Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Miss Olaf le Lun 12 Mai 2014, 16:21

@Frantzoze a écrit:Alors j'ai découvert ton chapitre en lecture live!
Histoire de remettre l'histoire en mémoire j'ai fait aussi le 3 en amont en lecture live

Je commence par le trois....il se prète super bien à cet exercice du live, j'étais à fond de dans je le répète.

Le 4, un peu moins...mais ça c'est peut être moi qui ai du mal avec un narrateur à la troisième personne pour exprimer les tourments d'Elsa Razz

Bon, le petit point faible, c'est qu'on devine dès le départ ce qu'il s'est passé..."on a vu un gros nuage atterrir et redécoller instantanément dans les jardins" ....ok donc le môme est enlevé! Very Happy

Néanmoins la tension est là...et il est interessant de voir la réaction des personnages, et/ ou l'absence de réaction et/ou l'absence des personnages dans les scènes décrites.

Je reviens quand même sur le 3 qui est particulièrement bien écrit. Celui ci est moins comparable car davantage un chapitre de transition

Mais c'est vraiment un bon cru que tu nous proposes!

Attention parfois quelques coquilles qui font des contre sens dans tes phrases, quand on fait une lecture silencieuse on crrige de nous même, mais elles se ressentent en lecture live xD

Bref Chapeau l'artiste! Very Happy

Je te remercie pour ta critique, ainsi sur l'appréciation d'Ansa et Papy Glaçon, ça m'encourage beaucoup. Sinon est ce que tu peux m'en dire plus sur les coquilles qui t'ont le plus gênés ?

_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 24
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Invité le Lun 12 Mai 2014, 16:27

Des coquilles de prime abord...c'est surtout quelques constructions de phrases qui en fait saccadait un peu la lecture...rien de très dramatique
Mais je te trouverai ça si j'ai le temps (c'est pas sur maintenant que je sais ce que vont être les oraux du CAPES...MON DIEU!!!)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Queen Elsa d'Arendelle le Dim 25 Mai 2014, 20:27

Maiiiis pourquoi arrêter ton chapitre sur cette fin^^le suspense est à son comble là je veux la suite !  bounce 

_________________
" />[img][/img]

"The cold never bothered me anyway"
avatar
Queen Elsa d'Arendelle

Féminin Messages : 82
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 26
Localisation : à Arendelle en train de savourer un délicieux chocolat chaud avec Elsa et Anna

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Miss Olaf le Mer 28 Mai 2014, 20:29

J'ai commencé la rédaction du chapitre 5, et j'ai le malheur d'annoncer qu'il va me paraître plus fastidieux que n'a été le 3ième chapitre, donc il va falloir attendre 1 moi ou 2 pour la suite  What a Face bon d'accord j'exagère un peu, mais j'ai pas l'âme d'un écrivain c'est certains, mais j'aimerais tellement vous raconter la suite, ma version. J'ai un trop plein d'imagination mais quand il faut l'exprimer ça coince coince  Neutral. Pour vous faire patienter, je vous fais quelques indiscrétions concernant la suite sans trop vous spoiler, pour mettre un peu l'eau à la bouche.

- Karl se fera de nouveaux( elles ? ) ami(es).
- Un petit triangle "amoureux" est à prévoir.
- Le duc s'écartera de sa "mission"
- Des personnes ne s'en sortiront pas indemne au grand damne de la Reine d'Arendelle

Et quand j'estimerais être arrivé à plus de la moitié du Tome 1, je vous donnerais quelques infos sur le tome 2.

Bisou à toutes et à tous et merci de me suivre :bisou:

PS: Et j'ai un peu changé le physique de Viktor, je voulais à la base qu'il ressemble un peu à Thor dans les films Marvel, mais je l'ai fait un peu à la va vite, là je le trouve plus beau et il a l'air un poil plus jeune


_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 24
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Kalegula le Dim 01 Juin 2014, 01:00

Salut, après les bons récits de Frantzoze, Ansa et Papy Glaçon il me restait encore à commenter ta série !

Tout d'abord j'aime l'angle abordé dans cette intrigue : plutôt que de partir sur un scénario classique de vengeance des Îles du Sud, tu t'es lancée dans plus risqué, avec l'introduction de beaucoup de nouveaux personnages, et un antagoniste qui évoque fortement la Reine des Neiges originale d'Andersen. Pour l'instant c'est bien maîtrisé, et le lecteur va bien là où tu veux le mener. Un bon point de ce côté là donc. J'ignore cependant si un tel personnage existe dans le folklore japonais (je ne suis pas trop versé en mythologie japonaise) : s'il existe déjà, bravo pour avoir eu l'idée de l'utiliser avec l'univers de la Reine des Neiges, et s'il est créé de toutes pièces chapeau pour avoir façonné un personnage aussi prometteur !

J'apprécie également l'idée de placer tes tomes sous le signe d'une chanson, encore plus quand c'est une chanson que je connais bien et écoute énormément ! Est-ce qu'on peut déjà faire le parallèle entre les paroles et l'intrigue ? Je trouve que pas mal de chansons du groupe peuvent déjà se rapporter à l'univers du film.

C'est amusant de constater que si d'autres auteurs ont détaillés certains éléments (tel que le mariage d'Anna et Kristoff), tu réalises une ellipse qui plonge directement le lecteur dans les premières péripéties. Un tel choix reste appréciable, surtout s'il ne se passe pas grand chose entre temps (quoique certains pourraient dire que justement un mariage princier c'est grand chose ^^). Le style est aussi très bien maîtrisé, les situations crédibles.

Les annonces concernant le prochain chapitre sont prometteuses, ça fait penser aux romans-feuilleton du début du vingtième siècle ! Bien que tout le monde te le répète déjà, je t'exhorte à prendre tout ton temps pour l'écrire et nous livrer un chapitre qui surpassera les précédents ! Y'a du boulot, mais j'ai entièrement confiance en toi ! 

Concernant les erreurs, effectivement il y en a plusieurs qui auraient pu être évitées, où on voit que tu penses plus vite que tu n'écris. Mais pour un texte long, on peut facilement pardonner ce genre de fautes qui peuvent passer même à la relecture attentive.

En bref : une fanfic qui n'en est qu'à ses débuts, mais déjà pleine de promesses. Les nouveaux personnages sont tous intéressants (et vu leur nombre c'est un tour de force scénaristique), crédibles, on sent qu'ils ont un développement derrière eux. Le style est très bon, sûrrement le meilleur point jusqu'à présent. On ne déplorera que quelques fautes évitables à la relecture, mais le reste compense largement !
avatar
Kalegula

Masculin Messages : 935
Date d'inscription : 28/05/2014
Localisation : La question n'est pas seulement où, mais pourquoi ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Miss Olaf le Dim 01 Juin 2014, 19:10

Merci de m'accorder ta confiance ^^. Je suis quelqu'un qui avance plus lentement en effet, et quand je vois Ansa et Frantzoze la vitesse où ça avance, j'ai parfois le sentiment d'être dépassé. ^^'

_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 24
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Papy Glaçon le Dim 01 Juin 2014, 19:15

Miss, pareil x)

_________________
avatar
Papy Glaçon
Légende du Royaume

Masculin Messages : 2935
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 19
Localisation : Sur Alphas

http://papyjr13.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Nedjma le Lun 02 Juin 2014, 22:20

Coucou Miss, ça fait un moment que j'ai lu ton chapitre, il est temps que je le commente !
Alors, tout d"abord c'est toujours aussi fluide, toujours aussi agréable à lire.

Comme l'ont dit les autres, une vraie tension s'installe, et on se met vraiment dans la peau d'Elsa et d'Anna, de leurs détresses respectives.
Bravo pour avoir transcrit aussi bien leurs émotions Smile

Attention néanmoins aux quelques fautes de grammaire et de syntaxe, rien de bien méchant mais j'ai l'impression qu'il y en avait un peu plus dans ce chapitre.

Bon courage dans la rédaction de ton prochain chapitre, j'ai vraiment hâte de me replonger dans ton univers !

_________________


avatar
Nedjma

Féminin Messages : 636
Date d'inscription : 09/02/2014
Age : 28
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Invité le Ven 13 Juin 2014, 20:14

[MODE BOULET ON]

LA SUITE!!!!!
LA SUITE!!!!!
LA SUITE!!!!!
LA SUITE!!!!!

[MODE BOULET OFF]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Miss Olaf le Lun 14 Juil 2014, 22:30

Chapitre 5 : Le départ

Un moment plus tôt

« Je vous en prie, arrêtez-vous. »

Elle se mit à la poursuite du garçon qu'elle avait surpris à jouer les maîtres du feu. Sa fierté avait conduit le prince à se réfugier auprès de ses amis les rennes. Elle arriva aux portes de l'étable un peu répugnée par l'odeur de ruminant mêlé à celui du foin. Elle se trouvait au cadre de la porte d'entrée observant Karl caresser un vieux renne.

« Vous aimez ces bêtes ? » demanda-t-elle.

Surpris, le petit prince tourna la tête et abandonna le bon vieux Sven.

« Vous ici madame ? »

« Oui bien sûr que c'est moi » riposta-t-elle « vous n'êtes pas aveugle mon prince ! Par contre sourd vous l'êtes, vous ne m'aviez pas répondu correctement... aimez-vous ces bêtes ? ».

Il comprit qu'il fallait faire abstraction de l'arrogance de la duchesse. Ainsi, voulant être un hôte exemplaire, il se contenta d'une réponse simple.

« Oui madame, ce sont les animaux que je préfère ».

« Qu'ont-ils de si extraordinaire ? »

Il répondit alors :

«  Je les côtoie depuis tout petit. Certains vivent au château, ou on peut en apercevoir au bord des fjords très tôt le matin. Ce sont d'excellents compagnons. Et une fois, j'ai demandé à mon père si il existait réellement des gens aussi cruels que dans les histoires que maman et tante Elsa me racontaient pour m'endormir. Savez-vous ce qu'il m'a répondu ? Ah mon fils, sur bien des aspects les rennes sont meilleurs que les hommes. »

Par cette dernière affirmation, la duchesse esquissa un sourire et dit :

« Ah ! Je vois là un homme qui a compris bien des choses, malgré qu'il fut sauvage, il est bien moins simple d'esprit que de riches rois. »

Karl ne comprit pas bien, il l'interrogea. Considérant que cela n'avait guère importance, elle ignora sa requête et s'en alla en soufflant un «  excusez-moi », mais le prince était curieux. Il l'a suivi sur quelques mètres jusqu'à l'exaspérer.

« Vous n'aimez pas les rois ? » insista-t-il.

«  Mon cher prince » répondit-elle en se retournant vers lui, « ne vous avais-je pas dit tout à l'heure que vous étiez trop intrusif ? »

«  Alors la réponse est oui ? »

« Je n'ai pas dit cela, et puis c'est trop compliqué à assimiler pour un enfant de 7 ans. »

« J'ai 8 ans ! » appuya Karl.

« Peu importe, maintenant veuillez me laisser, je rentre au château, vous devriez faire de même avant qu'on ne s’inquiète de votre absence. »

Alors qu'elle le sermonnait, Karl avait changé d'expression, comme effrayé.

«  Qui êtes vous ? » demanda le garçon d'une voix tremblante.

«  Vous vous moquez de moi ? » répliqua la femme désabusée.

Karl secoua la tête de gauche à droite tout en pointant son doigt en sa direction. Ce à quoi la duchesse se retourna et vit avec effroi une silhouette habillé de noir qui n'avait pas de visage, elle portait un masque blanc orné de curieux dessins, on aurait dit que ça venait d'extrême orient. Cette apparition qu'on eu prit pour un démon terrorisa au point qu'on ne put crier, le souffle étant coupé.
L' « Ombre » s'avança, ignora la jeune femme et sembla en vouloir au petit prince d'Arendelle. D'un instinct maternel qu'elle n'avait rarement connue, elle trouva la force de s'interposer.

«  Que voulez-vous ? » cria-t-elle.

Elle se sentit aussitôt attrapée et tout devint noir autour d'elle.

Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle se retrouva dans un grand lit, couverte de fourrures de différentes espèces animales. Avant d'avoir pu prendre conscience du lieu où elle avait atterri , elle tomba nez à nez devant une étrange créature aux allures de petit primate. Elle poussa un énorme cri, qui fit fuir la pauvre bête. Karl qui était à ses côtés alors qu'elle dormait sauta sur le lit pour la rassurer.

« Il ne faut pas avoir peur madame, il est très gentil ! »

« Qu'est ce c'est que ça !? Où somme nous !? Qu'est ce qu'il se passe !? » s'affola-t-elle.

« Oh, c'est vraie, vous étiez endormie durant notre voyage. »

«  Mais de quoi parlez vous ? »

« Quand l'homme au masque vous a attrapé, il lui fallu peu de temps pour m'atteindre. Vous vous êtes évanoui. J'ai essayé de me débattre, mais il me tenait trop fermement. Il siffla et c'est là qu'une chose faite de neiges et de brume a atterri devant nous, l'homme sauta dedans, et nous nous envolions dans les airs. C'était magique, mais qu'est ce qu'il faisait froid à l'intérieur. Et c'était très rapide, encore plus qu'une locomotive ! Nous sommes passés au dessus du château de glace de tante Elsa, une immense forêt, un grand lac et enfin nous sommes arrivés devant un gigantesque palais de glace, bien plus grand que celui de ma tante. Les portes se sont ouvertes, on a passé plusieurs couloirs et on nous a déposés dans cette chambre. J'ai essayé d'ouvrir la porte, mais impossible, elle est fermée. Et puis j'ai fait la rencontre de ce singe qui vous fait si peur ».

Le récit terminé, elle regarda autour d'elle. En effet elle était bien dans un pièce de glace, les meubles l'étaient également. Soudain, elle ria aux éclats.

«  Alors là ! Mon garçon, c'est la meilleure qu'on m’aie raconté ! Je vais te dire moi où nous sommes. En plein songe ! Et tu n'es pas le prince, tu es son incarnation ! Il ne me reste plus qu'à attendre et je me réveillerai dans les appartements qu'occupe mon mari et moi au château d'Arendelle. »

Elle finît à peine sa phrase que la porte de la chambre s'ouvrit toute seule par une bourrasque glacée

« Oh ! J'ai le regret de vous annoncer que tout ce qui se trouve autour de vous est bien réel ! »

Cette voix provenait de la personne qui suivait le sortilège, elle se présenta devant le lit, une grande et mince femme qui avait la peau aussi blanche que la neige et le cheveux noir ébène, c'était Yûki Onna, la femme qui hantait les rêves de Karl. La duchesse hurla de terreur, croyant avoir affaire à une revenante ou un ange de la mort, elle failli défaillir à nouveau. Pour l'en empêcher, la femme des neiges souffla une légère brise en sa direction. Sentant la fraîcheur, la duchesse se rendit compte de ses sensations, elle se pinça elle-même pour avoir la confirmation de la véracité des dires. Karl, lui n’eut aucune crainte, car cette personne lui était familière.

« Vous n'êtes pas tante Elsa n'est ce pas ? » demanda-t-il en s'approchant lentement.

« Non, mais nous nous sommes déjà rencontré, tu t'en souviens ? Mais je ne me suis pas présentée,  on m'appelle Yûki Onna, la Femme des neiges et de la brume, mais je t'autorise à user de mon vraie prénom, Oyûki. Ne te donne pas la peine de me donner le tiens, je le connais, Karl. »

Elle inclina sa tête vers la duchesse restée assise sur le lit et interdite face à la scène.

« Et vous, vous devez être... » elle s'arrêta un instant « oh.... je vois, comme c'est intéressant. Funningur ? Est ce bien là votre identité ? Vous savez, je n'avais prévu qu'un seul invité dans ma demeure, mais je constate que mon dévoué serviteur m'a ramené une invitée de marque en allant le chercher. Il va me falloir arranger une autre chambre pour vous ».

« Pourquoi me cherchiez vous madame ? » interrogea Karl.

« Il a été écrit que nous devrions nous rencontrer. Et puis ne m'as tu pas cherchée toi aussi lorsque tu était endormi ? Tu n'as pas à t'en faire concernant tes parents, à l'heure qu'il est, ils sont tous au courant de l'endroit où tu te trouve, ce n'est qu'une question de temps avant qu'on vienne te chercher. Mon cher petit prince accepte d'être mon invité d'honneur ».

Karl sentit que son hôte ne lui voulait aucun mal, mais il se souvint de contes sur des enfants  enlevés par des sorcières, il s'en retrouva dubitatif. Il accepta l'offre par crainte de la brusquer, et d'un autre côté sa curiosité le poussait à vouloir rester pour seulement quelques temps, il ne voulait rater en aucun cas l'arrivée de son petit frère ou de sa petite sœur.
Ainsi Yûki Onna leur souhaita une bonne nuit et s'en alla, le singe qui était plus précisément un macaque japonais la suivi et monta sur son épaule. Elle ajouta en le caressant :

« Ma maison est votre maison, mes serviteurs sont vos serviteurs. Appelez les quand vous en aurez besoin, il seront toujours disponibles pour vous. Ils sont de la même espèce qu'Onkou que vous avez eu l'honneur de rencontrer. Ne vous inquiétez pas chère duchesse, ils sont inoffensifs ».

Elle ferma la porte laissant Karl et la duchesse seuls. Cette dernière était blanche, avait les yeux écarquillés, comme médusée.

« Est ce que vous allez bien ? » demanda Karl.

« Que le Seigneur nous vienne en aide » répondit-elle horrifiée.


~


Au château, Elsa et Kristoff firent les cent pas devant la chambre d'Anna, attendant des nouvelles de Beata qui s'occupait d'elle depuis son malaise dû au choc du récit d'Elsa et de la disparition de son fils. Pendant ce temps le Duc de Funningur rassemblait avec Kay les sujets dans la salle de bal. Kristoff avait été mit au courant de la situation, il questionna Elsa.

« Pourquoi avoir garder tout cela pour toi ? Nous aurions pu nous préparer à une éventuelle attaque, ainsi qu'a protéger notre famille. »

« A quoi bon se préparer si on ne connaît pas la date ? Qu'aurions-nous fait ? Fermer les portes du château de nouveau ? Savez vous ce que c'est l’enfermement et comment il nous détruit ? Et puis c'était mon combat, pas le tien, ni celui d'Anna, encore moins celui de Karl. Je ne comprend pas pourquoi elle s'en est prit à lui, quelque chose me dit qu'elle veut m’appâter et m'attend là où se trouve Karl. »

« Tu compte aller à sa recherche ? »

« Évidemment. »

« Seule ? »

« Me connaissant, tu sais sans doute la réponse. »

« C'est de la folie ! Connais-tu réellement la montagne et ses dangers ? »

« Certainement moins que cette femme. »

« Laisse moi venir avec toi ! »

« Anna a besoin de toi. »

« Il ne lui arrivera rien, j'ai confiance en Beata, Gerda, Kay ainsi qu'au peuple. Et je te rappelle également qu'il s'agit de mon fils. »

Elsa prise de compassion posa ses deux mains sur les épaules de son beau-frère et lui dit :

« Je te remercie Kristoff, ton cœur est bon. Mais même si Arendelle était l'endroit le plus sûr au monde, je veux que tu reste avec ma sœur et son enfant. Je sais ce que je risque et toi aussi. Si le pire devais nous arriver en plein périple, l'enfant pourrai très bien se passer d'une tante mais certainement pas de son père. »

« Mais si on est ensemble nous pouv... »

Kristoff fut coupé par Kay qui annonça à la reine que tout le monde avait bien été réunie. Elle laissa le mari de sa sœur et descendit dans la grande salle où ses invités l'attendaient. Quand elle y entra, tout le monde se tût, le silence était pesant. Elle s'avança d'un pas ferme vers l'estrade où se trouvait les trônes et fit face. Elle affirma premièrement que le Prince Karl d'Arendelle et la Duchesse de Funningur de Îles Féroé ont été enlevés. On entendit des respirations profondes, certains dignitaires posaient des « pourquoi ? » et des « qui ? ». Elsa hésita à mentionner Yuki Onna, d'une part certains cédereront à la panique et d'autre part comment réagirai cette dernière si elle apprenait que tout le monde soit au courant de son existence. Elle répondit qu'il existait une personne ayant des pouvoirs similaires aux siens et qu'elle en voulait à elle seule. La foule était perdue, la reine donnait trop ou pas assez d'élément. Ils la questionnèrent de nouveau, les gens parlèrent très forts entre eux sur leurs interrogations et d'autres se bousculèrent pour approcher Elsa, afin de mieux l'entendre et espérer avoir des réponses. Tout ce bruit en fût trop pour la reine, elle ne pût garder son calme elle aussi. Elle poussa un « Silence » très autoritaire voir effrayant. Dans son énervement les murs,le sol ainsi que le plafond furent couverts de givre. Le calme se reprit dans la salle, Elsa également.

« Si vous voulez des réponses, adressez vous au Duc de Funningur, il est au courant de tout, je m'en vais me préparer, que personne ne me dérange, je pars immédiatement régler cette affaire. Vous tous, restez au château, n'essayez pas de me suivre, c'est bien trop dangereux. Qui sait ce qui m'attend là-bas, je ne veux qu'aucun de mes invités soient blessés. Nous risquerions des retombées diplomatiques, et humainement parlant je ne supporterai aucune perte. Maintenant laissez moi passer ! »

La foule se dispersa contre les murs frayant un chemin à Elsa. Pendant ce temps le Duc de Funningur se plaça sur l'estrade, déterminé à parler plus en détails de la situation au nom de la Reine d'Arendelle.

Dans sa chambre, Elsa se débarrassa de sa robe de cérémonie et se créa une tenue adaptée pour un périple en nature sauvage. Pas de somptueuse robe qui mettait son corps en valeur, elle opta pour quelque chose de beaucoup plus masculin. Une tunique à manche longue qui lui arrivait jusqu'à la moitié de ses cuisses, un étroit pantalon et des bottes. L'ensemble était dans les tons bleus, bien assorti car elle avait usé de sa magie. Elle décoiffa son chignon et se fit une tresse qui reposa sur son épaule. Elle prévit d'aller à la réserve s'équiper de vivre ainsi qu'à la bibliothèque pour récupérer les cartes des contrées du nord. Elle ne s'attendit pas à ce qu'une fois sortit de la pièce, elle se retrouverai face à tous les gardes royaux.

« Que faites vous ici ? » demanda-t-elle interloquée.

 Le plus gradé répondit instantanément.

« Nous nous sommes concertés, et nous avions été unanime. Nous vous accompagnerons afin d'assurer votre protection, ainsi que celui de votre neveu et de la duchesse. J'ai servi votre père depuis mon entrée dans la garde, et des années plus tard c'est en me remettant le titre de capitaine de la garde royal que j'ai juré fidélité et protection de la famille royal, en conséquence vous et le Prince Karl. »


« J'admire votre dévouement, cela me fait chaud au cœur, mais je ne reviendrai pas sur ma décision, faites votre devoir en protégeant mon peuple, en cela vous me servirez de la plus noble des façons. »

Le soldat se mit à genou et baissa la tête, il plaida :

« Il y a 10 ans de cela, j'ai commis une faute impardonnable, celle d'avoir laissé votre sœur cadette aller toute seule à votre recherche, elle qui n'avait jamais quitté le château. J'ai aveuglement suivi les ordres du Prince Hans des Îles du Sud, et quand nous avions appris de sa bouche que vous aviez tuez votre propre sœur, je l'ai cru. Moi ainsi que mes compagnons d'armes, nous souhaitons faire pénitence et obtenir votre pardon ».

Elsa soupira et exhorta le capitaine de se relever. Ces paroles l'avait profondément touchée.

« Le passé est passé ! » exclama Elsa, « Je vous ai pardonnée depuis bien longtemps, et vous ne me devez rien, votre repenti me suffit et j'en suis émue. Vous aviez durant ces dernières années su me servir comme le voulait mon père, je suis fière de vous. En gage de gratitude, je vous laisse libre de me suivre, je vous laisse une heure pas une minute de plus. »

Les gardes acclamèrent leur reine pour une courte durée. Ils furent rappelés à l'ordre par le capitaine afin de se préparer convenablement. Ils se dispersèrent. La reine n'eut le temps de s'en remettre que quelqu'un l'aborda derrière son dos.

« Cette tenue vous va à ravir majesté, on aurait dit une Jeanne d'Arc à la sauce Scandinave »

C'était Funningur. En temps normal cette blague lui aurait fait rire, mais c'était nullement le moment de s'amuser. Elsa se douta qu'il n'était pas là par hasard.

« Venez en au fait cher duc. »

« Puis-je venir aussi ? »

« Hors de question ! »

« N'ai je pas le droit de prendre des risques pour ma chère et tendre ? »

« Dans ce cas, pourquoi n'était elle pas avec vous tout à l'heure ? »

Elsa avait sans le vouloir commis une provocation, ce qui étonna le duc sans le vexer. Elle se rendit néanmoins compte de son impertinence.

« Oh ! Veillez m'excuser je n'ai plus toute ma tête, je ne me reconnais plus, j'ai l'impression de redevenir celle que j'étais. Je suis froide et je rejette tous ceux qui veulent m'aider. Mais comprenez moi que je ne fais pas ça avec gaieté de cœur. » dit Elsa complètement intimidé.

Le duc haussa les épaules et affirma :

« Ne soyez pas désolée, vous avez parfaitement raison sur mon compte. Oui en effet, je vous ai invité à danser et je suis loin de le regretter, vous m'aviez fait un honneur d'avoir partagé ce moment et j'aurais aimé qu'il perdure. Mais j'ai failli à mon devoir d'époux en délaissant ma femme depuis le début. »

« Dois-je comprendre que votre couple est malheureusement en péril ? » interrogea Elsa.

« Je l'aime d'un amour fou vous savez, mais dans son sens, elle me voit plus comme un ami, ce voyage à Arendelle était une bonne opportunité pour sauver notre mariage, mais elle a dû sentir que je voulais forcer les choses, donc c'était déjà mal partit. J'ai promis à son père décédé alors qu'elle n'était qu'une enfant, paix à son âme, de prendre soin d'elle et de la protéger... Même si elle partage pas mon amour, je donnerais ma vie pour elle. Et je crois que cette épreuve aussi dure soit-elle pourra nous rapprocher. Et puis, c'est drôle elle vous ressemble un peu, elle a cette même carapace, cette peur de se faire aimer. Il faut savoir votre majesté que les hommes ne sont que pêcheurs, la perfection n'existe pas chez l'humain, mais sachez que Dieu et son fils vous aime avec vos qualités et vos défauts. Il nous a donné un libre arbitre, mais l'homme n'est pas que mauvais, acceptez d'aimer et être aimé, à commencer par vous-même... Oh excusez-moi, j'ai l'impression de jouer les prophètes ah ah ah ! »

Elsa fut bluffée, le duc avait réussi à la cerner alors qu'elle le connaissait à peine, il l'avait séduite. Elle était peiné qu'il fut marié, mais elle était persuadé d'avoir gagné un ami, cela lui suffisait. Elle sourit.

« Vous êtes vraiment éloquent mon cher duc. Je vais passé pour une souveraine dénuée de crédibilité si je vous dis que j'accepte que vous veniez avec moi, mais s'il vous plaît, je souhaiterai que ça se fasse dans la plus grande discrétion, sinon vous vous doutez bien que les autres m'imploreront de venir pensant qu'ils vont avoir affaire à une simple promenade et un banal règlement de compte. »

«  Je vous remercie votre altesse, je m'en vais me préparer. »

Ils se séparèrent. Elsa rejoignit le capitaine de la garde afin de prendre connaissance de son organisation, à savoir qui reste et qui vient. Beata arriva et interrompu leur conversation, pour donner des nouvelles de la princesse Anna qui s'était remis de son malaise. D'après la femme médecin, elle et le futur bébé ne courraient plus aucun danger, mais qu'il valait mieux qu'elle se repose et de ne plus la brusquer.

« Elle demande à vous voir votre altesse » s'exclama Beata.

« J'y vais ! »

Elsa appréhendait les retrouvailles. Elle entra dans sa chambre et retrouva sa sœur dans un misérable état. Elle était pâle et de grosses cernes se dessinaient sous ses beaux yeux bleus. Anna l’aperçu et la fixa avec un regard glacial, ce qui intimida la reine.

« Anna comment te sens-tu ? »

« Ça m'attriste de te le dire, mais je suis bien fâchée contre toi Elsa. »

« Je sais que c'est peine perdu, mais laisse moi te le dire, pardonne moi Anna, sincèrement. »

« Elsa, on s'était promis de plus rien nous cacher, et tu m'as trahi, regarde où ça nous a mené, je pensais que nous allions être heureux tous ensemble, et il a fallu que tu garde tous ça pour toi. Tu ne nous a pas mis en garde, on aurait pu éviter cela et anticiper. Je te préviens, si il arrive quoique ce soit à Karl, je ne te le pardonnerai jamais ! »

Anna n'avais jamais été aussi froide envers son aînée. « Je ne te le pardonnerai jamais », cette phrase tourna en boucle dans la tête d'Elsa. S'en était trop, elle partit en courant et pleurant à chaude larme, elle n'avait pas vu Beata qui se déplaçait dans le sens opposé. Elle la percuta, et, quand elle se rendit compte à qui elle avait affaire, elle s'effondra dans ses bras.

« Votre sœur est fatiguée et éprouvée, son accouchement arrivera bientôt à terme, elle n'est pas dans son état normal. Votre sœur vous aime Elsa ! Ne vous laissez pas emporter par le chagrin, vous devez aller secourir votre neveu ! » affirma Beata.

Elsa resta quelques secondes de plus dans les bras du médecin de famille, elle imagina sa mère à sa place. Elle se disait que Beata aurait sans doute fait une très bonne maman.

L'heure étant passé, il était temps de partir. Tout le monde fut réuni dans la cours. Ceux qui partaient étaient à cheval, on en avait prêté un à Funinngur. Ils furent encouragés par les différents aristocrates et les villageois qui ont été mis en courant par les gardes royaux. Kristoff voyant le duc parmi le groupe d'expédition il contesta.

«  Pourquoi il vient lui ? »

« Il est là exceptionnellement, et comme sa femme est également retenue prisonnière, il est légitime qu'il vienne avec nous ! » répondit Elsa.

« J'ai grandi dans la montagne, je sais où trouver à manger, je sais quoi faire en pleine intempérie. Si je ne peux pas vous guider qui le fera ? »

Un voix familière cria :

« Moi je le ferais ! »

A cet instant, tous se retournèrent vers le vieux Johansen. Il s'en suivit des moqueries à son égard. Elsa tenta de l'en dissuader à cause de son vieil âge.

« Allons vous n'êtes pas sérieux ! »

« Sauf votre respect ma reine, vous me sous-estimez. »

« Allez vieillard rentre chez toi ! » sortit hautainement le plus jeune des gardes.

Face à cette provocation, l'ancien bûcheron s'approcha de son cheval, le désarçonna et se mit en position de combat.

« Tu vas payer ça vieillard ! » dît le jeune garde en se relevant. 

Elsa voulu les arrêter, jugeant que le temps pressait. Mais le jeune homme pas peu fier fonça tête baissé envers Johansen. Ce dernier le réceptionna avec une facilité déconcertante, le souleva et le jeta à terre. Les gens qui avaient assité à la scène furent stupéfait par sa force.

« Ah les jeunes de nos jours ça ne respecte rien ! » ajouta-il.

Elsa ordonna qu'on amène un cheval pour Mr. Joahnsen et un autre pour on ne sait quel raison.

« Vous serez notre guide. » exclama-t-elle « votre femme est elle au courant ? ».

« Dès que j'ai appris la nouvelle, je me suis mis à la convaincre, elle est actuellement dans notre maison, je lui ai déjà fait mes adieux, mais je lui ai promis que je reviendrai en entier ! Croix de bois, croix de fer ! »

Elle ne le montrait pas, mais cette nouvelle ne la réconfortait pas. Elle avait une vie de plus et pas des moins précieuse entre ses mains.
Les chevaux arrivèrent enfin. Elsa demanda que l'un soit donné au doyen du groupe.

« L'autre cheval est destiné au Prince Kristoff » ordonna-t-elle et se retourna vers lui « tu vas nous accompagner jusqu'à l'autre côté de la rive du fjord, une fois là-bas tu seras chargé d'une mission, je t'expliquerai en chemin ». Elle prit la tête du groupe et cria « En route ! ».

Ainsi, les chevaux partirent au galop sous les applaudissements des ceux qui avaient veillé pour leur souhaiter courage et chance.


~


Loin dans le nord, dans une pièce d'un fabuleux palais de glace, Yûki Onna contempla un miroir. Elle se parla à elle-même.

« Ils sont en chemin, le jeu va pouvoir commencer ! ».


Dernière édition par Miss Olaf le Mar 15 Juil 2014, 03:46, édité 3 fois

_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 24
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Papy Glaçon le Lun 14 Juil 2014, 23:05

Youpi, enfin cheers ^^

_________________
avatar
Papy Glaçon
Légende du Royaume

Masculin Messages : 2935
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 19
Localisation : Sur Alphas

http://papyjr13.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Miss Olaf le Mar 15 Juil 2014, 02:35

Oh mon dieu je l'ai enfin finit XD ! Je crois que c'est le plus long pour l'instant !!!!!

_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 24
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Papy Glaçon le Mar 15 Juil 2014, 02:50

Eh bien, j'adore ce chapitre Very Happy
l'aventure commence enfin et on apprend plus de chose sur certains personnages qui nous les font apprécier Wink

j'ai hate de la suite

_________________
avatar
Papy Glaçon
Légende du Royaume

Masculin Messages : 2935
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 19
Localisation : Sur Alphas

http://papyjr13.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Invité le Mar 15 Juil 2014, 10:03

Eh bien c'est pas mal tout ça
on l a lu avec ansa on est dans du classique d un point de vue scenaristique mais c'est bien amené et rythmé
maintenant faut la suite

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Invité le Mar 15 Juil 2014, 11:59

Enfin ! Very Happy Je l'attendais ce chapitre ! cheers
C'est la première fois que je commente ta fiction, donc je vais te dire ce que j'en pense !
Les chapitres sont agréables à lire, l'histoire est prenante,... Bref, c'est super ! Very Happy
J'ai vraiment hâte de lire la suite ! Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Miss Olaf le Mar 12 Aoû 2014, 00:25

Chapitre 6 : Le Jour d'après


« Était-ce une bonne idée d'emmener les chevaux ? » interrogea le capitaine de la garde.

Tout le royaume d'Arendelle était couvert d'épaisses couches de neige, ce qui n'aida pas à la tâche, les chevaux peinaient à avancer. Et si on osait mettre pied à terre, le poids du corps enfoncerait un homme de taille moyenne jusqu'au dessus de la ceinture. Elsa aurait pu creuser un chemin avec sa capacité à contrôler les éléments, mais elle n'y parvint pas, car cette neige n'était pas d'origine naturelle, et plus encore elle était sous le contrôle de Yûki Onna. Il fallait pourtant y remédier. Elle réfléchi et lui vint une idée. Elle fit un geste léger de sa main qui dégagea une petite traînée de neige ensorcelée. L'enchantement passa sous les chevaux qui furent à présent équipés de fer à cheval magique, quant aux cavaliers, ils chaussèrent de bien étranges bottes.

« Avec ça, nous n'aurons plus aucun soucis de déplacement, regardez ! ».

Elsa qui se trouvait en tête, fit avancer sa monture. Celle-ci ne s'enfonça pas et se trouva au dessus du tapis de neige. On applaudît son ingéniosité. Ils parcoururent l'entrée de la forêt de l'autre côté du fjord jusqu'à une intersection.

« Nos chemins se séparent Kristoff, veux tu que je te répète ce que tu as à faire ? » demanda la reine.

« Il n'est pas nécessaire » répondit le prince.

Avant de le quitter, on lui donna un faucon, un parchemin, ainsi que de l'encre. Elsa prit sa main, enleva ses moufles et imposa un sceau sur la paume.

« Je te donne la clé de la cité, utilise là pour passer la barrière qui la protège. »

« Une barrière ? » s'étonna  Kristoff.

« Elle est invisible, je l'ai fabriquée discrètement alors que nous quittions le royaume, elle permet d'être à l'abri des intempéries. Sans ce sceau il est impossible d'entrer et de sortir. Je l'ai fait pour vous protéger. Quand ta mission prendra fin, tu retournera à Arendelle, ne laisse sous aucun prétexte qui que ce soit sortir. Par contre si quelqu'un se trouve à l'extérieur, laisse le entrer, mais prend garde à qui tu as affaire. Bonne chance ! »

Ils se séparèrent, l'un emprunta le chemin pour trouver le Grand Pabbie, pour les autres, la première étape se trouvait au palais de glace d'Elsa. Ils ne parcoururent un kilomètre qu'un premier obstacle se présentait à eux, mais seul l'un d'entre eux s'en était aperçu.

« Stop ! » cria le capitaine.

Tous obéirent, même la reine.

« Que se passe-t-il capitaine ? » questionna Elsa.

« Nous sommes épiés. »

Seul le vent se fit entendre. Les gardes étaient cramponnés à leurs armes, attentifs au moindre mouvement, Elsa également, ses mains commencèrent à se crisper. Soudain on entendit une voix venant de derrière.

« C'est moi que vous cherchez ? » s’élança un homme des broussailles couvertes par la neige.

Le plus jeune, celui qui s'était précédemment battu avec Mr.Johansen, fut le plus réactif. Il braqua son arbalète et tira. L'homme réussi heureusement pour lui à l'esquiver en se vautrant.

« Thomas ! Fais attention, tu aurais pu le tuer ! Sois plus attentifs la prochaine fois ! » sermonna le capitaine, puis il s'adressa à l'inconnu « Et vous ? Pouvons-nous savoir à qui on a affaire ? Ça fait un moment que je vous sentt, vous nous suiviez depuis un petit moment ».

Il ne répondit pas spontanément. Il se débarrassa de la neige sur ses vêtements et ses cheveux. Avant qu'il puisse prendre la parole, Elsa le reconnu tout de suite.

« Viktor ? Bon sang que faites vous ici ? Avec votre blessure, se retrouver en pleine montagne par un temps pareil est du suicide ! »

« Je survirerai, et je suis venu vous prêter mains fortes. »

« Faites ce que vous voulez, vous n'avez nulle part où aller désormais, le Prince Kristoff mettra du temps avant de pouvoir regagner Arendelle. Je vous préviens cependant, si vous faites la moindre démarche qui puisse compromettre notre sauvetage, je vous enfermerai. Suis je assez claire pour tout le monde ? Cela à s'applique à chacun de vous. Vous êtes sous mes ordres, sinon au capitaine. »

Elsa regarda Viktor de haut, un détail l’intriguait.

« Et puis comment êtes vous venu jusqu'à nous ? Sans cheval ni raquette ? »

« C'est grâce à elle ! » dît Viktor ramenant fièrement une belle jument de race Fjord qui était restée cachée entre deux grands sapins.

« L'avez-vous volée ? »

« Je vous promet que non, elle m'appartient. Je suis sortie de la chambre et j'ai surpris une conversation disant que vous alliez monter une équipe d'expédition à la recherche de l'enfant et de la duchesse. J'ai eu le temps de m’éclipser, prendre ma jument et de l'avance, je savais que vous vous dirigiez vers votre palais au pied de la Montagne du Nord. »

Elsa eut du mal à le croire, elle donna l'ordre à Mr.Johansen de vérifier si ces dires étaient vraies en allant inspecter le cheval. En effet, l'animal ne venait pas des écuries du château, il était formel. Il précisa d'ailleurs que ce fjord était un très beau spécimen qu'il interrogea Viktor sur son statut. Toute l'équipe apprit qu'il n'était finalement qu'un vulgaire pêcheur, ce qui stupéfia, comment aurait-il pu s'offrir une aussi belle monture ? La reine accepta la requête de l'homme mais elle demeurant méfiante.
Elsa équipa Viktor et sa jument et le groupe repartit aussi vite. Ils devaient atteindre le palais de glace aux alentours de midi afin de marquer une pause et recevoir le message de Kristoff depuis les trolls. En chemin la reine conversa avec le duc plaisamment, son éloquence charmait la reine depuis qu'ils s'étaient rencontrés. Étrangement tout contact avec lui, qu'il s'agissait de parler ou de danser lui faisait extirper toutes ses angoisses. Viktor qui l'avait remarqué s'incrusta entre eux et s'adressa au duc.

« Hé bien hé bien, je constate que l'absence de votre épouse ne vous inquiète guère. »

Cette provocation irrita Elsa. Non seulement elle ne supportait pas qu'on puisse être aussi impoli envers un aristocrate, mais dans une mesure un peu plus personnelle, il n'avait pas tout à fait tort, son intervention lui fit redescendre sur Terre. Le duc étant mariée, son amitié lui devait être suffisant. Pour se venger elle lui tint :

« Et vous M. Viktor Westerhoff, vous semblez oublier à qui vous avez affaire, vous vous adressez à un duc ! Et puisque vous êtes là, je vous averti que le capitaine ainsi que toute la garde vous ont à l’œil. Je vous conseil donc pour votre sécurité de vous faire aussi petit que possible. »

« Vous n'avez toujours pas confiance en moi n'est ce pas ? » répliqua Viktor.

Le Duc de Funningur intervint alors.

« Votre reine a bien raison de se méfier, toute aide nous est précieuse, mais qu'avez vous à gagner dans ce voyage qui s'annonce périlleux. De la reconnaissance ? De l'argent ? Et comprenez que tous s'interroge du comment vous avez acquis ce cheval, avec un salaire de pêcheur. »

« Il est de mon devoir de vous servir en tant que citoyen d'Arendelle, et je vous l'ai dit il y a plusieurs heure, que je traquais une personne......ou la chose qui a enlevé votre neveu.... ainsi je fait une pierre deux coups, votre majesté. Et puis je n'exerce pas que la pêche, je suis chasseur de prime quand je peux me le permettre. Ce cheval m'a été donné en récompense. » répondit-il.

Elsa et Funningur furent scandalisés.

« Et vous voulez qu'avec une tel déclaration, je fasse preuve d'une confiance aveugle en vous ? Je crois plutôt que je demanderais à mes hommes de redoubler d'attention, et d'ailleurs votre profession secondaire est illégal. Si vos dires sont vrais vous savez quels en seront les conséquences quand nous serons rentrés. »

« En terme de contrat je n'accepte seulement si les intentions du client sont louables, je me sent incapable d'égorger quelqu'un de mes propres mains, et je ne livrerais jamais un innocent, c'est mon code d'honneur. »

« Pouvons nous savoir avec qui vous aviez signé ce contrat ? » interrogea le duc.

« Je suis navré, ils sont tous confidentiels..... Oh ! Est-ce votre palais votre majesté ? »

« Oui....nous sommes arrivés. » déclara Elsa.

Le groupe s'arrêta au pied du château, la reine donna l'ordre aux soldats de se reposer avec une collation et guetter le faucon transportant le message de Kristoff. Le Duc de Funingur observa le  monument de glace avec émerveillement. Elsa lui proposa alors de le lui faire visiter, ce qu'il accepta. Viktor voulu se faire inviter, mais ce fut un non catégorique pour la reine, à moins qu'il soit escorté d'au moins trois hommes de mains. En montant les marches aisément grâce aux bottes magiques, Funningur essaya de plaider pour la nouvelle recrue.

« N'êtes vous pas un peu dur avec cet homme ? Il est vrai qu'il nous est un peu suspicieux, mais n'est ce pas lui qui a tenté de sauver votre neveu et mon épouse ? »

« Il est vrai. Mais j'ai déjà eu affaire à un homme qui s'était montré prévenant envers ma sœur et moi. Pendant mon absence, il a su gagner la confiance du peuple d'Arendelle, même un peu à moi quand j'ai été au plus bas. Et il a su profiter de ma faiblesse pour me planter un poignard dans le dos, il a réussi à convaincre mes hommes de m'éliminer. »

« Ah ! Vous parlez de ce prince déchu ? Pourquoi Viktor serait-il un homme de sa trempe ? Et moi votre majesté, pensez-vous que je puisse être un complice ? »

« Enlever votre propre épouse ? Je trouve cela bien trop machiavélique, à moins qu'elle ne soit de mèche elle aussi. Mais à ce rythme là, autant ne faire confiance à personne n'est-ce pas cher duc ? Et pour vous répondre, vous avez toute ma confiance. »

« Friedrich ! »

« Comment ? »

« Appelez moi Friedrich, ne sommes nous pas amis désormais ?  »

Elsa fut un peu embarrassée par de tel familiarité, elle lui répondit.

« Dans ce cas, faites de même pour moi, Friedrich. »

On visita la somptueuse demeure de glace, qui avait été remis en état après le passage de Hans et de la garde d'Arendelle il y a de cela dix ans. Friedrich était subjugué par sa taille et son architecture. Ils passèrent par toutes les pièces pour finir sur le balcon. Le ciel était clair, sans un nuage. Non que le temps se soit calmé, Yûki Onna s'étant principalement acharné sur Arendelle et les alentours à basse altitude. Elsa se sentait bien, seule avec le duc, mais pour elle une présence manquait, elle dit à voix haute.

« Il n'est pas ici... »

« De qui ou de quoi me parlez vous ? »

« Ça n'a pas vraiment d'importance... »

On entendit crier depuis en bas.

« Votre majesté ! Le faucon du Prince Kristoff arrive ! »

Elsa accouru rejoindre ses hommes, suivi par Friedrich. L'oiseau pu être intercepté, on lui avait accroché sur l'une de ses pattes un parchemin roulé ainsi qu'une bourse en cuir. Le capitaine décrocha le message et le donna à la reine. Cette dernière lu à haute voix.


Mauvaise nouvelle,

Je me suis rendu chez le Grand Pabbie et c'est avec une grande stupeur que je découvre un cimetière de glace. Tout est gelé, je suis entouré de statut de glace qui s'avère être les membres de ma famille, le Grand Pabbie n'a pu en échapper. Mais un jeune troll a eu de la chance, il m'a raconté ce qui leur est arrivé. Une entité qui pourrait être Yûki Onna est venue par ici et a commis cet acte sans aucune forme de procès. J'en ai conclu qu'elle savait qu'on irait s'entretenir avec les trolls, elle doit avoir quelque chose à cacher ou une faiblesse. Je joins à cette lettre une pierre de feu que le petit troll avait sur lui. Il suffit d'une étincelle pour qu'elle s'enflamme. Je me suis dit qu'elle pourrait vous servir, mais je vous met en garde, elle ne sert qu'une seule fois, utilisez la à bon escient. A l'heure où vous recevrez cette correspondance, je serais à mi-chemin d'Arendelle.


Bonne chance Kristoff.



Elsa ouvrit le paquet et sortit un espèce de cristal de couleur orange. Elle le rangea  aussitôt dans sa poche. Elle prit une mine très sérieuse et s'exclama au groupe.

« La pause est terminée, reprenons notre route, cap sur le nord ! »


~



Plus loin dans le nord, la Duchesse de Funningur ouvrit les yeux et se retrouva dans un lieu peu familier, elle appela Friedrich, mais celui-ci ne se manifesta. Elle n'était point au château d'Arendelle, elle se souvint alors des événements qui s'étaient produit la veille. Elle s'étonna elle-même qu'elle ai pu dormir dans cette chambre au mur de glace. Elle bondit du lit et chercha un moyen de s'en aller. Elle ouvrit aisément la porte des appartements et traversa plusieurs couloir avant d'atteindre un grand hall. Jugeant qu'il s'agissait de la sortie, elle se précipita vers une immense porte. Elle ne pu sitôt attraper la poignée qu'on lui parla dans son dos.

« Vous nous quittez déjà duchesse ? » demanda Yûki Onna qui était apparu sans aucun bruit.

« Vous ne m’en empêcherez pas ! » répondit-elle sèchement.

« Faites donc ce qu'il vous semble, mais je tiens à vous prévenir que vous êtes plus en sécurité chez moi que à l'extérieur. »

« C'est ce que nous verrons ! »

La duchesse ouvrit la grande porte et couru sans regarder aussi loin qu'elle le pouvait. Ses pas s'enfoncèrent dans la neige et le souffle du vent l'aveuglait un peu. Quand elle leva les yeux, il n'y avait rien d'autre autour d'elle qu'une nature enneigée, de montagnes et de forêts, à l'évidence aucune trace de civilisation. Elle se sentit poussière dans ce monde, elle en demeura effrayé. Elle retourna sur ses pas et ordonna qu'on la ramène à Arendelle. Oyûki lui répondit.

« Il n'est pas encore temps de nous dire adieu. »

« Dois-je comprendre que je suis au cœur d'une rançon ? Mais que voulez-vous ? De l'argent ? Un titre ? Un royaume ? Nous n'avons rien à vous offrir à... »

Elle hésita avant de finir sa phrase par « Funningur ». 

« Ma chère, je ne veux rien de tout cela, et vous semblez vous perdre dans vos mots, vous avez le ventre vide. Venez, Karl vous attend au réfectoire pour déjeuner. »

« Je n'ai pas faim merci ! »

Mais son estomac ne le voyait pas de cette façon, il se manifesta sous forme de gargouillement, ce qui embarrassa la duchesse. Yûki Onna l'épaula et insista fortement, elle se montra prévenante et accueillante envers elle, un ravisseur peu commun selon Dame Funningur. Elle finit par accepter son triste sort et se fit escorter jusqu'à  la salle à manger. Karl qui avait impatiemment attendu, car il avait faim sauta de joie à l’arrivée des deux seules femmes de la maison. Ils prirent tous les trois place, la table était dressée, mais aucun trace de mets. La femme des neiges siffla, et on vit arriver ses serviteurs ( qui pour le rappeler aux lecteurs étaient des macaques de l'Empire du Japon ), portant chacun des plats chauds et froids, des salades et des rôtis en tout genre. Ce spectacle étonna la duchesse, des singes serviteurs et des plats sortis de nulle part alors qu'il n'y a aucun commerce aux alentours. La table fut richement garnie.

« Demandez à mes domestiques ce que vous voulez, et ils vous serviront. »

« Je préfère me servir toute seule » répondit la duchesse « il est hors de question que ces bêtes pleines de puces soient en contact avec ce que j'avalerai »

Les singes se mirent à s'agiter et pousser des cris. Oyûki les calma d'une parole.

« Allons, allons, ne soyez pas vexés, elle regrettera ces vilaines paroles quand elle goûtera aux délicieux mets que vous aviez cuisiné avec tant de bienveillance pour elle. »

La duchesse sursauta.

« Quoi ? Ce sont eux qui..... »

Elle ne put finir sa phrase, qu'Onkou, le premier singe à les avoir rencontré, lança dans sa bouche de la farce par vengeance et plaisanterie. Karl ria aux éclat et Oyûki fit de même avec plus de discrétion. Mais pour ne pas plus brusquer la pauvre jeune femme qui était barbouillée à la figure, elle expulsa le singe avec un rayon glacé et le sermonna gentiment.

« Voyons Onkou, ce n'est pas très poli ! Va lui apporter une serviette et excuse toi ! » puis s'adressant à la duchesse, « Pardonnez lui cette indélicatesse, il est encore jeune, c'est très joueur à cet âge. »

La duchesse changea d'expression, elle avait un peu avalé la mixture qu'elle s'était prise en pleine face. Son visage s'illumina.

« C'est délicieux ! Servez-en moi encore ! »

Et Onkou fit, il lui tendit une serviette et servi la duchesse qui sembla oublier son tracas, sans doute sous l'effet de la gourmandise. Le calme reprit dans la pièce, les invités eurent si faims qu'ils ne parlèrent pas. Pendant un cours instant Karl observa la duchesse avec de grands yeux, cette dernière n'avait aucune tenue, elle enchaînait les plats à grande vitesse, mangea même avec les doigts. Il se dît qu'elle avait  peu avalé pendant le jubilé. Quand le repas prit fin, Oyûki leur proposa une visite de sa demeure. Karl accepta avec entrain et la duchesse qui avait reprit ses esprits et plus dans la réserve se contenta d'un « pourquoi pas ».

Yûki Onna se désola, elle dît qu'elle avait à faire, mais qu'Onkou servirai de guide. Karl et la duchesse passèrent une bonne après-midi à se promener et découvrir chaque pièce du palais. Il y avait une grande salle de jeu où ils firent une partie de jeu de l'oie, le plateau étant ensorcelé, cela leur fut très plaisant. Puis ils enchaînèrent la bibliothèque, mais le passage fut de courte durée, les livres et parchemins étant écrits avec des caractère et syllabaires japonais, toutefois cette pièce avait du charme : des œuvres y était exposées, un grand globe se trouvait au centre de la pièce, les divans étaient confortables. Ils allèrent ensuite dans une salle où reposaient des céramiques chinoises et des tableaux d'Hokusai, passèrent par une cours intérieurs qui pouvait faire office de patinoire, puis plus étonnant encore, un observatoire. Cette pièce se situait au niveau le plus élevé, il fallait monter quelques marches. Il n'y avait pas grand chose à part une étagère où étaient rangées des cartes du ciel qui indiquaient l'emplacement des constellations selon les saisons et le lieu, une gigantesque lunette astronomique et différents instruments de mesures sur un bureau. Karl et la duchesse se disputèrent la lunette, mais on ne voyait pas grand chose, il faisait trop claire et aucun d'eux ne savaient la configurer. Il se trouvait à côté le seul balcon de toute la demeure, ils firent une pause à cet endroit, Onkou leur avait apporté quelques douceurs et du chocolat chaud. En le buvant, la jeune femme se posa une question et interrogea le garçon.

« A ton avis, comment peuvent-ils nous offrir des boissons et un repas chauds dans un endroit pareil ? »

« Je ne me suis pas posé la question, sans doute la magie... » répondit Karl.

Onkou sembla vouloir montrer quelque chose, il sautilla sur la rambarde et pointa son doigt vers le haut. Karl se déplaça pour aller à l'extrémité du balcon et se pencha pour tenter de voir ce qu'il y avait derrière le palais. Surpris, il appela la duchesse qui fit de même et ensemble ils découvrirent que le palais se trouvait au pied d'un volcan.

« J'espère qu'il est endormie » sortit la duchesse « mais ça ne nous explique pas comment ils cuisinent. »

« On a qu'à demander à Onkou où se trouve la cuisine, et on le saura. Onkou, tu veux bien nous montrer ? »

Le petit singe blanc acquiesça d'un signe de tête et se dirigea vers l'endroit désiré, suivi des deux protagonistes qui avaient à peine commencé à boire leur chocolat. Il fallait redescendre, passer quelques corridors, et enfin une porte mena dans un sous-sol. Plus on descendait plus la température s'élevait, et les marches étaient en pierre, ils descendaient dans le volcan. On passa un couloir fait de roche et on entra dans la fameuse cuisine. Elle n'avait rien d’exceptionnel, il s'agissait d'une pièce taillée dans la roche avec des meubles qu'on pouvait trouver dans n'importe qu'elle cuisine royal. Il y avait des conduit d'aération pour permettre de respirer et de faire s'échapper la fumée et les gaz provenant du feu. Ils n'étaient pas seuls, des domestiques préparaient le dîner, il se dégagea d'ailleurs une délicieuse odeur de marron.

La visite n'étant pas terminée, Onkou emmena ses invités dans une dernière pièce. Il remontèrent au palais et entrèrent dans une salle qui plu à la duchessse. C'était un petit salon où était entreposées toute sorte d'instrument de musique. La duchesse chercha son instrument fétiche qu'était la harpe. Quand elle le trouva, elle prit place sur un tabouret et joua un morceaux tout en chantonnant une douce mélodie. Elle berça Karl et Onkou, et plusieurs autres de ses congénères accoururent pour entendre la merveille. Quand elle eut fini, elle eut droit à un tonnerre d'applaudissement et de cris de joie. Karl se dirigea vers elle et lui dît.

« Oh madame, c'était merveilleux, vous chantez et jouez si bien. Qui vous a appris ? »

« Appelle moi Maria mon garçon, je pense que nous passerons une nuit de plus ici, voir plus. » répondit-elle en caressant les cordes de la harpe, puis elle reprit « Mes parents sont morts, je devais être plus jeune que toi, ils ont disparus dans un naufrage. Ce sont mes grand-parents qui se sont occupés de moi. Ma grand-mère m'a appris à jouer de la harpe pour surmonter mon chagrin. »

« Oh madame...je veux dire Maria, je suis triste de l'apprendre, ma maman aussi a perdu son papa et sa maman dans un naufrage, je crois qu'elle devait avoir 16 ans à cette époque, mais elle ne m'a jamais parlé de cette période là. Et papa m'a interdit de le lui demander, parce que ça évoquerai trop de mauvais souvenirs. »

« Ta mère a eu moins de chance que moi, quand ce drame est arrivé, j'étais bien petite, et avec l'amour de mes grand-parents je m'y suis faite. Mais à 16 ans je ne peux imaginer à quel point ça a pu être douloureux pour elle... »

« Tante Elsa aussi a beaucoup souffert » ajouta Karl.

« Ah oui ? »

Karl fut surpris de sa réaction, il lui paressait naturel que tout enfant perdant un parent souffre. Il resta muet jusqu'à un tintement de clochette se fit entendre. Il sautilla car il compris que c'était l'heure du dîner.

Ils se mirent à table, mais Oyûki ne se présenta pas. Un domestique apporta un message sur un plateau.

Je suis navrée de mon absence. J'ai encore du travail devant moi, je vous souhaite bonne appétit. Après dîner vous irez faire une toilette au sous-sol, là où se trouve les cuisine, on vous fera couler un bain chaud et on vous donnera des vêtements propres pour la nuit et pour le lendemain.

Oyûki était à l'extérieur du palais, et de ses mains, elle façonna des créatures de glaces. Quand elle eut finit elle les laissa aller vers le sud, à la rencontre d'Elsa.


Dernière édition par Miss Olaf le Jeu 14 Aoû 2014, 21:54, édité 1 fois

_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 24
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Invité le Mar 12 Aoû 2014, 20:00

Dommage que cette histoire ne se passe pas en Suède car il est fort à parier que la duchesse et Karl vont développer un serieux syndrome de Stockholm vu la qualité de leur détention! Ca donnerait presque envie de se faire kidnapper.

Attention, pas mal de fautes, de frappe notamment, mais plus gênant, des fautes d'accord.

La méfiance d'Elsa me plait beaucoup, et la réponse qu'elle apporte au duc, disant que si lui était un méchant alors ça veut dire que sa femme l'est également mais que c'est de fait absurde m'a amusé forcément.

On pourrait présager d'une rencontre avec les monstres de glaces dans le prochain chapitre, mais j'ai tendance à croire que cella ci va intervenir un peu plus tard et on va avoir droit par la suite à une nouvelle révélation ou péripétie.
Au fait j'ai oublié...où est Anna? Au chateau vu qu'elle est enceinte non?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Papy Glaçon le Mar 12 Aoû 2014, 22:18

Alors ça j'aime, ça devient palpitant Very Happy

_________________
avatar
Papy Glaçon
Légende du Royaume

Masculin Messages : 2935
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 19
Localisation : Sur Alphas

http://papyjr13.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Miss Olaf le Mar 12 Aoû 2014, 22:36

Aïe aïe aïe, les vilaines fautes :O. Vers la fin j'ai tapé assez vite pour pas tout remettre au lendemain, car je tiens mes promesses ^^.

Sinon petits points culture sur ma fic. Alors un macaque japonais c'est ça:



Une œuvre d'Hokusai


_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 24
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Papy Glaçon le Mar 12 Aoû 2014, 23:04

Il est mignon, je m'imaginais ça en lisant ^^

_________________
avatar
Papy Glaçon
Légende du Royaume

Masculin Messages : 2935
Date d'inscription : 05/02/2014
Age : 19
Localisation : Sur Alphas

http://papyjr13.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Queen Elsa of Arendelle le Ven 15 Aoû 2014, 17:57

Coucou! Very Happy
Je t'avais dit que je lirais et c'est chose faite!
J'ai beaucoup aimé ta fic pour ton respect des personnages et la profondeur de ceux que tu as intégré. J'adore le personnage de Oyûki qui n'est pas une méchante classique, en fait, on en vient même à se demander si elle est vraiment méchante, de même pour Maria qui se révèle n'être pas du tout comme je l'imaginais! Quel personnage génial! Karl aussi me plaît bien d'ailleurs. Au final les seuls personnages qui m'agacent un peu sont les deux prétendants d'Elsa, le duc de Funnigur et Viktor que je trouve un peu plats (mais ce n'est que le début).
Le scénario de l'histoire est vraiment intéressant et on est tout de suite plongé dedans!
J'aime beaucoup comment tu développes les relations entre la duchesse, Karl et Oyûki (je suis fan de son château au passage), c'est vraiment très intéressant!
Ce que j'aime moins c'est la confiance qu'accorde Elsa au duc, je trouve ses raisons assez vagues...
En tout cas ton histoire est géniale et j'attends la suite avec impatience! Very Happy
PS: Je pense quand-même que tu devrais te relire avant de poster tes chapitres parce-que tu fais parfois des fautes vraiment mineures qui pourraient être éliminées facilement: c'est vraie/c'est vrai, elle ria/elle rit...
PPS: C'est vraiment du chipotage mais même pour partir en expédition, jamais une reine (et surtout pas Elsa) du XIXème siècle ne porterait de pantalon.



_________________


avatar
Queen Elsa of Arendelle

Féminin Messages : 188
Date d'inscription : 14/05/2014
Age : 17
Localisation : Toujours à la recherche de Jack Frost pour le caser avec notre Elsa!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Kalegula le Ven 15 Aoû 2014, 20:32

Bon, ma pénitence se poursuit avec ton histoire et tes deux chapitres remarquablement bien écrits. Mais voyons plus en détail !

Tout d'abord, je souligne de nouveau le travail de recherche effectué pour cette histoire. Enfin, peut-être était-ce des choses que tu savais déjà, mais j'apprécie ces détails sur le monde oriental qui apportent une certaine touche d'exotisme à ton récit.
Les petits macaques qui servent dans un grand château m'ont vivement rappelé le conte de la Belle et la Bête de je sais plus qui (mais pas Mme de Beaumont...), c'est amusant !

Les choses se précisent au niveau du scénario : l'expédition se met en place, on n'a cependant pas droit à la dream team habituelle. Mais tu as introduit de nouveaux personnages qui vont probablement remplacer à merveille et avoir leur importance au moment venu.
La sorcière des neiges est très floue elle aussi, on a du mal à cerner ses véritables intentions.

Sinon je suis vraiment le seul à espérer voir un combat de monstres de neige, ceux de Oyûki contre ceux d'Elsa ? XD

Oui, par contre il y a suffisamment de fautes pour que je te demande de faire plus attention. Il me semble que tu es assez en accord avec les temps, mais il y a plusieurs erreurs qui montrent que tu penses plus vite que tu n'écris ! Il faudrait une ou deux relectures de plus, en prennant soin de lire non ce que tu as voulu dire, mais ce qui est écrit (exercice difficile je l'admet, mais nécessaire).

C'est assez dommage, car pour le reste, le style est bon, l'écriture très agréable, on se prend vite dans l'intrigue.
En bref, cette fic n'a nullement perdu de son intérêt, il reste à voir la suite.

Si tu as des questions je peux développer un point en particulier ^^

_________________
"Plus noir que la nuit, plus chaud que l'enfer, et plus amer que l'existence... Voilà ce que doit être un café !"

"J'aime avoir le dernier mot, bien que je n'apprécie pas toujours être le dernier à parler"
Anonyme
avatar
Kalegula

Masculin Messages : 935
Date d'inscription : 28/05/2014
Localisation : La question n'est pas seulement où, mais pourquoi ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Miss Olaf le Ven 15 Aoû 2014, 21:06

Merci Kalegula et QEA pour votre analyse. En effet je pense que les fautes d'accord et de grammaire sont bien les points noirs de mon récit ><. Surtout que je me fais un peu sermonner par une étudiante de 13 ans XD. Ben ça fait 2 ans que je ne suis plus en étude, ça y joue beaucoup je pense malheureusement :/. Il est vrai que pour le dernier, je ne l'ai pas relu, parce que j'avais promis de le sortir à un temps précis, donc je me suis dépêchée.

Pour le coup du pantalon, effectivement je ne l'ai pas ignoré, mais Elsa n'est pas n'importe quel reine, mais à la base j'avais prévu une réaction collective sur sa tenue, mais je voulais tellement sortir ces chapitres et concurrencer les autres que je l'ai finalement effacé ( et puis la tenue des neige d'Elsa aurait été aussi choquant à cette époque ^^ ).

Pour Viktor et le duc, oui je pense que leur traitement sera assez fastidieux, dans leur création je savais d'avance quel serait leurs actions, mais point de vu personnalité/sentiment, j'ai un peu plus de mal comparés aux personnages féminin et enfant.

Mais je suis contente que mon style plaît, Frantzoze me l'avait lu en lecture live avec beaucoup de dérision, et je me suis rendu compte " ça fait un peu enfantin cette tournure de phrase " à certain passage.

Kamegula: Oui j'ai bien plagié Mme de Villeneuve  :angel:.

_________________




~ Ma fan fiction sur Frozen, retrouvez Elsa dans une nouvelle aventure ! ~
avatar
Miss Olaf
Admin

Féminin Messages : 2170
Date d'inscription : 14/12/2013
Age : 24
Localisation : Royaume d'Alsace et d'Arendelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Kalegula le Ven 15 Aoû 2014, 23:41

Mais je suis contente que mon style plaît, Frantzoze me l'avait lu en lecture live avec beaucoup de dérision, et je me suis rendu compte " ça fait un peu enfantin cette tournure de phrase " à certain passage.

Oh, il ne faut pas t'en faire pour si peu, si tu insistes je peux te lire le Seigneur des Anneaux avec une voix adéquate, et cette oeuvre de fiction deviendrait du grand n'importe quoi bravo

On pourrait de même rendre totalement épique la plus nulle des fanfictions avec suffisamment de conviction ! XD

_________________
"Plus noir que la nuit, plus chaud que l'enfer, et plus amer que l'existence... Voilà ce que doit être un café !"

"J'aime avoir le dernier mot, bien que je n'apprécie pas toujours être le dernier à parler"
Anonyme
avatar
Kalegula

Masculin Messages : 935
Date d'inscription : 28/05/2014
Localisation : La question n'est pas seulement où, mais pourquoi ?

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Invité le Dim 24 Aoû 2014, 20:13

J'ai rattrapé mon retard en lisant les trois derniers chapitres Smile
Juste une chose à dire: c'est quand la suite ???
Puis j'ai pas pu m'empêcher de sourire quand des références bien introduites au film sont faites ("À bien des égards; les rennes sont meilleurs que les Hommes", "Le passé est passé", référence à Hans...), je me suis dit "C'est juste trop cool quoi !"
Comme dit dans mes premiers commentaires, les références culturelles sont un vrai plus je trouve.
Bon des fautes d'orthographe mais je ne vais pas chipoter, tu peux aisément les corriger en te relisant.

Puis mon Elsa qui est davantage l'héroïne dans ta fan fiction, je ne peux qu'approuver !!! <3
J'adore la manière dont tu la dépeints en plus. C'est respectueux du personnage tel qu'introduit dans Frozen.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fan-fiction de Miss Olaf: Les Chroniques d'Arendelle Tome 1: Jubilé CHAPITRE 10 : Qui êtes vous ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum