie de se geste.
- Je crois que ça m’a fait du bien aussi faut l’avouer.
- Tu dois en prendre un coup dans l’optimisme.
- Ça de se côté là c’est sur. Je dois même t’avouer que tu m’as fait grandir d’un coup. Kristoff avait raison, nous détacher un peu nous aide à nous affranchir de nos propres peurs.
- C’est en gros ce qu’il m’a dit aussi.
Je regarde la tenue légère de ma sœur.
- T’as pas froid ici ?
- Le froid et pour moi le prix de la liberté, tu le sais bien.
- Eh bien moi si, je vais me chercher un truc dans ma chambre.
- Viens plutôt dans ma chambre je te prêterais quelque chose et puis on prendra un peu de thé.
- Tu es consciente que je romps la promesse que j’ai faite à Kristoff.
- Anna je ne t’obliges pas, mais je pense que parler toutes les deux fera le plus grand bien à moi et à toi.
Je réfléchi et finalement je saisi ma chance, je me lève et je suis ma sœur. Arrivé dans la chambre ma sœur avait pris la sage précaution de faire allumer un feu.
- Qui à fait ce feu.
- Ce n’est pas Kayson, c’est l’un des gardes, de ta garde royale qui m’a aidé à faire ce feux, Kayson à semble t’il disparut. Mais peut-être dort il je ne lui en veux pas.
- Oui il se fait tard.
- Soit. J’ai de l’eau chaude et des feuilles de thé une des rare chose que je peu faire.
- Papa ne voulais pas que tu fasses des choses ?
- C’es plus compliqué que ça Anna, le froid et le chaud font parfois de vrai dégâts, mais le thé, ça va, étrangement.
Elle me sert du thé, je manque de lui dire merci madame, je me contente d’un merci Elsa qui nous fait sourire toutes les deux. C’est maintenant que je constate que sa natte à été enlever je la voie donc avec ses cheveux longs je lui demande si je peu en faire autant.
- Tu est chez toi Anna. Et puis moi aussi je ne t’ais jamais vu sans natte ou presque pas.
- C’est pas vrai Elsa, à mon anniversaire j’était décoiffé.
- Oui c’est vrai, tu as raison.
On se regarde, on voit bien que le temps à fait son œuvre, moi mère de famille et par les circonstances reine et elle redevenue princesse, finalement je commence à comprendre Elsa. Et c’est drôle mais je ne lui en veux pas du tout. J’envie presque son choix.
- Papa et maman ton parler de l’éventualité du trône.
- Ah vrai dire Anna, non, ou plutôt pas tout à fait. Il m’avaient expliqué que si jamais ils mourraient un jours je devait te protéger. Quand mes pouvoirs grandissaient, on a suggérer que tu était ou plutôt que tu sera la voie de la reine, tu serait la voie officiel de la reine, je n’apparaitrait jamais ou peu au yeux du peuple.
- Mais les chose ne se sont pas passé comme prévu, c'est ça ?
- La mort de nos parent à tout chamboulé, kay estimait que tu pouvais gouverner et d’un autre côté on faisait valoir les principes traditionnels, je devais monter sur le trône quitte à te nommé après. Mais je devais être couronné. Kayson et moi avions les cours comme je te disais.
- Oui je ne reviens pas là-dessus.
- Et l’ors du couronnement Kayson n’a pas vu les événements tragique il ne devait prendre son service officiellement que deux jours après.
- Elsa un truc me chiffonne, tu ne lui à pas parler de ça.
- Non Kay m’en avait défendu, sous peine d’altérer les sentiments naissant que nous pouvions avoir. Kay était le seul qui savait pour moi.
- Elsa je suis désolé.
- Tu n’as pas à l’être, il ne m’aime pas vraiment ou en faite il à peur.
J’ai oublié de dire à Kristoff que m’as sœur est une sœur intelligente. Je peu pas lui mentir, je suis partagé et finalement je fini par cracher le morceau, tan pis pour les soirées conjugale.
- Euh oui, c’est ça.
- Merci Anna, d’être aussi franche. Tu sais que ça me fait mal, mais tu sais aussi que me mentir me ferais encore plus mal. Qu’avez-vous décider.
- Elsa, nous ne voudrions pas que vous ayez des jugement Atif l’un sur l’autre.
- Anna qu’avez-vous décider.
- Nous lui avons demandé de réfléchir sur ses réels motivations
- Et d’ici combien de temps.
- Deux jours.
- Bon si je comprends bien il à le choix entre m’aimer dans la crainte ou que je lui montre que je suis acceptable.
- En gros oui, mais tu sais Kristoff à raison, il faut aimer les gens comme ils sont.
- Je suis d’accord avec toi, est il prévu que j’assiste à sa réponse.
- Pour être honnête non.
- Tu es bien mignonne Anna, je serais là, je ne me montrerais pas, mais je veux que vous l’épargner, faite le sortir rapidement si c’est tout le contraire que j’entends.
- Kristoff l’aidera à fuir.
- pour ma part, J’ai tué assez de gens pour ne pas vouloir encore le faire.
- Bien
- Au moins je commence à me faire moins d’illusion. Anna si je vois Kristoff je lui dirais….
- Tu lui dira la vérité Elsa, je t’ai vu, la paix dans le couple n’en sera que préservé, parce que je ne compte pas me jouer de mon mari.
- Tu feras une bonne reine Anna.
Je fini pas m’endormir. Je crois sentir Elsa qui me met dans son lit et qui se couche prêt de moi. On dort toutes les deux l’une veillant sur l’autre, comme avant. Sans songer un instant que les choses allait être pire que ce que nous croyons.
le majordome que nous croyons amoureux transite de ma sœur avait en faite une mission, venger Hans mort, visiblement il avait surement d'autre dessein. On va en connaître les motivations que trop rapidement suffisamment pour déstabiliser un moment ma sœur et tout le royaume.

Décembre : Elsa

Cela devait être un moi de fête, en tout cas nous l’espérions toute les deux, moi Elsa d’Arendelle, je crois que la situation est très grave et je dois en avertir ma sœur de ce que je viens de lire. Oui l’homme que j’aimais avait finalement décidé de partir visiblement il ne m’aimait pas, j’ai pleurer bien sure beaucoup, ma sœur à été d’un secoure sans faille. Elle à veillé sur moi tout en s’occupant du jeune prince qui grandi il essait tant bien que mal de s’assoir, Kristoff lui, tient un conseil permanent de la sécurité du royaume, ce que nous pensions être une futilité n’en fut pas une Kristoff était devant moi avec un pli cacheté des îles du sud, ils se sont tu pour mieux nous poignarder. Trop de largesse attise encore plus de largesse, on leur à tendu la main, ils veulent prendre le bras.
- Kristoff, si ce que vous me rapporté est vrai, à l’aube de noël, il va y avoir la guerre.
- Je le crains Elsa.
- Bien, cette fois il faut qu’on gouverne à deux. Anna doit être épaulé.
- Vous allez le lui dire comment.
- Je vais lui dire la vérité, lui montrer le pli, elle n’est pas stupide non plus.
- Je sais, mais…
- Ecoutez, on n’a pas beaucoup de temps ils peuvent frapper quand ils le veulent il faut informer nos alliés, c’est le moment de compter nos amis. Aller venez.
Je n’aime pas beaucoup la guerre, et de ce que mon père nous en a raconté, c’est la chose la plus horrible qui peu arriver à un royaume et engendre la nécessité de protéger un peuple.

Jamais les couloires qui mène au trône n’ont été si long, si oppressant. Ma sœur y tien conseil en se moment, nul doute que la tournure va être toute différente.


Les porte s’ouvrent sur une Elsa majestueuse, Anna en fut ébranlé d’une tel présence, mais ce qui inquiétait Anna ce n’était pas la présence d’Elsa, accompagné de Kristoff, depuis quelque temps une relation d’amitié sincère s’était tissé entre eux, non c’était le visage grave qu’elle offrait aux conseille.
- Elsa….
- Anna, je voudrais que tu jette un coup d’œil sur se pli.
Elle se saisit du document, le lis une première fois, reste incrédule, la seconde foi, elle regarde chaque ligne et regarde la salle, voilà ce qui est écrit

La vangeance

Trop longtemps peuple des îles du sud nous avons été rejetées par tous les royaumes, trop longtemps nous avons été ignoré. Vous Anna d’Arendelle et votre sœur des neige, meurtrière, sachez que le temps est venu de récupérer ce qui nous reviens de droit Arendelle.

Nos armée marche, nous nous préparons à vous encerclé à vous rendre ce que vous avez hotter à notre prince Hans.

Elle s’arrête de lire.
- Kristoff, d’ou tien tu se pli.
- Un messager me la remis se matin, à mon retour de la tournée des lac ;
- Je vois,
- Mais regarde au dos, c’est ça le plus intriguant.
Elle retourne le pli, regarde et voie

Il est temps que vous payer pour la mort de mon père, reine Elsa.

Elle regarde, l’assemblé, puis jette un regard à sa sœur.
- Anna je t’assure il à été mis avec les membres de notre famille.
- Je me doute j’était à l’enterrement de feu Kay. Tout le monde sais que c’est en me défendant des archers de cette abruti de Hans, Justement qu’il est mort.
- C’est l’été qui se moque de l’hiver.
- Bien, on va écrire à corona et aux pays voisin, car ce qui va se passer va avoir des conséquences bien plus importante que ce que ces fous voudraient croire. Ce qui est valable pour l’un risque indéniablement de se démultiplier chez nos voisins.
- Anna, on est en guerre.
- Elsa calme toi, oui on est en guerre et il va falloir essayer d’éviter l’affolement général.
- Papa, nous a dit que tuer est péché.
- Papa ! Elsa, je crois que les principes de père n’ont plus court. Je n’entends pas qu’on intimide un peuple sous prétexte qu’il à été généreux et qu’il doit maintenant en payer le prix.
- Votre majesté. Un conseillé se lève blème.
- Oui Quentin.
- Nous pourrions essayer de les amadouer avec une ponction substantiel de notre or.
- Acheter la paix !
- Anna. Cria sa sœur. La paix n’a pas de prix, on leur donne un peu ils en voudrons toujours plus.
- Tu as surement raison Elsa.
Elle s’affaisse sur le trône. « Des suggestions » Bien sure personne n’en avait, la première chose qu'elle devait faire était de maintenir un certain ordre. Ce soir pour ouvrir le mois de décembre un bal avait lieux, elle adore les bals, elle décide de le maintenir, les gens devait s’amuser. Mais cette insouciance durerait combien de temps. Ça c’était la question à un flocon. Une pensé pour son fils, "je n’ai nulle part ou le protéger".
- Anna, il faut protéger le prince héritier. fait remarquer sa sœur.
- Tu suggères quoi. Elle y pensait, mais sa sœur lit en elle et savait extérioriser les inquiétudes.
- Se soir on va affoler personnes, demain je prendrais….
- Anna. Kristoff, la regarde froidement. « Les décisions c’est maintenant qu’il faut les prendre. »
Elle regarde tout le monde et ce qu'elle ’allait dire était la chose la plus terrible.
- Tu veux m’aider Elsa. Prends mon fils éduque le comme un roi et part car c'est à ta vie qu’ils en ont.
Kristoff en resta abasourdi. "Il ne verra plus ses parents"
- Mais il sera en surteté.
- Anna, je, je, je, je ne sais pas si c’est une bonne idée.
- Tu l’élèveras comme si c’était ton fils. Je vais lui faire mes adieux.


Anna sors de la salle du trône, je sais qu’elle à pris la décision la plus dure de sa vie, elle décide de protéger ceux qu’elle aime, en dépit de son propre bonheur. J’avais juré de protéger ma sœur et s’est ma sœur qui me protège.
- Anna si la guerre se termine vite ?
- Vous reviendrez. Si jamais je meur, faite vous discret.
Arrivé dans la chambre de Joseph, le petit, senti l’agitation, ses pleures n’en était que plus déchirants pour la jeune mère.
- Joseph s’il te plait écoute maman, tu vas partir très loin, peut-être qu’on ne se verra jamais, ou en tout cas peut-être plus jamais, je te confit à ta tante, ma chère sœur Elsa, tu lui doit obéissance et respect, tu est le roi, ta tante te progègera et protége là si un jours tu devais le faire.

Moi Elsa sorti de la pièce, mes larmes ruisselaient, mêlée d’une neige… soudain Kristoff s’approche de moi avec l’enfant.
- Partez Elsa, partez, Anna n’a pas le courage de vous dire au revoir. Je prends le petit couffin,
- Y a t’il quelque chose pour rappeler aux jeune prince qui est sa mère ? je ne peu pas ne pas lui rappelé qui est sa mère. Ma sœur…
J’avais des sanglots dans la voie. Kristoff me tend un médaillon. « Tenez ceci ». et ce fut tout, il m’aida à sortir cella mon cheval et m’y installa, « vous savez ou vous aller ? »
- Oui Kristoff, je vais là ou je me suis toujours senti bien, je promet que je vais faire quelque chose.
- Vous avez un héritier à protéger vous protégez ce que nous avons de plus cher Anna et moi. Dite vous que vous avez un bout de votre sœur.
- Prenez soin de vous deux.
Et je parti vers les montagnes du nord au palais de glaces. Il va falloir que je lui trouve à manger des vêtements il va marcher un jours et sa mère ne le verra peut-être jamais.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par sapin le Lun 30 Nov 2015, 01:01

les semaine de terreur arrivent, on les appellera plus tard les impatience de Noël 24 jours qui vont paraitre les plus douloureuse pour le peuple mais aussi pour leur reines. Arendelle sera assiégé, vous aller voir comment les îles du sud auront l'impression de piéger Arendelle et comment les royaume alentour vont poster des armé et limité le plus possible l'approvisionnement. Décembre aller être long, le froid ce fait mordant, Elsa était en colère et bientôt ce qui devait être une partie de plaisir pour le prince jean des île du sud allait devenir un enfer..

guimauve va se réveiller et ça fait très mal.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 47
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par WarmIce le Lun 30 Nov 2015, 22:40

Me voilà de retour en commentaire, pardon de ne pas avoir pu commenter plus tôt^^
J'ai donc rattrapé les chapitres que j'avais manqués Razz
J'adore toujours autant ces moment avec Joseph I love it
Ton dernier message est prometteur en ce qui concerne la suite Very Happy
avatar
WarmIce

Féminin Messages : 183
Date d'inscription : 23/04/2015
Localisation : Arendelle, en train de manger du chocolat avec Anna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par ~Elsa~ le Dim 24 Jan 2016, 16:13

Faut pas deprimer!! Je suis la moi aussi! Je viens juste de lire! Et je trouve super!!! J'attend la suite avec impatience!!! :jesaispasquoimettre Very Happy :bave: :cookie: :amour: :fleur:
avatar
~Elsa~

Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 06/05/2014
Age : 16
Localisation : Au îles du sud , en train de préparer des sandwichs à Hans !

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par ~Elsa~ le Dim 24 Jan 2016, 16:15

@~Elsa~ a écrit:Faut pas deprimer!! Je suis la moi aussi! Je viens juste de lire! Et je trouve super!!! J'attend la suite avec impatience!!! :jesaispasquoimettre Very Happy :bave: :cookie: :amour: :fleur:

PS: Je te rassure on dis pas beaucoup de choses aussi sur ma fan fic Razz
avatar
~Elsa~

Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 06/05/2014
Age : 16
Localisation : Au îles du sud , en train de préparer des sandwichs à Hans !

Revenir en haut Aller en bas

Re: les recueilles des illusions

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum