- Le Royaume d'Arendelle -
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : coffrets dresseur ...
Voir le deal

Aller en bas
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Frozen 3 - The King's Return

Ven 08 Jan 2021, 17:07
Toujours en cours d'écriture actuellement, ma Fan Fiction sur la suite de Frozen 2 ( La reine des neiges 2) est officialisé.

Découvrez une nouvelle histoire inédite dans :

Frozen 3 - The king's Return
  (La reine des neiges 3 - Le retour du roi)

Le Prologue (assez court) arrivera le Vendredi 15 Janvier dans la soirée, s'en suivra le premier chapitre le Mardi 19 Janvier et le second le Vendredi 22 Janvier.
Suite a leurs publications, c'est un nouveau chapitre qui viendra s'ajouter chaque vendredi de chaque semaine.

L'histoire se passera quelques mois seulement après la fin de Frozen 2 (La reine des neiges 2)

En attendant je vous laisse ses quelques images qui offriront quelques indices concernant le scénario de l'histoire, si vous souhaitez débattre dessus.

Frozen 3 - The King's Return  Origin10

Frozen 3 - The King's Return  D7mr2s10

Frozen 3 - The King's Return  Polish10

Frozen 3 - The King's Return  20210112
Frozen 3 - The King's Return  400e2a10

Juste pour le fun : Frozen 3 - The King's Return  20210113
Frantzoze
Frantzoze
Légende du Royaume
Masculin Messages : 3577
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 33
Localisation : Où se trouve Ansa

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Sam 09 Jan 2021, 16:51
Fiction ajoutée au sommaire Wiki des fictions

Si l'envie t'en dit d'y publier un article dans le futur à ce sujet Wink

Welcome dans ce petit monde

_________________
Frozen 3 - The King's Return  Sssq1010
Frozen 3 - The King's Return  11908710
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Mer 13 Jan 2021, 20:06
J-2 avant la publication du (petit) Prologue, le temps de préciser quelques détails importants concernant cette fan fiction.

- cette FF ce veut du genre théâtrale (Ont ne mentionnera pas un certain livre pour éviter de vexé une personne du forum :cookie: ), donc si vous n'aimez pas le genre, il y'a peu de chances que cette FF vous plaise. Cela met donc les dialogues en avant, délaissant parfois la narration "avancé" (les plus petits détails).

- Les événements se passeront le premier printemps après les événements de Frozen 2 (soit seulement quelques mois) dès le premier chapitre, l'histoire s'étendra sur plusieurs jours. Le Prologue se passera quant à lui 17 ans auparavant.

- cette FF comportera 26 Chapitres (en plus du Prologue et de l'épilogue)

Voilà les informations de publications concernant cette FF, comme déjà mentionné plus haut :

- Le prologue arrivera ce Vendredi aux alentours de 19 heure. (Heure approximative pour chaque nouvelle publication)
- Le Chapitre 1 sera publié le Mardi 19 Janvier.
- Le Chapitre 2 sera publié le Vendredi 22 Janvier.
- Par la suite, c'est un nouveau chapitre qui viendra s'ajouter tout les vendredis.


_________________
"Hoo-hoo" Frozen 3 - The King's Return  2013-o11
Frantzoze
Frantzoze
Légende du Royaume
Masculin Messages : 3577
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 33
Localisation : Où se trouve Ansa

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Mer 13 Jan 2021, 21:34
Ok...
Ce genre là sur le forum... Mis à part les Emma, il n'y en avait pas eu... ça peut donc être interessant d'avoir une "vraie histoire" dans ce style et non une série centré sur un OC Wink

Cependant, je te conseillerai pour ce genre de message peut être de le mettre dans le topic news fanfiction pour plus de visibilité? Wink

_________________
Frozen 3 - The King's Return  Sssq1010
Frozen 3 - The King's Return  11908710
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Ven 15 Jan 2021, 19:55
Comme promis, ont entame notre histoire aujourd'hui avec l'introduction de Frozen 3 : The King's Return.  Smile
En espérant que ca vous plaira.




Introduction :

L'hiver est arrivé sur Arendelle, et les premiers flocons ont commencé à tomber, Elsa et Anna, chaudement habillés, sortent en courant dans le petit jardin arrière pour faire un bonhomme de neige, Anna attrape le bras d'Elsa, estimant qu'elle ne va pas assez vite a son goût.


Anna : Viens Elsa, dépêche toi. On va faire un
bonhomme de neige, le plus gros qu’on ai jamais fait toi et moi.

Elsa : Aïe (Rires) , Anna pas si vite, tu vas encore nous faire tomber.


Depuis la fenêtre de leur chambre, le roi Agnarr et la reine Iduna, parents d'Elsa et Anna, profitent de cet instant de bonheur offert par leurs deux filles.


Agnarr : Elles ont l'air si heureuses ensemble, c'est pour ça que je vis… (Agnarr saisit Iduna par la taille)C'est pour ça que l'on vis.


Cependant, le tendre sourire d'Agnarr fini rapidement par se tourner vers une expression faciale plus soucieuse.
Iduna le regarde, comprenant que quelque chose le tracasse.


Iduna : Agnarr ? Est-ce que tout va bien mon amour ?

Agnarr : Les pouvoirs d'Elsa sont de plus en plus forts, j'ai peur qu'elle finisse un jour par blessé Anna par imprudence.

Iduna : Je comprends ce que tu ressens, mais regarde les en train de jouer, elles sont si heureuses ensemble.

Agnarr : Plus ont attend et plus le risque augmente Iduna, Elsa est dangereuse pour Anna, elle ne maîtrise pas complètement ses pouvoirs.

Iduna : J’en suis consciente Agnarr, mais je ne suis pas prête.

Agnarr : Toi et moi savons que s'il venait à nous arriver quelque chose qu’ Elsa devra prendre notre suite et devenir reine, elle ne peut le devenir, pas encore, pas ainsi.

Iduna : Un jour ou l'autre, elle le sera, qu'on le veuille ou non, c'est comme ça.

Agnarr : Elle ne sera pas acceptée Iduna ! Si tous venaient à découvrir la vérité…

Iduna : Je ne le sais que trop bien…

Agnarr : Je sais que tu as peur et moi aussi, elle n'a que huit ans, elle ignore encore tout du monde et de ses dangers.

Iduna : Elle mérite d’être heureuse, elles le méritent toutes les deux.


Agnarr, l'air triste et inquiet s’éloigne de la fenêtre, il se rapproche de la sortie de la Chambre et saisi la poignée de la porte.


Agnarr : Si tel est vraiment ce que tu veux… toi et moi le savons, il n'y a qu'une seul chose à faire, j’aimerais que se soit différent… tu n’imagines pas à quel point, mais on a pas toujours le choix, c'est comme ça.


Agnarr ouvre la porte et sort de la chambre, pendant ce temps Iduna regarde ses filles faire un bonhomme de neige, laissant une larme couler le long de sa joue, elle comprend qu’un jour ou l'autre, il faudra les séparer pour éviter un terrible accident.
Elle empoigne son châle, laissant glisser sa main de la vitre, elle se sent coupable d'avoir mis au monde une jeune fille si douce, devant porter sur ses épaules, les charges d'un tel fardeau.


Iduna : Je te demande pardon Elsa… Je te demande pardon.


Elle sort les larmes coulantes le long de ses joues de la chambre à son tour, laissant les filles jouer ensemble, et apprécier l’instant présent pour ce qui sera, sans le savoir, l'une des dernières fois de leur enfance.



La suite dans le Chapitre 1 : Une Journée tant attendu (Partie 1)


Dernière édition par Vinc le Dim 17 Jan 2021, 20:07, édité 4 fois
Frantzoze
Frantzoze
Légende du Royaume
Masculin Messages : 3577
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 33
Localisation : Où se trouve Ansa

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Ven 15 Jan 2021, 20:44
Alors, je vais avoir deux remarques, négatives mais vraiment il ne faut pas les prendre mal mais bien pour progresser.


J'ai lu le texte à haute voix, car, les dialogues façon pièce de théâtre sont mis à l'honneur... Mais souvent j'ai dû me reprendre car je me suis trompé de personnages.
Je te renvoie vers Le premier chapitre des Emma de l'Avent, non pas par publicité, pour t'inviter à le lire, non, seulement que tu t'arrêtes sur la forme et la mise en page.
Afin d'en faciliter la lecture, j'indique à chaque fois quel personnage parle, afin d'éviter les confusions... Comme tu peux le trouver dans un livre d'une pièce de théâtre.
Si tu comptes conserver cette écriture, alors vraiment je te conseille d'indiquer à chaque fois le nom des personnages pour éviter ce genre de confusions.

Seconde remarque. Attention à l'orthographe/grammaire/syntaxe/ Concordance des temps.
On pourra m'accuser de déformation professionnelle, et attention, je n'ai pas la prétention -loin de là- d'avoir la science infuse sur les questions d'étude de la langue et mes textes ne sont pas sans erreur loin de là!

Attention lors des passages narratifs à la concordance des temps... La majorité des verbes sont au présent, pourquoi pas, mais certains sont au passé. Pour le coup il faut choisir, les deux ne peuvent se mélanger.
Attention également aux terminaisons. Je le redis, personne n'est parfait mais il y a beaucoup d'erreurs qui, à force finissent par parasiter la lecture.
Enfin, une erreur que l'on retrouve dans beaucoup de tes messages... "ont".
Il s'agit du verbe avoir "Ils ONT des billes" à ne pas confondre avec le pronom personnel "on" "ON achète du pain"

Je peux tout à fait comprendre que l'orthographe soit une bête noire et surtout cela ne doit pas t'empêcher d'écrire, je suis même convaincu que c'est à force de pratiquer l'écriture qu'à force, on finit par voir son orthographe progresser. Mais peut être serait-il nécessaire que tu t'attardes davantage sur ton texte, à regarder ces élements, te demander s'il s'agit de la bonne terminaison, du bon "on". Tu as sur internet des outils pour t'aider ou si tu le souhaites, fais appel à un correcteur pour t'aider à relire si cela est une difficulté pour toi.


Vraiment ça n'est pas du tout pour être sévère ou cassant que je te dis ça mais vraiment pour t'aider car en l'état, j'imagine un chapitre plus long serait pour le coup, compliqué à lire.

Néanmoins tout n'est pas à jeter. Les didascalies en gras, ça c'est bien (et pour le coup, en reprenant l'exemple des Emma, tu fais même mieux... preuve que ça n'est pas une référence loin de là!!)
Lors de la lecture des premiers dialogues il n'était pas aisé de comprendre où on était ni quand mais, si la précision aurait pu être appréciable on y arrive malgré tout...Partir d'un flashback du passé, c'est toujours agréable cette idée est intéressante... A voir comment ça peut évoluer.
Pour le fond, pas grand chose à dire, c'est une petite introduction, sans doute faut-il davantage pour se faire une idée.


Bon courage Wink

_________________
Frozen 3 - The King's Return  Sssq1010
Frozen 3 - The King's Return  11908710
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Ven 15 Jan 2021, 21:09
Merci des conseils Frantz, alors pour les noms devant chaque début de prise de paroles, j'hésitais, je me rend compte que j'aurais dû, chose que je vait d'ailleurs modifier (y compris dans le Prologue), pour amener plus de compréhension dans les dialogues. Ensuite comme tu la constaté, mon gros point faible... la conjugaison. j'essaie d'écrire cette FF au présent, et parfois plusieurs mots se conjuguant au passé, viennent s'ajouter, je relis le plus possible, et je modifie régulièrement les textes (chose qui se verra peut être mieux par la suite je l'espère) mais il y'a toujours des mots que l'ont conjugue au passé qui viennent et y restent alors que je repasse dessus a chaque fois que je relie, sans compter les fautes d'orthographe, ça je fait très attention mais il y'en a toujours... après cela reste ma première FF je suis actuellement a l'écriture du chapitre 8 et je sent de l'amélioration dans les textes. Smile

_________________
"Hoo-hoo" Frozen 3 - The King's Return  2013-o11
Frantzoze
Frantzoze
Légende du Royaume
Masculin Messages : 3577
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 33
Localisation : Où se trouve Ansa

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Sam 16 Jan 2021, 11:57
La relecture est toujours un exercice délicat et difficile. Si justement on a un niveau faible en orthographe, elle est d'ailleurs quasi impossible car on n'arrive pas à voir ses erreurs.
Pour ça, n'hésite pas à utiliser des logiciels sur internet pour t'aider.
Je t'en propose un: SCRIBENS
Pourquoi celui là? Car il a le mérite d'être gratuit et assez complet. De plus tout ce qu'il souligne propose la règle qui convient. Voici un exemple avec ton texte:

Frozen 3 - The King's Return  Ergqer10

Inconvéniant. Pour la version gratuite, c'est limité à 800 mots... Donc il faudra peut être passer le texte en plusieurs fois.
Ca ne règlera pas 100% des problèmes, ça reste un logiciel, mais ça pourra beaucoup aider déjà Wink

_________________
Frozen 3 - The King's Return  Sssq1010
Frozen 3 - The King's Return  11908710
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Sam 16 Jan 2021, 13:00
Merci frantz je vais l'utiliser pour les prochains chapitres, je mis met ce soir déjà après le boulot et toute la journée de demain. J'ai rien d'autre a faire, je vais en profiter.

_________________
"Hoo-hoo" Frozen 3 - The King's Return  2013-o11
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Mar 19 Jan 2021, 21:07
Allez, comme promis, voici le chapitre 1 de ma Fan fiction. Et rendez-vous vendredi pour le Chapitre 2. (Après ça on aura donc un nouveau chapitre chaque Vendredi)




Acte 1 – Chapitre 1 :
Une Journée tant attendu (partie 1)  

Bien loin de cet hiver lointain, nous arrivons, dix-sept années plus tard au royaume d’Arendelle.

Anna, la nouvelle reine du royaume, semble dormir comme un ange, un peu trop d’ailleurs au vu de ses cheveux légèrement emmêlés, quand soudain elle est réveillé par Kay, son valet personnel.

Kay : Hum-Hum. Bien le bonjour ma reine, pardonner moi de vous réveiller de si bon matin, mais vous êtes attendu dans la salle de réception.

Anna : (elle se réveille doucement) Hein ? Qu'est ce… Ou ça ?

Kay : Votre réunion commence à huit heures, il est déjà sept heures passé Votre Altesse.

Anna : Ma quoi ?... Oh la réunion avec les représentants du commerce d'Arendelle, oui exact… Euh… Je vais me préparer immédiatement.

Kay : Bien. Votre robe est déjà prête, elle vous attend juste ici.

La robe est royale, d'un vert sombre accompagné évidemment du blason d’Arendelle qui est représenté au niveau du torse et de motifs jaunes et mauves fleurie au bas de la robe.

Anna : Elle est… Très jolie, vraiment à mon goût. Merci Kay.

Kay : Oh, c'est Gerda qu'il faut remercier Votre Altesse, c'est elle qui a entièrement imaginé et dessiner votre robe pour sa création, bien que quelques retouches ont du être prise en compte, elle est là et prête à être porter.

Anna : (elle lâche un sourire à Kay) Merci Kay, pourriez-vous la remercier de ma part quand vous l’a verrez ?

Kay : Avec plaisir Votre Altesse. Vous devriez aller vous préparer, c'est une journée, très chargé qui nous attend aujourd’hui.

Après avoir pris le temps de se préparer, la reine Anna, vêtue de sa nouvelle robe, et coiffée d'un chignon, avance a petits pas jusqu'au grand salon, légèrement anxieuse.

Anna : Allez Anna, tout va bien se passer, tout ce que tu dois faire, c'est entrée dans le grand salon, salué tout le monde et écouter attentivement ce qui se dit, ni plus ni moins. (elle inspire et expire un grand coup) C'est parti.

Elle s’approche de la grande porte menant a la salle de réception du château, accueilli par Kay à l’entrée.

Kay : Êtes-vous prête Votre Altesse ?

Anna : Bien sûr, dépêchons-nous, nous ne sommes pas en avance.

Kay ouvre la grande porte, et annonce l’arrivée de la reine Anna a tout les représentants commerciaux présents dans la pièce.

Kay : « Hum-Hum, JE VOUS DEMANDE D’ACCUEILLIR LA REINE ANNA D’ARENDELLE  ».

Anna : (elle sourit) Euh… Bonjour.

Les représentants sont vêtus de tuniques gris et noir, et portent un petit écusson à gauche représentant le blason d’Arendelle, des tenues hautes couture pour leur rencontre avec la reine.

Tous saluts la reine avec le plus grand soin et dans la tradition royale, en s’inclinant avant de s’installer autour de la table.

Kay : (Chuchote à l'oreille de la reine) Il faut vous installer au bout de la table votre altesse.

Anna : (Chuchote à son tour) Oh. Bien sûr, je le savais ne vous inquiétez pas.

Anna montre un sourire quelque peu gêné à Kay et s'en va prendre place à la table.

Anna : Alors, heu… Vous allez bien ?

Tous hochent la tête pour dire oui, en la fixant dans les yeux, ce qui ne manque pas d'intimider Anna, ne sachant trop quoi répondre.

Anna : Tant mieux, alors… je vous écoute, je suppose. (elle leur montre un sourire gêné)

Le représentant général, vêtu de la même tenue que les autres représentants, portant en plus une longue veste brune pour démontrer son grade, se lève et prend la parole sans tarder.

Représentant général : Ma reine, ravie de vous rencontrer enfin, je me présente, je m’appelle Carlos, et je représente les personnes présentes aujourd’hui autour de cette table.

Carlos est de corpulence moyenne et est assez grand, le teint clair, les yeux noisette, il a de long cheveux noirs, rabattue en arrière, et une barbe de trois jours venant compléter son look.

Anna : Eh bien… Enchanté Carlos, j'imagine que le voyage a été long, j’espère que tout s'est bien passé durant votre traversée ?

Carlos : Merci, ma reine, notre voyage en France a été enrichissant, et j'ai le plaisir de vous annoncer que nous avons réussi a trouvé un accord qui facilitera nos échanges et les différents transports de marchandises entre la Norvège et la France.

Anna : Oh, et bien… Bonne nouvelle, je suppose. Plus notre secteur commercial s’étendra et plus le commerce a Arendelle se tiendra bien.

Carlos : Nous souhaitons également proposer au commerce local d’Arendelle une nouveauté qui je pense conviendra à tous, je vous présente le formulaire, tout est indiqué dessus, vous n'avez qu'a signé.

Anna : Oh… Attendez que je trouve une plume. (elle prend la plume la plus proche et s’apprête à signer) J'imagine que je signe ici.

Carlos : Peut-être devriez vous le lire avant tout de même Votre Altesse.

Anna : Hein ? Ah oui bien sûr, vous avez raison, ou ai-je la tête…

Anna lit attentivement le document, il fait mention d’une extension du quartier commercial d’Arendelle pour ouvrir de nouvelles boutiques en tout genre, et augmenter ainsi les profits du royaume, tout en offrant plus de possibilités aux habitants en difficulté de trouver du travail.

Anna : À combien s’élèverait le coût de cet agrandissement ?

Carlos : Ma foi a un prix des plus abordable, cependant le coût de la construction sera plus important, mais, après nos divers calculs, nous en avons conclu que cette extension fera le bien de tout Arendelle et n’offrira que de la positivité côté finance sur le long terme.

Anna : Alors je suppose que je n'y vois pas d’inconvénient. Et vous ? (en se tournant vers Kay)

Surpris de la question de la reine, Kay se redresse et tente, de son mieux, de répondre à la question d'Anna.

Kay : Et bien je… Je pense que ce n'est pas à moi de prendre une telle décision Votre Altesse… Je veux dire que… Enfin… Vous voyez où je veux en venir, j’imagine ?

Anna : Vous avez raison Kay, veuillez m’excuser, je crois que je ne suis pas entièrement réveillé (elle en rigole)… Vous, qui avez été derrière ma sœur pendant trois ans, à votre avis, quelle décision aurait elle prise ?

Kay : La reine Elsa a toujours su prendre les bonnes décisions, et je ne l'ai jamais contesté… Cela n’était pas mon rôle et ne l'est pas plus aujourd’hui, ca ne dépend que de vous Votre Altesse, mais je suis touché que mon avis vous intéresse.

Anna : Merci Kay. (elle se retourne auprès des représentants) Alors voyons, je suppose qu'il n'y a pas de raison de ne pas s'y montrer intéressé, donc… je vais donner mon accord pour ce projet.

Anna signe le document, et l’entretien suivra encore deux longues heures, avec la présentation du secteur commercial d’Arendelle, les projets actuels et futurs, pour embellir le village d’Arendelle et son commerce.

Cependant l’attitude d'Anna durant l’entretien semble différent, la Anna que l'ont a connu a changé, elle doit reprendre la ou Elsa c’est arrêté et elle ne sait jamais trop comment si prendre, elle a peur, peut être de prendre de mauvaises décisions et de décevoir son peuple, elle veut tout faire comme Elsa, malheureusement elle sent que c’est une promesse difficile à tenir, et elle perd régulièrement confiance en elle a cause de ses doutes, sa sœur a été formé pour être reine, ce qui n'est pas le cas d'Anna, alors elle s’efforce de faire bonne figure en toutes circonstances, et de cacher ses faiblesses.

Elle se met toujours énormément de pression, alors le soir elle s’assoit sur le canapé du petit salon familial face à leur portrait de famille, et pense à Elsa, elle s'en veut, elle sait qu'elle est en dessous des attentes placé en elle, Anna agit souvent vite, trop vite et oublie toujours le plus important, que ce n'est plus une princesse, mais une reine, et que les responsabilités sont bien plus grandes a présent.

Elle en vient souvent à douter, est elle faite pour être reine et peut-elle supporter une telle pression ?

La jeune reine comprend qu’elle doit l’accepter, et que c’est mieux ainsi, avec le temps elle se dit qu'elle y arrivera, Elsa aussi a eu des difficultés au début, et elle est et sera toujours là pour l’épauler dans les moments difficiles.

Mais ce n’est pas suffisant pour la faire se sentir mieux, Anna ne se sent pas elle même, et elle ne sait pas si un jour elle parviendra à s’accepter comme tel.
Heureusement, une personne sait toujours comment faire sourire Anna et lui faire oublier Elsa dans ce genre de moments difficiles, Olaf fait son entrée dans le petit salon familial, une entrée qui vient au bon moment.

Olaf : Salut Anna, Whaaa j'adore ta robe.

Anna : (elle sourit à Olaf) Merci Olaf, c'est gentil.

Olaf : Mais elle te grossit où c'est toi qui as trop mangé aujourd’hui ?

Anna laisse échapper un petit rire, Olaf a réussi a effacé un peu la tristesse qu'elle ressentais, mais ses pensées négatives la rattrape vite, Olaf vient s’installer sur le canapé au côté d'Anna.

Olaf : Pourquoi t'es triste ?

Anna : Oh ce n'est rien Olaf, ce sont des histoires compliquées tu sais, je ne veux pas te raconter ma vie ennuyeuse.

Olaf : Bah moi aujourd’hui j'ai aidé Kristoff et Sven à te trouver un joli bouquet de fleurs, il ma dit de pas te le dire bien sûr, pour te faire la surprise.

Anna : (Anna rit et regarde Olaf) Il va falloir qu’on retravaille le principe d'un secret Olaf.

Un gros brouhaha se fait entendre dans les couloirs, Kristoff et Sven entre dans le petit salon à ce même moment.

Anna : Kristoff !!!!!

Anna court embrassé Kristoff, pris par surprise, elle l'a attendue toute la journée, lui qui a passé une journée en forêt.

Kristoff : Ouah… Je pensais pas t'avoir manqué autant aujourd’hui.

Anna : (elle enlace Kristoff) C’était une journée difficile.

Kristoff : Et j'ai une surprise pour toi (il dévoile ce qu'il cachait derrière son dos) TA-DA !!!! Elles sont jolies, j’espère qu'elles te plaisent ?

Anna : Kristoff, des fleurs ! je ne m'y attendais tellement pas, (dit t’elle ironiquement) et se sont mes préférés, les violettes sentent si bon.  

Le groupe est enfin réuni dans le petit salon familial, des moments comme Anna les aiment, seul Elsa manque.
Mais Anna sait qu’elle n'a plus très longtemps à attendre ce jour. Ils sortent tous les quatre sur le balcon, admiré le ciel étoilé magnifique de cette soirée.

Anna : Demain sera le premier jour du printemps. Mais demain surtout nous serons vendredi, j'ai hâte de revoir Elsa, ça fait si longtemps.

Kristoff : (il regarde Anna) Depuis la semaine dernière ?

Anna : (elle sourit à Kristoff) sept jours, c'est très long, tu sais. Presque aussi long que deux heures de réunion interminable.

Olaf : Demain sera un autre jour.

Anna : Oui Olaf, demain sera le plus beau jour de la semaine.

Olaf : Un jour où on pourra être tous ensemble, comme avant.

Anna : (elle sourit à Olaf) C'est très beau Olaf.

Olaf : Je me demande si Samantha sera là aussi.

Anna et Kristoff se regardent, se demandant de qui peut bien parler Olaf.

Anna : (elle chuchote à l’oreille de Kristoff) C'est qui Samantha ?

Kristoff hausse les épaules, ils s’éloignent du balcon et rentrent tous à l’intérieur, Sven dort à présent dans le petit salon sur un tapis doux, Olaf lui, préfère le canapé, quant à Anna et Kristoff, eux, s’apprêtent à regagnent leur chambre juste à côté du petit salon ou dorment Sven et Olaf.

Anna : Olaf, qui est Samantha au juste ?

Olaf : Hein ? De qui tu parles Anna ? Je crois que ta vraiment besoin de sommeil toi.

Anna : Tu a raison Olaf, je pense qu'on en a tous besoin.

Anna embrasse Sven sur le nez pour lui souhaiter une bonne nuit, ce qui ne manque jamais de le surprendre.

Anna : Bonne nuit Sven.

Kristoff : (imite Sven) Quoi t'es jaloux ? (il reprend sa voix normale) Pas du tout, moi, j'en ai sur demande.

Anna se rapproche a présent d'Olaf qui s'est installé sur le canapé pour lui faire un câlin comme il les aiment tant.

Anna : Bonne nuit Olaf.

Olaf : Bonne nuit Anna. (il baille) Bonne nuit Kristoff. (il baille de nouveau et  ferme les yeux)

Anna et Kristoff regagnent leur chambre et s’apprêtent à se mettre au lit.

Kristoff : Bon… À nous maintenant.

Kristoff relève le menton d'Anna pour l’embrasser rigoureusement avant de s’endormir, comme à son habitude.

Kristoff : Bonne nuit Votre Altesse.

Anna : (elle se blottit contre son époux) Ce que tu peux être bête parfois.

Kristoff : C'est bien pour ça que tu m’as épouser, non ?

Anna : (elle le regarde avec tendresse) C'est un peu pour ça, oui en effet, mon prince. (elle ferme les yeux) Bonne nuit Kristoff.

Kristoff : (il lui fait un bisou sur le front) Bonne nuit Anna. (il ferme les yeux à son tour).





La suite dans : Une Journée tant attendu (partie 2)
Frantzoze
Frantzoze
Légende du Royaume
Masculin Messages : 3577
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 33
Localisation : Où se trouve Ansa

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Mar 19 Jan 2021, 21:41
Bien, alors déjà il y a de beaux progrès tant sur la mise en page que sur la qualité de l'orthographe/ grammaire/ Syntaxe.
Ca n'est pas pour ce second point encore parfait, mais je le redis, nous ne sommes pas ici à une dictée de Pivot et il convient de balayer devant sa porte, mon orphographe est loin d'être irréprochable. Il reste donc des erreurs qui peuvent piquer les yeux mais bien moins et elles sont pour le coup moins handicapantes pour permettre de suivre la lecture avec plaisir. De même elles ne dérangent pas suffisamment pour rendre ce texte difficile à suivre. Donc pour le coup c'est tout de même assez positif.
As-tu utilisé une aide pour la relecture ou t'es-t-u débrouillé seul?... En tout cas bon courage pour la pousuite des progrès dans ce domaine!


On en est au début, il est difficile d'analyser le fond. C'est une situation initiale, il ne se passe pas grand chose de marquant ni même d'inhabituel à première vue. Même si à n'en pas douter le contrat n'est pas anodin, de même que l'attitude d'Anna.
On a en effet quelques infos. Le personnage est assez bien conservé. La volonté de bien faire et la spontanéité. Effectivement on imagine facilement Anna capable de demander l'avis des domestiques bien que cela soit contre le protocole.
Elle est cependant pour le coup très...si ça n'est trop naïve... Nous n'avons pas ici la jeune femme tout juste sortie de l'enfance qui n'a jamais vu personne comme dans le premier film. Elle a eu le temps de murir et se confronter aux réalités du monde. A n'en pas douter durant les trois années de règne d'Elsa, Anna aura eu des responsabilités et, à le voir dans le film, elle a des qualités de leader. Donc là son côté un peu trop "fillette propulsée dans le monde des grands". Disons qu'il est un peu caricatural. Attention ça n'est pas rédibitoire si c'est expliqué et c'est le début, il faut le temps que tout s'installe. De même, cela n'empêche pas de sortir de la lecture à se dire que c'est trop éloigné du personnage d'origine donc pourquoi pas.

Là encore, traiter l'angle des premiers pas de la nouvelle reine me semble pertinent, c'est un sujet que tout le monde veut voir abordé car ce que le film ne montre pas. On a droit à un temps plus "politique" que ce que le film ne nous montre quant à l'exercice du pouvoir et ça c'est toujours plaisant.

Pour ce qui est des dialogues... Ils sont simples, mais fluides, sincères et s'enchaînent plutôt bien donc pas de problème la dessus. Ils sont même de qualité homogène ce qui donne une cohérence au texte qui ne souffre pas d'irrégularité qui pourrait perdre le lecteur.

S'il fallait pinailler, ils sont un peu "vides"... Dans le sens, c'est banale mais c'est aussi le déroulé de la journée qui veut ça et puis, il s'agit d'un premier chapitre...On ne peut pas avoir tout de suite dans les dents, des punchlines ou des infos capitales, néanmoins, j'espère qu'avec l'avancée de l'histoire peu à peu les dialogues vont s'étoffer.

Bref tout ça est dans son ensemble plutôt positif.

Pour mon point négatif (je sais je suis chiant...c'est ma nature! Razz ...demande à @Yokill2B Razz )
Si j'ai dit que le texte ne souffrait pas d'être irrégulier au niveau des dialogues... Il l'est en revanche avec la narration. Pour le coup elle tranche vraiment. J'ai le sentiment que ce sont des passages qui t'ont bien embêté.
Par moment, ils donnent l'impression d'être une succession de prases au brouillon, comme pour te donner un plan
"alors voilà, entre les dialogues il se passe ça, le personnage il est comme ça, et puis y a ça"

Je caricature dans ma description cela va sans dire mais c'est pour exprimer le plus clairement possible mon ressenti. La narration est un peu saccadée. Peut-être pourrais-tu prendre davantage le temps, accepter de la ralentir pour étoffer un peu ta description, soigner la transition entre les phrases, développer les pensées...
Je ne dis pas que c'est LA RECETTE qu'il faut suivre, mais bien des possibilités, des pistes. Si la recette du texte parfait existait, ça se saurait!


Bref pour conclure pour l'instant, on a une petite histoire assez simple, même accessible pour de jeunes lecteurs (et pour moi c'est tout sauf négatif), cependant si c'est ton souhait, j'espère que tu ne tomberas pas dans le piège du texte "simpliste".
En effet, ça n'est pas parce qu'on fait une histoire adaptée pour des enfants, avec des mots très simples et des situations qui le sont également, qu'il faut tomber dans la simplicité avec des dialogues archi plats et bateau.
Pour l'heure, il y en a à certains moments, mais c'est normal, c'est une situation initiale, l'inverse serait étonnant.


Voilà, je m'attarde encore pas mal sur la forme plus que sur le fond...Une fois l'histoire plus avancée je pourrais développer davantage sans doute.
Je le redis, ça n'est qu'un avis, mes propos n'engagent que moi, ne sont pas parole d'Evangile.

Bon courage pour la suite Wink

_________________
Frozen 3 - The King's Return  Sssq1010
Frozen 3 - The King's Return  11908710
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Mar 19 Jan 2021, 22:11
Alors, je me suis aidé du site que tu ma envoyé pour la grammaire, chose qui m'a bien aidé, ensuite j'ai pris un autre système de relecture pour être sûr de ne pas laisser traîner de mots conjugué au passé.

Alors pour la narration, c'est vrai que je ne me penche pas trop dans les détails, pour éviter le texte trop long, au final ça rend un peu cet dernière "brouillon" comme tu le dit, mais elle va s'améliorer je te rassure, j'ai vraiment été chercher simple pour démarrer l'histoire.

Alors, cette histoire je la destine vraiment a tous, c'est pour quoi je ne pousse pas trop pour perdre les plus jeunes, qui sont intéressés, je me met vraiment à la place de Disney. L'histoire va peut-être dans le futur commencé à les perdre quand elle abordera des sujets plus adultes, mais il sera vraiment fait en sorte de ne pas les faire se sentir exclu de l'histoire, il ne faut pas non plus oublier le public visé, évidemment je ne sait pas qui lie cette FF mais je me doute que l'ont a un jeune public qui traîne en tant qu'invité ici donc...

Pour le côté que tu estime, trop fillette de Anna, il est vrai qu'elle a muri a la fin de Frozen 2 (et durant les 3 ans du règne d'Elsa également) cependant, j'essaie d'expliquer un peu le comportement d'Anna dans le long passage de narration, comme quoi elle a peur de décevoir (d'où le fait qu'elle demande son avis à Kay) et surtout que le poste de reine la rend triste, ou elle se force de faire bonne figure jour après jour, d'où le fait qu'elle attend impatiemment Elsa chaque vendredi pour oublier un peu tout ça, après tu verra dans un futur proche les conséquences de tout ça, je ne peut en dire plus pour le moment. Wink


_________________
"Hoo-hoo" Frozen 3 - The King's Return  2013-o11
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Dim 24 Jan 2021, 14:01
Avec 2 jours de retard suite a de nombreux imprévu, voici comme promis le Chapitre 2 de : "Frozen 3 - The king's Return". Et rendez-vous Vendredi pour le Chapitre 3.





ACTE 1 – Chapitre 2 :
Une Journée tant attendu (2ème Partie)


À plusieurs kilomètres plus au nord, nous arrivons du côté de la forêt enchanté Northuldra.

Tout a l'air paisible, le décor automnal s'est transformé en un décor printanier, on peut entendre les oiseaux chanter et la rivière, comme endormie, La forêt est magnifique à cette saison.

À ce moment un courant d'air se fait rapidement sentir, Gale l'esprit du vent s'est métamorphosé, ses feuilles rouges et jaunes qui l'on entouré en automne et en hiver ont disparu, cette fois-ci il est entouré de grandes feuilles vertes et de pâquerettes, sa brise aussi a changé, elle est plus printanière, Gale s’adapte a chaque saison.

Et c'est juste derrière lui que les galops d'un cheval se font entendre, mais pas n’importe quel cheval, Nokk représente l’esprit de l'eau, sa vitesse au galop est unique, il est si rapide, que l'on peut ne pas le voir passer devant nous, en pensant simplement à un courant d'air nous ayant frôlé, il est chevauchée par Elsa, qui a déjà, adopté très rapidement son nouvel environnement magique.

Elsa a désormais adopté sa nouvelle coiffure, et laisse ses longs cheveux au vent, elle due s’adapter à la coutume Northuldra, et porter une tunique confectionnée par Yelena elle-même.

Il s’agit d'une tenue Northuldra classique à laquelle Yelena a néanmoins ajouté quelques petites touches personnelles, le symbole des quatres esprits y sont présents, ainsi qu’au centre celui du cinquième esprit, représentant Elsa, mais aussi sa sœur cadette, Anna, elle y a également ajouté plusieurs petits blasons Arendelliens  aux pieds de la tunique et un grand dans le dos, représentant son lien entre les deux peuples.  

Sur son épaule droite, se trouve une petite salamandre bleue au dos violet, aussi petit soit il, Bruni représente l'esprit du feu, ses grands yeux ronds et son air si mignon font de lui l’esprit préféré des Northuldra, difficile de ne pas l'aimer, mais attention tout de même à ne pas le mettre en colère, il peut s’enflammer rapidement. Fort heureusement Elsa est là pour calmer les esprits quand cela peut s’avérer nécessaire.

À cet instant, Elsa salue de la main trois géants de pierres, qui représentent ensemble, les esprits de la terre, ils sont les plus solitaire envers le cinquième esprit et ne sont que très rarement ensemble, mais en cas de mise en danger d'Elsa, ils sont les plus puissants présent pour la défendre et la protéger.

Elsa est désormais libre, elle passe son temps dans la forêt, pour explorer, mais la journée, elle se rend principalement à Athohallan, se plonger dans le passé, apprendre de lui et de ses secrets rester enfermé depuis longtemps, elle étudie chaque détail, sur sa famille, sur le peuple des Northuldra et sur le royaume d’Arendelle.

Gale se rapproche d'Elsa et Nokk, en lui tournant autour et se retrouvent côte à côte.

Elsa : Une petite course Gale ? Je préfère te prévenir, tu n'a aucune chance.

La vitesse de Nokk se montre vraiment dans cette course, il est si rapide que même Gale se retrouve à la traîne au bout de quelques secondes.

Elsa : Bah alors limace, déjà épuisé ? On est trop rapide pour toi ?

Il est si rapide, que Bruni a été instantanément repoussé en arrière, a présent agrippé à la queue du cheval, heureusement, très vite rattraper par Elsa.

Elsa : Je te tiens, (elle sourit a Bruni) ne nous quitte pas maintenant petit trésor.

Elsa installe confortablement Bruni dans la ceinture de sa tunique pour qu'il évite de s’envoler à nouveau, il peut ainsi profiter pleinement de la course sans courir le moindre risque.

Arriver au village Northuldra, l'allure ralenti, Elsa et Nokk ont gagné la course.

Gale quand à lui et en tant que mauvais perdant, vient chatouiller le nez d'Elsa jusqu’à la faire éternuer.

Elsa : « Atchoum » Mauvais perdant va, tu sais très bien que l'odeur des pâquerettes me fait éternuer (elle en rit).

Elsa descend du Nokk qui disparaît instantanément dans l'eau de la rivière qui longe le grand campement.
Au loin Yelena et Ryder se rapproche d'Elsa pour l’accueillir.

Ryder : Elsa. Comment allez-vous ?

Elsa : (elle sourit à Ryder) Aussi bien que quand vous me l'avez demandé ce matin.

Ryder : Ah oui c'est exact, excusez moi. Je vous trouve très jolie aujourd’hui… Enfin, je veux dire pas plus que d’habitude… (il se met à paniquer) Ou si… Enfin non… Je veux dire… Enfin je… Ça va vous, sinon ? (Dit il avec une petite voix gêné).

Yelena : (elle vient au secours de Ryder) J’espère que vous serez présente ce soir pour célébrer notre ancienne tradition, Elsa ? Nous allons boire, danser et chanter toute la nuit… Enfin jusqu’à tomber de fatigue. (en plaisante t'elle)

Elsa : Merci Yelena. Je ne raterai ca pour rien au monde.

Ryder : Oui, la dernière fois s’était plutôt réussie (il regarde Bruni)… Enfin jusqu’à ce que ce petit gars décide d'y participer à sa façon.

Elsa aperçoit Honeymaren au loin, elle est assise seule, au bord de la rivière, comme perdu dans ses pensées, elle tient un bout de bois qu'elle fait tourner en cercle dans l'eau, Elsa la trouve légèrement distante avec son frère en ce moment, elle décide d’interroger Ryder à ce sujet.

Elsa : Nous ferons en sorte que Bruni ne décide pas de faire des siennes ce soir. (elle regarde Honeymaren) Ta sœur a l'air différente de d’habitude cette semaine, que lui arrive t'elle ?

Ryder : Oh, c'est aussi une semaine de deuils, il y a deux ans nous avons perdu notre mère.

Elsa : Ryder, je suis désolé. Je ne le savais pas.

Ryder : Ne t’inquiète pas, ce n’était pas ta faute. Honey préfère rester seule et penser à elle. Cela l’a gravement affecté, notre mère espérait voir la brume épaisse se dissiper avant d’offrir son dernier souffle, malheureusement… La maladie la emporté avant.

Yelena : C'est moi qui l'ai trouvé, allongé sur sa paillasse, je pensais qu'elle était endormie… Et j'ai vite compris qu'elle avait cessé de respirer. Ce jour-là, c'est une de mes plus grandes amies que j'ai perdue.

Elsa : Toute mes condoléances, si je peux aider…

Ryder : Et bien, peut être que ma sœur acceptera de te parler. Je n'aime pas qu'elle soit seule dans cette épreuve, mais elle n'accepte pas la compagnie, elle préfère traverser ca seul, elle pense que ca la rend plus forte.

Elsa sourit à Ryder et décide d'aller voir Honeymaren, essayer de lui permettre de traverser cette épreuve autrement, comme Elsa la fait, c'est un point commun qu'ont les deux amies, elle ne compte pas la laisser seule.

À ce moment quand Elsa tourne le dos a Ryder et Yelena pour rejoindre Honeymaren, Yelena donne un grand coup de bâton derrière la tête de Ryder, chose qu'il ne comprend pas.

Ryder : Aïe. Pourquoi ?

Yelena : C'est pas comme ca que tu vas ramener une fille dans ton plumard le tombeur.

Ryder : (Il met sa main derrière son crâne) Mais, ça fait mal...

Elsa se rapproche lentement dans le dos d'Honeymaren, elle reste assise, le long de la rivière, une larme coule le long de sa joue, Elsa ne sait pas comment s'y prendre, elle reste immobile derrière elle, sans savoir quoi dire.  

Honeymaren commence à poussé un chant dédié semble t'il a sa défunte mère .

Honeymaren : 🎶Endort toi, mon enfant. N'est pas peur du noir, laisse la lumière de la lune reflétée ton doux visage. Demain sera un autre jour, peut être meilleur (elle commence à pleurer), peut être pire. Mais n’oublie pas, qu’importe les épreuves de la vie, et même si nos chemins se séparent, je serai là… Avec toi🎶.

Elsa : (elle laisse couler une larme le long de sa joue) C'est une très jolie chanson.

Honeymaren : (elle se retourne, surprise par Elsa) Elsa ? Je… Tu ne devrais pas rester ici et me regarder dans cet état, va t'en s'il te plaît.

Elsa : C'est ta mère qui te la chantait ?

Honeymaren : Comment sait-tu ? Ryder évidemment…

Elsa s’approche d’Honeymaren et s’assoit à ses côtés, le silence est grand, aucune des deux ne semblent prête à entamé cette conversation difficile, Honeymaren continue d’agiter son bâton dans l’eau, Elsa la regarde faire sans savoir quoi lui dire.

Finalement, Elsa entame cette conversation, voyant Honeymaren au plus mal, elle n'a jamais vraiment rassuré quelqu’un, mis a part Anna, mais elle choisit de prendre son courage à deux mains.

Elsa : Il s’inquiète pour toi. Il t’aime et il n'aime pas te voir dans cet état, je peux le comprendre. Moi non plus je n’aime pas quand ma sœur est triste, et elle non plus n’aime pas ça… Personne n'aime ça.

Honeymaren : ma mère me chantait cette chanson quand j’étais petite le soir, j’avais peur du noir.

Elsa : (elle sourit à Honeymaren) Je n’aimais pas ça non plus.

Honeymaren : le printemps était sa saison préférée, elle est morte le premier jour du printemps, sans même pouvoir en profiter. Tout est de ma faute…

Elsa : Ne dis pas ça, tu sais que c'est faux.

Honeymaren : (elle se met en colère) Qu'est-ce que tu en sais toi ? Tu débarques comme ca et tu pense tout mieux savoir que tout le monde ?

Elsa : (elle est surprise par l’attitude de son amie) Désolé si je t'ai blessé Honeymaren, sache que ce n’était pas mon intention.

Honeymaren : Non, c'est moi. J’aurais pas dû réagir comme ca. Excuse moi, c'est juste que… j’aimerais être seul s'il te plaît.

Elsa : Pourquoi dit tu que c'est de ta faute ?


Honeymaren : Par ce que le jour ou elle est morte, j’étais en forêt avec Ryder autour du mur de brume qui nous maintenait emprisonnés, à chercher des plantes. Elle était malade et je savais que j’aurais dû rester auprès d'elle. Si je l'avais fait… Alors ma mère ne serait sûrement pas morte ce jour-là. Et même si ça devait arriver, alors on aurait dû être auprès d'elle et lui dire adieu. Mais ça n’était pas le cas… Je n'ai pas plus lui dire un dernier au revoir.

Elsa : Ce n'est pas votre faute à tous les deux, ce n'est de la faute de personne.

Honeymaren : J’aimerais penser la même chose.

Elsa : Quand j'ai perdu mes parents il y a six ans, bientôt sept aujourd’hui, j'ai choisi de rester seul aussi, Par ce que j’avais peur de cette mystérieuse magie, et de blessés des gens, je ne voulais pas que les gens découvrent ce que je cachais… Je suis alors resté enfermé dans ma chambre pendant ces trois ans complètement coupée du monde, ou plus qu'avant du moins,  je ne sortais qu'en cas de nécessité absolue, j’avais déjà pris l’habitude… Je ne m'était jamais senti si triste. J'ai compris plus tard après m’être enfui que d’être seul n’était pas la solution, ma sœur ma délivré de ma solitude et ma fait comprendre que le meilleur moyen de s'accepter est de savoir pardonner, a soi même mais aussi aux autres, l'amour est l’essence même de ma magie, alors je sais que je n'ai pas à décider pour toi, mais, s'il te plaît, ne refoule pas tout ca sur toi-même. Je ne connaissais pas ta mère, mais je sais que ce n'est pas ce qu'elle voudrait que tu fasses. Et même quand se sera difficile, tu auras toujours quelqu’un a qui parler, ne l’oublie jamais.

Honeymaren recommence à pleurer, elle est touchée par les mots d'Elsa, elle ne peut que lui donner raison, l’émotion est tellement forte qu'elle ne parvient plus a maîtriser ses pleurs.

Honeymaren : Comment fait on pour Oublier le passé Elsa ? C'est trop dur, je ne peux pas, je n'y arrive pas, c'est plus fort que moi.

Elsa : On ne peut pas oublier, avec le temps on apprend à accepter, les moments où tu es triste, pense a elle et a ce qu'elle représentait pour toi, remémore toi les bons souvenirs, pas les mauvais. Et surtout, Honey, pardonne à toi-même, et tout te semblera plus facile ensuite.

Honeymaren tombe dans les bras d'Elsa, elle essai de consoler comme elle le peut la jeune fille dans l’incapacité de s’arrêter de pleurer.

Les pleurs d’Honeymaren laissent également couler plusieurs larmes sur les joues d'Elsa, elle la serre de toute ses forces dans ses bras.

Elsa : Ca va aller maintenant… Je te le promets.

Ryder observe au loin, il n’ose pas y aller, il voudrait consoler sa sœur comme vient de le faire Elsa, mais il n'y ait jamais parvenu, les mots d'Elsa permettront t'il a Honeymaren de se rapprocher de Ryder dans les moments difficiles et à Ryder de se rapprocher d’Honeymaren ?

Il l’espère, il choisit de se montrer fort et d’aller retrouver sa sœur toujours en chagrin dans les bras d'Elsa, il se rapproche lentement, ses mains tremblent, il est stressé, il ne sait pas comment s'y prendre.

Ryder : (il bégaie) Je… Je vais prendre la suite si tu veut bien.

Elsa sourit à Ryder, elle lui tend sa main, il ne sait pas trop, mais, après une légère hésitation, prend la main d'Elsa, et vient s’asseoir auprès d’Honeymaren.
La jeune fille regarde son frère dans les yeux, il lui tend ses bras en lui faisant un timide sourire, Honeymaren n’hésite pas à se blottir contre son frère, elle est fière de lui.

Elsa les observe quelques secondes, elle se relève et s’éloigne lentement d'eux, puis regagne le campement.
Yelena a tout vu, a ce moment elle est très fier d'Elsa, elle n'a plus aucun doute, elle a bien sa place parmi eux, elle a fait le bon choix.

Elle se rapproche doucement d'Elsa, tout en observant le frère et la sœur se consoler mutuellement.

Yelena : Cela fait deux ans que je veux voir ceci se produire.

Elsa : L'amour fraternelle ne peut être brisé, qu’importe l’épreuve a traverser.

Yelena : Je me souviens de la force exemplaire dont avait fait preuve votre sœur quand elle pensait que vous étiez…

Elsa : Morte ? Je sais.

Yelena : Quand elle a compris que vous aviez donné votre vie pour rétablir la vérité, elle n'a jamais perdu espoir. Et c'est l'amour qu'elle porte pour vous qui vous a sauvé. C'est le seul sentiment qui restera à jamais plus fort que la mort.

Elsa : Anna a toujours été plus forte que moi de ce côté-là, elle a toujours su trouver les mots justes, pour tout le monde.

Yelena : Comme beaucoup d'autres ici, Ils n'ont jamais connu le monde hors de la brume, je ne suis pas sûr qu’ils l’imaginaient si vaste… tant de choses à découvrir, et si peu de temps.

Yelena tend sa main au dessus de celle d’Elsa, elle lui donne une pierre, légèrement brillante, des cristaux bleus sont incorporez dans la pierre, elle se met a briller plus forte encore, une fois dans les mains d'Elsa, l’impression que sa magie se connecte à elle.

Elsa : Qu'est-ce que c'est ?

Yelena : Une pierre magique de la vallée. Elles sont rares et valent très cher, on me l'avait offerte lorsque j’étais petite fille, c'est ma grand-mère qui me l'a donné. Elle représente l'amour et l’âme. Elle me répétait sans cesse, n’oublie jamais qui tu es et pourquoi tu te bats. Pour quoi vous battez vous Elsa ?

Elsa : Je me bat pour la paix et l'amour.

Yelena : Je veux que vous la gardiez, c'est à mon tour de vous en faire cadeau.

Elsa : Merci Yelena mais… Je ne peux pas accepter, cette pierre doit être dans votre famille depuis toujours.

Yelena : Et elle y restera. Vous êtes de notre famille Elsa. Vous, votre sœur et vos amis, nos peuples sont unies et ceux qu’importe les futures épreuves que nous devront traverser. Nous les traverseront ensemble.

Elsa, un peu gênée, sourit à Yelena, qui s’éloigne, laissant seule Elsa.

Elle prend le temps d’admirer la pierre, elle brille de mille feux, d'un bleu éblouissant, Bruni aussi se montre intéressé, il grimpe sur le bras d'Elsa jusqu’à arriver sur la paume de sa main, ses yeux se reflète dans le bleu de la pierre, jusqu’à ce que les cristaux ne cesse de briller, comme par magie.

Elsa : Elle est belle hein ?

Elsa rentre dans sa yourte, les yourtes Northuldra sont composé de bois, assez hautes et assez spacieuse à l’intérieur, du moins un minimum, et cela, même si elle a été habitué au luxe ne dérange pas Elsa.

La reine Anna, c'est assuré que les Northuldra ne manquent de rien, vivres, confort… Arendelle prend tout en charge, on trouve dans la yourte d'Elsa, un hamac, qui sert de lit au Northuldra, ainsi que beaucoup de décoration, que se soit des mini sculptures de glaces confectionner par la reine des neiges ou des objets Northuldra, c'est un endroit semblant très chaleureux accueillant, et alors que la folle soirée des Northuldra est sur le point de commencer, Elsa crée un petit papillon de glace, destiné a Anna, un papillon que Bruni, en vain, essaye tant bien que mal d’attraper.

Le papillon poursuit sa route jusqu’à Arendelle, alors que Anna et Kristoff sont sur le point de s’endormir, le petit papillon entre par la fenêtre ouverte du balcon et vient chatouiller le nez de Sven surpris par le petit papillon, Olaf quand à lui est déjà endormi, plongée complètement dans ses rêves.

Olaf : J'aime quand tu es la, avec moi… Mmmh, prend moi dans tes bras… Ah. Samantha (il se met à Ronflé).

Le papillon arrive sur le lit d'Anna et Kristoff, et vient se poser sur l'oreiller de la souveraine d’Arendelle qui semble avoir du mal à s’endormir.

Ce qui n'est pas un problème du côté de Kristoff, le prince ronfle, Anna préfère ne pas le réveiller, elle attrape le papillon, le met dans la paume de sa main, avant que celui-ci ne se transforme en petits copeaux de glace.

Anna : (Parle tout bas) À demain Elsa.

La reine retourne dans ses pensées juste avant de s’endormir, attendre demain.





La suite dans le chapitre 3 - "Retrouvailles"
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Ven 29 Jan 2021, 20:06
Et voilà le Chapitre 3, j'espère que vous prendrez plaisir à le lire  Smile  :



ACTE 1 – Chapitre 3 :
Retrouvailles





Le jour se lève sur Arendelle, les rayons du soleil viennent doucement éclairer le doux visage encore endormi de la reine Anna, la lumière des rayons éblouit ses yeux, ce qui semble l’a dérangé, elle se tourne du côté de Kristoff, mais, se souvient que c'est aujourd’hui le jour de la semaine qu'elle attend le plus, celui où elle passe du temps avec Elsa, celui où elle peut oublier ses pensées négatives sur son devoir de reine d’Arendelle.

Anna ouvre grand les yeux et se relève très rapidement dans son lit, avec un grand sourire et les cheveux toujours autant emmêlés, elle secoue Kristoff qui est toujours profondément endormi, ce qui fait sursauter le prince, pensant que quelque chose de grave est en train d’arriver.

Kristoff : (il sursaute) Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ?

Anna : Debout la marmotte, on est Vendredi, ca va être une magnifique journée. (dit la reine en laissant exploser sa joie).

Ce qui ne manque pas de fâcher Kristoff, qui se saisi de son oreiller, puis retombe dans le lit et vient mettre ce dernier sur son visage, toujours à moitié endormi.

Kristoff : Anna ! T’exagères. (il soupire).

Anna, à cet instant, oublie totalement son titre de reine et accourt déjà dans les couloirs du château d’Arendelle, en laissant complètement son autre personnalité prendre le dessus.

Elle salue tous les domestiques qu'elle croise jusqu’à tomber sur Kay qui vient la stopper net dans sa course au moment où elle vient lui rentrer dedans, ce qui la fait, au vu de la morphologie du domestique, comparé à celui de la reine, rebondir et immédiatement chuté sur ses fesses.  
Kay : (se retourne, surpris) Oups, veuillez m’excuser votre majesté. Mais ou diable courrez vous comme ca ?

Anna : Kay ? Navré, je ne vous avais pas vu. Vous savez quel jour nous sommes ? (lui demande t'elle avec un air enfantin).

Kay : Eh bien, nous sommes Vendredi, c'est le premier jour du printemps et le temps dehors est magnifique.

Anna : Mais encore ? (lui demande t'elle toujours avec ce même air).

Kay : La Reine… Veuillez m’excuser… votre sœur Elsa, vient aujourd’hui à Arendelle, comme chaque vendredi, nous rendre visite.

Anna : Ca va être une super journée Kay.

Kay : (il lève les yeux au ciel) Oui. Vous le dites à chaque fois.

Anna, avec l'aide de Kay, se relève très rapidement, et commence déjà à avancer jusqu’aux Portes menant à l’extérieur du Château, pour se rendre dans le village d'Arendelle a la rencontre du peuple comme chaque vendredi matin, mais est vite interrompu par le Domestique.

Kay : Excusez-moi Votre Altesse, mais ou vous rendiez vous ?

Anna : (elle se retourne vers Kay) Je sort dans le village, comme chaque vendredi.

Kay : Avec vos chaussons et votre robe de chambre ?

Anna : (elle est gênée) Ah… Exact, je vais peut-être aller m’habiller.

Kay : Oui il est préférable, je pense, et peut-être… Vous coiffez… À la même occasion.

Anna : (elle met ses mains dans sa grande touffe de cheveux) Oh mon dieu… vous avez raison, je vais aller m’occuper de ça immédiatement.

Kay : Je vais prévenir Gerda, pour qu’elle vous aide à vous préparer.

Anna : Je vous remercie Kay.

La reine se sent un peu honteuse au moment de retourner dans sa chambre, elle fait un petit geste de la main à tous les domestiques du château tout en leur laissant un petit sourire gêné, tous la dévisage et se demande ce qui à bien plus, encore, passez par la tête de la reine ce matin de si bonne heure.

Anna se rend compte qu'elle a agit comme une enfant, elle s'en excuse, ce n’est pas digne d'une reine, elle attend tant Elsa chaque semaine qu'elle en vient parfois à perdre le contrôle d'elle-même, ce qui pour son image, ne présage rien de bon.

Après avoir pris le temps de se préparer, et chanter l’arrivée d'Elsa, la Reine Anna prête à sortir, cette fois-ci en tenue royale se rend aux portes menant à l’extérieur du château, elle a choisit pour l’occasion, une robe aux couleurs printanière pour fêter l’arrivée du printemps dans Arendelle, une longue robe de type dentelle, d'un vert Jade, et des motifs de feuilles et d'arbre d'un vert impérial ainsi que quelques touches de mauves, sa couleur préférée, pour venir embellir sa tenue.

Elle choisi une coiffure basique mais royale, avec une raie sur le côté, et un petit chignon, une coupe similaire a celle de son couronnement il y a quelques mois et celui d'Elsa il y a près de quatre ans, un symbole qui rend également hommage à leur mère, Iduna.

En arrivant dans la cour du château, Anna est saluée par la garde d’Arendelle, et évidemment par le général Mattias, qui a refusé de rendre son épée et son bouclier pour rester aux services de la reine.

Mattias : Votre Altesse. (il s'incline devant la reine).

Anna : Lieutenant Mattias. Accepteriez-vous de m’accompagner dans le village et être mon garde du corps personnel durant cette promenade ?

Mattias : Avec grand plaisir, c'est un honneur Votre Altesse.  

Anna : Allons y. (lui sourit t'elle avec hâte de rendre visite aux habitants).

Les portes menant au village s'ouvrent à la demande de la reine, Anna et Mattias, traverse ensemble le grand pont menant dans le village d'Arendelle.

Au balcon de la chambre, Kristoff, toujours en pyjama, avec son fidèle meilleur ami Sven, regarde Anna, l'air fier de ce qu'il a accompli.

Kristoff : Ta vu ça mon vieux ? As-tu déjà vu pareille beauté en ce monde ?

Kristoff regarde Sven dans les yeux, ce que vient faire bêtement le renne à son tour.

Kristoff se met à imiter, comme il aime le faire en général, la voix de son fidèle ami.

Kristoff : (imite Sven) C'est bien vrai ma foi, un vrai petit veinard. (reprends sa voix) t’inquiètes pas, un jour toi aussi t'en trouvera une à ton goût… Une renne pour toi. (il rit de sa propre blague et vient lui gratter le dessus de la tête, chose que Sven adore).

Pendant ce temps, dans la forêt, au campement des Northuldra, Elsa se prépare pour le rapide voyage qui l'attend jusqu’à Arendelle, elle choisie d’enfiler sa robe préférée pour l’occasion, cette même robe qu'elle a créé dans Athohallan, représentant sa vraie nature, elle laisse ses cheveux Détachées, et pose dans sa grande yourte , sa tenue Northuldra.

Elsa fait appel au Nokk qui sort instantanément de la rivière, déjà prêt au voyage, il a hâte de se dégourdir les pattes, et il le montre en venant lui tourner autour jusqu’à s’incliner devant elle, Elsa se rapproche de lui et vient coller son front contre celui du Nokk, ce qui le gèle momentanément.

Elsa : Prêt ?

Bruni, semble d’humeur à accompagner Elsa aujourd’hui, chose qu’elle ne peux lui refuser, surtout lorsqu’il fait ses yeux ronds, il sait comment obtenir ce qu'il veut.

Elsa : Allez grimpe. (elle le fait monter sur ses mains) Et pas de bêtises, d’accord ?

Bruni se roule sur lui-même dans les mains d'Elsa pour montrer, à sa façon, qu’il a compris la consigne, ce qui fait toujours autant sourire la reine des neiges, qui s'amuse à lui chatouiller le ventre, ce que la petite salamandre adore.

Elsa : (Bruni fait rire Elsa) Trop mignon.

Elsa installe Bruni sur son épaule, et monte sur le dos du Nokk, prête à partir, mais elle est brièvement retenue par Honeymaren, venant la remercier pour ce qu'elle a fait pour elle la veille.

Honeymaren : Elsa ?

Elsa : Honey. Tu vas bien ?

Honeymaren : Oui. Je tenais juste à te remercier pour hier. Pour ce que tu as fait pour moi et Ryder.

Elsa : (Honeymaren lui donne le sourire) C'est normal. J’espère que ça vous a permis de vous sentir mieux, tout les deux, je n'ai jamais vraiment pris l’habitude de consoler quelqu’un, c'est le rôle de ma sœur en général. (en rigole t'elle).

Honeymaren : Oui, c’est difficile mais tu avais raison, c'est de cette façon que l'on doit affronter le chagrin. Merci Elsa. Est-ce que je peux te poser une question ?

Elsa : Je t’écoute.

Honeymaren : Est-ce que c'est grand Arendelle ? Je veux dire, à quoi cela ressemble t'il ?

Elsa : Et bien… tu le découvrira bientôt.

Yelena : (la cheffe surprend les deux amies qui ne l’avaient pas vu arrivé) Peut-être même très prochainement. Bonjour Elsa, vous voilà resplendissante. Comme je disais, les chances pour que nous nous rendions à Arendelle dans les prochains jours sont assez grande, c'est également notre engagement, envers la paix entre Arendelliens et Northuldra, bien que encore fragile, c'est en étant tous ensemble que nous la renforceront, en apprenant les uns des autres. Nous le ferions régulièrement si nous avions la possibilité d’aller aussi vite que vous.

Elsa : C'est un des avantages que je possède.  (plaisante Elsa).

Yelena : Je vous souhaite un bon voyage jeune fille, faite attention à vous.

Honeymaren : À demain Elsa.

Elsa salue Yelena et Honeymaren de la main avant de partir à toute vitesse, elle traverse le grand fjord qui borde la forêt pour rejoindre Arendelle, ce qui lui permet d’exploiter toute la vitesse du Nokk et se rapproche déjà à grand pas de l'Arenfjord, bordant le royaume d’Arendelle.

Anna n'a plus très longtemps à attendre, alors qu'elle est à la rencontre des habitants, Carlos, lui, est assis sur un banc, tout en observant la reine saluant les habitants et passer du temps avec eux, il donne l’impression d’attendre quelqu’un d’important, et à la différence d'Anna ce n'est certainement pas Elsa.

Ce qui semble arriver, un homme, assez grand, semblant assez corpulent, de larges épaules, vêtu d'une tunique de vagabond noir et d'une capuche sur la tête, comme s'il voulait garder son identité secrète, prend place à côté de lui.

Chacun regarde de son côté, être sûr de ne pas attirer les soupçons, c'est une conversation des plus étrange qui commence entre les deux hommes.

Inconnu : Vous avez ce que je vous ai demandé ?

Carlos : Elle a signé le document, vous aviez raison elle agit avant de réfléchir, et sa sœur sera bien présente aujourd’hui, elle revient tout les vendredi semble t'il pour passer une journée ensemble, elle en revanche, pourrait nous causer des problèmes.

Inconnu : Bien, très bien, laissons les profiter… Pour l’instant. Sa grande sœur ne nous causera aucun problème si l'on se charge d'elle avant.

Carlos : nous ?

Inconnu : Vous le comprendrez bien assez tôt, il semblerait qu'une de leur vieille connaissance aussi, est l’envie de les revoir, il se montre très impatient d’ailleurs. (il rigole).

Carlos : Et… Concernant notre accord ?

Inconnu : Vous serez payé quand je serai sur le trône, d'ici la, tâcher de suivre mes instructions à la lettre.

Carlos : Bien monsieur.

Inconnu : Une dernière chose. Si vous vous faites démasquer, notre accord ne tient plus.

Carlos : Rassurez-vous, personne ne saura.

L'homme mystérieux se relève lentement, et s’éloigne en toute discrétion, à ce moment précis, Carlos regarde la reine Anna, entourée des habitants d’Arendelle, la lueur dans ses yeux change, il sait qu'il est en train de trahir le royaume, il semble s'en vouloir, difficile de croire qu'il pourra se le pardonner un jour, il doit avoir une bonne raison d'agir ainsi et l’argent, n’est probablement pas sa seule motivation.

La reine Anna est entourée de dizaines de personnes autour d'elle, venues l’accueillir, avoir cet instant de plaisir d’être au côté de la souveraine, chacun semble avoir des questions pour elle et Anna s'efforce d'y répondre du mieux qu'elle le peut.

Habitant : Votre Altesse, accepteriez-vous de répondre à certaines de nos questions ?

Anna : Euh… Et bien, je me ferais un plaisir d'y répondre.

Habitant : Cela va faire six mois que vous êtes devenu reine, est ce que ce titre vous plaît où non ?

Anna : J’aime mon royaume, je vous aime tous et je m’efforce de prendre les bonnes décisions jour après jour pour vous le montrer.

Habitant : Quel avenir imaginez-vous pour Arendelle ?

Anna : Un avenir brillant, faire en sorte de continuer de prospérer ainsi, mais avant tout s’occuper de l'instant présent.

Habitant :  Votre sœur vous manque t’elle ?

Anna : Je… Je ne sais pas quoi vous répondre, désolé, je n'ai pas à répondre à ce genre de question personnel.

Habitant : Et…

Anna : (coupe la parole à l'habitant sur le point de poser une question) Je n'ai plus le temps de répondre à vos questions, je suis désolé, mais j'ai d'autres personnes à rencontrer… Veuillez m’excuser, cependant ça ma fait plaisir de discuter avec vous, je vous remercie.

La question de l’habitant sur Elsa lui rappel chaque jour où elle n'est pas là, Anna préfère ne plus répondre à la moindre question, pour éviter de dévoiler sa vulnérabilité et son incertitude aux habitants entourant la reine.
Les questions s’enchaînent de plus en plus vite, malgré le fait que la reine est refusée d'y répondre, elle est rapidement dépassée par l’enchaînement de toutes les questions auxquelles elle doit faire face au point que le général Mattias est obligé de demander à tout le monde de s’écarter pour la laisser respirer.

Mattias : Écartez-vous, allez, ne m’obliger par a répéter. On s’écarte j'ai dit. Plus de questions pour le moment. (il se tourne vers Anna)  Tout va bien Votre Altesse ?

Anna : Oui, ne vous en faite pas pour moi Mattias, je vais bien.

Tous s’écartent, alors qu'elle relève la tête après avoir repris son souffle, Anna aperçoit un jeune garçon, l'air triste, assis sur un banc, sans personne à côté de lui, elle s’empresse de le rejoindre pour comprendre ce qui le tracasse.

Le jeune garçon, est vêtu d'un vieux maillot rouge, tâcher, d'une veste noire trouée, d'un pantalon gris bien trop grand pour lui et de chaussures pleines de boue, il donne l’impression de ne pas s’être changé depuis longtemps.

Il a le teint pâle, les yeux de couleurs marron, les cheveux assez gras, de couleur auburn et décoiffé, il est de corpulence moyenne pour un garçon de son âge.

Anna se rapproche lentement et s’agenouille devant le jeune garçon, qui essaie de fuir la jeune reine du regard.

Anna : Bonjour. Comment t’appelle tu ?

Aucune réponse ne vient de la bouche de l’enfant, il continue de fuir le regard de la reine, Anna essai alors une approche plus amicale en venant s’asseoir à ses côtés pour éviter d'apeurer le jeune garçon.

Anna : Tu ne veut pas me dire ton nom ? Je ne t'y force pas alors. Tu est tout seul ? Où sont tes parents ?

Enfant : (hausse les épaules).

Anna : Ils doivent s’inquiéter. Tu es perdu ?

Enfant : (secoue la tête pour dire non).

Anna : Je ne peut pas savoir ce qui te tracasse si tu ne me dis rien, tu es avec des amis ?

Enfant : N…Non.

Anna : (elle sourit au jeune garçon) J'ai cru que tu avais avalé ta langue. Dit moi où sont tes parents ?

Enfant : Parti.

Anna : (elle est surprise par la réponse du jeune garçon) Comment ça parti ? Parti où ?

Enfant : (hausse les épaules) je vis avec mes grands-parents.

Anna : Je voit. Et pourquoi tu est tout seul ?

Enfant : (hausse les épaules).

Anna :  Tu ne joue pas avec tes amis ?

Enfant : J'en ai pas.

Anna : Oh… Excuse moi, je ne le savais pas. (elle lui tient la main) Et bien, sache que tu en as une maintenant. Alors qu'est-ce que tu veux faire ? Je t’écoute.

Enfant : (il regarde enfin Anna dans les yeux) Je ne sais pas, j'ai toujours voulu faire une bataille de boule-de-neige, mais c'est un peu tard maintenant, j'ai jamais eu l’occasion d'en faire une.

Anna : (elle sourit au jeune garçon) Ça tombe bien, je connais une personne qui pourrait arranger ça. En attendant, que dirais-tu de manger quelque chose ?

Enfant : (Hoche la tête pour dire oui).

Ils se lèvent ensemble du banc, Anna prend le jeune garçon par la main, bien qu'il se montre encore distant avec elle, Anna a réussi a gagner sa confiance et l'emmène à la confiserie de Berg, une petite confiserie au centre du village d’Arendelle, qui propose toutes sortes de bonbons, gâteaux et chocolats, incontestablement la boutique préférée des enfants.

Anna : Il faudra que je te présente quelqu'un, je suis sûr que vous allez très bien vous entendre. Lui aussi adore la neige.

Enfant : Henry.

Anna : Que dit tu ?

Enfant : Quand tu m’as demandé comment je m’appelais. Je m’appelle Henry.

Anna : Et bien Ravi de te rencontrer Henry. Moi s'est Anna, reine d’Arendelle, mais ça, tu dois déjà le savoir. (en plaisante t'elle).

Ils sont rejoint par Mattias, qui est resté en retrait, le temps que la reine s’entretienne avec le jeune garçon, elle le remercie d’ailleurs d'un petit geste de tête d'avoir agi ainsi.

Mattias : Et dit moi Henry, qu'est ce que tu veux faire plus tard ?

Anna : (elle rit de la question du lieutenant) Je pense que c'est encore un peu trop tôt pour ça lieutenant Mattias.

Henry : Je veux être comme vous, lieutenant. (s'en amuse-t-il).

Mattias : C'est un très bon choix.

Alors qu’ils poursuivent leur chemin ensemble, Olaf, pendant ce temps, fidèle à lui-même, observe la splendeur du ciel, allongé dans l’herbe, derrière la cour du château tout en profitant du soleil de ce premier jour de printemps.

Olaf : Qu’il est beau le ciel… Son bleu apaisant, son soleil brûlant, ses drôles de nuages de toutes les formes. Tient-on dirait une souris celui-là. (il réfléchit) Je l'ai déjà vu quelque part cette souris…Oh ça va sûrement me revenir.

Une légère brise de vent vient déranger Olaf, en lui tournant autour, ce qui interroge le bonhomme de neige qui relève la tête, légèrement inquiet.

Olaf : C’était quoi ça ?... Oh sûrement le vent.

Olaf se recouche dans l'herbe, le sourire béat, mais est de nouveau embêté par cette même brise de vent, il se relève immédiatement, le corps tremblant.  

Olaf : Samantha ?

Gale vient instantanément entouré Olaf en l’emportant dans les airs avant de le reposer tranquillement au sol comme à son habitude, prévenir de son arrivée à sa manière, ce qui fait toujours bien rire Olaf.

Olaf : Gale ? C'est toi. (il se montre soulager) Tu m’as foutu une de ses frousses. Hey, faut pas faire ça, tu sais, c'est fragile le cœur d'un bonhomme de neige. D’ailleurs, je me suis toujours demandé si j'en avais un. (s’interroge-t-il).

Gale semble suivie de très près par le Nokk, traversant l’Arenfjord, Elsa a en vue le royaume d’Arendelle, elle arrive enfin, Bruni quant a lui, voit le royaume pour la toute première fois, il semble instantanément émerveillé par ce qu'il voit, comme à son habitude.

Les gens se réunissent depuis les quais d'Arendelle, observé l’arrivée d’Elsa, chevauchant le Nokk, toujours un magnifique spectacle offert par la reine des neiges, l'allure du Nokk commence à ralentir, Elsa est arrivé à Arendelle.

Anna comprend rapidement que sa sœur est arrivée, au vu de la foule, cela ne fait aucun doute, elle envoie Mattias accueillir Elsa et s’approche d'Henry, toujours en train de déguster ses chocolats offerts par la reine, elle s’agenouille devant lui et prend sa main, pour ne pas lui faire peur, sachant qu'elle sent Henry toujours un peu distant avec elle, ce qu’Anna peut comprendre.

Anna : Est-ce que tu connais ma sœur ?

Henry : (Secoue la tête pour dire non).

Anna : Tu ne l'a jamais vu auparavant ?

Henry : Seulement aperçu plusieurs fois, mais on te voyait plus qu'elle avant, et elle était nettement moins à l'aise que toi avec les gens, ça se voyait.

Anna : (elle sourit à Henry) Elle avait un emploi du temps chargé quand elle était reine, tu sais, ce n’était pas sa faute.

Henry : Pas toi ?

Anna : Disons que j’essaie de me rendre le plus disponible possible, c'est pour ça que lorsque j'ai du temps libre, je préfère le passer avec les gens.

Elsa arrive, accueilli par tout Arendelle, elle descend du Nokk qui disparaît instantanément dans l’Arenfjord, tous sont en joie de revoir l’ancienne reine d’Arendelle leur rendre visite comme chaque vendredi, elle apprécie le fait que les gens ne l’oublie pas, qu’ils se souviennent ce qu'elle représente pour eux, et ça, Elsa ne l’oublie pas non plus, même si elle ne vit plus au château, chaque fois qu'elle revient, elle est également ému de leur dire au revoir quand elle repart vers la forêt, son lien avec Arendelle, comme celui qui unis les deux sœurs, jamais ne mourra.

Elsa : Bonjour, vous allez bien ?

Elsa prend le temps de saluer les Arendelliens qui l’entourent, des moments, comme elle les apprécient.

Bruni, lui, est un peu effrayé, mais il est rassuré par Elsa qui le prend dans sa main, et vient délicatement lui caressé le dos, un signe d’affection qui montre qu'il n’a pas à s’inquiéter.

Elle tombe sur Mattias, présent pour l’accueillir, chose qui surprend légèrement Elsa, d’habitude instantanément accueillie par Anna.

Elsa : Mattias ? Bonjour.

Mattias : Elsa, ravi de vous revoir.

Elsa : Ma sœur vous envoie me conduire au château ?

Mattias : À vrai dire je suis ici en tant que garde du corps personnel de la reine, (regarde partout) mais je suis pas sûr… elle devrait être par là. Elle est rapide, je n'ai plus mes jambes d’autrefois…

Elsa : Et si on allait la chercher ensemble ? (lui sourit t'elle).

Mattias : Avec plaisir, elle ne devrait pas être très loin.

Mattias n’a pas tort, alors qu'ils commencent à avancer, Anna les a trouvées la première, la lueur dans les yeux d'Anna quand elle aperçoit enfin Elsa donne l’impression qu'elle ne l'a pas revu depuis ces six derniers mois.

Anna : Elsa !!!

Elsa : Anna.

Anna accourent vers Elsa, qui lui tend les bras, les deux sœurs s’enlacent comme si elles ne s’étaient pas vues depuis longtemps, un moment magnifique qui ne manque pas d'émouvoir les Arendelliens tout autour d'eux et également le général qui laisse une malencontreuse larme lui échapper, les voilà enfin réunis pour ce jour.

Elsa et Anna : (se retournent vers Mattias) Est-ce une larme général ?

Mattias : (il vient essuyer la larme coulante le long de son visage avec son doigt) Oh ça ? Une poussière dans l’œil, rien de plus.

Après un tendre regard entre les deux sœurs, Elsa aperçoit le jeune garçon accompagné par Anna, elle s’agenouille devant lui pour essayer de mieux le connaître.

Elsa : Bonjour. (elle sourit à Henry).

Anna : Elsa, je te présente Henry, nous avons fait connaissance aujourd’hui. Pas vrai Henry ?

Henry :  (secoue la tête pour dire oui).

Elsa : Je suis ravi de te rencontrer Henry.

Henry : C'est vrai que tu peux faire tomber la neige ?

Elsa : (elle regarde Anna qui lui lance un petit regard coupable) euh… Oui, on peut dire ça.

Anna : Henry rêve de faire une bataille de boule-de-neige, je lui ai dit que tu pourrais arranger ça.

Elsa : Il y a eu beaucoup de neige cet hiver, tu n'en as pas fait avec tes amis ?

Henry : (hoche la tête pour dire non) il est cool ton lézard, je peux le caresser ?

Anna fait un petit geste de tête à Elsa pour lui faire comprendre que Henry n'a pas d'amis avec qui jouer, ce qui l'a fait se sentir un peu gêné, elle ne sait quoi lui dire pour s’excuser sans le vexé.

Henry rapproche sa main de Bruni pour essayer de le caresser, la petite salamandre se montre craintive, il ne connaît pas le jeune garçon.

Elsa : (elle ne se montre pas rassurer) Fait attention.

Bruni se laisse finalement approcher, Henry arrive à lui caresser le dessus de la tête, ce que semble tout particulièrement apprécié la petite salamandre.

Elsa : (elle est surprise) Pour être honnête, je ne pensais pas qu’il se laisserait approcher…

Anna : (elle se montre interrogative envers Henry) Et ou sont ton papi et ta mamie ?

Henry : Ils ne sortent jamais.

Elsa : Ou habites-tu ?

Henry : Heu… La bas (il montre une petite maison légèrement isolé du reste du village).

Elsa et Anna en compagnie de Henry, retournent ensemble en direction du château, suivi de près par Mattias.

Elles sont de nouveau réunies pour ce jour, c'est une belle journée qui peut enfin commencer, une journée qu’Anna, avec impatience, a attendu.

l'homme mystérieux, quant à lui, observe attentivement les deux sœurs, mais de qui s’agit t'il et Pourquoi convoite t'il le trône ?

Personne, actuellement, ne s'en doute, mais le royaume d’Arendelle court un grand danger, et le trône plus que jamais, est menacé.




La suite vendredi prochain dans le Chapitre 4 : Le nouvel ami d'Olaf.[/b]


Dernière édition par Vinc le Dim 21 Fév 2021, 17:58, édité 1 fois
Frantzoze
Frantzoze
Légende du Royaume
Masculin Messages : 3577
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 33
Localisation : Où se trouve Ansa

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Lun 01 Fév 2021, 20:27
Bon j'ai laissé passer les deux premiers chapitres suivants pour voir un peu comment ça évoluait...

Je vais reprendre ma casquette prof pour essayer de voir ce que l'on peut penser de ce texte.
Avant toute chose je rappelle, c'est un avis, et pas même l'avis général d'enseignant et je laisse volontiers @Ansa ou même pourquoi pas @Yokill2B apporter leur propre reflexion et me contredire le cas échéant. Je n'ai pas la science infuse et ce que je dis n'est pas parole d'Evangile (et les deux vont kiffer de lire ça).
Pareil, "prof" ne veut pas forcément dire non plus qu'on écrit forcément bien ... La preuve les écrits de @Yokill2B sont pourris Razz (oui c'est méchant puéril, de mauvaise foi et gratuit... Mais je t'aime monsieur le Corse Razz )

Voilà, j'espère que ça aura fait sourire...Sinon bah faut mettre ça sur le côté, je suis un méga chieur et hyper lourd, auquel cas j'aurai fait honneur à ma réputation... Si ça a fait sourire...Faut se dire que c'est bien d'avoir un tonton moustache qui pique sur qui se défouler Very Happy


Bien après ce préambule, par où commencer?


Déjà, il est hors de question de comparer des écrits entre eux...A la rigueur évaluer tes chapitres pour regarder s'il y a une progression ou non, mais en aucun cas avec les autres narrations... Car de toute façon, ça n'est pas forcément comparable et de toute façon, sans intérêt, il est plus intéressant de regarder une narration au travers de son auteur.

Pour ta narration, ce qui va pour le coup m'interesser c'est voir comment tu vas t'en sortir et aussi comment tu vas évoluer.


Je vais commencer par du positif.

1. Tu as envie d'écrire

Et ça c'est LE plus important! Et jamais il ne sera question de décourager qui que ce soit dans ce projet. S'il n'y a pas la volonté. Au mieux tu es naturellement doué pour rédiger et tu feras au mieux quelque chose de passable mais rapidement se sentant comme sans saveur particulière et surtout, sans aucune perspective d'évolution positive. Et il est bien plus interessant de lire un texte, très faible qui va évoluer positivement vers quelque chose de mieux qu'un texte qui sera sans ame.
Toi on sent bien que tu as envie de faire quelque chose, que ça te plaît et c'est le plus important.

2. Tu prends en compte les critiques et conseils

Autre ENORME qualité, et ça n'est pas donné à tout le monde. Si on te dit quelque chose, et ça a pu se vérifier après ton prologue tu essaies de changer, de prendre en compte et surtout tu réagis de manière positive à des propos qui, soyons honnêtes ne sont pas agréable à lire ou à entendre. Quand on présente un travail pour lequel on a mis du coeur, pour lequel on a passé du temps, recevoir en retour du négatif est toujours délicat à accepter, tous n'en sont pas capable (et je me place clairement dans le lot... D'ailleurs je ne serai pas d'archi mauvaise foi si j'étais capable de tout accepter facilement).
Cela va permettre de te proposer des éléments, pas forcément agréables mais qui n'auront qu'un but (en tout cas chez moi ça sera le cas, et j'ai de bonnes raisons de croire que si quelqu'un d'autre te propose un avis ça sera dans le même objetif), te faire progresser.


3. Tu essaies de mettre en place ce qui t'a été dit

Enfin dernière qualité, qui découle de la seconde, non seulement tu acceptes, mais tu agis pour suivre les conseils. Ca s'est vu avec la mise en page soignée, un effort relatif vis à vis de l'orthographe.


4. Tu veux (et tu vas j'en suis sûr) progresser!

La encore conséquence de la qualité précédente et je prends l'exemple de l'orthographe. Je vais être honnête, pour l'heure ton texte est encore handicapé grandement par un orthographe très approximatif. Mais je ne vais pas revenir en détail dessus, ça a déjà été fait et tu as souhaité déjà agir, avec un outil de relecture notamment et, il y a un mieux de toute manière.
Plus important que la bonne maîtrise ou non, c'est surtout cette évolution qui est importante et pour ça tu as fait un progrès ce qui forcément en appellera d'autres.



Le positif s'arrêtera là ... Ca peut sembler démotivant car là je ne parle jamais du fond ou de la forme de l'histoire, cela peut sembler frustrant et je le comprends MAIS, ces qualités positives sont essentielles pour permettre à un texte de s'améliorer.

Mon but là, ça va surtout être de pointer quelques éléments (pas tout car tout améliorer d'un coup, ça n'est pas possible, il faut le faire par étapes) et te proposer des pistes, là encore je le redis, je ne détiens pas la vérité absolue. Je les donne au déboté, sans avoir hiérarchisé les idées.


1. Le style

Tu as présenté au départ ta volonté de faire dans le style théâtral. Mais pour l'heure ça n'est pas le cas.
Tu as une dominante de dialogues certes
Tu proposes quelques didascalies certes
Tu offres une présentation avec le nom des personnages
Mais ça n'est pas ça qui fera le style théâtral.

Attention je vais rester sur du très basique et même oserais-je le dire, simpliste voir profane et encore une fois, je laisse volontiers la main à la prof de lettres @Ansa ou l'ancien prof de français @Yokill2B

Si tu veux être dans ce style, il faut que tu restes dans le même décor sans proposer de petits bons dans le temps (ou alors c'est que tu changes de scène) ...Une scène= un tableau et surtout pas de narration, sauf si c'est pour donner une précision sur le langage corporel, sur des déplacements

exemple:

Anna : Elsa !!!

Elsa : Anna.

Anna accourent vers Elsa, qui lui tend les bras, les deux sœurs s’enlacent comme si elles ne s’étaient pas vues depuis longtemps, un moment magnifique qui ne manque pas d'émouvoir les Arendelliens tout autour d'eux et également le lieutenant Mattias qui laisse une malencontreuse larme lui échapper, les voilà enfin réunis pour ce jour.


ANNA: (folle de joie) Elsa!!
ELSA (apparaît de l'autre côté): Anna!!!

Les deux soeurs courent l'une vers l'autre pour se sauter dans les bras et s'étreignent

ANNA: Oh Elsa tu m'as tellement manquée!!!
...


Dans ce micro exemple, ma "narration" ne sert qu'à aiguiller le lecteur à comprendre le déroulé de la scène qu'il pourrait aisément comprendre s'il était dans la salle. Là je lui propose par mes indications de visualiser mentalement la scène pour se plonger dans l'histoire.

Toi ce que tu proposes ça n'est pas seulement ces indications mais tu entrecoupes ton texte de passages narratifs. Pour le coup cela rend le texte hétéorgène et donne l'impression que tu ne sais pas trop ce que tu veux.
Peut être que dans un premier temps tu pourrais te contenter d'avoir un dialogue type théâtre comme tu fais mais que tu vas entrecouper de passages narratifs plus long qui transformerait ainsi ta scène en un découpage de plusieurs "micro scènes" séparées toutes par une narration permettant au lecteur de comprendre qu'il passe d'un plan à un autre.
Cela rendrait le texte déjà plus fluide et faciliterai la compréhension...De même au niveau de a forme, pourquoi ne pas mettre ces passages en italique pour les rendre visuellement plus repérables.
Du coup cela te "forcerait" à proposer des passages narratifs peut être moins nombreux mais un peu plus longs. Ce qui ressort dans tes textes c'est que tu cherches à les éviter car on a le sentiment que tu penses ne pas savoir les faire donc c'est vraiment une stratégie de "surtout faut que j'évite d'en proposer"

Autre élément, les didascalies. Elles ne doivent pas apparaître à la fin de la réplique mais toujours au début, à la rigueur en milieu de réplique s'il y a un changement.

Exemple:

Mattias : À vrai dire je suis ici en tant que garde du corps personnel de la reine, (regarde partout) mais je suis pas sûr… elle devrait être par là. Elle est rapide, je n'ai plus mes jambes d’autrefois…

Elsa : Et si on allait la chercher ensemble ? (lui sourit t'elle).

Pour le coup la première est bien... Le personnage parle, au milieu de sa réplique on a une information sur son jeu... Rien à redire.
La seconde en revanche, ça n'est qu'une fois la réplique lu (n'oublions pas qu'elle est jouée) que l'on a l'indication sur comment elle doit être interprêtée... Donc soit on a eu le pif et donc...elle ne sert à rien. Soit on s'est planté dans l'interprétation...ce qui est très dommageable pour du théâtre tout de même.
Autre chose, pour cette dernière, elle est écrite au passé simple "lui sourit-elle" ... Là c'est une rédaction d'un texte narratif, et non un style théâtral.

MATTHIAS: A vrai dire, je suis ici en tant que garde du corps personnel de la reine et... (regarde partout avec un visage inquiet) ... Je... Je ne comprends pas... Elle devrait être là!! Ah, la reine est rapide et hélas je n'ai plus mes jambes d'autrefois!
ELSA (amusée): Qu'importe, et si nous la cherchions ensemble?!
MATTHIAS (avec enthousiasme): Vous être trop bonne! (rougit aussitôt) Hum... Veuillez m'excuser je voulais dire... C'est très aimable de me proposer votre aide!


2. Le Scénario


La c'est un point plus problématique car une histoire qui n'a pas de scénario... Bah c'est traverser l'océan sans capitaine ... C'est possible, mais il n'est pas certain du tout que tu arrives à bon port et encore moins indemne!
Attention je ne dis pas que tu n'as pas reflechi à ton histoire mais est-ce que tu as pris le temps de faire un squelette? A bien te dire "ok alors dans ce chapitre je vais parler de ça, ça et ça..."
Cela ne ressort pas vraiment dans ton texte... On a l'impression que tu te laisses un peu aller au feeling. Ecrire au fil de la plume, c'est possible, mais c'est beaucoup plus casse gueule.
Du coup on a le sentiment que tu tâtonnes, que tu veux combler des manques et de fait tu te répètes souvent...
Cela se ressent aussi au travers de tes passages narratifs. Tu te sens "obligé" de nous étayer les élements déjà connus du spectateur grace au film ou pour proposer quelques banalités qui n'intéressent pas vraiment le lecteur, c'est le cas par exemple avec les explications sur les personnages au début du chapitre 2.... On sait qui sont les personnages, pas la peine de s'attarder quinze lignes dessus.


3. Le cliffangher


Alors c'est très bien le cliffangher et c'est gonflé de ma part de t'en faire le reproche vu que j'en suis personnellement très friand...

(...)mais de qui s’agit t'il et Pourquoi convoite t'il le trône ?

Personne, actuellement, ne s'en doute, mais le royaume d’Arendelle court un grand danger, et le trône plus que jamais, est menacé.

là on a l'impression de lire une bande annonce, il ne manque plus que le "ne manquez pas le prochain épisode la semaine prochaine"
...Mais jamais on te dira ça dans une pièce de théâtre... Tu vis la pièce c'est tout!
Et si tu es dans une narration, si ton narrateur est omniscient, il n'est pas besoin de le mentionner... Le lecteur le sait déjà et/ou peut le deviner. La comme il est de coutume tu viens (bon pas tout à fait de le briser) de fissurer le 4ème mur... Le texte s'adresse directement à nous... Pourquoi?...Cela n'a aucun intêret.
Si tu veux en faire une narration en guise de conclusion pourquoi pas, mais dans ce cas plutôt que de poser une question directement au lecteur, installe une ambiance par la description. Finalement c'est ce que tu as déjà fait avec la phrase précédente "l'homme mysterieux les observe..." c'est certes très laconique, mais suffisant. Pour rester dans le style théâtral, rien ne t'empêche de proposer un aparté ou une tirade en laissant l'homme mystérieux seul sur scène.

Exemple:

Elsa: Où habites-tu?
Henry: Euh...là bas...
Elsa: Et bien allons donc de ce pas saluer tes grands parents mon ami!

Les soeurs d'Arendelle quittent la place alors que l'homme mystérieux les observe et sort de l'ombre


Homme: (se frotte les mains) Mais oui mes toutes belles! Allez-y! Profitez donc de cette belle journée de printemps! Cela ne durera pas car bientôt...Votre trône sera à moi!



4. Relecture


Je ne vais pas insister sur l'orthographe et la syntaxe, je vais t'encourager à poursuivre tes efforts sur ce point pour continuer à l'améliorer. En revanche, peut-être au moment de te relire, essaie de le faire à haute voix.
Tu pourras alors trouver à l'oreille de nombreuses maladresses, te rendre compte que certaines phrases ne sont pas écrites correctement et surtout qu'il y a des répétitions
Un exemple, pris vraiment au hasard, peut être pas le plus pertinent dans tes textes...


La question de l’habitant sur Elsa lui rappel chaque jour où elle n'est pas là, Anna préfère ne plus répondre à la moindre question, pour éviter de dévoiler sa vulnérabilité et son incertitude aux habitants entourant la reine.
Les questions s’enchaînent de plus en plus vite, malgré le fait que la reine est refusée d'y répondre, elle est rapidement dépassée par l’enchaînement de toutes les questions auxquelles elle doit faire face au point que le lieutenant Mattias est obligé de demander à tout le monde de s’écarter pour la laisser respirer.


4 lignes, 4 fois le mot "question"
Un passage narratif ... S'il doit y en avoir soit, mais prends le temps de décrire la pensée du personnage et aussi attention à la cohérence dans tes propos.
Ici tu dis qu'Anna ne veut plus répondre à aucune question pourtant ellle est toujours prompt à aller discuter avec ses habitants... Il faut donc une sacrée explication...D'autant qu'elle a déjà répondu de vive voix avant ce passage narratif.

Exemple:

Anna ne répondit pas, pendant quelques instants elle se ferma au reste de la population, elle souhaitait plus que tout se protéger, elle devait se montrer forte pourtant chaque rappel de l'absence de sa soeur était pour elle comme un coup de poignard dans le cœur! Heureusement, Elsa n'allait plus tarder et faire quitter les mauvaises pensées de l'esprit de la souveraine. Pourtant, en cet instant elle se sentait au plus mal d'entendre cette question qui revenait sans cesse.


--> Je propose ici une comparaison pour imager la souffrance du personnage et donc insister sur la douleur que peut représenter cette question pour le personnage, cela a une conséquence inattendue de la part d'Anna, elle d'ordinaire si ouverte et bavarde se ferme et, je me colle aussi à l'histoire... Elsa doit arriver dans quelques instants, cet état n'est donc que passager et est donc une petite flamme d'espoir pour la reine. Et dans ce petit passage, le mot "question" n'est utilisé qu'une seule fois.



Au déboté, l'histoire n'est pas dénuée de sens... L premier chapitre est très "plat" si je caricature on pourrait le résumer par "les persos vivent des journées normales" et par la suite "les persos vivent toujours des journées normales"
Néanmoins on a cet échange intéressant, entre des personnages "inconnus" et on comprend qu'ils vont être l'élément perturbateur, de fait leur mystère est intriguant... C'est amené simplement, mais c'est efficace, c'est l'essentiel.
On a aussi le nouveau personnage d'Henry, il est mystérieux mais ça en devient maladroit, tu souhaites le présenter comme réservé, pourquoi pas mais là ça se sent forcé.
Par contre j'ai vu ce personnage légèrement psycopathe...ça peut être pour le coup très intéressant.


Voilà... Ca fait BEAUCOUP de choses. Surtout continue à faire ce que tu aimes mais je te conseille vraiment de prendre ton temps pour soigner la relecture...Tu pourrais déjà améliorer plusieurs points en te posant un peu plus, ce qui rendra ton texte meilleur.

Courage! Wink

_________________
Frozen 3 - The King's Return  Sssq1010
Frozen 3 - The King's Return  11908710
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Lun 01 Fév 2021, 21:36
La narration c'est clairement la que c'est compliqué pour moi, la ou je doit encore progresser, c'est des passages difficiles, et comme tu t'en est douter quand je ne sais pas les expliquer, je fait beaucoup de répétition, certains sont assez bon mais d'autre hyper redondant (moi même je soupir à la relecture des fois) je cherche souvent mes mots de ce côté-là, raison pour laquelle j'essaie de les éviter à tout prix quand c'est possible, mais je commence à progresser clairement avec ça (ca se verra pas encore complètement au chapitre 4 ni même vraiment au chapitre 5 mais il y'a du mieux), ça l'ai d'autant plus avec une narration au présent... je n'ai pas choisi le plus simple, mais c'est aussi comme ça que viennent les progrès.

Pour la fin du chapitre 3, oui je sais ce n'est pas vraiment dans le style théâtrale, mais je me suis dit que c'est aussi un livre, quand je mentionnait un style théâtrale je voulais faire part des "dialogues" qui serait donc au cœur même de l'histoire, donc, peut être, me suis-je mal exprimer de ce côté ? Si c'est le cas je m'en excuse, car il y'aura d'autre chose dans ce style quand l'histoire démarrera vraiment.

Alors effectivement, et ça se voit, bien que je sais quoi raconter dans le Chapitre que je travaille (j'imagine toujours plusieurs scénario) je me laisse souvent guider, donc parfois le texte est amené à changer... je me dit "ah ouais ça c'est bien" donc je le raconte, car ça colle vraiment, mais sinon, la dessus, ne t'inquiète pas je sais exactement ce que je fais. Certe on est encore au début, faut lancer tout doucement, pas forcément simple, mais quand ça va commencer à bouger se sera différent.

Pour les didascalies, tu m'apprend quelque-chose, cela va m'inciter à revoir ou j'ai fait dans mes autres textes ce genre d'erreur, et ne pas les reproduire à l'avenir (oui il y'en à beaucoup).

Pour les petits bonds dans le temps, il est vrai que j'ai peur de faire, souvent, un texte trop long, alors je fait des petits sauts (comme dans un film), mais j'en prend note, je verrais quelle modification faire pour ça.

Dans tout les cas ça m'a fait plaisir de lire et les pensées positives pour m'encourager et les négatives pour m'aider à m'améliorer, et j'en prend bien sûr note pour la suite (bon le chapitre 4 plus ou moins écrit, il sortira en l'état avec quelques modifications comme les didascalies, mais c'est également le chapitre "comique" sans en abuser, de l'histoire si je puis dire, avant que le lancement n'arrive vraiment.





_________________
"Hoo-hoo" Frozen 3 - The King's Return  2013-o11
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Ven 05 Fév 2021, 19:22
Qui dit Vendredi dit aussi nouveau chapitre, donc sans plus attendre voici le chapitre 4 qui lance également la nouvelle mise en page et offre une meilleure narration, plus complète, plus travailler et vous offrira (je l'espère) un meilleur sentiment de lecture.  Smile



ACTE 1 - CHAPITRE 4 :
Le nouvel ami d'Olaf



Le groupe retourne, lentement mais sûrement, en direction du château d’Arendelle, Elsa et Mattias s’éloignent un temps de Anna et Henry, pour rendre visite aux grands-parents du jeune garçon, les prévenir de ne pas s’inquiéter pour leur petit fils, mais surtout pour les rencontrer.
Étonnement, Elsa semble douter de la sincérité d'Henry, elle a la sensation qu’il leur cache quelque-chose, elle préfère pour l’instant ne rien dire à Anna et vérifier par elle-même, avec l'aide du général Mattias, si, son intuition se révèle vraie ou si, au contraire, elle se trompe sur toute la ligne.


Elsa : (fait un petit geste de la main vers Anna) on vous rejoins, promis je ne serais pas longue.

Anna : (se tourne souriante du côté d'Elsa) où allez-vous ?

Elsa : ne t'en fais pas Anna, je vous rejoins très vite au château.

Anna : d’accord… (son sourire disparaît) À tout de suite alors.

Elsa et Mattias continuent d’avancer dans le village jusqu’à la demeure d'Henry, laissant Anna et le jeune garçon rejoindre le château ensemble, elle salue sur le chemin plusieurs villageois ravis de la revoir, elle prend le temps de discuter brièvement avec eux, jusqu’à arriver à destination.
Ils s’approchent enfin de la petite maison, légèrement isolée du reste du village, le général toc vivement à la porte, mais personne ne semble répondre, il tourne la poignée, mais la porte est verrouillé, ce qui ne manque pas d’inquiéter Elsa et Mattias.


Mattias : (se tourne vers Elsa) ils sont peut-être encore endormi.

Elsa : (inquiète) je n’aime pas ça.

Après un bref instant, alors qu’ils commencent à rebrousser chemin, un petit grincement de porte se fait entendre, quelqu’un leur ouvre, mais pour le moins surprenant, il ne s’agit ni d'une vieille femme ni d'un vieil homme, mais d'une villageoise, semblant beaucoup trop jeune pour être grand-mère, ce qui ne fait que renforcer les doutes d’Elsa à propos du jeune garçon.

Femme : (très étonné) Votre Altesse ?

Elsa : (se montre froide, ne laisse échapper aucun sourire à la jeune femme) bonjour, je suis venu vous dire de ne pas vous inquiéter pour Henry, il est avec nous, nous venions juste vous prévenir.

Femme : (interrogative) vous devez faire une erreur.

Mattias : il nous a pourtant dits qu’il habitait ici… (se tourne vers Elsa) Enfin je crois.

Femme : j’ai emménagé il y'a quelques semaines, mais je vis seule.

Elsa : connaissez-vous dans votre entourage un petit garçon nommé Henry ? Il vit avec ses grands-parents.

Femme : non. Je ne sors que très peu, Désolé.

Mattias : (regarde de nouveau vers la jeune femme) connaissiez-vous les anciens propriétaires ?

Femme : navré, mais non.

Elsa : (se montre déçu) d’accord. Je vous remercie.

Femme : bonne journée Altesse. 

La jeune femme referme lentement la porte de sa maison, Elsa se retourne brusquement, elle baisse la tête et regarde tristement vers le sol, sa crainte semble se confirmer, elle comprend que Henry a menti, elle est tout autant furieuse que triste au fond d'elle, mais elle essaie de ne pas le montrer de l’extérieur.

Mattias : (la regarde tristement alors qu'elle lui tourne le dos) que fait-on ?

Elsa : (le dos tourné à Mattias) on rentre, inutile de nous attarder ici.

Elle est pensive et ne comprend pas pourquoi le jeune garçon leur a menti à elle et Anna, le gênéral la regarde avancer à petits pas, s’éloigner de lui, la tête baissée.

Mattias : souhaitez-vous que je poursuive les recherches de mon côté ? Peut-être nous trompons nous... (regard attristé) Elsa ?

Elsa : (se tourne vers Mattias, le regard abattu) comment ? Euh… Oui, si vous le souhaitez. Merci Mattias.

Elle s’empresse de rentrer au château pendant que Mattias, hésitant quant à l’idée de laisser seul l’ancienne reine continuer sa route vers le château, continu les recherches de son côté, elle est très remontée contre le jeune garçon, mais aussi contre Anna, elle estime que sa sœur s'est lié trop vite à lui sans même le connaître, une erreur qu'elle à, par le passé, déjà produit.


Pendant ce temps, Kristoff, qui doit encore s’habituer à sa vie de prince, et à sa nouvelle mode vestimentaire, fait un peu de rangement dans la petite bibliothèque du château, pour une fois, sa procrastination n'aura pas pris le dessus sur lui, il est aidé par Gerda, ravi d'aider le jeune prince, quelque peu débordé par la tâche.

Gerda : (très souriante) nous rangeons toujours les livres par ordre alphabétique, cela nous permet de retrouver plus facilement un livre en particulier, c'est de la façon dont tout est rangé ici.

Kristoff : (se tourne vers Gerda) le T est avant ou après le U ?

Gerda : (se tourne souriante à son tour du côté de Kristoff) c'est la lettre juste avant le U, (interrogative) vous ne connaissez pas votre alphabet ?

Kristoff : c'est bon à savoir. (répare son erreur en échangeant la place des deux livres) Bien sûr que si… Enfin une bonne moitié.

Elsa, enfin arrivée au château, toujours aussi pensive, avance pas à pas dans le couloir et entend des voix en provenance de la petite bibliothèque qu'elle reconnaît instantanément, elle s’approche de la pièce pour saluer le jeune prince et la domestique du château.

Elsa : (toc doucement à la porte grande ouverte, pour prévenir de son arrivée) bonjour Gerda, vous allez bien ?

Gerda : (se retourne, souriante, vers Elsa) Elsa ? Ravi de vous voir, vous étiez très attendu ce matin.

Kristoff descend rapidement du tabouret sur lequel il est monter pour ranger les livres en hauteurs et, de peu, manque de trébucher, il court enlacer Elsa, elle manque également beaucoup au jeune prince par moment, même s'il, par fierté, ne veut pas se l’avouer.

Kristoff : (s’entrelace avec Elsa) Elsa, vous êtes arrivé. Comment allez-vous ?

Elsa : (lui fait un sourire) bien, merci Kristoff. Aurais tu vu ma sœur ? Je la cherche partout.

Kristoff : pas depuis ce matin. Elle est sortie dans Arendelle (la regarde d’un air surpris) surprenant que vous ne l'ayez pas vu.

Elsa : elle est accompagné d'un jeune garçon, tu ne l’aurais pas vu non plus ?

Kristoff : non, je ne savais même pas qu'elle était rentrée au château, je suis un peu occupé avec tout ça.

Gerda : (se tourne rapidement vers Elsa) oh, je crois les avoirs vu il n'y a pas si longtemps avant que je ne rejoigne le prince à la bibliothèque, elle se dirigeait avec un jeune garçon du côté du jardin, dans la petite cour.

Elsa : merci Gerda, je vais la rejoindre immédiatement, je dois lui parler de quelque-chose… (regarde vers le fond du couloir) D'important.

Kristoff : (salut Elsa de la main) a tout à l'heure Elsa.

Elsa fait un petit signe de la main à Kristoff en lui laissant échapper un petit sourire et elle part rejoindre, d’un pas décidé, sa sœur Anna dans l’arrière-cour du château.


La reine est assise au côté du petit garçon sur un banc suspendu à l’aide de cordes sous la grosse branche d'un vieux chêne feuillus, à côté d'une petite fontaine de pierre remplis d'eau, entouré d'un parterre de Tulipes de toutes les couleurs possibles, une petite cour régulièrement entretenu par le jardinier du château à la demande d’Anna, c'est là que les deux sœurs on passé leur temps durant leur enfance et le temps du règne d’Elsa, l'endroit où elles aiment s’évader lorsque la pression est grande, un lieu très cher à leurs cœurs. 
Aujourd’hui, quand elle est triste où qu'elle ressent cette pression en elle, c'est l’endroit où vient Anna, parfois avec Kristoff ou avec Olaf, mais régulièrement tous ensemble, la reine aime venir ici avec Elsa lors de ses retours à Arendelle, elle y vient se remémorer de bons souvenirs quand elle est absente, c'est ce qui lui permet de rester forte en toute circonstance.
Elsa traverse rapidement le petit chemin de pierre bordé par le gazon et les tulipes de la cour pour rejoindre Anna qui est ravie de la voir enfin arriver, mais sa grande sœur, elle, à la différence d'Anna, n'a pas l’intention de se montrer amicale envers Henry.


Anna : (en joie) Elsa te voilà, tu n'as pas vu Olaf sur le chemin ? Je voudrais le présenter à Henry.

Elsa : (avec calme) non. Je peux te parler ? (elle montre un regard accusateur vers Henry qui la regarde innocemment)… En privé.

Anna : (elle se lève du banc avec inquiétude) bien sûr, mais pourquoi ?

Elsa se saisi violemment du bras de sa sœur et l’emmène avec elle dans un petit coin reculé du jardin, Anna la trouve différente depuis son arrivée ce matin, elle la sent furieuse, elles Chuchotes toutes les deux pour faire en sorte que Henry ne les entende pas.

Anna : (inquiète) aïe… Elsa, mais qu'est ce qui se passe ?

Elsa : (chuchote) chut. Il nous a menti.

Anna : (chuchote à son tour) qui ?

Elsa : mais Henry enfin, de qui tu crois que je te parle.

Anna : (perdue) comment ça ?

Elsa : je me suis rendu chez lui, la personne ne le connaît pas, Mattias continu les recherches, mais je sais pertinemment qu'il nous ment, je l'ai vu dans son regard à mon arrivée, quand on essaie de le fuir comme ça, c'est que l'on à quelque chose à cacher.

Anna : (se fâche et cesse de chuchoter) il est juste très timide, tu n'as pas le droit d’en conclure ainsi, c'est horrible, encore plus venant de toi…

Elsa : (chuchote bruyamment) chut ! Il va nous entendre.

Anna : (chuchote) désolé… (avec tristesse) Pourquoi nous aurait-il menti ? Je suis sûr que ça ne lui ressemble pas.

Elsa : mais j'en sais rien moi. Tu devrais lui parler, tu t'en sortiras certainement, mieux que moi, c'est ta responsabilité après tout, c'est toi qui as insisté pour l’amener ici.

Anna : (tourne un regard attristé vers le jeune garçon qui les regarde avec interrogation) bon, je vais essayer, si c'est vraiment ce que tu veux… (tourne de nouveau le regard vers Elsa) Mais je ne te promets rien.  

Elsa jette un coup d’œil sur son épaule, elle sent que quelque-chose manque et ce qu’elle a redouté le plus avant d'arriver, c'est produit, Bruni est parti seul en exploration, et il peut être n’importe où.
Ce qui ne risque pas d’apaiser la jeune femme, déjà bien énerver par les événements de ce début de journée.


Elsa : (tremblante) Bruni ? Ce n’est pas vrai, il manquait plus que ça. Tu ne l'as pas vu ?

Anna : il était sur ton épaule à ton arrivée.

Elsa : (embêtée) oui bah il est plus là.

Anna : (se montre rassurante) calme toi, on va le retrouver.

Elsa : (contredisante) non, je m'en occupe, toi, tu t'occupes du petit.

Anna : (désappointée) d’accord, préviens-moi quand même… Si tu as besoin d’aide.

Elsa s’éloigne d'Anna qui la regarde avec tristesse, elle est déçue de la voir réagir ainsi, une journée qu'elle a tant attendu commence à se transformer en une journée de cauchemars, la reine laisse une petite larme couler le long de sa joue qu’elle vient rapidement essuyer d'un furieux geste de main.
Anna se rapproche tranquillement d'Henry qui la regarde d'un air inquiet, elle lui sourit tendrement pour ne pas l’effrayer avant de lancer une conversation qui, elle le sais, risque fortement de déplaire au jeune garçon, mais elle sais qu'elle n'a pas le choix, et que c'est la seule solution pour l’aider du mieux qu'elle le peut, elle viens prendre place à ses côtés et tiens la main d’Henry en la mettant à l’intérieur des siennes pour ne pas l’inquiéter et lui montrer son affection.


Anna : (amicale) Henry. Je peux te parler quelques instants ? C'est important.

Henry : (hoche la tête avec un air inquiet pour dire oui)

Anna : où vis-tu ? Dit moi la vérité s'il te plaît, tu vois bien que je ne te veux pas de mal.

Henry : (commence à s'ébranler et fuir Anna du regard) avec mes grands-parents.

Anna : (déçu) pourquoi est ce que tu me mens ? Les amis ne doivent pas avoir de secrets entre eux, tu sais.

Henry : (s’offusque) mais je ne mens pas.

Anna : Elsa a été rendre visite à tes grands parents. Ai-je besoin de continuer ?

Henry : (s’agace et d'un coup sec, viens retirer sa main tenue par celles d'Anna avant de tourner le regard à l'opposer de celui de la reine) de quoi elle se mêle elle !!!

La jeune reine s’inquiète pour Henry, elle comprend qu'il est vexé de cet interrogatoire, mais elle se dit que c'est aussi pour son bien.
Elle se rend compte qu’Elsa a vu juste, Henry lui a bien menti, ce qui ne manque pas de fortement décevoir Anna, mais elle n'arrive pas à en vouloir au jeune garçon, ce n'est pas dans ses habitudes.
Anna essaie de se montrer amicale envers Henry, elle fait en sorte de ne pas s’énerver, et de rester calme afin de ne pas l’effrayer plus qu'il ne l'est déjà, se mettre en colère ne lui ressemble pas non plus, et pourtant, elle lutte pour ne pas la laisser l'envahir à cet instant.


Anna : (avec amertume) je m’inquiète pour toi Henry. Et Elsa aussi s’inquiète pour toi, on ne te connaît pas, pourquoi nous ment tu ? Tu sais que ce n'est pas là, une solution, on veut juste t'aider.

Henry : (il se calme et se tourne de nouveau vers Anna) je n'ai pas menti, j'ai vraiment vécu avec mes grands-parents.

Anna : alors ou sont ils ?

Henry : (avec angoisse) ma grand-mère est morte il y a quatre ans et mon grand-père il y a quelques semaines, ils étaient très vieux, je ne voulais pas vivre ailleurs où que l'on m’emmène là où je ne voulais pas être, alors je me suis sauvé et j'ai préféré rester seul par ce que je ne fais pas confiance aux gens. (il s’énerve de nouveau et tourne encore une fois le regard) Voilà, tu sait tout maintenant, t'es contente ?

Anna : (très attristée) oh Henry… Pardonne-moi, je ne le savais pas. Mais pourquoi avoir fais ça ? Être seul ce n'est bon pour personne, tu sais. Et tes parents ? Où sont ils ?

Henry : (ses yeux commencent à se mouiller de larmes) ma mère est morte quelques minutes seulement après ma naissance, et mon père à bord d'un navire quand je n’avais que trois ans… C’était il y a six ans.

Anna : (abasourdie) six ans ? C'est aussi…

Henry : (regarde la tête en bas, vers le sol) c’était le capitaine du navire qui transportait vos parents. C'est mon grand-père qui m’a raconté toute l’histoire.

Anna : ton père travaillait au service de la garde d’Arendelle ?

Henry : (hoche la tête pour dire oui) c’était le meilleur capitaine de navire de la garde, mon grand-père me racontait ses aventures.

Anna : je suis désolé, Henry… (laisse une larme couler le long de son visage) Vraiment. Connais tu quelqu’un qui peut t’accueillir ?

Henry : (plonge son regard larmoyant dans celui d'Anna) non… J'ai plus de famille, il n'y a plus que moi, je suis seul.

Anna : Henry, si tu savais comme je suis désolé pour toi… Pardonne moi de t'avoir forcé à me révéler tout ça… Tellement… (elle lui tend les bras) Viens vite dans mes bras.

Henry tombe dans les bras d'Anna qui vient immédiatement le consoler, elle enlace le jeune garçon en passant ses bras autour de lui, qui est appuyez, en pleurs, contre son épaule.
C'est un moment très silencieux qui s'en suit entre Anna et Henry, elle ne sait pas quoi faire d’autres pour lui que sécher ses pleurs, elle ne sait plus quoi lui dire, la reine est bien trop triste pour lui pour penser à ça.
C'est la seule intention qui compte vraiment pour Henry, la seule chose dont il a vraiment besoin, l’affection que lui porte Anna lui va droit au cœur, jamais personne ne l'a regarder comme sa nouvelle amie le fait elle.



De son côté, le prince Kristoff, cette fois-ci sans l'aide de Gerda, termine de ranger la bibliothèque, cependant, un petit bruit viens rapidement attirer son attention.
Il lève délicatement la tête vers le lustre qui surplombe la pièce et aperçoit Bruni, suspendu la tête vers le bas juste au-dessus de lui, en train de le dévisager d’un regard ludique.


Kristoff : (étonné) Mh… salut toi, qu'est ce que tu fais là ? Attend ne bouge pas, je vais te descendre de la, suffit que je trouve… (regarde tout autour de lui) Ah, parfait…

Il porte et empile deux tabourets pour être à même hauteur que la petite salamandre, il grimpe doucement sur ces derniers, mais Bruni est bien plus joueur que Kristoff ne l’imagine, il bondit instantanément sur sa tête, le surprenant à la même occasion et lui fait renverser les tabourets sur lesquels il se tient en équilibre, c’est une grosse dégringolade qui se fait entendre jusque dans les couloirs du château, faisant fuir Bruni de la bibliothèque, tout en attirant l’attention d'Elsa, qui se précipite vers la pièce.

Elsa : (alarmée) Kristoff ? Que t'es t'il arrivé, tu vas bien ?

Kristoff : (se relève doucement tout en se tenant le dos) Elsa. Vous n’auriez pas perdu quelque chose par hasard ?

Elsa : (inquiète pour le prince) tu as mal quelque part ?

Kristoff : (fidèle à lui-même) qui ? Moi ? Bien sûr que non, j'ai connu pire.

Elsa : qu'est-ce qui s’est passé ?

Kristoff : c’est à votre petit compagnon qu'il va falloir demander ca, il était juste là, j'ai essayé de l’attraper… (d'un air bête) Mais je l'ai raté, comme vous pouvez le constater. 

Elsa : (sursaute) tu l’as vu ? Où est il parti ?

Kristoff : c'est une bonne question.

Elsa : il faut qu'on le retrouve rapidement avant qu'il ne mette le bazar dans tout le château, aide moi à le retrouver.

Kristoff : je vais vérifier du côté cuisine et je vous laisse les couloirs et la salle a mangé. Ca vous va ?

Elsa : si tu le vois, préviens moi immédiatement.

Kristoff : comptez sur moi, je ne referai pas la même erreur.

Elsa et Kristoff se mettent ensemble à chercher Bruni, qui semble bien décidé a vouloir faire une partie de cache-cache dans le château, ce qui ne rassure pas du tout la reine des neiges au vu du potentiel danger qu'il peut représenter, et le risque qu'il finisse par, vraiment, blesser quelqu'un.


Pendant ce temps, dans le jardin, Anna est toujours en train de sécher les larmes du petit Henry, ses pleurs se sont arrêtés et il semble, grâce à la jeune reine, apaiser, il a enfin plus avoué la vérité à quelqu’un qui lui fait confiance.
Il est toujours dans les bras d'Anna, appuyer contre le haut de sa poitrine, elle le serre dans ses bras tout en lui caressant avec délicatesse, le visage à l'aide de sa main, en installant sa tête contre la sienne, elle prend soin de lui et le console comme une mère le ferait pour son fils, il n'a jamais connu cela, alors elle en assume pleinement ce rôle.
Olaf fait son entrée dans le petit jardin, il aperçoit Anna et Henry qui s’enlacent, assis sur le petit banc suspendu, ce qui ne manque pas de l'intriguer, il décide donc d'aller les voir, comme à son habitude, d'une démarche amusante, pour faire connaissance avec le jeune garçon.


Olaf : hey, coucou Anna. (tourne le regard vers Henry)… Bonjour, je m’appelle Olaf, j'aime les gros câlins.

Anna : (s’éloigne légèrement d'Henry en lui tenant la main) Henry, je te présente Olaf. Vous devriez faire connaissance, Olaf adore rencontrer de nouvelles personnes.

Olaf : (se montre surpris face à Anna) ah bon ?... (se reprend en s’adressant à Henry) Je veux dire, carrément.

Anna : (se tourne vers Henry, qui ne dit plus un mot) tu n'as plus envie de faire une bataille de boules-de-neige ? Si tu veux, quand Elsa aura fini ce qu'elle doit faire, je pourrais…

Henry : (lui coupe tristement la parole) non…

Henry se lève lentement du banc, il préfère s’éloigner d'Anna et Olaf et allez s’asseoir sur l’autre banc plus loin, seul, isolé de la beauté du reste du jardin, moins entretenu, ce qui attriste Anna et rend Olaf interrogatif au sujet du jeune garçon qu'il vient tout juste de rencontrer.

Anna : (attristée) Henry ?... Attends.

Olaf : (le regarde avec une expression tout autant attristé) j’ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ?

Anna : non Olaf… Ce n'est pas ta faute rassure toi. Henry est un jeune garçon compliqué au passé tragique, c'est tout.

Olaf : ah ? (se montre souriant et rassuré) tant mieux, dans ce cas, je vais aller me faire un casse-croûte.

Anna retient Olaf en appuyant ses mains contre les épaules du bonhomme de neige, elle pense qu'il a la capacité, grâce à son bonheur toujours débordant, de redonner le sourire au jeune garçon, et le force gentiment à aller auprès de lui.

Anna : attends Olaf, tu pourrais peut-être essayer de… (fait des gestes qu'il ne comprend pas) Tu vois où je veux en venir ?

Olaf : de… Quoi ?

Anna : et bien, tu vois où je veux en venir, non ? (pointe Henry du doigt, et essaye, avec ses mêmes gestes de faire comprendre à Olaf ce qu'il doit faire) Tu comprends ?

Olaf : euh… Non. J'ai un truc sur le nez ? (frotte sa carotte avec ses branches lui servant de bras et de mains) Pourtant, il a l'air propre, je ne vois absolument pas ce que tu lui reproches.

Anna : ok, bon…Tu as quelque chose en toi qui redonne le sourire aux gens dans des moments difficiles, alors je me disais que tu pourrais peut-être essayer de… (refait ses gestes) C'est clair maintenant ?

Olaf : (s’esclaffe) désolé, mais je ne comprends vraiment pas ce que tu racontes, tu as toujours été mauvaise à ce jeu… (lui fait un sourire béat) Et c'est de pire en pire avec le temps.

Anna : (hausse le ton) bon sang Olaf !

Olaf : je te faits marcher Anna, je t'ai bien eu, hein ? T’inquiètes pas, je gère (prends une voix grave) laissez faire les professionnels.

Anna : (d’un air soulager) merci Olaf.

Anna choisis de laisser Olaf un temps seul avec Henry, elle rentre à l’intérieur pour aider Elsa à chercher Bruni, qui de son côté, semble toujours introuvable.
Olaf s'approche d'Henry, et essaie de lui remonter le moral à sa manière, il lui fait d'abord un grand sourire béat comme à son habitude, malheureusement ça ne suffit pas à faire se sentir mieux le jeune garçon, ce qui vexe à son tour, le bonhomme de neige.


Olaf : (perds son sourire) alors toi aussi, t'es triste ? C’est dingue ça qu'est ce que vous avez tous en ce moment… C'est la saison ou quoi ?

Henry : (montre une expression interrogative) comment c’est possible ? Les bonhommes de neige ça parle pas à ma connaissance, alors pourquoi tu es différent des autres toi ?

Olaf : (retrouve son sourire) oh, ravi que ca t’intéresse, tient toi bien, je vais te raconter toute l’histoire… Et sans faux pas. Prêt ?

Olaf se met en position, prêt à raconter son histoire préférer, Henry se montre intéresser, mais aucun sourire ne se montre sur ses lèvres, il choisit juste de penser à autre chose, quelque chose qui, il l’espère, l'aidera à se sentir mieux.

Olaf : hum-hum (inspire et expire)… C'est l’histoire de deux sœurs, l'une avec des pouvoirs magique, l'autre sans aucun pouvoir. Leur passion ? Le bonhomme de neige. (imite leurs voix) « Anna non pas si haut ! » Et Boom « Anna !? Papa au secours » et terminer, les portes fermés, les volets aussi, les sœurs dévastées. Heureusement, elles ont des parents. (prends une voix triste mais non-sérieuse) Mais les parents sont morts… « Oh bonjour, je m’appelle Anna et je vais épouser un homme que je connais à peine »... C’était insupportable, de la neige, de la neige, Elsa se sauve, la magie est entrée dans mes flocons et… Oooh… Vivant. (se met à chanter) Un palais de glace pour moi, un palais de glace pour moi… « Va t'en Anna » Pfiou, Pfiou. « Mon cœur ! »… (imite grand Pabbie) « Seul un amour sincère peut la sauver »… Le baiser du prince charmant (imite Hans) « non tu ne le mérite pas, Par ce qu'en vérité, c'est moi le méchant » et Anna condamné au cœur de glace pour l’éternité (imite Anna le cœur gelé) « Aah ». Mais elle a été décongelée grâce à Elsa, le véritable amour sincère, celui entre deux sœurs unies à jamais… Et voilà.

Henry : (retrouve enfin le sourire) j'adore ton histoire Olaf. Il se passe quoi ensuite ?

Olaf : (essoufflé) laisse-moi une minute... Trois année plus tard, Elsa a réveillé les esprits magiques de la forêt enchantée (imite les voix) « Ahaahaha, je te cherche, montre toi. » « Elsa, trouve ta voie »  « Oui, Maman promis »… Elsa, finie. Olaf, fini. Anna pleure. Après il se passe plein de choses que j'ai oublié, mais on s’aperçoit que j’avais raison quand je disais que l'eau avait de la mémoire et là… Oooh, je suis vivant, Elsa aussi, et elle a sauvé Arendelle en chevauchant un cheval plus rapide qu'une grosse vague. Après Elsa a décidé de rester vivre dans la forêt auprès de ceux qui lui ressemblent le plus et Anna est devenu reine d’Arendelle. Fin… Enfin ça s'est la version courte.

Henry : génial Olaf. J’ai adoré ton histoire, tu pourras m'en raconter d’autres ?

Olaf : bah euh… (le sourire béat) J’essaierai.

Henry : dit j'ai une question… Elsa était heureuse ici, non ?

Olaf : durant ces trois dernières années ? Je croîs, oui.

Henry : alors… pourquoi n'est-elle pas restée avec sa famille ? Elle était aimée de tous après tout, je peux comprendre que parfois… On veuilles s’évader un peu, mais… si j’avais encore des gens à qui je tiens par-dessus tout, je choisirais de rester avec eux pour toujours.

Olaf : peut-être qu'il faudra lui poser la question, enfin… (il se retourne, surpris par un énorme bruit venant du château) C’était quoi ça ?

Henry : on ferait peut-être mieux d’aller voir ?

Un fracas retenti depuis les couloirs du château, il semble que le groupe ait retrouvé Bruni, mais qu'il ne se laisse pas attraper si facilement que prévu, que c'est il passer pendant l’histoire d'Olaf ?


Nous retrouvons Anna au moment où elle quitte momentanément Olaf et Henry pour rejoindre Elsa et Kristoff afin de les aider à chercher Bruni.
Elle aperçoit, dans les couloirs, Gerda, le dos tourner à la reine, semblant également chercher la petite salamandre.


Anna : bonjour Gerda, avez-vous vu ma sœur ?

Gerda : (sursaute et se retourne) bonjour Votre Altesse. Elle est avec le prince, ils cherchent le petit Bruni. Je le cherche également de mon côté, j’ai cru le voir passer derrière cette armoire mais il a disparu… Il est très joueur.

Anna : je n'en doute pas, je vais vous aider à chercher.

Kristoff, qui se dirige en direction des cuisines, aperçoit Anna en train de discuter avec Gerda, c'est d'un pas décidé et sûr de lui qu'il retourne auprès de sa femme.

Anna : (en joie) Kristoff. Tu as trouvé Bruni ?

Kristoff : (rougis) euh… On peut dire ça. Je me rends en cuisine vérifié si je le vois. Tu m’accompagnes ?
Anna : je te suis, et Elsa ? Tu l’as vu ?

Kristoff : côté salle à manger, enfin, je crois.

Elsa recherche activement la petite salamandre dans les couloirs, mais elle non plus n'arrive pas à trouver Bruni, il se cache très bien, ce qui ne rassure pas du tout Elsa qui craint un accident, s’il se sent menacé, en danger ou perdu, Bruni risque de s’enflammer et, de son feu violet, mettre le feu dans le château, elle doit le retrouver rapidement si elle veut éviter cela.
Elle se dirige vers la salle à manger, la porte de la pièce légèrement entrouverte, la jeune femme s'imagine que la petite salamandre a très bien plus s'y glisser.


Elsa : (inquiète) Bruni ? Tu es là ?... Ou tu te caches ?

Elle écoute une petite voix similaire à celle d'Olaf depuis l’extérieur du château en provenance du petit jardin, elle jette un rapide coup d’œil à la fenêtre et aperçoit en contrebas le bonhomme de neige, en train de raconter son histoire à Henry.

Elsa : (couvre ses yeux de honte) oh non… Pas encore.

À cet instant Kristoff et Anna rejoignent Elsa dans la salle à manger, elle se retourne précipitamment avec angoisse vers le couple royale d'Arendelle.

Elsa : (agitée) vous l'avez trouvé ?

Kristoff : non, il n’est pas dans la cuisine (remue son ventre) en revanche, je sais ce qu'on mange.

Elsa : (elle regarde partout, affolée) mais ou est ce qu'il se cache ? Le château est immense, il pourrait être n’importe où.

Anna : rassure-toi, Elsa, il ne doit pas être bien loin, ca me rappelle quand on se cachait quand on était petite, on faisait tourner Gerda en rond, ça doit lui rappeler des souvenirs à elle aussi.

Elsa : (se tourne vers Anna) la différence avec Bruni, c'est qu'il ne connaît pas cet environnement, il n'est jamais allé en dehors de la forêt, s’il se sent en danger… 

Elsa s’arrête de parler, elle est persuadée d'avoir entendu un étrange bruit près de la grande table, ils se rapprochent silencieusement, Elsa se met à genoux et inspecte très rapidement sous la table.

Elsa : je te tiens… (elle relève la tête) Pas là… Évidemment.

Kristoff, se fie à son intuition et lève les yeux au plafond, il trouve que le lustre bouge légèrement, il concentre son regard sur ce dernier et aperçoit de son œil, une petite queue bleuté.

Kristoff : (pointe en joie, le lustre du doigt) il est là, sur le lustre… Encore. 

Elsa : (lève les yeux) Bruni ! (lui tend les mains) Allez descend de là, je te rattrape.

Elsa se montre rassurer, Bruni la regarde de ses adorables yeux ronds, mais il ne semble pas décider à descendre, il se roule sur le dos en tirant la langue, ce qui commence à sérieusement impatienter la reine des neiges.

Elsa : (avec impatience) c'est bien Bruni. Allez descend, on a assez jouer.

Anna : je n'ai pas l’impression qu'il a l’intention de descendre.

Une idée vient à Elsa, elle utilise sa magie pour créer plusieurs petits papillons de glaces, dans l’espérance de faire réagir la petite salamandre qui se montre un peu trop joueuse à ses yeux.
Les papillons viennent entourer Bruni qui essaie de les attraper avec sa longue langue, il grimpe contre la fixation du lustre et s'y accroche, toujours dans l’idée d’attraper les papillons qui l’entourent, d'une façon qui fait immédiatement réagir Kristoff.


Kristoff : (ébahi) attends une minute, j'ai déjà vu ça quelque part… C'est pas les gorilles qui s’accrochent comme ca ? (tourne le regard vers Anna qui le regarde intriguer) Bah quoi j'ai vu ça dans un livre.

Elsa, qui s’impatiente fortement, lance un jet de glace sur le lustre, qui le fait se balancer dans tous les sens, et, par la même occasion, fait bondir Bruni, le faisant sauter dans le vide, ce qui, finalement, ne semble pas vraiment l’inquiéter au vu de son grand sourire.
Kristoff accourt dans sa direction et se jette au sol en glissant pour le rattraper.


Kristoff : (avec un air ahuri) je t’ai eu.

Kristoff se relève avec Bruni dans ses mains, mais la petite salamandre se sent comme menacer et s’enflamme immédiatement ce qui brûle au passage les mains de Kristoff.

Kristoff : Elsa, ça craint un peu-là… Aïe. Chaud. Chaud. Chaud…

Elsa accourt rapidement vers le prince pour se saisir de ces mains, les refroidir à l'aide de sa magie, et retenir en même temps Bruni sous les siennes, pour éviter qu'il ne se sauve une fois de plus.

Elsa : c'est fini… (souris à Kristoff) Merci Kristoff.

Kristoff : (amusant) moi qui commençai tout juste à avoir froid aux mains…

Un craquement se fait ressentir au niveau du plafond, le lustre, toujours en mouvement, semble légèrement se détacher, et sa fixation s’arracher peu à peu du plafond, certainement à cause du jet de glace d'Elsa.
La fixation finie par se détacher complètement et fait instantanément chuté le lustre qui vient se briser en morceaux sur la grande table de la salle a manger.
Elsa, toujours en train de refroidir les mains du prince montre un sourire gêné à Anna, qui ne semble pas leur prêter attention.
La bouche grande ouverte, et les yeux fixés sur la table pleine de morceaux de verre, elle ne dit plus un mot, la reine semble plutôt en colère, ce qui est compréhensible, au vu de la situation.


Elsa : (petit rire gêné) euh… Oups.
 
Kristoff : ce n'est pas grave, c’était probablement déjà fêlé…

C'est un grand nettoyage qui attend les domestiques du château, tout doit être nettoyer avant le déjeuner, heureusement, ils choisissent de tous s'y mettre, y compris la reine Anna, Kristoff et bien évidemment Elsa, responsable de l’accident.
Après une matinée si mouvementée, tous espèrent passer une après-midi plus calme et sans accroc.
Alors qu'ils sont rejoints par Olaf et Henry, tout deux abasourdi par ce qu’ils voient, c'est tous ensemble qu'ils se réunissent pour cette fin de matinée, et la journée, enfin, peut vraiment commencer.



Alors que tous sont enfin réunis, Carlos, immobile au centre du village, admire accablé devant lui, la statue à l'effigie d’Iduna et Agnarr enfants, représentant la paix entre le peuple d’Arendelle et celui des Northuldra.

Inconnu : (sort de l'ombre) c'est magnifique, non ?

Carlos : (se retourne surpris) vous ? Je… Désolé je ne vous avais pas vu.

L'homme mystérieux se rapproche du représentant, les mains dans le dos, Carlos le regarde avancer vers lui avec effroi et incertitude.
Il fixe l’homme, de profil à ses côtés, qui ne le regarde pas dans les yeux, il admire la statue à son tour.


Inconnu : les gens pensent que ceci, représente la paix uni grâce à l'amour de deux peuples… Mais ce qu'ils ignorent, c'est que rien ne dure jamais éternellement, tout à une fin, la vie en est l’exemple parfait. (tourne son regard vers Carlos) La mort vous fait elle peur ?

Carlos : (effrayé) je… Comme à nous tous, je pense. 

Inconnu : (admire de nouveau la statue) moi, je l'ai attendu, seul, pendant des années, mais jamais elle ne s'est présenté à moi. Peut-être par ce ce que j'ai un but à accomplir.

Carlos : quelle But ?

Inconnu : une promesse… Faite à une femme, il y a des années.

Carlos : pourquoi Arendelle ? Quel lien avez-vous avec ses gens ?

Inconnu : (regarde dans la direction de Carlos) oh… Je rentre juste à la maison, comme tout homme fini un jour par rentrer chez lui… Et même s'il n'y ai plus le bienvenu, il vient reprendre la place qui lui revient de droit. 

Les rayons du soleil viennent éclairer une partie du visage du mystérieux homme, qui laisse dévoiler une profonde cicatrice à l’œil gauche.
Il se retourne et s’éloigne à petits pas du représentant commercial et fini par retourner dans l’ombre, laissant Carlos seul face à la statue, le regard plonger dans le vide.


Carlos : (plein de remords) je suis sincèrement désolé, mais je n'ai pas le choix… (il baisse les yeux face à la statue) Pardonnez moi.



La suite dans le chapitre 5 : Une longue nuit agitée.


Dernière édition par Vinc le Dim 21 Fév 2021, 18:00, édité 1 fois
Frantzoze
Frantzoze
Légende du Royaume
Masculin Messages : 3577
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 33
Localisation : Où se trouve Ansa

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Sam 06 Fév 2021, 16:56
Bon... Là encore, on peut voir un progrès par rapport au chapitre précédent.

Niveau orthographe, là encore c'est un peu mieux. Quand on regarde le postulat de départ il y a eu déjà une belle évolution de ce côté là, bien plus de soin apporté c'est vraiment positif. S'il faut être plus objectif et voir un niveau global, il faut l'avouer cela reste un point faible qui dérange encore la lecture. Principalement lorsque la syntaxe rend la phrase difficilement compréhensible et/ou grammaticalement incorrecte.
Je le redis, quand on écoute le texte, une faute d'orthographe ne s'entend pas, mais parfois, des erreurs dans les choix de mots, dans la construction de la phrase, dans les temps conjugués s'entendent même à l'oral.
Je prends un seul exemple au hasard:

Un fracas retenti depuis les couloirs du château, il semble que le groupe ait retrouvé Bruni, mais qu'il ne se laisse pas attraper si facilement que prévu, que c'est il passer pendant l’histoire d'Olaf ?

Ici il n'y a qu'une seule phrase... Mais énormément d'informations et un enchaînement complexe. La seconde partie: "que s'est-il..." est clairement une seconde phrase qui d'ailleurs n'est pas du tout liée à la première. Ce qui est assez déroutant.
Si la narration est une difficulté pour toi, peut-être serait-il intéressant, dans un premier temps, de te contenter de phrases simples et courtes; ça serait une première étape pour t'aider à maîtriser la rédaction et soigner l'enchaînement avec des connecteurs logiques.


La narration, tu l'as dit est ta bête noire et on sent que tu ne sais pas quoi en faire. Souvent tu te sens obligé d'expliquer en 6 ou 7 lignes des éléments non essentiels tout à fait explicables en une petite phrase simple.

Exemple:
Elsa s’éloigne d'Anna qui la regarde avec tristesse, elle est déçue de la voir réagir ainsi, une journée qu'elle a tant attendu commence à se transformer en une journée de cauchemars, la reine laisse une petite larme couler le long de sa joue qu’elle vient rapidement essuyer d'un furieux geste de main.
Anna se rapproche tranquillement d'Henry qui la regarde d'un air inquiet, elle lui sourit tendrement pour ne pas l’effrayer avant de lancer une conversation qui, elle le sais, risque fortement de déplaire au jeune garçon, mais elle sais qu'elle n'a pas le choix, et que c'est la seule solution pour l’aider du mieux qu'elle le peut, elle viens prendre place à ses côtés et tiens la main d’Henry en la mettant à l’intérieur des siennes pour ne pas l’inquiéter et lui montrer son affection.

--> Elsa quitte les lieux, Anna contrariée part s'adresser à Henry.

pour le coup là on est plus sur du théâtre, une phrase archi courte que le lecteur peut assimiler en quelques secondes. Normalement au théâtre, tu vois les acteurs se déplacer et on enchaîne. Si toi tu nous proposes plusieurs phrases, cela hache quelque peu l'action. Donc sommes-nous dans du théâtre? Dans de la narration?... Difficile à dicerner.

Bref, si tu veux rester dans ce style, alors contente toi plutôt de phrases archi courtes pour évoquer un déplacement. Ou pour un changement de décor effectivement quelques phrases, mais on comprend que l'on change de lieu.



D'ailleurs puisqu'on en est sur du théâtre... Ce texte proposé n'est pas UNE scène ... Mais bel et bien plusieurs.

Scène 1: Place d'Arendelle, Elsa et Matthias cherchent les grands parents d'Henry.
Scène 2: Bibliothèque du chateau, Kristoff apprend à classer les livres.
Scène 3: Jardin du chateau, Elsa veut mettre en garde Anna sur le garçon.
Scène 4: Jardin du chateau, Anna fait parler Henry sur ses origines.
Scène 5 Jardin du chateau, Olaf redonne le sourire à l'enfant (Rapport au titre de ce texte)
Scène 6: Chateau... Tout le monde cherche Bruni
Scène 7: Place d'Arendelle, discussion mystérieuse.


Alors en soi, proposer plusieurs éléments au sein d'un même texte. Pourquoi pas au contraire. Pas à la manière du théâtre cependant mais pourquoi pas. Seulement, il faut faire attention aux transitions et la mise en page pourra t'aider. Car pour l'heure, il n'est pas aisé de voir au premier coup d'oeil que l'on s'apprête à changer de décor. Cela peut rendre la lecture moins fluide.
Exemple:

Olaf : peut-être qu'il faudra lui poser la question, enfin… (il se retourne, surpris par un énorme bruit venant du château) C’était quoi ça ?

Henry : on ferait peut-être mieux d’aller voir ?

Un fracas retenti depuis les couloirs du château, il semble que le groupe ait retrouvé Bruni, mais qu'il ne se laisse pas attraper si facilement que prévu, que c'est il passer pendant l’histoire d'Olaf ?


Nous retrouvons Anna au moment où elle quitte momentanément Olaf et Henry pour rejoindre Elsa et Kristoff afin de les aider à chercher Bruni.
Elle aperçoit, dans les couloirs, Gerda, le dos tourner à la reine, semblant également chercher la petite salamandre.


Anna : bonjour Gerda, avez-vous vu ma sœur ?

Pour le coup, la mise en page légèrement modifiée te permettrai de contourner ce souci. Je te donne l'exemple de la façon dont on procède @Ansa et moi dans nos récits.

Ansa (Retour vers le passé 3: Chapitre 19 ) a écrit:Ma grand-mère lança immédiatement un regard à Papy et Maman et se contenta de soupirer :

-Allez reprenons l’histoire…

Elles et Maman entonnèrent alors sous nos regards effrayés :

-On se câline, on se blottit.


****


Nous essayâmes de donner de petits frères et sœurs à Iduna pendant trois ans sans relâches mais mis à part deux fausses couches, nous n’eûmes pas plus de succès.


ou une autre façon:

Frantzoze (Les secrets d'Ahtohallan, Chapitre 19) a écrit:Pour chacun, elle tachait d’avoir un mot de réconfort, promettant pour Petterssen des obsèques royales dignes de lui dès le mois prochain… Au fond d’elle-même, elle savait qu’Agnarr l’accorderai. Il sera temps après de tenir sa promesse faîte à son mentor.


Quatre semaines plus tard.



Alors que la reine Iduna toujours vêtue d’une tenue de deuil, venait de quitter la brigade réduite de cuisiniers du château, qui venaient de terminer le banquet funéraire de Petterssen elle se hâtait de rejoindre les quartiers dévolus à la princesse héritière.


Nous n'avons rien inventé, l'utilisation des étoiles pour séparer, ou un texte en italique pour indiquer une temporalité et/ou un lieu différent, c'est ce que l'on retrouve le plus couramment, dans les récits. D'ailleurs parmi les autres auteurs de fanfictions, ce sont aussi les mises en page utilisées.
C'est identifiable aisément et ne déroute pas le lecteur.


Un dernier élément pour cette fois qui est pour le coup essentiel dans ton texte... Les dialogues.

Déjà il est premièrement essentiel que tu conserves une certaine cohérence de caractère chez tes personnages surtout au sein même d'un même chapitre. Que le personnage à la fin d'une histoire est un caractère différent du début cela s'explique...Il a évolué, mais au sein d'un même chapitre... Si je caricature c'est de la bipolarité.
On voit que tu t'y es attaché avec Anna. C'est parfois maladroit mais tu as ici une base qui peut te servir de modèle, tu insistes sur sa bienveillance elle a une certaine cohérence, fort bien. Attention en revanche à ne pas la faire tomber en mode archi nunuche mais pour l'heure c'est pas trop grave. Mais Elsa et Henry sont irréguliers.
Je prends le cas d'Henry... Un gamin réservé, qui porte un passif. Il est timide et parle peu, pourquoi pas c'est un trait de caractère et sa backstory l'explique tout à fait (ça c'est très positif!)
Mais justement, il semblait appeuré à parler aux personnes de la famille royale pour finalement se montrer extrêmement familier et même insolent:

Henry : (s’agace et d'un coup sec, viens retirer sa main tenue par celles d'Anna avant de tourner le regard à l'opposer de celui de la reine) de quoi elle se mêle elle !!!

Vu l'histoire, qu'il soit sur la défensive et que naisse une pointe d'agressivité, c'est tout à fait logique. Mais s'il est intimidé par la famille royale... On est d'accord que là limite il insulte Elsa... Sans doute un peu extrême et du coup ça sonne légèrement faux.
Ca n'est ici qu'un exemple, et pas forcément le plus pertinent je le concède.

D'ailleurs et c'est surtout là que je veux en venir pour les dialogues... Il ne faut pas oublier que du théatre, cela ne se lit pas, cela se joue. Et lorsuq'on essaie de le jouer, cela peut sonner faux et/ou pas naturel et ça c'est rédibitoire.


Pour le coup, je vais te renvoyer au dernier chapitre publié et commun au Secrets d'Ahtohallan et Retour vers le passé 3 Anna pour toutes, toutes pour Anna
Ici le chapitre est une scène de théâtre (non 2 en réalité: Les mamie Anna s'occupent d'envoyer Anna au paradis puis Les Anna discutent entre elles.)
Non pas qu'il s'agisse d'un modèle et que ce texte n'a pas de faiblesses ou d'élements critiquables, je le prends en exemple car ce vendredi, nous l'avons justement présenté et joué littéralement.
@Ansa se chargeait de la mamie de l'Helveg et d'Anna d'Arendelle, quant à moi je m'occupait des quelques passages narratifs et de la mamie Anna du monde des vivants), d'où le code couleur.
Et lors de la présentation, nous avons même fini par nous détacher légèrement du texte pour partir en impro... On était sur scène, et on a joué la scène.
Les dialogues se suffisent à eux même pour faire avancer l'histoire.

Pourquoi je prends cet exemple? A part faire rager @Yokill2B qui va encore dire "ouais vous parlez de vos fics..." ... Alors déjà si il le dit, bah on lui répondra d'aller se faire couper sa moustache qui pique avec beaucoup d'amour et de crèpes au nutella.
Pour t'expliquer comment nous l'avons construit (et d'ailleurs d'une manière générale, le cas pour tous nos dialogues).
Lors de l'écriture, avant même de passer au clavier, on a visualisé mentalement la scène, les personnages et on se l'est joué... A l'oral on se proposait les dialogues et cela permettait de voir et d'entendre si la conversation était fluide ou pas, si elle fonctionnait ou pas...
Bref il est necessaire d'ancrer ton dialogue dans une réalité de jeu. S'il passe ce crash test, alors c'est qu'il est bon, sinon, tu pourras y voir ses faiblesses.

Plusieurs fois, avant d'écrire, je me dis à moi même la scène, ou dit les dialogues (oui je parle tout seul et alors?!). Je peux aussi me faire la gestuelle, bref, je vis mon histoire... Pour tout dire, je suis même en ce moment précis en train de le faire pour voir si mon propos explicatif fonctionne).
Et le souci dans ton texte, c'est que certains dialogues sonnent creux et ou faux tout au moins pas naturels et on a beaucoup de mal à les imaginer être joués.
Attention, il s'agit là d'une remarque générale ce qui ne veut pas dire que tous tes dialogues ont le problème, absolument pas! C'est plus par moment, une question de fluidité et d'évolution. Machinalement je voulais trouver un exemple, et, en ne prenant que quelques extraits je finissais par me dire "oui...Si ça peut malgré tout fonctionner" donc il faut en voir la globalité et ça revient au propos initial sur la régularité des personnages.
Donc vraiment, il faut passer le dialogue au crash test du jeu...


Le retour j'en ai conscience n'est pas agréable. Je souhaite surtout te proposer ici des axes de progression. Et d'une manière générale je le redis le texte est en progrès.
Qui plus est pour terminer sur une note positive, je veux m'arrêter sur le gros point fort (hélas un peu noyé sans mauvais jeu de mot, dans une multitude d'élements bien moins utiles hélas).


Henry : (il se calme et se tourne de nouveau vers Anna) je n'ai pas menti, j'ai vraiment vécu avec mes grands-parents.

Anna : alors ou sont ils ?

Henry : (avec angoisse) ma grand-mère est morte il y a quatre ans et mon grand-père il y a quelques semaines, ils étaient très vieux, je ne voulais pas vivre ailleurs où que l'on m’emmène là où je ne voulais pas être, alors je me suis sauvé et j'ai préféré rester seul par ce que je ne fais pas confiance aux gens. (il s’énerve de nouveau et tourne encore une fois le regard) Voilà, tu sait tout maintenant, t'es contente ?

Anna : (très attristée) oh Henry… Pardonne-moi, je ne le savais pas. Mais pourquoi avoir fais ça ? Être seul ce n'est bon pour personne, tu sais. Et tes parents ? Où sont ils ?

Henry : (ses yeux commencent à se mouiller de larmes) ma mère est morte quelques minutes seulement après ma naissance, et mon père à bord d'un navire quand je n’avais que trois ans… C’était il y a six ans.

Frozen 3 - The King's Return  Bda726c47034a7cbdafb6f9b27d8ecb61d48b569

Ah bordel oui ça c'est bon!!! Ca c'est TRES BON!!! Le texte ici a tendance à trop étayer... Mais là simplement parfait! Le gamin acculé qui entre ses dents finit par dévoiler sa back story tragique. ALors pas de surprise, on se doute aisément qu'il s'agisse d'un orphelin, mais ça c'est bon, explication de la mort du père et c'est points de suspension... Pour le coup le gamin est très juste dans le jeu pour donner cette info qui pourrait être anodine... Mais forcément le lecteur y verra l'inférence, et son imaginaire va immédiatement se mettre en alerte.
J'ai lu ta narration à haute voix et pile à cet instant j'ai eu le temps d'arrêt, avec @Ansa on s'est regardé et tout de suite on comprend la valeur de l'info et on était ainsi:
Frozen 3 - The King's Return  Giphy

Ce gosse serait-il fils d'une femme du peuple morte à sa naissance mais le papa... aurait-il une pornstache?!
Frozen 3 - The King's Return  Tumblr_n3z2mduZ7E1r98xw9o1_250

...Allez Anna... Dis bonjour à ton demi-frère!!! Very Happy



Anna : (abasourdie) six ans ? C'est aussi…

Henry : (regarde la tête en bas, vers le sol) c’était le capitaine du navire qui transportait vos parents. C'est mon grand-père qui m’a raconté toute l’histoire.


et m*rde!
Alors c'est bon malgré tout ... mais l'étayage arrive probablement trop vite à mon gout mais c'est un choix, pourquoi pas.
Deux solutions, c'est effectivement le capitaine... Bon, pourquoi pas
... Ou alors... A l'instar du livre Le Renouveau où le père adoptif d'Anna présente à la rouquine "Freya" comme une très bonne amie, connaissance de la reine ... Pour cacher la véritable identité d'Iduna et le fait qu'elle soit bien la mère de la rouquine.
On peut imaginer que le grand père ait caché la vérité sur l'ascendance royale du gamin...


Mais voilà une nouvelle qui émoustille tout lecteur cela va s'en dire.


Tu l'as dit, avoir à chaque fois plusieurs pistes et te dire "tiens faudrait peut être rajouter ça..." au fur et à mesure de la rédaction du texte.
Pour le coup ici, il y a beaucoup de BLABLA qui ne nous interesse pas ou peu ... Notamment tout le passage en bibliothèque et la recherche de Bruni.
C'est dispensable et par contre noie cet élément central.
Un chapitre qui se serait focalisé sur le gosse avec en point d'orgue cette petite bombe aurait été plus pertinent. Là l'ensemble donne l'impression d'un fouillis pas forcément bien organisé
Dans un premier temps, je pense que tu devrais peut être vraiment te focaliser sur les élements importants. Peu importe si l'histoire est simple et courte. Il vaut mieux cela bien fait.
Et prendre le temps de développer Henry l'aurait peut être rendu plus naturel dans ses prises de parole avec une évolution plus cohérente


D'ailleurs Anna part après... En "oubliant" cette histoire... Pour basculer sur Bruni. Dans la logique ellle aurait probablement demandé le nom du papa. Elle qui a une excellente mémoire aurait sans doute pu trouver ce fameux capitaine.
Curieux qu'elle ne s'y interesse pas.


Oh oui pardon j'oubliais, juste un tout petit élément: A la fin du film, Matthias a été promu au grade de Général... Il n'est donc plus lieutenant. Wink


Voilà, ça fait beaucoup, bon courage pour la suite en tout cas Very Happy





_________________
Frozen 3 - The King's Return  Sssq1010
Frozen 3 - The King's Return  11908710
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Sam 06 Fév 2021, 17:29
Merci bien pour les remarques Frantz, oui je fait des longs textes de Narration qui pourraient s'expliquer en une seule petite phrase (en fait je pensais que ça faisait bien, par'ce que sinon les chapitres ferait court, donc pour le coup je ne m'y attendait pas, je vais donc vérifier à les ralentir et me concentrer sûr les dialogues, mais il y'en aura toujours un peu, en quelques lignes, mais je vais essayer de diminuer les longs passages (surtout que pour le coup j'en avais fait pas mal pour le chapitres 5, par'ce que il y'a pas énormément de dialogues, et il va officiellement lancer l'histoire en dévoilant le premier point important qui impactera tout le reste du scénario).

Ensuite oui pour les scènes tu as probablement remarqué que je fait un double saut de ligne pour changer de scène, mais comme c'est pas suffisant je vais faire le système des étoiles je pense, ou prendre celui des lignes qui termine une scène (il me semble que c'est ce qu'il y'a dans l'enfan... dans un certain livre que Yokill déteste)

Ensuite pour les dialogues il y'en à ou je savais pas quoi mettre dans ce chapitre, tu l'as vu dans le passage comique avec la recherche de Bruni, mais je te rassure j'étais pas non plus Hyper motiver pour cette partie, je trouvais que ça faisait un peu tâche, je me suis forcer à le faire clairement, tu n’imagine pas comment j'étais heureux ensuite de commencer le Chapitre 5... lui en revanche à part quelques scène (Merci Kristoff et Olaf) ne sera pas drôle et la fin du chapitre à particulièrement ému une amie, j'espère que vous aurez le même ressenti. Razz

My bad pour Mattias... je le sais en plus Frozen 3 - The King's Return  1262057928 je vais rectifier ça, j'avais même pas fait attention (je suis passif parfois, ça se voit)

_________________
"Hoo-hoo" Frozen 3 - The King's Return  2013-o11
Frantzoze
Frantzoze
Légende du Royaume
Masculin Messages : 3577
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 33
Localisation : Où se trouve Ansa

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Sam 06 Fév 2021, 18:50
Alors pour la longueur... Je l'ai trouvé plus long donc par curiosité j'ai voulu voir son nombre de mots

Selon Word, il est à 6 021.

Au delà du fait que ON S'EN FOUT MAIS CARREMENT DU NOMBRE DE MOTS DANS UN CHAPITRE car, déjà dit plusieurs fois, un chapitre "chiant et vide" de 2 000 mots paraîtra plus long qu'un chapitre dense et prenant de 6 000.

Avoir un nombre de mots minimum en tête "obligatoire" ça n'est pas la bonne façon de penser un chapitre, il suffit simplement qu'il raconte ce que tu souhaites raconter.
Je le concède, pour les fictions actuellement écrites sur le forum, le nombre de mots sont importants, tout particulièrement ces dernières semaines pour Secrets d'Ahtohallan et Retour vers le passé 3 qui désormais tournent autour de 8 à 10 000 mots (d'ailleurs, on peut même se dire clairement que c'est trè voire même trop long)
Le sang de la forêt de @Lhysender lui se trouve plutôt autour des 4 000 environ ce qui était grosso la moyenne pour Nouveaux Défis, Retour vers le passé 2 ou Dans un autre monde de @Yokill2B . Pour ne citer que les fictions terminées ou en cours de la vague frozen 2
Mais s'il fallait être exhaustif on retrouve cette longueur à peu près partout... Mais ça n'est pas une règle immuable

Je te donne l'exemple du chapitre Instants figés (parce que je suis sûr de mon coup et je n'ai pas besoin de revérifier ailleurs...J'ai la flemme) est à 1700 mots "seulement"
Mais en fouillant les différentes fictions tu en trouveras à 2 000, 2500, 3000 mots... Peut être même moins!


Ensuite pour les dialogues il y'en à ou je savais pas quoi mettre dans ce chapitre, tu l'as vu dans le passage comique avec la recherche de Bruni, mais je te rassure j'étais pas non plus Hyper motiver pour cette partie, je trouvais que ça faisait un peu tâche, je me suis forcer à le faire

ça faut oublier!
Si c'est pour te forcer c'est inutile!
Soit c'est parce que tu n'as pas envie donc tant pis tu remets l'ecriture à plus tard (ça nous arrive à tous pour nos chapitres des fois de ne pas avoir envie)

Alors certes ça peut arriver de devoir écrire un chapitre sans qu'on le veuille car...Necessaire à la transition de l'histoire...Et quand ça arrive ça se ressent, ils sont généralement moins bons.

Mais à, tu le concède toi même, c'est pour du remplissage pur et dur... Bah on supprime! A quoi bon t'emmerder pendant des heures à écrire un passage qui ne te plaît pas et qui plus est n'est pas utile?


mais je vais essayer de diminuer les longs passages (surtout que pour le coup j'en avais fait pas mal pour le chapitres 5, par'ce que il y'a pas énormément de dialogues, et il va officiellement lancer l'histoire en dévoilant le premier point important qui impactera tout le reste du scénario).


Attention, je me suis peut être mal exprimé. Si c'est necessaire, il faut les garder!
Un exemple:

Pendant ce temps, dans le jardin, Anna est toujours en train de sécher les larmes du petit Henry, ses pleurs se sont arrêtés et il semble, grâce à la jeune reine, apaiser, il a enfin plus avoué la vérité à quelqu’un qui lui fait confiance.
Il est toujours dans les bras d'Anna, appuyer contre le haut de sa poitrine, elle le serre dans ses bras tout en lui caressant avec délicatesse, le visage à l'aide de sa main, en installant sa tête contre la sienne, elle prend soin de lui et le console comme une mère le ferait pour son fils, il n'a jamais connu cela, alors elle en assume pleinement ce rôle.
Olaf fait son entrée dans le petit jardin, il aperçoit Anna et Henry qui s’enlacent, assis sur le petit banc suspendu, ce qui ne manque pas de l'intriguer, il décide donc d'aller les voir, comme à son habitude, d'une démarche amusante, pour faire connaissance avec le jeune garçon.

Ce passage n'a pas besoin d'être raccourci, il introduit une nouvelle scène et permet au lecteur de suivre la narration.
Si le passage narratif permet de comprendre les sentiments des personnages sans passer par un dialogue, pas la peine de les raccourcir.

Sur ce point précis, cela fait suite à un micro apparté d'Elsa et Kristoff dans la bibliothèque... Pour le coup si ce passage n'existait pas tu avais donc "LA révélation" et immédiatement ce passage, donc un simple

"Anna prend le garçon dans ses bras. Ils restent en silence. Olaf entre"

Là on est dans du théâtre, d'ailleurs la scène en soit se poursuit.


Mais là ça permet au lecteur d'être éclairé sur ce qu'il s'est passé, pendant qu'il était occupé avec Kristoff et Elsa.


Je pense voir ce qui par contre te pose problème dans la rédaction des passage narratifs. Je vais reprendre le même passage:

Pendant ce temps, dans le jardin, Anna est toujours en train de sécher les larmes du petit Henry, ses pleurs se sont arrêtés et il semble, grâce à la jeune reine, apaiser, il a enfin plus avoué la vérité à quelqu’un qui lui fait confiance.
Il est toujours dans les bras d'Anna, appuyer contre le haut de sa poitrine, elle le serre dans ses bras tout en lui caressant avec délicatesse, le visage à l'aide de sa main, en installant sa tête contre la sienne, elle prend soin de lui et le console comme une mère le ferait pour son fils, il n'a jamais connu cela, alors elle en assume pleinement ce rôle.
Olaf fait son entrée dans le petit jardin, il aperçoit Anna et Henry qui s’enlacent, assis sur le petit banc suspendu, ce qui ne manque pas de l'intriguer, il décide donc d'aller les voir, comme à son habitude, d'une démarche amusante, pour faire connaissance avec le jeune garçon.


Je l'ai mis en couleur à chaque "séparation" ou "discontinuité", sans prendre en compte la dernière phrase qui aborde un tout autre sujet, à savoir l'arrivée d'Olaf.
Cela donne le sentiment d'une "liste de courses"

-Anna calme l'enfant.
-Il a avoué
-Il reste dans les bras
-Anna est maternelle
-Attention que l'enfant n'a jamais connu


Il y a une logique dans la chronologie, ça n'est pas un problème. On peut visualiser la scène... S'il fallait la dessiner, cela ne poserait pas de difficulté pour le lecteur, mis à part bien sûr les capacités de chacun à bien dessiner mais au delà de la qualité artistique tout le monde arrive à représenter la scène, même si les personnages sont des batons Wink )

Donc tu as les élements, tu as une chronologie qui fonctionne c'est l'essentiel.
Mais c'est saccadé. L'intérêt serait de mettre un peu d'huile dans les rouages pour rendre le texte plus fluide. Et pour cela tu auras peut être à modifier cet ordre chronologique.
Cela va passer par des connecteurs logiques.
Dans ta narration ici, tu utilises beaucoup la virgule, éventuellement, remplace la par des mots de liaison: "et" "puis" "alors" "après" "finalement" "lentement"... Et des petits mots qui permettent aussi de préciser la scène.
C'est un moment particulièrement doux. Tu fais la comparaison d'une mère et son fils. Proposer cette caracteristique à Anna est tout à fait à propos pour le personnage que l'on imagine aisément devenir maman. Et dans l'imaginaire collectif, sans doute une maman comme on peut voir Iduna, au début du film, douce et attentionnée, protectrice.
Ces petits mots, ces liaisons sont là pour accentuer cet état.


Je me permets, un exemple, dans un premier temps en gardant tes mots mais seulement en changeant l'ordre, puis en apportant quelques liaisons.
Voici l'ordre

-Anna calme l'enfant.
-Anna est maternelle
-Attention que l'enfant n'a jamais connu
-il reste dans les bras
-Il a avoué

Mon but est d'insister sur la douceur d'Anna et sa protection qui a comme conséquence, la confiance gagnée et le secret connu.

-->Pendant ce temps, dans le jardin, Anna est toujours en train de sécher les larmes du petit Henry, ses pleurs se sont arrêtés et il semble, grâce à la jeune reine, apaiser,
appuyer contre le haut de sa poitrine, elle le serre dans ses bras tout en lui caressant avec délicatesse, le visage à l'aide de sa main, en installant sa tête contre la sienne, elle prend soin de lui et le console comme une mère le ferait pour son fils, il n'a jamais connu cela, alors elle en assume pleinement ce rôle.
Il est toujours dans les bras d'Anna, Il a enfin pus avoué la vérité à quelqu’un qui lui fait confiance.


Déjà rien que là, il n'y a pas besoin de faire de rajout ça se suffit.
Mais tu auras remarqué j'ai mis en gras les "IL" ... Ces pronoms, trop de fois répétés finissent par alourdir le texte ce qui le saccade.
Les répétitions, c'est ce qu'il y a de plus dur (selon moi!)... On en fait tous, moi le premier! Mais à l'oreille...par moment elles peuvent piquer.


-->Pendant ce temps, dans le jardin, Anna est toujours en train de sécher les larmes du petit Henry, ses pleurs se sont arrêtés et semble, grâce à la jeune reine, apaisé.
Appuyé tendrement contre le haut de sa poitrine, elle le serre dans ses bras tout en lui caressant avec délicatesse, le visage. La souveraine blottit alors la tête de l'enfant contre la sienne, avant de le bercer doucement. Elle prend soin de lui et le console comme une mère le ferait pour son fils. Jamais l'enfant n'avait connu cela, alors elle en assume pleinement ce rôle.
Henry est toujours dans les bras d'Anna, profitant à chaque instant de ce moment magique. Rassuré, soulagé, Henry se sent plus léger d'avoir enfin pu avouer la vérité douloureuse à quelqu’un qui lui fait confiance.


Des petits rajouts pour insister sur ce petit moment hors du temps, même si la première version était déjà correcte.

En espérant que cela pourra t'aiguiller un peu mieux Wink

_________________
Frozen 3 - The King's Return  Sssq1010
Frozen 3 - The King's Return  11908710
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Sam 06 Fév 2021, 19:15
Oui j'avais bien compris ne t'inquiète pas, certains (beaucoup) de longs passages de Narration resteront car il permettent de visualiser dans sa tête la chose, mais ce qui ne sont pas nécessaire je parle en particulier, seront raccourci.

Je fait attention sur les répétition, mais comme quoi des fois... merci pour le très bon exemple que tu m'as donner, effectivement la Narration c'est plus ton truc, ca se voit, de mon côté on voit les petits points faibles sans forcer, mais c'est aussi avec le temps que cela s'améliorera, pour les virgules ça j'y peux rien c'est mon quotidien j'en met partout, je vait vraiment essayer de faire gaffe à ça mais j'ai un tic avec ça et tu peux le voir dans chacuns de mes messages. La Narration est un point important de cette FF même si le but est de rester dans un thème théâtrale,mais effectivement quand je me relie je vois immédiatement lesquels raccourcir et lesquels garder, le but premier est d'amener des émotions au lecteur (du rire, des larmes, de la peur... bref c'est la magie du Cinéma/Théâtre que j'essaie de mettre en œuvre, la nous somme au début donc pas d'événements majeure, mais tout va changer à partir du cinquième chapitre, je n'en dis pas plus.)

Effectivement le but premier de ce chapitre était d'amener l'affection d'Anna et de montrer qu'elle à tout d'une bonne mère, qu'elle est prête (au bout d'un moment faudra bien qu'elle ponde un petit héritier Frozen 3 - The King's Return  1262057928 ).

Alors j'avais également préciser que ce chapitre sortirai également plus ou moins en l'état, au finale je l'ai pas mal modifier, mais c'est le chapitre 5 surtout qui montrera le début d'évolution (de mon point de vue du moins, mais une amie très fan de Frozen m'a dit de garder ce rythme, alors qu'elle avait un peu, a quelques points les même conseils que toi frantz, elle écrit beaucoup également, et elle m'a un peu épauler pour l'acte 2 qui commencera donc au chapitre 9).

_________________
"Hoo-hoo" Frozen 3 - The King's Return  2013-o11
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Ven 12 Fév 2021, 19:50
Et voilà le Chapitre 5, on pourra constater que même si une légère évolution dans la narration se voit elle reste encore penchante, et j'espère que l'évolution se montrera de plus en plus de Chapitre en chapitre mais il à été fait en sorte comme pour les chapitres précédents que le lecteur s'imagine suffisamment la scène dans sa tête et d'offrir un bon sentiment de lecture, ce chapitre lance l'histoire et en dévoile de plus en plus sur le scénario, j'espère qu'il vous plairas :


ACTE 1 – Chapitre 5 :
Une longue nuit agitée



Alors que la nuit tombe et que les étoiles brillent, le village d’Arendelle commence à s’endormir, tout deviens calme et silencieux comme si le temps s’était arrêté. Le groupe se rassemble dans le petit salon pour la soirée du jeu des charades, cependant, cette soirée est différente des précédentes, car le jeune Henry au grand dam de l'ancienne reine d’Arendelle ne lui laissant échapper aucun sourire, se joint à eux. Un léger courant d'air frais se fait ressentir dans la pièce, Kristoff s'approche et, précipitamment, referme la porte-fenêtre menant sur le balcon avant de prendre place sur le canapé auprès des autres qui sont déjà installés. La parti est sur le point de commencer, les équipes se mettent en place et Sven lui, comme à son habitude, s’occupe de la cloche et du sablier en compagnie, cette fois, de Bruni qui semble déjà s’être endormi sur la petite table basse. Anna explique patiemment les règles à Henry, qui n’a encore jamais joué à ce jeu.

Anna : (vers Henry) tu vas voir, c'est très simple, il suffit de mimer clairement ce qu’indique le papier et essayer de le faire deviner à ton équipe, c’est-à-dire moi et Elsa. (un rapide regard froid s’échange entre Elsa et Henry) Le jeu se termine quand il n'y a plus de papier dans la coupelle et l’équipe avec le plus de points remporte la partie. Nous affrontons Olaf et Kristoff, d'accord ?

Kristoff : (proteste) hey, c'est pas du jeu, vous êtes trois.

Anna : (se tourne amuser vers Kristoff) dois-je te rappeler notre handicap.

Kristoff : ah oui, c'est vrai (regarde fixement Elsa) vous avez Elsa.

Elsa : (se tourne à son tour vers Kristoff) je me suis tout de même amélioré depuis.

Kristoff : (rit aux anges) M'ouais… 

Le prince et l'ancienne reine d’Arendelle se dévisagent compétitivement du regard mais le sourire benêt de Kristoff ne tarde pas à désopiler Elsa. Anna, après un bref instant passer a les observer avec ébats se retourne souriante vers Henry pour continuer ses explications.

Anna : où en étais-je ? Ah oui… Donc quand se sera à moi ou Elsa de mimer se sera à toi avec ton coéquipier, de trouver la réponse, plus on en trouvera avant la fin du sablier et plus on marquera de points. Si c'est l’équipe adverse qui trouve, alors elle marque deux points et le tour s’arrête. Compris ?

Henry : (incertain) ca à l'air facile.

Kristoff : (se tourne bêtement vers Henry) ne dis jamais ça à une femme.

Henry : (interrogatif) pourquoi ?...

Anna : (le sourire gêné) bon… Et si on jouait, maintenant ? Allez, c'est moi qui commence.

Anna, se lève sans plus attendre du canapé et part tirer son premier bout de papier qu'elle lit avec attention, l’expression de son visage change de celui qu'elle eu il y a quelques secondes, c'est allègrement que la jeune reine se met en position face aux autres.

Anna : bon, vous êtes prêt ? Celui-ci est vraiment facile.

Tous lui font un petit hochement de tête et elle commence à faire des gestes incompréhensibles en se mettant à trotter en rond tout autour du salon avec un grand sourire béat.

Olaf : (avec un air d’incompréhension) un éléphant ? Une girafe ?... Un cochon dinde ?

Kristoff : (s’écrie) c'est Olaf !!!

Anna : (avec dégoût) oui.

Kristoff : (se tourne d'un air frimeur vers Olaf) héhé, c'est nous les plus forts… Encore une fois.

Olaf : (se tourne contrarier vers Kristoff) par' ce que tu trouves que ca me ressemble toi ?

Kristoff : (hausse les épaules) bah y a un truc… 

Kristoff ayant trouvé la réponse, c'est à son tour de jouer, il se lève et laisse Anna reprendre place entre Elsa et Henry qui n'arrive toujours pas à s’échanger le moindre sourire ni même un simple et doux petit regard, ce qui attriste quelque peu la jeune reine qui essaie juste de se montrer conciliante. Elle tourne le regard du côté d'Henry pleinement concentré sur Kristoff puis du côté d'Elsa qui le lui rend accompagner d'un petit sourire légèrement simulé. Kristoff tire à son tour un petit bout de papier et le lit en grimaçant, il commence à mimer ce qui y est représenter en levant une jambe puis en courbant le genou tout en mettant un bras en l'air et commence à se tourner sûr lui-même en faisant de petits sauts.

Anna : (se moque gentiment) une danseuse ? Une jolie danseuse.

Elsa : (rit aux éclats)

Olaf : (pleur de rire)

Henry : une boîte à musique ?

Kristoff : (soulager) c'est ça !

Anna : (en joie) bien jouer Henry, on est à égalité avec Olaf et Kristoff.

Olaf : (vers Henry et Anna) parlez pas trop vite, la partie commence à peine.

Anna : comment as-tu trouvé ça ?

Henry : ma grand-mère en avait une comme celle-ci… Elle y était très attachée et l’écoutait tous les soirs avant de s’endormir, ce qui parfois agaçait papi… Il détestait cette boîte à musique et dès qu'ils se disputaient, c’était souvent à cause de ça. (regarde autour de lui et se tourne de nouveau du côté d'Anna) C'est à moi de jouer ?

La jeune reine fait un petit sourire à Henry qui se lève du canapé et avance vers la petite coupelle pour tirer son morceau de papier, il le lit rapidement, mais donne la sensation de ne pas savoir comment s'y prendre et reste immobile, planter en plein milieu du salon avec son papier à la main qu'il vient relire plusieurs fois pour éviter le regard fixe du groupe qui le dévisage. Anna se tourne vers Elsa et Kristoff le sourire inquiet, chacun commence à se regarder sans savoir quoi dire et cet instant silencieux en devient gênant, alors sa nouvelle amie essai comme elle le peut de venir en aide au jeune garçon qui semble complètement apeurer face à eux.

Anna : (se montre rassurante) si tu ne sais pas comment le mimer tu a le droit d'en choisir un autre, on ne perdra qu'un point, ça ne fait rien.

Henry : (clouer sur place, la tête vers le bas) non… C'est pas ça.

Il lâche le papier de ses mains et accourt vers la porte, Anna essaie de le rattraper avant qu'il n'atteigne le couloir, mais en vain.

Anna : (se lève et sort de la pièce en courant) Henry, attends ! Reviens !

Olaf : (se tourne vers Kristoff) qu'est-ce qui lui prend ? Ça fait parti du jeu ça ?

Elsa et Kristoff se relèvent du canapé tandis qu’Olaf fixe le prince avec un air d’incompréhension, il se rapproche de la jeune femme ramassant le papier que tenait Henry avant qu'il ne se sauve.

Kristoff : (inquiet) qu'est-ce qu'il y a de marquer ?

Elsa : (le papier devant les yeux) un dauphin…

Kristoff : (essai d'apaiser la situation) tu m’étonnes qu'il se soit enfui, moi non plus j’aurais jamais su comment mimer ça.

Elsa : (se tourne tristement vers Kristoff) je doute que ce soit pour ça.

Kristoff : (avec compréhension) non… Bien sûr que non.

Elsa : (tourne la tête vers la porte grande ouverte menant au couloir) je crois que je ferais mieux de rejoindre Anna, (se tourne vers Kristoff) tu peux rester là, avec Olaf ? Fait attention à ce que Bruni ne se sauve pas encore une fois, une matinée de problèmes suffit amplement.

Kristoff : (amuser) pas de problème, (vers Olaf) je surveille ces trois-là.

Olaf : (contrarier) tu te crois drôle le grand dadais ! 

Elsa se dirige vers la sortie du salon et referme la porte derrière elle pour éviter une possible fuite de la petite salamandre qui choisirait d'en profiter pendant qu'elle a le dos tourner, Kristoff se rassoit sur le canapé avec Olaf qui est en train de bouder en le détournant du regard.

Kristoff : (mécontent) tu vas pas me faire la tête toute la soirée pour ça quand même ? Je plaisantais…

Olaf : (il croise les bras)

Kristoff : (croise les bras à son tour) tu n'as pas la sensation d’exagérer un peu-là, Non ?

Olaf : (cesse de bouder et se tourne avec inquiétude vers Kristoff) c'est moi où on se dispute vraiment comme un vieux couple au bord de la rupture ?

Kristoff : (regarde dans le vide avec stupéfaction) ça devient grave… (se tourne vers Olaf, les deux s’échange un regard cocasse) Faut vraiment qu’on arrête.

***************

Dans les couloirs, Anna est à la recherche d'Henry qui semble l'avoir semer.

Anna : (de vives voix) Henry ? Réponds-moi s'il te plaît… Henry ? (parle tout bas avec une expression inquiète) Mais où es tu ?

Kai : (arrives en courant) Votre Altesse !... (essouffler) Je viens d’apercevoir un jeune garçon courir en direction du hall, je n'ai pas réussi à le rattraper, il va bien trop vite pour moi.

Anna : (soulager) Kai. Je vous remercie, il faut que j’aille le retrouver immédiatement.

Anna accourt déjà vers le hall d’entrée pour retrouver Henry et manque de bousculer Kay encore en train de reprendre son souffle.

Kai : (parle dans le vide, elle est déjà loin) la porte à été verrouillé, je doute qu'il soit sorti.

Le domestique se retourne et tombe sur Elsa qui avance rapidement vers lui.

Elsa : (face à lui) Kai ? Bonjour.

Kai : (s'incline) Votre Altesse. Je suis ravi de vous revoir.

Elsa : merci. J'ai cru voir ma sœur passer par là.

Kai : c'est exact, elle se dirigeait en direction du Hall pour retrouver un jeune garçon qui semble t'il se balade dans le château, mais je constate qu'il est avec vous, donc aucune raison de s’inquiéter.

Elsa : en effet, je vais aller la rejoindre pour être sûre que tout va bien, ce garçon est… Compliquer.

Kai : oh, je n'en doute pas, souhaitez vous que je vous y accompagne ?

Elsa : (commence à avancer en direction du hall) non, ne vous en faite pas, je me débrouille. 

Elsa avance en direction du hall pour rejoindre Anna et l'aider avec Henry tandis que Kai continue dans l'autre direction et poursuit son chemin, ils quittent la pièce chacun de leur côté.

***************

Anna arrive à l’entrée du château, mais le jeune garçon ne semble pas y être présent.
Elle marche tout en regardant partout autour d'elle avant d'essayer d’ouvrir la grande porte d’entrée qui est verrouiller, cependant, la jeune reine entend comme une forte respiration sur sa droite. Anna s’approche doucement du grand pilier décoratif du hall et y appuie sa main, elle se penche délicatement pour vérifier et voit Henry, assis au sol et appuyer contre le pilier, recroqueviller sur lui-même, la tête dans les bras.


Anna : (s’agenouille face au jeune garçon et essaie de le rassurer) Henry ? Regarde moi.

Henry : (lève son regard larmoyant vers Anna) je n'aime pas ce jeu.

Anna : tu ne sais pas lire, je me trompe ?

Henry : (il hoche tristement la tête pour dire non et remet sa tête dans ses bras).

Anna : ce n'est pas ta faute, tu n'y peux rien… (appuie sa main sur son épaule) Ce n'est absolument pas de ta faute.

Anna se rapproche un peu plus d'Henry et appuie son autre main contre ses bras, elle laisse glisser sa main appuyée contre l’épaule du jeune garçon derrière son cou et commence à le pencher doucement vers elle. Henry se laisse guider et appuie sa tête contre le haut de la poitrine de la jeune reine qui vient également blottir sa tête contre celle du jeune garçon. Elsa arrive enfin dans le hall d’entrée et aperçoit Anna accoler à Henry, elle se rapproche tranquillement vers eux pour ne pas effrayer l'enfant.

Anna : (relève délicatement la tête du jeune garçon) tu sembles épuiser, je vais t’amener avec moi jusqu’à ta chambre, tu es d’accord ?

Henry : (il remue la tête pour dire oui)

Anna : (prends Henry part la main et ils se relèvent) tu es d’accord si Elsa nous accompagne ?

Henry : ok.

Elsa ne peut s’empêcher de faire un léger sourire à Henry bien qu'elle ne l’apprécie guère.

Anna : (murmure à l'oreille d'Elsa) il ne sait pas lire.

Elsa : (regarde tristement le petit garçon qui regarde vers le sol) oui, je m'en étais douté un peu. 

Ils font demi-tour et se dirigent de nouveau au cœur du château, jusqu’à la chambre qu’Anna prête au jeune garçon.

***************

Ils arrivent tous les trois devant la porte de la chambre, Henry regarde Anna qui lui fait un sourire, elle ouvre la porte, mais le jeune garçon ne semble pas décider à entrer. Elle comprend qu'il veut lui dire quelque chose, mais qu'il n'ose pas, alors Anna s’agenouille devant lui chaleureusement pour l'aider à sa façon.

Henry : (la dévisage du regard, légèrement apeurer) tu vas m’apprendre à lire ?

Anna : Henry… (se tourne incertaine vers Elsa qui la regarde tristement et se tourne de nouveau vers Henry) Je ne peux pas.

Henry : (il l’évite de nouveau du regard et regarde tristement vers le sol)

Anna : (ému) là où tu iras il y a des gens qui s’occuperont bien de toi, qui vont t'apprendre à lire, qui t’offriront la vie que tu mérites de vivre et je te promets que je ferai le nécessaire pour toi… Il y a un peu plus haut dans le village un orphelinat qui accueille les jeunes enfants qui sont dans ta situation, un orphelinat qu'Elsa à inauguré il y a deux ans et je suis persuadé que tu trouveras ta place là-bas auprès des autres.

Henry : (se vexe) je ne veux pas aller là-bas… (relève la tête et la regarde avec tristesse) Je veux rester ici… Avec toi.

Anna : Henry… Tu dois comprendre que je ne peux pas m’occuper de toi, j’aimerais mais… (lui prend la main et vient essuyer une larme qui commence à couler sur le visage d'Henry avec sa main) Je promets de souvent venir te voir.

Henry : (baisse les yeux) et très vite, tu m'oublieras et je ne te reverrai plus… (relève les yeux vers elle) Je sais comment ça se passe.

Anna : non… (l’enlace les yeux larmoyants) Bien sûr que non.

Elsa, tout autant attrister pour le jeune garçon, approche sa main près de la nuque d’Henry pour lui donner un supplément d’affection, mais elle se rétracte instantanément. Anna se saisit de la main d'Henry en lui faisant un sourire, ils se relèvent et entrent dans la chambre suivis de près par Elsa qui ferme la porte derrière eux.

***************

Anna prépare le lit pour Henry et le laisse mettre un pyjama à sa taille.
Le jeune garçon se rapproche le regard fuyant, légèrement intimider par les deux sœurs lui souriant.


Anna : (lui sourit tendrement) installe toi.

Henry s’assoit sur le lit et semble très ému, cela fait plusieurs semaines qu'il n’a pas dormi dans un vrai lit alors il laisse échapper un gai sourire qui démontre clairement sa penser.

Henry : c'est doux… (se tourne vers Anna) Merci.

Le jeune garçon s'allonge dans le lit puis est soigneusement bordé par la jeune reine, si bien qu'il ne peux plus bouger.
Anna se penche et vient délicatement lui embrasser le haut du front, un signe d’affection très maternel pour lui montrer son attachement.


Anna : (parle tout bas) bonne nuit Henry.

Elle se retourne vers sa sœur qui lui sourit chaleureusement, Elsa est très fier d'elle et le lui montre, elle se comporte comme une mère doit le faire envers son enfant. Les deux sœurs commencent, en faisant le moins de bruit possible, à regagner les couloirs du château, mais le jeune garçon ne s'est pas encore endormi, il ouvre les yeux et, en se relevant légèrement, observe Elsa avec hésitation.

Henry : (d'une toute petite voix intimider) Elsa ?

Elsa : (elle se retourne vers Henry puis légèrement hésitante vers Anna)

Anna : (en chuchotant) tu veux que…

Elsa : (lui coupe la parole en chuchotant à son tour) non, ça va aller, ne t'en fait pas… (en lui souriant) Va vite retrouver Kristoff.

Anna semble ravie de la décision courageuse prise par le jeune garçon et elle espère qu’Elsa et Henry vont réussir cette fois à repartir sur de bonnes bases, eux qui on des difficultés depuis le début de la journée à échanger un mot ou même un regard. La jolie rousse quitte la pièce et ferme la porte derrière elle pour rejoindre son prince, laissant Elsa seul avec Henry.
La jeune femme se rapproche de lui et le laisse s’exprimer devant elle.


Henry : (se sent impressionner) je… Je voulais te dire que… (baisse la tête) Excuse moi pour ce matin… (regarde de nouveau en direction d'Elsa) J’aurais pas dû vous mentir à toi et Anna, je me rends compte que j'ai été bête… Pardon.

Elsa : (d'un air très sérieux) tu n’aurais pas dû mentir, ce que tu as fait est mal et je t'en veux pour avoir fait cela alors qu'on ne voulait que ton bien… Être désolé n'y changera rien.

Henry : (il baisse attrister les yeux)

Elsa : (lui sourit tendrement) cependant… (s'avance vers lui) Je suis fier que tu aies eu le courage de me le dire. 

Henry : (relève étonner la tête) tu me pardonnes alors ?

Elsa : disons que pour l’instant, tu es excusé.

Elsa s’assoit sur le coin du lit et le regarde affectueusement dans les yeux ce qui intimide Henry qui la fui du regard une larme à l’œil.

Elsa : (se montre soucieuse) hey, qu'est ce qui ne va pas ?

Henry : c'est juste que… (profondément attrister) Mes grands-parents me manquent énormément et… Je voudrais tant que mon père soit encore là, je n'ai aucun souvenir de lui. 

Elsa : (compréhensive) ce que tu ressens est normal tu sais, chacun de nous avons des sentiments, c'est une part de faiblesse enfermer dans notre esprit. Mais tu veux que je te dise une chose ? C'est aussi notre plus grande force, par' ce que l'on n’oublie jamais ce que les gens que l'on aime représentent à nos yeux, et même s'ils ne sont plus présents à nos côtés, (pose sa main sur le cœur du jeune garçon) ils sont juste ici et continuent de te donner le courage d’avancer, d’être fort. Et c'est quand tu en auras le plus besoin que tu le comprendras, n’oublies jamais ça.

Henry : (plonge de nouveau ses yeux dans ceux d'Elsa) ma grand-mère me chantait une berceuse pour m’endormir le soir avant que… Qu’elle… (attrister) Elle la chantait à ma mère quand elle était petite… Ca me manque.

Elsa vient s’allonger à ses côtés en lui caressant délicatement la joue et, à son tour, essaie de se montrer maternel envers le jeune garçon même si elle sait pertinemment qu'elle ne le fait pas aussi bien qu’Anna.

Elsa : je ne connais pas la berceuse que te chantait ta mamie, mais j'en connais une qui pourrait t’aider à t’endormir, veux tu l’entendre ?

Henry : (il secoue la tête pour dire oui)

Elsa : (lui fait un tendre sourire) d’accord, tout d’abord approche toi. (Henry, après une légère hésitation, se blotti contre Elsa) On se câline, on se blottit.

Elsa, avec son auriculaire, vient délicatement caresser le bas du front d'Henry et le fait glisser jusqu’au bout de son nez comme le faisait Iduna, ce qui apaise Henry qui ferme les yeux, c'est alors que la mélodieuse musique de la berceuse d’Athohallan que chantait la mère d'Elsa et Anna retenti.

Elsa : (Henry ferme les yeux et elle commence à chanter d'une voix douce et apaisante) 🎶 là où le vent du Nord rencontre la mer, il y a une rivière pleine de souvenirs. Dors, mon petit, dors sain et sauf, car dans cette rivière, tout est retrouvé… Dans ses eaux profondes, criantes de vérités, gisent les réponses et un chemin que tu devrais suivre. Plonge au plus profond de ses sons, mais, attention pas trop loin, tu risquerais de t'y noyer… Oui, elle chante pour ceux qui l’écouteront. Et dans sa chanson coulent toutes les magies. Mais es-tu assez courageux pour affronter tes peurs les plus profondes ? Peux-tu faire le poids face à ce que la rivière sait ?... La où le vent du Nord rencontre la mer, il y a une mère emplie de souvenirs, viens mon petit, reviens chez toi, car quand tout est perdu, c'est alors que tout est retrouvé. 🎶

Henry : (rouvre les yeux) j'aime beaucoup cette chanson… (lève la tête vers Elsa) Je peux te demander quelque chose ?

Elsa : (lui sourit tendrement) bien sûr.

Henry : pourquoi tu es parti ? Tu aimais Arendelle pourtant.

Elsa : évidemment, Arendelle est ma maison et elle le restera… Jamais je ne l'abandonnerai, mais au fond, j'avais la sensation de ne pas être à ma juste place, j'ai trouvé l’endroit où je pouvais être moi-même et j'aime ça, c'est tout ce qui compte vraiment… Je ne suis pas parti tu sais, je me suis un peu éloigner tout simplement.

Henry : tu reviendras vivre ici un jour ?

Elsa : (pensive) je ne sais pas… Je pense que chacun de nous avons trouvé notre place à présent et nous devons nous concentrer sur l'avenir, quand tu seras plus grand, tu comprendras.

Henry : (baisse les yeux) tu sais, je crois qu’Anna n'est pas heureuse ou pas autant qu'elle le voudrait du moins…

Elsa : (elle montre un visage inquiet) que veux-tu dire ?

Henry : (lève les yeux vers Elsa) je ne suis pas sûr, c'est l’impression que j'ai, c'est tout.

Elsa : (elle se montre rassurante) je pense qu’Anna tout comme toi avez surtout besoin de repos, cette journée à été… (rire) Plutôt mouvementée.

Elsa, en douceur, se relève et à son tour lui embrasse le haut du front en lui faisant un doux petit sourire juste avant que le jeune garçon ne ferme les yeux.

Elsa : (à voix basse) fait de beau rêve.

Elsa se lève et quitte la chambre en silence, la jeune femme se tourne une dernière fois en direction du jeune garçon légèrement attristé pour lui et referme silencieusement la porte.

***************

La scène est coupée en deux, séparer par un long mur. D'un côté la chambre d'Anna, assise sur le lit avec Kristoff qui la rejoint, et de l'autre le couloir actuellement vide avec pour seul éclairage des chandeliers accrocher au mur.

Kristoff : (soupirant de fatigue) quelle journée, je suis épuisé.

Anna : (elle semble pensive, le regard plonger dans le vide)

Kristoff : Anna ?

Anna : (sors de ses pensées et se tourne vers Kristoff) hein ? Je… Oui, tu as raison.

Anna montre un visage abattu, d'une rare tristesse, Kristoff passe son bras autour d'elle et pose sa main sur l’épaule de la jeune reine.

Kristoff : (inquiet) ça ne va pas ?

Anna : (une larme coule le long du visage d'Anna) si je vais très bien… (son regard fui celui de Kristoff) Ne t’inquiète pas pour moi.

Kristoff regarde Anna, son visage d’habitude très joyeux tourne immédiatement vers une expression plus sérieuse. De l'autre côté depuis le couloir, Elsa se rapproche de la chambre des deux tourtereaux le sourire aux lèvres et s’arrête devant la porte en s’apprêtant à frapper, mais entend Kristoff et Anna depuis l'autre côté et décide alors de tendre l'oreille et de les écouter attentivement de derrière la porte.

Kristoff : si c'est ma faute, je m'excuse.

Anna : non, c’est pas toi… C’est moi, je suis nul.

Kristoff : (hausse le ton) d’où tu sors ça ? Tu n'as pas le droit de penser ça de toi… (imite Sven pour essayer d'apaiser Anna) Tu veux des léchouilles ? 

Anna : (laisse échapper un petit rire) gros bêta va… (son sourire disparaît aussitôt) C'est juste que… Henry est déçu de moi, il veut que je m’occupe de lui, mais je ne peux pas et… (ils se regardent droit dans les yeux) si je le pouvais je lui offrirai une place parmi nous tu sais, il a besoin de l’affection qu'il mérite et j'aimerais la lui offrir, je ne veux pas qu'il soit triste à cause de moi.

Kristoff : je sais que c'est difficile et moi-même je l’apprécie beaucoup… Je me reconnais en lui tu sais, beaucoup plus que tu ne l’imagines.

Anna : (son regard, de nouveau, fui celui de Kristoff) il n’y a pas que ca.

Kristoff : elle te manque ? (Anna plonge son regard larmoyant dans celui de Kristoff) Je le vois tu sais, et moi aussi je le ressens. Parfois, j’aimerais que rien n'ait changé et que nous soyons de nouveau tous ensemble comme avant… Une famille.

Anna : (le sourire difficile) c'est vrai ?

Kristoff : (il lui fait un petit sourire en hochant la tête pour dire oui)

Anna et Kristoff se serrent l'un contre l'autre et la jeune reine vient reposer sa tête sur les larges épaules du Montagnard.

Anna : (elle commence à pleurer) chaque jour qui passe ou elle n'ai pas la est un coup de poignard dans mon cœur.

Kristoff : je comprends… Est-ce que tu lui as dit ?

Anna : je ne peux pas, elle est si heureuse aujourd’hui… Je refuse de la priver de ça, elle mérite sa nouvelle vie… (ses pleurs s’intensifient) Elle me manque Kristoff, si tu savais comme c'est difficile… Elle me manque tellement.

Anna s’effondre dans les bras de Kristoff, le Montagnard ne sait pas comment réagir alors il préfère simplement être l’épaule sur laquelle pleurer dans cette situation tout en serrant fort son épouse dans ses bras. Le sourire qu’avait Elsa en arrivant à totalement disparu laissant place à de tristes larmes qu'elle ne peut contrôler, elle saisi tremblante la poignée de la porte pour les rejoindre, mais au dernier moment fait marche arrière et s’assoit au sol, dos au mur, comme pétrifier. C'est un triste silence qui s’installe et seuls les pleurs d'Anna effondrer dans les bras de Kristoff se font entendre, Elsa ne souhaite qu’entrer dans la chambre et prendre sa sœur dans ses bras pour lui dire que tout va s’arranger et qu'elle est prête à rester auprès d'elle, mais s’y refuse par crainte de prendre une mauvaise décision. Bruni, qui à profiter d’une ouverture pour s’éclipser de nouveau se rapproche joyeusement de la jeune femme complètement dépassée par les événements en la regardant avec un grand sourire niais qui disparaît quand la petite salamandre se rend compte qu’Elsa ne lui prête pas attention, il décide alors de grimper sur son épaule et la dévisage d’un regard attrister. Les yeux abattus et larmoyant d'Elsa regardant face à elle se ferment de tristesse et Bruni, les yeux fatiguer, vient se blottir et s’endormir tranquillement sur son épaule.

***************

Hors des murs du château d'Arendelle, l'homme mystérieux sort de l'ombre et observe en direction de Mattias qui, avec ses gardes, patrouillent tout autour du village, un comportement qui ne manque pas d’attirer l’attention du général.

Mattias : (se rapproche de l’étranger) excusez moi. Je peux vous aider ?

Inconnu : (il se retourne très vite pour éviter le regard du général) non, ce ne sera pas nécessaire, je vous remercie. 

Mattias : (incertain) ne nous serions-nous pas déjà vus ?

Inconnu : (le dos tourné à Mattias) cela m’étonnerait fort… Je n'oublie jamais un visage.

L’étranger, la jambe boiteuse, s’éloigne du général Mattias dont l’expression faciale vire à une inquiétude qu'il n’a pas ressentie depuis ces six derniers mois et se retrouve figer sur place.

Mattias : moi non plus…

Il se retourne et rejoint d'un pas rapide ses gardes qui l'attendent.

Garde d’Arendelle : tout va bien général ?

Mattias : (repasse devant ses gardes à vive allure qui le regarde avec incompréhension) on rentre immédiatement au château, je dois parler à la reine de toute urgence.

Garde d’Arendelle : (inquiet) mon général que se passe t'il ?

Mattias : (se tourne affoler vers le garde) je ne suis pas sûr… Je vous expliquerai cela une fois sur place, en avant.

D'une marche rapide, la garde d’Arendelle retourne rapidement en direction du château tandis que l’étranger les observe au loin, le poing fermer de colère qu'il vient écraser contre le mur se trouvant face à lui.

Inconnu : (regarde rageusement vers le château) il est grand temps que nous nous rencontrions enfin jeunes filles. (sors une lettre portant un mystérieux sceau) Nous avons beaucoup de choses à nous raconter vous et moi.

_________________________________________________________

La suite dans le chapitre 6 : Le Vagabond.
Vinc
Vinc
Masculin Messages : 371
Date d'inscription : 27/11/2020
Age : 25
Localisation : Poudlard - pas l'école de sorcellerie

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Lun 22 Fév 2021, 18:15
Acte 1 - Chapitre 6 :
Le Vagabond


Un scintillant croissant de lune vient illuminer le village profondément endormi et de sa lumière bleutée commence à éclairée de sa brillantissime réflexion le fjord bordé par le port d’Arendelle.
L’étranger, un châle à la main auquel il semble particulièrement attacher, s’approche près des quais pour observé la beauté de ce magnifique ciel étoilé tandis qu'un souffle de vent frais printanier laisse sa cape pointée en direction du château qu'il admire d'un exécrable regard.


Mystérieuse voix : (dans l’obscurité) vous me cherchiez ?

Inconnu : (le dos tourné à la voix) vous avez pris votre temps Carlos.

Carlos : (sort de l’ombre) veuillez m’excuser monsieur, j'ai suivi les gardes à votre demande, ils se dirigeaient vers le château, je n'ai pu les suivre plus loin sans attirer les soupçons. 

Inconnu : voilà qui est embêtant…

Carlos : (d'une voix tremblante) pardonnez moi monsieur.

L’étranger se tourne d'un sévère regard vers Carlos et sort de sa poche la mystérieuse lettre qu'il lui tend d’une main ferme.

Inconnu : lisez ceci.

Carlos : (ébahi) ce sceau…

Inconnu : (indifférent) vous le connaissez ?

Carlos : je… (baisse les yeux devant le regard fixe de l’inconnu) Oui, je le connais. (ouvre la lettre) Elle vous a été écrite de la main de...

Inconnu : (l'interrompt) il y a peu, passez en au fait, nous n'avons pas toute la nuit.

Carlos : (commence à lire) monsieur, notre récent entretien m’a longuement fait réfléchir sur votre plan consistant à… (lève ébahi les yeux vers l’inconnu) Faire tomber Arendelle.

Inconnu : continuez.

Carlos : notre royaume se porte volontaire à y participer tant que vous promettez de tenir votre engagement… (cesse la lecture, abasourdi) Vous êtes sur le point de déclencher une guerre. N'y a-t-il aucun autre moyen ?

Le vagabond se tourne vers les quais et se rapproche dangereusement du bord tout en admirant son imposant reflet dans l’assombri eau du fjord.

Inconnu : (consterné) parfois, la seule façon d’obtenir ce que l'on convoite le plus est de le prendre par la force… C'est ce que l'on m'a appris et je ne fais que l’appliquer.

Carlos : (calmement) le trône n'est pas votre seule motivation, je me trompe ? Vous avez d’autres ambitions.

D'une forte agressivité, le vagabond se retourne face à Carlos qui le regarde avancer vers lui avec une forte appréhension.
Il saisit violemment d'une seule main le représentant par la gorge l’empêchant de respirer et manque de sérieusement l’étouffer.


Inconnu : si j’étais vous, je me contenterais de faire ce que l'on me demande de faire, j’espère avoir été clair ? (le relâche) Je ne me répéterai pas.

Carlos : (se tiens la gorge et parle d'une voix étranglée) pardonnez moi… Je ne voulais pas me montrer impoli monsieur.

L’étranger lève la tête vers le château et commence à s’avancer dans sa direction tournant alors le dos à Carlos les mains et les genoux à terre reprenant difficilement son souffle.

Inconnu : il est grand temps de laisser tomber le masque et d’aller à la rencontre de ces deux charmantes jeunes femmes… (sur un ton méchamment drôle) De façon à me présenter en bonne et due forme.

*   *   *

Suite à un fort chagrin intérieur, Elsa a rejoint sa chambre les yeux larmoyants et se tient fort au buffet qui se trouve face à son lit auquel elle tourne le dos, se regardant alors dans la glace qui reflète son triste visage.
La jeune femme se tourne amèrement vers le grand portrait d’Agnarr lors de son couronnement brandissant le traditionnel sceptre et la cérémonial orbe comme l'on fait les deux sœurs quand elles sont devenues reines à leur tour.


Elsa : (s’adresse d'une voix émue au portrait) que dois-je faire ? J'ai besoin que quelqu’un me guide. Aidez moi père, je vous en supplie par pitié… J'ai besoin de vous.

Elsa laisse ses émotions prendre le dessus et s’effondre gémissante au sol les mains collées aux yeux, puis, d'un éclair de magie tout deviens blanc autour de la reine des neiges comme si, à cet instant, elle se trouvait au cœur d’Athohallan.
D'un grand halo blanc l’entourant, une main vient s’appuyer sur l’épaule de la jolie blonde en pleurs qui se laisse surprendre.


Voix masculine : (d’une voix apaisante) n'aie pas peur mon enfant, je suis là maintenant.

Elsa : (se retourne brusquement) père ? Est-ce vous ?

Agnarr, entièrement vêtu de blanc, apparaît face à Elsa et la regarde tendrement dans les yeux en lui souriant chaleureusement.

Agnarr : oui, tu m'as appelé alors je suis venu.

Elsa : (abasourdie) comment est-ce possible, vous êtes…

Agnarr : mort ? (rire) Oui, c'est vrai, mais tu vois comme tu l'as dit toi-même, rien ne meurt jamais vraiment.

Elsa : (incertaine) est-ce que tout ça est réel où bien… Est-ce que ça se passe dans ma tête ?

Agnarr : évidemment que ca se passe dans ta tête mon trésor, mais dit moi, pourquoi est-ce que cela signifierait que ce qu'il s’y passe n'est pas réel ?

Elsa : (comme embrouillée) je… J'ai l’impression d’être à Athohallan.

Agnarr : (regarde tout autour de lui) ah oui ? Peut-être bien Par’ce que c'est le cas, après tout ceci est ton œuvre.

Elsa : je ne comprends pas.

Agnarr : tu es connecté à cette rivière, tu peux accéder à ce savoir quand bon te semble, ce n'est qu'un apprentissage que la vie t'offre parmi tant d’autres.

Elsa : (confuse) j'ai vraiment fait ça ?

Ils s’assoient tout deux sur le lit, Agnarr prend le temps de caresser les longs et soyeux cheveux de sa fille qui le regarde au bord des larmes.

Agnarr : l’émotion était si forte que tu en as perdu le contrôle de toi-même, permet moi de te mettre en garde… Un usage abusif de ce savoir pourrait être dangereux… Pour toi, pour Anna et pour tous ceux que tu aimes.

Elsa : (attristée) je pensais avoir tout compris… Et aujourd’hui j'ai la sensation d'avoir tout perdu de nouveau.

Agnarr : tu penses avoir tout perdu, mais n’est-ce pas quand tout est perdu que, tôt ou tard, tout fini par être trouvé ?

Elsa : (en souriant) la berceuse de maman…

Agnarr : (perplexe) en à tu seulement compris le sens ?

Elsa : je ne sais pas… Je… (baisse la tête le regard au sol) Je ne sais plus.

Agnarr : (lui relève la tête) les réponses viennent toujours à qui sait attendre, soit patiente.

Elsa : (les yeux larmoyants) que dois-je faire ?

Agnarr : cela… Tu devras le découvrir par toi-même.

Père et fille s’enlacent, mais la jeune femme ne semble ressentir aucune émotion particulière, comme si l’esprit d’Agnarr n'est pour elle que la simple présence d'un voile magique qu'elle aurait créée grâce à ses pouvoirs, tel un doux et enivrant rêve.
Immédiatement, quelqu’un toque à la porte alors, d'un nouvel éclair, la forme d'Agnarr étreignant sa fille disparaît aussi vite qu'elle est apparue et, petit à petit, la pièce retrouve ses couleurs.


Elsa : père ?

Tel un code, on frappe de nouveau à la porte, d’un premier coup puis d'un autre suivi de près par deux petits coups successifs et d'un dernier plus réservé, ce qui surprend Elsa qui n'a pas entendu la première fois.

Elsa : (d'une timide voix) entrez.

Anna ouvre avec diligence la porte de la chambre d'Elsa tout en se tenant à la poignée et lance un regard interrogateur vers la jolie blonde qui dévisage sa petite sœur.

Anna : à qui tu parlais ?

Elsa : avec personne… Enfin, je veux dire à Bruni.

La petite salamandre, les quatre fers en l'air sur le lit, lève la tête vers le cinquième esprit la fixant tel une bête curieuse.
Anna entre dans la pièce et, le regard fuyant, fait de sorte à cachée ses émotions tout comme le fait Elsa à sa façon.


Anna : (à voix basse) oh. Et sinon, ça va toi ? Tout s'est bien passé avec Henry ?

Elsa : (d'un regard faux) oui, tout va bien ne t'en fais pas… Et toi ?

Anna : (de ce même et rapide regard) on ne peut mieux.

Elsa : tant mieux alors.

Anna : je… (le sourire grimaçant) Oui.

Toutes deux s’échangent un sourire guindé et un moment silencieux vient quelque peu ternir la situation déjà très refroidit entre elles.

Elsa : (soucieuse) tu as les yeux rouges.

Anna : oui… (petit rire) Je suis vraiment fatiguée.

Elsa : ça à été une longue journée, on a bien méritées un peu de repos.

Anna : oui, tu as raison, alors… Je vais te laisser, je passais juste voir si tu avais besoin de quelque chose.

Elsa : non. Ça ira, merci Anna.

La cadette se retourne et commence doucement à avancée en direction de la sortie d'une façon qui semble faire beaucoup de peine envers sa grande sœur.

Elsa : Anna ?

Anna : (se retourne abruptement) oui ?

Elsa : tu veux que... toi et moi dormions ensemble cette nuit ?

Anna : je… J'ai promis à Kristoff que… non pas ce soir, désolé.

Elsa : (d'un chaleureux sourire) ça ne fait rien.

Anna regagne d'une allure nonchalante la porte de la chambre de sa sœur qui la regarde avancer tristement de ses beaux yeux bleus. 

Elsa : Anna attend. (sa sœur se tourne vers elle) Je veux que tu saches que quoi qu’il arrive je serais toujours là pour toi… Toujours.

Anna : merci Elsa… Moi aussi, je te le promets.

Les deux sœurs s’échangent un doux sourire avant qu'Anna ne quitte la pièce, mais une fois la jeune reine sortie, le sourire d'Elsa disparaît aussitôt laissant place au visage attristé que la jeune femme eu il y a quelques minutes.
La reine des neiges tourne son regard vers le miroir et se relève péniblement de son lit, se rapprochant et s'y admirant à nouveau complètement abattue. 
Elle se saisi de sa longue chevelure blond platine qu'elle vient entièrement rabattre sur le côté gauche de son épaule et commence à reformer rapidement avec ses mains son iconique tresse qu'elle admire quelques secondes avant de relâcher complètement d'un triste geste ses cheveux et s’effondrer de nouveau en pleurs, la tête dans les bras, à genoux contre le petit meuble.


*   *   *

Pendant ce temps depuis les couloirs, Anna regagne lentement, tout en regardant lugubrement vers le sol, sa chambre royale, les bras croisés et tremblante d'une rare tristesse.
Derrière elle, le général Mattias se rapproche à vive allure de la reine qui ne l’entend pas arriver tant elle est plongée dans ses profondes pensées noires.


Mattias : ma reine ! Votre Altesse !!!

Anna : (se retourne et le regarde avec dédain) quoi encore ?

Le général, très surpris de la réaction de la reine, en perd ses mots et un petit silence déplaisant aux deux personnages se fixant maladroitement dans le blanc des yeux se fait ressentir.

Mattias : (confus) je… Pardonnez-moi si je vous dérange Votre Altesse, mais sachez que je ne le ferais pas si la situation ne m'y obligeait pas.

Anna change immédiatement de ton et l’expression de son visage redevient plus douce et plus habituelle.

Anna : je vous demande pardon Mattias, je ne voulais pas. C'est juste que je suis un peu surmenée ces temps-ci.

Mattias : (se montre rassuré) ne vous en faites pas, je ne peux vous en vouloir, je sais que ce n'est pas toujours facile et ce que je m’apprête à vous annoncer risque fortement de ne pas arranger les choses.

Anna : (anxieuse) qui y a t’il ? Vous me faites peur.

Mattias : durant notre patrouille, nous avons rencontré un étrange homme qui semble vagabonder dans Arendelle… [/b](incertain)[/b] Il ressemblait à votre grand-père Votre Altesse, je l'ai immédiatement reconnu.

Anna : (abasourdie) non, cela est impossible.

Mattias : (apeuré) je prie pour que vous ayez raison.

Anna : il faut que je réunisse tout le monde immédiatement, si nous sommes en danger, il nous faut prendre des mesures immédiates.

Mattias : bien, réunissions le conseil au plus vite dans ce cas, je vais prévenir les concernés immédiatement… (embêté) Ce qui implique en sortir certains de leur lit.

Anna : dès que tout le monde sera prêt, retrouvé moi dans la salle du conseil.

Mattias accourt de ce pas réunir les membres du conseil tandis que la reine se dirige prestement avec une forte inquiétude vers la grande salle afin de tout préparer pour les recevoir.

*   *   *

Anna est assise seule autour de la grande table ronde du conseil commençant à se ronger les ongles le regard vide.
Quelqu’un ouvre la porte et la reine se redresse sur-le-champ.


Anna : (rassurée) oh, ce n'est que toi.

Kristoff : (entre dans la salle) je me rends compte que c'est la première fois que je mets les pieds ici.

Anna : j’aurais préféré que se soit dans d’autres circonstances.

Kristoff : oh allez, je suis sûr que l'on s’inquiète pour rien… (légèrement badin) C'est mon siège ça ?

Anna fait un petit sourire à Kristoff et le prince prend place à côté d'elle.

Kristoff : niveau confort, j'ai connu mieux… (rougis face à Anna qui le dévisage) Mais j'ai pas à me plaindre.

Kristoff lève éberlué les yeux en admirant l’étendue de la grande salle du conseil tandis qu'Anna se montre silencieuse et fortement angoissée le regard fixé sur la porte à attendre qu'elle s'ouvre.

Kristoff : (vers Anna) mais ou est Olaf ?

Olaf : (sort de sous la table, le sourire béat) c'est vraiment beau ici.

Anna : (déconcertée) d’où tu sors toi ?

Olaf : j'aime venir dans cette salle pour être seul de temps en temps.

Kristoff : depuis quand tu aimes être seul ?

Olaf : depuis aujourd’hui. (se met entre Anna et Kristoff) Ne me quittez plus jamais, c'est trop triste.

Immédiatement, les portes s’ouvrent et le général Mattias vient prendre Place suivi par le nouveau lieutenant d’Arendelle, un homme semblant assez jeune, de petite taille très mince, la peau marron foncé, les yeux verts et les cheveux blonds coiffez d'une coupe césar accompagné des cinq membres les plus hauts gradés de l’armée Arendellienne.
Anna en sursaute et se redresse tel une reine doit le faire, la tête haute et les épaules bien droites même si elle ne peut s’empêcher de montrer un brin d’inquiétude dans ses yeux.


Mattias : (s’assoit autour de la table) nous sommes huit, il manque quelqu'un.

Anna : ma sœur nous rejoindra plus tard, commençons sans plus attendre.

Olaf : (prends place sur le siège d’Elsa) je me propose de la remplacer.

Anna : (en lui murmurant à l'oreille) Olaf, est-ce que tu pourrais… ?

Olaf : (perds son sourire avec frustration) ah, je vois… Je suis de trop (retrouve son sourire béat) bon amusé vous bien sans moi.

Olaf se lève et quitte rapidement la pièce tandis qu'Anna, qui refuse de se montrer découragée, se tourne vers le général Mattias lançant ainsi cette longue réunion.

Anna : (suite à une profonde inspiration) général, quelle est la situation ?

Mattias : je nous ai réuni ici ce soir pour parler d'un cas d’extrême urgence, lors de notre ronde quotidienne, nous avons rencontrés un étrange homme près des quais et je crains que ses intentions soit tout sauf honorable envers notre royaume.

Lieutenant : (se montre impatient) mais rien ne nous dit non plus qu'il représente un danger quelconque.

Mattias : (dévisage le lieutenant d'un regard contestataire) en effet lieutenant Williams, cependant, l'homme que j’ai croisé ne m'est que trop familier (vers Anna) sans vouloir vous en inquiétez Votre Altesse. 

Membre : peut-être serait-il préférable de ne pas tirer de conclusion hâtive.

Williams : je vous rejoins à ce sujet, ce n'est peut-être qu'un simple voyageur.

Membre : (avec calme et patience) il me semble que c'est à sa majesté de prendre les décisions, (vers la reine) nous vous écoutons.

Anna : (regarde l’homme de haut) Altesse je vous prie. Je n'aime pas que l'on m’appelle majesté.

Membre : (baisse les yeux) veuillez m’excuser… Votre Altesse.

Anna : qu'importe si cet homme représente une menace ou non j'ai confiance en notre commandant et s'il est douteux vis-à-vis de ce vagabond alors je le suis tout autant.

Mattias : merci Altesse.

Williams : (s'emporte) cette absurdité nous perdra !!!

Dans une colère noire, le lieutenant Williams se lève et quitte hâtivement la salle.

Mattias : (d'une voix portante) Williams !!!!!

Anna : (sereinement) laissez-le.

Mattias : pardonnez-moi, mais personne n'a le droit de contester vos décisions de la sorte, pas même moi Votre Altesse.

Anna : (se montre indulgente) cela ne fait rien je vous dis.

Mattias : (retrouve son calme) vous êtes bien trop bonne, mais j'en toucherai néanmoins deux mots à ce cher Williams et… (avec étonnement) Votre Altesse ?

Immédiatement, le regard éberlué du couple royal porte droit devant eux, alors tous se retournent face à l’entrée qu’Anna contemple d’un air émerveillé.
Elsa entre dans la salle comme métamorphosée aux yeux de la jolie rousse, l'ancienne reine d’Arendelle à refait sa longue tresse et comme autrefois l'a rabattue sur son épaule gauche.
La jeune femme, souriante, vient prendre place au côté de sa sœur qui l’admire en joie au point d’en perdre ses mots et son sérieux depuis le début de la réunion.


Anna : (à voix basse) tu… Tes cheveux.

Elsa : je sais… (se tourne vers Mattias) Général. J’imagine que c'est important.

Mattias : (ébahi) hein ? Euh… (troublé) Ou j'en étais moi ?...

Brutalement, les portes s’ouvrent et un garde accourt complètement affoler jusqu’à l’intérieur de la pièce.

Garde : Votre Altesse !!! Votre Altesse !!!

Anna : (se relève avec inquiétude) que ce passe t'il ? 

Garde : un homme vous demande aux portes.

Anna : de qui s’agit-il ?

Garde : je l’ignore… Mais lui, il vous connaît.

Mattias : (apeuré) le vagabond…

Anna : (avec Hargne) bien, allons de suite à sa rencontre, si c'est ce qu'il désire.

Tous se relèvent et d'un pas décidé se dirigent vers la sortie, Elsa saisie sa sœur par le poignet se retrouvant alors uniquement toutes les deux avec Kristoff dans la grande salle.

Elsa : (apeurée) attends Anna, calme toi et dit moi ce qu’il se passe.

Anna : (calmement) je pense que l'on est sur le point d’être fixées… 

Kristoff : (inquiet) fait attention, on est derrière toi.

À leur tour, ils sortent en direction de l’entrée du château et s’apprêtent à rejoindre la cour principale afin de rencontrer enfin le mystérieux vagabond.

*   *   *

La reine d’Arendelle et sa sœur arrivent enfin face au vagabond qui les dévisage d’une posture somme toute royale, bien droit face à eux avec les mains derrière le dos tandis que les gardes forment une ligne défensive en se positionnant tout autour de lui.
Les deux jeunes femmes se regardent incertaines dans les yeux et c'est comme il se doit qu’Anna avec amertume fait face à lui et entame la discussion avec le mystérieux homme.


Anna : veuillez décliner votre identité.

Inconnu : (s'incline) ravi de vous rencontrer… Votre Majesté. Douce soirée, n’est-ce pas ?

Anna : ne m’obligez pas à répéter.

Inconnu : (le rire sarcastique) oh-oh, mais quelle autorité.

Anna : (agacée) de quel droit osez-vous ?

Elsa se rapproche d'Anna, qui lui tourne le dos regardant fixement le vagabond avec dédain, et lui prend la main pour l’aider à se détendre.

Elsa : (calmement) attends Anna… C'est exactement ce qu'il veut de toi, ne te laisse pas avoir.

Anna : (se tourne rassurée vers Elsa) il suffit. (d'un geste de main vers les gardes) Écartez-vous tous.

Les gardes rangent leurs épées et s’écartent du vagabond qui s’avance sans crainte vers la reine.

Mattias : (pousse la voix) pas un pas de plus.

L'homme s’arrête à la demande du général, mais la reine Anna se rapproche à son tour de lui d'un pas décidé qui n'en reste pas moins hésitant.

Mattias : (douteux) Altesse, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée.

Elsa et Kristoff : revient !

Kristoff : Anna !

Anna : (se tourne rassurante vers eux) je sais ce que je fais, ne vous inquiétez pas pour moi…

Anna se retrouve face à face avec le vagabond à seulement quelques centimètres de lui tout en le regardant craintivement dans son seul œil et de ses mains tremblantes vient se saisir de l’épais voile noir cachant le visage balafré de l’inconnu.
Elle le lui retire lentement ce qui dévoile peu à peu le visage de l'homme qui ne semble pas s'en inquiétez.
Ces cheveux roux grisonnants laissant également dévoilés une pointe de blanc argenté accompagné d'une petite moustache rousse viennent immédiatement alerter Elsa qui à instantanément reconnu l'homme.


Elsa : (affolée) Anna écarte toi tout de suite !!!!!

Inconnu : (le sourire méprisant) bonsoir, jeune fille.

Anna : (s’écarte abasourdie) grand-père ?

Runeard : me revoilà… Surpris de me voir ?

Anna : non… C'est impossible, vous êtes mort il y a trente-quatre ans.

Runeard : présumé mort… Ce n'est pas la même chose et comme tu peux le voir, je suis là.

Elsa s’interpose violemment entre sa sœur et leur grand-père, les mains tendues et prêtes à se servir de sa magie contre lui.

Elsa : (agressive) ne vous approchez pas d'elle.

Runeard : Elsa, je présume ? Tu es la sorcière.

Anna : ne l'appelez pas comme ça.

Elsa : comment avez-vous survécu ?

Runeard : et si on en discutait tranquillement autour d'un verre ?

Elsa : n’espérez aucun pardon.

Runeard : (avec sérieux) je ne suis pas la pour ça.

Elsa : vous revenez jusqu’ici et pensiez y être accueilli chaleureusement ? Personne n'a oublié ce que vous avez fait.

Runeard : j'ai agi pour le bien de mon royaume.

Elsa : ils étaient vos alliés.

Runeard : ils étaient en harmonie avec la magie, nous ne pouvions leur faire confiance.

Elsa : pourquoi haïssez-vous tant la magie ?

Runeard : elle est un fléau qu’il faut éradiquer.

Anna : le seul fléau ici, c'est vous. Qu'êtes-vous venu faire ici ?

Runeard : je viens reprendre ce qui me revient… Le trône d’Arendelle.

Elsa : jamais.

Runeard : (enragé) ce n'est pas à toi de prendre cette décision… (sereinement, après une profonde inspiration) Tu n'es plus reine.

Elsa : et vous n’êtes plus roi.

Runeard commence à fouiller dans la grande poche de sa tunique de vagabond alors rapidement les gardes l’entourant dégaines leurs épées, c'est donc d'un simple et lent geste qu'il sort et tend une lettre qu’Elsa lui arrache des mains puis la donne à sa sœur qui s'empresse de la lire avec effroi.

Runeard : si vous voulez éviter cette guerre… C'est la proposition que je vous offre.

Anna : (le regard accusateur vers Runeard) pourquoi avoir déchiré le nom de celui qui vous l'a écrite ? Qu’avez-vous à caché ?

Runeard : il est trop tôt pour les révélations.

Anna : (déchire la lettre) je refuse de vous offrir le trône.

Runeard : (déçu de sa réponse) alors… C'est la guerre. Je vous ai offert la une chance de l’éviter et vous m’avez craché au visage, quel déshonneur.

Elsa : venant de vous…

Runeard : mais qu’importe. Vous vouliez savoir comment j'ai survécu dans cette… Immonde forêt ?

Runeard, le sourire rempli de sarcasme, dédaigne du regard les deux sœurs qui le dévisagent furieusement.
Il sort une pomme verte de sa poche qu'il vient croquer énergiquement et s’assoie sur le bord de la fontaine au centre de la cour.
Tous sont prêts pour écouter l’histoire de Runeard afin de découvrir comment le grand-père d’Elsa et Anna a survécu à la chute qu'il a connu il y a trente-quatre ans.


_________________________________________________________

La suite dans le Chapitre 7 - Passé brisé
Floconnette
Floconnette
Légende du Royaume
Féminin Messages : 1150
Date d'inscription : 09/03/2022
Age : 20

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Jeu 19 Mai 2022, 12:40
Coucou cheers

Comme j'ai vu que tu étais de retour ton avatar m'a attiré vers ce texte. Alors j'ai pas encore tout lu, je n'ai vu que les 4 premiers (et j'ai aussi pris le temps de lire els retours de Frantzoze... égoïstement j'ai pris de notes pour ne pas trop me planter quand ça sera à mon tour de publier).
Je me demandais, pourquoi cette histoire n'est pas continuée? Tu vas la poursuivre?! L'arrivée du petit Henry m'a bien intrigué pour le coup Very Happy
Contenu sponsorisé

Frozen 3 - The King's Return  Empty Re: Frozen 3 - The King's Return

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum