Monde Parallèle...

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Monde Parallèle...

Message par Nims le Lun 14 Nov 2016, 19:42

Cela faisait un bon quart d'heure que j'attendais, mise à part plus les dix minutes que j'avais passé en présence de Mme Bennett. L'arrêt de bus me gardait du vent et des flocons. À pars moi, il n'y avait personne. Le bus n'allait pas tarder à apparaître, et aucune trace de ma sœur. J'observais les voitures défiler sur la route, prudente. C'était ma seule distraction... ennuyeuse quelle qu'il en soit. J'hésitais à retourner au centre pour aller à la recherche de ma sœur mais je me disais qu'elle pouvait arriver à tout moment. C'était tout de même bizarre... Bon allé, cinq voir dix minutes pour trouver les toilettes, après quelques minutes de plus pour l'attente qu'une cabine se libère, et le reste pour trouver l'arrêt de bus... s'était-elle perdue en chemin ? Je l'avais appelé déjà deux fois et je tombais toujours sur son répondeur. Je vis soudain apparaître les phares du bus qui m'éblouirent. J'appelai une dernière fois ma sœur. La sonnerie incessante puis répondeur. Le véhicule s'arrêta, m'ouvrant la porte. Je ne pouvais pas partir sans Anna, de plus, la laisser en abondons me fit frissonner. Étant plus grande qu'elle, elle se trouvait sous ma responsabilité. Le chauffeur racla sa gorge en signe d'attente. Quand il comprit que je ne monterai pas, il referma la porte et partit. Je poussais alors un grognement. C'était décidé je repartais chercher ma sœur.

Je me dirigeais vers l'entrée principale. Je sentis déjà, à cause des lumières éteintes à l'intérieur, que le centre était fermé à présent. En vérification je poussais les portes : en effet, elles étaient fermées. Je me collai à la vitre, observant l'intérieur : la buée que je lâchai sur cette dernière m'empêcha de voir. Même en retenant ma respiration, le noir brouillait ma vision. Super ! Je fis alors le tour du bâtiment. Du côté des toilettes. Après quelques minutes de recherches, je fus récompenser en apercevant deux fenêtres. Celle du premier étage était fermée. Celle du rez de chaussée semblait entre-ouverte. Un escalier de secours en silicone montait au deux, à environ un peu moins de deux mètre du sol. Je soufflais d'agacement en sachant éperdument ce que j'allais faire.

« Pourvus qu'elle n'y soit pas sinon je la tue. » grommelais-je.

D'un bond, j'attrapai la barre de l'escalier. Soudain le givre qui avait recouvert cette dernière me fit lâcher. Par réflexe, je me retenais avec l'autre main, agrippant fermement, de telles que mes jointures en blanchirent. Dans un ultime effort qui me coupa le souffle, j'arrivai enfin à me hisser sur l'escalier glacé. Je pris une grande respiration, étant donné que mon genoux restait encore fragile. Je me redressai regardant en bas. J'y étais arrivée. Seul cela compté. Mais à présent je devais poursuivre mon chemin en grimpant sur quelques marches, veillant à ne pas glisser. J'avais raison, la fenêtre était bien ouverte, à mon plus grand soulagement, elle s'écarta quand je la poussai doucement. La chaleur de l'intérieur montra le changement de température entre le dehors et le dedans. Le silence y régnait. Les cabines d'un côté, le miroir au dessus du vasque de l'autre. Je regardais de tout les côtés, méfiante de la rencontre avec un gardien ou autres. Comment aurais-je pu expliquer mon infraction de toute façon ? Je secouais la tête. Les reproches viendraient plus tard. Je m'engageai sur le carrelage délicatement. Il fallait encore monter. Je me dirigeai vers la porte qui m'entraîna sur un couloir ayant un seule issue : gauche puis un second sur la le longeai. La salle principale, autrement dit le rez de chaussée, était déserte. Je n'osai pas crié son nom, même si je sentais que je me trouvais seule. J'entrepris de monter l'escalator, immobile. Mes pas résonnaient dans tout les recoins. Je n'étais pas complètement dans le noir, la lune s'était enfin dégagée des gros nuages gris et filtrait ses rayons par le plafond vitreux, même si des endroits restaient plongés dans l'ombre. Ensuite de faibles lanternes incrustaient dans le plafond, à chaque entrée d'un magasin sur deux, éclairées faiblement les lieux, entraînant l'endroit dans une atmosphère par vraiment rassurante. En cherchant des yeux j'aperçus sur ma droite puis tout au fond à gauche, les initiales du mot W.C. : je me dirigeai vers celui-ci, le même couloir qu'aux toilettes du rez de chaussée. Il me suffisait donc de suivre le chemin. La salle était disposée de la même façon que celle d'en dessous. On se croyait au même endroit.

« Anna ! » chuchotais-je.

Je pris mon téléphone en cherchant le contact de ma sœur. Rien. Je levai les yeux au ciel et m'apprêtai à partir quand un vibreur résonna dans la pièce. Je stoppai tout mouvement, coupant même ma respiration. Mon sang cogna à mes tempes. Le son provenait de dessous le vasque. Comme si je me trouvais dans une scène d'horreur, je me baissai le plus lentement possible. Ce que je découvris me fis souffler. Le téléphone de ma sœur était là. Je le pris, le retournant dans tout les sens, réfléchissant à la situation. Jamais, elle n'aurait abandonné son téléphone ici ! Qui plus est, sous le vasque... à moins qu'il y soit tombé. L'angoisse me tourna l'estomac.

« Calme toi Elsa ! »

Je me rendis compte que je tremblais. Je soufflais, peut être était-elle repartie chez nous. Oui, certainement. Je me dirigeais vers la sortie. Les questions se bousculaient dans ma tête. Et le pire, c'est qu'elle n'était pas apaisante. Comme quoi que si elle ne m'attendait pas chez nous, que ferais-je ? À présent, un silence inquiétant pesait sur tout le centre commerciale. Je me figeais, les veilleuses s'étaient éteinte. Seule la lumière bleue de la lune éclairée les lieux. Je frissonnai en traînant des pieds. Je me faisais des idées maintenant ! Sans doute est-ce l'heure à laquelle elle devait s'éteindre...

Je m'arrêtai. Là-bas, une silhouette se découpait entre les deux grands carrés de verdure et les boutiques. Non, je voulais me rassurer, se devait être l'ombre du palmier léchant le mur. Pourtant, il me sembla qu'elle bougea tout en s'avançant. Je plissai mes yeux en les réduisant à deux fentes. Horreur ! Le sang dans mes veines ne fit qu'un tour. J'ouvrais la bouche de terreur. C'était la silhouette de Shadow Midnight !

« Non ! » m'écriais-je.

À une grande distance de la mienne, son visage fut découvert par la lumière blafarde de la lune. Son sourire découvrait des dents bien blanche...

« J'avais prévenu que je reviendrai. » lança-t-il d'une voix étrangement calme. « Personne ne m'échappe et surtout pas un humain. »

« M... mais c-comment ! » bégayais-je, perdue.

Il s'avançait toujours, lentement soit-il, se tenant avec fierté. Son regard jetait une indifférence quelconque.

« Croyez tu franchement que j'abandonnerai si facilement ? D'ailleurs, il est rare que je lâche une prise. »

Un déclic me prit à la gorge. Le téléphone, la disparition de ma sœur...

« Où est ma sœur ! » jetai-je, furieuse.

Son rire lugubre résonna dans la pièce.

« T'as sœur ? Ne pense pas la revoir de si tôt. »

La peur déforma mon visage. Que s'était-il passé ?

« Que vous voulez vous dire ? Qu'est-ce que vous lui avait fait ! »

« Alors ça, ça ne dépendra que de toi. Si tu fais tout ce qu'on te dis. Tout se passeras bien. »

« Qui ça on ? »

Il ne répondit pas, ne cessant de me fixer d'un air satisfait. C'était un sadique avait dit Jack Frost, il ne fallait pas lui montrer le moindre signe de faiblesse ou de peur. C'était bien parti...

« Qu'est-ce que vous voulez ! » m'écriais-je.

J'attendis sa réponse qui sembla durer une éternité. Il se passa la langue sur ses lèvres avant de souffler :

« Toi »

Le souvenir de mon cauchemars ressurgit d'un seul coup. Terrifiée à cet vision d'horreur où je courais jusqu'à me faire emprisonner sous la glace, je reculai. J'allais même me retourner pour m'enfuir quand je me cognai sur quelque chose. En me retournant, je me retrouvais nez à nez sur le haut du torse nu de quelqu'un. Je reculai d'un pas pour le dévisageai avec horreur. C'était un autre jeune homme, aux cheveux noir, lisse et gras. Une mèche recouvrait une partie de son visage, couvrant un œil. L'autre était comme fendu en deux par une cicatrice. Ses lèvres fines étaient cousues mais que de chaque côté. Sa peau presque grise pâle à la lumière me donna des frissons, comme si un cadavre se tenait devant moi. Il portait une veste de cuir noir, manches retroussées, fermeture ouverte, sinon il était torse nu, dévoilant des abdominaux bien définis. Sur ceux-ci, un tatouages prenait la forme d'un navet. Il en avait d'autre, comme sur le haut de son cou, l'on pouvait y lire BOO, le premier o, en forme de citrouille, le second, celui de la lune. Son pantalon noir collait à ses fines jambes et descendait jusqu'à ses pied nus. J'ouvrais la bouche, comme si le monde venait de se changer en cauchemars... De ses yeux qui me regardaient hautain et sans grand intérêt, il plongea son regard à glacer le sang dans les miens, aucun sourire, aucun brin de malice. J'avais l'impression que mon sang bouillonnait dans mes veines. Puis je secouais la tête, me tournant avec frustration vers Shadow, en le surprenant de s'être approché jusqu'à quelque mètre de moi. Je sursautai quand je compris qu'ils m'encerclaient, n'ayant aucun échappatoire pour fuir... Reprenant mes idées au clairs je lui lançais avec une pointe d'enrouement dans le son de ma voix :

« Alors comme ça je suis trop forte pour toi ? Il fallait donc que tu ramène un de tes ami ?

« Simples précautions, si tu vois ce que je veux dire. » répondit-il sèchement.

Dans ses yeux je sus qu'il parlait du combat qu'il avait affronté contre Jack Frost, ce qui, apparemment ne lui avait pas valut sa victoire et affamé sa soif de vengeance. Je le suivais des yeux alors qu'il se rapprochait toujours, le cœur battant la chamade. Pourtant, je ne bronchai pas quand il me lança un regard noir, au contraire, je le soutenais.

« Bien qu'il ne te sois pas venu en ta faveur, beaucoup de personne le connaisse à sa... » -Il dut suspendre sa phrase quand son allié le défia froidement du regard en grognant d'une voix grave qui résonna dans le lieu désert. À son air craignant qui disparut aussitôt qu'il fut apparu, je sus que contrarier l'individu qui se trouvait dans mon dos devait être dangereux. Shadow Midnight se repris en se redressant de toute sa hauteur.- « Il est l'un des plus grands qui soit apparu de ce monde de légende, il terrorise tout ceux qui osent croiser son chemin. Maître de l'horreur, et sadique autant que moi qui plus est, l'Esprit d'Halloween ne prends aucune pitié à faire naître la terreur chez ses victimes, je te présente Jack O'lentern. »

Je fus prise d'un étrange frisson en jetant un coup d'œil à ce dernier qui n'avait cessé de me fixer, dotait d'un air inexpressif et sans fierté, comme si la mort l'avait déjà atterré.

« N'aie pas peur, le cauchemar viendra après- »

« J'ai pas peur. Et je suis loin d'être intimidé par vous ! » rétorquais-je le plus calmement possible. Même s'il avait raison, je ne me laissai pas démonter face à ses personnages d'horreur. Il bougeai bizarrement avec son corps, comme s'il avait été désarticulé, craquant tout ses membres dans des bruits glauques. Il étendit son sourire afin de pousser un soupir presque moqueur, il releva la tête, l'expression non-trompeuse. Il approcha son visage à quelque centimètres du mien en soufflant :

« Mensonge, même si tu essaye d'en montrer le contraire, la peur règne dans tes prunelles, ton regard te trahi on dirait. »

« Et vous c'est votre don pour être un psychopathe qui vous donne l'air si crétin ? Je ne me laisserai jamais faire si c'est ce que vous croyez ! J'ai beaucoup plus de bon sens pour vous échapper que vous vous n'en ayez pour me retenir ! »

Il pouffa avant de continuer :

« C'est ce qu'on verra. D'ailleurs, j'ai été très impressionné dont la façon où tu t'es libérée de mon ombre. »

« Je me suis servi de ma tête ce que visiblement vous, vous n'en avez pas ! Et je ne parle même pas de ce qui devrait y avoir à l'intérieur. »

Il poussa un grognement et renifla l'air méprisant.

« Ne crois pas que tes paroles te sauverons, tu as peut être du caractère mais il te mènerons à ta perte !Si je n'avais pas été forcé de te garder en vie, tu serais déjà morte. En ayant souffrit certes. Et je pense même que tu m'aurais supplié de t'achever avant. » -Il s'arrêta un moment, m'agrippant l'épaule- « Et ne pense surtout pas que Jack Frost viendra à ton secours, on y a veillé. Personne ne viendra. »

Je ne cherchai même plus à montrer mes ressentis, ses mots m'avait figé. J'aurais, prié pour disparaître sous terre. Voilà qu'il était revenu. Jack Frost avait eu tord. Mais raison sur une chose : oui, Shadow Midnight n'abandonnait jamais. J'étais prise au piège maintenant, trop captiver à me morfondre sur mon sort. L'un planté derrière moi, l'autre fermant le chemin de devant. Je les regardait l'un après l'autre, cherchant désespérément une issue lorsque j'ouvris de grands yeux en voyant Shadow se pencher sur moi l'air satisfait.

« Alors réel ou pas réel, très chère ? »

Il s'apprêtait à lever sa main sur moi, quand tout à coup, il fut renversé d'une telle violence qu'il s'écrasa presque sur le mur d'à côté avant de faire volte face vers Jack Frost, qui était en position de défense. Même le prénommé Jack O'lantern parut étonné et se tendit brusquement.

« Réel ! » poussa celui-ci, essoufflé.

« Im- impossible ! » marmonna Shadow comme pour lui même avant de hausser le ton. « C'est pas vrai ! tu n'arrêteras donc jamais de te mêler des affaires des autres ? »

Jack Frost le défia du regard avant de répliquer d'un ton sec :

« Agresser une innocente ça fait parti de nos affaires ! Je ne suis pas aussi incrédule que tu l'imagine. Tes faux indices pour te trouver ton trahi et puis étais-tu vraiment aussi sûr que nous la laisserions sans surveillance et sans défense ? »

Shadow Midnight se mit à rire.

« Et tu croit que c'est tout seul que tu arriveras à nous battre ? »

« Qui a dit qu'il était tout seul ? » rétorqua une voix grave.

Une forme poilu apparut subitement de nulle part, en venant se poster aux côtés de Jack Frost, après une cabriole gracieuse. La lumière bleutée de la lune qui filtrait par endroit ne permettait de voir que sa silhouette. Par ma plus grande frustration, il s'agissait d'une bestiole, aux grandes oreilles, au corps majestueux, ayant d'immenses pattes... Un lapin qui se mettait en position de combat, armé de boomerangs ! Plus rien n'avait de sens ! Qui étaient-ils, tous autant qu'ils soient ?

« La cloche de Pâque serait-elle sortie de son trou ? » railla Shadow, sarcastique.

« La cloche de Pâque ? » se défendit son interlocuteur. « Non mais tu t'es vu ? »

« Et depuis quand tu traîne avec la face de glace ? Depuis qu'il as fait -mumuse- avec toi, la peluche ? » renchérit le squelette.

Les deux impliqués s'entre-regardèrent avant que le lapin prenne la parole, après avoir remué une de ses oreilles, l'air plus détendu :

« Oh c'est vrai que c'est un garnement irritant, agaçant, insupportable, énervant, provoquant et j'en passe ! Mais sans ça il ne serait pas Jack Frost faut avouer ! »

Jack Frost parut presque indigné par les « insultes » défilant à son égard.

« Moi qui croyais que les carottes rendaient aimable, tu ne dois pas en manger beaucoup ou alors tu fais régime ? »

Shadow Mignight poussa un râlement exaspéré :

« Toujours autant désolant et ennuyant l'un envers l'autre, et surtout l'un -comme- l'autre. Et vous parlez d'une équipe ? Vos chamailleries font de vous des incapables. Et vous vous placez digne de Légendes ? Il ne faudrait pas s'étonner si l'un d'entre vous s'est retrouvé isolé, seul pendant près de trois cent ans. »

Jack Frost tressaillit sous cette remarque, mais ne se laissa pas démonté pour autant.

« Nous sommes des Gardiens, persifla-t-il. Toi tu n'es rien et tu crois que tu arriveras à te battre face à nous tout seul ?! »

Shadow lança un regard dans ma direction, sachant pertinemment qu'il regardait Jack O'lantern qui bandait ses muscles face à la situation. Je compris en un trait que Jack Frost et son compagnon n'avaient pas pu remarquer sa présence car il était tapissé dans le noir. Avant que je ne pu les alerter, le rire moqueur du squelette résonna :

« Qui a dit que moi aussi, j'étais seul ? »

Les deux -légendes- se regardèrent sur un bref instant avant d'écarquiller les yeux de stupeurs en me lançant enfin un regard... Enfin surtout sur celui qui se trouvait derrière moi, veillant sur chacun de mes mouvements.

« C'est pas croyable ! Vous deux ? Ensemble ? Et le monde tient encore ? » ironisa la bestiole poilue de sa voix grave.

« La stratégie tient du côté de ceux qui sont forts pas celui de ceux qui sont faibles et certainement pas d'un animal qui se croit être un homme. Retourne donc à tes œufs la peluche ! »

La première attaque fut lancée par le lapin qui balança précisément ses armes -boomerangs- sur chacun de leur adversaire. Je vis avec horreur l'une d'elles qui se dirigeait vers ma direction !

« Baisse toi ! » me cria Jack avant de foncer sur Shadow Midnight qui avait évité l'arme volante du lapin.

Avant même d'entamer ce geste, Jack O'lantern m'avait saisi d'un coup par ma veste, me soulevant avec facilité du sol et me jetant contre le mur. Le choc me coupa la respiration et me fit tourner violemment la tête quand j'heurtai la face rigide. Je retombais lourdement sur le sol, laissant s'échapper un cri de douleur. Je serrais les dents pendant qu'une grimace déformait mon visage. Je portai mes mains autour de mon genoux, cherchant à diminuer le lancement qui se répandait également dans mon dos. En relevant la tête pour prendre part à ce qui se déroulait, je vis les quatre individus se battre presque au corps à corps. Certains s'aidaient de... leur pouvoirs ! Jack Frost trouva appui sur le lapin qui l'élança dans les airs de sorte à ce qu'il fasse jaillir une bande de glace séparant des gentils, dirait-on, des méchants. Cette dernière passa à côté de moi, m'envoyant des éclats de glace comme tranchantes. Tous prirent leur souffle avant de recommencer dans leur violence à se déchiqueter les uns et les autres. Jack O'lantern fit apparaître d'un geste souple, écartant ses mains, des flemmes qui dansaient avec méfiance. Celui-ci se battait contre le lapin qui tressaillit pendant un instant. Quand l'Esprit d'Halloween lança son attaque, la cloche de Pâque eu du mal à l'esquiver, roulant sur le côté, sautant de droite à gauche. Puis il envoya à son tour des espèces d'œufs qui explosèrent à chaque fois qu'ils heurtaient quelque chose. Quant à Shadow Midnight et Snowman, il roulèrent ensemble par terre, se griffant et poussant des cris féroces. L'ombre de l'Esprit de Minuit se détacha et alla s'empêtrer dans celle de son adversaire. Jack Frost du se résigner à lâcher prise lorsque l'ombre du squelette le plaqua au sol. Il étouffa alors un râle et attrapa de justesse son bâton qu'il venait de lâcher quand Shadow voulut lui assener un coup fatale. Dans ses yeux brûlait une envie de meurtre, attisé par la colère et le mépris.

Je ne pouvais plus bouger. Terrorisée, figée, à ce qui se déroulait devant mes yeux. Je ne prêtai même plus attention aux douleurs qui s'élançaient un peu partout dans mon corps. Qu'avais-je fait pour mériter tant de violence ? Pourquoi fallait-il que se soit moi qui tombe dans ce genre d'ennuis ? Et puis le plus important où était ma sœur ? Allait-elle bien, que lui avait-on fait, et allais-je la revoir un jour ? Trop de question tourbillonnaient dans ma tête, j'ignorais même le bruit de la bataille qui faisait rage. Je faillis défaillir. Je me mis à quatre patte comme pour vomir.

« Elsa ! » hurla difficilement Jack Frost bloqué sous le corps de Shadow Midnight qui tenter de l'étrangler, en vain.

Je vis alors son affolement quand Jack O'lantern s'avançait à moins d'un mètre de moi. Grâce à la lumière que dégageait la lune, on pouvait voir de grandes cicatrices sur son torse, et surtout son tatouage du navet, qui brillait d'un rouge-orangé avec animosité sur son abdomen. Rien qu'à son état, il avait dû livrer de grands efforts pour se débarrasser de son ennemis -du lapin-, gisant à l'extrémité de l'escalator. Celui-ci luttait pour se relever. À présent je compris la gravité. On était en train de perdre ! Captivé dans la progression de l'Eprit d'Halloween, je perçus quand même des altercations de l'autre côté, sans vraiment y prendre attention.

« Va t'occuper de l'autre je m'occupe de lui ! »

« Ne le lâche pas surtout ! »

J'étais prête à être confrontée contre celui qui se dressait devant moi. Les bras pendant et les doigts écartés en des serres acérées. D'un seul coup, Jack O'lentern faillit être renversé par Jack Frost qui s'agrippa à ses épaules, se retrouvant la tête à l'envers -crâne contre crâne- tendit que son élan le fit retomber sur ses pieds, dos à moi, face à l'Esprit d'Halloween, qui en resta stupéfait. Pendant ce moment d'hésitation, Snowman en profita pour le projeter dans les airs d'un mouvement puissant jusqu'à la rambarde qui protégeait les personnes d'une chute de quelques mètres. L'Esprit de l'Hiver reprit son souffle, triomphant. Mais où était Shadow Midnight ?! En tournant la tête, le lapin avait relevé Jack au combat. Je ressentais une part de soulagement quant au fait qu'il s'était remis de ses blessures.

« Mais qu'est-ce qu'il t'as pris de venir ici dans un endroit aussi mal surveillé ?! » me jeta Snowman en me jetant un coup d'œil, toujours adopté de sa même position de défense.

« Ce n'est pas ma faute ! » m'indignais-je. « Ils ont enlevé ma sœur ! Et tu m'avais dit que ce sadique de Shadow m'aurait oublié ! »

Il soupira, en serrant les dents.

« Ce n'est pas pour autant que tu dois baisser ta garde et ta prudence à tout moment ! Tu as été stupide de venir ici seule. » me réprimanda-t-il.

Je pinçais alors mes lèvres me retenant de décocher un sourire narquois, en vain.

« Seule ? Mais tu es toujours là quand j'ai besoin d'aide hein ? »

Il fut presque embarrassé mais se reprit aussitôt en montrant son air amusé, avec son sourire en coin si familier.

« Tu n'es pas blessée ? »

Malgré les élancement qui s'était propagé dans ton mon corps, je fis signe que non. Par fierté ou pour montrer ma débilité ? Seul ce que j'avais en tête le savait.

« Bon écoute, reprit-il. Tu vas courir et repartir par où t'es passé ok ? Nous te rejoindrons. »

« Mais si vous ne... »

Il comprit alors la suite. S'ils ne s'en sortaient pas, que devrais-je faire ?

« N'aie pas peur, chuchota-t-il plein de douceur. Je ne t'abandonnerais pas. »

Jack O'lantern commença à remuer et craquer sa tête. C'est alors que Jack Frost me jeta un ultime regard avant de me crier :

« Maintenant ! »

Avec de grandes difficultés, je me redressai en secouant mes membres engourdis. Je fonçais droit dans le combat acharné du lapin et de Shadow Midnight. Heureusement, ils étaient trop occupés à s'arracher des touffes pour remarquer mon passage. J'évitai de justesse un œuf explosif qui éclata près de moi et me fit tousser. J'eus même du mal à descendre l'escalator, mes jambes brûlaient et mes forces s'épuisaient à petit feu. J'arrivais enfin au rez de chaussée, ne me préoccupants plus de quiconque. Soudain, quelque chose me tira la cheville et me fit trébucher. Je roulai par terre avant de me retourner. S'en était fini pour mon genoux ! Avec tout ses coups, la douleur resta. Le cœur bondissant dans ma poitrine. La chose en question qui m'avait faite tomber avait disparut ! Je levai les yeux pour apercevoir ce qui se passait. Silence. La silhouette de Jack O'lantern se redressa devant Snowman qui pointait son bâton sur lui. Dans une flamme étincelante, l'Esprit d'Halloween disparut. Il avait battu en retraite !

« Lâche ! » cria Shadow Midnight à son camarade qui avait prit la fuite, se démenant désormais avec les deux légendes qui s'occupaient de son cas.

Je filai à couvert. Je reconnus le couloir plongé dans l'ombre menant à la sortie ! Enfin, la fenêtre... Essoufflée, je me collais au mur. Profitant d'un instant pour me reposer et épier la scène. Tout était silencieux, comme si aucune bataille n'avait jamais eut lieue d'être. Mon cœur s'était calmé. Jack Frost et le lapin avait coincé Shadow Midnight, là où résignait le magasin où j'avais emmené mon téléphone à réparer. Un sentiment de soulagement s'empara de moi. Shadow avait perdu et avait été délaissé par son allié. Maintenant, chacun de nos pas pouvaient se faire entendre dans tout les recoins. C'est alors que j'entendis Shadow éclater de rire, là-bas, où il était encerclé contre le mur. Un rire sinistre...

« Vous êtes encore plus naïfs que je l'espérais. Croyez vous franchement que nous n'avions pas prévu un autre plan pour l'une de vos visite ? »

Les deux Légendes se regardèrent, curieuse et méfiante. Devant l'expression de l'Esprit de Minuit, je sus qu'il tramait quelque chose. Je longeai lentement le couloir sous les ordres de Jack Frost en réfléchissant aux paroles... Les deux êtres des ténèbres m'avaient attaqué, ensuite Shadow m'avait expliqué la présence de son camarade.

« Simples précautions, si tu vois ce que je veux dire. » m'avait-il dit.

Quand les deux légendes étaient arrivées, il avait pourtant été surpris... Le combat s'est déroulé. Je suis tombée à cause de quelque chose que je n'ai pas vu... Jack O'lantern avait battu retraite sans prévenir... Et Shadow l'avait traité de lâche. Je me repassais la scène encore et encore dans ma tête. Je révélai brusquement la tête, comprenant le stratagème. C'était une ruse ! Ils jouaient la comédie ! Il voulait juste détourner les faits pour qu'on croit que Jack O'lantern soit parti et qu'il n'est plus rien avoir au combat. Shadow Midnight avait joué le rôle du délaissé et il s'était volontairement fait vaincu de sorte à distraire les autres pendant que... que... Je rebroussai chemin devant la porte des toilettes, le cœur cognant d'anxiété. Je courais et vis avec soulagement la lumière bleutée baignant dans le centre commercial. J'aperçus enfin les silhouettes de Jack Frost, le lapin et Shadow Midnight. J'allais hurlais l'avertissement du piège alors que j'étais encore à couvert. Soudain je sentis qu'on m'agrippa le bras, me projetant contre le mur. Mon genoux cria souffrance. D'une main, Jack O'lantern enlaça ses doigts crasseux sur l'un de mes poignée, de l'autre, il la plaça sur ma bouche pour étouffer mes moindres répliques. Je me débattais comme un beau diable avec mes membres libre. Sert toi de ta tête et ne t'affole pas ! Me répétais-je encore et encore. Je lui donnai un coup de pied dans l'estomac, près des parties génitales. Il étouffa un râlement et me lâcha sous le choc. Profitant de ce moment de faiblesse, je partais en courant vers Snowman. Trop tard, à peine avais-je pu faire un pas, que Jack O'lantern me serra contre lui, m'encerclant de son bras et étouffa une fois de plus mes protestations en plaquant sa main sur mes lèvres. Même si j'essayai de lui donner des coups, il les esquivait, il avait compris comment je fonctionnais. Faisant une tête de plus que moi, il arrivait sans problème à me soulever du sol. Je sentais ses abdominaux ainsi que son corps chaud m'envelopper, bouillant de colère à lutter pour me faire rester en place. Je compris que je n'avais plus aucune chance et qu'il valait mieux garder des forces à la moindre occasion de fuir. Sa main qui me collait au visage était grande et me cachait presque la moitié d'un œil. Il me soutenait en l'air par le bas du ventre coinçant mes mains. J'étouffais presque et mon état n'arrangeait rien.

« Tient toi tranquille. » grogna-t-il calmement d'une voix rauque, plus rauque que celle de Snowman même. Je me rendis compte que c'était seulement la première fois que je l'entendis parler.

Nous restâmes un moment dans cette position. Jack O'lantern contemplait la scène, sans doute au signal qu'il devait donner à son camarade.

« C'est parce que t'es mauvais joueur ? » entendis-je railler Jack Frost à Shadow Midnight.

L'être des ténèbres ricana de plus belle.

« Sache que je ne perd jamais, je joue. Même si mon rôle n'est pas de m'extasier devant un jeu d'échec. Vous n'êtes que des amateurs. »

« Explique nous si on est si stupide que ça. » menaça le lapin en croisant les bras pendant un moment avant de se remettre en position d'attaque.

Il lorgna ses deux adversaires, malicieux.

« Voyons donc, sur mon échiquier j'ai trois pions au départ, deux noirs et un blanc. Ensuite, deux autres blanc arrivent et contre-attaque contre les deux pions noir se trouvant déjà sur l'échiquier, pour ainsi protéger le troisième qui est blanc. Celui-ci se met en hors-jeu pour se mettre à couvert sous l'ordre des deux pions blanc. Il m'en reste donc quatre, deux noirs et deux blancs. Puis l'un des quatre, un noir, se met en hors-jeu lui aussi et volontairement. Il m'en reste encore trois, deux blancs et un noir. Le noir doit perdre la bataille contre les deux blancs. Question, où sont donc passé les deux pions, noir et blanc, qui se sont mis en hors-jeu ? »

L'impression de Jack Frost qui s'était décomposée un peu plus à la suite de l'énigme, afficha un air horrifié alors qu'il avait comprit. Son compagnon, lui, ne broncha pas face au regard défiant de Shadow.

« C'était un piège ! » s'écria Jack. « Elsa ! Bunny ! Surveille le, je dois retrouver Elsa ! »

Avant qu'il n'ait pu prendre son envol, Shadow reprit d'un air moqueur :

« Inutile, elle est déjà loin. »

Je protestai en essayant de l'appeler, en vain. Jack O'lantern grogna lorsqu'il reçu un coup de mon pied sur la jambe.

D'un geste brusque, Jack Frost vint planter son bâton au bout recourbé contre la gorge de Shadow qui ne fit rien et s'esclaffa.

« Où est-elle ! Dis à l'autre de la ramener tout de suite sinon je- »

Le lapin se mit à ses côtés, lui posant une de ses pattes sur l'épaule avant de lui murmurer quelque chose sans doute apaisant, car après Snowman se calma. Il recula entraîné par son ami poilu.

« Oh fait, j'ai un message d'un ami qui vous est sans doute très cher. Le temps est venu de transformer le grain d'or pur et innocent en un grain de ténèbres nocif et nuisible. La lumière deviendra obscurité. Le clair deviendra brouillard. Le blanc deviendra noir. Ainsi régnera l'ère d'une terrible vengeance. »

Les deux Légendes défaillirent et ses regardèrent, fiévreux. Aucuns d'eux ne pipa mot. Laissant l'être des ténèbres continuer.

« De L'Émerveillement naîtra l'Assombrissement. De l'Espoir naîtra le Désespoir. Des Souvenirs naîtra le Néant. Des Rêves naîtra les Cauchemars. De l'Amusement naîtra l'Ennui. Retenez bien ses mots car c'est ce qui vous attends. »

« Pitch ! » hurla Jack Frost dans une telle colère, que la glace recouvra le sol tout entier sous ses pieds nus.

Shadow Midnight éclata d'un rire monstrueux qui m'en donna la chair de poule. Se débattre ne servait à rien, j'étais face à l'angoisse pesante de ses mots. Et Jack O'lantern semblait enfin satisfait.

« Prenez garde Gardiens ! Car vous vous dirigez dans une voie bien dangereuse et instable. Nous vous conduirons tous à votre perte. »

De ses derniers mots, Jack O'lentern se retourna face au mur dans notre dos. Mes yeux s'agrandirent lorsqu'un passage plongé dans le noir s'ouvrit. À mon plus grand désespoir, il m'entraîna à l'intérieur. Je luttais contre lui. Puis la peur fit coller ma tête sur son torse chaud et agréable. Le noir. Je n'y voyais plus rien même si mes pupilles s'adaptaient à l'endroit, je ne distinguais que le murmure des ténèbres. Après un instant à marcher en ces lieux, une faible lumière éclairait des murs couleur charbonnée. Rien d'autre. Et des parties restaient dans le noir complet. Nous nous arrêtâmes enfin. De là, je balançais mes pieds n'importe où de sorte à ce qu'il me relâche, rien à faire, malgré ses grognements.

« C'est bon, tu peux la lâcher. »

La voix de Shadow Midnight résonna sur les murs et se transforma en écho. Un instant après, sa silhouette apparut, se postant devant nous. Jack O'lantern s'assura de bien avoir l'autorisation avant d'ôter ses membres de mon corps. En retombant, je pris une grosse bouffée d'air avant de me retourner vers l'Esprit d'Halloween, folle de rage.

« Non mais ça va pas ! Vous n'êtes que des brutes qui se servent des émotions des autres pour les détruisent et- »

« Précisément. » me coupa Jack O'lantern de sa voix rauque.

Je me retournais brusquement vers lui, espérant enfin une réponse :

« Vous allez enfin me dire pourquoi vous m'avez enlevé dans ce trou perdu ? Pour une bonne fois pour toute, que me voulez vous ! »

« Tu le sera quand le moment viendra, » gronda Shadow, méprisant. « Il n'est pas encore là je présume ? » demanda-t-il ensuite à son allié.

Ce dernier lui fit signe que non.

« Bien. » continua le squelette. « Tu vas devoir patienter un petit moment le temps- »

« Je refuse catégoriquement ! Je ne me laisserai pas faire ! » protestais-je.

Ils se regardèrent avant d'opiner silencieusement.

« Et comment crois tu que tu feras pour partir ?Tu n'as pas de pouvoir. Tu ne ferais même pas deux cent mètres que nous t'aurions déjà rattrapé. Là-bas tu avais peut être une chance, mais ici tu n'en a aucune, tu es dans notre élément désormais. Par ailleurs, je me doutais que tu dirais ça. »

Je plongeai avec froideur mes yeux dans les siens, toute trace de peur évanouit, à la place, je lui lançai un regard de défit sans ciller.

« Vous pouvez toujours me garder auprès de vous coûte que coûte, mais je ne cesserai jamais de vous fuir, par tout les moyens. »

L'agressivité et l'assurance qui s'étaient mélangé au son de ma voix m'avait fait comme pousser des ailes. Shadow Mignight lorgna pendant deux secondes son compagnon avant de me regarder, sans la moindre plaisanterie. J'avais dû bien l'énerver car je ne l'avais jamais vu aussi sérieux. Il se pencha alors sur moi, malgré mon mouvement de recul, je ne le quittai pas des yeux.

« Dans ce cas prouve le, je ne demande qu'à voir. » susurra-t-il le plus calmement possible.

Il se redressa et repartit dans l'ombre. Je tournai la tête, fermant mes paupières. Pendant un instant je pensai au doux visage de ma sœur, celui de Jack Frost, de Jamie, de Mme Bennett... oh... c'était si dur, qu'il larme discrète coula le long de ma joue. J'étais à bout de force. Et Henry et Lucy ? Je secouai la tête quand Shadow fit sa réapparition, les poings serrés. Il approcha son visage à quelque mètre du mien :

« Ne fais pas la compliquée. Tu sais, tout vient à point à qui ne sait attendre. »

Je ne compris pas. Mais je fuyais son regard. Il n'avait pas vu la larme dégouliner. Il l'aurait traduit forcément pour un signe de faiblesse. Sans que je m'en aperçois, il ouvrit une de ses mains, à la hauteur de mon visage. Celle-ci contenait la même poussière noire que j'avais découverte à l'intérieur du tronc mort, -disparut par la suite-, dans la combe. Au moment où je tournai la tête pour découvrir sa main tendue, il souffla sur la poussière que je me reçu en plein visage. Elle me piqua les yeux et me fit tousser.

« C-c'est quoi encore... c-ce truc ? » bégayais-je, me frottant les yeux et raclant ma gorge.

« Ne t'en fais pas, simple moyen de précaution. »

Je fronçai les sourcils, agacée.

« Vous en avez encore combien des moyens de précautions ? » raillais-je.

Il ne me répondit pas.

« Et pourquoi avoir attaquer par des mots Jack Frost et le lapin ? » continuais-je.

« Tous ce qui ne sont pas nos alliés, sont nos ennemis. » répondit glacialement Jack O'lantern.

Je me retournai vers lui.

« Et il y a pire, eux sont les Gardiens de l'Émerveillement, de l'Espoir, des Souvenirs, des Rêves et le dernier qui a récemment rejoint leur petit groupe. » enchaîna le squelette. « Pourquoi t'inquiète tu tant pour eux ? »

« Snow- Jack Frost va venir. » me repris-je.

Il poussa un rire étouffé avant de me toiser durement.

« Oh je n'en doute pas, et nous l'attendons avec impatience ! »

Que manigançaient-ils encore ? Il fallait tenter quelque chose au risque de recevoir encore des coups.

« On s'occupera aussi du gamin. James ou Jamie. »

Un coup de rage fut fureur en moi comme une montée d'adrénaline. S'attaquer à une jeune fille, c'était mal, s'attaquer à un enfant c'était pire ! Sans réfléchir, je m'élançai sur lui dans un tel élan qu'il se prit le sol avec violence. Il en resta sonné. Stupéfait par cette attaque surprise, Jack O'lantern se hâta d'intervenir. Je m'étais relevée. L'Esprit d'Halloween était agile comme moi. La meilleure chose à faire fut de courir. N'importe dans quel endroit. N'importe ! Pourvue que je ne restai pas une minute de plus en compagnie des deux êtres des ténèbres ! Une course poursuite s'enchaîna. J'en eu le haut le cœur quand je déboulai dans une immense grotte aux parois parsemées de pics ardents, dont le plafond était parcourut d'escalier à l'envers... Cette architecture me fit tourner la tête. Sentant que les deux autres approchaient malgré le silence pesant, je descendis suivit par de grands efforts. La roche dure et tranchante égratignait mes mains. Après l'escalade, je dus sauter de plus d'un mètre. J'atterrissais enfin sur mes pieds. La douleur de mon genoux était partie ! Je ressentais néanmoins, une fatigue étrange, qui se mêlait à mon essoufflement. Cependant, je n'arrêtai pas ma course folle qui m'entraîna à monter une pente. Au bout de celle-ci, je sentais vraiment que tout s'écroulait. Ma tête me brûlait et mon énergie se dissipait. En serrant les dents, je fis un effort pour me redresser, regardant autour de moi. Des milliers de petites cages étaient suspendues un peu partout au plafond. Et ont aurait dit que la faible lueur provenait du soleil. D'ailleurs, je n'avais aucune idée d'où elle pouvait sortir. Quand je penchai la tête sur mon côté droit, je sursautai : un étrange globe représentait les continents qui comportaient des millions et de millions de petite lumière joyeuse... seule chose rassurante ici. J'allais continuer quand un peu plus loin, j'aperçus un homme vêtu d'une cape noire, ses cheveux relevés en arrière, noir également, discutant avec une autre personne. Ma vue commençai à se troubler que je trébuchai. Le bruit que je venais de faire n'échappa pas aux deux individus qui cessèrent leur discutions. Ils me regardèrent, stupéfaits de voir une jeune fille débouler comme ça. L'un deux avait des yeux dorés, brillant, mais je ne pouvais plus distinguer qui avait quoi. J'allais repartir quand subitement, quelqu'un m'attrapa par derrière, ramena mes mains devant et les bloqua. Je poussais des grognement à peine perceptible. Que m'arrivait-il ?!

Même le son de leur voix ne furent qu'un lointain murmure. Cependant, je reconnus la chaleur du torse de Jack O'lantern m'encerclait.

« Que s'est-il passé ? » Fit une voix que je ne connaissais pas.

« Elle nous a pris de court... »

L'autre lui répondit quelque chose que je ne compris pas. Je voyais leurs silhouettes, devant moi. Arrivant encore à tenir debout mais retenu par l'Esprit d'Halloween, je rassemblai mes forces et dans un ultime effort, je poussai la première personne qui se trouva dans mon champs de vision. J'entendis un hurlement de fureur.

« Retient là- » grogna quelqu'un.

« Inutile... » répondit l'autre.

Jack O'lantern me soutint pour éviter que je ne m'écroule. Puis il me prit délicatement dans ses bras, je laissais alors ma tête retomber sur le bras de celui-ci. Plongeant dans un profond sommeil...

_________________
avatar
Nims

Féminin Messages : 83
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 17
Localisation : Royaume d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Monde Parallèle...

Message par - Frozen Girl - le Mer 16 Nov 2016, 20:39

Génial, juste, génial !!!! Very Happy

_________________
avatar
- Frozen Girl -
Légende du Royaume

Féminin Messages : 1753
Date d'inscription : 27/05/2014
Age : 15
Localisation : Avec Ezra Miller bien évidemment !

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum