- Le Royaume d'Arendelle -
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
My Hero Academia : où acheter le Tome 39 ...
Voir le deal
24.90 €

Aller en bas
Floconnette
Floconnette
Légende du Royaume
Féminin Messages : 1150
Date d'inscription : 09/03/2022
Age : 20

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Mer 31 Jan 2024 - 8:54
C'est un chapitre commun avec Frantzoze?! olafquestion

Il y a pas mal d'élements qui font penser à ce qu'il écrit et puis c'est aussi dans son domaine avec Emma, la mort d'Anna de l'autre monde, les limbes...

En tout cas c'est super d'avoir bien remélangé tout ça! Very Happy
Je suis un peu déçue que Théa ait tué Anna si vite, on ne la connait pas, on ne sait pas comment elle a évolué et parvenue jusque là; quelle relation elle entretient avec les protagonistes. Pareil le basculement d'Anna dans la paranoïa la plus complète alors que justement elle a pu voir comment avait pu agir sa soeur de la sorte dans nouveaux défis. Ca va beaucoup trop vite, mais je comprends le choix, ça n'est pas l'histoire racontée après tout...

Pour l'autre passage, j'imagine bien le changement de pensée de Mamie quand pour une fois son plan n'a pas totalement fonctionné et qu'elle prend conscience des conséquences de ce loupé, oh que ça doit faire mal.
Dommage on était pas dans la tête d'Emma mais elle aussi doit être folle de rage puisque ses plans sont aussi en danger.

et merci pour mon fou rire dans l'Hellheim quand le fils d'Ylva dit au calme qu'il pense que sa mère n'est pas à l'aise pour parler d'amour... Ah brave petit!!! Anna Rire

Ansa aime ce message

Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Mer 31 Jan 2024 - 9:55
Coucou ! Merci de ton commentaire Very Happy Eh bien à l'origine @Frantzoze devait combler tous cette histoire dans Queen Anna mais il a décidé de pas le faire x)
Donc tu l'as bien dit, c'est pas ma fic Razz Vois-ça avec lui si tu veux en savoir plus ^^

Et oui Rocco est encore jeune et innocent...Enfin...Pas si jeune et innocent de cela puisqu'il a ken à 7 ans... Razz



_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Ven 2 Fév 2024 - 9:23
Allez ! Le chapitre est fini depuis mercredi et voici les spoilers sans contexte Very Happy
Cette semaine, c'est la semaine Pieter (désolée par avance @Floconnette je sais que tu l'aimes moins Razz )

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Spoile86

_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Dim 4 Fév 2024 - 20:43
Allez ! Chapitre 19 PDV De Pieter Bjorgman d'Arendelle.

Chapitre 19 : La centenaire :

ANCIENNE TIMELINE...

Rayonnantes... Envoûtantes...Aériennes... Le parfum des lèvres de ma belle Sofia ne s'épuisait jamais quand il entrait en contact avec les miennes... J'y pensais encore ce samedi soir alors que ça faisait dix bonnes minutes que Frantz me parlait...Enfin...Parler dans le vide.

-Tonton... Hey Tonton, tu ne m'écoutes même pas en fait depuis tout à l’heure ? Bougonna-t-il alors que Maëlle me scrutait de ses yeux verts rêveurs.

Se moquant alors de son frère, elle finit par pouffer de rire tandis qu’il lui lança un regard noir.

-Tu ne comprends vraiment rien...T'es trop nul Frantz Piceaerd, Delahage !
-Ah oui ? Parce que toi tu sais mieux que moi, peut-être ?! Rumina-t-il tandis que j'essayais de revenir un peu sur terre.
-Les enfants doucement...Intervint Léon.

Sans qu’il ait besoin d’hausser le ton, les petits se calmèrent et ma filleule reprit en s’exclamant avec une allégresse passionnée qui me rappelait Maman :

-Pardon Papa ! Mais Frantz il dit toujours qu’il a raison alors, là, pour une fois c’est moi qui l’ai ! Bref, ce qu’il n’arrive pas à percevoir c’est que Parrain Pieter il est amoureux ! Donc son calcul sur le nombre de rennes qu’il peut manger au cours de sa vie qui s’élève au nombre de cent...Bah il en a rien à faire !

Devenant écarlate, j’eus tout de suite envie de fuir avant qu’elle n’ajoute :

-Vous l’avez tout de même remarqué, vous ? Hein Papa ? Hein Maman ? Ça se voit que Parrain il est amoureux ?!

A ma plus grande joie, Gaga me sauva immédiatement en murmurant :

-Cela ne te regarde pas ma poussinette ! Finis donc ton repas au lieu de l'embarrasser.

Puis dans un sourire bienveillant, elle croisa mon regard et me fit signe de nous retirer dans la cuisine pour que nous soyons plus tranquilles. J'acceptais à contrecœur de la suivre par peur qu'elle me fasse la morale mais finalement elle fut conciliante à mon égard puisqu'elle me demanda juste quelques secondes plus tard :

-Je croyais que tu comptais aller faire ta demander à Oncle Yohan aujourd’hui...

Soudain pris d'un grand stress, je me contentais d'acquiescer avant de bafouiller :

-Oui...Euh...C’était ce qui était prévu au départ mais euh...J’ai dû venir en aide à Tonton Ryder qui avait encore perdu pleins de rennes...Et...Euh...Après je me suis dit qu’il allait être trop tard...

Ne croyant pas du tout à mes explications, ma sœur éclata aussitôt de rire.

-Quoi ? Même toi, tu ne me prends pas au sérieux ? C'est vraiment ma veine... Grommelai-je vexé.
-Oh non, non, c'est pas ça, petit frère...Je repense juste au moment où Léon avait été confronté à Papa et je me dis que vous avez une tâche qui n'est vraiment pas facile ! Se reprit-elle avec des yeux pleins d'admiration pour moi, bon...Question plus pratique puisque nous sommes entre nous...Tu ne l'as pas mise enceinte ni couchée avec elle ?
-Non...Bien sûr que non, enfin ! Je respecte le protocole royale appris par Mlle Larsen, m'offusquai-je.
-Je suis heureuse de n’avoir jamais eu à le suivre, nota-t-elle, mais je comprends ton point de vue... Remarque...Cela n'a pas gêné Rita qui a eu le même apprentissage que toi !
-Oui mais elle en même temps...Grognai-je avec pleins de sous-entendus.

Intriguée, Helga me fit signe de poursuivre alors que je renchéris :

-Bah en fait...Je suis certain qu'elle n'a même pas apprécié l'instant, tu vois... Qu'elle ait franchi le pas en soi, je m'en fiche, cela ne me regarde pas mais le problème c'est qu'elle l'a fait pour les mauvaises raisons.
-Continue, c’est intéressant ce que tu dis, ordonna-t-elle.

Je ne voulais pas tout lui révéler sur les agissements de ma cousine, pourtant je dis encore :

-Eh bien...Elle a toujours été très portée là-dessus sous ses airs d’ange...Elle veut absolument être comme Ylva...Mais Madame Nordlys c'est de l'or alors qu'elle c'est de la pyrite... Bref, elle ne lui arrivera jamais à la hauteur, elle n'est pas assez subtile et la connaissant je suis certain qu'après son coït, si ce n'est pas durant, la première chose qu'elle a dû se dire c'est "Il faut que je le crie sous tous les toits ! Que les gens sachent que je suis une femme ! Ça y est !"

Mon imitation la fit aussitôt rire et elle essaya de retrouver un peu de son sérieux avant de renchérir :

-Allons...Allons...Je ne me permettrai pas de juger ma petite sœur mais je pense que c'est effectivement ce qu'elle a dû se dire, oui, en tous cas, cela n'a pas arrangé mes relations avec Kirsten et Tatie Elsa...Elles me tiennent pour responsable... C'était comme si elles avaient attendu cette confrontation depuis dix ans et qu'elles sont presque heureuses que Rita ait fait la bêtise. Ça leur donne ainsi enfin une excuse pour me détester...Papa a été bien entendu d’accord avec elles...Et quand j’ai lu de la déception dans son regard... Je...J’ai compris qu’il ne m’avait jamais considéré comme sa préférée...Enfin...Je le savais mais là ça a été une révélation...
-De toute façon on sait tous que c’est Tatie Rita la favorite de Papy Hans ! Clamèrent soudain les jumeaux qui nous avaient sans doute espionné depuis le début.

La tête de Gaga vira au blanc alors que Léon les attrapa chacun par un bras en grommelant :

-Je vous ai dit d’aller vous brosser les dents et vous couchez, petits garnements !

Peu désolé pour eux, je me tournais à nouveau vers ma grande sœur et fis au mieux pour la rassurer sur ses histoires de chouchou :

-Bon...Bah tu sais...Même si Tonton il ne t’aime pas, t’es au moins la préférée de Maman vu que t’es la seule fille !

Bien que toujours contrariée ma grande sœur, hocha la tête et rétorqua :

-Tu as l’air de remonter le moral Pieter...J’ai été assez surprise mais c’est Mamie Dudu qui a tout de suite pris ma défense. Elle a eu des mots très durs sur Rita...Qu'elle avait toujours eu le vice dans la peau et qu'il fallait se méfier de ses manières fourbes comme de la peste. Cela a encore moins plu à Tatie Elsa et depuis les deux se parlent très peu...Enfin...Si...Elles ont pris une décision...Voilà...J’ai entendu Papy Antoine et Mamie dire qu’ils voulaient faire venir Rita dans la Forêt Enchantée pour lui remettre les idées en place...Elle arrive demain matin...A l’aube...

Je blanchis immédiatement. La jumelle allait venir mettre la pagaille ici maintenant ?!

-C'est une plaisanterie ?! Je ne vais pas avoir la paix avec Sofia ! Me fâchai-je, bon, il ne faut pas que je traîne une minute de plus alors pour aller faire ma demande à Yohan ! Souhaite-moi bonne chance !
-Mais oui ! Bon courage petit frère ! Tu vas assurer, reprit-elle en m'observant avec nostalgie.

Retrouvant soudain toute mon énergie, je partis jusqu'à la hutte de mes arrières-deux-fois-grands-parents et y trouvai bien...Le futur chef trapu...Je perdis immédiatement toute contenance tandis qu’il me lança un regard malicieux avant de finir par déclarer :

-Pieter Bjorgman d'Arendelle, que nous vaut l'honneur en cette heure tardive ? Tu ne devrais pas être aux pâturages en train de donner à manger aux rennes ou à la hutte de berges avec ta famille ?

Vite quelque chose Pieter ! Sors un truc ! N’importe quoi !

-Euh...Si...Si j'allais y aller Monsieur Westergaard...Mais euh...Avant...Je...J'aimerais parler à...Euh...Camille...Bredouillai-je en rougissant violemment.

A Camille ?! Mais pourquoi j’ai dit ça ?! De plus en plus amusé par mon comportement, l’homme moustachu secoua toutefois une tête désolée avant de reprendre :

-Oh, je suis navrée...Elle est partie juste après le repas pour soutenir Emma qui a des nausées...J'étais en train de me mettre en route pour passer voir ta sœur ainsi que Maria pour qu'elles aillent la consulter même si à mon avis nous savons tous à quoi sont dus ces symptômes...

Me sentant toujours bête, j’approuvais du chef même si je n’en avais rien à faire dans l’absolu qu’un nouveau bébé soit en route...Mon plan tombait à l'eau pour aujourd’hui...Ce n’était pas encore ce soir que je pourrai demander la main de ma dulcinée...J’avais raté mon coup...Une fois de plus...

-Je suppose que Sofia est avec votre femme et sa soeur ? Rectifiai-je en rosissant à nouveau.

Inspectant faussement l’intérieur de la hutte, un autre sourire narquois apparut sur son visage et il répliqua :

-Non attends ! On va la trouver ! Elle a toujours été très douée pour se plier en quatre dans les meubles ou se cacher sous les tapis sans que cela ne se voit...

OK il se paye ma tête en plus...Ne relevant pas, je le laissais me dire encore :

-Voudrais-tu que je transmette un message de ta part à Camille ? C’est bien à elle que tu voulais parler, n’est-ce pas ?

Son insistance me contraria mais je me voyais mal lui avouer « Non, à vous pour demander la main de votre fille ». Bloquant la phrase à la dernière minute, j’eus de nouvelles rougeurs aux joues avant de répliquer simplement :

-Non c'est gentil Yohan...Je la reverrai à un autre moment...
-Très bien...A plus tard dans ce cas Pieter, conclut-il en me laissant en plan au beau milieu de la cour.

Sa silhouette massive s’éloigna bientôt et j’eus trop honte pour retourner auprès de Gaga. Penaud, je préférais me réfugier dans les prairies de Lichen. La tête dans les nuages, je retrouvai alors mon calme au milieu de mes bêtes et après les avoir toutes comptées, je me mis à parler à ce qui ressemblait le plus à un couple comme j’en avais l’habitude :

-Tu as la belle vie toi hein...Je suis certain que tu ne lui as rien demandé à cette pauvrette quand t'as décidé de la mettre en gestation... Et t'as encore moins été officialisé cela avec son Papa...Quelque part ! Tant mieux, cela t'a évité de finir en ragoût...

Comme s'il avait compris la conversation, le mâle brama bientôt tandis que la femelle vint poser sa tête contre mes genoux.

-Tu vas nous faire un beau petit, soulignai-je en caressant son ventre distendu... Encore quelques mois de patience...

Moins angoissé au contact des bêtes, je décidai alors de m'entraîner à mon discours avec eux comme s'ils s'agissaient de mon futur beau-père :

-Monsieur Westergaard... Depuis longtemps déjà, j'éprouve de forts sentiments pour Sofia...Des sentiments honorables bien entendu. Je sais que nous sommes jeunes mais je sais aussi que je veux épouser qu'elle et personne d'autre. Elle est si talentueuse, drôle et intelligente...Je pense que nous nous complèterons bien...Oh...Et...Ne vous inquiétez pas, je compte venir habiter dans la Forêt Enchantée pour que vous puissiez la voir tous les jours... Je ne suis pas là pour vous enlever hein...Mais bien pour intégrer votre famille et la perpétuer... Bref j'aimerais savoir si vous êtes d'accord pour m'accorder sa main ?
Je manquais brusquement d'avoir une attaque quand un bruit de pas m'interrompit. Alarmé, je détournais très vite le regard pour me retrouver face à mon oncle. A voir sa tête, je sus qu’il avait entendu toutes mes paroles...
-Tonton Ryder...Je...Euh...Ce n'est pas... Enfin...Bafouillai-je.
-Oh ne t'en fais pas, j'y connais rien du tout aux femmes après tout ! Dit-il gravement, il m'arrive encore de me demander comment j'ai réussi à conquérir Maria ! M’enfin... Qu'est-ce que je raconte, moi ?! Il y a urgence ! Yélana demande que nous soyons tous rassemblés ! Ylva...C'est probablement la fin...

J'eus immédiatement l'impression d'entrer dans un tunnel. Quoi ?! La doyenne insubmersible, experte dans l'art de l’amour au point d'en complexer ou décomplexer tout le monde, mourir ?! Non ! Jamais ! Elle ne pouvait pas ! Elle n'aurait pas le temps de dessiner de supers croquis de nous qui seraient les meilleurs souvenirs de notre existence une fois que nous aurions atteint à notre tour un âge respectable ! Non ! Je refusais qu'elle nous soustrait de ce privilège. Oui je l'avais toujours trouvé agaçante avec ses remarques directes et vraies ! Mais je n'avais jamais connu un monde sans elle ! Elle ne pouvait nous abandonner ! Si elle partait, une grande part de notre enfance et adolescence s'en irait avec elle. A cette dernière pensée ma sensibilité prit le dessus et mes yeux s’embuèrent.

-Allons...Allons...Murmura alors le frère de Papa quand lui-même avait les yeux déjà rouge, elle a cent ans... A son âge, elle n'attend que cela.

Incapable de parler sous peine de pleurer, je me contentais d’hocher la tête et rentrer rapidement les bêtes dans l'enclos hormis Knut avant que nous retournions au village à la lumière des lampes à huiles. Une foule nombreuse était agglutinée autour de la maison de Madame Nordlys si bien que nous eûmes du mal à passer. Sofia finit par nous apercevoir et intima aux autres de reculer. Me retenant de la prendre chaudement dans mes bras, je m’avançais auprès d'elle avant d’arriver dans la chambre. Plus pâle que jamais, Ylva était déjà dans sa tenue mortuaire, allongée dans son lit. Elle affichait pourtant un grand sourire fripé alors que Mamie Dudu et Yélana pleuraient à chaudes larmes à côté d'elle.

-Vous pourriez me passer le maquillage, s’il vous plaît ? Quoique... Si ça se trouve je n’aurais pas besoin de tous ces artifices car je vais retrouver ma jeunesse ! S’exclama-t-elle sous les yeux choqués de la cheffe.
-Maman...Ne pourrais-tu pas faire semblant d’être triste ou d’avoir un petit peu peur, rien qu’une minute ?! S’offusqua-t-elle.
-Pourquoi faire ma Beauté ?! J’attends ce moment depuis si longtemps ! Je vais enfin rejoindre l’autre partie de la famille...Tu te rends compte ?! Mon corps va à nouveau prendre du bon temps ! Clama-t-elle avec une vivacité surprenante pour une mourante.
-Tu es décidément la même que Maman, Grande Marraine, grinça immédiatement Mamie Dudu, aucune compassion à comprendre notre douleur ! Tout ce qui l’intéressait c’était d’à nouveau être auprès de Papa !
-Et de ton jeune frère aussi je pense, Petite Ange de l’Air ! Me sermonna-t-elle, mais bon si tu le souhaites, je me chargerai de leur transmettre que tu fais du boudin...A moins que tu aies une autre suggestion !? Rien pour ce cher Agnarr ?

Ses joues chauffèrent immédiatement et elle évita le regard de Papy Antoine avant de reprendre dans un raclement de gorge :

-Dis-lui que je l’aime très fort et que nous l’embrassons tous.

Retrouvant son sérieux, Ylva lui pressa la main et murmura :

-Je le ferai jolie demoiselle.

Elle se tourna ensuite vers sa fille et lui fit signe d’approcher avant de répliquer :

-Ma Beauté...Nous n’avons pas toujours été d’accord...Mais sache-le...Tu es mon plus beau miracle...Tu as fait de drôles de choix tout au long de ta vie...Mais finalement...Avec tout ce recul...Je suis heureuse que tu les ai suivis...Que ce soit de t’être amouraché de cet idiot d’Amarok même s’il avait tué ta tante Iduna ou de lui être restée fidèle une fois qu’il était mort alors que ce charmant général Mattias était plutôt guingan.

Les joues de Madame Coudrier rosirent légèrement et elle fut sur le point de dire quelque chose quand elle la coupa encore :

-Maintenant, je comprends que tu sois en colère...Et si tel est le cas...Je t’autorise à clamer que c’est la faute des coupoles comme te l’avait inculqué ma Grosse Gaga !
-Tu l’embrasseras bien, parvint-elle à articuler, elle ainsi que Tatie Iduna, Parrain Olaf, Tonton Yuma, bien évidemment Papa...Mon mari, Pieter, Elysia et surtout Anna...
-Oh pour ces deux derniers, je pense que je serai plus occupée à les croquer sur mes cahiers qu’à leur passer le bonjour...Minauda-t-elle amusée.

Mamie Dudu grimaça aussitôt mais approuva alors que le souffle de la vieille dame produisit soudain des râles plus effrayants. Après plusieurs secondes à chercher sa respiration, elle reprit encore d’une voix faible à son égard :

-Petite Ange de l’Air...Je voudrais à présent que tu me fasses également une promesse même si je sais que cela ne va pas forcément te faire plaisir !
-Je suis toute ouïe, Grande Marraine ! S’exclama-t-elle bravement sans rechigner.

Soulevant alors dans un extrême effort sa couette, l’historienne en sortit un ouvrage sur lequel était inscrit en lettres capitales « Pour ma véritable héritière Rita d’Arendelle...A toi à présent d’écrire l’Histoire...Avec toute mon affection...Ylva Nordlys ».

-Tu donneras cela à ta petite fille même si je sais que c’est compliqué entre vous deux, intima-t-elle.

Se faisant à nouveau capricieuse, grand-mère ronchonna immédiatement :

-Quoi ?! Et puis quoi encore ?! L’encourager alors qu’elle s’est faite détroussée sa virginité il y a même pas quarante-huit heures ! Non ! Il est hors de question que je l’applaudisse pour qu’elle s’engage sur cette voie !

Loin d’être ébranlée par sa crise de nerf, Ylva reprit avec un sourire malicieux :

-Tu ne peux refuser cela à quelqu’un sur le point de partir pourtant Iduna... Et puis si ma mémoire est bonne, tu avais seize ans quand ton moustachu de prince d’Arendelle et toi aviez pris du bon temps pour votre première fois ! De même pour ta Furie Rousse ! Cette jeune demoiselle est juste la première de sa génération à avoir enfin ouvert le bal ! Et je ne suis pas mécontente d’avoir pariée sur elle plutôt que sur les garçons...J’avais de l’ambition pour sa sœur...Elle n’était pas loin de craquer à la fin de son séjour à Askersund avec son prince Aslak...M’enfin elle est beaucoup trop sage...Pour l’instant...Dommage elle est prometteuse...Allez...Prends-le au lieu de bougonner !

A contre-cœur, elle attrapa l’ouvrage et le feuilleta rapidement avant de revenir à la première page et ouvrir des yeux exorbités.

-Non mais j’y crois pas ! Tu as illustré sa nuit d’amour en page de garde en plus ! Clama-t-elle outragée.
-Je suis restée fidèle au poste jusqu’au bout, c’est tout ! Minauda-t-elle avec malice.

Elle ne put toutefois plaisanter trop longtemps que sa respiration s’altéra mal à nouveau ce qui la poussa à prendre de plus petites bouffées d’air. Elle ne manqua pas toutefois de nous gronder quand cela se stabilisa à nouveau :

-Arrêtez tous de me regarder comme ça...Je partirai quand je l’aurais décidé...Promis ce n’est pas encore...Petit Ange de l’Air...Je n’ai pas fini avec toi...Il faut qu’on parle à présent de ton autre petite fille et petit-fils manquant...
-Kirsten et Elysia ? Questionna-t-elle surprise.
-En aurais-tu des cachés que je ne connaîtrais pas ? Oh ! J’ai bien compris que tu allais être une nouvelle fois grand-mère mais cette nouvelle vie est trop fraîche pour m’intéresser, renchérit la petite dame toujours aussi pâle.

Les joues de Mamie Dudu se chauffèrent jusqu’aux oreilles et elle secoua la tête alors que la doyenne nous força à quitter la hutte. Yélana fut la plus réticente mais elle lui promit qu’elle tiendrait le coup. Elle resta donc de longues minutes avec notre aïeule et nous ne sûmes pas ce qu’elles étaient en train de se raconter car personne n’osa écouter à la fenêtre. Faisant les cents pas à cause de sa nervosité, la cheffe haussa un sourcil de surprise quand ma grand-mère arriva et déclara :

-Elle souhaite voir Pieter et Sofia pour terminer et ensuite nous pourrons tous rentrer dans la hutte.

Prenant son mal en patience, la cheffe des Northuldra bougonna et nous poussa presque à l’intérieur ma fiancée et moi. Haletants, nous nous rendîmes jusqu’au chevet de la vieille dame qui semblait déjà inanimée. Le bruissement de nos vêtements, la réveilla pourtant et ses beaux yeux marron qui avaient perdu beaucoup de leur éclats retrouvèrent une dernière lueur alors qu’elle nous scruta soudain avec un grand sourire.

-Approchez jeunes gens...Chuchota-t-elle.

Nous forçant à nous pencher jusqu’à avoir sa bouche sur nos oreilles, elle dit alors d’une voix imperceptible :

-Ne me décevez pas le jour de ma cérémonie d’enterrement...Je continuerai mon travail de l’Hellheilm !

Nous acquiesçâmes alors qu’elle nous offrit un clin d’œil complice tout en tapotant la paire de jumelles qui ne l’avait jamais quitté depuis le jour de ses treize ans.

-Comptez sur moi, Madame Nordlys ! Clama ma bienaimée.

Gloussant et s’étouffant à la fois, elle répéta :

-Oui ma chère...Je compte SURTOUT sur toi !

N’ayant pas tout compris à leur langage codé, je fis ensuite un pas vers l’arrière alors que les autres Northuldra revenus à la hutte se resserrèrent autour du lit pour le aurevoir final.
Nous balayant tous du regard tour à tour pour la dernière fois, Ylva conclut bientôt avec un grand sourire :

-Voilà...Tout est dit...Je peux à présent rejoindre mon grand amour, mes sœurs de cœur et le reste de la famille en connaissant tous les secrets que je devais éclaircir au cours de ma vie...Bouchez-vous les oreilles ! Risque d’y avoir du tonnerre dans le ciel dans les jours qui suivent !

Cela devait nous faire rire mais l’instant était trop grave. Sonnés, notre seul réaction fut de la regarder s’éteindre. Elle expira pour la dernière fois quelques secondes plus tard et je fis au mieux pour demeurer fort auprès de Sofia en la sentant s’effondrer contre mon torse. Ne résistant pas trop longtemps mon visage s’affaissa à son tour dans une vision floue. Nous pleurâmes longtemps et chacun retourna à sa hutte dans un état second après cela...

Helga prévint le reste de la famille et mes proches arrivèrent pour les obsèques à la première heure le lendemain matin, tous parés de leur plus belles tenues mortuaires.

-Tu es bien sûre qu’elle ne voulait pas de veillée, Yélana ? Demanda Maman avec prévention.
-Sûre et certaine princesse Anna ! Bougonna la vieille femme, Ma mère est...Enfin était une femme réactive qui n’aimait pas perdre de temps... Elle aurait souhaité une cérémonie de deuil rapide mais qui marque les esprits...

Prête à rajouter quelque chose, elle ne put aller bien loin avant d’être prise d’un nouvel excès de sanglots. Elle n’accepta pas d’autres réconfort que celui de Mamie Dudu qui était aussi mal en point qu’elle.

-Ça va aller Tantine...Ça va aller, lui répéta-t-elle.
-Je sais petite Ange de l’Air...Je sais...Elle doit nous trouver bien bêtes... Hoqueta-t-elle après un long temps.

Retrouvant bientôt sa posture de cheffe, elle s’essuya rapidement les yeux et se gratta la gorge avant de reprendre :

-J’aurais besoin de bras forts pour pouvoir la transporter jusqu’à la Clairière des Rencontres...Les autres nous attendent là-bas.

Léon, Antoine, Kristoff, Elysia et moi nous portâmes tout de suite volontaire et nous nous jugeâmes vite inintelligents face à cet excès de bras par rapport à la légèreté de la vieille dame.

-Ah ça c’est certain que ce n’est pas Marraine Helga...Blasphéma tout de suite Yélana, pour elle il avait fallu deux hommes en plus...
-Il est vrai que Mamie Gaga avait une certaine corpulence, reconnut à son tour ma grand-mère, mais moi je l’aimais comme ça....

Songeuses, les deux femmes se sourirent légèrement et continuèrent d’avancer en tête de cortège pendant que nous dérivions avec le corps sans vie de l’historienne que nous déposâmes quelques minutes plus tard sur un tas de bûches.

Maman, grande sœur et Maëlle prirent ensuite le relais et toute la foule se chargea de les observer préparer les huiles et les épines sur le corps d’Ylva tout en prononçant les incantations Northuldra dans une unisson qui me fit dresser les poils. Après cela, nous nous agenouillâmes pour prier pendant une minute. Puis tout le monde se releva et ce fut le temps des hommages. Marraine Elsa, Parrain Hans, Maman et Papa ouvrirent la marche dans des éloges brèves mais révélatrices sur ce qu’elle avait fait pour eux. Puis Helga et Léon se chargèrent de faire la leur avant que Yélana et Mamie Dudu ne finissent par s’avancer.
Se lançant un regard attristé pour savoir laquelle d’entre elle commencerait, ma grand-mère laissa la place à Madame Coudrier qui fit face à la foule, les yeux toujours aussi rouge. Dépliant rapidement un morceau de papier, elle s’exclama alors d’une voix solennelle :

-Elle était, elle n’est plus mais son héritage perdurera. Ses carnets tant redoutés par les couples souhaitant s’aimer inspirera...Que dis-je ?! Sublimera encore moult conjoints ! Rapprochera toujours les êtres ! Et les flammes de leurs coupoles seront son plus bel héritage !

Surpris par ce texte simple et concis, je le fus encore plus quand elle prit soin d’écrire quelque chose sur une feuille de papier qu’elle s’empressa ensuite de placer dans une boîte à musique bleue qui représentait Ahtohallan. Attendant qu’elle ait fini, notre aïeule s’enquit à son tour :

-Je voudrais commencer par un chiffre...Soixante-quatre ! C’est exactement le nombre de positions érotiques que tu auras eu le temps de m’apprendre au cours de ta longue existence Grande Marraine... Bien que cela soit honorable, ma Furie Rousse se targue d’en avoir appris soixante-neuf, tu en emportes donc cinq avec toi à tout jamais qui resteront un mystère pour moi...Enfin...Gageons que tes successeurs que tu as si bien formés et nommés sauront t’en référencé cent ! Nous t’aimons tendrement ! Puisses-tu avoir obtenu ton bonheur si mérité !

Kirsten et moi ouvrîmes quatre yeux offusqués. Mais nous fûmes bien les seuls. Aucun membre du peuple du soleil ne fut réellement choqué et la plupart applaudirent même ce petit encensement osé. Personne n’eut ensuite rien d’autre à ajouter et nous nous recueillîmes une dernière fois en silence, le temps que le corps soit brûlé sous le amas d’aiguilles d’épicéas.
Bien que l’odeur m’incommoda, je ne montrais rien et me perdis dans mes pensées en observant ma propre fiancée auprès de sa famille quelques mètres plus loin. Je n’aurais pas cru que cela l’abattrait autant mais après tout, elle avait grandi auprès de la doyenne plus que moi. Faisant au mieux pour user de mon charme, je la fixai très fort du regard pour attirer son attention et lui lançai un sourire de soutien qu’elle me rendit à travers ses larmes.

Peu à peu, nous finîmes pas quitter le lieu pour nous rendre au buffet qui avait été placé sur de longues tables un peu plus loin. L’estomac toujours noué par cette drôle de journée, je réussis néanmoins à avaler quelque chose et Elysia m’aida à finir le tout. Je nous observais nous ainsi que les jumelles...Nous faisions un peu tâches avec nos tenues mortuaires européennes par rapport au Northuldra qui avaient juste agrémenté un ruban noir sur la leur de tous les jours. M’imaginant alors Sofia dans une tenue similaire à celle de Kirsten, je réalisais soudain que je ne m’étais pas encore approchée d’elle car elle demeurait toujours auprès de ses parents. La cherchant donc du regard, je constatai avec amertume qu’elle avait disparu. Cela devait être trop lourd pour elle...Tu iras la voir plus tard Pieter, me confortai-je.

Restant dans une ambiance houleuse, je me chargeai de parler uniquement avec mon frère et ma première cousine le reste de l’après-midi. Un peu jaloux de constater qu’un lien s’était crée entre eux, je faillis bientôt me retirer pour aller retrouver mon troupeau de rennes quand Rita décida soudain de nous faire un coup d’éclat en s’exclamant comme une poissonnière :

-Bon je suis désolée mais va falloir que j'intervienne pour mettre l’ambiance !

Et voilà...Fallait que Madame fasse son intéressante une fois de plus ! Cherchant rapidement de l'aide parmi l'assistance en scrutant Mamie Dudu, Tatie Elsa ou encore Tonton Hans je fus surpris qu'aucun ne s’intercepte, pas même Yélana qui n’était plus dans les parages non plus... Montant avec précaution sur la table qui avaient encore les miettes du repas accueilli un peu plus tôt, je faillis m'évanouir devant tant d'insubordination quand cette courtisane s'écria encore à l’adresse de la foule :

-Mesdames ! Nous sommes bien d'accord que nous avons dit adieu la reine des égrillardes aujourd’hui ?!

A ma grande surprise, les femmes Northuldra approuvèrent. Toute fière, la jumelle se tourna alors vers les hommes et ajouta :

-Quant à vous messieurs, osez me dire qu'il y en a un parmi vous qui n'a jamais demandé des conseils à Madame Nordlys en matière de sexe ?! Allez ! Levez la main si y en a !

Une intense gêne parcourut à nouveau les membres du peuple du soleil qui furent unanimes sur l'aide que leur apporta la doyenne. De plus en plus scandalisé, je me tins avec force à mon frère tandis que cette pimbêche commença à se déhancher tout en clamant :

-Bien ! Si nous sommes tous d'accord sur ce point, je puis affirmer sans rougir que nous devrions rendre un véritable hommage à Ylva sur le champ ! Un... Disons...Plus pimenté !

Alors que je faillis tourner de l'œil, elle s’effeuilla sans attendre sur la table alors que ce fut ma tante même qui lui procura une barre en forme de glace. Non mais c'est pas possible ! Elle n'était pas véritablement en train de l'encourager, là ?! Médusé, j'ouvris des yeux encore plus gros en entendant Kirsten dire :

-Bien...Le devoir royale m’appelle...

Non...Non elle n’est pas sérieuse là ?! Elle y va ?! Que dis-je ?! Mamie Dudu, Gaga, Maman et Tatie Elsa y vont aussi ?! Oui...Sous mon visage éberlué, toutes les femmes de la famille grimpèrent à leur tour sur le meuble en bois encouragées par les applaudissements et les sifflements des gens de la tribus qui s'en amusaient. Un cauchemar Pieter...Tu fais un cauchemar, pensai-je tandis qu'elles avaient déjà toute dispersées leur robes sur le plateau.

-Hum... C'est que ça devient plus amusant par ici, commenta soudain mon frère alors que je lui lançais un regard noir.
-Irrespectueux tu veux dire ! Râlai-je, Ylva a de quoi se retourner dans sa tombe...
-...Ou au contraire profiter du spectacle de là où elle est ! Lança-t-il dans un clin d'œil, ça m’embête de le reconnaître mais Rita a eu une bonne idée pour une fois...Avoue qu’on commençait tous à s’endormir ! Et puis maintenant, j’ai l’éternité pour embêter Miss Coincée...Pas prêt de lui faire oublier cela...

Froissé par tant de légèreté, je continuai de regarder la scène alors qu’elles se mirent à chanter tout en continuant d’onduler sur les barres de glace à la manière de chats qui faisaient le dos rond :

-Ah le petit hydromel ! Qu’on boit sous les tonnelles ! Quand les filles sont belles ! Du côté d’Arnevik !...

La plaisanterie continua encore de longues minutes et je fus un peu soulagé en remarquant qu'elles n’allaient pas jusqu'à se déshabiller complètement. Levant bravement leur jambes fines avec souplesse tout en se serrant toutes par le haut du corps, elles continuaient à danser sur la table à un rythme effréné.

-Tiens ! J'ai lu un ouvrage qui en parlait de cette danse ! Du french cancan il me semble, continua Elysia toujours aussi égayé, il paraît qu’elle se pratique même jusqu'à l'autre bout de la planète... vers l'Amérique...
-Louise serait contente si elle savait que tu connais ces informations...Grommelai-je.

A ces mots, mon jumeaux blanchit avant de reprendre :

-Oh mais arrête de voir le mal partout ! Ce que je veux dire, c’est que je trouve ça chouette qu'elles aient eu cette initiative c'est tout ! Regarde comment les gens sont heureux et détendus ! Tout le monde se rappellera l'enterrement d'Ylva ! C'est ce qu'elle aurait voulu !

Affligé de reconnaître qu’il avait raison, je repris enfin des couleurs quand elles finirent par saluer tout le monde en concluant :

-Merci ! Merci à tous !

Les applaudissent fusèrent à nouveau et je poussai un soupir de soulagement. Amusées, les femmes de notre famille descendirent alors de la table et se regroupèrent autour de moi avant que Mamie Dudu déclare avec un grand sourire :

-Allez ! Pieter ! C’est à toi d’appliquer sa prochaine dernière volonté !

Gêné de voir leurs formes toujours en évidence, je radotai bientôt :

-Vous voudriez pas vous rhabillez convenablement par les esprits, d’abord ?! Et puis qu’est-ce que ça veut dire ça, sa prochaine dernière volonté ?

Maman me regarda soudain avec des yeux brillants et ma grand-mère me tendit alors une lettre manuscrite...D’Ylva.
«Le jour de mon enterrement je voudrais :
-Une incinération classique.
-Une activité atypique.
-Et une demande en mariage de la nouvelle génération Piceaerd.
»

Devenant cramoisie en quelques secondes, je percutais tout de suite et observai mes proches qui ne semblaient guère surpris. Ma mère m’enlaça fortement avec fierté tandis que Papa me donna une tape dans le dos pour me donner du courage.

-Comment vous pouvez être sûrs qu’elle parle bien de moi ? Quémandai-je en sentant le sol s’ouvrir sous mes pieds.

Non de non ! Pas aujourd’hui ! Je refusais d’effectuer une telle démarche un jour de funérailles. C’était inconcevable ! Oui inconcevable ! Moqueur, mon père reprit derechef :

-Comment être sûrs qu’elle parle bien de toi...Hum...Aux dernières nouvelles il n’y a pas de traces d’une certaine Louise Bakerdatter ou un certain Arnwald de Vassar dans les parages... Juste une Sofia Westergaard qui fait battre ton cœur mon grand ! Tout ce que tu as à faire, c’est aller à l’essentiel ! Tu dis à Yohan que tu aimes sa fille et que tu la combleras...Tu sais...Tout le B.A-BA qu’il faut sortir pour rassurer les parents !
-Mon beau montagnard qui prodigue des conseils sur une demande en mariage... C’est intéressant, dit à son tour Maman avec ironie.
-Oui...Bah...Euh...J’essaye de me rappeler comment j’avais fait avec ton père ! Maugréa-t-il peu fâché.

Les deux se regardèrent alors avec nostalgie et je me rappelais subitement qu’il y avait toujours une forte complicité charnelle entre eux. Manquant de vomir, je fus à nouveau confronté à leur regard et ne pus faire autrement que dire :

-Bon...Bon...S’il faut faire plaisir à Madame Nordlys...Je veux bien fournir cet effort pour elle aujourd’hui.

Je n’eus pourtant pas le loisir de faire plus d’un pas que ma chérie apparut au centre de la Clairière...Accompagnée de Knut à qui elle avait passé un nœud papillon. Mon sang afflua immédiatement alors que tout le monde se tut en la scrutant avec attention. Qu’est-ce qu’elle était en train de faire ?!

-Prince Pieter Bjorgman d’Arendelle ! Je profite que nous ayons tous ces témoins pour pouvoir demander officiellement ta main ! Déclara-t-elle, avec la permission de Papa et Maman bien sûr !

Non...Elle ne pouvait pas me faire ça...Pas maintenant au beau milieu de la foule...Cherchant rapidement les regards de Yohan et Camille, je fus sidéré en voyant qu’ils l’encouragèrent par des pouces en l’air. Comprenant que j’étais sous le choc, elle s’avança encore vers moi et se racla profondément la gorge avant de dire à mon renne :

-Knut ! Maintenant !

Mon être continua de bourdonner de bonheur et de timidité tandis que mon cervidé se secoua alors, envoyant des dizaines de papillons bleus et de coques en formes d’hélices dans les airs. Le spectacle m’émerveilla enfin alors que ma chère et tendre continua :

-Prince Pieter, je veux passer le restant de mes jours avec toi...Que notre couple croisse dans la Forêt Enchantée jusqu’à ce que la mort nous sépare ! Alors...Si tu es d’accord, bien sûr...Voudrais-tu...M’épouser ?

Je ne l’avais jamais trouvé aussi belle et sauvage qu’en cet instant. Oh oui...Elle me foudroyait de ses yeux noisettes, ne me laissant pas tellement le choix d’une réponse négative...Mais qu’importe... Cela avait toujours été elle...

-Mille fois oui Madame Westergaard ! Clamai-je enfin très fort.

L’émotion fut tout de suite au rendez-vous et les gens lancèrent des acclamations joyeuses pendant que je la rejoignis. Faisant une fidèle accolade à Knut pour le remercier, je plongeais ensuite mes yeux noisettes dans les siens et lui demandais alors :

-Cesseras-tu un jour de me surprendre ?
-Cela me semble peut probable mon prince, répondit-elle amusée.
-Je suis ravie de l’entendre ma princesse de la Forêt Enchantée, murmurai-je.

Passant une de ces mèches en arrière, je l’embrassais encore et encore, le cœur ampli de joie. Puis je faillis oublier de lui donner la bague que j’étais allé choisir avec Elysia. Elle l’accepta à mon plus grand bonheur et me délivra d’autres baisers sous les applaudissements des autres membres de la communauté. Versant quelques larmes de bonheurs nos parents nous rejoignirent rapidement pour nous féliciter. Maman et Papa étouffèrent presque Sofia tandis que mes futurs beaux-parents furent plus sur la retenue, n’en demeurant pas moins heureux pour moi.

-Ah ! Ah ! ça a été dur de garder le secret ! Au début, je savais pas trop si c’était une bonne idée car nous savons qu’il faut te ménager mon grand ! Clama mon beau-père en me lançant un clin d’œil mystérieux, tu verras ! Tout se passera bien ! Il n’y aura aucune raison que tu aies encore des blocages après ça !

Il appuya ses dires en me luxant l’épaule puis il laissa Camille m’embrassait avidement les joues avant qu’elle ne renchérisse à son tour dans une phrase bizarre :

-Mais oui, tu verras...Tu arriveras à nous faire de beaux petits enfants...Et vous aimerez ça !
-Euh...Oui...On...Fera au mieux...Bafouillai-je.

A mon grand soulagement ma chérie me sauva enfin pour que nous allions danser. Nous terminâmes la soirée ainsi : Dans des concours de danses et des chants tous plus faux les uns que les autres mais qui eurent tous le mérite de rendre hommage à l’historienne au caractère bien trempé.

-ON T’AIME YLVA !!!!! T’ES LA MEILLEURE !!!! Hurlèrent nos voix en écho vers le ciel déjà bien étoilée par la nuit.

J’avais remarqué que toutes les bouteilles d’hydromel s’étaient petit à petit vidées au cours de la journée et la soirée. Il devait être dans les deux heures du matin quand les membres de la communauté décidèrent tous de rentrer dormir. Ignorant s’ils avaient réussi à atteindre leurs huttes, je laissais Sofia me suivre alors que je profitai de l’heure tardive pour aller nourrir les rennes.
Toute pimpante, ma fiancée officielle gloussa bientôt si fort que cela en devint gênant.

-Pourquoi tu ris ? Demandai-je, trouvant cela légèrement déplacé.
-Eh bien...Ce jour était vraiment exceptionnel ! C’était tellement joyeux, festif, décalé que je ne me sens pas du tout triste pour le départ d’Ylva ! S’exclama-t-elle.
-Oui...C’est vrai, admis-je, je n’ai plus du tout envie de pleurer non plus...Remarque c’est ce qu’elle aurait voulu après tout ! Renchéris-je à mon tour en tassant le foin dans l’étable.

Friands de ce mets, les cervidés se ruèrent dessus et je vérifiais que tout le monde en est bien avant de les laisser paître dans leur enclos. Embrassant fermement le museau de mon plus fidèle ami à quatre pattes, je portais ensuite toute mon attention à ma fiancée officielle.

-Et maintenant Pieter Bjorgman d’Arendelle où comptes-tu m’emmener pour faire honneur à la mémoire de Madame Nordlys ? Demanda-t-elle avec un petit clin d’œil.

C’est alors que je compris enfin la phrase de la doyenne. Je n’eus jamais un tel embarras aussi rapidement. Mais non enfin ! C’était contre mes principes ! Pas avant le mariage ! Point ! Ne sachant pas comment dire cela à Sofia sans la froisser, je préférais répondre :

-Bah...Euh...Choisis-toi...

Cela aurait dû la rebuter ou du moins lui mettre la puce à l’oreille sur mon inexpérience. Au lieu de cela, elle afficha tout de suite un sourire ravi et répliqua :

-J’espérais bien que tu dises cela !

Me prenant par la main, elle m’emmena alors dans une précipitation exagérée un peu plus loin dans la Plaine des Monolithes. Les traces de sabots des rennes y étaient toujours incrustées dans le sol et mon cœur s’accéléra en reconnaissant ce point d’ombre au flanc des rochers où nous aimions bien nous abriter l’été quand il faisait une chaleur torride. Il y avait tout ce qu’il faut dans ce bout de nature pour nous mettre à l’aise. Et pourtant, je ne l’étais pas. J’avais l’impression d’être pris au piège comme cela avait été le cas avec cette sotte de Rita. La façon dont cette pimbêche m’avait embrassé, forcé à tripoter sa poitrine...Brrr...Un frisson de dégoût me parcourut l’échine...Je...Je n’arriverais pas à surmonter cela, même avec la femme que j’aime...Oui...Cela allait me bloquer et Sofia ne serait pas satisfaite...Et elle romprait nos fiançailles à coups sûrs...

-Pieter ? Est-ce que tout va bien ? Demanda-t-elle soudain inquiète.
-Je...Je suis désolé...Je...Je ne pourrai pas, bégayai-je.

Prêts à s’enfuir, mes pieds s’ancrèrent pourtant dans le sol et je ne bougeais pas tout en me sentant de plus en plus ridicule. Sur le point de pleurer de honte, je me sentis d’autant plus bête en voyant qu’elle ne me jugeait pas. Bien au contraire ! Toujours soucieuse, elle s’approcha de moi et me frotta gentiment les épaules avant de reprendre :

-Tu voudrais en parler ? Je peux tout entendre tu sais...Si tu ne te confies pas à ta propre femme, à qui le feras-tu ?

Son propos s’illustra tout de suite d’un sourire ravageur et mon appréhension au ventre se dénoua sur l’instant.

-Je...J’ai peur de...De...Ne pas être à la hauteur...Pour toi...Là-dessus...

Elle aurait pu ricaner face à l’absurdité de la situation mais elle fit bien mieux en murmurant :

-Tu es déjà à la hauteur pour moi Pieter.
-Alors...Tu...Tu ne m’en veux pas...Si...Si nous ne faisons rien ? Bredouillai-je encore.

Elle haussa aussitôt les épaules et je fus de plus en plus soulagé avant qu’elle ne reprenne sur le ton de l’humour :

-C’est Ylva à la limite qui pourrait venir te tirer les orteils !
-C’est pas faux, soulignai-je en plongeant mon regard dans le sien.

Mais alors même que je pensais cela, toute peur finit par disparaître. Sofia était face à moi, si proche que je pus lui prendre son menton en coupe avant de la baisoter assez fort. Loin de s’en plaindre, elle dévora mes lèvres et ma langue avec passion comme si elle sentait progressivement que nos âmes se détachaient de nos corps. Je ne réalisais pas tout de suite ce que nous étions en train de faire et ce ne fut que lorsque je la vis ouvrir ma chemise et moi tirer sa robe vers le bas que je compris que je pouvais...Ni ne voulais faire marche arrière.

Alors c’était l’instant ? Nous allions faire l’amour pour la première fois maintenant ? C’était si naturel dans un sens que je me trouvais bien idiot d’avoir eu peur il n’y a même pas dix minutes. Quittant ses lèvres le temps qu’elle m’enlève mon haut, nous reprîmes cette connexion tactile dans la seconde qui suivit alors que nos mains étaient également en roues libres vers nos parties plus intimes. Laisse-toi aller Pieter...Oui...Laisse-tout de côté...C’est ta femme et toi...Juste ta femme et toi, me convainquis-je dans une douce excitation tandis que ma fiancée s’attaqua enfin à la pliure de mon pantalon. Wow...La douceur mêlée à l’inconfort me foudroya immédiatement l’aine et je faillis lui déchirer à mon tour son corset pour lui faire comprendre que je voulais qu’elle me déshabille encore et encore.

-Sofia...Tu...Tu ne voudrais pas t’allonger ?! Questionnai-je soudain en brisant nos papouilles.

Elle ne répondit pas mais me défia plutôt du regard avec amusement. Alors qu’elle avait les plus belles rougeurs qui marquaient ses joues pailletées de tâche de rousseur, je fondis à nouveau devant sa silhouette fine mais fuselée par des formes rondes. Oh Dieu qu’elle était belle... Ses boucles châtaignes emmêlées jusqu’à ses fesses qu’elle avait fait exprès de bien placer en arrière pour que je la contemple de la tête aux pieds. Mon envie était bien là...Oh que oui... Mais malgré cela mon anxiété reprit aussitôt le dessus. Mince quoi ! Pourquoi ne donnait-elle pas de réponse orale ?! J’avais toujours pensé que ma première fois se ferait bien au chaud dans un lit...Pas au milieu de la Plaine des Monolithes sur un sol de terre et avec une couverture de fortune ! Qu’est-ce que je lui offrais franchement ! C’était du grand n’importe quoi ! Alors quoi ? Le faire debout ?! Est-ce que j’allais réussir à bien m’y prendre ?! Déconnecte-toi Pieter...Détache-toi de ton corps...Comme tout à l’heure, me grondai-je tandis qu’elle dégrafa enfin les attaches du devant de son corset. Elle commençait déjà à le faire glisser quand j’eus soudainement envie de le faire à sa place, aussi je lui criai bientôt d’une voix presque autoritaire :

-Non...Attends...S’il te plaît...

Séparant définitivement ma bouche de la sienne, je respirai un grand coup et me focalisais enfin sur sa poitrine que je découvris dans des tremblements pétulants. Dès lors, mon sang s’accentua avec force dans la seule partie de mon corps qui désirait être contrôlée et touchée en ce moment même.

-Mes aïeux...Sofia...Tu es...Sublime...Susurrai-je en ne détachant pas mon regard de ses mamelons rose et son nombril.

Plus bas...Il fallait que je la découvre plus bas encore... Ce fut bientôt chose faite et je me sentis de plus en plus serré dans mon frac quand le dernier morceau qui cachait sa peau nacrée déclara forfait, me montrant ses longues jambes recouvertes d’un duvets clairs qui rebiquaient également sur toute la surface de sa féminité.
La chaleur se propagea tout de suite dans ma tête où bourdonna des milliers de « je l’aime ». Et moi ? A quoi ressemblais-je ? Allais-je lui faire peur ?! J’espérais bien que non et réussis à défaire mon caleçon qui atterrit à mes pieds alors que je me cachais brusquement ma virilité et mes fesses de pudeur.

-Je...Euh...Je ne suis pas certain...Que...Tu...Euh...Que tu aies...Vraiment envie...De voir...Ça...Ce...C’est pas très beau...Me justifiai-je tout en me maudissant d’être si timide.
-Oh bah tu sais comme dirait Papa ! Des fesses, c’est des fesses hein ! Lâcha-t-elle d’un coup.

J’en fus tellement stupéfait que je portais mes mains à ma bouche avant d’éclater de rire. Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce fut mon futur beau-père qui finit de me détendre et je me rapprochais à nouveau de ma belle pour pouvoir l’étreindre. Nos baisers et nos caresses reprirent, s’engouffrant cette fois avec timidité vers nos zones sensibles qui reçurent nos doigts de façon un peu bancal mais tellement revigorantes. Oh oui...Ces massages insistants et doux étaient en train de me perdre gravement et je n’eus plus aucune retenu sur ses seins, ses fesses ou l’intérieur de ses cuisses...Pas en reste sa langue en évidence, jouant avec la mienne était aussi en train de m’envoyer au septième ciel.

-Retourne-toi...Oh...Retourne-toi...Bon sang... L’implorai-je.

Aussi éperdue que moi, elle s’exécuta et se pencha d’elle-même vers l’avant quand je m’insérai enfin en elle tout en produisant un gémissement gutturale. Oscillant entre le besoin d’être doux et celui de découvrir plus vite cet autre monde, je dosais alors mes coups pour que Sofia ne souffre pas et cela fonctionna à merveille.

-Ne...T’inquiète pas...Si...Je n’ai pas de sang...C’est que...Je...Monte à cru...Sur les re...Commença-t-elle à bafouiller.

Mais je lui plaquais ma main sur ses lèvres avant et soufflai toujours avec tentation :

-Chut...Chut...L’important...C’est que...Tu n’aies...Pas...Mal...

M’embrassant la paume pour me faire comprendre qu’elle approuvait, elle n’ouvrit plus la bouche que pour gémir avec sensualité. Quelle vue...Mes aïeux...Oh oui...Quelle vue... Sa croupe parfaite qui s’embrasait d’avant en arrière...Les mouvements de ses cheveux qui glissaient en cascade sur le sol...Ses yeux fermés pour mieux savourer l’instant...Son sourire épanoui...Ses seins qui pointaient...Son dos et mon torse qui transpiraient...Et ses cris...Juste ciel...Ses cris ne me feraient pas tenir longtemps... Son lieu secret et moite dégageait une telle chaleur que je faisais tout pour ne pas que s’arrête cette corrélation extravagante. Réceptif pourtant à cette sensibilité, je ne parvins pas à me retenir alors que ma bienaimée se perdit dans un cri plus osé que les autres avant de se bloquer. Restant en elle, je repris pieds dans la réalité et la tirai lentement vers l’arrière avant de lui donner plusieurs baisers fugaces qui la firent frémir de la tête aux pieds.

-Je comprends maintenant pourquoi Ylva tenait tant à cette activité...Susurrai-je.

Gloussant à nouveau, elle hocha la tête avant que nous nous éternisions dans un long câlin à la Adam et Eve. Ayant renoncés à rentrer chez nous, nous nous enveloppâmes ensuite dans les couvertures pour ne pas attraper froid et contemplâmes les étoiles...

-Oh Pieter regarde ! Est-ce...Est-ce que tu vois la même chose que moi ?! Questionna-t-elle soudain en me tapant sur le torse.

Suivant son doigt du regard, j’eus effectivement un hoquet de surprise quand les constellations semblèrent former le visage d’une femme espiègle en train d’espionner.

-Ça, c’est trop fort...Tu crois vraiment que c’est elle ?! Clamai-je.
-J’aime à croire que oui...Souffla-t-elle tandis que je humais ses cheveux avec une nouvelle envie.

Puis je me relevais sous son regard d’incompréhension et conclus avec malice :

-Dans ce cas, faisons honneur à notre centenaire préférée...Qu’elle n’en perde pas une miette...

Sofia aurait pu contesté mille fois mais elle préféra m’enfouir la tête entre ses seins comme toute réponse.



Pour la réf au titre...



Et pour les illustrations...C'est là.

Illustrations chapitre 19:




_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Lun 5 Fév 2024 - 16:05
En ce jour du 5 février. Bon anniversaire mon bel Elysia Sappos Piceaerd I love it

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 20240210

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 20240211


Dernière édition par Ansa le Mar 6 Fév 2024 - 11:59, édité 1 fois

_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Dov
Dov
Légende du Royaume
Masculin Messages : 2661
Date d'inscription : 24/04/2015
Age : 28
https://www.youtube.com/channel/UC8wZbDnLH86AEQmTsGf0kGg

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Lun 5 Fév 2024 - 18:42
Bon ben comment résumer ce chapitre ?

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 JX4gPB8S

Non sérieusement, on a Ylva qui prend sa mort (trop) à la légère (et sans souffrir, en plus), qui demande à tout le monde de faire les fous après ses obsèques, qui compte sur Sofia pour qu'elle fasse sa demande en mariage à Pieter juste après, et surtout qu'il la déflore pendant qu'elle les regarde, perchée sur les étoiles... non mais voilà quoi, c'est la grosse fiesta king pour des funérailles, quoi...

Et là, pour le coup, le "Ça va bien se passer" a toute sa place bravo

Par contre, j'ai aucune idée pour le(s) pêché(s) de ce chapitre scratch la luxure, peut-être ?

Et tant qu'on y est, joyeux anniversaire à Elysia 🎂 cheers

Ansa aime ce message

Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Mar 6 Fév 2024 - 9:22
Hahaha j'adore le gif d'illustration @Dov XD XD XD
C'est tout à fait ça ! Razz
Oui ! Pour le pêché, effectivement on part sur une bonne grosse luxure dans celui-là Wink Un chapitre avec Ylva ! C'était obligé Razz
C'est gentil pour Elysia ! I love it

_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Ven 9 Fév 2024 - 20:58
Spoilers sans contexte du chapitre 20 Razz
(Sorry je pensais les avoir mis plus tôt...)

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Chapit72

_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Dim 11 Fév 2024 - 20:44
Bon je ne sais pas si le chapitre suivant a été suivi ^^ mais voici celui de ce soir Very Happy

Chapitre 20 : Doutes :

TIMELINE ACTUELLE...

Louise et moi...Tous les deux...Dans la ruelle... Moi, acceptant son cadeau au chocolat...Puis lui déclarant mon amour...Elle, légèrement apeurée mais qui finalement a été tout aussi heureuse que moi...Nos bouches emmêlées...Nos corps se caressant... Presque deux semaines déjà que cela s'était passé... Et le souvenir était aussi net que s'il avait été effectué dans l'instant... Louise...Ma belle Louise...C'était toi...Cela avait toujours été toi...

Sur le point d'embrasser Oskar sur le museau, je revins bientôt sur terre en manquant de tomber à la renverse quand ce dernier me brama dessus d'un air fâché.

-Oui...Bon...Ça va mon vieux ! Y a pas le feu ! Grommelai-je en me relevant sous les yeux amusés de Papa.
-Qu’as-tu donc fait pour encore contrarier ce pauvre renne ?! Demanda-t-il avec ironie.
-Moi ? Rien du tout ! Il a mauvais caractère c’est tout ! Il ose dire qu’on a pas fini alors que regarde ! Tout mon chargement pour la tournée est prêt !
-Tournée que tu t'empresseras de finir à la boulangerie Blodget pour demander une certaine jeune fille en mariage...Oui je sais ! S'exclama-t-il une nouvelle fois d’une voix pimpante.

Ne m’attendant pas à cela, je virai tout de suite au rouge et bredouillai soudain avec confusion :  

-Oh...euh...Comment tu...
-...Eh bien au milieu des ronflements que tu as hérité de ta mère, tu parles aussi dans ton sommeil ! Me coupa Papa moqueur.

Sentant que j’étais pris au piège, il ajouta encore :

-Ne t'en fais pas ! Ça va bien se passer ! Toi, au moins tu n'as pas de beau-père comme pression...Soutiens un peu ton frère pour ça !
-Pieter saura se débrouiller avec Yohan, je n'ai aucun doute là-dessus ! Dis-je sincèrement.

Mon père approuva immédiatement puis il inspecta les cordes qui entouraient les blocs de glace de mon traîneau et reprit cette fois d'un ton plus grave :

-Hum...Elles sont trop lâches... Tu vas nous en perdre la moitié en route ! Et tu n’as pas rajouté assez de foin pour que ça ne glisse pas...

Sans me laisser le temps de le faire, il rectifia alors le tout en défaisant le nœud pour mieux le resserrer de sorte que la corde était dans une tension extrême.

-Voilà c'est mieux ! Nota-t-il en lustrant le fil.

Il me tapota ensuite l'épaule et ajouta :

-Bon ! On ne fait pas la course cette fois-ci ?! Je suppose que ce serait de la triche étant donné que tu t'attarderas avec Mlle Bakerdatter !
-Tu as tout compris Papa...Moi je profite de Louise et toi, tu te chargeras de Maman ! Déclarai-je.

Il rougit violemment et acquiesça avant de me donner une dernière tape sur l'épaule :

-Parfait Fripouille ! A tout à l'heure dans ce cas !
-A tout à l’heure Papa ! Clamai-je en laissant son convoi rempli de pain de glace, fidèlement attelé par Sven partir en premier.

Les autres débiteurs firent de même et j'attendis d'être le dernier pour clamer à l’égard de mon cervidé :

-En avant Oskar ! Au bazar d'Oaken en premier !

La tournée me parut interminable. Elle ne fut pourtant pas plus longue que d'habitude mais le simple fait d'avoir comme but de demander la main de ma bien-aimée en dernière escale fit monter un tel stress que le temps s'allongea.

-Ce que j'aimerais avoir cette idiote de Kirsten avec moi, là tout de suite ! Elle me dirait de me ressaisir et d'agir comme un prince avisé ! Me grondai-je.

A ma grande surprise, penser à ma cousine me fit sourire et me détendit. Je me sentis plus valeureux, plus disposé à exécuter ma tâche avec sérénité. Ce fut ainsi que deux heures plus tard nous fûmes devant la boulangerie.

-Allez...En piste, grommelai-je.

Je garai rapidement le traineau dans une allée qui lui était attribuée pour qu’il ne gêne personne. Puis je détachais mon renne et le laissai près de l’abreuvoir avant de me donner du courage. Je fis enfin sonner la cloche de l’entrée du magasin et signifiai ainsi ma présence en m’écriant :

-Bien le bonjour ! Livraison de pain de glace tout frais pour les meilleures vendeuses de la ville !

Cela faisait toujours plaisanter Madame Blodget quand je sortais cela d’habitude, pourtant aujourd’hui la veille femme se contenta d’une révérence et d’un « Bonjour prince Elysia » très fermé avant de se retirer dans l’arrière-boutique.

Étonné de la voir si froissée, je tentais de me rattraper et bredouillai bientôt :

-Bon bah...Je...Je fais comme d’habitude...

Elle ne parla pas plus mais acquiesça d’un signe de tête. Je décidai donc de l’ignorer et allais déposer les cinq blocs brillants et neufs dans les congères qui se trouvaient juste à côté de l’enseigne. Puis je retournais devant le comptoir rempli de mignardises sucrées et attendis avec impatience qu’elle revienne. Hélas, ma présence semblait lui importer peu puisqu’il fallut que je tape à plusieurs reprises sur la petite sonnette pour qu’elle daigne enfin pointer le bout de son nez. Toujours distante, elle évita mon regard tandis que j’essayai à nouveau de tourner la situation en dérision :

-Me bouderiez-vous Madame Blodget ? Bon, bon c’est vrai, je reconnais que je sens plus le renne mal léché et que cela empeste un peu dans votre magasin mais...
-...Oh non...Non ce n’est pas vous Majesté...Veuillez m’excuser...Je...C’est une journée pénible pour tout le monde...Murmura-t-elle d’un timbre triste, mais...Je...Je...Alors dites-moi...Qu’est-ce qui vous ferez plaisir ?
-Un petit kransekkake, s’il vous plaît ! Clamai-je sûr de moi, je vais franchir une grande étape dans ma vie sentimentale aujourd’hui et j’aurais besoin de vous emprunter Louise pour cela !

Elle aurait dû sauter de joie pour sûr ! Elle était une des rares habitantes du village à connaître notre amour et à le trouver magnifique ! Pourtant, elle se contenta de répondre un « d’accord, je vais la chercher » avant de mettre la pâtisserie miniature dans une boîte en carton et me la tendre.

-Bien...Euh...Ça fait donc trois couronnes, c’est ça ? Demandai-je de plus en plus mal à l’aise.
-Oh non, laissez votre Altesse...C’est pour moi ! S’exclama-t-elle avant de fuir à nouveau vers l’arrière-boutique.

Contrarié à mon tour, je n’en dis pourtant rien et ma divine créature apparut quelques secondes plus tard, les joues encore parsemées de farine. La chaleur amoureuse m’envahit immédiatement et je rougis malgré moi avant de me rapprocher d’elle.

-Gente dame ! Clamai-je en retirant mon bonnet.

Bien que crispée, cela l’amusa et elle effectua une légère révérence avant de reprendre :

-Bonjour prince Elysia...Comment vous sentez-vous ?
-On ne peut mieux maintenant que tu es là, dis-je avec sincérité.
-On ne peut mieux ? Répéta-t-elle abasourdie.

La sentant soudain fébrile, je la rassurai tout de suite en lui agrippant la main puis j’ajoutai alors :

-Oui...Je ne suis jamais aussi bien que lorsque je me trouve avec toi... Voilà, ce que je te propose...Il n’y a pas l’air d’avoir foule dans la boutique...Donc que dirais-tu de laisser Madame Blodget faire la fermeture et pendant ce temps-là, je t’enlève en tout bien toute honneur car j’ai envie de passer du temps avec la femme que j’aime !

Son air contrit sembla une nouvelle fois chamboulé mais mes yeux noisettes la percèrent avec un tel regard qu’elle ne pouvait pas refuser.

-C’est d’accord votre Altesse...Si...Si vous voulez bien me laisser deux petites minutes, le temps que j’avertisse la patronne et que je me change...J’arrive...Bafouilla-t-elle.

Hésitante, elle avança vers ma bouche et effleura rapidement mes lèvres à mon plus grand bonheur avant de disparaître toute aussi écarlate que moi.

Je profitai de ce temps pour rattacher Oskar et eus juste le temps de sortir le traîneau que Louise arriva enfin affublée d’un châle noir. L'aidant à grimper à côté de moi, j'essayai de faire abstraction de son parfum envoûtant et clamai plutôt à mon renne :

-Tu connais le chemin, mon vieux !

Tapant une fois du sabot pour me dire que oui, il trotta ensuite gentiment pendant que je ne me lassais pas de contempler ma belle boulangère. Toujours ailleurs, j’attendis que nous soyons éloignés de la ville pour tenter une approche. Le baiser qu'elle me réclama quelques secondes plus tard fut au-delà de mes espérances et je n'en finissais pas d'aspirer avidement ses lèvres tout en faisant attention à ne pas la mordiller.

-Tu m’as bien manqué depuis mon retour de Kraberg...J’ai l’impression de ne pas t’avoir vu depuis une éternité...Susurrai-je.
-Vous aussi prince Elysia, renchérit-elle, l’air toujours préoccupée.

Inspectant ensuite le paysage, elle ajouta :

-Vous ne m'emmenez pas trop loin, au moins ? Il ne faudrait pas que nous soyons en retard si jamais la reine Elsa souhaitait faire un discours ou quelque chose comme ça !

Marraine ? Un discours ? Je n’avais pas souvenir qu’il y en ait de programmé pour aujourd’hui ?! Désirant la rassurer du mieux que je pus, je renchéris alors :

-Oh non ne t’inquiète pas ! Promis ce ne sera pas trop long ! Tu auras à peine le temps de comprendre ce qui t'arrive que je t'aurais déjà ramené bien au chaud devant chez toi !
-Bien...Si vous le dîtes, murmura-t-elle.

Je confirmais par un signe de tête et la ramenais plus près de moi pour pouvoir à nouveau l'embrasser. Notre jeu de langue dura ainsi pendant de longues minutes avant que je ne lui demande encore :

-Et toi qu'as-tu fait aujourd'hui ? T'es-tu rendue au château ?

Sa réponse fut très expéditive :

-Euh...Oui...Oui... Mais je n'ai pas pu y rester longtemps... Je...je crois que la reine Elsa et la princesse Rita n'étaient pas sous leurs meilleures jours...Sa Majesté n'avait pas l'air de bonne humeur...

J'éclatais aussitôt de rire et répondis :

-A savoir ce que ma cousine a encore fait pour la rendre chèvre...Ah ! Si attends ! Je sais ! Elle a dû la surprendre en train de faire des choses peu convenables avec le prince Arnwald de Vassar ! Il était de visite hier... A tous les coups, elle lui a sauté dessus pour être déflorée ! Ce ne serait pas surprenant ! Elle a toujours eu le feu aux fesses !

Scandalisée, Louise s’écria aussitôt :

-Prince Elysia ! Retirez tout de suite ces propos de je vous prie !
-Hein quoi ? Mais pourquoi ?! Oh je t'assure que c'est la vérité, confiai-je, Rita a toujours été celle qui pensais le plus à ça de nous tous et...
-Parce que vous non peut être ?! Me gronda-t-elle encore.
-Quoi moi non ?! Répétai-je sans comprendre.
-Vous n'avez pas « le feu aux fesses » pour reprendre votre citation ?! Questionna-t-elle en prenant une teinte carminée.

Pris de court, je bafouillai tout de suite :

-Oh...Euh...Disons que je sais me tenir moi, je...Je ne ferai rien sans ton consentement...

Loin de la calmer, cela l'énerva encore plus et elle pesta une nouvelle fois :

-Je n'admets pas cela... Si une femme a de telles envies, on la juge comme une courtisane en revanche si un homme n'a pas eu moult conquêtes pour expérimenter sa sexualité, c'est un coincé fini ! Et pourquoi cela ne serait-il pas l'inverse ?! Si son Altesse avait envie de faire des choses avec ce jeune prince grand bien lui fasse et j'espère qu'elle l'a fait deux fois plutôt qu'une !

Soucieux que je venais de la vexer, elle tourna bien la tête dans la direction opposée à la mienne pour me le faire comprendre. Blanchissant face à ce retournement de situation, je lui tapotai gentiment l'épaule en murmurant :

-Oh Louise chérie, s'il te plaît, ne te fâche pas... Tu...Tu as raison je ne suis qu'un idiot et cela ne me regarde pas... Allez...Ne me boude pas... Je t'aime.

Lui titillant légèrement son bras dodu, je fus heureux de la voir réagir quelques secondes plus tard. Toujours fâchée elle me perça tout de même de ses yeux bleus et s'écria :

-Ah oui ? Donc en dix ans vous n’avez pas changé de tactique ?!
–Changer de tactique ? Réitérai-je incrédule.
-Oui...Vous vous excusez toujours de la même manière...Vous en faites trop, nota-t-elle.

Brimé à mon tour, je ne sus que répondre et ne résistai pas à un nouvel échange de nos bouches l’une contre l’autre. Toute erreur fut immédiatement pardonnée et nous arrivâmes bientôt à l’endroit où je comptais lui faire ma demande. Bien qu’il faisait frais, la cascade resplendissait de milles feux, éclairée par les dizaines de lumignons de glaces que Tatie Elsa avaient laissées avec du permafrost il y a longtemps de cela. C’était le lieu idéal.
Bien que nerveux, j’intimai bientôt à Oskar de se stopper.

-La cascade des vœux, Majesté ? C’était donc ça votre destination ? J’aurais dû m’en douter...Murmura aussitôt Louise en me lançant un regard lourd de compassion.

Hochant simplement la tête, je l’entrainai devant le tumulte bruyant de l’eau s’écrasant contre les rochers. Silencieuse, elle avait néanmoins déjà sorti sa pièce de sa poche pour pouvoir la jeter dans le courant tout en m’interrogeant encore :

-Souhaitez-vous que nous prions ensemble ?

Mon âme n’en fut que plus conquis et je répondis :

-Oui...Si c’est ce que tu souhaites aussi.

Ma belle boulangère acquiesça et nous nous donnâmes rapidement la main avant de lancer chacun notre monnaie. Un long silence suivit.
Résistant à une nouvelle envie de la serrer contre moi, je me contentais d’harmoniser ma pensée en imaginant un futur prometteur entre nous deux... Notre mariage royal...Nos enfants à venir... Oui...Tout ceci était merveilleux. N’arrivant plus à tenir, je lui pris ensuite ses joues rebondies entre mes gants et murmurai alors que mon cœur battait à mille à l’heure :

-Louise Bakerdatter...A présent que nous avons tous les deux fait le même vœux, je peux enfin t’offrir officiellement cette bague de fiançailles, puisses-tu comprendre qu’elle est signe de mon amour éternel qui t’es dévoué à jamais...

A ma grande surprise, son regard devint livide tandis que je mis un genoux à terre comme le voulait la tradition.

-Ma chérie, je prends cette cascade pleine d’espérance à témoins, pour te demander de m’épouser...Alors...Voudrais-tu devenir ma femme officiellement ?

De plus en plus blanche, elle eut aussitôt un hoquet de surprise avant de répéter dans une émotion chamboulée :

-Même vœux ? Cette...Bague de fiançailles ? ...Votre femme officiellement ?
-Affirmatif ! Clamai-je stressé mais amusé, tu as juste à dire un « oui je le veux » éperdu d’amour pour que nous puissions ensuite nous embrasser et vivre heureux jusqu’à la fin des temps !

Son visage se colora immédiatement d’embarras et elle murmura, indécise :

-Oh...Votre Altesse...Je...Euh...Bien sûr que je vous dis oui mais...

Ne la laissant pas finir, je me relevai avec joie et sautai à pieds joints avant de lui passer l’alliance à son annulaire gauche. Je lui empoignai ensuite la taille pour la rapprocher de moi et emmêler nos bouches pendant de longues minutes interminables. Je ne me rendis pas compte tout de suite qu’elle désirait parler. Aussi je fus presque déçu lorsqu’elle interrompit l’instant pour dire :

-Majesté, s’il vous plaît... Il faut que vous sachiez quelque chose... Vous...Vous n’avez pas l’air d’être au courant...
-Oui ! Dis-moi ! Tout ce qui sortira de ta bouche sera bénéfique de toute façon, ma chère fiancée ! Soufflai-je avec enchantement.

A mon plus grand étonnement, cela la fit être encore plus mal. Contrariée, elle reprit immédiatement :

-S’il vous plaît, ne dites pas de telles choses votre Altesse... Je ne puis malheureusement pas vous apporter une bonne nouvelle.
-Quoi ? Mais enfin qu’est-ce que tu racontes ? La coupai-je une nouvelle fois, qu’est-ce qui pourrait être pire ?! Oh je sais ! Tu es un peu dépassée par toute cette histoire de lignée royale...Mais ne t’en fais pas...Comme je te l’ai déjà dit par le passé...Papa aussi était un roturier, Mamie Dudu également et ils se sont très bien adaptés ! Tu es vive et tu apprends vite ! Tu n’auras aucun mal à paraître comme une princesse d’ici quelques mois ! Surtout si tu demandes de l’aide à Kirsten...Elle adorera t’enseigner le protocole ! Elle a ça dans le sang comme tu me l’avais suggéré quand j’étais plus jeune et...
-PAR TOUS LES SAINTS ELYSIA ECOUTE-MOI ! Lâcha-t-elle à bout de nerfs.

Surpris par ce tutoiement et cette proximité qui ne lui ressemblait pas, je finis effectivement par fermer ma bouche. Frustrée mais heureuse d’avoir enfin toute mon attention, elle commença à pleurer avant d’hoqueter :

-Je... Je pensais aussi que nous avions prié pour la même chose tout à l’heure... Moi, je songeais à votre douleur...Aux nombreuses épreuves que vous alliez devoir surmonter maintenant que votre mère n’est plus...Tandis que vous...Vous aviez la tête à des fiançailles...Vous aviez dit que vous attendriez un mois...Et vous choisissez le jour où la princesse Anna meurt pour...
-QUOI ?! Lâchai-je alors dans un grognement glacial.

Maman morte ?! Non ! Impossible ! Louise racontait n’importe quoi ! Je refusais d’entendre pareille idiotie ! Et pourtant...Je repensai aux réactions de replis de Madame Blodget...Tandis que tout mon être sembla tomber dans une immense brèche du Muspelheim, je déversai ma colère contre elle :

-QUI T’AS DIT CA ?! QUI ?!

Terrifiée par mon ton écumant, elle haussa les épaules avant de reprendre tout aussi bouleversée :

-Je...La princesse...Rita...Je...Je crois...Je...Je ne sais plus...

Un nouveau vertige s’empara immédiatement de mon être. Avec cette gourde tout était possible...Démené par toutes les émotions qui m’infestaient de l’intérieur, je tentais de rassembler mes idées, et clamai bientôt à l’égard de ma fiancée :

-Bon ! Viens ! Il nous faut retourner à Arendelle !
-Nous, votre Altesse ? Répéta-t-elle.
-Oui ! Je veux confirmation que ce que tu viens de dire est vrai ! M’écriai-je durement, et je ne suis pas un goujat ! Je ne vais pas te laisser faire le trajet retour à pieds !

Nous nous dépêchâmes donc d’effectuer le chemin en sens inverse dans une tension qui me nouait de plus en plus l’estomac. Déposant enfin Louise de longues minutes plus tard devant sa maison, je lui effleurais rapidement les lèvres avant de lui tendre le petit Kransekkake qui a présent était bien émietté.

-A plus tard, conclus-je succinctement.
-Je suis désolée...Se contenta-t-elle de répondre tristement.

Acquiesçant avec force, je n’attendis pas qu’elle entre dans sa demeure pour repartir à toute vitesse en direction du château.
J’avais l’impression de perdre tous mes membres les uns après les autres au fur et à mesure que je dévalais la cour pavé, puis le corridor et enfin l’escalier qui montait à la chambre de ma mère. Pourvu que ma chérie se soit trompée...Me répétai-je en boucles...Avant de percuter Pieter de plein fouet.

-Oh...Tu es revenu aussi...Tonton Hans a prévenu Tonton Ryder qui a pris ma place dans le troupeau en catastrophe... Bégaya-t-il alors que je pouvais voir à ses yeux qu’il avait déjà pleuré, Je...Je ne pensais pas que je pouvais ressentir deux sentiments aussi contradictoires en si peu de temps...Passer de la jouissance à l’horreur... C’est abominable...
-Je suis bien d’accord avec toi, soupirai-je la gorge nouée, je venais à peine de faire ma demande quand...Quand Louise m’a avoué que Maman...Non, je refuse de le dire.

Très gêné, mon jumeau se racla alors la gorge et répliqua :

-Je...J’étais dans la Plaine des Monolithes...Avec Sofia... Nous...Nous avons à peine eu le temps de nous rhabiller...Que...Que Tonton est arrivé...

Oh...Alors ça y est...Mon frère avait aussi accompli l’acte de chair... Un peu jaloux, je ne relevai pas et me contentai de poser une main forte sur son épaule pour que nous avancions plus vite...
La voix enrouée de Tatie Elsa se fit soudain entendre à l’autre bout du couloir tandis qu’elle hurla :

-MAIS VAS-TU REPONDRE A LA FIN RITA !

Nous arrivâmes alors dans la pièce. Tous les adultes étaient présents, ainsi que Kirsten, Helga et Mamie Dudu. Mon cœur faillit s’arrêter en découvrant Maman inanimée dans le lit. Faisant abstraction de notre deuxième cousine qui semblait épuisée par les coups et les larmes, nous nous jetâmes sur elle et la pleurâmes pendant de longues minutes.

-Calmez-vous les garçons, murmura bientôt Papa en nous posant ses deux mains lourdes dans nos dos, il reste encore de l’espoir...Si Rita veut bien nous dire ce qu’elle a fait.

De l’espoir ? Mais non...Louise a assuré qu’elle n’était plus...Elle n’aurait pas menti...

-Ah ?! Parce que c’est vraiment l’œuvre de cette vipère ?! Criai-je à haute voix.  
-Oui c’est cette garce qui a mis Maman dans cet état ! Je te jure que si elle ne survit pas, je me chargerai à mon tour de provoquer un « accident » ! Mugit alors Gaga, tu étais la seule fille ici qui me considérait encore comme une sœur, eh bien je puis t’assurer que je ferai comme si tu n’avais jamais existé !
-Je reconsidèrerai également mon jugement à ton égard s’il devait arriver malheur à une personnalité de la famille royale ! Déclara à son tour Kirsten en observant notre aînée d’un air pincé, maintenant Rita, il faut nous dire ce que tu as fait à Tatie Anna ! Notre patience a des limites !  
-Mais...Puisque...Puisque je vous dis...Que...Que je n’y suis...Pour...Rien...Pourquoi est-ce que vous ne me croyez pas ?! Hoqueta-t-elle dans un sanglot.
-Arrête Rita ! On le sait tous ici que c’est toi ! Alors parle ! Ordonna également Mamie Dudu.
-Non...Ce n’est pas moi...Mentit-elle avec conviction en se mordant la lèvre jusqu’au sang.  
-Il vaudrait mieux nous le dire avant que le docteur Lothar ne revienne avec le prélèvement ! Gronda aussitôt notre aïeule, tu aggraves ton cas en te taisant jeune fille !
-Je...Je vois bien...Que...Que vous ne me faîtes pas...Confiance...Quoique...Je dise...Bredouilla-t-elle.
-Vu la façon dont j’ai été obligé de te fiancer, nous avons raison d’avoir des doutes ! Décréta gravement oncle Hans.  

Les larmes roulèrent à nouveau sur les joues de la deuxième jumelle et j’étais affligée de les voir tous encore trop gentils alors que Maman était morte ! J’étais sur le point de le répliquer quand cette merdeuse pleurnicha à nouveau :

-Papa...Je...Je t’en prie...Laisse-moi au moins les lettres d’Arnwald...Ne les brûle pas...
-Je n’ai que faire de tes lettres ! Kirsten les conservera sous clefs en attendant que nous te jugions pardonnable...Si un tel cas peut arriver ! Rétorqua-t-il durement.

Non mais il était trop laxiste là ! C’était pas possible ! Un feu intérieur me brûla immédiatement les chakras et je ne réussis pas à me retenir cette fois en fulminant d’une voix explosive :

-NON MAIS ATTENDEZ DEUX MINUTES ! JE CROIS REVE ! MADAME NOUS FAIT UN CACA NERVEUX POUR DES EPITRES DEBILES ?! CETTE ESPECE DE DEVERGONDEE DEVRAIT PLUTOT ETRE A GENOUX ET S’ESTIMER HEUREUSE DE NE PAS ETRE SUR L’ECHAUFFAUD POUR CE QU’ELLE A FAIT !

Surpris par mon ton sanguin, ils fermèrent leurs bouches quelques secondes. Kirsten en profita pour s’approcher de moi. A mon plus grand soulagement, elle prit mon parti et répliqua aussitôt :

-Ce serait effectivement la procédure à suivre Elysia... Mais uniquement si Marraine Anna avait été assassinée...Or pour l’instant elle est juste dans un sommeil prolongé si j’ai bien suivi ?
-C’est exact ! Répliquèrent les autres membres de la famille en chœur.

Mon organe vital faillit lâcher à nouveau tandis que la nouvelle m’apporta un immense réconfort. Pour confirmer leurs dires, je collai rapidement ma main sous le nez de Maman et sentis un souffle régulier s’en échapper avec froideur. Merci mon Dieu ! Merci Ahtohallan !

Mon sang revint tout de suite dans mes veines. Je ne demeurais néanmoins pas serein très longtemps car Helga se mit soudain à convulser avant de manquer de tomber dans les paumes. Réactifs Pieter et moi la rattrapâmes alors qu'elle se tint subitement la poitrine.

-Gaga ? Qu'est-ce qui se passe ? Demanda aussitôt Mamie Dudu un peu agacée, c'est pas le moment de flancher à ton tour !
-Laisse grand-mère ! Il y en a qui ont plus de mal à supporter des nouvelles par rapport à d'autres, critiqua tout de suite Kirsten.

En temps normal, notre Grande sœur lui aurait fait une remarque acerbe mais ce ne fut pas le cas. De plus en plus enfermée dans une bulle...Elle convulsa inlassablement avant de se mettre à pleurer comme si elle avait... Cinq ans, tout en répétant des « Maman Anna...Non...Non... ».

-On comprend bien la même chose-là ? Demandai-je en blanchissant

La voir si terrifiée finit de me mettre hors de moi et je me frottais les mains jusqu'au sang sur ma tunique. A ma grande surprise ce fut Tatie Elsa qui se précipita bientôt vers elle avant de la toucher et de crier :

-Elle est connectée à un souvenir figé ! À sa partie d'elle petite d'une autre vie !

Réactive, Marraine réussit à créer des bulles d’eaux qui se modelèrent en sculpture de glace sur le tapis de la chambre... Le tout forma alors une Maman en habits de deuil avec une Helga de même pas dix ans en larmes qui soutenait un bébé. Comme libérée du sortilège, notre sœur sortit enfin de sa léthargie et l’observa avant de pleurer
:
-Tatie...Est...Est-ce que Maman Anna est morte dans...  

Prise de nouveaux sanglots, elle ne put finir sa phrase. Soucieuse et dépassée, notre reine des neiges ne trouva rien à redire mais se contenta d’hocher la tête tout en la scrutant du regard.

-L'heure est plus grave que je ne le pensais... Finit-elle par murmurer.

Affolée, notre grande sœur ne chercha même pas et se rua bientôt vers Rita avant de perdre le contrôle et lui sauter dessus avec violence. Féroce, elle lui tira sur ses cheveux avant de lui prendre son col jusqu'à l'étouffer.

-J'espère que ce n'est pas ton œuvre là-bas et qu'on ne va pas avoir la même ici ! Cracha-t-elle.
-Helga ! Arrête ! Cria soudain Tonton Hans en la faisant reculer avec force.
-Lâche-moi Papa ! Elle a privé l’autre part de moi-même de ma mère ! Et ici ça va être la même ! Hurla-t-elle.
-Marraine n'est pas encore morte ! Déclara alors Kirsten d'un ton froid, du cran grande soeur ! Tu es l'aînée ! Tu dois montrer l’exemple !

Prête à se prendre un soufflet de sa part, elle n'en eut toutefois pas le temps quand le docteur Lothar arriva enfin au milieu de ce foutoir avec un papier.

-J'ai les résultats d’analyses ! Clama-t-il, ça a pas été une mince affaire ! La prochaine fois que vous avez la brillante idée de vouloir tuer quelqu'un, passez plutôt par une arme plus directe !

-Pourriez-vous nous dire ce qu'il en est docteur je vous prie ! Grommela immédiatement Mamie Dudu.
-Oui, oui, j'y viens...Bien... La princesse Anna a une forte concentration de valériane dans son corps...Ce qu'on utilise pour endormir les gens...Qui peut être mortel, s'il y a trop de dose ! Expliqua-t-il.

A ces mots Mamie Dudu et Helga devinrent livides. Elles, avaient compris d'où provenait les médicaments.

-Est-ce qu'elle va s'en sortir ou est-ce déjà trop tard ? Questionna une nouvelle fois Tatie Elsa.

Revêche, le docteur répondit du tac au tac avec son éternel franc-parler :

-Comment voulez-vous que je le sache ?! Je ne l’ai pas examiné sous toutes les coutures ! M’enfin...Si vous tenez tant à le savoir cela vous coutera plus cher ! Vous transmettrez le versement à mon cabinet comme d'habitude et me recontacterez si besoin...Mais cela a l’air à s’y méprendre à ce qu’elle a déjà eu par le passé...Un état auquel je ne peux rien changer ! Bien ! Bonne journée vos Altesses !

Sans attendre qu'on riposte, il s'en alla rapidement, nous laissant dans le chaos le plus total.

Nos yeux dévièrent à nouveau vers la même personne : Rita. Semblable à une proie, elle attendit que l’un de nous fasse le premier pas pour la mettre en charpie ce que Mamie Dudu n'hésita pas à faire quelques secondes plus tard. Indifférente à notre présence ou à son âge, elle la ramena sur le lit et l'humilia par une fessée magistrale qu'elle accepta sans rechigner.

-Tu as osé utiliser des somnifères prescrits par les guérisseuses de la Forêt Enchantée ! Créés par Helga et moi-même ! N'as-tu donc à ce point rien dans la cervelle avec tout ce qu'on t’enseigne sur la politique depuis que tu es petite ?!
-Je...Je ne pensais pas à mal...Avoua-t-elle enfin.

L'ayant rhabillé trop tôt la dernière claque partit sur sa joue déjà endommagée tandis qu'elle répliqua :

-Oui c'est le problème des gens qui pensent pas à mal ! C'est qu'ils ne voient pas les conséquences justement ! Imagine que le docteur Lothar soit un colporteur de rumeurs et qu'il aille dire à toute la population qu'un médicament Northuldra a tué leur reine ! C'est reparti pour une guerre entre les deux peuples à coups sûrs ! Tu n'as vraiment rien à l'esprit ma pauvre enfant ! Et tu crois que tu reprends les traces d'Ylva Nordlys ?! Mais tu ne lui arrives même pas à la cheville à cette historienne de renommée ! Une erreur pareille ! Mais elle t'aurait déchue de ton rôle tout de suite pour prendre ta jumelle qui est bien plus censée à la place !

Cette mijaurée encaissa mal la remarque et se remit à sangloter. Sans pitié pour elle, je m’approchais alors à mon tour et déclarai :

-Bien...Puisque nous savons ce qu'il en est maintenant de ces agissements, je pense qu'il ne reste qu'une décision à prendre...
-Laquelle ? Demanda gravement mon aïeule.
-L'enfermer au cachot pour attaque envers la couronne ! Répondis-je succinctement.

Je me tournai immédiatement vers ma tante et mon oncle. En tant que souverains c'était à eux de s'en charger. Les regardant durement, je compris qu'ils hésitaient. Mais c’est pas vrai ! Pestai-je intérieurement.

-Elysia a raison, dit gravement Mamie Dudu, on ne peut taire l’incident !

Ravi d'avoir son soutien, je fus encore plus subjugué quand finalement Kirsten réagit à la place de ses parents quelques secondes plus tard :

-Décidément...Il faut toujours tout faire soi-même ici...

Surplombant sa jumelle par sa prestance, elle la regarda froidement comme Tatie mais en mieux et décréta avec dureté :

-Un séjour dans les cachots d’Arendelle en attendant sa sentence sera pour elle une bonne leçon !  
-Oui vaut mieux qu’elle file de là avant que je ne lui arrache les yeux, grommela derechef Gaga tout en se tenant toujours la poitrine car elle avait du mal à respirer.

Affolée par le comportement de sa moitié, cette couarde de Rita pleura encore avant d’essayer de l’amadouer :

-Non, Kiki...Pitié...Tu...Tu n’as pas réellement sorti cela...Je...Je t’en prie...Pas toi...
-Ce n’est pas la sœur qui parle mais bien l’héritière présomptive de ce royaume ! Reprit aussitôt sa jumelle avec flegme, donc cessez vos babillages enfantins ! Il n’y a pas de Kiki ici mais la princesse Kirsten d’Arendelle Westergaard qui vous rappelle que vous avez fraîchement tenté un crime de lèse-majesté en faisant ingurgiter un médicament qui s’il n’est pas utilisé à bon escient peut vite devenir un poison, produisant ainsi un homicide involontaire sur l’actuelle princesse de ce royaume ! Si vous ne comprenez pas votre faute, je me chargerai de vous le rappeler à votre bon vouloir ! Ai-je bien été clair, princesse Rita d’Arendelle Westergaard ?!

Serrant les poings, tout en la regardant outrageusement, ses larmes redoublèrent mais elle ne rétorqua rien tandis qu’on lui passa les fers. Sur le point de faire un malaise, Tatie Elsa eut la présence d’esprit de mettre ses gants pour éviter de tous nous congeler. Nous attendîmes qu’Halricsen l’emmène complètement hors de la pièce avant de reprendre notre conversation.

-Il faudrait ramener Maman dans la Forêt Enchantée ! S’exclama soudain Helga, là-bas au moins nous pourrons l’avoir sous notre surveillance et il ne pouvait rien lui arriver de pire !
-Il en est hors de question ! Clamèrent d’une même voix Marraine et Papa, Anna reste avec nous à Arendelle...Nous saurons la protéger à partir de maintenant !
-On a vu comment vous l’avez bien fait jusqu’à présent ma Floconnette, maugréa à son tour Mamie Dudu d’une voix assassine.
-Maman...Je...Je ne te permets pas ! Hans et moi avions notre mission à Arnevik ! Nous n’étions pas en train de nous amuser, il me semble ! Pesta-t-elle.
-Je le sais bien Elsa, et c’est pour cela que je ne te le reprocherai pas ! Mais Helga a effectivement raison ! Aucun de vous n’est réellement disponible pour ma Furie Rousse ! Hans et toi pensiez niaisement votre fille assez mature pour s’occuper d’elle ! Lâcha-t-elle encore.
-C’était censé être l’inverse en réalité, grommela une nouvelle fois ma tante.
-Oui ! Mais vous n’avez jamais voulu voir sa perfidie ! Ahtohallan sait à quel point je l’aime au même titre que les autres ! Mais je connais aussi ses défauts alors que vous, vous avez mis des œillères ! A quel moment vous vous êtes dits que c’était judicieux de laisser une visite diplomatique avec une autre contrée pour un traité important à une princesse malade et à une demoiselle sans véritable expérience qui a à peine dix-sept ans ?! A quel moment, bon sang ?!
-Runa avait fait de même avec son fils, commenta aigrement Tonton Hans.
-Oui ! Et vous voyez le résultat ! Il n’est pas plus mature qu’elle ! Ils n’ont pensé qu’à batifoler ! Qu’à copuler ! Alors qu’ils ne se connaissaient même pas depuis vingt-quatre heures ! Explosa-t-elle.
-Je souhaiterais que nous évitions d’aborder ce sujet ! Concentrons sur l’état d’Anna...C’est cela le plus urgent ! Tonna aussitôt Marraine d’une voix encore plus forte.
-Oh mais c’est déjà tout vu ! Ta nièce vient de te le dire ! Elle part avec nous dans la Forêt Enchantée en attendant qu’elle soit rétablie ! Insista notre grand-mère.
-Iduna...Anna est ma femme...Je...Je ne veux pas la laisser seule ! C’est comme si je l’abandonnais ! Se plaignit à son tour Papa.
-Crois-moi Kristoff ce ne sera pas le cas et elle le sait très bien quand elle se réveillera...Car elle se réveillera ne t’en fais pas... Béata et moi allons y veiller...Mais pas seulement, dit-elle d’une voix encourageante.

Très vite à courts d’arguments, personne ne fut assez fou pour s’opposer à Mamie Dudu. Elle avait tranché. Point.

-Le cas Rita à présent ! Renchérit-elle, qu’est-ce que vous comptez faire ?

Indécis, Tatie Elsa et Tonton Hans ne surent quoi répondre. En colère, notre aïeule se tourna directement vers Kirsten et moi en grommelant :

-Bon...On va parler avec les vrais têtes froides de ce royaume ! Que proposez-vous ?!
-Eh bien...Qu’elle reste enfermée ! Oui ! Qu’elle croupisse dans la crasse ! C’est sa place à cette…Fulminai-je.
-Allons cousin ! Me coupa aussitôt la jumelle, je te conseille d’étouffer tes émotions et maîtriser tes sentiments...C’est en monarque que nous devons agir, pour le bien du royaume, nous devons être les juges et non les partis prenants...C’était un sans-faute pour toi jusqu’à maintenant...Un peu brute, certes, mais un sans-faute...
-Je te croyais de mon côté après la correction à laquelle tu as consentie ! Ronchonnai-je malgré moi.
-C’est le cas ! Renchérit-elle, toutefois...Ce passage au cachot ne sera pas son seul blâme... Même si Mamie nous a fait une démonstration alléchante, ce n’est pas encore assez ! Non !  L’affaire est bien trop grave et la justice se doit d’être rendue...

Marre de parloter, je l’interrompis tout de suite :

-...Oh chouette ! Donc tu es d’accord avec moi ! Il faut que nous organisions un procès ! Montrons au royaume sa mesquinerie !
-C’est une possibilité en effet...Néanmoins je crains que le message envoyé à nos partenaires ne soit pas le bon. Après tout, comment réagiront les autres royaumes s’ils voient que nous sommes prêts à attenter à nos vies entre nous… Mais aussi nous condamner nous-mêmes ?! Ils pourraient alors penser que notre monarchie est divisée et faible, non je pense avoir une meilleure solution si sa Majesté me permet de la présenter… Murmura-t-elle mystérieuse.

Vive, elle se tourna alors vers ma tante et ajouta :

-Mère ?! … Vous m’entendez…

Tapotant du pieds avec empressement, elle constata amèrement que Marraine était toujours incapable de prononcer la moindre parole. Serrant les poings avec fureur, j’eus aussitôt du mépris pour cette grande Reine des neiges que nous adulions tous alors que cette dernière était incapable de prendre une décision ! Comprenant qu’elle se murait dans le silence, notre grand-mère ordonna à l’égard de la jumelle :

-Poursuis Kirsten, que proposes-tu ?
-Nous pourrons l’exiler chez les Northuldra, ainsi chaque parti y trouverait réparation. Tante Anna mais aussi les Northuldra, car c’est leur réputation qui pourrait être ternie par la bêtise d’une adolescente sans cervelle et ainsi nous n’aurions pas à couvrir la famille du scandale ! Clama Miss Coincée avec fermeté.
-J’approuve ! Elle déteste cet endroit ! Mais je veux que ce soit Papy Antoine qui s’occupe de son sort ! Ne pus-je m’empêcher d’intervenir.
-Tu veux qu’Antoine se charge d’un procès dans la Forêt Enchantée ? Répéta notre aïeule étonnée, d’accord.
-Mamie sauf ton respect, je ne pense pas que le procès soit nécessaire, continua Kirsten,  nous l’avons tous ici déjà déclarée coupable si je ne m’abuse. Non, il faudrait que Papy Antoine soit l’exécuteur ! Et pour la peine de Rita... Elle paraît simple...Qu’elle rachète sa faute ! Rester dans la communauté Northuldra jusqu’à ce que Marraine Anna se réveille ? Et si cela doit être toute sa vie eh bien tant pis, elle fera pénitence toute sa vie ! Il fallait qu’elle réfléchisse avant aux conséquences de ses actes.
-Le prince Arnwald n’attendra peut-être pas aussi longtemps, répliqua aussitôt Tonton Hans.
-Alors il faudra rompre ses fiançailles ! Clama-t-elle encore avec rigueur.
-N’as-tu pas peur qu’elle aggrave la situation en restant dans la Forêt Enchantée ? Tu sais...Par esprit de vengeance ? Renchérit à son tour Helga.
-Oui...Elle va nous mener la vie dure à Sofia et moi... Maugréa derechef mon jumeau en devenant rubicond.  
-Oh non...Elle n’en fera rien, je vous l’assure...Je connais toute la constance de Papy Antoine qui saura lui faire regretter ses actes, et toi Mamie, je suis certaine que tu en feras autant, après tout, tu nous en a déjà fait une démonstration cuisante, ici ! Et pour qu’Arendelle y trouve aussi son compte, je viendrai régulièrement contrôler qu’elle ne sème pas de mal autour d’elle...Mais à mon avis, elle a enfin compris la leçon...Enfin...Pour en être tout à fait certaine, j’irai bien lui parler pour mettre les choses au clair avec elle. Laissons-là croupir aux cachots pour la nuit, nous irons lui donner sa peine demain matin !
-Qu’en penses-tu Elysia ? Ta cousine ne peut décider seule ! Gronda immédiatement notre grand-mère.

Soulagée qu’elle soit si perspicace, je m’adressai directement à elle :

-Tu me promets Kirsten que tu t’assureras qu’elle paie ?!
-Ai-je déjà failli à un de mes engagements ?! S’offusqua-t-elle, si je te dis que la princesse Rita va payer c’est que j’en fais la promesse !  Et je veillerai personnellement à ce qu’elle rachète sa faute !

Je dévisageai sans attendre son regard déterminé et j’eus une admiration un peu jalouse pour elle. Oh oui ! Cette Miss Parfaite agaçante avait toujours eu l’âme d’une monarque et elle demeurait mon modèle sans que je n’ose encore me l’avouer.  

-Dans ce cas, je suis d’accord… Soupirai-je.

Dynamique, la première jumelle se tourna à nouveau vers Marraine et lança d’un ton impérieux :

-Mère ?! Il faut la validation de la couronne !
-Je… Je…Balbutia-t-elle de plus en plus renfermée.
-Bon sang ! Ma Floconnette ! Mais réagis à la fin ! L’empressa Mamie.
-Je… Que… Que l’on… suive les directives de… la princesse… Finit-elle par bredouiller.  
-Fort bien ! La chose est entendue. Si vous voulez bien m‘excuser je vais dans les appartements de la princesse Rita confisquer les missives de son galant à présent ! Conclut ma cousine,  je veillerai également à ce que les frais de son séjour en pays Northuldra soient imputés à sa cassette personnelle.

Cinglante, cette dernière phrase marqua la fin de la discussion et chacun retourna bientôt à ses occupations dans une ambiance douloureuse. Je restai un moment auprès de Maman jouant avec ses tresses comme je le faisais lorsque j’étais petit. Pieter resta également à son chevet et garda sa main dans la sienne très longtemps. Nous ne le disions pas mais l’un comme l’autre avions la désagréable impression d’avoir fait un énorme retour dans le passé...

Cinglante, cette dernière phrase marqua la fin de la discussion et chacun retourna bientôt à ses occupations dans une ambiance douloureuse. Je restai un moment auprès de Maman jouant avec ses tresses comme je le faisais lorsque j’étais petit. Pieter siégea aussi à son chevet et garda sa main dans la sienne très longtemps. Nous ne le disions pas mais l’un comme l’autre avions la désagréable impression d’avoir fait un énorme retour dans le passé...

-Je vous promets qu’elle sera remise pour vos mariages, nous assura Helga en restant également près d’elle.

Bizarrement j’y crus. C’était Gaga et elle était nulle mais j’avais le sentiment qu’elle disait la vérité.

-Va falloir que tu te dépêches dans ce cas...Yohan nous a donné sa bénédiction pour dans trois mois maximum, essaya bientôt de plaisanter mon jumeau alors que les larmes coulaient sur ses joues.
-Je relève ce défi petit frère, murmura-t-elle.

Puis elle se tourna vers moi pour avoir une réponse et je déclarai alors :

-Il faut que je retourne voir Louise... Je l’ai laissé juste après ma demande...
-Vas-y maintenant, préconisa-t-elle, nous restons-là pour Maman ne t’en fais pas.

Elle me sourit affectueusement et je l’en remerciai. Récupérant Oskar dans un état second, je lui résumai la situation jusqu’à ce que nous arrivions à la maison de ma belle boulangère. Les lumières étaient encore allumées. Laissant paître mon renne dans son jardin, je m’avançais alors jusqu’à sa porte et toquai violemment.
Elle ouvrit quelques secondes plus tard et sursauta de surprise en m’apercevant.

-Prince Elysia ? Questionna-t-elle.

Rien. Je n’avais besoin que rien d’autre que ses lèvres en cet instant. M’incrustant très vite dans sa mansarde, je la fis pivoter et l’embrassai goulument comme si je souhaitais faire sortir de mon esprit toutes les horreurs que j’avais vu ces dernières heures. Elle ne résista pas et fut câline tandis que je lui resserrai plus fort son corps pour qu’il soit proche du mien.

-Mon baume de guérison...Je viens t’apporter des nouvelles réconfortantes... Chuchotai-je quelques secondes plus tard.
-Est-ce à propos de la princesse Anna ? Je vous écoute ! Clama-t-elle tout en me servant une bonne portion de nourriture.
-Elle est juste profondément endormie...Mais pas morte... Répondis-je.

Ma fiancée se mit à rougir violemment et se replia sur elle-même avant de reprendre :

-Je vous demande pardon dans ce cas de vous avoir fait une fausse peur...Dès demain j’en informerai les autres habitants.
-Pourquoi donc ? Questionnai-je étonné.

Elle ne répondit pas mais ses joues se chauffèrent à nouveau tandis que je fus contrarié en ajoutant :

-Alors...Tous nos sujets la croient vraiment morte ? Comment cela se fait-il ?

Elle demeura encore muette tandis que je réalisais soudain :

-C’est toi qui as propagé la rumeur auprès des autres ?
-Je...Euh...Eh...Bien...La princesse Rita...Elle...Semblait si bouleversée...Si sûre d’elle... Bredouilla-t-elle.

Une soudaine déception à son égard m’envahit immédiatement et je lui demandai avec plus d’attention :

-Tu viens de mentionner ma cousine pour la deuxième fois ? Pourquoi ? Raconte-moi exactement ce qui s’est passé !

Aphasique, elle prépara longuement sa réponse avant de finir par chuchoter d’une voix à peine audible :

-Je...J’étais en train de déballer les petits pains et autres mignardises avec Olina votre cuisinière quand en faisant l’aller-retour entre mon convoi et le château, je suis tombée nez à nez sur la princesse Rita. Elle était en larmes et tremblait beaucoup comme si elle cherchait à fuir quelque chose. Elle m’a simplement dit « Aidez-moi ! La princesse Anna est morte ! ». Abasourdie par cette nouvelle, j’ai préféré prendre congé et je suis retournée tout de suite à la boutique...Ensuite...
-...Ensuite tu n’as pas pu t’empêcher de faire ta commère et tu l’as sorti à tous les clients qui sont venus à la boulangerie au cours de la journée... Maugréai-je en la jugeant tout à coup avec moins de sympathie.
-Oui votre Altesse, avoua-t-elle au bord des larmes, je...J’étais si paniquée que j’avais besoin d’extérieurisé...Je savais que je n’arriverai pas à garder tout cela pour moi...Je...Je suis désolée si je vous ai causé du tort.

Désabusé par son comportement qui nous avait également mis en danger, je répliquai aussitôt avec antipathie :

-Tu aurais dû attendre une annonce officielle au lieu de te baser sur de fausses rumeurs...Ou du moins en parler uniquement à Madame Blodget si cela t’était trop lourd ! Ce n’est pas uniquement moi qui en pâtie mais tout le royaume...
-Je comprends votre Altesse...Excusez-moi...Je ne referai plus cette erreur...Je vous le promets, murmura-t-elle d’une voix respectueuse.

Je ne renchéris rien mais continuai de la regarder gravement. J’avais l’impression d’être trahi par la femme que j’aime...Pourquoi avait-elle joué les idiotes à ce point ?  

-Pour éviter ce genre d’incidents à l’avenir, tu viendras dès lundi suivre les cours diplomatiques auprès de Kirsten ! Repris-je enfin toujours aussi cassant.

Acquiesçant avec force, elle chercha ensuite à se faire pardonner et essaya de m’embrasser mais je détournai rapidement le regard. Je lui en voulais un peu quand même. Je n’avais pas le temps de lui accorder de l’amour. Il fallait que je rétablisse la vérité sur sa bêtise !

Bien que cela me fit mal de la voir se tasser sur elle-même avec de plus en plus d’anxiété, je me devais d’agir en prince aussi je me levai rapidement de table alors qu’elle reproduisit mon geste en disant d’une voix lamentée :

-Si je puis me racheter votre Majesté...Je...Je vous promets que je le ferai...  
-Oh ! Tu en as déjà bien assez fait comme cela ! Grinçai-je, attends-moi là...J’ai une longue tournée qui commence ! Je reviendrais tout à l’heure ! Ne bouge surtout pas d’ici ! Je ne voudrais pas que tu crées d’autres catastrophes !

Mon ton était rude mais elle allait devoir s’y faire. Dans une monarchie absolue on ne laissait rien passer, pas même les erreurs de débutants. Il fallait qu’elle le comprenne tout de suite en tant que future princesse !
Bien décidée à réparer ses dégâts, j’optimisai le reste de ma fin de soirée en allant rétablir la vérité au sujet de l’état de santé de ma mère à chaque famille d’Arendelle. Rassurer les sujets étaient pour moi, primordial. Soulagés, ils m’en remercièrent tous et adressèrent leurs meilleures prières tout en me jugeant déjà l’étoffe d’un grand prince.
Pas peu fier, je m’étais finalement radoucie et j’avais terminé ma tournée par la fleuriste pour acheter un bouquet à Louise. J’espérais ainsi qu’elle me pardonne de lui avoir parlé durement. Ce fut ainsi, le cœur embaumé par les dizaines de roses rouge que je tenais à la main que je retournai à son logis. Contrarié de voir que tout était éteint par rapport à tout à l’heure, je me tournais vers le ciel noir et grommelai :

-Mince, j’ai dû mettre trop de temps...Elle doit dormir maintenant...

Tambourinant comme un malade sur sa porte, je l’appelai assez fort :

-Louise ! Louise c’est Elysia ! Ouvre-moi, s’il te plaît !

Pas de réponse. Mon être se serra.

-Ce n’est pas possible...Je...Lui avais bien dit de m’attendre pourtant...Ronchonnai-je tout en inspectant déjà sa porte pour la défoncer.
Reculant pour prendre mon élan, je me pris aussitôt les pieds dans son paillasson et quelque chose m’attira bientôt l’œil. Une lettre.

« Mon cher prince Elysia,
J’ai bien compris que je vous avais déçu tout à l’heure et que mon action est impardonnable. Je n’ai pas envie de me faire des illusions car j’ai déjà cru assez longtemps que notre histoire d’amour fonctionnerait. En vain, l’exemple d’aujourd’hui montre que je ne suis bonne ni pour le royaume ni pour vous. Nous ne sommes pas du même monde et vous perdrez votre temps avec moi qui ne serai tout au plus qu’un boulet.
Je préfère vous libérer tout de suite de votre engagement et vous restitue la bague de fiançailles qui sera plus utile à une jeune dame de bonne famille qui saura vous protéger et protéger le fidèle peuple d’Arendelle.
Malgré ce que je vous ai dit lorsque vous étiez enfants, je vous ai toujours aimé et vous aimerez jusqu’à la fin des temps...C’est aussi pour cela que je ne dois pas être égoïste et vous empêcher de faire une très grosse bêtise en me choisissant moi qui suis bien gauche et pataude. Je prierai pour la princesse Anna autant que faire se peut !
Je vous délivre un dernier baiser d’adieu avec beaucoup de tendresse.
Puissiez-vous vivre heureux.
Louise Bakerdatter.
PS : Ne me cherchez pas, j’ai décidé de quitter ces lieux pour oublier la douleur qui me ronge de l’intérieur.  
"

Mon sang se glaça et le sol du Muspelheim s’ouvrit pour la deuxième fois de la journée sous mes pieds. Tombant amèrement à genoux, je lâchais la bague de fiançailles qui se perdit bientôt dans l’herbe avant d’hurler sous la lune.


Et pour les illustrations les voici Smile

Illustration chapitre 20:

_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Floconnette
Floconnette
Légende du Royaume
Féminin Messages : 1150
Date d'inscription : 09/03/2022
Age : 20

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Lun 12 Fév 2024 - 18:45
Je crois que je vais la tuer cet espèce de S.... :fouet: :poele:
Non! Du calme!! Je reste calme, pour le coup je pense que tout Arendelle devrait faire des T shirts à l'effigie de Kirsten!!!
Donnez lui la couronne immédiatement ! Quelle reine cette petite!
Ca y est je sais qui est Kirsten!
C'est Hermione Granger.
Au début la miss Je sais tout parfaite dont tu rêves de faire un croche pied dans les escaliers, et en grandissant qui devient une bombe badasse ultime et intelligente ! (Oui je suis fan d'hermione !)

Bref, et Elysia franchement chapeau bas car il a su se contenir pour ne pas la tuer!
Même Helga est enfin à la hauteur de l'événement et a la bonne phrase assassine contre cette mijorée
!

Hélas comme d'habitude Pieter ne sert à rien... difficile d'être à la hauteur de mon beau Pieter d'amour ! Celui là mais quel médiocre. J'avais envie de le gifler la semaine dernière tellement il est niais, et la il ne réagit pas!

Ah ça y est je m'énerve il me faut un autre personnage extraordinaire! Je sais Iduna! Alors la... humilier l'autre idiote en la traitant comme une gamine de 4 ans mal élevée franchement c'était parfait!!! Elle voulait être une femme qu'elle disait l'autre, non c'est qu'une sale gosse! Iduna l'a traité comme tel!

Un petit mot pour celui de la semaine dernière que j'ai rattrapé hier.
Quel magnifique hommage pour Ylva vraiment c'était exactement ce qu'il lui fallait!
Dommage qu elle ai choisi l'autre nulle pour prendre sa suite...

Ansa aime ce message

Dov
Dov
Légende du Royaume
Masculin Messages : 2661
Date d'inscription : 24/04/2015
Age : 28
https://www.youtube.com/channel/UC8wZbDnLH86AEQmTsGf0kGg

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Lun 12 Fév 2024 - 19:39
Je crois que j'ai lu le miroir inverse du chapitre précédent. Je veux dire : ça commence mal/bien pour finir bien/mal.

Et là, ça finit très très mal. D'abord pour Rita qui en prend pour son grade, sa fierté et sa dignité. Puis pour Elsa car même à son âge et à son statut, infoutue de prendre une décision sur quoi faire de sa nièce qu'elle se fait remettre à sa place par sa mère.

Et même pour Elysia. Même si, avec sa cousine Kirsten, il s'est affirmé en prononçant la sanction sur Rita et s'est dépêché de faire taire les rumeurs sur la mort d'Anna, ça lui a coûté les fiançailles avec sa Louise. Elle qui a propagé ladite rumeur décide de se racheter en partant nul-ne-sait-où. Le pauvre Elysia, il a vraiment passé une sale journée !

Spoiler pour ceux qui n'ont pas lu RVLP4:

Et pour le coup, nul doute que la colère est le pêché de ce chapitre. Ce qui me fait me demander d'ailleurs si Elysia, envahi par les sentiments, va blâmer Rita pour avoir indirectement ruiné ses amours avec Louise. Wait and see.

En attendant, il me vient une petite parodie musicale en tête :

🎵Franchement elle a vraiment morflé, Riri🎵
🎵Comment elle s'est fait corriger, Riri🎵
🎵D'abord en cabane jetée🎵
🎵Puis aux northuldras envoyée🎵
🎵Quitte à rompre avec son chéri🎵

Ansa aime ce message

Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Lun 12 Fév 2024 - 21:36
Heureusement que je t'ai redonné l'information du spoiler @Dov Razz Merci en tous cas pour ton commentaire ^^

Merci également à toi ma @Floconnette ! I love it Je sens une grande haine profonde à l'égard de Rita et Pieter Razz ça promet pour la suite XD XD XD

C'est rigolo que tu parles d'Hermione pour Kirsten parce que je suis en train de retravailler Retour vers le passé 3 et j'ai désigné Mamie Anna comme Miss Granger Razz

Et pour Ylva...Ne t'en fais pas...Elle sait ce qu'elle fait Wink je dis ça, je dis rien... :angel:


_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Ven 16 Fév 2024 - 21:56
Spoilers sans contexte du chapitre 21 où on sera dans la tête de Kiki Razz

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Chapit73

_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Dim 18 Fév 2024 - 20:48
Allez ! Petit chapitre du dimanche soir ! Smile Dans la tête de notre Kiki nationale ! Razz
Bonne lecture I love it

Chapitre 21 : Un baiser pour un amour sincère :

ANCIENNE TIMELINE...

Le prince Aslak venait de me débander les yeux.

-Surprise ! Clama-t-il en me présentant une salle aux allures de bains grecques disposant de deux fontaines sur les côtés qui laissaient couler à flots des dizaines de litres de Kâmasûtra.

Plus attirée par sa musculature exposée au grand air que par le lieu en lui-même, je me camouflais immédiatement le nez de gêne et bafouillai, conquise :

-Oh...Aslak...Ce...C’est...C’est magnifique !
-Je suis ravi de vous l’entendre dire...Et tout cela est bien sûr pour vous ma bienaimée ! S’écria-t-il encore en m’entraînant un peu plus dans l’espace pour pouvoir fermer la porte.

Cela créa sans attendre une intimité fulgurante entre nous deux. Mon cœur se languit tout de suite d’impatience à la suite imminente qui allait arriver et j’oubliais tous les principes qui m’avaient conditionné depuis que j’étais enfant. Il n’y avait plus que le jeune homme du Vesterland qui comptait. Comme s’il l’avait compris, il posa bientôt ses lèvres sur ma joue qui frémit de plaisir, puis m’invita à m’installer près d’un des bassins d’eau chaude avant d’aller nous chercher deux gobelets de ce digestif exotique.
Il me le tendit ensuite tout en m’observant de ses yeux gris charmeurs. Je n’eus pas le temps de le boire en entier que mon regard resta focalisé sur lui. Sans attendre, il plongea dans l’immense bain et fit plusieurs aller/retour alors que je contemplais ses épaules massives en action. Mes joues se chauffèrent immédiatement et j’osai à mon tour mettre mes deux jambes dans le bassin. A moitié enivrée par le délicieux liquide à la rose, je me laissai bientôt glisser dans l’eau chaude. Ma robe n’était plus là...Ils ne restaient que mes sous-vêtements qui se gonflèrent au contact de l’aquosité.

-Kirsten...Vous êtes divine...Murmura soudain le prince du Vesterland.

Tactile, il se rapprocha alors de moi et m’enlaça tout de suite de son torse protecteur.  Bien qu’affreusement gênée, je me sentais horriblement bien, blottie contre ce buste viril dont le cœur battait à tout rompre.

-Je vous aime...Finit-il par me chuchoter à l’oreille.

Frémissant immédiatement d’excitation, je déglutis pourtant avec anxiété tandis que sa bouche se rapprocha doucement de la mienne. Nos lèvres finirent par s’agripper méticuleusement et j’eus alors le sentiment d’être comme dans un rêve. Ces quelques secondes suffirent à me bénir de joie et nos yeux se croisèrent bientôt dans un amour rempli de finesse. Calant une de mes mèches blondes en arrière, Aslak demanda derechef :

-Et vous Kirsten ? Est-ce que vous m’aimez ?

Indécise, je murmurai très vite :

-Je...Je ne le peux pas malheureusement... Il y a Emma et...

Je n’eus pas le loisir de terminer ma phrase qu’il posa soudain son index et son majeur contre ma bouche.

-Laissez ma fiancée de côté...Ce n’est pas ce que je vous ai demandé...M’intima-t-il.

Ma pulpe s’embrasa au contact de ses doigts et je partis dans un flottement qui disparut quand il les éloigna à nouveau.

-Alors...M’aimez-vous en retour Kirsten ? Insista-t-il.

Renonçant à tout raisonnement vis-à-vis du protocole royale, je laissais mes appréhensions de côté et renchéris :

-Oui Prince Aslak...Oh oui je vous aime depuis longtemps maintenant...

Satisfait par ma réponse, il me lança bientôt un sourire charmeur et se pencha une nouvelle fois pour que nous nous embrassions de façon romantique. Captivée par la douceur de ses lèvres puis sa langue qui rencontra fébrilement la mienne, mes pensées s’emballèrent et j’oubliai tout : Ma place au sein de cette société, mon caractère introverti, ma vertu...

-Oh oui...Je vous aime Aslak...Répétai-je d'une voix abandonnée.

Heureux, il ne s'arrêta pas et ses mains descendirent progressivement vers mon aine. Perdant de plus en plus pieds, je l'invitai à continuer alors qu'il était hésitant. Sans me déshabiller, il me caressa enfin très lentement le haut des fesses alors que cette sensation d’incontrôle m'était intolérable.

Prenant donc la situation en main, j'emmêlais bientôt son corps au mien et passai enfin mes doigts dans son pantalon moulant. Cela lui plut énormément et ses lèvres pulsèrent alors mon cou en signe de satisfaction. Éperdue, j'eus soudain très envie de me coller à lui. Malgré les sous-vêtements, je ne cherchais donc pas plus et frottai ma féminité avec force contre sa protubérance bien marquée alors que mes seins se perdirent sur son torse mouillé.

-Kirsten...Je...Veux me perdre en vous...Chuchota-t-il.

Mon corps redoubla de virtuose à sa requête et je m'entendis soudain dire avec force :

-Venez Aslak... Oui...Venez donc...

Prêt à me défaire mon corset, il n'en eut pourtant pas le temps quand la reine de Suède entra brusquement dans la pièce. Ses yeux verts eurent tout de suite un temps d'arrêt avant de nous dévisager avec un sentiment de trahison.

-Mon ami ? Demanda-t-elle alors que des larmes de rage commencèrent à couler le long de ses joues.  

Incapable de prononcer la moindre parole, je me figeai immédiatement tandis qu’elle cria dans ma direction :

-Vous... La petite princesse d'Arendelle... Vous n’êtes qu’une peste ! Bien décidée comme vos prédécesseurs à gâcher la vie de mon aînée et moi-même ! Eh bien je ne me laisserai pas faire ! Oh non ! Moi, Reine Emma d'Askersund, je vous déclare officiellement la guerre !

La bouche toujours sèche, je parvins tout de même à lui dire :

-S'il vous plaît...Je...Je suis certaine que nous pourrions trouver un arrangement !
-N’y songez même pas ! Cria-t-elle.


Sans que je ne puisse riposter, elle sortit alors une dague de sa ceinture et me l'enfonça violemment dans le cœur. Je ne ressentis bientôt plus rien alors qu'Aslak se mit à hurler. Dans un dernier effort, je poussais également une plainte à mon tour avant d'entendre la voix de Rita dans le lointain...

-Kiki ! Kiki tu cries ! Calme-toi...Tout va bien...Je suis là...Murmura-t-elle soudain alors que je reprenais pieds...Dans la réalité ?!

Quoi ?! Alors tout ce que je venais de voir n’était qu’un rêve ? Les Dieux soient loués ! Il était déjà fort désolant que je n’arrive pas à contrôler ces batifolages délicieux mais si en plus cela se transformait en cauchemar, il valait mieux que je passe mes prochaines nuits à me documenter sur les traités politiques à venir plutôt qu’à jouir de mes plaisirs inavoués ! Retrouvant petit à petit des battements de cœur corrects, je clamais sèchement à son égard :

-Retourne dans ton lit Rita ! Je contrôle la situation ! N’utilise pas ce prétexte comme excuse pour que je te reparle ! Il me faudra encore du temps pour te pardonner d’avoir osé faire ce pêché impur avec le prince Arnwald ! Hors mariage en plus !  

Ayant utilisée mon ton le plus persuasif, j’espérais ainsi avoir été assez cassante pour qu’elle ne m’adresse plus la parole mais cela eut l’effet inverse. Elle s’attacha à moi tel un bigorneau sur son rocher et passa sa main douce sur mon front en murmurant avec malice :

-Tu peux faire croire à qui tu veux que cela te dégoûte mais pas à moi...Surtout pas après les gémissements que tu produisais encore il y a quelques minutes...

Mon visage se chauffa immédiatement d’embarras et je me défendis tout de suite :

-Ce que tu peux être vulgaire ! Je...J’ai fait un cauchemar si tu veux tout savoir ! Allez ! Maintenant laissez-moi tranquille ton corps répudié et toi !
-Oh mais je sais que tu es tourmentée...Et je n’ai pas besoin d’être dans ta tête pour deviner le scénario...Hum...Laisse-moi voir... Tu avais un échange très torride avec le fiancé de cette chère Emma d’Askersund...Avant d’être surprise par cette dernière qui a voulu t’assassiner car elle s’est sentie trahie...Voilà...Fin ! Whoua...Olaf m’a vraiment bien appris à faire les résumés ! Nota-t-elle en partant dans un fou rire.

Vexée qu’elle ait compris si rapidement, je me murai dans le silence et perdis soudain mes nerfs...En éclatant en sanglots. Redevenant sérieuse, ma moitié s’approcha de moi et me tendit son mouchoir tout en me frottant vigoureusement le dos dans un énorme câlin.

-Allez...Kiki...Ça va aller...Tu as fait ton devoir de monarque maintenant tu n’as plus de raison de revoir ce crétin du Vesterland avant un moment...Chut...Ne pleure pas...Rappelle-toi les principes de Papy Agnarr...Pas d’états-d’âmes, pas de tourments...
-...De...Sen...Tim...Ents... Hoquetai-je dans un dernier râle.
-Voilà...Exactement ! Me réconforta encore ma jumelle en m’enlaçant, tu as fait ce qu’on a attendu de toi, tu as été brillante ! Maintenant il te faut laisser ce couple derrière toi et avec ton joli minois tu trouveras forcément un autre jeune homme très charmant lors d’un prochain bal...Je n’en doute absolument pas !
-Oui...Oui tu as sans doute raison...Tu sais...Je regrette qu’Ylva soit morte...Ça m’embête de le dire mais ses conseils m’étaient vraiment précieux...Avouai-je.
-Elle me manque beaucoup à moi aussi, renchérit-elle aussitôt, avec elle nous pouvions vraiment parler de tous les sujets sans aucune retenue...C’était vraiment bien... Je suis heureuse d’avoir pu lui partager ma première expérience...Enfin...Qu’importe...Puisque je suis son héritière spirituelle, je peux t’orienter...Malheureusement je ne pense pas que ma réponse sera très morale comme aurait été sûrement la sienne !
-Effectivement, si tu t’entêtes à me faire comprendre qu’il faut que je me batte pour obtenir l’amour d’Aslak, c’est inutile...Je n’ai pas envie de déclencher une guerre à Emma d’Askersund...Sous ses airs angéliques...Elle a l’air redoutable ! Et le sang d’Arendelle n’est pas une fin en soi pour moi ! Grommelai-je.
-Bon dans ce cas...Je suis désolée mais je n’ai pas d’autres suggestions... Soupira-t-elle.

Plus distante, elle s’allongea à côté de moi dans le lit et ne dit plus rien. Mon esprit s’activa aussitôt et mes souvenirs vagabondèrent vers ma conversation avec Mamie Dudu au lendemain de l’enterrement d’Ylva. Surprise, j’avais écouté ma grand-mère me dire que Madame Nordlys me considérait moi comme sa descendante attitrée mais que pour faire plaisir à ma sœur il fallait lui faire croire que c’était elle. Ainsi, dans un sourire mêlé de larmes, mon aïeule m’avait expliqué que j’étais celle qui était la plus douée pour tirer les ficelles de la politique, souvent définies par le domaine de l’amour et c’était cela le plus important aux yeux de la petite historienne... Trouvant cela absurde car elle et moi n’avions rien en commun, j’avais tout de même été flattée qu’elle m’ait jugé avec autant d’estime.

Revenant soudain à l’instant présent, ma colère à l’égard de ma moitié était retombée et je l’appelai bientôt :

-Rita...
-Oui ? Chuchota-t-elle.
-Je ne t’en ai jamais voulu pour ce que tu as fait...Soufflai-je.
-Je sais, reprit-elle avec un grand sourire aux lèvres, quand tu seras prête, je te dirai tout ce que tu veux savoir là-dessus...

Sentant que cela voulait dire maintenant, je questionnai aussitôt :

-Est-ce vraiment comme dans les romans de la Duchesse de Funningur ?
-Oui...En mieux...Minauda-t-elle.
-Est-ce que...Tu...Tu as eu mal...Tu sais...Là ? Demandai-je encore en pointant mon doigt vers ma culotte.
-Un peu...Répondit-elle, mais sur le coup je ne l’appréhendais pas...Nous...Nous avions tellement fait tout ce qu’il faut avant que je me sentais très bien à ce niveau-là...Bon je ne vais pas te mentir non plus...Cela a été un petit peu douloureux quand il est revenu les deux autres fois au cours de la nuit...Mais ce n’est pas ça qui est à retenir, je t’assure Kiki !

Serrant pourtant violemment mes jambes l’une contre l’autre comme si je ressentais la déchirure en ce moment même, je préférais penser à autre chose et l’interrogeai encore, de plus en plus intriguée :

-Et la fin ? Comment vous avez su que c’était fini ?

Fière de pouvoir répondre à la question, elle ferma les yeux comme si elle revivait l’instant avant de dire :

-Tu le sais parce que tu as une vibration importante qui fait que ton corps se stoppe littéralement...Les mouvements ne peuvent pas aller plus loin...Ton cri est plus fort...C’est très puissant...Et surprenant...
-Tu n’as pas eu honte de te mettre toute nue devant lui ?
-Je n’y ai même pas pensé, rit-elle, c’était comme si plus aucune bienséance n’existait...Tu...Tu es attirée par le corps de l’autre...Tu as envie qu’il découvre le tien...Tu te permets des choses qui te feraient bondir en temps normal...
-Comme quoi par exemple ? Repris-je curieuse.
-Hum...Eh bien...Moi j’avais envie de lui embrasser son...Enfin sa masculinité... ou encore quand nous étions l’un dans l’autre, je voulais lui dire de continuer...Mais d’une façon...Très prosaïque... Bredouilla-t-elle en rougissant violemment.

Devenant écarlate à mon tour, j’hésitai à mettre fin à cette conversation. Mais n’ayant pas été là au moment des faits, je décidai de continuer et répliquai une nouvelle fois :

-Il n’empêche...Maman et Papa ont dû être furieux quand ils t’ont découverte ! Moi à ta place je crois que je n’aurais plus jamais osé me montrer en leur présence !
-Il est vrai que c’était bougrement gênant ! Maman a fait son numéro de reine des neiges et Papa celui du souverain prétentieux des îles du Sud...Mais finalement cela s’est très bien passé pour Arnwald comme pour moi...Susurra-t-elle.
-Comment le sais-tu ? Je croyais qu’il était reparti à Vassar sans te voir ? Soufflai-je surprise.

Sans parler, ma sœur me fit alors les yeux doux et je compris qu’elle me cachait quelque chose. Additionnant rapidement tous les éléments, je la grondais sévèrement :

-Quoi ? Ne me dis pas que vous continuez de vous écrire des missives ?! Voyons Rita ! Ce n’est pas raisonnable ! C’est très dangereux ! Ils vous l’ont formellement interdit à partir de maintenant ! Ce n’est pas croyable d’avoir si peu de plomb dans la tête !
-Mais comment aurais-je su qu’il allait bien, sinon ? Je n’avais pas envie d’attendre et me morfondre tout en ne connaissant pas la vérité ! Répliqua-t-elle amusée, mais merci à toi de me gronder...
-Merci ? Répétai-je abasourdie.
-Oui...Je n’en attendais pas moins de Kirsten la future grande reine d’Arendelle ! Clama-t-elle en toute sincérité.

Cela toucha tout de suite mon orgueil et je me radoucis dans la seconde qui suivit.

-De toute façon, outre nos parents et toi, je crains plus Mamie Dudu et Papy Antoine quand je vais devoir faire cette affreux séjour dans la Forêt Enchantée ! Dieu merci, grâce à Ylva cela a été retardé de quelques semaines... Ils l’ont peut-être oublié ! Ajouta-t-elle avec espoir.
-J’en doute fort, malheureusement...Je sais que c’est dur pour toi d’y croire...Mais je pense que cela te fera le plus grand bien ! La sermonnai-je.
-Oh oui...Tu as certainement raison...La vie en pleine air, marquée par la forte odeur du purin...Sans parler des animaux effrayants qui peuvent te tuer sans crier garde... Je vais adorer à coups sûrs... Renchérit-elle avec ironie.
-Moi j’aurais plutôt dit que le plus pénible sera la compagnie d’Helga et Léon...Mais enfin...Tu as mon filleul et ma nièce qui sont les plus intelligents de la famille pour te divertir, accroche-toi à eux et ça passera vite ! La confortai-je.
-Critique pas notre grande sœur ! Elle est la seule à m’avoir comprise, elle, rumina-t-elle.
-Guère surprenant puisqu’elle avait également effectué ce même pêché sous les yeux de notre aïeule ! Vous avez au moins cela en commun...Extraordinaire...Alors que nous...Nous avons tout le reste ! Clamai-je en me raccrochant à elle.
-Oh non, ma Kiki ?! Ne me dis-pas que tu es jalouse ?! Me taquina-t-elle.
-Je ne vois pas pourquoi je le serai ! Notre aînée est nulle en tout et elle n’a pas confiance en elle...Tout mon contraire !
-Justement...Elle me ressemble plus de caractère...Ce qui peut nous rapprocher...Me titilla-t-elle encore.
-Ne...Ne dis pas de sottises Riri ! Tu...Tu vaux mille Gaga ! Bredouillai-je à courts d’arguments.
-Oooh ! Ça y est ! Tu commences à nous appeler par nos surnoms ! J’ai gagné ! Tu es déstabilisée ! Minauda-t-elle avant d’exploser de rire.

Vexée plus que je ne voulais le laisser paraître, je lui tournai immédiatement le dos et murmurai :

-Mais oui, c’est cela...Bonne nuit Rita... Reste bien dans la Forêt Enchantée avec ta sœur préférée dans ce cas puisque vous vous complétez à merveille !

Cela la fit repartir de plus belle et je m’abatis dans les bras de Nótt avant de l’entendre se calmer définitivement.
Mes autres rêves furent moins tumultueux et je fus reposée, fraîche et disponible en arrivant à la table du petit déjeuner le lendemain matin... Contrairement à Elysia qui avait l’air d’errer parmi les morts. Pfff, il a encore dû batifoler avec Louise toute la nuit, pensai-je fort avant que le visage de Maman et Marraine Anna s’éclairent en m’apercevant.

-Ah ! Voici la principale intéressée de notre missive ! Clama ma Tante en gloussant comme une idiote.
-Nous avons reçu du courrier ? Demandai-je tout en essayant de ne pas paraître aussi excitée qu’elle.
-Oui ma chérie ! Reprit Maman, mais avant de te dire de quoi il s’agit, nous voudrions d’abord te féliciter pour ton merveilleux travail diplomatique à Askersund ! Ylva et toi avez réussi à créer un renouveau avec cette partie de la famille !

Commençant gentiment à croquer dans mon krumkake, je renchéris du tac au tac :

-Tu viens de le dire toi-même Mère, je n’ai fait que mon travail...Il n’y a pas de quoi fanfaronner !
-Certes ! Certes ! Mais tu as tout de même tellement fait bonne impression que nous accueillons dès ce soir le prince Aslak et sa fiancée la reine Emma ! Répliqua-t-elle, ils viennent passer à leur tour quelques jours au château !

Pour la première fois de ma vie, je lâchai vulgairement ma gaufre des mains. Pour la première fois de ma vie, je tâchais ma jupe bleue. Pour la première fois de ma vie, j’eus envie de m’enfuir comme la grande reine des neiges de qui j’avais pris le côté si frileux...

-Je...Euh...Mais...N’y avait-il pas déjà un bal ce soir pour débuter la saison d’automne, Mère ? Les principautés d’Askersund risquent d’arriver au mauvais moment ! Nous n’aurons point le temps de nous occuper d’eux ! Rétorquai-je en me passant rapidement un mouchoir imbibée d’eau sur ma tâche.
-Au contraire Kirsten ! Un banquet et un bal mettrons tout de suite nos hôtes très à l’aise et pourra les ouvrir à d’autres dignitaires que nous ! C’est en réalité très stratégique ! S’enquit-elle une nouvelle fois, je suis assez surprise par ta réaction...Je pensais sincèrement que tu serais ravie de voir que votre entente est aussi forte !

Non ! Bien sûr que non qu’elle ne l’est pas ! Explosai-je intérieurement tout en ne laissant rien paraître. Mon cœur brulait ! Battait à tout rompre pour le jeune homme du Vesterland ! C’était sa faute aussi ! Il avait été on ne peut plus agréable au fil du séjour dans le royaume de Suède ! Il avait peu à peu délaissé Emma pour passer de plus en plus de temps avec moi ! Tout cela sous l’œil d’Ylva qui m’avait encouragé un peu plus chaque jour à l’aguicher ! Le courtiser ! Le passionner ! Il s’en était fallu de peu pour que notre attirance ne se voit pas aux yeux de sa fiancée officielle qui était un véritable amour ! Elle était gentille, courtoise, rieuse et extravertie ! Le genre de personne qu’il m’était impossible de détester ! Je ne pouvais pas trahir notre nouvelle amitié ! Ce serait une catastrophe économique, politique et sociale pour le royaume ! Pourquoi par tous les saints venait-elle se pavaner à présent avec lui sur mon territoire ?! Comme nous l’avait si souvent répété la créature de Maman, il ne fallait pas jouer avec le feu ! Je devais trouver une excuse pour ne pas assister aux festivités et vite !

Voyant que les deux femmes continuaient de me regarder avec insistance et inquiétude, je manquais de devenir cramoisie en songeant qu’elles avaient peut-être compris à quel point je tenais au prince, aussi je bafouillai avec fermeté :

-Bien...Euh...C’est que...Je...J’aurais aimé, être prévenue avant, voilà tout ! Cela bouleverse pas mal mon emploi du temps...Mais une souveraine se doit de savoir quoi faire en cas d’imprévu...Bien...Si vous voulez m’excuser à présent...J’ai à effectuer mes autres tâches de la journée !
-Aucun problème ma chérie ! Renchérit Maman, nous te l’avons allégé et te demandons juste d’être présentable à six heures ce soir ! Ce sera l’heure à laquelle le prince Aslak et la princesse Emma arriveront !
-Parfait...A ce soir donc ! Conclus-je en me relevant sans finesse.

Fuis Kirsten ! Oh oui...Fuis avant que tes sentiments ne te trahissent ! Me grondai-je. Pas dupe, je savais que Rita les avais aperçues. Néanmoins, elle fut interpellée par notre mère quand elle voulut me suivre jusqu’à la chambre. J’eus à peine le temps de passer la porte que les larmes coulèrent le long de mes joues.

L’esprit tempêté, je n’eus pas à attendre longtemps avant d'entendre un coup contre le battant. A ma grande surprise, la voix ne fut pas celle à laquelle je m’attendais...

-Kirsten...C'est Elysia...Ouvre-moi, s'il te plaît ?
-Qu'est-ce que tu me veux ?! Je ne me sens pas bien ! Laisse-moi tranquille ! Va à ton fichu travail de débiteur de glace ! Grommelai-je tout de suite sur la défensive.

Se fichant complètement de mes paroles, il insista alors :

-Mais ouvre je te dis ! Je...Je peux t'aider moi !
-Ça par exemple ! Et par quel miracle, un primate dans ton genre pourrait m'être utile ?! Lançai-je encore avec hargne.
-Si tu me laisses entrer tu sauras...Allez ouvre ! Ne fais pas comme Marraine avec Maman...Promis je ne te demanderai pas de bonhomme de neige !

Peu compatissante, je tournai toutefois le loquet et le laissai s'avancer dans le centre de la pièce. Il attendit quelques secondes avant de me tendre la main et déclarer :

-Bienvenue au club des non spécialistes de l'amour... C'est comme celui créé par mes aïeux trolls mais pour les cas désespérés comme les nôtres...

Pas le temps pour ses pitreries, je lui lançai aussitôt un regard noir et ne bougeai pas. Sentant que sa tirade était tombée à l’eau, il rengaina immédiatement sa main et se racla la gorge avant de reprendre :

-Plus sérieusement...Si tu as besoin de te confier à quelqu'un... Je suis là...

Demeurant sur mes gardes, je lui demandais encore d'une voix acerbe :

-Pourquoi est-ce que je t’ouvrirai mon cœur ?! J'ai ma sœur pour cela ! Toi, tu n'es qu'un homme qui ne connaît rien du tout aux femmes comme ce rustre de Ryder...
-Tu as entièrement raison...Et j'ai perdu la seule et unique femme pour qui je me battais...Rumina-t-il tristement.

A ma grande surprise, son visage se figea soudain devant moi et il pleura à son tour de colère alors que je lui lançais un regard d'interrogation.

-Louise a commis une erreur qu’on ne peut pas se permettre d’avoir dans la royauté et cela ne m’a pas plu...Je...J'ai été trop strict avec elle...Oui...Et mes paroles ont été dures...J’ai réussi à rétablir l’ordre auprès des habitants...Mais elle, je l’ai perdue à jamais...

Ne comprenant pas tout, je le laissais bientôt me tendre une lettre qui décrivait profondément la pression que ressentait la jeune fille à l'idée d'être dans notre famille. C'était bien dommage qu'elle ait abandonné si vite...Avec quelques leçons de mon cru elle aurait été meilleure que lui en un rien de temps...
Une fureur lancinante pour cet imbécile me traversa soudain le corps et je le méprisais au plus haut point en répondant :

-Je devrais te dire que je suis navrée pour t    oi mais là tout de suite j'ai plutôt envie de te gifler...Tu avais toutes les clefs en main...Oncle Kristoff et moi avions tout fait pour que cela se passe bien et tu n'as pas été fichu de réussir cela... Tu ne mérites pas plus ton titre de prince qu’elle en réalité ! Et dire que tu es encore là à me parler alors que tu devrais être en train de la chercher dans tous les recoins du royaume ! Mais non ! Monseigneur préfère se lamenter!
-J'ai bien tenté d'aller voir la famille troll de Papa pour dénicher des informations mais Papy Cliff n'est pas capable de lire dans les aurores boréales comme le faisait Grand Pabby ! Se défendit-il.
-Tu n'as qu'à parler à Mamie Dudu...Expose-lui la situation...Elle l’a elle-même vécu dans l'une de ses vies quand Grand-père Agnarr avait courtisé La reine Runa... Bref ! Ne reste pas les bras ballants devant moi ! Tu as de la chance que je t’adresse toujours la parole...Par tous les Saints ! Tu es fait pour être avec Louise ! Montre-toi s'en digne ! On ne peut pas toujours rattrapé toutes tes bêtises ! Et Dieu sait qu’il y en a eu beaucoup déjà !

Affligé par ma tirade, il inclina pourtant très vite la tête en signe d'accord. Ravie de lui avoir redonné du dynamisme, j'étais donc prête à le congédier pour qu'il m'envoie ma jumelle à sa place quand il demanda à son tour :

-Et toi alors ? Tu comptes faire de même ?
-Faire de même ? Répétai-je sur mes gardes.
-Baisser les bras alors que tu as enfin une opportunité de dévoiler tes sentiments au prince Aslak ?! Reprit-il.

Prise de court, je m’empourprai et grommelai tout de suite :

-Je ne vois absolument pas de quoi tu parles Elysia Bjorgman d’Arendelle, je n’ai pour Monsieur du Vesterland que des sentiments on ne peut plus amicaux rien de plus ! Et je ne me risquerai pas à créer un esclandre en interrompant des fiançailles déjà bien ancrées dans le temps...
-Oh oui...Deux semaines...C’est énorme ! Se moqua-t-il en m’invitant à m’assoir sur le lit.

Presque surprise d’appliquer son ordre, je rectifiai aussitôt :

-En réalité cela fait six ans...
-Pas officiellement ! Réfuta-t-il.  
-Bon six ans ou deux semaines, qu’est-ce que ça change puisque je n’aime pas cet homme ?! Renchéris-je agacée, tu t’es mis une idée en tête une fois de plus qui n’est pas la bonne, Cousin ! Allez ! File travailler un peu que j’aille faire de même ! Le devoir nous appelle et c’est cela qui est bien plus important !
-Mes blocs de glace peuvent attendre si la souveraine infatigable de ce royaume n’est pas bien ! Et c’est le cas ! Ne me mens pas ! Je le vois ! Tu en as pincé pour cet Aslak dès l’instant où vous avez joué ensemble à ce premier bal ! Ne me dis pas l’inverse, je vous avais surpris en train de faire la course et rire au moment où Louise et moi étions sortis des roseraies où nous nous étions planqués ! Et tu sais ce que j’avais vu pour la première fois sur ton visage ?! Un sourire ! Oh oui ! Tu avais eu un joli sourire naturel car tu t’étais amusée !
-Ce...Ce n’était que des jeux puérils...Bafouillai-je.
-Peut-être mais ils t’avaient permis d’être humaine !
-Ce n’est pas pour autant que je désire me jeter dans ses bras à présent ! Mes aïeux ! Je croyais m’être débarrassé d’une pot de colle, experte en amour depuis la mort d’Ylva et voilà qu’en réalité son véritable remplaçant est face à moi ! Le grondai-je.
-Hey ! Du calme ! Moi je veux juste t’aider à ne plus te faire du mal envers toi-même ! Et puis ta démonstration sur ma conduite à suivre avec ma belle Boulangère est bien plus proche de cette chère Madame Nordlys que je ne suis en train de le faire avec toi ! Plaisanta-t-il, je constate juste que tu es déstabilisée à chaque fois qu’on le mentionne c’est tout ! Et ce depuis que tu es petite ! Regarde-toi encore ! Quelqu’un qui ne ressentirait absolument rien pour une personne, ne pleurerait pas comme une madeleine à l’idée qu’il vienne en son foyer !

Son raisonnement était logique...Toutefois je ne voulais pas le lui faire comprendre. Moi et mon côté introverti désirions être seuls pour nous remettre à la tâche. J’avais assez perdu de temps pour la matinée...Me relevant déjà, je ne pus aller bien loin qu’Elysia m’agrippa à nouveau par la main pour ne plus que j’avance tout en continuant d’argumenter :

-Je sais qu’on nous a toujours appris à suivre le mantra de grand-père Agnarr... Mais par pitié...Marraine Elsa pourra te le dire, ce n’est pas la meilleure des solutions...Dévoile tes sentiments pour que ça aille mieux bon sang ! Tu ne peux pas être opérationnelle pour les gens d’Arendelle, si tu n’es pas bien toi-même ! Désolé d’insister là-dessus !

Médusée de voir qu’il utilisait aussi le dicton de mon aïeul, je demeurais de marbre ce qui finit par l’énerver :

-Crache le morceau bon sang ! Je ne te jugerai pas...Je serais mal placé pour le faire ! Regarde ! Je me suis moi-même confié à toi parce que je n’étais pas bien...Cela m’a un peu soulagé...Je t’assure qu’il peut en être de même pour toi...Il faut juste que tu te lances...Et une oreille avec qui tu as moins d’affinité est meilleure pour toi dans ce genre de cas ! La preuve ! J’aurais très bien pu dire à Pieter ce qu’il en était avec ma chérie mais j’ai préféré me tourner vers toi...Parce que je savais que tu trouverais les mots justes pour me guider !

Soit...Il avait peut-être raison après tout... Soupirant un bon coup, je marmonnai bientôt dans un long murmure :

-C’est...Moi...Le...Problème...

Non ébranlé, il renchérit gentiment :

-Que veux-tu dire ?
-Oh...Ne fais pas l’idiot...Mon caractère voyons...Je...Je ne vais pas te rappeler comment tu m’as toujours surnommé... Maugréai-je.
-De quoi ? Miss Coincée ? Répéta-t-il.

Boudeuse, je me rabougris tout de suite et évitai son regard tout en hochant péniblement la tête.

-Cruel...Toutefois pertinent...Qu’est-ce que je regrette d’avoir pris du caractère de Maman en pire...J’ai toujours essayé de remplacer cela par une autorité sans faille mais j’ai autant de chaleur que son pouvoir de glace finalement...
-Et c’est donc cela qui te bloque pour obtenir Aslak ? Questionna-t-il.
-Disons que...J’ai l’impression que ce défaut se multiplie encore plus quand il est à mes côtés... C’est comme si je n’arrivais plus à me contrôler...Répondis-je.
-C’est normal puisqu’il ne te laisse pas indifférente...C’est quand même la seule personne qui a réussi cet exploit ! Bon...Pour ce côté réservé...Je ne peux malheureusement pas te dire autre chose que d’essayer de t’ouvrir aux gens...Ce que tu as admirablement fait depuis tes dix ans ! Tu as moins ce côté « Je vous domine tous pauvres mécréants » même si tu n’en penses pas moins ! Il faut appliquer cela avec le prince du Vesterland à présent ! S’exclama-t-il.
-Par quel prodige pourrai-je faire cela Cousin puisqu’il me déboussole ? Bougonnai-je, et puis ce n’est pas un mécréant lui...

Le jumeau prit alors le temps de réfléchir quelques minutes avant de dire avec malice :

-Oui tu as raison...Moi j'en suis un à tes yeux !
-Eh bien...Même pas...Dis-je sincèrement.
-Oh bah quelle surprise ! Dans ce cas...Faisons un petit jeu ! Imaginons que je suis le prince Aslak...Qu’est-ce que tu voudrais me dire tout de suite !

Était-il à ce point puéril ?! Visiblement oui...Sans attendre ma réponse, il se leva alors et réhaussa sa posture avant de s’avancer vers moi et me tendre sa main.

-Princesse Kirsten...C’est un immense honneur d’être en votre compagnie ce soir ! Déclara-t-il d’une voix plus piquée.
-Oh je t’en prie ! Tu n’es pas sérieux Elysia...Ronchonnai-je.
-Allez...Essaye...Il arrive, il te dit ça...Que fais-tu ?
-Je rougis comme une bécasse et j’essaye de bafouiller quelque chose de compréhensible ! Voilà ! Tu es content ! Marmottai-je.
-Justement ! Je suis là pour que tu sois plus à l’aise, alors on va s’entraîner ! Et tu verras d’ici ce soir tu n’auras plus aucun problème pour parler avec lui ! Renchérit-il, allez ! On s’y remet !

Il refit ainsi son entrée de nombreuses fois jusqu’à ce que j’arrive à être moins crispée. Je n’aurais jamais cru dire cela un jour mais je m’amusais follement en sa compagnie. Son côté décalé et sans gêne était en train de fonctionner sur moi, si draconienne.
Il prit son temps, s’évertuant à me faire tout un monologue sur la démarche à suivre pour que nous soyons tous les deux dans une grande entente. Ma langue réussit alors à se délier et je complexai moins au fur et à mesure de l’exercice. Tous ses conseils me furent bénéfiques et je me rendis compte en discutant avec lui qu’il était loin d’être inculte. Il connaissait sur le bout des doigts tout ce qui concernait les pays voisins y compris celui d’où venait l’homme qui faisait battre mon cœur. Mais pas seulement ! Sa culture générale était également très pertinente. Il m’aida ainsi à m’améliorer sur la faune qui entourait le palais du Vesterland car c’était un sujet qui tenait à cœur à Aslak.

Découvrant donc mon cousin sous un nouveau jour, je fus ensuite abasourdie lorsqu’il demanda :

-M’accorderiez-vous une danse à présent, princesse Kirsten ?
-Avec plaisir, mon prince ! Clamai-je d’une voix sûre.

Empoignant sa main rude, je le laissais se placer correctement et m’approchais un peu plus près de sa tenue qui puait le renne mouillé. Esquissant une légère grimace, je ne fis toutefois pas de commentaire et fus emportée dans une douce valse qui dura le temps imparti. Imaginant de plus en plus que j’avais mon amour secret face à moi, je fermai bientôt les yeux et partis loin dans ma rêverie...Je compris que j’avais été un peu trop loin quand nos lèvres finirent par se toucher réciproquement.

Le désenchantement fut instantané et lui comme moi poussâmes de gros étouffements mêlés de haut le cœur avant qu’il me dise :

-Euh...Bah...C’est bon...Je crois que j’ai fait ma part...T’es ultra prête Miss Coincée !
-Oui...Je le crois aussi...Murmurai-je, toujours rouge brique.  
-Bien...Dans ce cas...Moi je vais y aller...A...A...Plus tard ! Reprit-il encore perturbé.

Se dirigeant alors vers la porte, il trébucha et se rattrapa de justesse à la poignée. Troublée également par notre comportement qui avait été complice, j’ouvris mon éventail pour glousser et clamai :

-Tout ce qui s’est passé dans cette chambre n’en sortira pas...Je tuerai Rita s’il le faut...Merci Elysia...Merci pour tout...Je serai imperturbable ce soir ! Je te le promets !

Eclatant d’un rire gêné, il alla enfin faire sa tournée tandis que je retrouvais mon calme habituelle pour me préoccuper d’Arendelle et mes sujets le reste de la journée...
J’étais donc en train de revenir d’une inauguration de champs de betteraves non loin d’Arendelle avec Papa quand la Klokkegate annonça dix-huit heures.

-Les invités doivent être arrivés ! Le bal commence dans une heure ! Tu te sens prête ma Poupette ? Demanda-t-il aussitôt.

Bien que le surnom m’hérissa les poils, je ne mis pas longtemps à crier un « oui » franc et énergique. Remerciant mon cousin une fois de plus, je me sentis pousser des ailes le temps que j’aille me baigner et m’apprêtais pour être un soleil rayonnant auprès des dignitaires et de nos hôtes. Dans deux minutes Kirsten ! Tu le revois dans deux minutes ! Me répétai-je sans cesse, ayant même une petite excitation à la poitrine.

-Kiki...Je...Je venais te dire au revoir... Murmura soudain ma jumelle en interrompant mes pensées.

Quoi ?! Elle n’était pas encore parée pour le bal ?! Observant sa tenue, je remarquais qu’il s’agissait plutôt d’une robe de voyage. Je compris immédiatement de quoi il en était et lui demandai alors :

-Tu pars ce soir pour la Forêt Enchantée ?

Au bord des larmes, elle acquiesça et se jeta dans mes bras avant de pleurer amèrement. Bien qu’également sur le point de craquer, je l’invitai tout de même à se ressaisir et dis bravement :

-Courage...Tu ne pars pas pour l’autre bout du monde, tu sais... Je viendrais te voir régulièrement...Et j’attends de toi que tu te comportes en vraie dame d’Arendelle là-bas ! Sans plus faire aucune sottises ! Est-ce que c’est compris ?
-Oui Kiki...Je...Je ferai tout...Ce que...Tu veux...Hoqueta-t-elle.

Souriant faiblement, je lui embrassai alors la joue et lui fis signe de s’en aller tout de suite pour que les aurevoirs soient moins déchirants.
La voir partir me fit perdre tout mon courage et j’entrais dans la salle de bal dans un état second alors qu’Aslak et Emma m’y attendaient. Annoncée par Kay, je n’eus pas le loisir de faire plus de trois pas que la reine d’Askersund se rua sur moi et déblatéra à une vitesse grandiloquente :

-Princesse Kirsten ! Quel plaisir de vous revoir ! Je commençais à croire que vous n’apparaitriez jamais ! Pour tout vous avouer, je vous attendais avant d’aller me coucher...Oui...Je suis navrée mais le voyage m’a fatiguée et je ne tiens plus debout ! Je vous laisse la charge de mon fiancé pour ce soir ! Je suis certaine qu’il sera ravi de vous avoir pour compagnie ! Cela ne vous gêne-t-il pas ?

Cherchant tout de suite un point d’évasion, je répondis alors par une autre question :

-Bonsoir à vous Reine Emma...Non...Je comprends que les désagréments de la route soient un voyage éprouvant ! Néanmoins...J’espère que vous avez quand même trouvé le temps de converser avec nos autres invités et que le roi Hans et la reine Elsa vous ont permis de vous retirer dans vos appartements ? Ce n’est pas à moi de vous en donner l’approbation...

Loin d’être ébranlée la jeune femme qui resplendissait de mille feux également, répliqua bientôt sans chichis :

-Pour ce qui est des dignitaires ne vous en faites pas ! Aslak et moi avons fait le tour et nous avons même réussi à trouver des terrains d’ententes sur de futurs pactes économiques avec certains ! Quant à l’adhésion de mon état...Oui ! Rassurez-vous ces Majestés sont très charitables et m’y ont autorisé...Bien...Je suis ravie de vous avoir entraperçus aujourd’hui...Nous nous rattraperons dans les prochains jours si vous le voulez bien ! A présent, il ne me reste plus qu’à regagner ma chambre...Bonne soirée princesse Kirsten !

Refroidie par son comportement, je le fus encore plus quand elle déroba un baiser sans pudeur à son fiancé au milieu de la foule. Plus mal que jamais, j’attendis qu’elle parte et m’avançais tout de même vers lui avant de lui offrir mon plus beau sourire. Tout mon être se réchauffa immédiatement quand il m’embrassa la main avant de dire :

-Majesté, vous illuminez la salle ! Je suis comblé de vous voir !  
-Et moi donc votre Altesse...J’espère que vous et Emma avez fait bon voyage... Dis-je sans grande conviction.
-Oh...Elle est venue seule d’Askersund...Je...J’arrive du Vesterland ! M’expliqua-t-il.

Mon être fut immédiatement soulagé d’entendre cela même si cela ne changeait rien à leur relation. Appliquant avec soin les conseils du jumeau Bjorgman, je le laissai m’entraîner ensuite sur la piste de danse où nous effectuâmes plusieurs valses qui me charmèrent au plus haut point. J’avais réussi à me ressaisir, étant bien contente de l’avoir pour moi toute seule.
L’entraînant plus tard dans les jardins pour effectuer une promenade digestive, nous discutâmes longuement de plusieurs sujets variables : Politique...Economie...Littérature et bien sûr Sciences. Aslak fut surpris que je connaisse si bien les animaux par rapport à la dernière fois, aussi finit-il par plaisanter :

-Auriez-vous avalé un essai de naturalisme durant la nuit ?

Rougissant violemment, je concédai alors :

-Le prince Elysia a bien voulu être mon professeur !
-C’est très bienveillant de sa part, moi qui pensais que vous ne vous entendiez pas...De ce que vous m’aviez dit l’autre jour ! S’écria-t-il.
-Eh bien...Nous avons fait beaucoup de chemin l’un et l’autre depuis l’enfance...C’est une oreille bien plus attentive qu’on ne le croit ! Commentai-je.

Le prince confirma alors par un signe de tête et rétorqua aussitôt :

-Je ne puis qu’être d’accord avec vous Kirsten...J’ai moi-même pas mal échangé avec lui ces derniers temps à propos d’un sujet qui me tenait à cœur...Et il a été très pertinent !

Intriguée, je réalisais soudain que mon cousin m’avait rendu la pareille en matière d’entremetteur. Tout comme je m’étais débrouillée pour que Louise lui tombe dans les bras, il savait pertinemment ce qu’il en était des sentiments du jeune homme du Vesterland à mon égard.  La chaleur s’empara à nouveau de mon être et je me rendis compte seulement maintenant que nous étions près des rosiers où ma sœur avait succombé au pêché de chair...

Comme s’il avait prévu cet emplacement stratégique, Aslak ne bougea plus et se contenta de continuer à me tenir par le bras tout en m’observant longuement.

-J’aimerais beaucoup que vous veniez passer un séjour dans mon domaine...Je vous en apprendrais encore plus que ce que vous savez déjà...Oh oui ! Nous pourrions dormir à la belle étoile ! En pleine nature ! Au milieu des animaux, vous et moi...Aimeriez-vous cela ?

Dormir contre lui ?! Evidemment ! Mes joues s’attiédirent immédiatement et je tentais de ralentir les battements de mon cœur en répliquant :

-Oh oui ! Ce serait une excellente expérience personnelle...Mais je crains que ce ne soit qu’un doux rêve prince Aslak...
-Pourquoi donc ? Questionna-t-il déçu.

Essayant de ne pas faire entendre le tremblement dans ma voix, je soufflai alors :

-Emma étant plus âgée que vous, vous n’allez pas tarder à vous marier pour ensuite faire des héritiers... Vous ne vivrez donc plus parmi les vôtres mais bien à Askersund...Et nous ne pourrons plus nous voir aussi souvent...

Semblant avoir subitement oublié ce détail, il passa à son tour par toutes les couleurs et murmura alors pour lui-même :

-Oh...Je n’y songeai plus...Grâce à vous Kirsten...Je ne me suis jamais senti aussi bien que ce soir...
-Moi aussi ! Laissai-je échapper également avant de plaquer mes mains devant ma bouche.

L’éclat lumineux dans ses yeux gris faillit définitivement me détruire. Oui. Il avait cette même flamme qui dansait dans son regard que dans le mien. Ma tension augmenta d’un cran...Nous étions seuls, sans chaperon dans les jardins et il allait m’embrasser d’une seconde à l’autre si je ne réagissais pas. Bien sûr que c’était ce que je voulais ! Mais pas ici, là où Rita s’était faite déflorée ! Pas comme ça alors que je venais brusquement de lui rappeler qu’il était promis à une autre !

Réagis avant qu’il ne soit trop tard Kirsten ! Dépêche-toi ! Me grondai-je. Bien que mes membres ne voulaient pas suivre, je finis alors par lui dire avec douceur :

-Bien...Euh...Il est tard...Nous ferions mieux de rentrer...Votre fiancée doit se languir de vous... Je suis moi-même un peu fatiguée...Il est temps que j’aille me reposer...Prince Aslak...Ce fut un immense plaisir ! Bonsoir!

Résistant à l’idée d’opérer un demi-tour et l’embrassais langoureusement, je me dépêchais de rentrer au château et ne repassai même pas par la salle de bal avant de m’engouffrer dans ma chambre et me fondre dans mon grand lit bien froid sans la présence de ma jumelle.

Combien de temps restai-je ainsi avec mon coussin autour de la taille comme seul soutien pour une étreinte ?! Je ne m’en rappelais pas...Pas plus que je me rappelais que je m’étais assoupie.
J’en pris pourtant conscience quand j’entendis un coup inquiet contre la porte. Avant même que je ne dise à la personne de filer, le prince Aslak apparut en personne au beau milieu de la pièce...
 
-C’est bien ce que je pensais...Chuchota-t-il, je...Je vous ai contrarié avec mes histoires d’animaux et de parc...Veuillez m’excuser... Cela fait des heures que je tourne en rond et je n’arrive pas à dormir...Cela a dû vous ennuyer et vous ne saviez pas comment me le dire...
-...Non...Je tombais juste de sommeil...Le coupai-je amèrement, ...Mais...Pour tout vous confesser...Cela me plaît que vous ayez voulu vérifier que j’allais bien...

Un immense sourire se raviva sur son visage et il me lança bientôt :

-Je prendrais toujours soin de vous, princesse Kirsten.

Sans bouger, il continua de m’observer tendrement et ajouta encore d’une voix hésitante :

-Oh oui...Sachez qu’à partir de maintenant...Je...Je veillerai toujours sur vous, Altesse...Bien plus que sur ma fiancée officielle...Vous ne m’avez pas laissé le temps de vous en faire part avant que vous vous retiriez...Mais... Je voulais vous dire que Je...Je ne l’aime plus....Enfin...Je n’ai jamais eu en réalité que des sentiments...Cordiaux...Pour elle...Mais pas amoureux.

Mon cœur palpita fort dans ma poitrine et je m’enflammais violemment en renchérissant :

-C’est fort peu chevaleresque me le confier en plein milieu de la nuit...
-Oh...Je n’y avais pas pensé...Excusez-moi...Mais je suis tellement enfin au clair avec mes sentiments que j’en oublie toute convenance !
-Et quels sont-ils dans ce cas ? Questionnai-je alors qu’il se rapprocha de moi.
-Je pense que vous le sentez autant que moi...Répondit-il avec force.

Brûlant d’envie de me pencher pour poser mes lèvres sur sa bouche, je plaisantai alors sans allègrement :

-Bien...Préparons donc la déclaration de guerre pour Askersund dans ce cas...

Haussant les épaules pour montrer qu’il s’en fichait, Aslak, renchérit du tac au tac :

-Ne pensez pas à cela, je vous en prie...Je...Vous m’êtes précieuse Kirsten...Et je ne veux pas entacher votre réputation...Ni la vôtre ni celle d’Emma...Malheureusement je n’ai pas non plus envie de faire semblant toute ma vie...Si mes parents m’ont bien appris une leçon c’est celle sur l’honnêteté...J’irai lui parler dès demain pour la mettre au courant de mes sentiments à votre égard...Parce que oui...Je vous aime Kirsten... Je veux vivre avec vous...Continuer de créer une alliance entre Arendelle et le Vesterland...Oublier ce qui a pu arriver par le passé pour nos deux nations...
-Qu’est-ce qui me dit que vous ne vous lasserez pas de moi comme vous le faites avec Emma ?! Rétorquai-je alors gravement, pensez à elle ! Vous proclamez ne pas vouloir entacher de réputation mais vous avez couché avec elle ! Que va-t-elle devenir ?!

S’arrêtant à ma première partie de phrase, il s’offusqua alors :

-Vous croyez si peu en notre amour pour penser cela ?!
-Je constate c’est tout, murmurai-je, je n’ai pas envie de me bercer d’illusions...D’avoir le cœur émietté pour la deuxième fois en sept ans...Que vous me laissiez tomber un jour en en trouvant une autre bien meilleure que moi...

Eclatant aussitôt de rire, il questionna :

-Meilleure que vous ?! Pensez-vous que cela puisse exister sur Terre ?!  Et pour Emma...Oh je peux bien vous l’avouer... Je craignais de passer pour un idiot sans expérience si jamais je ne faisais rien avec elle...
-Et vous allez me faire croire que vous n’avez pas aimé cela ?! Me fâchai-je prise d’une nouvelle jalousie en repensant à leur cris entendu dans la contrée voisine.  
-Je...Je n’étais pas vraiment moi-même...J’étais sous l’emprise de son digestif envoûtant...Comme je vous disais, je suis quelqu’un d’honnête ! Ce serait mentir de dire que cela ne m’a pas plu...Mais il n’y avait pas d’amour...Je le faisais plus par nécessité que parce qu’il y avait une réelle connexion entre nous deux...
-Pour quelqu’un qui prône l’honnêteté... Le grondai-je.
-Oui...Vous avez raison...Continua-t-il tout en me fixant toujours du regard, mais je vais vous montrer ma bonne foi dès à présent...

Sans attendre, il se jeta à mes pieds et s’accrocha à mes jupes tout en chuchotant :

-Votre Majesté...Je me mets à genoux devant vous pour vous prouver ma fidélité la plus totale...Je vous jure je serai l’être le plus droit à vos côtés...Si par le passé j’ai pu être un enfant écervelé, je vous promets d’être un homme responsable désormais...Je vous aime sincèrement Kirsten...Vous et votre prestance...Vos idées ingénieuses...Votre élégance...Votre beauté...Votre être tout simplement...Je n’ai jamais cessé de vous aimer depuis le jour de notre première rencontre.

Mes joues s’embrasèrent instantanément mais je ne parvins pas à parler.

-Je vous en prie...Acceptez-moi...Je ne vous décevrai pas...Jamais...Je vous serai fidèle pour l’éternité, vous ma si belle princesse...

En faisait-il trop ?! Bien sûr que oui...Mais il venait de dire tout ce que je rêvais d’entendre depuis que nous avions joué ensemble à dix et douze ans. Je captais une nouvelle fois ses yeux pour voir s’il essayait de m’endormir par de belles paroles. Mais il n’en était rien...Il était sincère... Mon cousin avait raison...Un homme était prêt à faire n’importe quoi lorsqu’il se dévoilait auprès de la femme qu’il aime.
Face à mon silence insistant, il se releva aussitôt et captiva encore mon attention en me prenant mes joues en coupe.

-Ma chérie, dîtes quelque chose, je vous en prie...

J’aurais dû en effet. Mais je décidai enfin de plonger dans l’inconnue à la place. Sans réfléchir plus longtemps, je me fondis contre ses lèvres fines et m’y accrochai avec délicatesse avant de m’en détacher.

-Est-ce un oui ? Se risqua-t-il à demander quelques secondes plus tard.

Bien que toujours crispée à cause de l’intense gêne qui faisait rage dans tout mon corps, je l’embrassai à nouveau aussi furtivement. Détendu, cela l’amusa et il s’accrocha bientôt à ma taille pour pouvoir amplifier le baiser. Je sombrai immédiatement dans une découverte doucereuse encore meilleure que toutes celles que j’avais pu rêver. Rita et Elysia avaient raison...Que c’était bon...Bizarre...Mais tellement bon...Oh oui...Que cela était exquis...

Abaissant soudain mes barrières de jeune fille ordonnée, j’en redemandais encore tout en me raccrochant à son cou si chaud. Notre amour n’était pas gagné mais il était pur, épineux, piquant.

-Prince Aslak...Je jure ici et maintenant que je me battrai pour devenir votre femme, conclus-je d’une voix plus déterminée que jamais.

Prêt à ouvrir la bouche, je la lui refermais pourtant très vite et répondis à mon tour par une bise qui dépassa tout ce que j’imaginais...Sa langue se fondit autour de la mienne avec une telle ampleur que j’en perdis mon souffle à mon plus grand bonheur...Et je le lui rendis en pensant à autre chose que la royauté...Pour la première fois de ma vie.





Illustration chapitre 21:

_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Dov
Dov
Légende du Royaume
Masculin Messages : 2661
Date d'inscription : 24/04/2015
Age : 28
https://www.youtube.com/channel/UC8wZbDnLH86AEQmTsGf0kGg

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Lun 19 Fév 2024 - 18:23
Un bon petit chapitre qui sent bien la quiétude et le feel-good Very Happy on va pas s'en priver.

Entre Riri et Kiki qui, comme à leur habitudes, ne peuvent s'empêcher de se chercher la petite bête (plus ou moins cordialement), Kiki et Elysia qui se remontent mutuellement le morale quand à leurs aprioris d'amours (ce qui n'est qu'un juste retour des choses pour ce que Kiki a fait pour qu'Elysia soit avec Louise), et surtout Aslak qui - ô surprise - révèle qu'il n'aime que Kiki, qu'il ne ressent rien de sincère pour Emma et qu'il est prêt à la lâcher pour finir avec la vraie élue de son cœur...

Mais ça, ça reste le calme avant la tempête : comme en a cauchemardé Kiki, qui sait comment va réagir Emma en apprenant qu'elle se fera jeter après six ans de mariage. Surtout qu'il reste encore cette liaison préoccupante entre elle et Ylva. On verra bien comment ça va se dégoupiller.

Et le pêché de ce chapitre ? Je pensais que ça allait être la jalousie, mais il s'avère que c'est finalement la luxure.

Ansa aime ce message

Floconnette
Floconnette
Légende du Royaume
Féminin Messages : 1150
Date d'inscription : 09/03/2022
Age : 20

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Mer 21 Fév 2024 - 16:02
C'est qu'il va vraiment commencer à ma plaire Elysia!!! Very Happy
Dommage comme dit Kirsten qu'il sente le renne mais sinon il est bien plus intéressant que le petit turbulent dont on avait droit enfant. D'ailleurs c'est ce qui est sympa c'est que chaque enfant a vraiment sa propre personnalité et son parcours et n'est pas juste... le jumeau/ jumelle de l'autre à la Riri/Fifi et Loulou qui sont les trois mêmes! Wink

Vraiment ils gagnent en profondeur et pour Elysia en maturité. C'est d'ailleurs assez marrant de se dire que les jumeaux se ressemblent de moins en moins au même tire que les jumelles entre elles.
Mais que des cousinades se forment.
Elysia et Kirsten sont bien plus proches qu'il n'y paraît ils sont similaires et sont complémentaires. J'ai hurlé de rire au moment du smack!! Franchement s'ils n'étaient pas de la même famille, je pense que les deux auraient pu être le couple ultime, digne des plus grands!!! Very Happy
De là où elle est, Ylva doit bien se marrer en voyant ces deux là! A la fois ultra coincés et complémentaires ainsi que manipulateurs au niveau des intrigues amoureuses! Quel beau retour d'ascenceur d'Elysia pour sa cousine! Vraiment c'est sport!

Bon de l'autre côté, on a le couple cousinade des ratés entre Pieter qui est sans amition et Rita....
Ah celle-là!
Franchement mais je préfère de très loin Pieter qui est certes décevant à être sans ambition et donne l'impression de ne pas être à la hauteur de son nom comme sa soeur Helga mais qui au moins est simple et honnête(comme Helga d'ailleurs!) que l'autre espèc de... :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse: :tronçonneuse:

Ah elle se barre en pays Northuldra, j'espère que ça va être l'enfer pour elle!!!!! Very Happy Twisted Evil

Bizarrement, qu'Elysia ait perdu sa boulangère insignifiante ou l'amourette que Kirsten bah je m'en moque. Si j'étais Ylva je dirais que le seul vrai couple digne d'intérêt, ceux qui existent vraiment c'est Elysia/ Kirsten! I love it
C'est la famille royale... Dans ces familles ils se marient entre cousins alors pas de problème!!! Very Happy

Ansa aime ce message

Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Jeu 22 Fév 2024 - 16:45
Quand je lis le commentaire j'ai 'limpression d'avoir déjà vu cette même attente à propos d'un couple jumeau/Jumelle...Ah oui ! C'était pour Pieter et Rita quand ils étaient petits Razz

Du coup...Anna...Elsa une relation entre votre progéniture... Une réaction ?! Smile

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Tumblr_p0kd33ipDh1shyusgo1_500

Ah...Je crois qu'elles ne sont pas trop chaudes pour Razz D'ailleurs petit rappel...Runeaerd avait fait une loi contre...Donc hormis dans l'imaginaire d'Ylva je ne pense point que ça arrivera Razz (D'ici à ce que je fasse une scène de... sur Elysia et Kirsten...Oh...Avec la cravache...Non Ansa ! NON !)  

Et sinon voici les spoilers pour dimanche dans la tête de Rita XD XD XD

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Chapit20

Pour la réf au romarin...Si vous ne l'avez pas...Courrez voir cette vidéo ! bravo



Ah ! Et rien à voir mais je pense que mes one shot de saint valentin n'ont pas été vus, étant donné que je n'ai pas eu de retour Wink

https://disneyfrozen.forumactif.org/t1083-one-shot-ou-autre-histoire-courte-de-la-reine-des-neiges

_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Dim 25 Fév 2024 - 20:51
Chapitre 22 : Entre sœurs :

TIMELINE ACTUELLE...

Comment avait-elle pu me faire ça ?! Ma Kiki...Ma moitié...La seule que je pensais être capable de me défendre... Non...Elle s’était rangée aux côtés des autres membres de la famille...Avait suivi comme un vulgaire mouton...Pour la première fois de sa vie...

-Je te déteste Kirsten Westergaard d’Arendelle...Oh oui...Crois-bien que je te hais à partir de maintenant... Jurai-je avec fureur tout en arrachant férocement le ruban de mes cheveux qui nous faisaient nous distinguer.

A ma grande surprise, le seul pour qui mon sentiment n’était pas négatif demeurait...Pieter...

-Pfff...Il est resté muet comme un poisson hors de l’eau en même temps cet idiot...Maugréai-je encore avant de prêter attention à ce qui se passait autour de moi.

C’est-à-dire à peu près...RIEN...
Les cellules humides remplies de moisies étaient vides et glaciales, il n’y avait donc aucun garde qui s’amusait à rester poster en pingouin même devant ma propre cage. Cet enfoiré d’Halrcisen n’avait même pas voulu me mettre dans les cachots réservés aux gens de haut rangs. L’un de ceux où Maman avait déjà séjourné, enfermée par Papa quand elle avait gelé le royaume dans l’une de ses nombreuses vies...
Trouvant déjà le temps long, je me relevais de ma couchette que j’avais recouverte du drap miteux que le capitaine avait bien voulu me laisser dans sa grande générosité.
Combien de temps était-je là, à présent ?! Une heure ? Peut-être deux ?!

-Oh...Cela est sans importance Rita ! Me grondai-je.

Oui ! Ils ne tarderaient pas à venir me chercher ! Maman et surtout Papa ne voudront jamais que leur fille préférée passe trop de temps dans cet endroit sinistre...

-Oui...Ça aurait été Kiki ou Gaga...Ils s’en ficheraient...Mais pas moi...Oh ça non ! Ils vont venir me chercher bientôt ! Déclarai-je avec conviction.

Retournant m’assoir sur mon banc de fortune, j’attendis...Attendis...Attendis...Jusqu’à ce que ma gorge s’assèche... Oh oui...Elle me réclamait de l’eau... Comme un écho, mon ventre criblée de crampes s’y mit à son tour pour que me faire comprendre que j’avais faim.

-Arrête de grogner mon vieux...Tu ne vas rien recevoir tout de suite...Ruminai-je en me le caressant patiemment.

Je songeais ensuite au dernier repas que j’avais mangé...Il me semblait déjà si lointain...

-C’était la soupe à la noisettes dans la chambre de Tatie Anna en compagnie d’Arnwald...Mon bel Arnwald...J’espère qu’ils n’ont pas été trop dur avec toi...Ajoutai-je en fermant les yeux.

N’ayant rien d’autre à faire, je me replongeai immédiatement dans cette nuit merveilleuse en me passant délicatement les mains entre mes cuisses...Oui...Si seulement elle n’avait pas tourné au cauchemar par la suite...Explorant donc mon corps à l’aide de mes doigts, je décompressai ainsi quelques secondes avant que mon ventre ne gargouille à nouveau.
Bon cette fois ça suffit ! Il fallait que je sois entendue !
Je m’avançais alors jusqu’aux barreaux et hurlai d’un coup :  

-HEY OH !!!! EST-CE QUE QUELQU’UN AURAIT L’AMABILITE DE ME RAMENER DE QUOI ME SUBTENTER, S’IL VOUS PLAIT !!!!! UNE SOUPE BIEN CHAUDE, DU RAGOUT DE MOUTON ET DES KRUMKAKES FERONT L’AFFAIRE ! MERCI !

Me léchant déjà les lèvres d’avance, je fus vite déçue en comprenant que ma requête ne serait pas étudiée. J’essayai à nouveau plusieurs fois d’affilées mais non, rien n’y fit...Personne ne m’entendit et à part m’enrouer la voix, je n’obtins rien. Foncièrement vexée, je donnais un coup de pieds aux barreaux mais ne réussis à avoir qu’une énorme douleur à l’orteil et décidais donc de retourner m’assoir en clopinant sur un pied.
Bientôt recroquevillée sur le lit misérable, je m’appuyais bien fort le dos au mur et m’enroulais enfin les bras autour de mes jambes avant de maugréer dans une voix mélodramatique :

-Ainsi s’achève la triste vie de la princesse Rita d’Arendelle Westergaard... Morte rongée par les rats, la faim et la soif... Tout ça parce qu’elle a osé avoir plusieurs rapports sexuels hors mariage...Enfin...Pas que...

Effectivement, si je devais être tout à fait honnête avec moi-même, je savais très bien que ce n’était pas ça la vraie raison de mon enfermement mais je n’avais pas envie de repenser au visage cadavérique de ma pauvre Marraine, installée comme une morte dans sa chambre.

-Je voulais juste aimer Arnwald...Oui...Je n’ai pensé qu’à moi...J’ai été purement égoïste et je ne le regrette pas... Et j’ai bien fait finalement parce que je ne le reverrai sans doute jamais...Pour le reste...J’ai été dépassée par la situation, soupirai-je.

Trompant mon envie de me désaltérer qui me donna quelques vertiges, je fermais alors les yeux pour essayer de me reposer. Cela fonctionna et ma tête se fit soudain plus lourde entre mes bras.

Je me retrouvai bientôt dans la Forêt Enchantée. Kirsten et moi avions rajeuni et jouions à chats perchés avec les jumeaux qui devaient également avoir dans les sept ans. Semblable à un souvenir de notre enfance, le rêve finit par s’envenimer et Elysia se montra très vite mesquin avec ma sœur. Sans attendre, il la poussa lourdement dans un buisson d’orties, mettant définitivement fin à notre jeu. Impuissante le temps qu’il fasse son œuvre, j’attendis qu’il s’en aille et accourus près d’elle pour pouvoir la consoler. Ma sœur pleura enfin de colère et de souffrance à cause des nombreuses traces urticantes qui étaient apparues sur son visage et ses mains à la suite de sa chute.

-Oh Kiki...Attends, je vais t’aider, murmurai-je en lui passant mon mouchoir imbibé d’eau froide sur les zones rouges.  

Câline, je les lui embrassai ensuite et clamai :

-Tiens ! Pleins de bisous magiques !
-Rita...Ce n’est pas convenable...Murmura-t-elle de son éternel rigueur.
-On s’en fiche...Est-ce que cela t’a soulagé un peu au moins ?! Questionnai-je à mon tour.  
-Ce n’est guère désagréable pour le psychisme en revanche pour le physique...C’est tout autre chose, grommela-t-elle en m’ouvrant ses bras.

Un peu agacée de ne pas pouvoir faire plus, je m’y engouffrai et nous restâmes là dans une longue étreinte alors que je continuais à lui tamponner son front, ses joues et ses mains. Cela l’apaisa malgré tout et face à cet instant un peu sentimental, je renchéris aussitôt :  

-Kirsten...Promets-moi quoiqu’il arrive de toujours rester avec moi...

Son visage arbora tout de suite son sourire de petite cheffe et elle se contenta d’acquiescer avec beaucoup de prestance avant de répéter :

-Je te le promets Rita...Je te défendrai toujours...Quoi qu’il arrive.

Me sentant en sécurité, je me raccrochai à elle pour obtenir une autre étreinte avant qu’Helga ne nous rejoigne.

-Tout va bien, mes Poupettes ? Demanda-t-elle aussitôt, oh mes aïeux...Kirsten que s’est-il passée, ma puce ?!
-C’est l’œuvre de ton hurluberlu de petit frère, grinça immédiatement ma moitié.
-Oh, je vois...Bien...J’irai en faire part à Mamie Dudu pour qu’elle lui donne une correction mais là, le plus important c’est qu’on s’occupe de toi ! S’écria-t-elle derechef.

Bien qu’ayant gardé un ventre de grossesse, elle s’accroupit aussitôt à nos côtés et sortit quelques feuilles de menthe de sa poche qu’elle frotta vigoureusement sur les endroits encore endoloris. Admiratives, nous constatâmes que cela fit effet et ma jumelle renchérit :

-Si je puis te faire une suggestion Helga, tu devrais éliminer toutes ces plantes qui ne sont pas bonnes pour la nature !

Cela la fit tout de suite rire et elle déclara d’une voix très sage :

-Tu sais ma puce...Parfois le meilleur ne se voit pas de l’extérieur...Il est enfoui au plus profond de nous...Cela marche pour tous les êtres vivants...

Buvant ses paroles avec ébahissement, je fus presque déçue quand le rêve se brouilla soudainement pour me faire revenir dans le monde du conscient...


Ouvrant péniblement un œil, je ressentis tout de suite un terrible mal de dos et compris sans attendre que personne n’était venu me chercher au cours de la nuit. La maigre lueur de l’aube se voyait à présent par la fente qui servait de fenêtre...
Prise d’une rage lancinante, j’étais donc prête à hurler pour me faire à nouveau entendre mais je n’en eus pas le loisir quand je remarquais que je n’étais pas seule dans la salle. Kirsten se tenait du côté libre de la prison et m’observait hautainement...Comme elle l’aurait fait pour n’importe qui...

-Rita Westergaard d’Arendelle...Vous pourriez vous redresser en ma présence...Mal dormi, je suppose ? Demanda-t-elle en guise de bonjour.

Ne me souvenant que de certaines bribes de mon rêve, je ne lui répondis même pas et lui fis un geste insultant avant de détourner le regard pour lui faire comprendre que je la boudais. A peine ébranlée, elle continua de me regarder de haut et bougonna encore :

-Parfait...Vous le prenez ainsi...Je n’en attendais pas moins de vous, la pauvre princesse immature et pleurnicheuse...Pfff...Heureusement qu’Elysia et moi serons aptes à gouverner finalement ! Je savais que vous n’en auriez pas le cran non plus...Comme mère et père...

Effectuant mes exercices de respiration, je faisais tout pour ne pas être désagréable à son égard et continuai de l’ignorer.

-Bien...Remarqua-t-elle, si vous consentez à être silencieuse, alors je vais parler pour nous deux...Sachez que notre décision pour votre peine a été prise par toute la famille royale...Vous allez sortir de cette cellule et partir pour la Forêt Enchantée ! Vous ne reviendrez de ce lieu que lorsque Marraine Anna qui n’avait aucunement besoin de subir vos caprices de décérébrées sera remise sur pieds ! Vous avez intérêt à vous appliquer pour une fois...Sinon vous y perdrez tout... Votre rang, vos fiançailles, ma considération entre autres...

N'y tenant plus, je me tournai alors vers elle, furieuse et criai immédiatement :

-Inutile de faire des courbettes avec moi ! Cela te plaît de me voir déchue, avoue-le ! Mais bravo à toi ! Tu as enfin l’opportunité d’accomplir ton rôle de reine frustrée ! Oh oui...Tu jouis de cette situation parce que tu es incapable de jouir d’une autre façon ! Dans tous les cas, on sait bien que cela ne te fait rien que ce soit moi, ta propre sœur qui soit dans cette situation ! Oui...Je ne suis rien pour toi ! Oui ! Toi ! La grande princesse Kirsten qui domine tout le monde ! Je ne suis qu’une idiote de plus qui n’est pas modelée à ton image ! Enfin...Pour ce que vaut ton image...Celui d’une jeune femme cupide qui n’a aucun respect pour personne hormis elle-même ! Je me moque que tu n’aies aucune considération pour moi...Ce n’est pas comme si tu en avais eu jusqu’à présent !

Affectée par mes paroles, elle perdit alors toute posture et clama d’une voix hargneuse :

-Ce...Ce n’est pas vrai et tu le sais très bien ! Donc Arrête cela tout de suite Rita !  
-Allons donc ?! Tu me donnes du Rita ?! Oh mais voyons ce n’est pas la peine ! Oh oui...Il est inutile de m’appeler ainsi...Majesté ! Renchéris-je moqueuse ! Fais donc ton œuvre...Envoie-moi en pays Northuldra...Et bientôt tous les habitants auront oublié que tu avais une jumelle ratée aux allures démoniaques qui te faisaient de l’ombre...Il ne restera que toi, l’angélique auréolée de gloire et de lumière...

De plus en plus blanche, elle entra brusquement dans la cellule et se dirigea alors vers moi avant de m’empoigner avec violence par les cheveux. Je ne l’aurais jamais cru capable de cela mais elle m’adressa bientôt une claque qui réchauffa ma joue en quelques secondes. Elle me secoua ensuite comme un prunier et cria au bord des larmes :

-Je te sauve la vie au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, espèce d’égoïste ! Ce n’est pas un jeu ! Ton ego mal placé et toi vous pouvez oublié toute liberté à partir de maintenant ! Tu as échappé à la décapitation de justesse ! Si Marraine Anna était morte et qu’Elysia ou Maman avaient décidé de te condamner à cette peine, je n’aurais rien pu faire car cela aurait été juste de leur part !

Me relâchant tout aussi vite, je m’écrasais sur le sol en pierre tandis qu’elle continua :

-Sérieusement ?! Tu crois que ça ne me fait pas mal de te voir tomber aussi bas ? De ne pas avoir été sur place pour te raisonner ! T’éviter de faire cette bêtise ! Si j’avais été là, je t’aurais dissuadé d’accomplir toute action avec le prince Arnwald mais jamais au grand jamais tu n’aurais donné ces malheureux somnifères à notre tante... J’aurais cédé à tes yeux doux qui m’auraient supplié de te laisser faire cet accouplement avec lui parce que je cède toujours à tes caprices ! Je n’aurais certainement pas été d’accord avec tes propos, tes actes ! Ça c’est certain ! Mais Marraine Anna n’aurait rien eu...Je t’aurais même couverte ! Rita, réfléchis un peu bon sang ! On est une seule et même âme...Nos émotions concordent...Nous avons été ensemble dès le premier jour de notre création...Bien évidemment que cela m’arrache tous mes membres de de t’avoir mis en prison...De te laisser partir loin de moi... De savoir que nous ne serons peut-être plus jamais aussi proches que nous l’avons été jusqu’à présent ! Mais il est temps que tu apprennes à prendre tes responsabilités et cela même moi je n’ai pas réussi à te l’enseigner ! Il faut que cela vienne de toi et de toi seule ! C’est ça qu’il te faille comprendre, dès aujourd’hui !

De grosses larmes coulaient à présent sur ses joues rouge d’émotion. Elle ne s’était jamais dévoilée aussi peu subtilement à moi...Ma haine venait subitement de s’envoler, remplacée par une détresse bien plus grande... Moi, dans la Forêt Enchantée, séparée d’elle...Cela m’était inconcevable.

-Oh...Kirsten...Pard...Pardon...Hoquetai-je en me rabattant sur ses jupes.

Complètement éperdue, elle me laissa ramper jusqu’à elle...Lui embrasser les jambes, la serrer fort contre moi. Après une éternité, elle me releva et m’épousseta avant de faire tomber ses dernières remparts et m’étreindre jusqu’à ne plus avoir de souffle. Nous restâmes ainsi durant une éternité. Puis elle s’écarta légèrement et m’attrapa mes joues en répétant avec colère et tristesse :

-Qu’est-ce que tu as fait bon sang ?! Qu’est-ce que tu as fait ?! Si tu savais comme je t’aime et je te déteste à la fois pour tes actes immoraux ! Tu as tout gâché...
-Je...Je sais...Moi...Moi aussi je t’aime...Chuchotai-je amèrement.

Nous nous enlaçâmes encore et encore, pleurant toutes les deux jusqu’à épuisement de larmes.

Ma moitié fut la première à retrouver sa droiture alors que je demeurais toujours désespérée. Accrochée à sa main, je lui demandai encore avec affront :

-Ma Kiki...Quand...Quand je serai chez les Northuldra...Je...Je serai surveillée en permanence...S’il te plaît...Pourrais-tu écrire à Arnwald pour lui exposer la situation...
-Non Rita ! Clama-t-elle durement, tu as déjà assez joué avec ce garçon !
-Ce...C’est mon fiancé...Je t’en prie...Il...Il n’y est pour rien dans la prise des somnifères de Tatie...Il...Il n’était même pas au courant...Bredouillai-je en pleurs.
-Il me semble que de toute façon Papa a été très clair là-dessus...Vous n’aurez plus de liaisons épistolaires ! Il l’a formellement interdit ! Dit-elle encore avec rigueur.
-Je...Je sais...Mais cela ne l’arrêtera pas...Il...Il trouvera toujours le moyen de m’écrire...C’est le seul moyen que nous avons trouvé pour oublier la distance qui nous maintient l’un de l’autre...Je t’en supplie ! L’implorai-je.
-En admettant que je le fasse...Et je dis bien « en admettant », je ne vais pas passer mes journées à lui répondre...Surtout, qu’il y a des choses que ce prince te dira et que je ne voudrais sans doute pas connaître ! Ronchonna-t-elle écœurée.
-Oh non, non...Je...Je ne te demande pas d’ouvrir mes lettres Kirsten...Juste que tu rédiges une missive...Sur la situation...Je me dois d’être honnête avec lui...Explique-lui que j’ai fait l’idiote et que je suis consignée jusqu’à nouvel ordre chez...Euh...Chez Yélana...Bredouillai-je.
-Madame Coudrier ? Le rapport ? Questionna-t-elle.
-C’est un code entre nous...Repris-je très vite, lui comprendra ! Insiste bien sur le fait que c’est ma faute et qu’il ne doit pas chercher à venir me rejoindre... Je doute que Papa et Maman lui donneront des explications...Mais je ne veux aucun secret envers mon futur mari ! Je n’ai jamais eu beaucoup de qualités...Mais la franchise si !
-Dixit celle qui a menti hier toute la journée en disant qu’elle n’y était pour rien, me gronda-t-elle illico.

Rougissant violemment en songeant que ce n’était pas mon seul méfait, je me raclai bientôt la gorge et avouai :

-Oui, bon, d’accord...C’est vrai...Je serai franche à partir de maintenant ! Mais tu as vu l’état de Maman aussi...Je n’avais pas envie de finir congeler...Remarque cela aurait peut-être été moins douloureux que l’étranglement d’Helga...
-Je ne puis qu’applaudir son geste...Avec un peu de chance, elle t’as remis les idées en place ! Répliqua-t-elle avec sincérité.

Un peu vexée, je haussais les épaules et continuai de la scruter de mes yeux verts clairs. Plongeant ce même regard dans le mien, elle poussa un soupir et ajouta :

-Bien...Tu aimes vraiment ce garçon ? Même maintenant que vous avez... Enfin tu vois ?
-Je l’aime encore plus depuis...Je te prie de me croire ma Kiki...C’est la vérité...Je n’ai jamais été aussi sûre...S’il n’y avait pas toutes ces circonstances de mauvaises fortunes, je serai ravie que nous soyons enfin des fiancés officiels ! M’écriai-je.
-Parfait Rita... Il n’y aura donc qu’une missive... Juste une ! Renchérit-elle, quant aux autres...Je les conserverai avec le reste des lettres...Et tu les auras que si ta conduite est exemplaire dans la Forêt Enchantée...Il va y avoir du travail...Mais montre-toi digne de moi !

Hochant activement la tête, je l’enlaçai une nouvelle fois et murmurai :

-Je ferai au mieux...Merci sœurette...Merci beaucoup...

Bien que frigide, elle se laissa faire et nous nous fîmes un dernier câlin avant qu’elle ne reprenne :

-Bien...Il est temps pour toi de partir...Mamie Dudu et Helga se chargent de toi désormais...J’espère que tu reviendras transformée et mûrie de cette punition.

Même si j’en doutais fort, j’approuvais en hochant la tête et nous sortîmes enfin de ces geôles infâmes. Je n’eus le droit d’emporter aucune affaire...De dire au revoir à aucun membre...Ma jumelle se contenta de m’amener jusqu’à l’orée du royaume où était posté un géant de la terre. Notre grande sœur, notre grand-mère et notre tante endormie se trouvaient déjà dans sa main.

-Adieu Rita ! Va je ne te hais point ! Conclut Kirsten avec élégance.

Affichant un sourire plein de larmes, je crus que le reste du monde allait s’écrouler quand je la quittai enfin pour me mettre à côté de mes proches. Je me fis discrète tout le reste du trajet alors qu’aucune des deux femmes ne m’adressa la parole. L’arrivée dans la Forêt Enchantée fut tout aussi glacial alors que nous descendîmes toutes les trois de la main du géant. Omettant ma présence, Mamie Dudu déclara à l’adresse de mon aînée :

-Emporte ma Furie Rousse chez Béata et Laïka...Elles sont au courant de la situation et vont tout mettre en place pour qu’elle soit bien nourrie malgré son état...A tout à l’heure Petite Gaga !
-A tout à l’heure, souffla-t-elle.

Elle partit de son côté tandis que j’emboîtais le pas à mon aïeule qui ne prit pas la peine de me donner d’autres informations. Ainsi elle se remit en marche et nous arrivâmes bientôt au campement.

-Papa ! Papa ! Maman est revenue ! Cria soudain Tatie Lucia du haut de ses douze ans.

Venant à notre rencontre, la fillette qui était le portrait crachée de ma grand-mère exceptée pour ses cheveux blonds comme les blés, ajouta encore :

-Ça a été long sans toi ! J’ai aidé Emma et Kaspian...Ah et aussi Papa pour ce que tu sais ! Alors...C’est vrai qu’elle va mal grande sœur Anna ?
-Oui...Mais ta nièce Rita va la guérir...C’est pour cela qu’elle vient faire un séjour chez nous... Renchérit Mamie Dudu.  

Sans me dire bonjour, la fillette me toisa immédiatement et se rua dans la hutte alors que nous nous y engouffrâmes à notre tour. Papy Antoine nous y attendait. Très vite, il alla déposer un baiser timide sur la bouche de mon aïeule avant de se tourner vers moi. Son sourire disparut immédiatement et il pointa son index en direction d’un tabouret en ordonnant :

-Assieds-toi là tout de suite jeune fille !

Je n’avais jamais eu peur de lui...Mais je sentais que cette fois était différente. Me faisant donc toute petite, je m’installais sur le tabouret sans dire un mot jusqu’à ce qu’il reprenne :  

-Qu’on soit bien clair ! On m’a prévenu qu’il n’y avait pas besoin de monter un procès à ton égard...Pourtant crois-moi que ce n’était pas l’envie qui manque ! Commets un seul impair auprès de la communauté et je ne réfléchirai pas à deux fois pour te laisser cuire en plein soleil sans eau ni nourriture durant toute une journée ! De même, écarte les enfants du droit chemin et je te couperai la langue à l’aide de mon coutelas !

Aucune crédibilité... Pourtant, il appuya sur son ceinturon où se trouvait l’arme pour accentuer ses dires. Comment ma grand-mère pouvait-elle le laisser me sortir des choses pareilles ?! Sentant que sa menace était houleuse, il ajouta alors :

-Je t’ai donné que deux exemples de correction de notre crue mais il en existe moults que tu n’as pas vraiment envie de connaître mais que je m’empresserai d’appliquer sur toi si jamais tu n’es pas obéissante ! Est-ce que je me suis bien fait comprendre ?!  
-Oui Papy...Dis-je à voix basse.
-Plus fort ! Tu as fait du mal à ta famille donc aies au moins le cran d’assumer ta bêtise ! Donc as-tu compris jeune fille ?! Renchérit-il abruptement.

Déglutissant péniblement, je répétai aussitôt :

-Oui Papy...Oui Mamie...Je...Je promets que je ne viendrais pas troubler la paix qui règne dans tribu.
-Parfait ! Tu n’auras aucun contact avec l’extérieur de la Forêt Enchantée si ce n’est que par le biais de ta grand-mère ! Maintenant, hors de notre vue ! Tu logeras chez ta soeur ! Que nous n’ayons pas à l’entendre se plaindre de toi !
-Hum...Antoine...Il y a sa punition avant... L’aurais-tu oublié ?  Rectifia très vite Mamie.
-Juste ciel c’est vrai ! Clama-t-il.

Sans attendre, il débanda sa ceinture alors que je blanchis d’un seul coup. Non...Pas encore une fessée ?! N’en avais-je pas eu assez ?! Mon postérieur se remettait à peine de celle de la veille prescrite par Mamie Dudu ! Mais il n’y eut rien à faire. Je fus bientôt trainée jusqu’à la chambre par plusieurs coups de pieds au derrière de mon grand-père qui me laissa debout le temps de me donner ma sentence. Serrant les dents pour ne pas pleurer, je poussais des gémissements de douleur à la place jusqu’à ce qu’il juge que j’en avais eu assez.

-Pars à présent ! Reprit-il durement en m’indiquant la sortie.

Je ne me fis pas prier et fus ainsi escortée par Mamie Dudu. Je ne me rappelais rien...Ni du temps du trajet...Ni de l’arrivée dans la maison des berges...C’était comme si un voile s’était subitement mis en travers de mon chemin. Cela ne changeait pas grand-chose de toute façon puisque personne ne me parla et ce même jusqu’à l’heure du dîner.
J’avais bien proposé à Helga de l’aider mais j’avais été confrontée à un mur. J’étais donc allée m’assoir avec les autres membres de la famille et avais attendu qu’elle nous serve chacun.  
Essayant de faire un pas pour être aimable, je pris donc la première gorgée de soupe et déclarai sans trop me forcer :

-Hum...C’est délicieux grande sœur...Qu’as-tu mis dedans ?

Faisant comme si je n’existais pas, elle renchérit alors de mauvaise humeur à l’égard de son fils :

-Frantz prends au moins une cuillerée, s’il te plaît, sinon je vais me fâcher !
-Mais j’aime pas la soupe... Bougonna-t-il.
-Tu dis ça à chaque fois que Maman en fait alors qu’en plus tu ne la goûtes même pas, intervint à son tour Maëlle.
-Toi, la rapporteuse on ne t’a rien demandé ! S’enquit-il férocement.

Voulant détendre l’atmosphère, je m’interposai immédiatement entre eux deux et répliquai :

-Allez, Frantz...Sois gentil avec ta soeur... Comme la mienne l’est avec moi... Cette soupe est succulente ! Tu as tort de ne pas au moins la goûter !
-Non, toi, je veux pas te parler ! D’une, tu as fait du mal à Mamie Na ! De deux, tu mens Maman est en colère après toi donc elle ne t’aime plus non plus ! Et de trois, je t’interdis de mentionner Marraine Kirsten qui est mille fois supérieure à toi ! Lâcha-t-il d’un coup.

Démoralisée, je ne trouvais rien à répondre tandis que Léon renchérit :

-Bon Frantz, tais-toi et mange !

Discipliné mon neveu s’exécuta...En se consacrant uniquement au pain et à son steak de renne grillé. Maëlle et lui attendirent rapidement que Gaga ait le dos tourné pour pouvoir échanger leur assiette de soupe. Leurs tensions étaient retombées et ils étaient à nouveau complices. Nostalgique en pensant à ma jumelle, je les regardais faire le temps qu’Helga apporte le dessert.

-Y a pas à dire, la mousse au chocolat c’est quand même meilleur que la soupe ! Clama aussitôt Frantz alors qu’il lui en restait encore sur le coin des joues.
-C’est pas pareil y en a un qui est sucré et l’autre salé, reprit sa soeur en lui sortant son mouchoir, tiens ! Essuie-toi, tu manges vraiment comme un cochon !

Loin de prendre la mouche, il la titilla aussitôt et s’empara de son visage pour le lui salir à son tour.

-Non ! Arrête ça tout de suite Frantz Piceaerd ! Grogna-t-elle tout en riant.
-Du calme les enfants, dit à nouveau mon beau-frère.

Ravie de les voir à nouveau si soudés, mon aînée reprit alors :  

-Vous avez aimé la mousse au chocolat, mes chéris ?! J’espère que vous en avez bien profité ! Mamie Dudu n’aura plus le temps d’en faire désormais puisqu’elle doit s’occuper des enfants qui font des bêtises...Et je ne parle pas de Lucia bien sûr...

Mes joues se chauffèrent immédiatement mais je ne lui fis pas le plaisir de réagir. Souhaitant me montrer plus mature qu’elle, je vis bientôt que tout le monde avait fini et demandai aussitôt :

-Veux-tu que je t’aide à débarrasser la table, Helga ?

Pas plus de réponse que depuis le début de la soirée...Perdant patience, je n’attendis pas son approbation et empilai les assiettes de chacun ainsi que les couverts. Cela la fit enfin réagir et elle se plaça très vite devant moi pour me barrer le passage.

-Personne ne t’a rien demandé Rita ! Laisse-ça et file te coucher ! Dépêche-toi ! Ordonna-t-elle d’une voix dure.  

Indifférente à ses paroles, je continuais dans ma lancée à m’occuper des verres mais elle tira violemment sur ma queue de cheval en hurlant de plus belle :

-Il me semble que je viens de te dire quelque chose ! Donc maintenant tu montes dans ta chambre et tu n’en ressors pas avant demain matin ! Quand vas-tu apprendre à obéir ?!  

Impérieuse, mon visage afficha aussitôt un sourire moqueur et je répliquai acerbement :

-Maintenant que tu me vois à nouveau, tu n’as qu’à monter toi pendant que je m’occupe de tout...Tu empoisonnes mon air par ta méchanceté !

A ma grande surprise, sa main rencontra violemment ma joue qui s’enflamma tout de suite. Stupéfaite, je constatais que la méthode de Kirsten ne marchait que sur elle...

-Non mais pour qui tu te prends à la fin, espèce de merdeuse ! Je vais t’aider à redescendre moi ! Cria-t-elle.

Profondément froissée par son geste, je n’y tins plus. Elle ne voulait pas que je lui prête main forte ?! Très bien ! Elle n’aurait donc plus rien ! Colérique, je jetai sans attendre la pile de vaisselle qui se fracassa sur le plancher avant de pivoter les talons vers l’escalier. Sans succès, Helga me rattrapa et m’agrippa violemment par le bras avant d’encore s’exclamer :

-Espèce de petite garce ! Tu as intérêt à tout ramasser ! N’oublie pas que Mamie Dudu et Papy Antoine vont faire un rapport chaque matin à Tatie Elsa sur ton comportement alors tu as intérêt d’arranger ton cas au plus vite ! Nettoie maintenant !
-Non...Les domestiques sont là pour ça ! Lâchai-je avec automatisme.

Une autre claque partit alors qu’elle répéta :

-Les domestiques ?! Mais quels domestiques Rita ?! Je suis navrée que tes yeux soient amplis de fientes à ce point-là mais il n’y en a pas ici ! Oh non ! Ici, il n’y a que des gens qui se respectent et qui respectent leurs aînés ! Alors, tu vas ramasser sinon je vais t’y aider et ce ne sera pas la même du tout ! S’il faut que j’utilise le feu chamanique contre toi, je puis t’assurer que je n’hésiterai pas à le faire...Tous les adultes m’y ont autorisé ! Papa y compris !

Qu’elle essaye cette salope, de toute façon on sait tous qu’elle est nulle ! Voyant que je ne bougeai pas, elle déclara derechef à l’adresse de son idiot de mari :

-Léon...Emmène Frantz et Maëlle se coucher !

Comprenant que la situation était grave, ils ne firent pas d’histoires et montèrent avec mon beau-frère. Les yeux aussi flamboyants que sa chevelure, mon aînée m’observa à nouveau avec fureur et reprit cette fois avec plus de calme :

-Bien... Le balai est dans la cuisine Rita...Va le chercher et nettoie le tout ! C’est la dernière fois que je te le demande sinon je mets ma menace à exécution !
-Non ! Enonçai-je alors d’une voix claire.

Pour qui se prenait-elle à la fin ?! Elle n’était que ma sœur ! Que dis-je ?! Ma demi-sœur ! Elle n’avait jamais eu la prestance d’une sang royale ! Je n’avais donc aucune subordination à recevoir de sa part ! Sentant qu’elle n’avait aucune autorité sur moi, je continuai de la scruter un petit sourire en coin tout en la défiant du regard. De plus en plus affligée par mon comportement, cette peste devint vulgaire en s’écriant :

-Tu es insupportable Rita ! Une sale gamine prétentieuse qui croit qu’elle sait tout de la vie parce qu’elle a écarté les cuisses et jouis comme une chienne, une fois dans sa vie ! Je te plains sincèrement d’être ainsi ! On a toujours dit que j’étais la ratée de la famille ce qui n’est pas complètement faux ! Mais moi au moins je ne cherche pas à semer la zizanie autour de moi...Alors que toi...Tu es née pour ça...Sale brebis galeuse, va !  

Blessée au plus haut point par ses paroles, je crus qu’elle allait enfin me laisser tranquille. Ce fut là ma première erreur. Non seulement elle ne quitta pas la pièce...Mais elle appliqua réellement ses énergies obscures contre moi. Ainsi, une chaleur désagréable s’empara subitement de ma poitrine et se répercuta également dans mes jambes, me forçant à me mettre à genoux sur le sol. Se tenant derrière moi, Helga ne me lâcha pas et je serrai bien les dents pour ne pas me mettre à crier de douleur.

-La chamane nulle a acquis quelques notions depuis le temps qu’elle pratique...Allez...Regroupe les morceaux...Et plus vite que ça ! Insista-t-elle.

Respirant comme un bœuf à cause de la sensation de brûlure, je m’emparais enfin sans grâce des gros morceaux d’assiettes qui trônaient un peu partout aléatoirement sur le sol.

-Tu vois quand tu veux ! S’écria-t-elle, bien maintenant tu vas me faire un tas pour les assiettes, un tas pour les couverts et un tas pour les gobelets ! Zou !

Je la tuerai cette connasse...Oh oui...Je lui ferai avaler des tas de somnifères à elle aussi...Ou je l’étranglerai dans son sommeil...Elle...Elle ne perd rien pour attendre ! Me répétai-je inlassablement tandis que je lui décrochais un regard noir. Cela ne l’affecta pas et elle me laissa quelques secondes pour aller chercher son fichu balai avant de revenir et me le tendre.

-Relève-toi...Les autres morceaux sont trop petits, tu risquerais de te couper...Déclara-t-elle.

Décidée à ne pas m’exécuter, je fus une nouvelle fois confrontée à son agressivité quand elle me lâcha l’instrument de propreté avec nonchalance sur ma tête. Hésitant, à me mettre des bouts de verre partout dans les mains pour la faire culpabiliser, j’y renonçais bien vite et m’exécutais encore sous son regard carnassier. Me sentant comme une souillon, je finis toutefois par redonner un semblant de netteté à ce séjour crasseux.  
Estimant que j’avais tout donné pour cette fin de soirée, je voulus ensuite monter me coucher sans lui adresser la parole mais elle me stoppa une nouvelle fois.  

-Hey ! Hey ! Où tu vas, là ?! M’interpella-t-elle, viens t’installer à table ! Je vais aller te chercher de la sève de bouleau pour recoller ma vaisselle !  
-Recoller ta vaisselle ?! Répétai-je choquée.  
-Oui, moi dire à toi que toi coller ma vaisselle ! Bravo ! Se moqua-t-elle, comme tu as pu le constater, nous ne sommes pas à Arendelle ici, le matériel nous est précieux et je n’ai pas envie de gaspiller mes sous en dépenses inutiles ! Alors mets-toi au travail !
-Mais Helga...Je...Je ne sais pas faire ça, bredouillai-je indignée, ce n’est pas mon métier...
-Ah bon ?! Et gérer des dizaines de traités de royaumes en même temps en essayant d’être à l’amiable avec tout le monde parce que la moindre parole pourrait effritée un accord, ce n’est pas la même chose ?!
Oups...Excuse-moi ! C’est vrai que je t’apprends quelque chose puisque c’est Kirsten qui se charge de tout ! Toi, tu n’es même pas bonne à ça...Moi au moins même si je n’ai pas épousé la voie royale, je sais au moins faire quelque chose de mes dix doigts ! Allez à toi de te débrouiller maintenant !

-Mais je dois aller me coucher ! Ruminai-je, je...Je vais être fatiguée...
-Pas tant que tu n’auras pas pris soin des choses qui t’entourent, ce soir ceux sont mes assiettes...Demain ce sera ta tante ! Dit-elle avec conviction.

Haussant les épaules pour faire croire que cela ne m’affectait pas, elle rajouta tout de suite avec un dégoût pour ma personne :

-Pfff...Tu es encore plus pitoyable que je ne le pensais...

Sans rien lâcher, elle me fit ensuite signe de prendre le bol rempli de colle et les différents bouts cassés. Je m’échinai ainsi pendant un temps indéterminé, ne rêvant qu’à une chose : Mon lit. Je commençais donc à piquer du nez quand elle eut enfin pitié de moi.

-Assez pour ce soir Rita...Déclara-t-elle, je t’attends demain matin à la première heure pour que nous nous rendions chez les guérisseuses et trouvions un remède pour réveiller Maman !
-A la première heure ? Pourrais-tu être plus précise s’il te plaît ?! Questionnai-je d’une voix condensée.
-Ici, nous nous levons aux bruits de pas des esprits de la Terre...C’est à dire vers cinq heures ! S’exclama-t-elle.
-Cinq heures...Du...Du matin ? M’étranglai-je.

Loin de rire, elle hocha vivement la tête alors que je poussais un soupir de désespoir pour tout le sommeil que je ne pourrais pas rattraper. Capitulant toutefois rapidement, je marmonnai alors :

-Très bien...A tout à l’heure dans ce cas...

Trainant lourdement des pieds pour remonter l’escalier, je ne cherchais même plus à me venger et entrai dans ma chambre comme une morte-vivante. Fermant la porte, je ne pris même pas la peine de me déshabiller et m’engouffrai dans les peaux de rennes toutes douces. Malgré la fatigue, je mis un moment à m’endormir, appelant ma jumelle dans la nuit noire.

-Bon...Allez...Il faut que je ferme un peu l’œil quand même...Me grondai-je de nombreuses minutes plus tard.

Calant donc ma tête contre l’oreiller, je ressentis bientôt un froissement de papiers sous mon coussin et y trouvai bientôt une feuille. L’écriture était bancale mais je reconnus celle de ma filleule.

« Même si tu as fait du mal à Mamie Na et que Maman est fâchée contre toi, moi je t’aime toujours Marraine Rita et crois en toi. Bisous. Maëlle. »

Ce mot me réchauffa le cœur et je tombai enfin comme une masse vers le pays des songes.

A nouveau ce même rêve...Elysia qui jetait ma pauvre Kirsten dans les orties...Moi qui la guérissait comme je pouvais et Gaga qui nous disait qu’il y avait du bon enfoui dans chaque être vivant...

J’eus l’impression de n’avoir dormi que quelques minutes quand je fus violemment mouillée. Ouvrant un œil vitreux, je repérai Mamie Dudu dans une vision flou. Bien dynamique, elle pouffa immédiatement :

-Bonjour Rita...Oh...Le seau d’eau...Vieille méthode de mon père ! J’espère qu’elle te plaît ?! Tu y auras le droit jusqu’à ce que tu te lèves à l’heure !

Mais c’est pas vrai ! Quand ce cauchemar va-t-il prendre fin ?! Pitié, je jure que plus jamais je ne ferai de mal à Marraine Anna ni à personne d’autre...C’est promis... Les yeux en sang, je parvins à descendre jusqu’à la salle à manger de longues minutes plus tard. Marchant au ralenti, je me mis à table dans un état second et visai à côté du bol pour verser mon lait de renne.

-L’éponge est à côté de l’évier...Tu sais, là où se trouverait la vaisselle si tu ne l’avais pas cassé...Déclara immédiatement ma grand-mère dans un pic qui fit plaisir à Helga.
-Oh ne t’en fais pas Mamie...Rita a découvert un nouveau métier : Le collage...Au pire si la royauté ne veut plus d’elle...Il lui restera ça, renchérit-elle avec ironie.  

Sans attendre, elles se regardèrent et éclatèrent de rire. Trop épuisée pour relever, j’allais donc chercher le grattoir et continuai d’émerger le temps que ma grande sœur dise à ses enfants qu’ils passeraient la matinée avec leur autre Mamie, oncles et tantes.
J'eus à peine le temps de finir mon petit déjeuner que Gaga m'entraîna déjà vers la hutte des guérisseuses. La grand-mère des jumeaux nous attendait de pieds fermes et s'écria en nous voyant :

-Ah ! On va pouvoir s'y mettre !
-Tu as une idée de ce que tu pourrais lui ingurgiter ma Brise d'Été ? Questionna aussitôt Mamie Dudu qui avait à nouveau un masque d’inquiétude.
-Toujours pour toi mon Ange de l'Air... Mais avant tout, nous allons commencer par de la cueillette...Renchérit-elle.

Pâle, notre grand-mère observa Marraine, endormie tandis que sa meilleure amie tenta encore de la rassurer en lui disant :

-Les perfusions l'hydratent et la nourrissent bien, c'est une bonne méthode, elle n'aura pas de séquelles.
-Je sais...Grande Marraine Ylva m'avait dit que Mamie Helga en avait bénéficié pendant un mois quand elle était jeune...Elle avait maigri d’ailleurs...Pourvu qu’il n’en soit pas de même avec notre Furie Rousse qui n’est pas épaisse de base, répondit aussitôt mon aïeule avec nostalgie.
-Mais non, ne t’en fais pas ! La rassura-t-elle, tiens ! Voilà plutôt la liste des plantes qu'il va falloir trouver ! Helga et Rita mettez-vous ensemble...Quant à nous ma coéquipière favorite ! Ne cassons pas notre duo de choc !
-Bien sûr que non ! Gloussa aussitôt notre grand-mère.

Perturbée par leur comportement d’adolescentes, je me mis à suivre ma sœur qui fut aussi fermée que la veille...Sans me montrer les ingrédients, elle alla à différents arbustes... Ce n’était pas plus mal... Je n'aurais jamais pu les différencier...

La suivant donc les bras ballants, je ne supportais toujours pas qu'elle ne m'adresse pas la parole aussi je lui demandais :

-Je pourrai savoir pourquoi tu m'as fait venir si c'est pour tout faire toute seule ?!
-Bah...Ça ne devrait pas trop te changer d’avec Kirsten...Lança-t-elle avec ironie.

Serrant les poings, je retorquais aussitôt d'une voix vexée :

-Très bien...Si c'est comme ça, je retourne à la hutte.

Mais je n’en fis rien et elle s’approcha enfin de moi en grommelant :

-Bon...Regarde...

Sortant avidement une branche de feuilles piquantes vertes qui sentaient fort et une racine de sa besace, elle ajouta alors :

-Ça c'est du ginseng, ça dynamise ton énergie et ça c'est du thym, ça t'aide à être moins fatiguée.
-Oui et... ? Béata va les mettre dans de l'eau et faire boire ça à Marraine, c'est ça ?! Questionnai-je.  
-En quelque sorte...Elle va d'abord les broyer puis les mélanger longtemps à de l'eau pour soit les badigeonner sur une de ces parties du corps, soit effectivement le faire passer dans la perfusion, expliqua-t-elle.
-D'accord...Mais du coup je n’ai pas très bien compris mon rôle dans tout ça...Maugréai-je.
-Oh ne t'en fais pas ! On t’en trouvera un ! Dit-t-elle.

Et effectivement elle se tint à cette conviction. Sitôt, rentrâmes nous a la hutte des guérisseuses qu'elle me mit à la tâche. Rassemblant toutes les feuilles, plantes ou fleurs qu'elles avaient pu récolter, elles me laissèrent les moudre toute la matinée...Puis toute l'après-midi... Au début le geste me fut inconcevable...A la fin de la journée j'avais des phalanges en béton...Et des dizaines d'ampoules...

Peinant à fermer les poings, je serrais les dents pour attraper les objets tandis que Béata déclara :  

-Les poudres vont macérer cinq jours et ensuite nous ferons un premier essai sur ma belle-fille!

Soulagée d'entendre ça, je pensais déjà à ma journée de repos quand la guérisseuse s'écria encore :

-Quant à nous princesse Rita ! Nous nous retrouvons demain matin pour battre d’autres végétations... Je n’en ai jamais obtenue d’aussi fines...Tu es très douée.

Surprise d'entendre enfin un compliment à mon égard, je ne dis plus rien le temps que nous rentrions à la hutte. Restant discrète toute la soirée, j'endurais la douleur, le temps du repas qui se passa mieux que la veille et me mis de moi-même à la suite du recollage des assiettes bien que cela me fut difficile avec mes mains enflées.

-Tiens...Mets ça dessus, me dit Helga en voyant mes grimaces.
-Qu'est-ce que c'est ? Demandai-je, méfiante.
-De l'huile essentielle de lavande et de romarin, répondit-elle.

Je n’eus pas le temps de riposter qu’elle me laissa le produit dans les mains et se retira. Me massant activement mes zones remplies de boursoufflures d'eau, je fus forcée de reconnaître dès le lendemain matin que cela s'avéra très efficace.

Les jours passèrent ainsi sans relâche...Et je fus étonnée de m'adoucir aussi vite. Je n'irai pas jusqu'à dire que j'appréciais mon séjour...Mais cela me fit du bien d'être avec en compagnie de Madame Nattura qui ne me jugeait pas. Au contraire ! Elle fut à mon écoute et appréciait mon travail qu’elle décrivait comme minutieux. Quand Mamie Dudu le confia à Kirsten, elle en fut contente. Cela amoindrit un peu mon manque de ne pas être auprès d’elle. Ce nouveau partenariat avec la grand-mère paternelle des jumeaux n'arrangea pas ma relation avec Pieter qui demeurait de plus en plus présent auprès de Sofia en continuant la construction de leur future hutte. Me vouant une haine sans faille à l'image du reste de mes proches, celui pour qui mon cœur battait autrefois, faisait tout pour ne pas faire attention à ma présence. Quand il venait manger à la hutte de Gaga, je me débrouillais pour ne pas être dans les parages et vice versa.

Cinq jours passèrent ainsi et la première tentative pour sauver Tatie Anna échoua lamentablement.

Nous ne constatâmes aucun changement dans son état quand la guérisseuse lui appliqua son fameux mélange sur les sept chakras que Gaga et Maëlle avaient éveillé au préalable. Peu surprise, Béata ressaya avec d'autres plantes mais elle n'eut pas plus de succès. Les jours défilèrent. Il y eut une deuxième, troisième, quatrième...Dixième tentative et toujours rien...
Je fus très fatiguée au cours de cette période à cause du même songe de mon enfance qui me réveilla toutes les nuits.
Je n'en fis toutefois pas part à Helga même si cette dernière s’avéra à nouveau aimable à mon égard après qu’au cours d’un de mes nombreux jours de pénitence, Maman et elle eurent été à Ahtohallan.

-Nous avons pu voir que ce n’était pas toi qui avait causé la mort de l’autre princesse Anna... M’avait-elle expliqué.

Pour ma part, je n’avais retenu qu’une chose, cette fois-là...La grande reine Elsa était venue dans la Forêt Enchantée et n’avait même pas pris la peine de saluer sa fille... Cela m’attrista énormément.
Une semaine passa...Puis deux...Puis trois...J'avais presque oublié l'effet que cela faisait d’être parée de soie, de beaux bijoux ou de maquillage. Je me languissais de revoir ma Kirsten...Elle devait venir ce dimanche.
Elle estimait que j'avais le droit de recevoir sa visite puisque tout le monde était satisfait de mon travail depuis mon arrivée et m'avait même assuré qu'elle m'apporterait les lettres manquantes d'Arnwald. J’attendis donc avec impatience d’à nouveau pouvoir la prendre dans mes bras et réussis enfin à accomplir quelque chose qui me trottait dans la tête depuis mon premier jour dans la Forêt Enchantée.
Ainsi, un soir où j'étais sur le point de quitter la hutte des guérisseuses après avoir broyée mes plantes de la journée, je décidais de prendre mon courage à deux mains et allais parler à ma tante toujours endormie. Attrapant sa main douce, je me raclai la gorge et vérifiai qu’il n’y avait personne dans les parages avant de dire :

-Tu sais Marraine...Je voulais pas te faire ça...Je suis désolée d'avoir été si égoïste...Je...Je n'ai pas pensé à mal...Sincèrement...Si seulement tu pouvais te réveiller maintenant...Gaga, tes fils, Tonton Kristoff et Maman ont besoin de toi...Fournis un petit effort s’il te plaît...Rien qu’un tout petit... Béata et Mamie Dudu ont utilisé toutes les plantes dont elles disposaient pour te réveiller... Helga et Maëlle ont aussi essayé de te réanimer avec le pouvoir chamanique...Il n'y a rien...Vraiment rien qui pourrait te bloquer à part ta volonté...Je suis certaine que tu m’entends de là où tu es...Oui, tu dois me détester...Et je le comprends amplement...Je...J’ai compris mon erreur...Je jure que je ne recommencerai pas...Plus jamais je ne ferai du mal aux autres...J’ai eu le temps d’y réfléchir depuis des jours...Je prendrai ta punition sans rechigner quand tu te réveilleras, je te le jure...Mais ouvre les yeux par pitié...

Resserrant fort sa main, je remarquais soudain une légère enflure rouge. Terrifiée à l’idée d’avoir fait une bêtise, j’interrogeai tout de suite Laïka qui venait de rentrer dans la hutte :

-Est-ce que c'est normal, Madame Nattura ?

Examinant avidement les traces, elle me rassura tout de suite :  

-Oui demoiselle ne t’inquiète pas ! J'avais posé le panier d’orties pour la soupe de ce soir à côté d’elle ce matin...L’une des plantes a dû la frôler...Elles sont délicieuses une fois cuites, notamment si tu es stressée ou que tu manques de fer...

Je sursautais immédiatement. Des orties ?! J'eus soudain comme un flash...Le même rêve qui me hantait toutes les nuits...La phrase d'Helga... "Parfois le meilleur ne se voit pas de l’extérieur...Il est enfoui au plus profond de nous...Cela marche pour tous les êtres vivants..."...L'ingrédient qu'il manquait c'était l'ortie !

Nous avions cherché toutes les solutions pour réveiller Tatie Anna de son sommeil mais nous avions oublié l’essentiel...Elle ne s’était pas endormie avec apaisement... C’était donc ça...Virulente, je clamais immédiatement à l’égard de la guérisseuse :

-Laïka...Il faut que Béata rajoute des orties dans la potion pour Marraine ! C’est ça, l’ingrédient qui manque !
-Ne viens pas nous apprendre notre métier jeune fille ! Grommela-t-elle aussitôt d’une voix bourrue.
-Je ne me permettrais pas Madame Nattura...Mais s’il vous plaît...Faites-moi confiance ! Cela ne coûte rien d’essayer ! Insistai-je.

Face à mon air déterminé, elle conclut d’une voix catégorique :

-Très bien...Nous verrons cela demain matin.

Demain matin ?! Oh non ! Je ne pourrais pas attendre ! Tout le monde sait que je ne suis pas patiente ! Pensai-je alors que mon cœur battait fort la chamade.

-D’accord...Alors rendez-vous à la première heure à l’aube ! Repris-je à haute voix.

Laïka acquiesça et je quittai enfin la hutte. Courant comme une folle, je repensai soudain à l’emplacement de mon songe et allai y cueillir plusieurs orties. Faisant attention de bien les prendre par la tige, je les plaçais ensuite dans ma besace et n’y touchai plus jusqu’à que toute la maisonnée d’Helga aille se coucher.

-Tant pis s’il faut que j’y passe la nuit, murmurai-je surexcitée.

Essayant de redescendre l’escalier sans qu’il grince, je lavai bien l’un des bols et me mis sans attendre à la tâche.

-Mince...J’ai pensé au mortier...Mais pas aux gants...Grommelai-je en voyant déjà les cloques apparaitre sur mes mains.

Cela ne m’arrêta pas pour autant. Bien au contraire ! J’allais enfin pouvoir me racheter ! Passant donc une bonne partie de la nuit à broyer les plantes vénéneuses sans relâche, je finis par m’endormir au milieu de mon travail, les doigts en sang mais le cœur apaisé comme il ne l’avait pas été depuis longtemps.
Secouée de longues heures plus tard, je me réveillais sous les regards interrogateurs de Mamie Dudu et ma grande sœur.
-J’ai trouvé la solution pour réveiller Marraine Anna ! Et promis ce n’est pas un caprice ! M’exclamai-je avec un grand sourire, ça va marcher ! Je vous l’assure !

Ne commentant pas mon état de demi-folle, je ne les laissais même pas me faire des soins sur mes doigts et les réentraîner vers le village où Béata m’attendait avec un visage radieux. Lui tendant les orties sans un mot, je fus ravie quand elle me fit un clin d’œil avant de répliquer :

-Tu as de la chance...Elle n’a pas besoin d’être asséchée quelques jours !

Toute heureuse, je regardais Mamie Dudu et ma grande sœur se charger de réanimer les chakras de Marraine pendant que la guérisseuse agrippa mon travail et le mélangea aux restes des plantes qu’elle laissa infuser pendant dix longues minutes. Puis nous nous approchâmes ensemble du lit médical où se trouvait ma tante et Béata lui changea ses différentes poches de panses de rennes. Elle glissa ensuite le liquide dans l’une d’elle et s’attaqua enfin à remplacer l’aiguille qui transperçait sa peau.

-Voilà...Il ne nous reste plus qu’à attendre jeune fille !

Priant de toute mon âme pour que cette fois fut la bonne, je lançais un regard plein d’espoir vers le corps toujours endormie de notre malade.


Et pour les illustrations du chapitre c'est par-là ^^

Illustration chapitre 22:
Dov
Dov
Légende du Royaume
Masculin Messages : 2661
Date d'inscription : 24/04/2015
Age : 28
https://www.youtube.com/channel/UC8wZbDnLH86AEQmTsGf0kGg

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Lun 26 Fév 2024 - 18:40
Si le précédent chapitre respirait la bonne ambiance, celui-là respire bien l'humilité, pour Rita.

Bon cela dit ça commence mal pour elle : entre son isolement carcéral, les roustes verbales (et physiques, surtout) qu'elle se prend pour sa bêtise et son sale caractère et son mépris acerbe envers sa grande demi-sœur et la bonne conduite que cette dernière, elle finit par s'assagir au contact des northuldras et à se montrer plus avenante, plus serviable et moins hautaine. Et même (quand les autres n'arrivent pas soigner Anna) déterminée à réparer sa faute en soignant sa tante elle-même en utilisant des feuilles d'orties préalablement traités, repensant notamment au romarin qui est beau à l'intérieur à son souvenir d'enfance quand elle soignait Kirsten jetée dans les orties par Elysia.

Bref, une belle évolution de ce personnage que personne n'aimait vraiment. Espérons pour elle que ça dure... parce que n'étant pas non plus chamane, jouer les amatrices en préparant un remède que pas même les northuldras auraient imaginer pour réveiller Anna, c'est pas une garantie de succès. Et a fortiori, de tomber encore plus bas dans l'estime général.

Quant au pêché du chapitre ? Alors c'est vrai que ça peut être la colère, mais j'aurais aussi dit un peu d'orgueil vu comment celui de Rita en prend un sacré coup tout le long du chapitre. Mais ça reste ma vision des choses Wink

Ansa aime ce message

Floconnette
Floconnette
Légende du Royaume
Féminin Messages : 1150
Date d'inscription : 09/03/2022
Age : 20

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Mer 28 Fév 2024 - 19:49
cheers cheers cheers cheers cheers cheers [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 1100315062 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 1100315062 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 1100315062 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 1100315062 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 1100315062 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 1100315062 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 1100315062 :cookie: :cookie: :cookie: :cookie: :cookie: :cookie: biendit biendit biendit biendit biendit :vouiii: :vouiii: :vouiii: :vouiii: :vouiii: applaudir applaudir applaudir applaudir applaudir applaudir

VOILA!!!! C'EST CA QU'IL FALLAIT A CETTE.... Oh qu'est ce qu'elle m'énerve!!! Viens ici moi aussi je veux participer à la fête!!!

:fouet: :fouet: :fouet: :fouet: :fouet: :fouet: :fouet: :fouet: :fouet:


Bien reprenons dans l'ordre! Au niveau des redresseurs de torts!

Kirsten: C'est la première que l'on voit en action et elle utilise son "arme" favorite. Elle a toujours les mots juste ceux qui visent au coeur et font mal. Quand elle dit à Rita qu'elle y perdra sa considération!! Mais c'est magnifique!!! C'est là une sanction bien plus cuisante que n'importe quelle gifle!!! (et elle en prend!!!)
D'ailleurs puisqu'il est question de gifle. Une de sa part je ne l'attendais pas. D'un côté ça ternit un peu le personnage soit disant parfait mais de l'autre, ça rend Kirsten tellement plus émotive et donne une si grande valeur à cette gifle! Pareil, ça n'est pas la plus cuisante mais dans l'esprit de Rita c'est celle qui doit faire le plus mal (non mais je sais... les autres arrivent!!!)

Les enfants: Oui je les compte aussi, après tout ce sont eux que l'on voit entrer en action les premiers avec la fille qui ne daigne même pas lui adresser la parole. Ah oui ça c'est bon!!! Le mépris c'était tout ce qu'elle méritait pour se sentir à sa place à savoir à cet instant plus bas que terre!!! Twisted Evil
Même si c'est pas chronologique les enfants d'Helga sont bons! Le garçon en bon disciple de Kirsten qui a les paroles qui font mal. La fille qui a le mini message gentil discret après. Ils se la jouent bon flic et mauvais flic. Pour des punisseurs d'arrière plan c'est bien.

Iduna: Oui je la compte aussi car c'est un peu le chaperon pendant le voyage. Elle a la sévérité et son coup d'éclat du précédent chapitre a encore du poids! Je parlait de punition cuisante, à n'en pas douter que la demoiselle n'a pas été assise confortablement pendant le voyage avec un derrière rougi de la main de sa grand mère avant sa nuit au cachot. Et clairement elle est la caution crédibilité de son mari (oui j'arrive à son cas!)

Antoine: Ah lui... Bah je suis partagée. Franchement ça partait bien. Ne même pas adresser la parole et juste la cantonner à un tabouret en mode "je vais t'expliquer les règles et tu mouftes pas" ouais ça promet du sport. Et Kirsten nous avait dit que c'était lui qui se chargerait de la sanctionner. Ca promettait.
D'ailleurs il le fait et pour une punition solenelle particulièrement cuisante ça l'est... C'est celle dont elle a gardé sans doute le plus longtemps la trace physique.
Mais c'est l'entre deux qui casse tout dans sa performance! Déjà, merci Iduna de lui rappeler ce qu'il doit faire et... Mais qu'est ce qu'il nous a fait dans son discours?! ça partait ien mais le coup de "je vais te couper la langue" c'est tellement pas crédible il a perdu toute contenance. Je le dis, la punition finale le permet de surnager mais heureusement qu'Iduna est là!
Pour le coup je ne comprends pas le choix de Kirsten. Je pense que la jumelle si elle avait vu ça se serait maudite elle même de ne pas avoir fait le choix parfait. Mais encore une fois, ça prouve qu'elle est humaine!

Helga: Ah là!!! On quitte Antoine la demi déception mais elle... Je disais que Kirsten c'était un délice mais, on pouvait s'y attendre en revanche Helga. Celle qui est nulle en tout, justement de sa part on aurait pu imaginer une performance comme Antoine (voire pire avec les autres qui ratrappe le coup), mais non c'est presque parfait!
Au départ je me suis dit "comme prévu elle est nulle". C'est vrai pendant le repas, Rita elle essaie de faire profil bas et l'autre elle l'empêche de débarrasser juste pour lui faire péter un cable c'était nul. Genre elle cherche à trouver un pretexte pour l'engueuler et montrer qu'elle aussi elle sait la disputer.
La suite en revanche elle fait un sans faute. Quel miracle elle arrive même à faire du chamanisme (merci les autres de lui avoir appris, Dieu sait combien d'heures ça a du prendre!!!! Razz )
Ah ce coup du feu chamanique c'était la sanction inattendue et cuisante qui va elle aussi la marquer ce qui rend sa performance excellente. Vraiment Helga bien joué!!! Cool

Les guérisseuses;

Ouais je les compte aussi. Parce que si ça n'était que de la pure saction (gifle et compagnie) ça perdrait de son interet (bon c'est cool parce que tout le monde veut la massacrer mais quand même). Avec elle il y a bien l'idée de la sanction réparation, la sanction éducative, avec un peu de chance cette gourde va apprendre quelque chose! Même un début de rédemption lorsqu'on lui dit que c'est bien.
Et quand je vois la fin quand on lui sort "tas de la chance, elles n'ont pas besoin de sécher). Je suis persuadé que les guérisseuses savaient qu'il fallait des orties mais elles l'ont laissé deviner pour qu'elle se massacre les mains. Et ça c'est fort!!!!


Passons maintenant aux punisseurs qui déçoivent:

Ses parents:
Elsa et Hans mais là sur une echelle de 1 à 10 niveau nullité ils ont 20!!!! Ils ne font rien ce sont les autres qui gèrent. Vraiment il faudra penser à les secouer ces deux là!!!


Pieter:

ça me fait mal de dire Pieter= Deception mais celui là, vraiment c'est pas mon beau Pieter!!!! Lui aurait su la faire payer. Mais non celui là, il se contente comme sa tante et son oncle de ne rien faire alors qu'il est sur place... Bon des fois il vaut mieux ne rien faire que faire mal. Mais tout de même, il est décevant!


Rita:

Oui elle même car son introspection est laborieuse et elle ne se fait pas souffrir elle-même par ses remords.
Bon ses propos à la Anna endormie disant qu'elle acceptera sa punition oui c'est pas mal mais c'est peu!
Pour l'instant je la mets en deception car je n'arrive pas à croire pour l'instant que les orties ce soit de son fait et pas des guerisseuses comme dit plus haut.
Comme je ne veux pas qu'on dise que je la juge mal arce que je ne peux pas la voir. Si jamais mon intuition n'est pas la bonne et que, comme dans le récit, elle avraiment eu un flash seule et donc s'inflige de se massacrer les mains toute la nuit pour tout réparer (et fair pénitence). Ok évidemment elle passera dans les bons. Elle aurait dans ce cas pu attendre le lendemain et attendre d'avoir un coup de main de tous et le bon matériel pour moins se massacrer. Evidmment c'est à mettre à son crédit.


Puisque je pense qu'Anna va prochainement se réveiller je veux bien me dire que Rita a été punie à la hauteur de ce qu'elle méritait et tenter de repartir avec elle sur une page blanche. J'espère qu'elle évoluera mieux. Bon elle restera une peste tête à claque mais est-ce qu'à l'instar d'Elysia on la verra gagner en maturité et qualités...
Et si c'est pas le cas?!
Antoine!!! Refais le seul truc où t'as été bon, déboucle ta ceinture!!!!! :fouet:
2ème round!!! Je suis prête!! Je peux participer s'il faut!!! Twisted Evil

Ansa aime ce message

Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Mer 28 Fév 2024 - 21:58
Merci beaucoup pour ce commentaire constructif ! affraid affraid affraid affraid

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Giphy

Si tu savais comme j'attendais ton retour de chapitre avec impatience ! I love it I love it I love it I love it

Je ne suis pas déçue ! :amour: :amour: :amour: :amour: :amour:

Merci ! Merci ! Merci ! :calin: :calin: :calin: :calin:

Et merci à toi aussi @Dov pour ton retour Wink

Vos retours me font toujours plaisir et m'aident à progresser bravo



_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Jeu 29 Fév 2024 - 14:07
Spoilers sans contexte du chapitre 23... Petit retour dans l'Hellheilm pour l'occasion ^^

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Chapit74


_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Floconnette
Floconnette
Légende du Royaume
Féminin Messages : 1150
Date d'inscription : 09/03/2022
Age : 20

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Jeu 29 Fév 2024 - 23:15
Une fille furieuse?!
Oh je sens que Rita a encore fait une Rita...le devoir m'appelle
:fouet:

Ansa aime ce message

Ansa
Ansa
Admin
Féminin Messages : 4262
Date d'inscription : 29/06/2016
Age : 28
Localisation : N'importe où avec Anna et Kristoff ❤️

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Jeu 29 Fév 2024 - 23:27
Floconnette a écrit:Une fille furieuse?!
Oh je sens que Rita a encore fait une Rita...le devoir m'appelle
:fouet:

Hahaha ! Mais Rita n'y est pas dans l'Hellheilm Razz...Réponse dimanche bravo

_________________
[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 PlayfulDenseGermanspaniel-max-1mb [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Ef4510a1a5037716d3a3bb42dfd2a964

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Vlcsna13 [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Fcu12
Contenu sponsorisé

[Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures ! - Page 6 Empty Re: [Ansa's Stories] Retour vers le passé 6 : Les derniers pêchés des Piceaerd : Attention Contenus Matures !

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum