La Valeur de l'Amitié

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Lun 20 Oct 2014, 19:55

Et voilà ! Après beaucoup d'hésitations, je décide moi aussi de me lancer dans une fan-fiction pour rendre hommage à La Reine des Neiges. Je précise que, bien que la fiction soit une suite, le narrateur est un nouveau personnage. Pourquoi ? Tout d'abord, il s'agit de ma première fan-fiction, donc je crains de ne pas bien retranscrire les personnages (ils seront présents bien sûr, ne vous en faites pas !) mais surtout parce que c'était nécessaire pour l'idée de base que j'ais eu quand j'ai commencé à y réfléchir. Je ne prétends pas écrire une fan-fiction du niveau des meilleures ("Le coeur de glace", par exemple) mais je pense être capable d'écrire une histoire correcte se passant à Arendelle. Evidemment n'hésitez pas à faire des critiques : vu que c'est ma première fan-fic, tout est bon à prendre pour s'améliorer.

Je poste déjà le prologue.

La Valeur de l’Amitié



Prologue : Souvenirs et Questions


-Tu en es sûr Mark ?
Je soupirai.
-Oui, j’en suis sûr, c’est le dernier modèle de pioche, il n’y a pas plus récent.
-Merci beaucoup. Avec cette petite merveille, l’or ne restera pas enfoui bien longtemps.
Il me sourit. Je lui rendis son sourire. J’étais satisfait quand un client trouvait ce qu’il cherchait.
Le vieux chercheur d’or me paya. Puis sortit en ajoutant une dernière phrase :
-Au revoir, Mark Arberg, mon ami ! Puisse le ciel vous porter chance.
Je le remerciai et il sortit.
J’étais seul. L’après-midi touchait à sa fin. Il était 18 heures. J’attendis quelques minutes, puis, voyant que personne ne venait, je finis par décider de fermer la boutique.
Je sortis me promener dans les rues, comme chaque soir. Tout en marchant, je songeais à ce que le chercheur d’or m’avait dit. Il m’avait appelé « mon ami ». J’eus un sourire : ça faisait longtemps que le mot « ami » était devenu un synonyme du mot « client » pour moi. Pourtant, ça n’avait pas toujours été le cas.
J’avais eu un ami, mon meilleur ami.
A cet instant, le souvenir de notre rencontre me revint en mémoire. J'avais 10 ans.
Ce jour-là, un jour d’hiver enneigé, mes parents étaient furieux car j’étais rentré tard la nuit dernière. Fuyant la maison, je partis me promener en ville. J’étais furieux que l’on veuille me punir juste pour ça. Et puis j’entendis une voix. Je levai la tête et aperçut un garçon de mon âge qui me souriait. Il me demanda si tout allait bien, car je n'avais pas l'air content. Je lui répondis que oui.
Il attendit quelques secondes, puis me fit remarquer que j'étais seul et que lui aussi et, partant de cela, il me proposa de venir faire un bonhomme de neige.
Je fus d'accord : j'avais toujours adoré les bonhommes de neige.
Nous passâmes l’après-midi à le construire, et c’est ainsi que nous devînmes amis. Nous nous séparâmes le soir.
En partant, je m’aperçus que je n’avais même pas demandé son prénom à ce garçon. Je ne le revis plus dans un premier temps. J’avais beau parcourir la ville à sa recherche, je ne le retrouvais pas. Je le revis seulement quelques semaines plus tard quand...
Mes souvenirs furent interrompus par une personne qui m’interpella :
-Bonjour Monsieur Arberg .
C’était un client, je lui souris et je continuais mon chemin.
Enfin après cela le garçon et moi furent toujours ensemble.
Jusqu'à ce qu'il me délaisse...
Une certaine nostalgie s’installa : tout cela faisait partie du passé.  J’avais quitté ma terre d’origine, il y a 2 ans, lorsque la maison de mes parents avait brûlée dans un incendie accidentel. Mes parents étaient morts quelques années plus tôt et c'est là que je vivais. Ils m’avaient laissé de l’argent à leur mort, mais pas suffisamment pour me racheter une habitation. Je savais que je pouvais aller habiter dans l'ancienne maison de ma tante. Celle-ci était morte en nous la léguant, à moi et à mes parents, quelques années plus tôt. Mon choix fut vite fait : je n'avais pas d'autre endroit où aller et mon ami s’était éloigné de moi : je n’avais plus de raison de rester.
Je partis donc m’installer dans l'ancienne maison de ma tante, qui se trouvait dans le pays d’origine de ma mère : Weselton. Une fois arrivé, j'ai retapé cette vieille maison et elle est devenue le bien nommé : « Au bazar de Mark ». Pas très original comme enseigne, mais ça marchait toujours. Le magasin avait été très rentable très rapidement et aujourd’hui, tout le monde me connaissait à Weselton. J’avais eu aussi des contacts avec d’autres pays. Le marché international n’était pas très intéressant mais on pouvait faire de bonnes affaires.
Je fus interrompu dans mes pensées par une interpellation :
-Monsieur Arberg !
Je levai la tête.
4 gardes du palais se tenaient devant moi. Avant que je ne revienne de ma surprise, l’un d’eux m'apostropha :
-Vous êtes bien Mark Arberg ?
-Oui, tout à fait.
Que pouvaient bien me vouloir ces gardes ?
Un air méfiant apparut sur leur visage, puis l’un d’eux me posa une question :
-Dites-moi, connaissez-vous un pays appelé Arendelle ?  
La stupeur apparut sur mon visage : Arendelle était un pays situé au nord de Weselton, mais c’était à peu près tout ce que je savais sur ce pays. J’annonçais cela aux gardes. Un autre enchaîna :  
-Et savez-vous ce qui s’y est passé il y a 2 semaines ?
-Bien sûr que non, j’ai autre chose à faire que de m’intéresser à ce qui se passe dans les pays étrangers. Pourquoi cette question ?
Ils me dévisagèrent avec méfiance, puis l’un d’eux ordonna :
-Emmenez-le !
Je fus abasourdi. Ils m’emmenaient ? Mais pourquoi ? Qu’avais-je fait ? Les gardes m’empoignèrent. Je hurlai :
-Mais lâchez-moi !
Je me débattais de toutes mes forces. Je ressentis alors une douleur violente à la tête. L’un des gardes m’avait frappé si violemment que j’eus l’impression que ma tête allait exploser. Puis tout devint noir.  




Voilà pour le prologue et je suppose que vous avez vu le clin d'oeil, aussi discret qu'un éléphant, à notre film préféré Very Happy

Et si vous vous posez la question, l'histoire va se passer à Arendelle. Weselton n'est que le point de départ.


Dernière édition par SnowMonster le Mar 21 Oct 2014, 12:47, édité 10 fois

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Lun 20 Oct 2014, 20:32

Bien, Etant donné qu'en introduction de ta fiction tu cites la mienne "au niveau des meilleures"...je n'aurais pas la prétention d'affirmer une telle chose mais puisque tu le dis je vais commencer par t'en remercier et du coup t'encourager à lire le tome 2 (qui va petit à petit se terminer^^).

Bien, je vais tout d'abord commencer par un point positif (et qui peut être va t'etonner vu ta justification introductive) mais l'idée d'un narrateur personnage qui ne soit pas un des protagonistes du film (Elsa ou Anna pour ce qui est des fictions d'Ansa ou moi notamment) est une très belle idée, originale et permettant à l'auteur mais aussi au lecteur d'avoir un oeil neuf sur les personnage et une liberté dans l'interprétation de ces derniers. En revanche attention à ne pas tomber dans le piège de trop vite te libérer du caractère originel des personnage (exemple: dès ton chapitre 2 on va voir une Elsa totalement dévergondée qui parle avec tout le monde et qui n'est pas très protocolaire dans son attitude).

Maintenant petit point technique...tu as ici un "chapitre" de 785 mots (non je ne les ai pas comptés j'ai autre chose à faire ...j'ai fait un copié-collé sur un document afin de connaître le nombre^^). Qui plus est tu introduis un nouveau personnage. Je pense qu'il serait préférable que tu le transformes davantage en prologue (car là c'est un peu léger comme chapitre...et à défaut d'une situation initiale tu introduis des questions "qui est Mark?" "Pourquoi parle-t-il de son amitié éphémère avec un jeune garçon?" "Pourquoi a-t-il déménagé, quelles sont ses origines?" "Pourquoi se fait-il arrêter?" "Pourquoi sommes nous à Weselton?" ...bref tu as tous les ingrédients d'un bon prologue. Pour cela il faudrait que tu retouches un peu ton petit flash back en le passant peut être au style indirect (une sorte de monologue du personnage pour lui même).

Ce qui m'a un peu dérangé...tes tirets de dialogue, il faut mettre le trait d'union "-" et non celui-ci "_" (c'est du détail je te l'accorde).
Ce qui m'a davantage dérangé...attention à l'emploi de l'imparfait, les terminaisons notamment "aiS" Wink
Attention également aux répétitions des verbes pour les dialogues (plusieurs fois tu utilises le verbe "demander" ...essaie de varier un peu)

Voilà je m'attarde beaucoup sur la forme car, le fond est pour l'instant (mais c'est normal vu la taille du "chapitre-prologue" ) assez vide...même si on a déjà des questions!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Lun 20 Oct 2014, 21:18

Merci pour tes précieuses remarques sur mes erreurs, je pense en avoir corrigé la plupart.
J'ai édité le post donc si tu veux donner ton avis sur cette nouvelle version, tu peux Smile

Pour le petit flash-back, je l'ai réécrit au style indirect et c'est vrai que c'est un peu mieux Very Happy  

Effectivement, un prologue semble plus indiqué qu'un chapitre 1, d'autant plus que je répondrais à la plupart des questions que tu te pose dans les chapitres suivants. Je précise d'ailleurs que j'y répondrais dans les premiers chapitres donc ne t'attends pas à des révélations jusqu'à la fin. En effet ces questions trouveront rapidement une réponse, pour que je puisse me concentrer sur l'histoire en elle-même.

Quant à ta fic, je l'adore donc je la finis (je ne suis qu'au chapitre 9) et j'irais lire le tome 2.

Et tu fais une petite erreur (bien que ça soit un peu de ma faute) l'amitié entre Mark et le garçon n'est pas éphémère. J'ai modifié le prologue pour mieux le faire comprendre.

Le chapitre 1 ne devrait pas tarder. J'en ai déjà écrit l'essentiel.


Dernière édition par SnowMonster le Lun 20 Oct 2014, 22:51, édité 1 fois

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Yokill2B le Lun 20 Oct 2014, 21:40

J'aurais volontiers rajouté quelques observations, mais Frantzoze a plus ou moins tout dit. L'écriture est fluide, le texte est agréable à  lire et bien construit, cependant ton prologue en dévoile trop peu, et le début presque "in medias res" peu paraître un peu brutal, voire précipité.
Mais tu pars sur de bonnes bases, le nom de ton personnage est simple à retenir et cool (d'ailleurs, pour ton inspiration, ça a été Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook ou l'acteur Mark Wahlberg ?) et le fait de ne pas commencer directement ta fic à Arendelle est une bonne idée: on oublie trop souvent les autres lieux cités dans le film, dont on ne sait pratiquement rien !

Je t'encourage donc fortement pour la suite, et espère que tu vas utiliser les points positifs de ta fic à bon escient !

_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 773
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 23
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par E&A le Lun 20 Oct 2014, 21:48

Très bon début. Comme l'a dit Frantzoze on se pose pleins de questions Shocked
J'ai hâte de voir ce que va donner la suite.
Ps: mes commentaires sont très court à part quand j'ai pleins de choses à demander ^^

_________________
Oncer un jour, oncer toujours !
Elsa & Anna les soeurs parfaites <3
avatar
E&A

Féminin Messages : 443
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 17
Localisation : A Arendelle en train de jouer aux échecs contre Elsa

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Lun 20 Oct 2014, 22:04

Yokill2B a écrit:ton prologue en dévoile trop peu
Pour l'instant je ne peux pas dévoiler grand chose pour préserver le suspense. Very Happy
Yokill2B a écrit: le début presque "in medias res" peu paraître un peu brutal, voire précipité.
Effectivement mais je ne voyais pas comment il pouvait être plus long. J'aurais pu décrire Weselton, par exemple, mais étant donné que l'essentiel de l'histoire se passe à Arendelle je ne voyais pas l'intérêt.
Yokill2B a écrit: le fait de ne pas commencer directement ta fic à Arendelle est une bonne idée: on oublie trop souvent les autres lieux cités dans le film, dont on ne sait pratiquement rien !
Pour être honnête, c'est un besoin scénaristique qui m'a fait débuter à Weselton. Et j'espère que tu n'es pas déçu que la majorité de l'histoire se passe à Arendelle.

Et pour le prénom du personnage, ça ne vient ni de l'un, ni de l'autre, j'ai juste cherché quel nom pourrait être sympa et j'ai trouvé celui-là.Smile

Merci E&A, mais comme je l'ai déjà dit, ne t'attends pas à ce que les questions te tiennent en haleine jusqu'à la fin, tu serais déçue.
Ps: je savais déjà que tes commentaires étaient très courts, j'en avais déjà vu sur d'autres sujets. Very Happy

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par E&A le Lun 20 Oct 2014, 22:13

Au contraire, je suis une impatiente née, je préfère avoir des réponses dès le début Razz
Et oui, je ne suis pas une grande commentatrice mais j'aime bien dire ce que je pense quand même ^^

_________________
Oncer un jour, oncer toujours !
Elsa & Anna les soeurs parfaites <3
avatar
E&A

Féminin Messages : 443
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 17
Localisation : A Arendelle en train de jouer aux échecs contre Elsa

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Yokill2B le Lun 20 Oct 2014, 22:23

ATTENTION, C'EST L'INSTANT PUB !!!!

Si tu es si impatiente E&A, et que tu en veux plus, je t'invite à aller voir ma propre fanfiction, dont le prologue et le premier chapitre sont en ligne ! J'aimerais avoir ton avis dessus moi aussi Wink

C’ÉTAIT L'INSTANT PUB, SPONSORISE PAR FRANTZOZE&ANSA'S STORIES !!!!

_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 773
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 23
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Lun 20 Oct 2014, 23:15

J'ai vu la modification.
Alors d'un point de vue technique, tu es passé au style indirect (ça n'était pas obligatoire...ça c'est mon style d'écriture qui m'incite à te conseiller ainsi je plaide coupable). Néanmoins, le changement étant fait, tu utilises les tirets pour séparer des parties de narrations.
Or pour ce cas il serait pour la fluidité du récit probablement préférable de mettre une phrase de liaison, même toute simple du genre
"Des souvenirs d'enfance me revinrent alors en mémoire, j'avais 10 ans... "

Ca n'est ici qu'un exemple bien sur Wink


Pour ce qui est d'apporter les réponses aux questions, ma foi, je pense qu'il n'y a pas de règles. Tout dépend dans le style où tu veux t'inscrire. Si tu vas dans le récit d'aventure, le récit "Disneyen", "Fantaisie" ... effectivement il n'est pas necessaire de "cacher" les réponses en les mettant en suspens.
En revanche si tu choisis plutôt l'univers du thriller (j'ai tendance à écire comme ça perso)...alors surtout évites d'abattre toutes tes cartes dès le début...il faut que tu donnes les indices à tes lecteurs...mais de manière subtile de sorte qu'ils ne puissent jamais être certains de la solution...et cette dernière qui arrive à la fin doit pouvoir, non seulement être en accord avec ce que tu as écris mais en plus (ça c'est jackpot), pouvoir surprendre tes lecteurs.
Bon mais ça c'est si tu choisis ce style de rédaction...c'est pas une obligation bien sur Wink

Enfin, à mon sens il ne faut pas tomber dans le piège du "mince mon texte est trop court...donc faut que je meuble"...non si ton chapitre est fini car tu as dit ce que tu avais à dire et que cela est court...bah faut pas chercher forcément plus loin
Et parfois avoir un récit avec des chapitres longs et courts peut aussi être très interessant! Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Mar 28 Oct 2014, 22:51

Et voilà le chapitre 1 ! Un chapitre un peu court, qui n’apporte pas beaucoup de réponses par rapport au prologue mais qui était nécessaire.


Chapitre 1 : Un second couronnement se prépare


Tandis que Mark perdait connaissance, dans le château d’Arendelle, Elsa écoutait sa cadette lui lire les réponses des différents royaumes.
-Le royaume de Coronna pourra venir, quelle chance !
Elsa sourit : la majorité des invités pourrait venir à son second couronnement, qui aurait lieu dans quelques jours. C’était Anna qui avait eu cette idée, estimant qu’il fallait couronner la « nouvelle » Elsa : celle qui maîtrisait ses pouvoirs. La souveraine avait hésitée : 2 couronnements pour une même reine, voilà qui n’était guère protocolaire. Mais devant l’insistance de sa sœur, elle avait cédé. Des messages avaient été envoyés dans tous les royaumes invités et aujourd’hui Arendelle avait reçu la plupart des réponses. Bien entendu, ni Weselton, ni les îles du Sud n’avaient été invités. Elsa avait accepté les excuses du représentant des Iles du Sud qui était venu la voir, mais refusait de les inviter à nouveau à son couronnement. Elle avait besoin de temps pour leur pardonner.
Tandis qu’Anna continuait à lire les réponses, Elsa songeait aux événements survenus 2 semaines plus tôt : son premier couronnement et l’hiver qui l’avait suivi. Elle se souvenait encore parfaitement des sentiments qui l’avaient traversée : sa peur lorsque les invités avaient pris conscience de son pouvoir ; son sentiment de liberté, qu’elle avait eu dans les montagnes ; sa joie lorsque sa sœur était arrivée dans le palais de glace, immédiatement suivie par la tristesse de devoir la chasser ; sa peur à nouveau lorsque les soldats avaient voulu l’éliminer, suivie par une colère froide qui avait failli la pousser à tuer ces hommes ; son sentiment d'horreur lorsqu'elle avait pris conscience de ce qu’elle avait failli faire; sa culpabilité lorsqu'elle avait vu Arendelle sous la neige, qui s’était décuplée lorsque Hans lui avait dit qu’ Anna était morte par sa faute à elle, à laquelle s’était ajouté une profonde tristesse lorsque sa sœur était devenue une statue de glace ; enfin le soulagement et la joie quand tout était rentré dans l’ordre. Grâce à ces événements, Elsa avait appris qu’elle n’était pas un danger et qu’elle pouvait contrôler ses pouvoirs. Et ça c’était surtout sa petite sœur qui lui avait appris, ce qui était assez ironique.
Elsa fut interrompue dans ses pensées par Anna, qui lui indiqua qu’elle allait lire le dernier message. Elle le lut, puis informa sa sœur :
-Les îles de l’Est ne pourront pas venir, leur prince doit être couronné le même jour.
-Ce n’est pas grave.
Elle se leva et dit à sa sœur :
-Puisque l’on n’en a terminé avec cette lecture, je vais tout de suite aller leur envoyer un message pour leur dire que je ne leur en veux pas et souhaiter au prince un bon couronnement.
Elle quitta la pièce afin d’aller accomplir la tâche qu’elle s’était fixée.
Tandis qu’elle s’éloignait, une porte s’ouvrit et un homme en sortit. Il songeait à ce qu’il venait d’entendre, lorsqu'il avait écouté contre la porte. Ainsi donc les îles de l’Est ne venaient pas. C’était très intéressant. Il se promit d’en parler à son chef lorsqu'il arriverait.
=========================================================================================
Pendant qu’une fête se préparait au château, dans les montagnes, deux hommes avançaient. Ils étaient arrivés à Arendelle en début d’après-midi et étaient partis peu après en direction de la montagne de l’Est. Ils avaient cheminés toute l’après-midi, en suivant la carte que l’un d’eux avait dans les mains. Ils s’étaient trompés de chemins à plusieurs reprises, la carte qu’ils avaient n’étant pas très clair. De plus la chaleur de l’après-midi avait rendu la marche plus difficile.
-On y est bientôt ?, lança l'homme qui avait les mains vides
-C’est bon, on est plus très loin, si j’en crois cette carte.
-Ben justement, ta carte, elle est mal faite. T’es vraiment sûr que… ?
-Mais oui, j’en suis sûr !, l’interrompit son ami, tu sais peut-être mieux que moi ?
-Non, mais cette marche a été longue et épuisante.
-Arrête de te plaindre, on y est.
Les deux hommes regardèrent autour d’eux. Ils étaient proches du sommet. Une grotte se trouvait sur la paroi, à leur gauche. L’homme qui tenait la carte déclara :
-C’est là ! On entre !
Les deux hommes entrèrent, cheminèrent dans la grotte, puis trouvèrent la sortie. Ils débouchèrent dans une clairière, entourée de parois percées de cavernes. L’homme qui n’avait pas la carte demanda :
-Bon, et comment on fait pour trouver celle qu’on cherche ?
-On suit la carte !
Il l’examina quelques secondes puis annonça :
-Celle qu’on cherche est la 3ème sur la gauche en partant de la grotte par laquelle on est entrés.
Il observa les cavernes quelques secondes puis en désigna une.
-C’est celle-là !
Ils se dirigèrent vers l’entrée et s’arrêtèrent. L’homme à la carte déclara :
-Bon, on entre !
-Sans moi.
-Quoi ?
-Je fais le guet.
-T’as peur plutôt.
-Mais non, vas-y.
L’homme à la carte entra, non sans adresser un regard de mépris à l’homme resté à l’extérieur. Ce dernier attendit que son ami ressorte.
Il ne voulait pas lui avouer mais effectivement, il avait peur. Si ce qu’on lui avait raconté sur cette caverne était vrai, il était dangereux de pénétrer à l’intérieur.
Son compagnon finit par ressortir de la grotte et lui dit :
-C’est bon, il y est.
Il posa son sac à dos au sol, l’ouvrit et en sortit une cage contenant un petit oiseau, ainsi qu’une feuille et un crayon. Il écrivit rapidement sur la feuille : « Vérification effectuée, tout est en ordre » puis il attacha la feuille à la patte de l’oiseau et lui dit:
-Vole et rejoins ton maître !
Puis il le lança. L’oiseau ouvrit ses ailes et s’envola. Quelques secondes plus tard, il avait disparu. L’homme qui n’était pas entré dans la grotte demanda à l’autre :
-On fait quoi maintenant ?
-On redescend à Arendelle et on attend qu’il arrive.
-Il vient ?
-Bien sûr, tu peux être certain qu’après avoir lu notre message, il viendra.
La nuit commençait à tomber. Les deux hommes s’interrompirent et commencèrent leur descente pour retourner à Arendelle.
=========================================================================================
J’avais mal à la tête. J’ouvris les yeux. Où étais-je ? Je regardais autour de moi et vis que j’étais dans une cellule. Tout me revînt en mémoire : ma promenade en ville, les questions des gardes à propos d’Arendelle et mon arrestation. Je ne comprenais toujours pas pourquoi on m’avait arrêté. Ce n’étais quand même pas parce que je ne connaissais que peu Arendelle. C’était absurde.
Tout à coup, j’entendis des bruits de pas. La porte s’ouvrit. Des gardes se trouvaient derrière. Avant que je ne puisse parler, l’un d’eux me lança :
-Son Excellence désire vous voir, suivez-nous
Je m’exécutai. Avais-je le choix ?
Je les suivis à travers les couloirs. Nous ne tardâmes pas à sortir des prisons pour déboucher dans un couloir richement décoré. En regardant par les fenêtres, je compris que j’étais dans le château de Weselton. C’était là que les gardes m’avaient emmené. Je vis aussi qu’il faisait grand jour ce qui voulait dire que j’avais passé la nuit dans la cellule que je venais de quitter. Je fus perplexe. Une question se posait toujours : pourquoi avais-je été arrêté ? Pourquoi ?
Cette question tournait dans tous les sens dans ma tête. Perdu dans mes pensées, je finis par m’apercevoir que nous nous étions arrêtés devant une grande porte. Un garde l’ouvrit et ordonna : « Entrez ! », ce que je fis aussitôt. La porte se referma.
Je me trouvais dans une pièce aux armoiries du pays. Un homme était assis derrière un bureau, en face de moi. Il me sourit. C’était un petit homme aux cheveux blanc portant moustache blanche et paire de lunettes. Je le reconnus aussitôt et ne fut pas surpris. C’était bien l’homme que je m’attendais à voir ici. J’avais en face de moi « Son Excellence » : le duc de Weselton, en personne.



Voilà, n'hésitez pas à donner votre avis. Very Happy
Les prochains chapitres seront normalement plus longs

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Dim 09 Nov 2014, 23:42

Voilà le chapitre 2 ! Un chapitre qui offre déjà quelques réponses et c'est celui qui introduit un de mes éléments scénaristiques principaux.

Chapitre 2 : Un entretien qui tourne court

Le duc de Weselton était déjà au pouvoir lorsque j’étais arrivé dans son pays et nous n’avions jamais eu l’occasion de nous parler. Cependant je le connaissais de vue : certains clients me l’avaient décrit et j’avais fini par le reconnaître en l’apercevant dans les rues à plusieurs reprises. La dernière fois, c’était il y a moins de deux semaines, lorsque le duc était rentré de son voyage dans un pays voisin. J’étais sur le port et l’avait aperçu qui descendait de son bateau. Il avait l’air furieux. Je ne savais pas ce qu’il lui était arrivé mais visiblement son voyage s’était mal passé.
Et nous nous retrouvions aujourd’hui. Le duc me désigna une chaise placée devant le bureau :
-Asseyez-vous.
Je m’exécutais. Il me questionna :
-Vous êtes bien Mark Arberg ?
-Oui.
Quelques secondes de silences passèrent puis j’explosais :
-Bon, ça suffit. Qu’est-ce que je fais là ? Pourquoi ai-je été arrêté ? Qu’est-ce que vous me voulez ?
Le duc se figea, son sourire disparut.
-Parlez moins fort. On pourrait vous entendre.
-Et alors ?
-Calmez-vous, je vais vous expliquer.
Il retira ses lunettes, les essuya avec un mouchoir puis les remit avant de continuer :
-Vous voulez savoir pourquoi je vous ai fait arrêter ?
-Oui !
-Parce que j’avais besoin de vous parler, c’est tout.
Je me figeais. La colère monta en moi et je lui lançais :
-Vous m’avez fait passer une nuit en cellule juste parce que vous vouliez me parler ? Mais pour qui vous prenez vous ?
Son sourire réapparut.
-Mais pour le duc de Weselton enfin voyons.
-Ça ne vous donne pas tous les droits. Vous…
Le duc m’interrompit :
-Écoutez, je voulais vous voir car j’ai une mission secrète à vous confier.
Je me tus. Il poursuivit :
-Voyez-vous, il était bien plus discret de vous faire venir avec les gardes qu’avec une invitation. Les rues sont pleines d’espions. Or ces derniers pensent que vous êtes un prisonnier, et n’imaginent pas que je vais vous charger d’une mission.
J’écoutais, abasourdi. Une mission ? Le duc ne m’avait jamais parlé avant aujourd’hui… Et il voulait me confier une mission secrète ?
Je lui exprimais mon étonnement auquel il répondit :
-Justement. Officiellement, nous ne nous connaissons pas. Aucun espion n’irait imaginer que je vous confie une mission.
Encore cette histoire d’espions ? Il était paranoïaque ou quoi ?
Je lui demandais :
-Et pourquoi accepterais-je ?
Son sourire disparut et il me répondit :
-Parce que sinon je vous fais enfermer pour trahison. Est-ce bien clair ?
Ce n’était pas une proposition mais un ultimatum. Je ne répondis pas. Il me sourit :
-Bien je peux maintenant vous donner les détails de votre mission.
Il but un verre d’alcool, posé sur son bureau, avant de poursuivre :
-D’après ce que m’ont dit mes gardes, vous connaissez Arendelle, au moins de nom.
-Oui.
-Très bien. Voyez-vous, Arendelle est un royaume gouverné par une reine dénommée Elsa d’Arendelle.
Elsa d’Arendelle ? Ce nom n’évoquait absolument rien dans mon esprit. Je ne l’avais jamais entendu. J’avais bien sûr eu quelques contacts commerciaux avec Arendelle, notamment avec un certain Oaken, qui possédait lui aussi un bazar. Mais je ne l’avais jamais rencontré. Nous n’échangions que par lettres et j’avais il n’avait évoqué les dirigeants de son pays.
Le duc continua :
-Cette reine et moi sommes alliées dans une affaire très importante. J’aimerais donc que vous vous rendiez à Arendelle et que vous…
Il s’interrompit.
Je lui demandai :
-Que se passe-t-il ?
-Silence ! Chuchota-t-il, vous n’entendez rien ?
J’écoutais quelques secondes, mais, à part le silence je n’entendis rien.
-Non.
-Je suis pourtant certain d’avoir entendu un bruit bizarre.
Nous restâmes silencieux. A ma grande surprise, je finis par entendre quelque chose. Le duc me dit :
-Vous avez entendu, là ? Encore ce bruit.
-Oui, on dirait un bruit de pas.
Le duc se renfrogna.
-J’avais pourtant placé des gardes au bout du couloir pour qu’on ne vienne pas nous déranger. Qu’est-ce que ça signifie ?
Il se tut et nous entendîmes que les pas se rapprochaient. Peu après ils s’interrompirent. Puis le bruit d’une voix se fit entendre :
-Non, monsieur, vous ne pouvez pas entrer. Le duc est en entretien avec quelqu’un.
La voix s’interrompit puis il y eut deux chocs sourds. La porte s’ouvrit. Je me retournais dans sa direction.
Un homme entra et referma la porte derrière lui. C’était un homme plutôt grand, qui portait une paire de lunettes, une masse de cheveux noirs ainsi qu’une barbe noire de taille moyenne qui lui encadrait le visage. Il était habillé de vêtements simples.
Le duc l’apostropha :
-Qui êtes-vous et que faites-vous ici ? Qui a vous a permis d’entrer ? Savez-vous qui je suis ? Comment osez-vous ?
L’homme demeura impassible. Il finit par s’approcher du duc et le frappa à la tête, d’un coup sec. Ce dernier s’effondra au sol et y demeura, visiblement assommé. L’inconnu se tourna vers moi, et me dit :
-Suivez-moi ! Vite !
Abasourdi par la scène qui venait de se dérouler sous mes yeux, je finis par m’exécuter. Nous sortîmes du bureau et j’aperçus deux gardes allongés au sol, devant la porte. Ils avaient certainement subi le même sort que le duc. J’en aperçus deux autres dans le même état au bout du couloir : les gardes dont le duc avait parlé…
Nous traversâmes le palais, sans doute pour atteindre la sortie. Visiblement l’homme barbu avait été très discret car aucune alerte n’avait été lancée. Je le suivais, en songeant que je venais d’être libéré par un parfait inconnu, dont je ne savais rien. J’eus envie de lui poser des questions mais ce n’étais clairement pas le moment. Nous ne tardâmes pas à atteindre la sortie du château, qui, à ma grande surprise, n’était pas gardée !
-Où sont les gardes ? Demandais-je.
L’inconnu se contenta de pointer son doigt vers un large buisson. Je courus jusqu’à lui et vit que, derrière, se trouvaient des gardes. Ils étaient dans le même état que ceux que nous avions laissé devant la porte du duc…
-Dépêchez-vous.
Je souris à l’homme barbu et lui demandais :
-Où va-t-on ?
-Au port. Mais on doit faire vite.
Il prit la direction de la ville d’un pas rapide. Je le suivis.
==================================================================================
Dans le bureau du duc de Weselton, ce dernier ouvrit les yeux. Tout lui revînt en mémoire : Mark Arberg et l’homme barbu. Il vit que son bureau était vide : aucune trace des deux hommes. Ils étaient probablement partis ensemble. Il grimaça. Il ressentait une douleur à la tête. Mais une intense satisfaction vînt bientôt prendre la place de la douleur. Tout fonctionnait comme prévu.
Il s’assit à son bureau, ouvrit un tiroir et en sortit une feuille de papier. Il commença à écrire. Lorsqu’il eut terminé, il plia la feuille en quatre et la glissa dans une enveloppe. Il sortit de son bureau avec, et réveilla l’un des gardes assommés. Ce dernier finit par se relever. Le duc lui ordonna :
-Porte cette lettre à la maison des mercenaires du pays, mais avant change de vêtements. Il ne faut pas qu’ils sachent que tu viens du palais.
-Comptez sur moi, Monseigneur.
Il prit la lettre et s’éloigna.
Le duc retourna dans son bureau et referma la porte. Il s’approcha de la fenêtre et observa le monde extérieur. Plus particulièrement, la direction dans laquelle se trouvait Arendelle. Il sourit. Bientôt, Elsa d’Arendelle allait regretter d’avoir rompu ses contrats commerciaux avec Weselton et de l’avoir chassé…
==================================================================================
L’inconnu et moi traversâmes la ville sans problème et nous débouchâmes sur le port. L’homme me désigna du doigt un grand bateau avec des voiles blanches. Nous grimpâmes à son bord. Des hommes à bord nous observèrent, saluant le barbu, qui était, apparemment, leur chef. Ce dernier me conduisit dans la cabine du capitaine, une sorte de bureau. J’entrais en premier et il referma la porte derrière moi. Je m’assis sur une chaise en face du bureau, que je retournais afin d’être en face du barbu. Je lui exprimais ma reconnaissance :
-Merci ! Merci de m’avoir sorti de là ! Je ne vous remercierais jamais assez !
Mais après quelques instants, les questions revinrent :
-Mais qui êtes-vous et comment saviez-vous que j’étais dans ce bureau ?
L’homme sourit et me répondit :
-Pour répondre à ta deuxième question, j’étais venu te voir. Je suis donc parti pour aller chez toi. En chemin, j’ai assisté à ton arrestation. Ensuite j’ai suivi les gardes et je me suis introduit dans le palais. Malheureusement je ne suis pas parvenu à trouver la clef de ta cellule. Mais j’ai entendu un garde dire que le duc allait te faire venir dans son bureau le lendemain vers midi. Je suis donc ressorti du palais, j’ai dormi ici et je me suis à nouveau introduit dans le palais un peu avant midi. J’ai mis un peu plus de temps que prévu à aller jusqu’au bureau du duc, mais j’y suis finalement arrivé. Et la suite, tu la connais.
Je fus abasourdi par ce récit. Un détail m’avait frappé : il m’avait tutoyé, ce qui voulait dire que…
-Est-ce qu’on se connait ?
Je fouillais dans ma mémoire, et quelques secondes plus tard j’étais convaincu de n’avoir jamais vu cet homme avant aujourd’hui.
L’homme me répondit :
-Oui, on peut dire ça.
Il se retourna, afin d’être dos à moi. Il enleva ses lunettes qu’il mit dans sa poche. Puis il attrapa sa barbe et tira dessus : elle lui resta dans les mains. Une fausse barbe ! Il attrapa ensuite ses cheveux et fit de même, avant de les laisser tomber au sol. Une perruque !
Il se retourna face à moi :
-Alors Mark, tu me reconnais maintenant ?
J’étais bouche bée. C’était lui. Mon ami. Celui que j’avais rencontré autour d’un bonhomme de neige. Celui que j’avais perdu de vue pendant un mois. Celui que j’avais fini par retrouver grâce au travail de mon père. Celui avec qui j’avais passé le reste de mon enfance et le début de ma vie d’adulte. Celui qui avait fini par me délaisser pour partir en voyage dans d’autres pays. Cela faisait presque trois ans que je ne l’avais pas vu mais il n’avait guère changé. Toujours la même expression de malice dans le regard. Toujours les mêmes cheveux roux.
Je lui demandais, en hésitant :
-Est-ce que vous êtes… ?
Il prit un ton faussement pompeux pour me répondre :
-Mais oui, mon cher ami. Je suis le prince Hans des Iles du Sud, pour vous servir.


Voilà pour ce chapitre. Alors qu'en pensez-vous ? Comment vont se passer les retrouvailles entre ces deux amis, d'après vous ? Et que pensez-vous de l'identité de l'ami de Mark ?
J'attends vos reviews, avis...

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Mer 12 Nov 2014, 22:54

Bien voilà qui est très interessant.
Je reste sur ma première observation un narrateur interne exterieur aux persos principaux
Et tu vas vite, mais ça n'est pas plus mal car tu comptes directement montrer les élements qui vont perturber le calme retrouvé à Arendelle.
Cela nous plonge directement dans l'intrigue nous laissant simplement avec des questions...et jamais de réponses...mais toujours plus de questions.

Maintenant je pense que tu vas vite arriver à un moment délicat qui est avant de semer le trouble sur arendelle bien définir tous les eneux (sans dévoiler bien sur) pour que le lecteur comprenne bien qui sont les personnages.
Car on a des noms...mais on ne sait rien sur eux, il va falloir avoir un peu de matière pour s'attacher à eux...que cela soit de manière sympathique ou non.

Mais sinon...beaux débuts. Et c'est dans le style du thriler, ça n'est pas moi qui vais m'en plaindre bien au contraire

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Mer 12 Nov 2014, 23:07

Frantzoze a écrit:définir tous les eneux
Je suppose que tu parle des enjeux ? Si oui, tu pourrais me dire ce que tu entends par là exactement ? J'avoue que je sais pas ce que ça veut dire exactement définir les enjeux...

Frantzoze a écrit:Je reste sur ma première observation un narrateur interne exterieur aux persos principaux
Je comprends pas trop ce que tu veux dire par là. Tu parles de quelle observation ?

Pour le reste, dès le prochain chapitre, on va en apprendre plus sur le passé mutuel de Mark et Hans. Il devrait être prêt d'ici quelques jours.

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Mer 12 Nov 2014, 23:26

oui définir les enjeux (saleté de clavier tactile de m*rde de Samsung Galaxy) :poele:

Les enjeux...bah le pourquoi du comment en fait.
Pourquoi Mark?...Qui c'est-y que ce type? Hans?...mais pouquoi qu'il a rencontré Mark?...Pourquoi tout ces secrets?
Plus concrètement, si, je sais pas imaginons le plan c'est enlever Anna (désolé si c'est ça et que je viens de pourrir ton scénario Razz ). Bah si la bim...ils arrivent à Arendelle et ils kidnappent la princesse, disons que ça va paraître un peu brutal. Faut qu'on puisse connaître un peu les persos (surtout Mark qui est le principal).
Et puis tu as mis plusieurs théatres d'action: Arendelle avec les frangines...bon ça à la limite on les connait donc pas grave. Weselton...bon mais qui c'est ces types. Aussi tu parles d'une montagne de l'est avec deux types eux aussi inconnus qui cherchent on sait pas quoi. Tu mentionnes aussi un royaume des Iles de l'est...Bref tu as bien appâté...mais si l'intrigue plonge et qu'on ne connait toujours pas (au moins un peu les lascars...ça va être peut être plus compliqué dans la compréhension et dans l'attachement à l'histoire)


Pour ton autre question...regardes ma première intervention sur ce topic.
Tu utilises un narrateur interne (JE)...et ce "Je" est un personnage qui n'est pas dans le film et qui n'est pas toi non plus.
Donc nouveauté totale, oeil neuf, possibilité de personnification par le lecteur. Tout ça est interessant

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par E&A le Jeu 13 Nov 2014, 14:28

Alors, je n'ai pas grand chose à dire mais tant pis.
J'ai bien aimé. Pour Hans, je pensais que les 2 enfants étaient Kristoff et Mark, donc j'ai eu le droit à une surprise !
Je pense que Hans va tout faire pour monter Mark contre Elsa, ou alors il va lui dire de la séduire pour qu'elle tombe dans "ses griffes", sans pour autant lui avouer ses plans.
Après, c'est vrai que ça va vite mais ça ne me dérange pas.
Vivement le chapitre 3.
Ps: Yokill, je viens de voir ton message. Du coup, j'avais déjà commencé à lire ta fic ^^

_________________
Oncer un jour, oncer toujours !
Elsa & Anna les soeurs parfaites <3
avatar
E&A

Féminin Messages : 443
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 17
Localisation : A Arendelle en train de jouer aux échecs contre Elsa

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Yokill2B le Jeu 13 Nov 2014, 14:54

Alors...

Bon chapitre encore une fois SnowMonster, même si, pour reprendre ce qu'à dit Frantzoze, les enjeux ne sont pas assez définis, car on sent qu'ils seront assez énormes par la suite tout de même, et on en sait trop peu sur chaque personnage qui apparaît, hormis Hans évidemment que l'on connaît déjà (on sait déjà que c'est UN PUTAIN DE GROS BATARD DE M...pardon)
Alors j'attends la suite de ton histoire, car je sens que du lourd va arriver à Arendelle !

PS: E&A, je te remercie de lire ma fic, mais si tu veux me le préciser ou mieux, faire une review du dernier chapitre, mieux vaut que tu le fasses sur le topic approprié, non seulement car c'est plus simple pour moi, mais aussi ça nous évite de spammer la fic de ce cher SnwoMonster !

_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 773
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 23
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Jeu 13 Nov 2014, 21:43

Merci pour vos réponses.
La plupart des révélations arriveront dans le prochain chapitre, notamment le passé de Mark et Hans, donc les mystères ne resteront pas irrésolus pour très longtemps.

Enjeux énormes ? Je sais pas trop en fait. Il ne va pas y avoir de guerre mondiale qui se prépare ou un truc dans le genre...

Après, Yokill2B, je ne sais pas ce qui est un enjeu énorme pour toi. On verra ce que tu penses de la suite.

J'attends vos avis au prochain chapitre où les enjeux seront, plus ou moins, dévoilés... Smile

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Yokill2B le Jeu 13 Nov 2014, 21:58

Non, ce que je veux dire, c'est que je sens que de gros événements se préparent pour la suite à Arendelle, on le ressent bien dans ton chapitre, mais ce dernier en dit trop peu pour qu'on soit "hype" dessus.
En somme, c'est comme si on te disait qu'il y avait un énorme gâteau jouissif dans le four, et que pour te le prouver on te montrait la cerise qui serait dessus. L'effet est là, mais pour l'instant on est sûrs de rien...

_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 773
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 23
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Jeu 13 Nov 2014, 22:08

Ah d'accord j'ai compris. Merci Very Happy
RDV au prochain chapitre pour en savoir plus sur les événements qui vont se dérouler à Arendelle. cheers

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Ven 14 Nov 2014, 15:10

Et bien et bien, ça m'a l'air intéressant cette histoire Very Happy
On a le droit aux deux persos les plus détestables du DA c'est génial Razz
Non plus sérieusement, je trouve ça bien trouvé cette idée du pauvre innocent qui vit sa vie tranquille, et qui malgré lui va être impliqué dans une affaire dont on ne connait pas encore les détails. Et ce coup de Hans, comme E&A, je pensais que cet ami d'enfance était Kristoff, du coup ben surprise ! Laughing
Bon sinon j'ai ma petite idée sur l'identité des deux hommes dans la montagne, et si je ne me trompe pas ce n'est finalement pas étonnant vu qu'il est question de Vicieux-ton.
En tout cas je trouve ça intéressant car il n'est pas question que d'Hans et c'est au contraire le duc qui est plus mis en avant comme celui qui va foutre la m**de, donc c'est cool, ça va changer Smile
Après a voir à quel point les persos seront impliqués ou non.
Vivement le chapitre prochain Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Sam 29 Nov 2014, 21:26

Merci Gelwarin  Very Happy

Voici ENFIN le chapitre 3, il a mis longtemps à arriver, car il était laborieux à écrire et j'ai découvert OUAT en même temps...

Ce chapitre est consacré au passé des personnages, ce qui implique que la situation n'avance pas beaucoup.

D'ailleurs, je considère que dans ce chapitre, j'ai répondu à toutes les questions sur le passé de Mark mais c'est possible que je me trompes donc si vous avez une question non résolue sur le sujet, posez-là et j'éditerais le chapitre  Smile

Chapitre 3 : Des retrouvailles entre amis

-Hans !
Ma surprise était totale. Il avait donc fini par venir me trouver. Plusieurs sentiments passèrent dans mon esprit avant qu’ils ne s’évanouissent tous pour laisser la place à un seul : la colère. Cette dernière s’afficha sur mon visage et Hans dût s’en rendre compte car son sourire disparut.
-Qu’est-ce qu’il y a ? Tu n’es pas content de me voir ?
-Oh si, répondis-je avec ironie, je me demande juste pourquoi tu as mis autant de temps à venir ici.
Une expression gênée apparut sur le visage de Hans et il détourna la tête. Il tenta de me parler :
-Laisse-moi t’expliquer…
-Vas-y, ne te gêne pas, déclarais-je d’un ton sarcastique.
Nous restâmes silencieux.

La vérité, c’était que Hans avait été le seul véritable ami que je n’avais jamais eu. En partie à cause de mes parents. Ces derniers vivait depuis toujours sur les Iles du Sud. C’est là que j’étais né. Mes parents étaient tous deux conseillers du roi de ces Iles magnifiques. Ils étaient donc souvent absents et m’interdisaient de quitter la maison, ce qui ne favorisait pas les amitiés. Même à l’école, je ne parvins pas à nouer une amitié vraiment solide car dès qu’un de mes camarades voulait organiser quelque chose, je ne pouvais pas y aller. De plus je n’étais pas quelqu’un de très sociable.

Puis vînt le jour où j’ai rencontré Hans, autour d’un bonhomme de neige. J’apprendrais plus tard qu’il se trouvait là car il ne s’entendait pas avec ses frères aînés et avait quitté le château afin d’être tranquille. Après l’épisode du bonhomme de neige, je ne parvenais pas à retrouver sa trace. Mes recherches dans la ville n’avaient rien donné. Je ne comprenais pas où il avait pu aller. Puis un mois après ma rencontre avec lui, mon père insista pour me présenter au roi. C’est ce qui arriva. On me présenta au roi et à la reine, puis ce dernier voulut me présenter ses fils. Avec étonnement, j’avais vu treize garçons s’aligner en face de moi. Je me souvins d’ailleurs qu’à ce moment-là, bien qu’étant fils unique et ayant toujours voulu avoir des frères et des sœurs, je m’étais dit que je n’aurais pas aimé avoir autant de frères. Douze, c’était trop pour moi !

Je saluais chacun des princes. Ils me répondirent, certains avec sympathie, d’autres avec mépris. Mais c’est devant le treizième que je fus surpris : c’était le garçon rencontré un mois plus tôt !
Lui aussi me reconnut et me salua. A nos échanges, nos pères virent que nous nous connaissions et exigèrent des explications. Après avoir tout raconté, le garçon se présenta sous le nom de « Prince Hans des Iles du Sud » et je me présentai sous le nom de « Mark Arberg ».

A partir de là, nous devînmes réellement amis. Nous étions toujours ensemble, à faire les quatre cent coups. Au début, j’appelais Hans « Prince » ou « Majesté », mais rapidement, il me demanda de cesser et de l’appeler tout simplement « Hans », ce que je fis. Huit années de bonheur suivirent. Je dormis au palais à de nombreuses reprises. Hans me dit à plusieurs fois que j’étais « le meilleur frère qu’il avait jamais eu », ce qui me gênait beaucoup, puisqu’il en avait douze.

En fait, Hans avait deux types de frères : ceux qui se sentaient supérieurs et ceux qui étaient gentils, mais qui étaient à la botte du prince héritier : Erik.
Pour ces raisons, Hans ne supportait pas la plupart de ses frères.  Quand il me disait que j’étais son frère, et que je refusais cet honneur, il me disait : « Toi, au moins, tu n’es ni un paon orgueilleux, ni un chien fidèle ». Je pense, encore aujourd’hui, que cette métaphore était très juste.
Plus tard il me jura  qu’une fois qu’il serait nommé à un poste dans le royaume, il ferait de moi son bras droit.
Ces années passèrent trop vite, puis, tout bascula.

C’était le soir de l’anniversaire de Hans, il avait dix-huit ans. Je me précipitai vers le palais afin d’aller à la fête célébrée en son honneur. Le roi m’indiqua que Hans était encore dans sa chambre. Je l’attendis. Lorsque il descendit, nous célébrâmes son dix-huitième anniversaire, puis Hans vînt jusqu’à moi :
-Mark, je dois te dire quelque chose.
-Quoi donc ?
-Je dois partir demain.
Je faillis m’étouffer avec la part de gâteau que j’étais en train de manger :
-Quoi ?
-Caleb veut que j’effectue plusieurs missions diplomatiques. Je devrais être de retour dans trois mois.
Caleb était un des frères de Hans. Le deuxième héritier. Je le détestais car il passait son temps à dire à Hans que…
-Caleb dit aussi que je dois prendre mes responsabilités de prince et cesser de passer du temps avec n’importe qui.
Voilà, il ne cessait de lui dire ça. Et il est inutile de préciser que par « n’importe qui », Caleb voulait dire « Mark Arberg ». En fait, Caleb estimait qu’Hans aurait dû avoir des amis « de son rang ».
Mais je repensais à autre chose, il partait trois mois, ce qui voulait dire que…
-Mais tu ne seras pas là pour mon anniversaire ?
Mon anniversaire était le mois prochain. Et mon meilleur ami ne serait pas là ?
Il eut l’air navré et déclara :
-Je sais, je suis désolé.
J’étais déçu, puis j’eus une idée :
-Dans ce cas, je viens avec toi.
Une autre voix s’éleva :
-Tu ne peux pas, c’est une mission diplomatique et tu n’en fais pas partie.
Caleb venait de faire son entrée, un sourire aux lèvres.
-Je te l’ai dit Hans, il est plus que temps que tu cesses de traîner avec le petit peuple. Avec cette mission, tu pourras enfin côtoyer des gens à ta mesure, des personnes nobles.
Il me toisa, avant d’ajouter :
-Pas comme ce cher Mark.
C’en était trop. Je me mis à lui hurler :
-Ça suffit ! Toi le prince de pacotille avec ton soi-disant « sang noble », tu commences à m’énerver sérieusement. Je ne suis peut-être pas noble mais moi au moins je ne suis pas le larbin de quelqu’un.
Caleb ne souriait plus.
-Quoi ?
-Tu es pitoyable ! Toujours à ramper aux pieds d’Erik ! La vérité, c’est que tu n’es qu’un paon orgueilleux ! Tu n’as rien d’un prince ! Tu es incapable de prendre une décision par toi-même ! C’est toujours Erik qui dit « Caleb, fais-ci, Caleb, fais –ça » ! Tu n’es absolument rien de plus que moi dans ce royaume !
Et voilà ! La haine envers Caleb que j’avais retenu pendant huit années venait de se déverser. Et elle prenait maintenant quelqu’un d’autre pour cible :
-Quant à toi, Hans, si tu es prince, cela sous-entend que tu as le pouvoir de choisir les personnes qui t’accompagnent. Fais ton choix.
Hans resta silencieux quelques secondes, puis annonça :
-Je suis désolé Mark tu ne peux pas venir, tu ne fais pas partie de cette mission diplomatique.
J’étais resté bouche bée. Il prenait le parti de Caleb, sans doute le frère qu’il aimait le moins. Pourquoi ?
Je lui lançais :
-Très bien.
Et je partis rapidement, furieux. Mon humeur ne s’améliora pas lorsque je remarquai le sourire présent à nouveau sur le visage de Caleb…

Le lendemain, Hans partit. Il ne revînt que quatre mois plus tard. Pendant cette période, j’étais facilement irritable. J’étais sans cesse énervé contre Hans qui était parti.

Lorsqu'il fut de retour, il vint me voir. Je lui reprochais alors son retard et le fait qu'il soit parti. Il me répondit en m'annonçant qu'il avait un "projet secret" pour nous deux et que c'était ce qui l'avait obligé à prolonger son voyage. Je lui demandai quelle était la nature de ce "projet" mais il refusa de m'en dire plus. Deux mois plus tard, il repartit de nouveau en me disant qu'il s'agissait d'une nouvelle mission diplomatique organisée par Caleb...qui devait durer deux mois !
Ces voyages m'énervaient de plus en plus.

A la fin des deux mois, je me rendis au palais afin de savoir si Hans était rentré. Ce fut Caleb qui me reçut. Il m'annonça qu'il y avait eu un changement et que Hans ne rentrerait que dans trois mois. Incapable de contenir ma colère, je m'attaquais à Caleb :
-Tu es satisfait, je suppose ?
Caleb sembla étonné.
-Je ne sais pas de quoi tu parles.
-Tu as réussi à faire en sorte que Hans et moi ne nous voyons presque plus avec tes soi-disantes missions diplomatiques. Bravo, vraiment.
Il afficha un air blasé.
-Comment ça, mes missions ? C'est Hans qui a tenu à partir en voyage, c'est lui qui a tenu à prolonger son excursion à travers le monde.
Quoi ? C'était Hans qui avait tenu à partir en voyage ? Mais pourquoi ?
-Tu mens !
-Non, regarde cette lettre.
J'examinai le papier qu'il me tendit : c'était une lettre écrite avec l'écriture de Hans qui était adressé à Caleb et qui l'informait que mon ami avait décidé de prolonger son voyage. Il disait bien la vérité. Hans avait lui-même retardé son retour.
Caleb remarqua mon air déconfit et eut un sourire.
-Oh, tu ne le savais pas ? Dans ce cas je serais heureux de t'apprendre qu'il n'y avait aucune mission diplomatique en cours. Hans est parti...de son plein gré.
Je m'éloignais sans mot dire. Et bien entendu Caleb ne put s'empêcher d'ajouter :
-Qui sait ? Peut-être a-t-il fini par comprendre que tu n'étais pas assez bien pour lui...

Finalement quand Hans rentra, je décidai d'aller le voir. Lorsque nous fûmes en face, je lui demandais :
-Pourquoi es-tu parti sans moi ?
-Quoi ?
-J'ai vu Caleb, il m'a dit qu'il n'y avait aucune mission diplomatique, j'aurais donc pu venir avec toi.
Hans parut gêné et me répondit :
-C'est pour mon projet secret.
-Oui, répondis-je d'un ton sarcastique, ton fameux « projet secret » dont je ne sais toujours rien. Non, Hans, la vérité c'est que tu préfères te pavaner en compagnie de gens superficiels plutôt que d'être avec moi.
-C'est faux !
-Pourquoi es-tu resté alors ?
Hans se renfrogna :
-Je n'ai pas de compte à te rendre. Ce n'est pas parce que nous sommes amis que tu dois toujours être sur mon dos.
Sa réponse me blessa. Je lui lançais :
-C'est vrai Hans mais en revanche deux amis sont sensés être honnêtes l'un envers l'autre. Si tu voulais partir seul, tu n'avais qu'à me le dire au lieu de raconter que tu étais en "mission diplomatique".
Hans resta silencieux quelques instants, puis annonça :
-Il faut que tu t'en ailles Mark. Je dois me préparer.
-A quoi ?
-Je repars dans quelques jours.
Encore ?
-Laisse moi venir avec toi dans ce cas !
-Non.
Je vis sur son visage qu'il ne changerait pas de décision.
-Très bien.
Je pris la direction de la sortie. Une fois devant, je m'arrêtais un instant pour ajouter :
-Tu sais, je me demande ce qui est arrivé au garçon qui me traitait comme un frère et qui voulait que je sois son bras droit...
Et j'étais sorti.

Quelques jours plus tard, Hans était reparti, cette fois-ci, pour un an. Au terme de cette année, ma maison brûla, dans un incendie accidentel. Dans le même temps, j'appris que Hans avait encore prolongé son voyage. N'ayant pas d'argent pour me racheter un toit et ayant hérité d'une maison à Weselton, je décidai de partir m'y installer. J'en avais plus qu'assez d'attendre Hans. J'étais donc parti.

Pour être honnête, ce départ avait été plus un coup de colère qu'une décision réfléchie. Dans les premiers jours à Weselton, je souhaitais que Hans vienne me retrouver et s'excuse. Mais cela n'était jamais arrivé.

Entre temps, je m'étais découvert une passion pour le commerce et j'avais ouvert un magasin qui avait bien fonctionné dès son ouverture. Deux ans avaient passé...

Et aujourd'hui Hans et moi étions à nouveau face à face.
Hans prit la parole :
-Ecoute Mark, je comprends ce que tu ressens.
-Comment le pourrais-tu ?
-Je voulais venir te voir plus tôt, mais je n’ai pas pu.
-Pourquoi ?
-Parce que je savais que tu m’accueillerais comme ça.
Il marquait un point, là.
-Tu veux savoir la vérité sur mes voyages ? Très bien.
Il hésita avant de poursuivre :
-Lors de mes premières missions diplomatiques, je découvris que mes frères m’y envoyaient pour ne pas avoir à y aller. J’ai donc décidé de jouer leur jeu en restant le plus longtemps possible au même endroit car si je rentrais au palais, je leur servais de nouveau de larbin. C’est pendant ces voyages que m’est venue une idée.
Je devinais aussitôt de quoi il parlait :
-Ton projet secret ?
-Oui. Pour le mettre en œuvre et être le « diplomate » de mes frères le moins possible, j’ai commencé à voyager, le plus longtemps que je pouvais, sans même avoir de missions diplomatiques.
-Pourquoi tu ne m’as pas dit de venir avec toi ? Ça aurait été possible !
-Officiellement, il s’agissait de « voyages d’affaires » : on aurait posé des questions si on avait vu que tu venais. De plus, je pensais qu’il ne faudrait pas longtemps pour réussir mon projet et je voulais te faire la surprise après qu’il ait été couronné de succès.
-Et qu'est-ce que c'était ?
-Inutile d'en parler, ce n'est plus d'actualité.
-Comment ça ?
-J’ai essuyé échec sur échec. J’ai failli abandonner plusieurs fois, et pour finir j’ai jeté l’éponge l’an dernier. Il m’avait déjà pris beaucoup trop de temps et je ne réussissais pas alors j’ai laissé tomber.
-Et tu ne veux vraiment pas me dire ce que c’était ?
-Oublie ce projet, c’était une idée stupide. Si je ne l’avais pas eu, à l’heure actuelle, nous serions sans doute aux Iles du Sud en train de profiter tranquillement de ce beau mois d’août.
-Comme tu veux.
Je m'en moquais en fait. Hans reprit la parole :
-Mark tu avais raison. J'aurais dû te faire venir avec moi. Je m'excuse d'accord ? Je me suis concentré sur ma situation personnelle sans penser à toi. Je suis désolé de t'avoir délaissé pour voyager et d'avoir manqué ton dix-huitième anniversaire.
Il me tendit sa main.
J'hésitais : une partie de moi avait envie de le frapper, l'autre voulait lui pardonner. Finalement, j'optais pour la seconde option : il s'excusait, j'avais envie de lui pardonner et de plus ce n'était pas uniquement sa faute. Je m'étais sans doute montré trop possessif. J'acceptais donc les excuses de Hans et lui serrais la main. Il me remercia, puis je lui demandais :
-Tu me jures de ne plus jamais laisser une telle chose se reproduire ?
-Oui, ne t’inquiète pas. A partir de maintenant, nous serons toujours ensemble, comme au bon vieux temps.
Je souris, mais rapidement je demandai à Hans :
-Alors, qu'as-tu fait pendant trois ans ?
-J'ai continué mon voyage. Quand je suis rentré, avec quelques mois de retard, j'ai appris que tu étais parti. J'ai compris que j'étais allé trop loin. Malheureusement, peu après, une série de voyages  diplomatiques, des vrais cette fois, commença. Evidemment, mes frères m’y envoyaient toujours. J’étais leur « diplomate ».
Hans s’arrêta un instant avant de poursuivre :
-Pendant ces missions, j'avais appris où tu habitais et j'aurais voulu venir te rendre visite, mais je n'avais jamais le temps. Et puis tout bascula, il y a deux semaines, à Arendelle.
-Encore ?
Hans parut surpris.
-Quoi "Encore"?
-Les gardes qui m'ont arrêté m'ont demandé si je savais ce qu'il s'était passé à Arendelle il y a deux semaines et le duc voulait me confier une mission secrète là-bas en rapport avec son alliée, la reine Elsa d'Arendelle.
Hans parut troublé.
-Une mission secrète ? Il ne t’a rien dit d'autre ?
-Non, tu l'as assommé avant qu'il ne puisse m'en dire plus.
-Dommage.
Il resta silencieux quelques secondes puis reprit :
-Quoi qu'il en soit, je suis venu te demander de m'aider.
-A quoi ?
-Il vaut mieux que nous en parlions autour d'une bonne table. Tu n'as pas faim ?
-Si.
-Viens alors.
Il s'éloigna et je le suivis.
==============================================================================
Pendant ce temps, le duc de Weselton consultait sa montre dans son bureau.
-Mais qu'est-ce qu'il fait, bon sang ?
La porte s'ouvrit et un garde entra. Le duc sourit et entama la conversation :
-Alors ?
-J'ai été jusqu'à la maison des mercenaires, déguisé en paysan, et leur ait remis votre lettre. Ils doivent être déjà partis.
-Très bien, je vous remercie.
Le garde ressortit tandis qu'un autre entrait.
-Alors ?
-J'ai vu Mark et Hans, les deux hommes dont vous m'avez parlé, sur le pont de leur bateau. Ils souriaient.
-Très bien.
Le duc réfléchit quelques instants. Puis déclara :
-Dites aux gardes de me préparer un bateau.
-Vous partez ?
-Oui.
-Mais où ?
-A Arendelle, bien sûr.
Le garde parut surpris.
-Mais ça ne faisait pas partie du plan.
-Si je veux réussir, il faut que je prévoie toute éventualité. Je ne lui fais pas confiance.  Je devrais être à Arendelle pour pouvoir tout surveiller. Une escouade de gardes m'accompagnera sur le bateau. Soyons prêt à tout.
-J'y vais, monseigneur.
Il sortit, laissant le duc seul. Ce dernier était satisfait.
Il avait paré à toute éventualité.

Et puis, si le plan échouait, il mettrait en action son plan B...


Voilà pour ce chapitre ! Que pensez vous du passé des personnages ? Quelle aide Hans va-t-il demander à Mark à votre avis ?

J'attends vos avis avec impatience  Very Happy


Dernière édition par SnowMonster le Dim 30 Nov 2014, 16:10, édité 1 fois

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Yokill2B le Dim 30 Nov 2014, 00:17

Ah, enfin on en apprend plus sur ce mystérieux Mark et le lien qui le lie à Hans ! Il était grand temps !

Alors, ce que je vais dire à présent est tout à fait personnel, et je suis sûr que ce n'était pas ton but, mais ce fameux lien a quelque chose de...gênant.
A plusieurs reprises, j'ai eu l'impression que ce qui liait Mark à Hans était...ben plus que de l'amitié en fait ! Alors oui, je sais, tu as bien précisé qu'il le considérait comme un frère, mais je n'ai pas pu m'empêcher de trouver que Mark frôlait la grosse crise de jalousie par moments !

Mais bon, ceci est anecdotique, devant la qualité de ce chapitre. Tu fais encore planer l'ombre de gros événements à venir (plan B ? Le Duc à Arendelle ?), mais cela ne donne que plus envie de lire la suite !

Par contre, je te le dis, si Mark aide Hans à faire quoi que ce soit qui puisse nuire à Elsa et Anna, ÇA VA CHIER !!!!!

_________________
avatar
Yokill2B
Légende du Royaume

Masculin Messages : 773
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 23
Localisation : Entre les mondes de l'imaginaire au gré de mes voyages inter-dimensionnels...

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par E&A le Dim 30 Nov 2014, 12:37

Très bon chapitre qui explique plusieurs choses.

Je ne pensais pas que Mark et Hans avaient été amis aussi longtemps !

Je pense que Mark va devoir ce lier d'amitié (voir plus) avec Elsa.

J'ai relevé 2 phrases :
"Je devrais être de retour dans six mois."
"il partait trois mois"
Je pense que c'est une erreur d’inattention, rien de grave car on comprend quand même.
Vivement la suite !

Ps: Tu as vu Once Upon A Timeeeeeeee !!!!!

_________________
Oncer un jour, oncer toujours !
Elsa & Anna les soeurs parfaites <3
avatar
E&A

Féminin Messages : 443
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 17
Localisation : A Arendelle en train de jouer aux échecs contre Elsa

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par SnowMonster le Mer 03 Déc 2014, 15:35

Merci à vous deux Very Happy

Yokill, en effet, Mark frôle la grosse crise de jalousie car Hans est son seul ami et qu'il ne veut pas le perdre (c'est aussi pour ça qu'il dit ensuite qu'il s'est montré trop possessif). Après je ne vois pas trop ce que tu veux dire en disant que la relation entre eux est gênante. Comment ça ?

Bien vu, E&A, c'est effectivement une faute d'inattention, je l'ai corrigée.

Ps: Et oui, j'ai vu Once Upon A Timeeeeeeee!!!!!
(En fait je suis à la fin de la saison 2)

_________________
"Oh Anna, si seulement quelqu'un était vraiment amoureux de vous" Hans des îles du Sud
avatar
SnowMonster

Masculin Messages : 250
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 20
Localisation : Quelque part à Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Invité le Mer 03 Déc 2014, 18:43

Alors, chapitre 3 lu. C'est pas mal du tout, c'est bien qu'on en apprenne plus sur les persos,e t sur leur relations du coup.

Comme Yokill, je trouve que Hans et Mark sont vraiment très proche et moi aussi je me suis demandé si il n'y avait pas plus que de l'amitié à certain moment. Après ça ne me gêne pas, mais est-ce l’impression que tu voulais donner ? Smile

Sinon bon chapitre, en attente de la suite Razz


Et...il faudrait que tu accélères le pas pour Ouat, t'as deux saisons de retard, allez, go go go ^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Valeur de l'Amitié

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum