les blabla des princesses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

les blabla des princesses.

Message par sapin le Mer 14 Oct 2015, 22:11

les idées venant un peu partout et comme j'ai le temps d'écrire j'ai plusieurs fan fiction sur le feu certaines sont au stade d'inachevée parce que soit j'allais sur des aspects qui sortent de la catégorie de l'adolescence et était assez averti, et j'ai vite compris que décrire c'est une chose, les suggérer en est une autre.

dans cette section vous aller découvrir des blessures moral, des confidences mais aussi une Elsa un poil perverse.

Aller, c'est partie



L’anniversaire.

Il règne une ambiance calme, trop calme. Chacune de nos princesses favorites dorment. Anna qui n’était déjà pas surprise que son montagnard soit parti travailler « je lui est toujours dit qu’il pouvait arrêter ce métier, me laisser toute seule. » et Elsa, éternellement et désespérément seul, dans son lit, mais aujourd’hui est un jour triste, c’était l’anniversaire de la mort de leurs parents. Et cette dernière n’avait pas réussi à aller sur la tombe de ces derniers. Pourtant accomplir cette tâche était pour elle nécessaire, elle le savait aller sur leur tombe lui permettrait de faire son travaille de deuil plus facilement, si tant est que perdre ses parents était facile. Elle décide de prendre les choses en mains, elle allait montrer à Anna, qu’elle aussi pouvait aller sur la tombe, sauf que voilà ça fait 10 ans et pour l’occasion des dirigeant des différents royaumes allait s’y rendre. Alors elle eu l’idée, d’y aller seul tôt sans personnes, c’était son moment c’était aussi le moment pour elle de ce réconcilier avec le passé et surtout réparer la lâcheté de ne pas y être allé avec sa sœur se jour là.

Elle se vêtit de sa robe de deuil, il fallait être discrète, ne pas rencontré Anna qui aurait surement la même idée, se fit préparer un petit encas pour la route et demanda qu'on celle son cheval, puis pris le chemin.

De son côté Anna avait effectivement la même idée finalement dormir en se jours était un affront et puis tout ces gens qui viendrai se remémorer leurs parents, puisque Kristoff n’est pas là, elle décida de mettre à profil ce moment. Elle s’habille vêtit sa robe de deuil, passa à la cuisine et fit celer son cheval et pris le chemin à son tour. Au loin, Anna aperçut un autre cheval. Surement la fatigue.

Donc à quelque mettre les deux sœurs se suivait sans vraiment faire attention au bruit autour. Arrivé devant l’imposant portai qui était déjà décoré pour l’occasion, Elsa s’arrêta attacha son cheval et parti solennellement dans les allé et chercha longuement le lieux de sépulture, elle entendit du bruit, un peu effrayer elle préférait ne rien dire. si quelqu'un appercevait la reine, adieux la tranquillité. Elle fini par trouvé ce qu'elle cherchait et ce dirigea vers la tombe. Là d’abord elle était comme livide, « ils sont mort »
- POURQUOI, pourquoi nous avoir abandonné, pourquoi j’ai se fardeaux, qui voudrai être à ma place ?
Les larmes montèrent c’était dure, très dure. Puis n’y tenant plus, dignité de reine ou pas, pleurer était le seul chose dont elle était capable.

Anna, avait bien entendu ce « pourquoi », elle avait reconnu sa sœur, cette tristesse, elle comprenait pourquoi c’était dure et connaissant les circonstances réelles de son absence d’alors, elle ne pouvait que bénir son initiative, « elle aurait geler le cimetière ». D’ailleurs elle sentait une petite fraicheur, « non Elsa je t’en supplies, ne fait pas ça » !
Connaissant le chemin elle se précipite et s’arrêta préférant finalement laisser sa sœur se recueillir. Voir sa sœur ainée si forte si royal, pleurer c’était quelque chose qu’Anna préférait ne pas voire souvent. Elle décide au bout d’un moment de ne pas laisser cette âme seul. elle se rapprocha de sa soeur.
- Elsa ?
- Anna,
- Je suis là. Ne te retiens pas j’ai pleuré aussi
- Anna, dit moi pourquoi nous ont il abandonné.
- Je me pose parfois la question,
- De toi à moi, suis-je bonne reine ?
- Le royaume se porte bien.
- Me trouves tu juste.
- Elsa tu es dure avec toi-même,
- Anna toute les choses, que je fais je ne les réussis pas.
- Ce n’est pas vrai, tu es une sœur super chouette.
- Ah oui, alors tu pense qu’une sœur n’est pas indigne quand elle rejette sa cadette et ne lui ouvre pas la porte.
- Elsa, ne pense même plus à ça, je m’en fiche, se qui compte c’est maintenant.
- Finalement je suis contente que tu sois venu Anna.
- Moi je suis contente qu’on se retrouve seul ensemble en de tel circonstance, nous montrons à nos parents que nous sommes réunie, à nouveau.
- Se sont de juste paroles Anna. Je me sens mieux, apaisé et sereine. Merci de ne pas m’avoir jugé et merci de me soutenir.
- Elsa, le soutient c’es tout ce qui nous reste.
mais déjà Anna avait le regard ailleurs, elle regarda une petite tombe, son petit joseph mort après la naissance.
- Je vais faire une petite visite à mon seul enfant.
Elsa suivit des yeux ceux de sa sœur,
- Je viens avec toi. Kristoff vient il le voir ?
- C’est la première fois que je le vois après son enterrement, c’est Kristoff qui nettoie sa tombe. Je le fais pour la première fois, comme quoi moi aussi j’ai mes douleurs, difficile à faire fasse à son passé.
- Désolé.
- Tu n’as pas à l’être,
- Je n’y suis pas allé non plus.
- Preuve que certainement ça nous a touchées plus qu’on ne veuille le dire.
- Surement, vous n’avez pas retentés
- Non, faudrait pourtant. ça fait deux ans maintenant, j’y songe, je suis sure qu’il y songe, mais j’ai tellement peur.
- De le perdre, je te comprends, je serai là Anna.
- Elsa là n’est pas le problème, le problème est que sans doute je suis trop petite ou pas faite pour être mère et ça sa me fait mal
- Anna, tu seras une merveilleuse maman.
- Arrête, je souffre déjà assez.
- Vous avez repris, les rapports.
- Je n’ose même pas m’offrir à Kristoff, j’ai honte.
- Anna, je sais que je suis très mal placé pour te dire cela, mais laisse aller, tu as besoin d’affection et lui aussi, ne le fais pas, parce que c’est la reine qui le suggère, fais-le parce que c’est ta sœur qui te le conseil.
Dans sanglot dans la voix
- Je souffre Elsa,
- Viens là, ma grande.
Et dans un geste tendre et protecteur Elsa pris sa sœur dans ses bras.
- Ecoutes, je vais assister à la cérémonie, je vous dispense de venir, tu as été là toute seul il y a 10 ans, aujourd’hui c’est moi seul qui présiderais les cérémonies, seul, je te dois bien cela et toi tu vas me faire le plaisir de te reposer et de t’occuper de ton mari. Fait le, avant que je ne sois contrainte de l’exigé Anna.
- Je ne peu pas c’est pas convenable, tout le monde se posera des questions.
- Qui dira que ce n’est pas convenable, personne, je suis la reine et si je juge que t’as présence est inutile c’est ainsi.
- Mais….
- Te te te te te, ne dis rien, je me charge de tout. Aller princesse Anna, faite moi un sourire, sur ordre de la reine.
- Oh Elsa c’est si gentil d’essayer de me remonter le moral.
- Rentrons.
Mais quelques larmes continuaient de tomber des joues d’Anna. Elsa voyant la tristesse de sa sœur
- Oh ma princesse, pas ces larmes il ne te vont pas du tout.
- Je le voulais….. je le voulais.
- Oui, oui, oui, je sais tu le voulais cet enfant et je t’accorde que secrètement je voulais te voir maman, mais les choses se sont passé très vite Anna.

Au loin on entendit un autre cavalier. Elsa releva la tête. Pris le temps d’écouter et reconnu Kristoff
- Anna, ton époux viens te veux que je vous laisse seule,
- Non.
- Bon ok, reste là je vais l’accueillir,
Elsa s’approcha de Kristoff. Elle pouvait se permettre des geste plus familier vis à vis de l’époux de sa cadette.
- Kristoff.
- Votre majesté
- Pitié Kristoff pas ici,
- Mais…
- Je vous demande de laisser la majesté au château, ici c’est Elsa et Anna
- Elle est ici ?
- Vous n’êtes pas sans savoir que c’était il y a 10 ans la mort de nos défunt parents.
- Oui, je voulais l’accompagner, mais le travaille….
- Venez, elle est bien allée visiter les parents, mais…. Elle n’est pas sur la tombe de nos parent, elle est ici.
Kristoff observe la scène de sa femme prostrée sur la tombe de leur enfant.
- Vous lui avez demandé d’y aller ou elle y est allé seul.
- Suis-je si cruel Kristoff, ma sœur, ma très chère sœur à étalé une souffrance que j’ignorais, je sais qu’elle n’a pas visité votre fils, mais pour elle la douleur est forte, elle l’a porté et la vu mourir, j’ai assisté à son enterrement et mon chagrin, fut immense. Quand vous voyez votre sœur chérie crier sa haine au monde, que peut on dire, elle vous aimes Kristoff et ne sait comment vous le dire, le montrer, elle souhaite un autre enfant.
- Elsa j’ai eu certain mot dure sur vous mais je sais au combien vous protéger Anna. Moi aussi je l’aime, mais comment voulez-vous aimer votre femme quand les gestes d’affections sont devenu des supplices pour elle, comment voulez-vous lui montrer votre envi de la comblé quand elle fini par dormir dans le salon attenant à notre chambre. Je reconnais aussi lui avoir reprocher de ne pas être aller sur la tombe du petit joseph, mais je n’ai pas cessé de l’aimer.
Anna se relevant fit face à sa sœur et son époux
- Si vous jeter des mots doux vous intéresse, il y a des lieux pour cela, ici est un lieu de recueillement…. MERCI
- Elsa…
- Elle a raison Kristoff, je me suis emporter.
- Laissez ce n’est pas grave j’attendrais que tu est fini Anna.
Anna regarde son mari droit dans les yeux
- Me voire pleurer est une honte, alors sache qu’avant d’être princesse je suis une femme, qui souffre, je t’aime Kristoff, je…..
Anna s’effondre. Elsa était désemparé dans une heur le peuple pourrait rendre hommage au roi défunt, dans deux heures, les dignitaires et nobles des royaumes voisins, il fallait faire quitter le couple avant qu’il se déchire sur la place publique.
- Kristoff, Anna, on rentre maintenant,
- Non, je ferais face à la douleur, je serais là pour la cérémonie
- Anna, je ne te le dirais pas deux fois. S’emporta Elsa.
Anna pris le temps d’épousseter sa robe.
- Moi non plus et ce sera mon dernier mot.
- Très bien. Kristoff.
- Je vous assisterais toutes les deux.
- Bien, qu’on soit claire, je ne veux pas de dispute, pas de remarque désobligeante l’un en vers l’autre, vous avez vécu des choses difficiles autant pour toi Kristoff que pour toi Anna, mais ce les envoyer en pleine figure ne vous aidera pas non plus. Alors je propose qu’on rentre, on laisse les gens se recueillir et on revient dans 2 h. ça vous va et on est uni, faite le pour votre fils.
Elsa sorti du cimetière, une oreille bien averti pouvait entendre Elsa pleurer.

Epilogue.

Peux de temps après les cérémonie Kristoff et Anna on choisi de se retirer et de reprendre les travaux pour un prince ou une princesses, les moi qui on précéder la naissance fure des moi d’angoisse, mais la naissance fut un moment de joie, Joseph 2 est né il fut présenté trois jours après la naissance au peuple comme leur futur roi. C’est à l’âge de 5 ans que le petit joseph vit la tombe de son grand frère avec ses deux parents et sa tante. Mais le sort avait été conjuré. Anna était une maman comblée, en ressortant du cimetière Anna regarda la tombe de ses parent et murmure à leur intention.
- Merci.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les blabla des princesses.

Message par sapin le Jeu 15 Oct 2015, 11:00

La robe

Anna était très embêter se matin. la veille sa sœur lui avait gentiment offert une robe, pour le bal de se soir. Problème elle ne l’aimait pas beaucoup. Kristoff voyant son épouse un peu dans l’embarras cherchait à comprendre ce qui la tracassait.

- Anna, que ce passe t’il
- Que ce passe t’il, regarde cette horreur.
- C’est pas une horreur, elle n’est pas très jolie mais delà à dire que c’est un horreur.
- Mais regarde, elle me pique. J’ai du mal à l’agrafer et…. Zut c’est immettable.
- C’est pas sympa pour ta sœur elle qui se faisait un plaisir de t’offrir quelque choses.
- Bah pour une fois elle aurait pu s’en passer.
- Anna, ta sœur est une personne aimante elle à sans doute jugé que tu pouvait avoir quelque chose de plus décent.
- Écoutes, laisse tombé je ne la mettrais pas.
- Elle voudra voir ce que ça fait sur toi.
- Non, non, non, je vais me trouver ridicule.
Le les heures passent. Le soir, Anna se souvient de cette robe et ce dit que finalement ce serai sympa de lui montrer la robe, « je ne l’aime pas mais Kristoff à raison je dois lui montrer la robe ». les préparatifs passe le stress aussi finalement elle consent à se rendre à la salle de balle, elle fut annoncé et là Elsa fut rouge, elle reconnais la robe qu’elle lui avait offerte, mais quelque chose l’irritait. Pendant le balle Elsa était gêner, certain dansait avec Anna mais elle entendait parfois quelques remarques un peu déplacées sur la robe. Finalement elle se tourna vers Olaf,
- Olaf va dire à Anna que je veux la voir s’il te plait
- Oui Elsa.
- Merci. Et lui fit un gros câlin.
Olaf revint avec Anna qui tentait de sourire et de montrer son enthousiasme pour la robe. Elsa l’observa et fut un peu désolé au fur et à mesure de son exploration.
- Quelque chose ne va pas votre majesté ? demanda poliment sa sœur.
- Anna suis moi, il y a quelque chose qui me chagrine dans ta robe.
- Bien Elsa.
Elsa fit avertir Kristoff que son épouse et elle se retirait quelque instant le temps de régler un problème d’intendance.

Au calme Elsa était assez embêter,
- C’est moi qui t’est offert cette horreur.
- Elsa cette robe n’est pas jolie mais mettable.
- Oui bon ok voyons, attends-moi je vais demander l’avis de Gerda.
Elsa s’éclipsa et revint avec une Gerda un peu intimidé.
- Gerda, que pensez-vous de la robe de la princesse ?
- Elsa, c’est la reine qui demande à une servante ou la petite fille qui demande à sa confidente.
- Gerda, la confidente.
- Elsa ta sœur est mal fagoter.
- Bon ok qui à commandé cette robe.
- Elsa c’est toi ?
- Oui c’est bien ce que je constate. Ce tournant vers sa sœur.
- Anna tu me l’aurait dit plutôt j’aurais pu faire faire des corrections là ça va pas du tout.
- Je n’osais pas c’était un cadeau de la reine.
- Eh Oh Anna ne me prend pas pour une imbécile, je suis la reine d’accord, mais je suis ta sœur aussi, qui plus es ta sœur ainée, je suis capable d’entendre les griefs de ma petite sœur non.
- Je, je ne sais pas.
- Bon Anna je suis désolé je vais faire refaire la robe on verra si demain les couturières peuvent faire quelque chose, quelque retouche ou sinon j’en recommanderais une.
- Elsa c’est pas grave, me permets tu d’aller me changer.
- Bah évidemment tu ne vas pas jouer la grenouille dans cette horreur. Mon dieux qu’ais-je fait j’étais persuader de connaître tes mensurations par cœur. Bon aller viens on va aller dans ma chambre je vais voir si je peux t’en passer une, viens suis moi.
- Mais le balle.
- T’inquiète il dure jusqu’à l’aube.

Dans la chambre de la reine Elsa sorti toute ses robes et les regarda une par une. Mon dieu toute ses belles robes, Anna voyait l’étendu des robes de sa sœur et s’autorisa la question qui peu bruler toutes les jeune fille du royaume.
- Tu les as déjà porté.
- Franchement Anna, non. Certaine était celle de maman, mais je les trouvais un peu veille mode, je les garde plus par nostalgie, tien regarde,
Elle lui montre une robe violette parsemée de différentes pierres et de paillette, mettant en valeur les courbures féminines,
- Elle est lourde,
- Ah oui je suis d’accord, je l’ai mise une fois, elle me serrait, et je ne te vois pas trop dans ce truc. Elle prend la robe la pose sur le buste de sa sœur.
- Non ça te grossirait, non pas bien hop à rangé.
Sortant une robe plus simple mais plus osé,
- Non pas ça, j’ai déjà du mal à m’imaginé là dedans !!
- Je peu essayer.
- Moai, si tu veux, Anna. Pffffff tu m’en aurais parler plus tôt on aurait put profiter du bal, quand même
- Désolé.
- Oui, bon le passé, c’est le passé. Aller montre moi ça.
Elle regardait sa sœur.
- T’est pas mal foutu ma greluche, tu te sens bien dedans ?
- Mieux en tout cas.
- Bon on va faire avec demain, on fait une après midi habillage, j’ai plus de truc à te passer et tans qu’a faire on virera tes robes de jeunesse.
Elles réapparurent au bal et là les regards était différents, Anna avait le regard de tous les hommes et ça pour Elsa c’était son vrai plaisir. S’approchant de Kristoff.
- Voilà je vous présente la reine de la soirée.
- Elle est magnifique
- Qui la robe ou celle qui le porte.
- La robe.
- Je vous l’accorde, mais celle qui la porte est encore plus belle et j’ai beaucoup de chance, c’est ma sœur.
- Ah
- Ne lui dite pas ce que je vais vous dire, je la trouve un peu osé mais c’est ma préférer. Figurez-vous Kristoff que je voulais la porter pour mon sacre
- Eh
- Bah vous imaginez le tôlé que ça ferait, « comment !! une femme de votre âge de ne devrait pas attiser tout de suite les hommes, elle doit ce consacré à son règne, et tatatata, » bref.
- Vous le regrettez.
- Bah non, parce que ça va mille fois mieux à ma sœur.

Anna vint rejoindre Kristoff et sa sœur.
- Elsa, merci pour la robe je te la ramènerais après demain, le temps de me reposé un peu
- Elle te plait tan que ça, alors Anna garde là. Et se tournant vers Kristoff « vous n’invitez pas votre épouse ? »
- Si bien sure.
- Allez vous amuser moi je vais me reposer, Anna je te laisse la maison.
- Euh oui, votre majesté.
- Bonne nuit « greluche »

Kristoff regarda son épouse
- Tu as parlé de ta robe.
- C’est même a cause d’elle que je mérite cette robe, tu aurais vu la tête d’Elsa, elle était confuse.
- Eh bé quand ta sœur veut offrir un cadeau elle Il n’y va pas de main morte.
- Ah bon. Que c’est tu de cette robe.
- Oh rien, rien d’important. Prends en soin.
- Dis tout de suite que je ne fais pas attention à mes affaires.
- Non mais cette robe à une importance pour ta sœur.
- Tu m’intrigue voilà que tu connais mieux ma sœur que moi. Tu ne coucherais pas avec elle par Hazard.
- Anna, non, je suis ton mari.
- En effet aller, embrasse moi idiot.

Dans sa chambre Elsa range les autres robes, repensa à sa mère et les quelque robes qui lui appartenait.
- Bon décision royal, prendre les mesures de ma sœur. Quel est une robe d’apparat plus décente.
Puis tombant sur sa robe de sacre légèrement perlés de flocons, mon dieu j’ai vraiment envie de l’habillé comme ça je veux voir comment elle porte les vêtements de sacre. Sait-on jamais. Refermant son armoire, se dirigeant vers le lit pris soin de se mettre en vêtement de nuit et s’endormis mais pour la première fois, elle senti une larme, une larme de joie, sa sœur était libre de ses mouvement, elle ne la surveillait pas et avait même demandé à key de laisser Anna gérer les situations.
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les blabla des princesses.

Message par sapin le Sam 17 Oct 2015, 12:54

certain d'entre vous veulent les frasques de la reine, bah celle là c'est du Elsa dans ses heures peu recommandable, ou pas.

Ah la boisson.

l'alcool
(attention l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, buvez avec modération ou pas du tout)

Il est tard, Anna dormait avec son montagnard, pour une fois qu’il a décidé de lever le pied  et de rester un peu au près de son épouse. Mais voilà il se réveille et profite de regarder sa chère et tendre dormir tranquillement, il en profite pour remettre un peu ses cheveux regarder son doux visage. Déposa un doux baiser, s’apprêtait à se rendormir quand….


- LIBÉRÉE, DÉLIVRÉE, JE NE ME TENTIRAIS PLUS JAMAIS…….
Kristof interloqué « mince c’est quenny qui chante, faux en plus », il prends une tenu plus respectable, il va s’adressé à la reine tout de même. Sorti il croise Elsa dans son grand chow, musical.
- Votre majesté, vous pourriez vous libérée, délivrée à un autre endroit, car son altesse Anna d’Arendelle dors.  
Visiblement les remarques ne portant pas leur fruit, Kristoff s’approcha de la reine et là il faillit rendre son diner.
- Mais Elsa, vous avez bu ou quoi
- LIBÉRÉE, DÉLIVRÉE, JE NE ME TENTIRAIS PLUS JAMAIS…….
- Eh dire que j’ai selon vous une odeur à faire partir n’importe qu’elle princesse que dire de vous.
Elsa semblant se rendre compte qu’on s’adressait à elle.
- C’est le petit vin blanc, qu’on boit sous les tonnelles….
- Mon dieu, je reviens je crois que c’est une mission pour « super Anna »
Kristoff rentrant dans la chambre, réveilla sa douce.
- Chérie j’ai un problème,
- Quoi, euh, je dors Kristoff, ce n’’est pas toi qui te tape des réunions ou des soirées à écouter les gens brailler aux doléances, alors pitié, si tu as un peu d’amour pour moi, fou moi la paix.
- C’est au sujet de la reine.
- Quoi, la reine, laisse ma sœur tranquille, si tu veux te la faire, je te retient pas.
- Anna réveille toi c’est important.
Anna commence à ouvrir les yeux un peu excéder.
- Kristoff, je suis fa ti gué, alors, ok je veux bien entendre que tu m’as trompé, mais on en reparlera demain, mais je te préviens je ne serais pas de bonne humeur, alors profite de la place qui est au chaud parce que demain, la reine, elle te fou dehors.
- ANNA TA SŒUR VA PAS BIEN !
La Anna se réveilla complètement, et regarda kristoff,
- J’ai dis quelque chose de désagréable ?
- Profite du temps qui te reste a mes côté et occupe toi de ta sœur et si tu pense que je t’ai trompé alors c’est peut-être que je ne suis pas digne d’être avec toi, je partirais demain.
- Kristoff, j’ai, j’ai dis ça.
- Oui, c’est vexant, très vexant,
- Kristoff, je t’en supplie je suis fatigué, j’était dans un cauchemar,
- Bon écoute, passons, mais en attendant votre Altesse la reine est un cauchemar pour le palais.
- Qu’est ce que la reine vient faire, dans cette histoire, je veux bien m’excuser Kristoff, mais là il faut que…….
- LIBÉRÉE, DÉLIVRÉE, JE NE ME MENTIRAIS PLUS JAMAIS…….
- C’est quoi cette histoire. Avec des yeux rond comme des billes.
- Ta sœur Anna.
- Bon écoute Kristoff, reste je t’en supplie on ne juge pas les gens ainsi, je te jure sur tout ce qui m’est plus chère Kristoff que même si tu me trompais je préfère vivre avec toi que seule.
- Ma puce, je t’aime.
- Mon chérie, reste, je te promets d’être la femme qui comblera le reste de ta nuit et vie, mais d’abord faut que je comprenne ce qui arrive à la reine, elle va réveillé le palais, si ce n’est pas déjà fait.
- Ok je viens.
- Non Kristoff, je crois que c’est mieux ainsi, je suis sa sœur et je préfère que personne ne voit ce qui se passe.
- Bah j’ai vue, senti, et entendu.
- Ah bon ok, mais je pense qu’Elsa sera plus tranquille si c’est moi.
- Ok. Ah tout à l’heure.
- Kristoff, je t’aime.

Anna sort de sa chambre et oublie toute décence, c’est en chemise de nuit. Qu’elle se met à courser la reine.

- Elsa arrête, de chanter diable en plus c’est détestable.
- NE ME LESSE PAS TOMBER, JE SUIS SI FRAGILE, ËTRE UNE REINE LIBERER, TU SAIT C’EST PAS SI FACILE……..
- Et ta la connait celle là… « ELSE RÉVEILLES TOI, TA P’TIT SŒUR À GRANDI AU FOND DU COULOIR Y A TA CHAMBRE QUI T’ATTENDS…….

Elsa s’arrêta d’un coup. Et s’effondre, et ce mets à pleurer ;
- Personne ne m’aime
- Allons bon, voilà que tu est dans des questions existentiel, Elsa mince, bien sure que personne ne t’aime, a vrai dire, comment on peu aimer une sœur qui rejette sa sœur cadette, refuse de jouer avec elle, et au couronnement au lieux de comprendre qu'au delà du mariage en faite je voulais être heureuse, tout ce que tu as trouvé à dire c’est « eh bien va-t’en ». Elsa je te déteste tellement que j’ai risqué ma vie simplement pour avoir le déplaisir que tu m’emmerde, que tu juge mon montagnard de ses manières, que parfois tu me reproche d’être une princesse grossière et que tu avais honte de moi, alors qui peut t’aimer après ça personne.
Elsa regarda sa sœur pleine de larme et sa tête retomba lourdement sur le sol. Kristoff qui s’était approché d’Anna fut un peu abasourdi par la méthode.
- Tu pensais vraiment ce que tu as dit.
- Ah tu tombes bien. Non, j’ai fait un électro choque. Aide-moi à la ramener dans sa chambre, je vais lui faire prendre un bain et la coucher.
Kay fit son apparition et vit l’état de la reine.
- Madame !
- Laissez Kay elle ne vous entendra pas
- Que lui est il arrivé.
- Une bonne cuite.
- Voulez-vous qu’on vous aides ?
- Non moins de gens son au courant, mieux je me porte.
- Bien votre Altesse.
- Dite Elsa avait des choses à faire d’ici, environs 2 jours.
- Non votre Altesse.
- Bien retourné vous coucher, j’aviserais demain.

Kristoff et Anna se dirigèrent vers la chambre de la reine, Anna ouvrit et amena Elsa vers la bassine de bain.
- Kristoff, fait chauffé de l’eau je vais en avoir besoin. Une fois fait je te prierais de te retirer. C’est que je vais déshabiller la reine. A moins que tu es eu l’occasion de la voir nue.
- Non Anna, je n’ai pas eu ce privilège.
- Bon alors houst mon montagnard d’amour.

Anna fit asseoir sa sœur sur une chaise et aida Kristoff à remplir une partie du bassin.
- Merci mon amour, je pense que je vais m’en sortir.
- Anna, je voulais te dire je ne t’ai jamais trompé, même avec ta sœur.
- Kristoff, sache que je te fais confiance.
- Bon si tu as besoin de moi…
- Ne t’inquiète pas j’ai la cloche d’Elsa je vais tenter de me débrouiller.

Kristoff étant parti, Anna regarde sa sœur,
- Mais qu’est ce qui t’as pris de boire comme ça.
- Hein, j’ai bue deux bouteille de rhume c’est tout.
- C’EST TOUT ? bah au moins si tu n’aimes pas le Rhum, fait le moi savoir.
- Anna c’est vrai que tu me détestes.
- Elsa, je te déteste tellement que je vais veiller sur toi. Aller hop on enlève cette robe.
- Ton renne il est pas là.
- Il n’y a pas d’hommes dans la chambre. Tu peu te dévêtir.
- Ok, je commence si tu es choqué, retourne toi.
- Bof t’inquiète.  Aller je vais t’aider.
Anna aida sa sœur et une fois dans le petit bassin de bain, entrepris de l’aider à faire sa toilette, Elsa étant encore un peu gauche par l’alcool.
- Dis donc tu sais y faire toi avec les femmes.
- Je ne nettoie que les reines a cheveux de neige. Ce qui ne court pas les rues.
- Ouf bah dite donc, elles ont de la chance.
- Merci.
- Gratte-moi le dos s’il te plait ça me gratte.
- Attend je démêle tes cheveux. Voilà, occupons-nous de ce dos.
- Anna, ça te gènes ?
- Quoi ?
- De faire ma toilette.
- Un peu au début, mais plus les minutes avancent plus ça va.
- Moi ça me fait drôle. Te rappels tu que maman nous faisait prendre le bain ensemble.
- On était petit Elsa.
- Oui, c’est juste, mais quand même.
- À cette âge là on a d’autre préoccupation, Elsa.
- Je me rappel que je passais un temps fou à te tirer les cheveux.
- Oui c’était ton jeu favori, chère sœur.
- Tu te rappel que j’avais gelé le bain parce que je ne voulais pas qu’on lave mes cheveux.
- Oh oui. Anna se rappelant tout d’un coup des passages tendre de leur jeunesse. « le rhume que je me suis prise. Merci.
- Oh c’était de bonne guerre.
- Quoi, pour la poupée que je t’avais subtilisée, c’est mesquin Elsa.
- Je ne savais pas ou elle était cette poupée et je me suis dit que c’était toi qui me l’avais prise.
- Pour la petit histoire Elsa, elle était dans la grande salle des tableaux.
- Ah bon !!
- je ne pouvais te la rendre car il y a eu l’accident. Quelques larmes coulaient des joues d’Anna.
- Anna, ne pleure pas, bien sure je t’en ai voulu au début et après la colère était passé, j’y pensais plus.
- Moi j’y est pensé plain de fois, s’il n’y avait pas eu l’affaire Hans, je me serait empressé de te les rendre.
- Ah se Hans franchement quel goujat.
- N’en parlons plus.
- Tu as raison. Oh mais ce me donne une idée Anna. Une fois le bain terminé, tu refais chauffé de l’eau et, je peu te nettoyer.
- Sérieux. Ce n’est pas vraiment une heure pour un bain, mais…. bon ok.

Elsa après avoir été séché et rhabillé retrouva un peu de prestance, mais préféra continuer dans le mode intime souvenir avec sa sœur. Boir ce n’était certes pas une grande idée, mais ça avait certain avantage. Ce fut dans le silence que le ban d’Anna fu pris. Elsa termina le séchage de sa sœur.
- Anna, Kristoff est là quand tu prends un bain.
- Oui, pourquoi, il est respectueux de mon intimité, mais ça ne me gène pas qu’il soit présent dans la même pièce, ça lui arrive de me gratter le dos.
- Ça doit lui paraître bizarre, le bain.
- Je t’arrête, Anna depuis qu’il est rentré au château, il prend des bains.
- Je l’avais remarqué, mais j’aime bien le taquiner des fois.
- Moai, Elsa, à se propos, je voudrais que tu sois consciente qu’il n’est pas du même milieux et j’implore ma chère reine de sœur d’être indulgente de temps en temps.
- Anna, c’est une demande de sa part ou toi.
- Il n’oserait même pas te le dire, même en priver.
- Bon je vais te révéler quelque chose, je m’entends plus que tu ne peu le penser avec ton mari, je t’arrête, je ne suis pas son amante, il est content de toi, en tout point. Ne rougie pas, il ne me raconte pas tes exploits aux lit.
- C’est gênant Elsa là….. je l’imagine, « votre majesté, votre sœur, quel coup »
- Ha ha ha ha ah, en ce cas je lui aurais demandé d’êtres plus explicite.
- Sérieux.
- Bah quoi, je veux tout savoir.
- Traitresse. Si tu te marie, je me ferais un devoir de le soumettre à la question.
- T’oserais couché avec le roi !!!
- Elsa, je lui demanderais comment t’il te fait arraché les rideaux de ton lit en baldaquin.
- Oh juste ciel. Je ne sais même pas faire encore ce genre de sport.
- T’inquiète, sa s’apprends assez vite, a partir du moment ou tu as un bon guide.
- Je vois, « monsieur, je vous aime mais, comment vous dire, s’avez-vous jouer de l’épinette » (épis, nette).
- Ouah Elsa…… peut-être consentirais-je à te prêter mon montagnard.
- Dis Anna, tu crois qu’un homme peut s’occuper de deux femmes.
- Ma foie….. certes, cela est possible, mais il faut un bon et preux chevalier des montagne.
- Ça tombe bien,
- Euh Elsa, c’est de mon pari dont il s’agit.
- Oui enfin revenons au sujet premier.
- Euh c’était.
- Déjà la tête ailleurs, intéressant, je parlais de demande concernant les manière de ton rustre de mari.
- Elsa, s’il te plait.
- Je plaisante, il me l’a demandé.
- Pardon,
- Il m’a demandé je site « votre majesté, je sais que je ne serais jamais le prince qui conviendrai le mieux à votre sœur, j’ai vu l’opiniâtreté qu’elle avait pour vous sauver, malgré que vous l’ayez repoussé elle avait toujours fois en vous, je sais que je ne suis pas le prince parfait, mais j’aime votre sœur et si pour plaire à sa sœur je me dois de me plier aux règle princière je le ferais. »
- Ça s’explique pourquoi, quand on dine avec un officiel il dit toujours « sauf si la reine y vois ombrage à ma réflexion… » et ainsi de suite
- Tu comprends vite.
- Oui en général faut m’expliquer longtemps, mais je comprends assez vite. Et tu en ferais un prince.
- Presque.
- Elsa.
- T’est gourde ou quoi, as-tu remarqués qu’il un nouvel écusson sur ses vêtements.
- Euh non.
- Ah, mince alors tu vas souvent chez Oaken te divertir ailleurs.
- Elsa, je ne te permets pas.
- Bah quoi, greluche, tu ne regarde jamais les habits de ton homme.
- C’est que j’attache peu d’importance aux vêtement.
- Moai, peu importe le contenu, pourvu qu’il y est l’ivresse.
- Je ne suis pas une princesse au mœurs légère Elsa.
- Je le sais bien, mon chaton, mais j’aime quand ton visage à des expressions de colère, ça va tellement bien avec tes nattes.
- Ah ok, non je n’avais pas remarqué que tu l’avais intronisé comme prince consort.
- Bon en faite Anna, je te charrie un peu, il n’a pas encore sa décoration, par contre tu es la première à le savoir.
- C’est vrai !!!!
- Oui. Attends je vais te montrer son insigne.
Elsa laissa quelque instant Anna seul dans le bain royal, s’éclipsa et revint avec une petite boite. Le lui temps.
- Ouvres
Anna ouvrit la boite et découvrit une croix avec les armoiries de la maison et une petit mot
« Pour la bravoure et vos gestes s’incère dégelant un cœur de glace, »
- Je n’avais jamais officiellement remercié ton époux, pour ce qu’il à fait pour toi, grâce à lui, je suis allé sur la tombe de nos parents, grâce à lui j’ai appris à accepter mes côté joueuse, il est rustre extérieurement, mais il à la noblesse de papa. Il est maladroit et juste, il est loyal et honnête. Je te demande Anna, de ne rien lui dire, pour le moment. Pas parce que je réfléchis si je dois vraiment le lui donner, mais il faut que je trouve le courage de le lui dire.
- Et donc c’est pour ça que t’as bu ?
- Un conseillé, m’avait dit que boire un peu d’alcool ça pouvait me permettre de me libérer. Sauf qu’il ne m’avais pas dit la quantité raisonnable.
- Elsa boire un peu et boire 2 bouteilles, y a quand même une différence.
- Effectivement.
- Bon Ecoute Elsa, je vais rejoindre mon époux et je vais tenter de reprendre la main sur mon homme.
Anna s’apprêta à sortir quand….
- Et si je lui demandais, si ça l’amuserais de combler un manque de connaissance à sa majesté en compagnie de sa sœur.
- Anna !
Elsa rougissait, « tu peu pas lui dire ça »
- Bah s’il veut je reviens, sinon, bah.
- Ok,

Anna sorti, se dirigea vers sa chambre, vit que son époux dormait, elle le réveilla,
- Mon trésor, je t’avais promis une nuit royale.
- Hein, euh oui, ça c’est vrai ma puce.
- Très bien, tu m’avais dit un jour que tu voulais exaucer un de tes fantasmes, le faire avec deux femmes.
- Anna, je suis ton mari, qu’as tu trouvé pour une tel idée, une malheureuse servante ?
- J’ai trop de respect pour les demoiselles de chambre qui s’occupe de notre linge et cuisine et autres chose du château. Non j’ai beaucoup mieux.
- Anna la seule personne intouchable et que dieu me garde d’y pensé c’est ta sœur.
- Bon ok alors viens on va faire le total royal. Moi et toi on va faire tourner la tête de sa royal majesté.
- Tu déconnes.
- Aller mon montagnard, c’est un ordre de la reine et elle attend.
Finalement, Anna et Kristoff rentraire dans la chambre de la reine, toute pudeur avait été retirer, et c’est dans la chambre royal, si par mégarde un garde avait eu l’oreille tendu aurait entendu des soupirs et une reine se découvrant des orgasmes royaux.

Au petit matin on retrouve nos triplés dans la salle à mangé, chacun dans son assiette n’osant se regarder. Quand soudain Kristoff relevai la tête et se tourna vers son épouse.
- Anna, ta sœur, elle suce et elle avale.
Anna releva la tête puis pris d’un haut le cœur,
- Kristoff, merci, pour le petit déjeuner je vais aller le régurgiter.
Sortant de table et s’excusant au passage à quelques domestiques qui passaient pour mettre d’autre victuaille, se tenant le ventre, elle fini sa course dans les latrines, et en régurgitant le contenue. Et dans sa tête elle se disait.

« La reine, quelle salope !! »
avatar
sapin

Masculin Messages : 232
Date d'inscription : 20/08/2015
Age : 46
Localisation : paris, france

Revenir en haut Aller en bas

Re: les blabla des princesses.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum